Salle de cours

Inscription
Connexion

 Ysalyne Benett  One's help is the best gift ever

Début décembre 2042


"Reparo"

Cette fois-ci, la double page du livre posé à deux mètres du garçon avait bougé. Une partie de la feuille arrachée était venue se recoller à sa place initiale, mais le reste s'était juste partiellement défroissé sans avoir bougé. C'était toujours ça, il s'améliorait ... Le garçon s'approcha du livre pour vérifier l'absence de marque de déchirure sur la page qui venait de se remettre. Hélas, celle-ci ne s'était pas recollée correctement, les écritures ne correspondant pas du tout entre la page d'origine et la nouvelle venue. Alexander enrageait : pourquoi il n'y arrivait pas ? Pourquoi ça ne marchait pas avec lui ?

Son dernier cours de Sortilèges avait été une torture. Leur professeur leur avait fait découvrir un nouveau sort, mais lorsqu'il avait fallu le mettre en pratique devant la classe, Alex n'avait pas réussi. Il n'était pas le seul bien sûr, mais la perspective d'un échec en public le rendait fou. D'autant plus que près d'un quart de sa classe avait lancé un sortilège parfait. Il s'entrainait donc depuis deux heures maintenant, dans une salle isolée pour éviter d'être surpris, à réparer un livre qu'il avait déchiré lui-même toujours un peu plus à mesure que la frustration de l'échec s'intensifiait.

Il arracha de nouveau quelques pages et se recula de deux trois pas.

"Reparo" recommença-t-il en pointant le livre de sa baguette.

Mais là encore, le résultat n'était pas à la hauteur de ce qu'il espérait, ou plutôt de ce qu'il s'imposait : une partie des feuilles se collèrent entre elles, formant un feuillet à part de l'ensemble du livre, tandis que d'autres étaient venues se coller à la couverture même. Énervé, le garçon se saisit du livre et le balança à travers la pièce, en poussant un juron.

"N'oublies pas Alexander, tu auras beau accumuler autant de connaissances que possible, ce ne sera jamais que la force de ton coeur qui te fera agir : un coeur plein de vertu est supérieur à une tête pleine de science !!"

 Ysalyne Benett  One's help is the best gift ever

Ysalyne poussa un profond soupire. Seule. Elle l'était, et son cœur, brisé, avait perdu tout espoir de réconciliation. Elle avait tour à tour perdu Antony, puis Amaëlle, et la blessure était encore bien trop fraiche dans son esprit et dans son corps pour qu'elle en chasse la douleur et la peine. Y parviendrait-elle un jour ? Elle l'ignorait. Pour le moment, cela lui semblait tout simplement insurmontable.

De plus, les vacances de Noël approchaient à toute allure et l'idée de retourner chez ses parents, dans leur petite maison à Londres, lui retournait l'estomac.

Traînant des pieds, Ysalyne s'était résolue à quitter la chaleur de ses couvertures et de son lit pour se rendre à la Grande Salle. L'heure du diner sonnerait bientôt, et quitte à s'ennuyer ferme et à déprimer sur sa vie toute entière, la deuxième année avait décidé de le faire devant les portes qui s'ouvriraient dans plusieurs minutes pour lui laisser le passage vers tout un tas de nourriture dont elle s'empiffrerait jusqu'à n'en plus pouvoir. Au moins, elle s'endormirait rapidement, avec le ventre pleins. Car en réalité, le plus dur était peut-être de devoir toujours partager son dortoir avec Amaëlle, et n'avoir ainsi aucune réelle solution de replis.

A croire que le destin s'acharnait sur elle. N'avait-elle pas eu une première année assez difficile comme cela, une première année qu'elle avait été obligé d'arrêter en février pour rejoindre sa famille en Ecosse ? Etait-elle destinée à vivre toutes ses années de scolarité à Poudlard dans la tristesse et les cauchemars ? Oui, vraiment, cette perspective l'enjouait... Youpi... C'était franchement...

Ba-boum !

En passant près d'une salle de classe, qui aurait dû être vide à cette heure, Ysalyne sursauta. Un grand fracas sourd avait retenti, et ne laissait aucun doute sur le fait qu'une présence se trouvait dans la salle. Mais qui ? Ou quoi ? Des élèves ? Ou pire... Peeves ?

Mais le juron qui parvint faiblement à ses oreilles écarta la deuxième option. Peeves ne jurait pas de la sorte, et encore moins quand il était seul. Ses insultes étaient souvent si imaginatives qu'elles en devenaient inégalables et étaient la plupart du temps dirigées contre des élèves. Curieuse, Ysalyne s'approcha et ouvrit lentement la porte.

Un petit garçon blond, dos à elle, semblait en proie à une grande colère. Du moins, de là où elle était, ce qui émanait de lui ressemblait énormément à de la colère, mais peut-être se trompait-elle, après tout... Elle se demanda si elle devait entrer, lui demander ce qu'il se passait. A sa place, elle n'aurait certainement pas apprécié être vu dans cet état, aurait préféré rester seule.

Décidant de laisser le jeune garçon tranquille, elle entreprit de refermer la porte lorsque celle-ci émit un grincement suraigu qui la fit grimacer. Eh bien, pour la discrétion, elle repasserait...

*en baisse de régime pendant l'été mais passerai quasiment tous les jours quand même*
Non, ça ne m'énerve pas mais... C'est Ysalyne avec deux Y, bandes de trolls analphabètes !
Deuxième année RP