Salle de cours

Inscription
Connexion

Opération "Bisounours"  PV 

Image


Reducio
Privé avec : Cassiopée Malory ; Ysalyne Benett ; Athalée Drasilio ; Valentine Edin ; Kristin Jones ; Thalia Gil'Sayan ; Diana Anderson ; Herminie Peers ; Redose Kellouai ; Calum MacKinnon ; Liana Moon ; Hélène Stevan ; Morgan HEALEY ; Sarah Brown ; Anabelle Franck ; Juliette Johnson ; Alexander Gordon ; Nathan Brior
Veillez bien à ce que chaque participant ait posté avant de poster une seconde fois. Si jamais vous vous absentez, envoyez juste un hibou à Cassiopée Malory ou Ysalyne Benett.


Un samedi ensoleillé. Mai 2043 

Les Serpentard sont méchants, les Gryffondor sont courageux, les Poufsouffle, eux, sont gentils et les Serdaigle ont toujours le nez dans un livre. Que des clichés aussi bêtes les uns que les autres. S'ils étaient là aujourd'hui, dans cette salle prise d'assaut pour l’occasion, c'était justement pour parler de ces choses qui leur bouffaient la vie. La rumeur avait tourné et ils étaient nombreux à s'être manifestés, pour le plus grand bonheur des petites têtes vertes et argents. On pouvait dire tout ce qu'on voulait, qu'elle n'était pas la bonne personne pour faire ça, qu'elle n'avait pas la prestance pour. Mais, sérieusement, elle s'en fichait complètement. Elle bégayait devant les autres, ne savait même plus aligner deux mots correctement quand elle était devant plus de trois personnes ? Très bien, c'était pas grave. La seule chose qui comptait dans ses moments là, c'était qu'elle s’animait d'une flamme nouvelle parce qu'elle aimait le sujet dont elle parlait. Pas de discours pour elle, pas de petites cartes sur lesquelles se reposer le temps d'un blanc. Rien d'autre que la voix de son cœur. C'était la seule chose pour laquelle elle était douée dans ses moments là. Mettre en pause son cerveau pour débiter des paroles sans queues ni têtes mais qui dégageaient quand même des choses importantes.

En face de tout ces gens, elle tremblait, jetant des regards désespérés aux Serpentard qui en faisaient partie. La bouche sèche, elle s'avança de trois pas. Il n'y avait pas beaucoup de bruit. Même sous la torture, elle n'aurait jamais avoué avoir attendu plus d'une heure avant l'heure du rendez-vous dans la salle pour être sûre de ne pas être en retard. Son cœur battait à la chamade dans sa poitrine. Pas de micro ou d'estrade, juste la force de sa voix pour se faire entendre. Mais pourquoi faisait-elle ça ? Pourquoi ne partait-elle pas en courant, les larmes aux yeux pour aller se cacher dans son dortoir ? Parce que c'était une noble cause, qui méritait que même la plus petite voix crie pour elle. Parce que c'était un des rares sujets pour lesquels elle oubliait d'être celle qu'on voulait qu'elle soit pour parler librement.

« Bonjour.

La voix qui tremble. S'il te plaît, ne la lâche pas aujourd'hui, pas maintenant. Elle cache ses bras derrière son dos, ne regardez pas ça, juste son visage ou la salle mais pas son corps.

-Hum... Les clichés sont des choses horribles. 

Mais pas plus que toi.

-Je.. Suis une Serpentard et mes grands-parents sont moldus. Je ne suis pas méchante, en tout cas, je ne pense pas l'être. 

La voilà, la petite flamme qui fait doucement son chemin jusqu'à sa gorge. Elle la laisse la traverser. Ses cordes vocales s'enflamment d'une volonté brûlante, aussi chaude que le souffle d'un volcan.

-Même après 45 ans, on nous croit toujours aussi méchant qu'anti-moldu. Bien-sûr, certains ne le pensent pas mais beaucoup ne font pas comme eux. 

Elle repensa à son frère. Oui, il était le meilleur exemple pour illustrer son propos.

-Les Mangemorts, c'est fini. La guerre aussi. On a pas pour projet d'en recommencer une. On est que des enfants. Je parle des Serpentard, mais vous aussi -les autres Maisons- avez des clichés plutôt tenaces qui vous guettent dans l'ombre. C'est pour ça qu'on est là aujourd'hui, pour en parler. Alors n'ayez pas peur de venir prendre la parole. On veut juste rire un bon coup sur ces idées reçues qui nous pourrissent la vie, pas créer une dispute. Si vous êtes là pour ça, libre à vous de partir. »

La flamme s’éteignît et elle se cacha derrière ses mèches de cheveux. L'attente de réactions était effroyable. Dites quelque chose, la laissez pas toute seule.
Dernière modification par Cassiopée Malory le 26 mai 2018, 11 h 34, modifié 4 fois.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Donnez-moi une étiquette, j'en ferais des confettis
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

Opération "Bisounours"  PV 

Lorsque Ysalyne avait un soir déboulé dans la salle commune des Serpentard, terriblement agacée de s'être encore une fois prise tout un tas de clichés obselètes et insultants dans la figure, Cassiopée et ses camarades s'étaient aussitôt plongés dans une profonde discussion pour savoir, pour comprendre.

Pourquoi leur reprochait-on encore ce que des sorciers qu'ils n'avaient jamais connus, qui n'étaient pour la plupart même pas de leur famille, avaient accompli d'affreux ? C'était idiot. On ne faisait que les ramener au fait que leur maison ai hébergé le plus grand mage noir de tout les temps et la quasi totalité de ses sbires. Mais parlait-on du fait que Merlin lui-même avait étudié à Serpentard ? Non, jamais. Alors pourquoi ?

Mais les Serpentard étaient loin d'être les seuls à être la cible de ses présupposés démodés. Les Serdaigle seraient des coincés incapables de s'amuser ou de quitter leurs livres, les Poufsouffle des fainéants crédules et peureux par dessus le marché, et les Gryffondor des vantards imbus d'eux-même et incapables de réfléchir avant de foncer dans les ennuis.

A quelle époque vivait-on ? Ils étaient en 2043 maintenant, les mentalités avaient-elles si peu évoluées durant toutes ces années ? Il y avait quelques jours avait eu lieu dans le parc un concert à l'occasion de la commémoration des 45 ans de la Grande Bataille de Poudlard. Et le message véhiculé par les élèves de Serdaigle formant le groupe des Wand N' Eagles avait était un message de solidarité et d'amitié et les maisons.

Alors, pour continuer dans cette bonne voie et poursuivre dans la lignée de ce concert, Cassy, Ysalyne et beaucoup d'autres Serpentard avaient décidé d'organiser une sorte de réunion-débat-discussion autour de ce sujet pour que tout ceux qui le souhaitaient puisse s'exprimer.

Le jour j arrivé, tout le monde réuni dans une salle de cours, Ysalyne écouta tout d'abord Cassiopée, qui, la première, avait prit la parole, terminer son discours de tolérance. Et lorsqu'elle précisa que eux qui était venu pour avoir un débat stérile et agressif pouvaient partir, elle l'approuva d'un hochement de tête vigoureux et intervint en soutient :

« Cassiopée a raison. On est là avant tout pour discuter paisiblement, pas pour créer des vagues. Je pense que si vous êtes venus ici, c'est que, comme nous, vous en avez marre qu'on vous mette dans des cases, je me trompe ? Surtout par rapport à votre maison. Oui, les maisons ont des caractéristiques, c'est certains, mais rien n'est extrême. Je pense sincèrement que nous avons tous un peu de chaque maison en nous et alimenter ces préjugés idiots ne sert à rien d'autres qu'à répandre beaucoup de mal-être. »

Ysalyne fit une pause pour réaliser qu'elle parlait sans vraiment réfléchir à une quinzaine de personnes aux yeux tous fixés sur elle. Il allait falloir qu'elle organise ses idées.

« Est-ce que... est-ce que quelqu'un aimerait prendre la parole ? »

Code couleur de dialogue #808000

Opération "Bisounours"  PV 

Je trouvais que l’idée lancée par les Serpentard était une très bonne idée. En effet, élevée par des Moldus, je n’avais jamais entendu parler des maisons de Poudlard, et donc encore moins de la “classification” des individus en fonction de leur appartenance à telle ou telle maison…
Ce n’est qu’en arrivant au château, en me familiarisant avec les maisons, mais aussi, malheureusement, en entendant au quotidien les clichés sur les élèves que j’avais réalisé l’ampleur de la chose. Les Serpentard étaient ceux qui s’en prenaient le plus “vous êtes sournois”, “votre maison est la pire”, etc. Pour moi, cela n’avait aucun sens. Je compris qu’une bonne partie des insultes provenaient du fondateur de la maison, m’enfin le monsieur est mort depuis plus de 1000 ans (oui, je suis allée me renseigner, on peut voir des Gryffondor à la bibliothèque !), ça n’a aucun sens de lui assimiler sa maison entière ! De plus, il était animé par l’envie d’apprendre et d’enseigner au même titre que les autres, et pour moi, c’est une preuve de grandeur et de noblesse extrême.
J’avais observé et discuté avec des gens de chaque maison, et il n’y avait pas de types propres !
Les gens étaient comme ils étaient, et point barre ! J'ai déjà vu un Serdaigle s’énerver et abandonner rageusement un livre trop difficile, un Serpentard soigner avec amour une jolie plante…

Ce fut une Serpentard de première année qui pris d’abord la parole, prônant la tolérance. Puis ce fut au tour d’une Serpentard qui semblait plus âgée de prendre la parole :

« Cassiopée a raison. (J’appris ainsi le nom de la première année) On est là avant tout pour discuter paisiblement, pas pour créer des vagues. Je pense que si vous êtes venus ici, c'est que, comme nous, vous en avez marre qu'on vous mette dans des cases, je me trompe ? Surtout par rapport à votre maison. Oui, les maisons ont des caractéristiques, c'est certains, mais rien n'est extrême. Je pense sincèrement que nous avons tous un peu de chaque maison en nous et alimenter ces préjugés idiots ne sert à rien d'autres qu'à répandre beaucoup de mal-être. »

Les caractéristiques existent peut-être, mais elles ne définissent en rien la personne !

« Est-ce que... est-ce que quelqu'un aimerait prendre la parole ? »

Je voulais absolument exprimer mon accord, mais je devais d’abord dompter ma timidité intérieure. Faire un effort pour aller vers les autres, et m’exprimer devant 15 personnes. Après un combat enragé, je me levais.
B… Bonjour… Je voulais dire que j’étais vraiment très d’accord avec vous…” J’étais sûre que j’étais aussi rouge que mes cheveux. Désolant. Pourtant, quand je suis à l’aise je peux être tellement déjantée ! Je repris "Ces… Clichés n’ont pas de sens je trouve… Prenons mon propre exemple... Je suis à Gryffondor, censée être courageuse, et aussi fonceuse. Pourtant, il m’a été très difficile de me lever, de m’exprimer, et nous sommes 15 jeunes sorciers ! Qu’en serait-il avec des Acromentulas ?” dis-je, espérant faire rire un peu mon public. “Et puis même, je suis foncièrement maladroite ! Alors fonceuse, peut-être, mais d’abord il faut que j’ai vaincu tous mes meubles” Je me grondais mentalement : et si ça ne faisait rire personne ? Je me ressenti rougir, non mais quelle CA-TA-STRO-PHE. Vite, passer à autre chose. “Je voulais juste dire que je suis d’accord que nous avons tous un peu de chaque maison, bleu et bronze, or et rouge, argent et vert ou jaune et noir, c’est parce qu’il comporte toutes ces couleurs que le blason de Poudlard est si beau !” C’était un peu niais, mais je le pensais vraiment ! Je fis un pas en arrière, trébuchai contre quelque chose, et me rattrapai à quelqu’un avant de m’asseoir, encore plus rouge. Je me tournais vers la personne : “Désolée…” soufflais-je.

The lunatic, the lover, and the poet are of imagination all compact -Shakespeare: Midsummer Night's Dream
Hold to the now, the here, through which all future plunges to the past -Joyce: Ulysses

Opération "Bisounours"  PV 

Reducio
Ce post inclut des éléments de la chronologie, notamment les évènements de septembre 2042


Ce week-end là, Alexander ne savait pas quoi faire. Non pas qu'il manquait d'occupations : au moins deux devoirs à rendre dans la semaine qui suivait l'attendaient sur son bureau ... Les vacances de Pâques s'étaient terminées une quinzaine de jours auparavant et déjà le rythme des cours et des devoirs à rendre lui faisait regretter ses excursions printanières dans les Highlands, accompagné de sa famille. Il aurait aimé se rendre au terrain d'entrainement et faire un tour de balai volant, mais les première année n'étaient pas autorisés à avoir le leur propre, et s'il se faisait surprendre à en emprunter un dans la remise sans autorisation, il était bon pour une retenue, pour faire perdre des points à Gryffondor et pour se prendre les remontrances de ses préfets. Et puis surtout, aujourd'hui, il n'avait pas envie d'être seul ...

En se rendant à la Grande Salle pour son petit-déjeuner, il était tombé sur une affiche particulièrement tape-à-l'oeil placardée dans le hall d'entrée : elle présentait les couleurs des Quatre Maisons et annonçait la tenue d'une réunion entre élèves pour discuter des stéréotypes qui collaient à chacune d'elle. Avec un certain détachement, ne comprenant pas bien l'objet exact de ladite réunion, Alexander choisit tout de même de s'y rendre, ne serait-ce que pour trouver du monde avec qui discuter.

Lorsqu'il entra dans la salle, le garçon fut surpris de voir que la réunion ait attiré autant de monde : les gens sont donc si émus de l'image que renvoie leur maison ? Personnellement, Alexander ne se sentait nullement attaqué par la bravoure et la fierté des Gryffondor, quand bien même on parlerait de témérité et d'arrogance, caractères qui d'ailleurs s'appliquaient parfois pour lui-même. Le tout était d'en être conscient. Un autre fait interloqua le garçon : la représentation des élèves. On comptait quasiment autant de Gryffondor, Serpentard et de Poufsouffle mais les Serdaigle étaient venus en nombre restreints. En tentant de dissimuler son sourire, le garçon ne pouvait s'empêcher de penser que les autres se trouvaient à la bibliothèque ou dans leur salle commune et étaient occupés à parfaire leurs connaissances théoriques. Faisant le choix de la discrétion, il se retint de tout commentaire qui pourrait être malvenu.

Puis la réunion commença : Malory, une première année de Serpentard qu'Alexander connaissait pour avoir suivi plusieurs cours communs avec elle, prit la parole. Elle ne semblait pas super à l'aise mais sa voix portait bien et le message semblait compris de tous. Alexander ne ressentait pas particulièrement d'animosité envers elle, et son propos sur la dernière grande guerre était plutôt juste : il était vrai que les Serpentard était encore les cibles de quelques attaques verbales occasionnelles qui les dénonçaient comme des mages noirs en puissance bourreaux de moldus. Cependant, il fallait relativiser, et Alexander trouvait que la cohésion entre les Quatre Maisons n'avait jamais été aussi forte que depuis l'attaque du château en début d'année et l'action commune de Cadwallader, Silvershade, Smith et Starks.

Ce fut alors au tour de Benett, une troisième année de Serpentard avec qui Alex avait discuté une fois, de se lever et de prendre la parole. Sa maturité lui donna un air plus assuré que la précédente, plus impressionnant aussi. Et ce fut probablement son intervention qui intimida un auditoire à grande majorité composé d'élèves de première année. D'ailleurs, la rouquine qui était assise juste à côté de lui, Healey, une fille de sa classe à qui il n'avait jamais franchement parlé mais qui lui avait toujours parue extravertie, lui sembla bien embarrassée lorsqu'elle s'exprima à son tour : ses arguments se perdaient maladroitement dans des blagues qui, par pure sympathie envers la jeune fille, arrachèrent un sourire à Alexander mais pas vraiment son adhésion. Le malaise de l'intervenante atteignit probablement son paroxysme lorsqu'elle chercha à se rassoir en reculant à tâtons avant de trébucher sur une sacoche posée au sol et de se rattraper à la robe d'Alexander. Répondant aux excuses de la rouquine, le jeune sorcier lui lança un grand sourire aimable :

"Pas de soucis."

Puis, décidé à dire quelque chose à son tour, il se leva. Jusque là, il s'était contenté de rester observateur, prêtant attention à tous les détails qui l'entouraient et laissant vagabonder son esprit critique. Mais là, maintenant qu'il était debout et que quinze paires d'yeux étaient rivées sur lui, tout son courage semblait l'avoir abandonné. Quelle terrible épreuve !! Même pour lui qui était pourtant toujours le premier à faire le pitre pour se faire remarquer ... Les choses étaient totalement différentes lorsqu'il s'agissait de tenir un discours construit. Après avoir rapidement raclé sa gorge pour que sa voix paraisse la plus grave possible - grand sujet de complexe pour lui - il déclara :

"Hum ... Bon ... C'est pas que je suis pas d'accord avec vous mais ... je pense pas qu'on puisse vraiment arrêter ces clichés."

Le garçon se sentait au plus mal. Trois personnes s'étaient exprimées avant lui et leurs discours convergeaient tous vers une idée ... qu'il venait de contredire. Il fixa les visages qui constituaient son audience, puis ses propres pieds, puis à nouveau son audience qu'il trouvait étonnamment plus facile à regarder. Il devina une certaine incrédulité face à lui, ou tout au moins un besoin d'explications. Alors il continua :

"Je ... pense que les clichés de nos maisons ne sont pas forcément mauvais ... d'un certain côté. Après tout, nous avons tous notre propre caractère, aussi différent entre deux Gryffondor qu'entre un Serdaigle et un Serpentard. Pourtant le Choixpeau nous répartit selon ce que l'on souhaite pour notre avenir : apprendre, se faire des relations, vivre des aventures ou prospérer. Mais ce n'est pas mal, c'est juste une façon de nous rassembler autour d'un but commun pour mieux nous permettre de l'atteindre."

Ce discours, s'il paraissait flou dans la tête d'Alex deux minutes auparavant, était sorti de manière remarquablement limpide, et le garçon éprouvait en lui une certaine fierté. Il avait discuté avec son père tout l'été précédant sa rentrée des différentes Maisons, et la plupart des arguments qu'il venait de sortir étaient très inspirés de leurs discussions. Mais après tout, certains stéréotypes étaient vrais et il ne servait à rien de le nier : il n'y avait qu'à voir la Coupe des Quatre Maisons...

Lancé dans son inspiration, il continua après un court silence :

"Et si les Maisons existent pour nous permettre de nous entraider pour atteindre un objectif, alors peut-être que le moyen pour que tout le monde s'entende, c'est de se créer un objectif que tout le monde souhaite atteindre, peu importe la Maison dans laquelle on est.

Ayant lancé cette idée, le jeune homme se trouva alors complètement désemparé : il n'avait absolument aucune idée concrète à proposer. Ayant jusque là fait montre d'une certaine confiance, le fait de ne plus savoir quoi dire le bloqua et ses joues commencèrent à se teinter de rose. Il chercha alors maladroitement sa chaise, tout en bafouillant :

"Après j'ai pas vraiment réfléchi à quoi..."

"N'oublies pas Alexander, tu auras beau accumuler autant de connaissances que possible, ce ne sera jamais que la force de ton coeur qui te fera agir : un coeur plein de vertu est supérieur à une tête pleine de science !!"

Opération "Bisounours"  PV 

Athalé était entrée cette année à Poudlard et avait découvert ce monde magnifique, ce monde magique. Mais tout en découvrant de nombreuses choses merveilleuses, elle avait aussi appris les origines de chaque maison qui constituaient cette école et avait pu remarquer beaucoup de stéréotypes sur chacune d'elles qui pouvaient être faux ou vrai. 
Étant à serpentard, elle avait souvent remarquée, ne sachant pas trop les origines car elle venait de découvrir ce monde magique - faute à sa mere - que les serpents étaient source de préjugés. D'après certains, ils seraient méchants ou autre. Elle trouvait cela absurde car elle même était à serpentard mais n'avait rien à voir avec cela. Elle pouvait être tout ce qu'il y avait de plus gentille. Elle ne ferait même pas de mal à une mouche.
Ainsi elle trouvait que chaque stéréotypes pouvaient être faux ou vrai selon les personnes. Il est vrai que certains Gryffondors peuvent être courageux mais d'autres non. Certains pouffsouffle pouvaient être hyper gentils, elle le savait grâce à tous ces amis pouffys. Certains serpentard pouvaient être méchants mais pas tous. Certains serdaigle pouvaient aime la lecture mais pas forcément d'autres. 

Ainsi elle avait acceptée de participer à la réunion organisée par des filles de sa maison. Elle avait tout de suite trouver cela intéressant, mais elle avait oubliée un détail. Il faudrait parler. Parler devant tous ce monde. Malgré le fait que depuis le concert et sa rentrée elle était de moins en moins timide, elle le restait un peu dans ce genre de situations. Elle n'était presque plus timide mais le restait un peu tout de même. Trop tard, elle avait acceptée et devait se donner à fond pour faire valoir ses pensées. 
Arrivée à la réunion, elle y trouva plus de mondes qu'elle le pensait. Elle paniqua encore plus. Pouvait elle encore faire demi tour? La porte n'était pas loin. Elle reprit le peu de force qu'elle avait et alla s'asseoir à la table de la salle. Elle remarqua plusieurs visages qu'elle connaissait. Cela la rassura mais la fit panique aussi. Et si personne n'était avec elle? Si ses arguments, idées et autre étaient nuls? 
Mais pas le temps de penser plus. Cassiopee, une serpent de son année, parla, puis Ysalyne un autre serpent et rédactrice avec elle reprit la parole. Ce fut ensuite au tour d'une Gryffondor et d'une autre Gryffondor qu'elle connaissait pour l'avoir rencontré dans le train. Ils parlètent tous en donnant des avis divergents ou convergents. Puis ils finirent. Un silence s'installa. 
Alors Athalée se leva pour prendre la parole à son tour. Son coeur s'emballa. Elle ressentit le chaud qui l'envahit à cause de la peur. Son regard ne cessait de changer de direction pour éviter tout regard. Puis, d'une voix plus basse et discrète qu'elle ne le voulait, elle dit:
"Je...salut à tous. 
Je pense que..les "classes" de chaque maison peuvent être valable ou non. En fait, au début, les personnes étaient réparties selon leurs valeurs ou autre. Puis la, aujourd'hui, nous le sommes toujours mais des fois cela peut s'avérer faux car nous le voyons pas encore. 
Par exemple, je suis a serpentard, les soi-disant méchants ou autre. Mais je ne suis pas du tout méchante. Je suis tout ce qu'il y a de plus gentille. Je ne peux pas faire de mal à une mouche."

Elle prenait de plus en plus confiance. Plus elle parlait et plus elle se sentait bien. Malgré les arguments presque nuls qu'elle donnait, elle se sentait en confiance. Sa timidité se percevait par les mouvements qu'elle faisait. Soit elle se balançait, soit elle bougeait simplement. Elle continua malgré tout:
"En fait, je pense que nous sommes repartis selon nos caractères, valeurs et tout. Mais que ces préjugés sont exagérés. Alors il ne faudrait peut être pas les supprimer, c'est impossible je pense. Mais on pourrait les calmer. Même dans une même maison, les personnes sont différentes."

Elle décida de s'arrêter là. Gênée, timide et ayant peur des reactions, elle se rassurer calmement à sa chaise, attendant que d'autres parlent.


Vive les cours... Enfin presque ! Cela me cause du retard dans les rp ! Je m'excuse énormément!!
.JE SUIS UN SERPENT ET UN DRAGON ET UN LOUP.
"Lire c'est échapper à la réalité un instant pour vivre dans le rêve!"

Opération "Bisounours"  PV 

L'entrée à Poudlard de Redose avait été petite et discrète en effet les bras croisés, seul dans sa cabine attendant d'être répartit, Gryffondor l'a choisi avec difficulté ensuite il fut accueilli par quelque mains charmeuses ensuite il s'est fait des amis puis maintenant il se retrouve assit sur une chaise à un bout de la table pour une certaine opération anti-clichés, il avait accepté car c'est Cassy qui lui en avait parlé et il le savait, il savait qu'il était un Serpentard dans l'âme et il en avait marre que les gens lui dise tu ressemble à un Poufsoufle pour ton amour du chocolat et aujourd'hui ça allait s'arrêter.

Quelques personnes timides mais en accords avec ce projet et malheureusement certaines personnes était là juste pour leur image mais de toute façon il fallait pas y penser, Cassiopée avait raison, ce qu'il fallait faire avec les clichés c'était y mettre un terme, les mains timides qui avaient donné leurs avis étaient sincère et courageuse qui que ce soit.

La tète de Redose est rempli d'images lui disant qu'il est forcément courageux et farceur et il ne le supportait pas, il voudrait que au moins pendant un instant au moins un cliché disparaître, celui d'une maison laquelle ? Une vie comme ça est une vie empoisonné, il ne réfléchit pas, se leva, tapa sur la table et prit la parole:

"Bon !"

Il allait commencer son discours, déjà commencer comme ça, ça allait être gros, après avoir prit l’attention sur lui et que les petits bavasses avait cessé, il reprit la parole plus calmement:

"Alors comme nous l'ont dit Malory et Benett les clichés doivent disparaître mais comment ? Doit-on faire parler de cette opération ou les ignorer ? Je pense que les clichés ne sont pas forcément vrais, ils sont même souvent faux  pas tout le temps, pas jamais parfois et aujourd'hui je le confesse, STOP ! Je suis devant vous un Gryffondor mais au fond je suis sûr d'être un Serpentard et je ne suis pas le seul j'en suis persuadé... Merci de m'avoir écouter."

Redose se rassit et se tut en gardant la tète haute, il attendait une réponse utile. Il avait terminé pour le moment.

I can...You can't...We can, I'm the god and I can do anything...

Opération "Bisounours"  PV 

Liana avait dit à cette fille de Serpentard, Cassiopée, qu’elle viendrait au débat organisé par les Serpentard. En fait, elle ne le lui avait pas dit de vive voix car elles ne se connaissaient pas, Liana avait seulement vu les immenses affiches collée sur les murs du château par les Serpentard et le nom de cette fille était le seul qu’elle avait retenu. Elle avait donc envoyé un hibou confirmant sa présence à l’évènement, elle espérait ne pas être la seule Serdaigle à y être. Nerveuse à l’idée de prendre la parole devant une foule, elle était d’abord passée dans les cuisines de Poudlard, pour prendre un morceau de brownie, son gâteau préféré. Grignoter l’aiderait à se calmer, et elle en aurait besoin si elle voulait éviter d’assommer les autres sous un flot de paroles incessantes.

L’heure du débat approchait, il ne lui restait que cinq minutes pour rejoindre la salle de cours où avait lieu la réunion. Liana monta donc les escaliers quatre à quatre jusqu’au cinquième étage, à son grand soulagement elle était à l’heure. Elle scruta donc la foule à la recherche d’un regard familier et aperçu Jennie, celle-ci semblait d’ailleurs être la seule autre Serdaigle. Liana se rapprocha donc de son amie et une des filles à l’origine de l’évènement pris timidement la parole en expliquant le pourquoi de la naissance de cette réunion. Une autre plus âgée et plus assurée enchaîna et présenta au passage la première.

*Cassiopée est donc cette première année timide*

Après la prise de parole des supposées organisatrices, plusieurs autres personnes s’étaient exprimées. Il s’agissait majoritairement d’élèves de Gryffondor, mais une Serpentard aussi avait pris la parole. Liana réfléchit quelques instants à ce qu’elle pourrait dire et se leva :

“Salut !”
Mince, elle avait parlé trop fort à son goût, elle se mordit la lèvre et reprit :
“Je voulais partager une expérience récente qui…montre qu’au moins deux clichés sont faux. Cette semaine je me suis disputée avec une élève de Serpentard, la raison n’est pas glorieuse et si j’avais fait preuve de jugeote ce ne serai pas arrivé. En effet, je l’ai vu ramassé une malheureuse plume et en ai conclu qu’elle la volait, je n’ai pas réfléchi une seconde avant de lui hurler dessus, au milieu d’un couloir rempli d’autres sorciers. Elle voulait couper court à la dispute, mais je n’ai pas su m’arrêter et ai dit des choses vraiment mesquines voir méchantes.”
La honte la faisait rougir, sa conduite était indigne d’une élève de l’école de Magie, Poudlard.
“J’ai même sorti ma baguette, et l’ai braquée vers elle… Bref tout ça pour dire que les méchants dans l’histoire sont pas toujours ceux qu’on croit et que les Serdaigle agissent aussi de façon impulsive et irréfléchie. J’espère que le tableau que je viens de dresser, ne va pas vous faire croire que je suis mauvaise, je suis juste un peu impulsive par moment…”
Sur ces mots elle baissa les yeux, se rassit et se remit à manger, en douce, le gâteau ramené des cuisines.

#45818e

Opération "Bisounours"  PV 

Thalia était venue à cette réunion dans la salle de cours, ou plutôt à ce débat, car elle avait trouvé que les Serpentards avaient eu une très bonne idée en organisant cette réunion, il était très important de parler des clichés, et d'essayer de les faire disparaitre. Thalia était bien placée pour savoir cela : elle était à Poufsouffle, mais cela ne l'empêchais pas le moindre du monde d'avoir beaucoup de traits de caractères normalement réservés aux autres maisons. Elle écouta Cassiopée, puis les autres filles, et enfin eu l'occasion de s'exprimer après Liana Moon, une première année à Serdaigle. Elle dit :
"Bonjour à tous ! Je suis d'accord avec vous, enfin, avec la plupart d'entre vous : ces clichés sont idiots, il faudrait les arrêter ! Bien sûr, ils partent au départ d'une vérité, et d'une bonne intention : les fondateurs n'arrivant pas à se mettre d'accord sur des critères précis, ils ont créé les différentes maisons, chacune accueillant des élèves ayant des caractéristiques précis."

Elle laissa les autres réfléchir à ce qu'elle venait de dire, puis repris rapidement :
"Mais eux, ce sont eux ! Nous, nous ne sommes pas les fondateurs de Poudlard ! Nous ne sommes pas nos ancêtres ! Nous sommes justes des élèves, des jeunes sorciers, qui veulent construire leur avenir et apprendre la Magie !"

Elle reprit son souffle avant de poursuivre d'une voix forte et calme :
"Ces clichés n'ont pas à nous forcer à changer ! Ce n'est pas parce que je suis une Poufsouffle que je vais changer ma personnalité, pour devenir douce, gentille, et aimante ! Bien sûr que non ! Si vous croyez cela, vous vous trompez lourdement !
Je suis une Poufsouffle, et effectivement, je suis généreuse. Je peux aussi être gentille ! Mais je suis tout autant intelligente, j'ai envie d'apprendre ! Comme les Serdaigles ! Je peux parfaitement être courageuse : croyez moi, je suis timide, il est dur pour moi de prendre la parole en public, et pourtant, que suis je en train de faire ? Je peux être courageuse, comme les Gryffondor ! Et je peux aussi être méchante, réagir violemment, mal, comme sont censés faire les Serpentards !"

Elle leva la tête et affirma :
"Ces clichés ne déterminent pas ce que nous sommes ! Je suis peut-être une Poufsouffle, mais je suis avant tout une sorcière ! Une élève de Poudlard ! Tout comme vous ! Nous ne sommes pas différents parce que nous sommes de maisons différentes ! C'est faux ! Je dis cela, mais c'est vrai, et je l'avoue, les clichés m'ont parfois influencés. Et je le regrette, je regrette d'avoir jugé des personnes à la couleur de leur insigne, à l'emblème de leur maison !"

Elle dit finalement :
"Ces clichés nous divisent ! Ils font en sorte que nous nous sentions différents ! Mais nous ne sommes pas emprisonnés dans des cases ! Ce n'est pas parce que ces deux là sont serpentards qu'elle ne me ressemble pas plus qu'une autre poufsouffle ! Il faut trouver un moyen d'arrêter ces clichés !"

Elle reprit son souffle, et s'assit, en clignant des yeux, étonnée d'avoir eu la force de parler comme cela.

|2ème année RP |
« On s'attache aux gens parce qu'on a peur d'être seul, et cette peur est plus forte que la crainte de les perdre » – Ellana Caldin

Opération "Bisounours"  PV 

Un jour, dans la salle commune de Serpentard, Valentine avait entendu une fille de sa maison parler d'une réunion qu'elle avait l'intention d'organiser pour combattre les clichés. Directement, elle n'en été pas victimes mais elle avait souvent surpris des élèves dans les couloirs dire des choses du genre "Ah ouais, cette fille c'est sûre elle est  Serpentard, il y a que ces gens là pour être aussi méchants". Ne voulant pas attirer l'attention sur elle, elle n'avait rien dit et avait passé son chemin, mais depuis, les préjugés faisait partie intégrante de Poudlard et on ne pouvait en aucun cas ne pas les remarquer. Bien sûr, on pouvait les ignorer mais même si on ne laisse rien paraître, on en souffre, comme Valentine. N'étant jamais intervenue lorsque quelqu'un parlait de ce sujet à propos de n'importe quelle maison, elle avait décidé de les combattre en participant à la réunion organisée par des fille de sa maison.
Arrivée en salle de cours, elle fut surprise de voir autant de monde, on trouvait des élèves de chaque maison, mais elle était aussi très inquiète, elle devrait donc parler devant tous ces élèves. Prenant son courage à deux mains, elle s'assit et les écouta passer les uns après les autres. Puis vint son tour, elle se demanda si elle devait se lever ou pas et paniqua, comment faire, et devait-elle se présenter ? Elle répondit à ses question en se levant sans y faire attention et commença son discours.
"Bonjour à tou-tous" Ça commençait bien, voilà qu'elle bégayait
"Je m'appelle Valentine Edin et je suis en première année à Serpentard. Si je suis venue ici aujourd'hui, c'est pour exposer mon opinion par rapport aux préjugés visant toutes les maisons dans Poudlard. C'est nul. C'est ce que j'en pense et d'après ce que j'ai entendu ici, je ne suis pas la seule. Je voudrai les arrêter, par n'importe quel moyen, sauf la violence quelle qu'elle soit."
La petite Edin marqua une pause pour regarder les têtes de ses camarades puis continua.
"Tous les jours plus d'un élève sont victimes de clichés, de préjugés. Dans n'importe quelle maison. Quand on nous annonce notre maison, nous ne sommes pas obligés d'être tous pareils. Toi par exemple." Elle s'adressait à une élève qui n'avait pas encore parlé
"Je ne sais pas dans quelle maison tu es mais je sais que tu n'apprécierai pas si tous ceux de ta maison avaient tous les mêmes goûts, si tu es à Poufsouffle, tu n'es pas obligée d'aimer le chocolat par exemple. Ou si tu es à Gryffondor tu as très bien le droit d'adorer lire et de vouloir respecter le règlement. Ou à l'inverse si tu es Serdaigle tu as le droit de haïr les livres et d'être rebelle. Ou encore, si, comme moi, tu es Serpentard, tu peux être très gentille et ne pas supporter la violence."
Depuis un bon moment elle s'adressait à toute l'assemblée et pour conclure, elle dit:
"Si quelqu'un pense que j'ai tort sur n'importe quel point, qu'il ou elle m'explique en quoi."
Puis elle se rassit et se détendit, elle était fière de son discours, elle n'en avait jamais fait un aussi long et ne savais pas ce qui l'avait poussé à le faire si ce n'est sa haine envers les clichés quels qu'ils soient.
Puis l'élève à côté d'elle prit la parole.

*Deuxième année devoirs et RP
*Ex Filleule de la meilleure marraine de tous les temps !

Opération "Bisounours"  PV 

Juliette s’ennuyait ferme : elle avait tout fait. Lecture, devoir, aide... Et son ventrre gargouillait. Alors, elle regarda la pendule et se dirigea sans hésiter à la Grande Salle. 

Une fois arrivée là bas, la Gryffonne tomba sur une affiche tape à l’œil, qui réunissait les élèves qui le voulaient à parler des clichés sur les maisons. La brunette hésita quelques instants, mais vu l’organisatrice : Cassiopée Malory, une de ses meilleures amies. 

Alors, surexcitée, elle sortit vite de la Grande Salle - sans rien avoir manger -, et alla dans sa Salle Commune pour préparer un petit texte qu’elle pourrait lire à ses camarades, une fois dans la salle de cours.

Lorsqu’elle se rendit dans la salle de classe, dans l’après-midi, elle vit déjà une petite troupe d’élève attablée. D’après elle, il y aurait plus de participants que ça. Elle n’était donc pas dernière, ce qui la ravit. 

La plupart des élèves étaient de dos, et la fillette aux yeux bleus ne voyait pas ni qui s’était, ni de quelle maison ils sont. Dans la foule, elle reconnut quelques élèves qu’elle avait déjà rencontré, et sourit en voyant Cassiopée et Redose. 

Elle s’assit, attendit la fin de la prise de parole de sa camarade, et commença son discours. 

« Bonjour, je suis Juliette Johnson de Gryffondor, pour ceux qui ne me connaîtraient pas. Déjà, je tiens à remercier les organisateurs de cette réunion, j’espère pouvoir retenter l’expérience, commença-t-elle alors poliment. Je suis contre les clichés des maisons, certes, mais chaque maison à ses valeurs. Si on ne les retrouve pas dans les membres de cette maison, le Choixpeau est bon pour la poubelle ! », entama Juliette, en marquant une pause. 

Elle savait que le but n’était pas qu’elle les convainque - d’ailleurs, c’était plutôt le contraire -, mais ils étaient dans un débat, et chacun était là pour exprimer son avis personnel, et la Gryffondor le faisait en ce moment même. 

« Certes, dans les gros clichés, les Gryffondor sont chouchous et foncent dans le tas, les Serdaigle travaillent toute la nuit et reste toute la journée cloîtrés dans la bibliothèque, les Poufsouffle mangent sans arrêts et sont naïfs, et les Serpentard arrivent à leurs fins en étant méchants et malins, c’est totalement... Exagéré. Oui, je pense que le mot exact pour définir les clichés, c’est l’exagération. Mais c’est en cédant aux clichés qu’on y ressemble, non ? Ma théorie peut paraître invraisemblable ou dingue, mais les Gryffondor sont courageux, donc foncent dans le tas pour se protéger, eux et les personnes qui en ont besoin ; les Serdaigle travaillent avec acharnement, donc restent à la bibliothèque pour travailler ; les Poufsouffle sont gentils parfois un peu trop, ça explique la naïveté ; et enfin, les Serpentard sont malins et intelligents, ils eusent de leurs qualités pour se faire du bien. N’est-ce pas logique, à présent ? ». 

Son point de vue était exposé, elle n’attendait plus qu’à se faire convaincre. Elle ajouta donc, pour bien se faire comprendre. 

« Bien sûr, je n’attend qu’à changer d’avis ! À vous de me convaincre. Après tout, ne suis-je pas venue pour cela ?, dit Juliette en regardant ses silencieux camarades. Bien, j’ai fini de parler. ». 

Une fois qu’elle eut dit ça, elle s’appuya sur son siège, le balança légèrement en arrière, et regarda avec attention les élèves présents dans la pièce. 

2ème année RP * fiche dans mon profil
Je suis une Renaudette, parce que je suis Morgane de toi, et qu’You are belle and I are beau !
Jo’family :cute:

Opération "Bisounours"  PV 

Sarah était crevée. Elle avait passé toute la nuit à travailler, pour rattraper l’énorme retard qu’elle avait pris sur ses devoirs. Une pile de bouquin sur un coté, des parchemins de l’autre, elle griffonnait un dernier mot, et elle aurait finit. Elle se leva enfin, avec qu’une seule idée en tête, allé dormir. Hélas, elle avait promis qu’elle se rendrait à la petite réunion organisée par des Serpentards, le thème étant les clichés.

Quand elle était arrivée à Poudlard, elle ne s’en était pas rendu compte, mais plus les mois passaient à longer les couloirs de l’école, qu’elle avait finie par les entendre. Des remarques stupides, souvent dites pour faire le malin devant des amis, ou même pour faire passer sa colère sur un éclat de rire. Sarah trouvait ça plutôt vexant, humiliant et bête. Si quelqu’un l’a traitait de « flemmarde » ou autres, elle ne répondait pas, ne voulant pas entrée dans ce jeu idiot.

Elle prit quelques affaire, et couru jusqu’à la salle de cours, en retard, comme à son habitude. En entrant, elle se fit la plus discrète possible, pendant qu’une Gryffondor s’exprimait devant une quinzaine d’élève assit devant une petite estrade. Personne ne parut remarquer sa magnifique entrée. Elle s’installa tout au fond de la pièce et écouta en silence la fin du discours de la jeune fille. Sarah était parfaitement d’accord avec elle. Et puis les personnes s’enchainèrent, les discours se prolongeait, et Sarah s’endormi d’un coup.

Elle se réveilla à la fin du discours d’une autre Gryffondor. Cette dernière alla s’asseoir, et Sarah regarda autour d’elle, attendant qu’une autre personne se présente pour parler. Mais il fallait croire que non. Alors elle se leva, et marcha vers le devant de la salle en somnolant. Se tournant vers l’assemblée d’élève qui la regardait, elle se senti soudain très fatiguer.  Mais elle n’avait pas détruit son temps libre pour rien ! Alors elle redressa la tête et souris à tout le monde.

-Bonjour, je m’appelle Sarah Brown, et je suis à Poufsouffle. Dit-elle. Je suis tout à fait d’accord avec ce qu’on dit les personnes avant moi. Bon, vous avez déjà un peu tout dit, mais je vais reprendre un peu.

Elle fit une pause, pour empêcher un bâillement de sortir de sa bouche.

-Tout d’abord, je trouve que les clichés sont complètement débiles, qu’ils ne disent pas la vérité sur la personne visé. Cette dernière pourrait être à Serdaigle, et détester les livres. Regardez Ron Weasley, par exemple, il était à Gryffondor, ceux « qui n’ont peur de rien » et pourtant il ne supportait pas l’idée de voir une araignée ! Je trouve vraiment énervant l’idée d’être rapatrier dans une maison, juste parce qu’un chapeau qui parle vous dit que vous êtes ceci ou cela, alors qu’il n’apprend pas à vous connaitre, il décide juste ce que tu dois être ! Je pense que si les maisons n’existaient pas, ce genre de paroles non plus, et la vie serait sans doute plus facile dans les couloirs de notre école. Ses imbécilités détruisent notre réputation.

Sarah souffla un bon coup. Tous ces mots étaient sortis d’un coup, sans interruption. Elle rougie, gêner de s’être laissait entrainer par ses émotions.

-Bon… Pour résumer, personne n’a le droit de vous dictez ce que vous devez devenir, ne vous laissez pas impressionner par des phrases qui en somme, ne vous décrives pas telle que vous êtes réellement. Tout le monde à son propre caractère, personne ne ressemble à personne, même des gens d’une même maison. Merci de m’avoir écouté.

Elle marcha jusqu’à sa place, parfaitement réveiller après un discours aussi sauvage. Elle se recroquevilla sur sa chaise, et baissa les yeux pour éviter le regard des autres.

Bonjour, Je suis une dinde farcie dont la date de péremption est dépassée depuis novembre dernier
J'aime picorer la tête des gens...mais à pars ça, tout va bien

Opération "Bisounours"  PV 

     Lorsque un soir Ysalyne était arrivée dans la salle commune,  se plaignant d'avoir encore été victime d'un de ces nombreux clichés sur les Serpentard, Diana avait discuté avec elle et Cassiopée. Le meilleur moyen après tout, était de faire passer leur message aux autres élèves. Alors Cassiopée avait une idée que la jeune Anderson approuvait totalement : faire un débat avec les élèves des autres maisons. Après tout, eux aussi étaient victimes de nombreux clichés. Et ils devaient en avoir mare.

     Le jour J, Diana était arrivée à peu près dans les temps. Les discours de Cassiopée et Ysalyne étaient très bien, la jeune fille ne regrettait pas d'être venue. Puis, l'un après l'autre, les différents sorciers venant de nombreuses maisons différentes s'exprimèrent, faisant un semblant de tour de la salle. Diana avait écouté avec attention chaque personne de la salle exprimer son avis. Assise confortablement sur une chaise, elle hochait la tête verticalement afin de montrer son accord. Lorsque sa voisine finit de prendre la parole, la jeune fille pressentit que ce serait à elle de parler. Elle savait déjà à peu près de quoi elle allait parler, bien qu'elle n'ait pas réfléchit à la forme. Tant pis, elle improviserait.

     Elle se leva de son tabouret et s'éclaircit la voix. Contrairement à d'autres élèves qui ne semblaient pas très à l'aise à l'idée de parler, cela ne dérangeait pas vraiment Diana. Elle beau être quelqu'un de discrète et pas très sociable, elle n'était pas timide.

     « Bonjour à tous. J'voulais en premier dire merci à Cassiopée et Ysalyne d'avoir organisé cette réunion. C'est sympa de leur part. Dans l'ensemble, j'suis plus ou moins d'accord avec ce que vous avez dit. Bien sûr, les clichés ne doivent pas être généralisés mais c'est pas pour rien que j'suis à Serp'. Vous voyez, dans les maisons on a quand même des traits de caractère en commun. Chez les Serp' par exemple, on est souvent ambitieux, rusé ou calculateur. Toute ma maison a plus ou moins ces côtés là, c'est pour ça d'ailleurs qu'elles ont été créées. Mais par contre, c'est parce qu'on est calculateur qu'on est méchant. Faut pas confondre, hein. »

     Elle s'arrêta et réfléchit quelques instants. Puis, confirmant qu'elle n'avait plus rien à dire, elle s'assit.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG

Opération "Bisounours"  PV 

En écoutant parler tout ses camarades, assise sur une table en balançant les pieds, Herminie se rappela pourquoi elle était restée enfermée avec ses camarades de Poufsouffle. Là où il n'y avait pas de raison d'avoir des préjugés, puisque ça n'avait pas vraiment de sens de faire cela au sein d'une même maison... Surtout à Poufsouffle. Par définition, ils étaient la maison de la tolérance, après tout. Mais là, devant tous ces étudiants, et avant cela, devant cette affiche colorée, la petite fille avait commencé à se dire qu'il faudrait peut-être qu'elle s'ouvre plus. Parce que laisser chose d'aussi triste se passer dans l'école... C'était juste nul.  
Pour elle, ça avait commencé avec le match de Quidditch Poufsouffle-Serpentard, se rappela t-elle. Des rumeurs dans les couloirs, et les premiers regards noirs de sa vie. Elle en avait été terrifiée, de ne pas comprendre. Elle s'était demandé pourquoi certains Verts et Argents semblaient encore énervés à propos d'un jeu. Mais là, en entendant parler les élèves qui portaient du vert sur leur tenue, elle compris qu'il y avait sans doute une raison plus profonde... 

Herminie n'était pas bien certaine de ce qu'elle voulait dire, donc elle laissa passer un grand nombre de gens parler avant elle. Elle fut attristée d'entendre que les Serpentard vivaient mal les reliquats de la guerre, et agacée d'entendre les autres continuer, malgré cela, à définir un Serpentard comme "méchant". Elle faillit se jeter sur sa camarade Thalia pour l'empêcher de dire une monstruosité pareille. Mais Diana Anderson, une des participante aux épreuves magiques, remis les pendules à l'heure. 

Elle prit la parole après cette dernière : "Bonjour tout le monde, je m'appelle Herminie Peers. Merci d'avoir organisé cela" puis enchaîna ensuite avec ce qu'elle voulait dire. "Diana a raison, même en parlant de préjugés il continue à y en avoir ! Etre méchant, c'est pas logique, c'est juste que oui, un Serpentard ne sera pas à vos petits soins si il ne vous connaît pas mais ça fait juste d'eux des gens prudent ! Nous à Poufsouffle on l'est beaucoup moins, mais du coup on peut se retrouver dans des mauvaises situations si on fait trop vite confiance, et on retrouve nos secrets semés aux quatre vents. Il n'y a pas de mal dans les deux cas, pourtant les Poufsouffle se retrouvent avec le "gentil" et les Serpentard le "méchant". Je n'aime ni l'un ni l'autre", dit-elle en faisant la moue.

"Vous savez que pour le match de Quidditch, avec les Poufsouffle on a fait pleins de banderoles et de chansons ? On les a fait parce que c'est l'esprit du jeu, personnellement parce que je ne veux pas faire du Quidditch mais j'aime "le match des tribunes", j'aime les jolis mots bien trouvés... Et bien on a chuchoté dans les couloirs qu'on était pas très Poufsouffle. Je trouve ça horrible, qu'on veuille nous empêcher de nous amuser, parce qu'on est les gentils Poufsouffle idiots. Ces poèmes et banderoles, ils auraient été les mêmes avec n'importe quelle maison !" commença t-elle à s'enflammer. "Mais je m'excuse quand même auprès des Serpentard ici présents si ils ont été mis mal à l'aise par cela. Je ne promet pas du tout que je ne recommencerait pas, mais j'espère que d'ici là vous saurez que ça n'a rien à voir avec le passif de la maison."

"Il y a aussi une chose que je voudrait clarifier", dit Herminie en se penchant un peu vers l'avant. Ses yeux balayait l’assemblée, loin du cliché des Poufsouffle, et loin de son allure habituelle. Quand Herminie Peers trouvait une cause qui lui tenait à cœur, elle devenait très intense "C'est que aimer le chocolat n'est pas un caractère, n'est pas une définition, rien, c'est juste un goût. Je trouve blessant que les gens ne savent tellement pas nous définir qu'ils restent sur ça. Peut-être que tout le monde mérite qu'on s'intéresse plus à eux pour éviter ce genre d'idiotie"

Elle souffla un bon coup pour se calmer, puis décida de finir sur quelque chose de plus général.

"Je pense qu'être accepté dans une maison, on a beau dire, ça nous change. Le Choixpeau nous réparti dans la maison où il pense que nous deviendront le meilleur adulte possible, selon moi. Comme s'il y avait plusieurs versions de nous-même et qu'il choisissait la plus belle. Mais ça peut être d'une manière ou d'une autre ! Moi j'adore Poufsouffle et sans doute que la maison m'a déjà changée, mais, et elle regarda dans les yeux le Gryffondor qui voulait être à Serpentard, dans ton cas par exemple peut-être que tu vas grandir en te construisant comme "je ne suis pas un Gryffondor", et que le Choixpeau a trouvé que c'était la meilleure idée pour te pousser en avant ?"

"Je dirais qu'on doit tous re-réfléchir aux vraies valeurs des maisons, et éliminer les goûts et les non-sens" termina t-elle. 


#1c4587, bleu dernière ligne, 3ème colonne par la fin

Herminie Peers, Deuxième année RP
Cala-minie Jane
PATA-P / OPT

Opération "Bisounours"  PV 

Anabelle avait entendu Cassiopée et Ysalyne parler d'un debat contre les clichés entre maisons dans une salle de cours alors qu'elle etait au Chaudron Baveur. C'etait une excellente idée, les clichés c'etaient nuls et ca ne servait qu'a créer des conflits entre maisons. Elle avait donc décidé de s'y rendre.
Après que Cassiopée et Ysalyne aient présenté le projet, plusieurs eleves donnerent leur avis elle se decida a parler.

"Bonjour a tous! Je suis Anabelle Franck de Gryffondor. Je suis venue ici c'est parce que je suis comme vous. Les clichés sont nuls et ne font que des conflits entre les maisons. Par exemple les Gryffondors sont courageux mais je suis claustrophobe. J'ai une amie de Serdaigle qui ne passe pas sa vie dans les livres et qui est tres gentille. Une autre de Poufsouffle qui est très courageuse.
Je pense que chaque sorcier possede tout les " caracteres" de chaque maisons mais juste chez certains ils sont plus present. Et ce n'est pas parce que Voldemort a ete a Serpentard que TOUS les Serpentard sont mechants. Au contraires je les trouve très gentils et sympathiques. Et malheureusement ce sont eux qui subissent le plus de prejugés faux. Et pareil pour les Poufsouffles, ils ne sont pas tous naïfs et comme l'a dit Herminie, aimer le chocolat n'est pas un trait de caractere mais un gout. Je suis sure que beaucoup de Poufsouffle n'aime pas le chocolat. Tous comme beaucoup de Gryffondors ne sont pas forcement courageux et les Serdaigles des erudits. Tout ca pour dire que c'est n'importe quoi et que vous vous moquez surement parce que on a peur de ce qu'on ne connait pas et on reajit en se moquant. Voila merci de m'avoir ecoutee."

Anabelle se rassit et laissa la personne a cote d'elle prendre la parole.

Je suis un corbeau diagnostiqué accro aux sucreries ^^
Deuxième année rp & devoirs
Membre de la #teamtarteaucitronmeringuée

Opération "Bisounours"  PV 

Quand Cassiopée était venue l'inviter à un débat contres les clichés à Poudlard, Cal y avait vu une bonne opportunité pour s'amuser. Après tout, beaucoup de clichés étaient drôles, et c'était l'occasion rêvée pour lancer un petit conflit entres maisons, dans la franche camaraderie bien sur. Il s'y était donc rendu plutôt excité, et malheureusement avait vite déchanté. Ce n'était pas vraiment un concours de blagues sur les maisons comme le rouquin l'avait imaginé en fait, mais plutôt une discussion très sérieuse, trop sérieuse.
Le poufsouffle, dans sa légèreté habituelle, n'avait évidemment pas pensé que certaines personnes se trouvaient vraiment blessées par certaines remarques que l'on pouvait leur faire suivant l'écusson brodé sur leur robe. Les mangemorts, les anti-moldus, les "intello"... tout ça lui était tout simplement passé au dessus de la tête. Sans doute parce que lui ne s'attardait à coller une étiquette sur le front des gens, ou peut-être parce que, par chance je suppose, il ne s'était jamais retrouvé confronté à un "méchant cliché".
Quoiqu'il en était, l'heure tournait et Cal, la mine boudeuse, ruminait. Il aurait été tellement mieux dehors à s’entraîner à réussir enfin cette vrille à balai qui lui donnait tant de mal.. Il se surprit même à penser qu'il aurait préféré faire ses devoirs, vous vous rendez compte ?
Par respect cependant, et parce que tout de même Cal était curieux de ce que les autres avaient à dire, il avait essayé très fort de ne pas perdre une miette du débat. Cass avait parlé en premier, plutôt logique du fait que l’initiative soit la sienne. Puis Ysalyne, la troisième année préférée de Cal, l'avait suppléé. Il avait à ce moment la encore de l'espoir, les deux jeunes filles les ayant invité à "rire un bon coup sur les clichés", puis vinrent les premiers témoignages. Bien que la rigolade ne soit pas vraiment au rendez-vous, excepté pour cette gryffondor du tout début, tous avaient des arguments qui tenaient la route, que ce soit catégoriquement contre ou plutôt acceptant les clichés, et le tout était plutôt intéressant. Mais Cal n'arrivait pas à se prendre dans l'ambiance, son esprit encore trop immature refusant de céder au sérieux de la situation.
Plusieurs élèves prirent encore la parole tour à tour, exposant leurs expériences personnelles, mais aussi leurs avis. L'intérêt que portait Cal aux discussions enregistra un pic lorsque Herminie parla de quidditch. C'était inespéré, même si ce n'était que question de tribune. La jeune fille donna au rouquin le prétexte qu'il attendait depuis déjà un bon bout de temps pour partir se perdre dans ses pensées.
Alors que des balais et des souafles remplissaient la tête du poufsouffle, Herminie finit son discours et une autre rouge et or prit la parole. Cette dernière finit par se rasseoir, ayant elle aussi terminé d'étaler ses arguments, et ce fut au tour de Cal. Quand il ne se leva pas cependant, un malaise s'installa peu à peu, rompu finalement par cette même gryffondor, qui le secoua doucement par les épaules. Pris au dépourvu et terriblement confus de ne pas avoir écouté un seul mot des dernières cinq minutes, Cal rougit rapidement. Il reprit cependant vite ses esprits, et se leva enfin.


- Euh alors bon et bien moi, je pense que les clichés "gentils" et les rivalités entres maisons doivent exister, sinon on s'ennuierait ! C'est vrai que si c'est dans le but d'attaquer la personne avec quelque chose qui n'a peut-être aucun lien avec elle, c'est pas très malin... il marqua un temps d'arrêt afin d'observer de quelconques objections, et enchaîna, mais moi j'aime bien vous taquiner sur vos maisons, et ça ne me dérange pas que vous me rendiez la pareille, après tout j'aime manger c'est vrai, et surtout du chocolat d'ailleurs, et je vous aime tous ici, oui je suis un gentil garçon ! fit-il en leur présentant son plus beau sourire, c'est vrai cependant aussi qu'il ne faut pas mettre de barrières, je peux sans problème par exemple me vanter d'être bien plus brave qu'une bonne poignée de Gryffondor, et la ruse de mes farces ferrait blêmir beaucoup de Serpentard, sans parler de mon bulletin rempli d'optimal !

Il finit son discours sur ces sages -pas vraiment- paroles, et toisa l'assemblée dans un air de défi, un sourire néanmoins bienveillant lui étirant les lèvres, avant de se rasseoir. La vantardise et la provocation n'était pas très "poufsouffle", mais après tout n'étaient-ils pas tous là pour casser les clichés ?

Le poufsouffle préféré de ton poufsouffle préféré
Starting Seeker des Frelons
2ème année RP