Couloirs

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

Ça y est on est samedi, et la bibliothèque viens de fermer je prends mes dernières affaires avant de rejoindre les couloirs tout en trainant un peu des pieds. C’était plutôt calme, bien que je n’eusse pas l’habitude de trainer dans les couloirs cette fois c’était légèrement différent je cherchais une faille aussi petite soit -elle, dans le but de me rendre dans cette fameuse réserve qui était pour le moins mystérieuse. C’est en regardant une armure que l’idée m’est venue, si la réserve était probablement bien gardée par des sortilèges de protection il fallait détourner ceux-ci par quelques techniques moldue.

Je me mis en direction de mon dortoir pour récupérer quelques affaires qui pourraient être utiles. Livre de sortilège, fourchette, cuillère et d’autres petits objets métalliques sans grand intérêt. J’attendais une heure où le dortoir serait endormi, enfin surtout les préfètes, ça serait dommage qu’elles viennent perturber mes projets d’infiltration. Le tonnerre commençait à gronder et c’est sans surprise que certaines filles se sont réveillée, il fallait donc attendre un peu plus. Ce n’est que vers une heure du matin que je pus sortir du dortoir avec mon petit sac rempli.

Direction les sous-sols, je descendais les escaliers en prenant soin d’éviter de faire du bruit, les seuls décibels audibles étaient cet orage qui gronder à l’extérieur. Il faisait très frais cette nuit-là, et la lanterne que j’avais prise avec moi ne suffisait certainement pas à me réchauffer. C’est en arrivant dans les sous-sols que je fus surprise que la température soit agréable. Mais je ne pouvais pas m’attarder plus longtemps dans ceux-ci, si Rusard arrivait s’en était fini. Je substituais l’épée de l’armure la plus proche avant de me remettre en route pour le troisième étage en direction de la bibliothèque.


Je me trouvais donc dans le couloir de nuit, devant la porte, lanterne dans la main gauche et épée dans la main droite, j’avais l’air belle tiens… si j’avais le malheur de tomber sur un seul professeur, ho non je n’ose pas imaginer. Dans tous les cas c’était bien trop tard pour faire demi-tour. Je me débarrassai de la lanterne que je m’efforçais de poser le plus doucement possible, mais c’est sans compter sur un éclair qui me fit sursauter et casser celle-ci. L’huile chaude coulait lentement sur le sol. Le verre était lui aussi brisé. « Pfff quelle poisse » murmurais-je à moi-même. Plus qu’une option entrer dans la bibliothèque en priant pour qu’il n’y ait aucun passage avant ma sortie de celle-ci. Après tout à une heures du matin qui passerait par la bibliothèque ? Non aucun risque, je m’en occuperais à ma sortie. Et puis dans tous les cas j’avais une main libre maintenant, je sortis ma baguette tout en là pointant vers la porte. « Alohomora » c’était avec facilité que celle-ci s’ouvrit.

C’est naturellement que je refermais la porte derrière moi. Je me mis sur le comptoir où j’ouvris un livre de sortilège afin de lancer un de ceux-ci que j’avais repérés l’or d’une lecture. Je me dirigeais alors vers la porte où je commençais à lancer mes sortilèges
« protego totalum, protego totalum » je marquais un blanc tout en regardant le livre « sal..veo maleficia, salveo maleficia » la barrière créée avait l’air très fragile, normal me dirait -on cela devait déjà être un exploit qu’un voile apparaisse. Bien j’espérais vraiment que ça pourrait dissimuler les bruits comme c’était marqué dans le livre.

Je me plaçai alors devant la porte de la réserve « Alohomora », mais rien ne se passait. "ALOHOMORA" toujours rien. Visiblement celle-ci était bien gardée. Je feuilletais alors un peu le livre à la recherche de quelque chose d’autre. « Ouvre-porte » quelques étincelles sortaient de ma baguette pour aller se loger tout droit dans la serrure avant d’exploser laissant apparaitre une légère fumée. Visiblement ça allait être plus dur que prévu. Je bouquinai encore mon livre dans le but de trouver quelque chose d’intéressant. « Sortilège est principalement utilisé pour les portes. Pour le détecter, il suffit de lancer un objet contre la cible. Si la cible renvoie l'objet, elle a été ensorcelée » lisais-je, un passage qui m’interpellait vraiment. Je pris le temps de sortir la cuillère de mon sac avant de la jeter contre la porte. Celle-ci rebondit violemment avant d’aller se coincer entre deux livres d’une étagère. Je ne pus pas empêcher un soupir de déception. Je me reposais quelque minute avant de recommencer des essais. « Alors, essayons ça, hum hum Diffindo ! » rien ne se passa. « Peut-être ça… Deprimo ! » un léger jet de lumière sortie de la baguette avant de disparaitre contre la porte. « haaaa mais ça va finir par s’ouvrir oui ! Confringo ! » une petite boule de la grosseur d’une bille se vit projeter sur la porte avant d’être renvoyée vers une fenêtre ou un de ses carreaux éclatât à l’impact. Je continuais alors avec des centaines d’essais dans l’espoir qu’une combinaison fonctionne. Hélas sans succès.

Je commençais à un peu désespérer, je me vis donc obligée d’utiliser mes plans. Je pris la fourchette que je glissai lentement dans la serrure. « Incedio » la chaleur faisait fondre la fourchette qui prendrait alors la forme de la clef. Sans succès visiblement la fourchette était simplement collée à la porte et maintenant impossible de l’enlever, car celle-ci était maintenant protégée par les sortilèges mis en place. « Bon ben dernier essaie… » dis-je en regardant l’épée. Je fis passer celle-ci sous le montant de la porte et une fois ceci fait j’utilisai le sortilège de Gonflus pour la faire grossir. Avec un peu de chance celle-ci aller mettre suffisamment de pression sur la porte pour la faire céder physiquement. L’épée continuait de gonfler et c’est dans un énorme « BOOOM » que celle-ci disparut laissant derrière elle quelques morceaux de métal. J’étais épuisée il était maintenant quatre heures du matin et la porte était toujours intact. Sans compter maintenant tout le saccage à nettoyer avant de partir. Je pris le temps de m’assoir contre un mur pour me reposer un peu.

Repos qui ne fut pas d'une grande durée à peine quelque minutes plus tard la porte de la bibliothèque s'ouvrait laissant apparaitre une lumière éblouissante qui visiblement était du a un Lumos. J'étais complètement paniquée, dans et dans le feu de l'action j'envoyais cinq
"Expeliarmus" un peu aléatoirement vers la lumière en espérant que ce soit une première année et que celle-ci a peur. C’est de toute logique que ma baguette s’échappait de mes mains après avoir entendu un "Expeliarmus" visiblement plus que bien exécuté. J'étais désormais sans baguette devant la porte de la réserve ou l'on pouvait voir apparaitre des traces de brulure et des écorchages avec en prime une agression sur un élève ou pire un professeur. La lumière s'approchait doucement tout en m'éblouissant, je tremblais de peur, je n'osais même plus bouger sans compter que j’étais à deux doigt de pleurer. J’avais pourtant tout si bien prévu ! comment cela pouvait se finir ainsi ?

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

Ce soir là, Elina avait quitté sa salle commune après le couvre feu pour se livrer à sa ronde. Les préfets se relayaient dans cette tâche de façon à ce qu'aucun ne voit ses études mises en péril par un manque de sommeil résultant de ce travail de nuit. Et il fallait bien reconnaître que les professeurs prenaient rapidement le relais en semaine pour qu'aucun élève n'aille se coucher trop tard, préfet ou non. Cependant, nous étions au beau milieu du week-end et Elina voyait se profiler une longue nuit. A chacune de ses rondes, la Poufsouffle ne manquait pas de glisser sa carte du maraudeur dans sa poche. Avec ce bout de parchemin d'allure innocente, les élèves en cavale n'avaient aucune chance et son travail était grandement facilité.

La nuit s'avéra plutôt calme et, hormis quelques premières années qui s'étaient égarées plus ou moins volontairement et qu'il avait fallut guider jusqu'à leur salle commune, Elina n'avait rien eu à faire. La quatrième année jeta un regard ensommeillé à la carte du maraudeur qu'elle venait de déployer une fois encore. Personne ne semblait d'humeur à sillonner les couloirs si ce n'est les professeurs dont c'était le tour de garde et le fantôme de Rusard, toujours accompagnée de sa vieille boule de poils mitée, qui ne perdait pas ses vieilles habitudes. L'ambiance était pour le moins déprimante, à la limite du lugubre. Cet immense château désert plongé dans la pénombre et le tonnerre qui grondait au dehors... Cela déprimait Elina de voir la pluie dense ruisseler contre les fenêtres qu'elle croisait durant sa ronde. Elle aimait le bruit de la pluie et affectionnait tout particulièrement le grondement du tonnerre, contrairement à une large partie de la population qui redoutait ce son, là n'était pas le problème. Mais rien ne venait rompre la monotonie de cette nuit et l'ennui faisait qu'elle n'était pas d'humeur à apprécier ces sons à leur juste valeur. Elle replia la carte pour arpenter certains des couloirs du deuxièmes étages que les élèves indisciplinés affectionnaient.

Il n'était pas loin d'une heure du matin, quand elle consulta à nouveau la carte du maraudeur. Elle mis quelques secondes à repérer un point qui se déplaçait sur la carte et quelques secondes de plus pour se rendre compte que le nom qui accompagnait ce point n'appartenait à aucune des personnes autorisées à déambuler dans les couloirs à cette heure-ci. La lassitude avait altéré sa vitesse de réaction, mais la perspective de se mettre en chasse l'avait totalement réveillée. La petite étiquette qui accompagnait le point en cavale indiquait Ellie Rains. Ce nom ne disait rien à Elina. Il s'agissait probablement d'une première année plus hardis que les autres, qui pourtant n'avait pas fait parlé d'elle jusqu'à présent. Ou du moins, cela n'était pas parvenu aux oreilles de la Poufouffle. Elina observa un instant les déplacement lu point sur la carte cherchant à comprendre ce que comptait faire cette élève. Celle-ci avait commencé par aller aux sous-sols, faisant pester la quatrième année qui se voyait déjà débattre à nouveau à propos de la réserve de chocogrenouilles secrète de madame Grayce. Pourtant, le point ne s'éternisa pas dans les sous-sols. Il repris sa route après un court arrêt et se dirigea vers le troisième étage pour entrer... dans la bibliothèque ? Une fois certaine que c'était bien là la destination de l'élève, Elina replia la carte et se mis en route.

Elina approchait de la bibliothèque lorsqu'un coup de tonnerre retentit, presque immédiatement suivit par un bruit de verre brisé. Allons bon, qu'est-ce qu'il s'était passé ? La Poufsouffle allongea le pas, craignant des complications. Quand elle arriva devant la porte de la bibliothèque, celle-ci était fermée, mais pas verrouillée et une lanterne brisée jonchait sur le côté, une flaque d'huile s'étendant doucement tout autour d'elle. Si Rusard voyait ça, nul doute qu'ils l'entendrait ronchonner un bon moment quand bien même il ne soit plus en mesure de faire le ménage. De là où elle était, aucun bruit ne semblait filtrer depuis la bibliothèque, mais la préfète ne doutait pas que quelqu'un se trouve à l'intérieur. Elle observait un peu des preuves de l'intrusion déjà visibles quand un bruyant « BOOOM » retentit, Elina ouvrit la porte à la volée, tenant sa baguette devant elle. Le Lumos qu'elle avait lancé un peu plus tôt pour se balader dans les couloirs sans se cogner aux murs ou aux armures qui traînaient dans les coins lui révéla une scène pour le moins affligeante. Elle n'eut pas pour autant le temps d'étudier la situation en détail, car l'élève en vadrouille se mis à lancer des
« Expeliarmus » de manière désordonnée. La jeune fille devait être éblouit, car les sortilèges fusèrent autour d'Elina sans qu'aucun n'atteigne sa cible. Rendue de mauvaise humeur par cette attaque, la Poufsouffle se chargea d'empêcher Ellie de nuire. Bénéficiant de la luminosité du Lumos elle envoya le faisceaux de lumière dans les airs d'un coup de baguette pour pouvoir lancer un autre sort :

« Expeliarmus. »

La baguette d'Ellie fut arrachée de ses mains, et la quatrième année la rattrapa au vol. Elina s'approcha de la jeune fille qui semblait maintenant sur le point de pleurer. Jetant un regard tout autour d'elle, elle avisa rapidement les dégâts infligés à la porte de la réserve et l'épée brisée qui gisait au sol. Que diable faisait une première année à se balader en pleine nuit avec une épée ? A cela, elle devait ajouter les livres que les sortilèges lancés au petit bonheur la chance avait délogés de leur étagère, ainsi que la vitre brisée. En approchant encore un peu, la préfète remarqua que la serrure de la porte de la réserve était presque colmatée par du métal partiellement fondu. Elle en avait fait du dégât la petite première année qui lui faisait face !

« Eh bien... Avec tout ces dégâts, ça vaut bien deux heures de retenue pour travaux d'intérêts généraux. Essayer de forcer la réserve en première année, c'est plutôt risqué. »

¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~
ma couleur : #7F6000
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

La lumière était désormais juste devant moi je pouvais largement apercevoir une personne, ce fut un grand soulagement quand je vus que celle-ci était une élève. Elle portait un uniforme orné d’une cravate jaune, cela devait être une poufsoufle. Mon soulagement ne dura pas quand je pus voir le badge de préfètes en chef que celle ci portait fièrement sur sa robe de sorcière. C’était sûr qu'elle allait prévenir le corps enseignant et ma mère serait automatiquement au courant, mon été aller être un enfer voire pire. La jeune pouffy juste en face de moi, bien que plus âgée, regardait tout autour d’elle puis lança.

« Eh bien... Avec tous ces dégâts, ça vaut bien deux heures de retenue pour travaux d'intérêt général. Essayer de forcer la réserve en première année, c'est plutôt risqué. »

Je ne pouvais pas m’empêcher de fixer ma baguette qui été dans ses mains laissant apparaitre de petit geste timide pour la récupérer, mais sans avoir le courage de la prendre. Quand elle eu fini sa phrase je laissais s'afficher un petit sourire et je ne pus m’empêcher de penser *deux heures pour ça ? Alors soit elle est gentille, soit incroyablement stupide, mais bon, ça me va* les deux heures annoncées me paraissent très légère pour tout ce qui c’était passé cette nuit, mais je n’allais pas m’en plaindre. Et puis de quoi elle ce mêle de toute façon, en quoi ça la dérange elle que je tente d'ouvrir la réserve ? encore un professeur je comprend mais alors elle avec sont petit air hautain. haaa je la haïssais déjà, encore heureux que celle ci avait annoncée une retenue que de deux heures et pas plus.

Je ne savais pas trop quoi faire elle était devant moi pointant sa baguette dans ma direction surement encore énerver de mes Experliarmus envoyés aléatoirement lors de son arriver. Je ne pouvais pas m’empêcher de demander. « Tu t’es perdu ? Comment ça se fait que tu rodes la nuit, ce n’est pas le meilleur exemple pour une préfète » visiblement ça ne la faisait pas rire du tout et elle était encore plus agacée qu'a son arrivé.

Je me penchais pour récupérer mon livre de sortilège et mon sac avant de me diriger vers la sortie de la bibliothèque tout en ignorant la préfète en train de parler en espérant que celle-ci n’est pas la réactivité pour m’arrêter. C’était une technique moldue de PNL que mon père m’avait apprise, mais cela ne fonctionner pas à tous les coups et à la vue des circonstances, il y avait même peu de chance pour que ça soit un succès. De plus mon corps trahissait très clairement le comportement que j’adopter qui ne me correspondait pas du tout, mon corps tremblait encore et mes pas étaient parfois un peu déséquilibré de fatigue et de stresse. Je ne pouvais pas m’empêcher de marmonner « pfff elle se prend tellement au sérieux celle-là, pourquoi je ne suis pas tombée sur Lexie ? Lexie aurait été plus cool, pour sûr » mais je me dis dans la foulé c'est pas grave si on croise un professeur j’essaierais de la faire accuser, avec un peu de chance c'est elle qui prendra la punition. Enfin beaucoup de chance...

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

La première année prise en flagrant délie arborait l'insigne des Serdaigle. C'était surprenant étant donné que les Serdaigle était généralement des gens plutôt calme et réfléchit qui adoraient lire et apprendre. Ce n'était pas dans leurs habitudes de tenter de violer la réserve. Bien que ce soit probablement le délie qui leur corresponde le plus. La Poufsouffle avait préféré n'annoncer que deux heures de colle pour sa part car avec de tels dégâts, elle devrait en référer à miss Almeida voir même à miss Loewy. Et si la directrice se chargeait de cette affaire, Ellie n'aurait pas finie de s'en mordre les doigts. Ceci dit, Elina n'allait pas la plaindre. On n'avait pas idée de se livrer à un tel saccage. N'aurait-elle donc pas pu tenter une infiltration tout en finesse et délicatesse ? De toute manière, la Serdaigle n'aurait jamais pu entrer dans la réserve. C'était la directrice qui s'était chargée elle-même de poser les sortilèges de protection pour empêcher toute intrusion après tout. Ellie esquissa un geste timide pour récupérer sa baguette. Geste que la Poufsouffle ignora, rangeant avec soin la baguette de l'intruse dans la poche de sa cape. La Serdaigle avait esquissé un sourire ironique qui ne plut pas beaucoup à la quatrième année.

« Tu t’es perdu ? Comment ça se fait que tu rodes la nuit, ce n’est pas le meilleur exemple pour une préfète »

Décidément, cette petite les accumulait ! N'avait-elle donc pas conscience de sa situation ? Avait-elle à ce point à cœur d'aggraver son cas ? S'il y avait une chose qui avait le don d'agacer Elina, c'était les gens qui se savaient en tord, mais qui avait de culot de ne pas le reconnaître et qui prenaient les autres de haut. Quand elle avait surpris Wilson, au moins celui-ci avait reconnu son tord bien que ses notions de « tord » lui aient semblé un peu particulières et la jeune fille était assez encline à se montrer clémente avec les gens honnêtes.

« Pour ta gouverne, les rondes de nuit font partie du travail de préfet. S'il y a bien une personne qui n'a rien à faire ici, c'est toi. Et je te déconseille d'ajouter l'insolence à tes activités nocturnes. »

Sans écouter, la Serdaigle avait ramassée un livre de sortilèges et son sac avant de se diriger vers la sortie comme si rien ne s'était passé. Cela eu le don d'agacer Elina pour de bon. Sans compter qu'elle surpris les marmonnements de la petite peste alors qu'elle s'éloignait.

« pfff elle se prend tellement au sérieux celle-là, pourquoi je ne suis pas tombée sur Lexie ? Lexie aurait été plus cool, pour sûr »

Cette fois-ci, la gamine était allée trop loin. Une telle insolence sidérait la Poufsouffle. Et a vrai dire, elle doutait que Lexie se soit montrée « plus cool » car ses responsabilités de préfète ne lui aurait pas permis de passer outre de tels dégâts matériels. Avant que la Serdaigle n'atteigne la porte, Elina avait donné un petit coup de baguette :

« Salcifis. »

Ellie se trouvait maintenant ficelée comme un saucisson. Elina avait réussit à entraver une Acromentule avec ce sort, alors la première année était bien loin de faire le poids. La Poufsouffle vint se placer face à la Serdaigle maintenant bien obligée de l'écouter.

« Bien, si tu prends les choses de cette manière, je te laisse le choix. Ou bien tu m'accompagne sur le champs chez ta directrice de maison qui sera sûrement ravie d'être dérangée à cette heure, ou bien je te laisse ficelée pour la nuit et sous la garde de Rusard. Je suis sure que tu appréciera beaucoup sa compagnie. »

Miss Holloway avait été un temps assignée à la maison de Poufsouffle et Elina avait toujours été en bons termes avec elle. Elle n'avait pas pour autant envie d'aller la déranger en pleine nuit. Ceci dit, demander au fantôme de Rusard de surveiller la gamine n'était pas non plus enviable. Plus pour Ellie qu'elle-même en fait. Le concierge décédé serait plus que ravi de se charger d'une élève désobéissante. Restait à voir si la Serdaigle préférait passer un très long moment en tête à tête avec cet horrible bonhomme ou bien risquer une visite à sa directrice de maison qui serait très certainement dans de mauvaises dispositions et qui, il ne fallait pas l'oublier, détenait le droit de la renvoyer si telle était sa décision. En tout cas, privée de sa baguette, elle n'avait aucune chance d'échapper à Elina et cette dernière n'allait certainement pas relâcher aussi facilement cette insolente.

¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~
ma couleur : #7F6000
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

Elle était encore en train de parler et alors que je me dirigeais vers la sortie je pus entendre un "Salcifis" , mais pourquoi elle criait un nom de légume ? je compris en quelque fraction de seconde que c'était un sortilège, mais je ne pouvais l'esquiver c'était bien trop rapide et elle était bougrement douée en plus de cela. La fatigue me faisait vraiment penser a n'importe quoi et ma naïveté n'arranger pas les choses. C'est en l’espace de quelques secondes que des cordes m’avais saucissonnée et je ne pouvais pas me retenir de tomber sur le dos. Ma tête avait cognée le sol, mais aucun moyen de passer une main dessus pour soulager la douleur. Les liens étaient beaucoup trop serrés et même en gigotant aucun ne se desserrer ou ne laisser une ombre d’espoir de pouvoir se libérer de ceux-ci. La Poufsouffle était plus qu’agacée et cela était clairement compréhensible, la peur m’avait fait faire n’importe quoi. D’abord les sortilèges puis maintenant un air supérieur qui ne me correspondait pas. Elle se mit fasse a moi tout en ajoutant.

« Bien, si tu prends les choses de cette manière, je te laisse le choix. Ou bien tu m'accompagnes sur-le-champ chez ta directrice de maison qui sera sûrement ravie d'être dérangée à cette heure, ou bien je te laisse ficelée pour la nuit et sous la garde de Rusard. Je suis sure que tu apprécieras beaucoup sa compagnie. »

La préfète ne rigolait pas, en même temps vu la tournure des évènements et la tentative d’infiltration plus que rater on ne pouvait pas lui en vouloir. J’étais sur le point d’éclater en sanglots quand elle finit sa phrase. J’avais le choix entre voir Holloway ou rester comme ça tout le reste de la nuit en sachant que demain un professeur tomberait sur moi. Non c’était d’une part bien trop dégradant et d’une autre part impossible de reste ne serait ce qu’une heure dans cette position. Je n’osais même plus la regarder dans les yeux, et c’est timidement que je lui répondis « Pardon… » quelque larme s’écoulât sur mes joues, mais je ne pouvais pas les essuyer. J’étais crispée, fatiguée, j’avais mal à la tête et mon corps ne semblait pas vouloir s’arrêter de trembler. Je murmurais « Professeur Holloway, s’il te plait » qui était à peine audible. Je savais pertinemment que j’étais dans de beaux draps, mais je redouter bien plus la réaction de ma mère, bien que celle du professeur Holloway était pour le moins stressante aussi. J’étais plus que gênée même si je n’aimais pas cette préfète elle ne méritait pas du tout mon comportement irrespectueux, je me sentais obligée d’ajouter «excuse-moi, la peur m’a fait faire des trucs stupides, je ne voulais pas… » des larmes continuaient à couler le long de mes joues qui était maintenant toutes rouges de honte, et je lui demandai une dernière chose « snifff tu peux me détacher s’il te plait ? » j’attendais sa réponse, si une chose était sur c’est que je ne pouvais certainement pas rivaliser avec une quatrième année alors que j’avais déjà du mal avec une première. Celle-ci avait beaucoup plus d’expérience et ça se voyait à sa magie. Je me retrouver à la haïr de m’avoir attrapé, mais aussi l’admirer pour sa maitrise de la magie.

J’espérais profondément que le professeur Holloway serait un peu indulgente envers moi, même si je ne le méritais clairement pas. La Poufsouffle était en train d'agiter sa baguette quand la pression des liens diminua drastiquement. C'est en récupérant une seconde fois mes affaires au sol que je pris conscience des vrais risques que j'allais encourir. Ma curiosité m'avait vraiment poussé trop loin cette fois-ci et je m'en mordais déjà les doigts. Si cette affaire remonter aux oreilles de la directrice ou même de la sous-directrice c'est pas deux heures de retenue auquel j'aurais droit, mais bien plus, enfin si je n’étais pas renvoyée de l'école. J'avais vraiment peur de la suite des événements, je ne voulais qu'une chose, c’était partir loin ou me cacher quelque part en attendant que toute cette histoire se tasse. Je regrettais sincèrement qu'aucun sortilège pour remonter le temps n'existe. Pour le coup ça m'aurait était plus que utile.

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

Elina eut une petite grimace quand la Serdaigle heurta le sol. La première année allait encore trouver moyen de râler parce qu'elle y avait gagné une bosse. Ellie gigota un moment avant de se rendre compte que se tortiller ne l'aidait en rien. La Poufsouffle vit la jeune fille pâlir à mesure qu'elle mettait la situation au clair. Le regard fuyant, la première année murmura un petit « Pardon… » suivit de près par « Professeur Holloway, s’il te plait ». Et voilà que la Serdaigle se mettait à lâcher des larmes de crocodiles. D'ici peu, la préfète allait passer pour la méchante. Bon, venant d'une élève de 11 ans, elle pouvait bien être un peu indulgente. Mais elle n'allait certainement pas la laisser s'en sortir trop facilement pour autant. 11 ans ou non, elle avait poussé le bouchon plus que loin et il fallait bien qu'elle en tire une leçon. Elle avait pensé dans un premier temps lui donner seulement deux heures de colle pour sa part et laisser les professeurs décider de leur propre sanction. Car oui, pour des dégâts d'une telle ampleur, sa seule intervention ne suffirait pas et ce serait aux professeurs d'avoir le dernier mot. La petite avait choisit miss Holloway, dans un sens c'était aussi bien. Elles allaient gagner du temps cas la directrice de maison de Serdaigle aurait été mise au courant tôt ou tard.
«Excuse-moi, la peur m’a fait faire des trucs stupides, je ne voulais pas… snifff tu peux me détacher s’il te plait ? » Elina faillit ne pas entendre le chuchotement coupé de petits sanglots. Ellie semblait calmée et de toute manière, sa baguette était toujours en possession de la préfète. Un coup de baguette plus tard, les cordes se relâchaient et se dispersèrent en lambeaux de fumée grise. La Poufsouffle n'était pas un monstre et la Serdaigle aurait tout le temps de penser à ses actions. Si elle échappait au renvoie, nul doute qu'elle allait passer ses week-end à faire les corvées données par les professeurs pendant un bon moment. Un mois si elle s'en tirait à bon compte... La première année ramassa de nouveau ses affaires et cette fois-ci attendit bien sagement la suite des événements. Il ne restait plus a Elina qu'a mener la Serdaigle jusqu'à miss Holloway. Elle avait dans l'idée que ça ne serait pas particulièrement plaisant. Quelque part dans la château, une horloge sonna 1h30. La préfète hésita un instant, examinant l'état lamentable dans lequel se trouvait Ellie.

« Bon, miss Holloway prendrait certainement très mal d'être tirée du lit à cette heure. Je lui ferais mon rapport au petit déjeuner demain matin. Et ne crois pas t'en tirer trop facilement, je sais parfaitement qui tu es ; Ellie Rains. »
Elina avait appuyer sur le nom de la jeune fille. Il ne manquerait plus qu'elle se fasse de faux espoirs en pensant que la préfète ne saurait pas qui accuser de ces méfaits nocturnes. « Je te déconseille de retenter une escapade de ce genre. J'ai un moyen très efficace pour repérer les élèves hors de leur dortoir. »

La préfète laissa un silence suivre ses paroles le temps qu'Ellie les assimilent totalement. Finalement, devant l'état de fatigue prononcé de la Serdaigle, elle ajouta :

« Tu peux retourner à ton dortoir maintenant, et pas de détours ou je le saurais. »

¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~
ma couleur : #7F6000
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

Les cordes se desserraient et je pus me relever tout en ramassant encore une fois mes affaires, je serais le livre de sortilège contre moi tout en sanglotant encore. Je n’osais même pas regarder son visage qui était d’un sérieux angoissant. Je sentais encore son regard sur moi quand elle ajouta.

« Bon, miss Holloway prendrait certainement très mal d'être tirée du lit à cette heure. Je lui ferais mon rapport au petit déjeuner demain matin. Et ne crois pas t'en tirer trop facilement, je sais parfaitement qui tu es ; Ellie Rains. »

Comment diable elle pouvait connaitre mon prénom ? Et puis comment elle avait pu me trouver aussi rapidement ça ne pouvait pas être du a la chance. Cependant elle ajouta tout de suite après.

« Je te déconseille de retenter une escapade de ce genre. J'ai un moyen très efficace pour repérer les élèves hors de leur dortoir. »

Elle avait elle aussi un exemplaire de la carte du maraudeur et visiblement elle s’en servait très bien. Comment je n’y avais pas pensé ? Si seulement je l’avais prise avec moi, j’aurais pu la voir venir et m’échapper. Mais de toute façon c’était bien trop tard, il fallait se rendre à l’évidence elle avait gagné. Il y eut un silence qui me paraissait une éternité, mais il fut finalement brisé par la Poufsouflle

« Tu peux retourner à ton dortoir maintenant, et pas de détours où je le saurais. »

Durant quelque seconde je n’osais pas bouger, puis après quelque pas timide je me mis à marcher pour m’éloigner, ce n’est qu’une fois à bonne distance que je me mis à courir le plus vite possible pour m’éloigner d’elle. Après tout avec son caractère de justicière névrosé elle pouvait encore changer d’avis si ça lui chantait. Je n’avais pas couru aussi vite depuis longtemps et très vite je me retrouvais face à un couloir menant aux escaliers. J’espérais qu’une chose c’est qu’ils n’en fassent pas trop à leurs têtes. C’est très rapidement que je les montais deux marches par deux marches. Une fois en haut devant ma salle commune je marquais une pause. J’étais totalement essoufflé et j’avais du mal à reprendre ma respiration. Je sentais mon cœur dans ma poitrine.

Je me préparais à rentrer dans la salle commune quand je m’aperçus qu’elle avait encore ma baguette. Il me la fallait absolument pour réviser mes examens de fin d’année demain et je ne pouvais pas attendre. Je me suis mise à faire demi-tour avant de m’arrêter devant les escaliers. Si elle me voit descendre ? Je n’osais pas faire un pas de plus. Je fis demi-tour, après quelque aller-retour entre la salle commune et les escaliers je pris mon courage à deux mains et je me mis à descendre les marches en direction de la salle commune de Poufsouffle. Après tout même si celle-ci était rentrée elle pourrait me voir et je suis sûr que cette garce ne raterait une autre possibilité de punition pour rien au monde.

Je mis du temps avant d’arriver à leur salle commune, je ne savais pas où elle était. J’entendais déjà les réprimandes de la jaune pour ne pas avoir respecté ses consignes. J’étais enfin arrivé devant la salle commune de Poufsouffle, mais il n’y avait personne. Peut-être qu’elle n’avait pas fini sa ronde ? Ou peut-être qu’elle s’était déjà couchée et endormie ? Satisfaite du travail qu’elle avait fait cette nuit. Je tournais en rond devant la salle commune tout en me rongeant nerveusement les ongles.

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

Ellie marqua une hésitation avant de faire quelques pas timide vers la sortie. Une fois la Serdaigle sortie, Elina ressortit sa carte du maraudeur pour s'assurer qu'elle ne dévie pas de sa trajectoire. Bien que la préfète ne pense pas sérieusement que cela lui viendrait à l'esprit en ce moment même, mieux valait en être sure. Elle pu ainsi voir le petit point désignant Ellie prendre de la vitesse pour rejoindre sa salle commune en un temps record. Elle avait dû courir comme une dératée pour arriver aussi vite ! Sa mésaventure nocturne devrait lui suffire pour un moment. Néanmoins, la préfète avait bien l'intention de la garder à l'oeil. Malgré sa transformation en fontaine, Elina avait décelée chez elle un certain rejet de l'autorité qui laisser présager d'autres écarts de sa part. A moins que ce ne soit simplement l'autorité de la Poufsouffle qu'elle refusait de reconnaître. Haussant les épaules, Elina replia la carte pour la ranger dans la poche lorsque ses doigts rencontrèrent le bois d'une baguette qui n'était pas la sienne. La Poufsouffle émis un petit claquement de langue dépitée, se demandant si elle n'allait pas simplement la remettre à miss Holloway lorsqu'elle lui rapporterait les événements de la nuit. De toute manière, la Serdaigle ne devrait pas être amenée lancer des sorts avant le lendemain matin quand elle devrait s'expliquer face à sa directrice de maison. La quatrième année repris donc le chemin de son propre dortoir. Il fallait bien qu'elle dorme elle aussi avant le lendemain.

La quatrième année ne se pressa pas pour regagner sa salle commune car elle pris le temps de faire un peu de ménage dans la bibliothèque, rangeant d'un coup de baguette les livres éparpillés par les sorts lancés au hasard. Elle laissa néanmoins les principales preuves d'effraction et de tentative d'effraction histoire d'étayer ses dires. Une fois cela fait, pour le bien du cœur fragile de la bibliothécaire, elle verrouilla de nouveau la porte de la bibliothèque avant de prendre le chemin de son lit. Quelle ne fut pas sa surprise de voir qu'elle était attendu en atteignant le couloir des cuisines ! La Serdaigle faisait les cents pas dans le couloir. Visiblement, sa frousse d'un peu plus tôt ne lui avait pas laissé de souvenir suffisamment durable et cuisant pour la dissuader de venir jusque là. C'était bien ce que craignait la Poufsouffle. Cette première année promettait de poser des problèmes. Elle s'imaginait peut-être qu'Elina allait garder sa baguette pour la mettre dans son musée personnel ?


« C'est ta baguette que tu veux ? Ou tu t'est perdue en chemin ? Tu aurait pu simplement récupérer ta baguette auprès de miss Holloway demain matin. » Mettant la main à la poche, Elina ressortie la baguette de la Serdaigle avant de la lui tendre. « Et pas de détour cette fois. A moins que tu ne tienne à ce que je te raccompagne. »

¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~
ma couleur : #7F6000
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

J’étais encore en train de tourner en rond quand j’entendis une voix qui m’était maintenant familière, enfin du moins depuis ce soir.

« C'est ta baguette que tu veux ? Ou tu t'es perdue en chemin ? Tu aurais pu simplement récupérer ta baguette auprès de miss Holloway demain matin. »

Pourquoi elle se sentait toujours obliger de prendre son air hautain ? Bien sûr que c’est ma baguette que je voulais et non je ne voulais ne pas la récupérer demain. Je laissais afficher un regard un peu fuyant tout en lui répondant.

« Oui s’il te plait, j’en ai besoin pour travailler mes examens demain matin tôt. »

Elle me tendit ma baguette qui laissait afficher une très légère fissure sur le bout de celle-ci. Je la regardais avec un regard accusateur avant qu’elle n’enchaine sans y prêter attention.


Et pas de détour cette fois. À moins que tu ne tiennes à ce que je te raccompagne. »

Je baissais les yeux en soupirant avant de lui répondre « oui oui » et de me mettre en chemin. J’étais énervée, mon sang bouillonnait et je ne pouvais pas m’empêcher de répéter de façon sarcastique sa phrase « C'est ta baguette que tu veux ? Ou tu t'es perdue en chemin ? nianiania » pffff je trainais des pieds j’étais perdu dans mes pensées et sans m’en rendre compte je me retrouvais devant la porte de la bibliothèque.

Je me suis dans un premier temps posé la question de savoir ce que je faisais là. Mais ce trajet était plus qu’automatique j’allais bien plus à la bibliothèque que dans ma salle commune enfaite. J’étais partagée une part de moi me disait que je n’avais plus rien à perdre tandis que l’autre me mettait en garde. En tout cas maintenant que j’étais là je pourrais peut-être ranger un peu et discréditer un peu la Pouffsoufle qui me poser problème. Je poussais alors la porte qui avait était désormais fermer. Je reculai d’un pas tout en tendant ma baguette vers la porte pour lancer un Alohomora. Mais qu’est-ce que j’étais en train de faire ? Je m’étais fait prendre il n’y a même pas une heure et j’étais déjà en train d’essayer de reforcer la porte ? Je baissais ma baguette dans un long soupir avant de la ranger dans la poche intérieure de ma robe. Je laissais alors trainer mon regard sur le sol et celui-ci se fixa sur la lanterne. Pfff aller laisse tomber Ellie, me dis-je avant de me remettre en route vers ma salle commune. Je n’arrêtais pas de murmurer « imagine l’autre ouvre encore une fois sa carte ? » ça aurait été encore pire, je pensais avoir fait le bon choix. Je continuais de marcher lentement tout en me perdant dans mes pensées. J'imaginais à la fois cette Poufsouffle seule dans la forêt interdite de nuit en train de pleurer à l'aide. J'essayais d'imaginer quels genres de punition cette garce pourrait me donner. Mon été qui aller surement être plus qu’horrible a vivre. Toute ces pensées parasites avaient eu pour résultat de rester sur place quelques minutes. Bon Dieu je ne pouvais ne pas m'arrêter de soupirer, j'avais envie de crier et de tout casser, mais oula si la jaune arriver ? Tiens d’ailleurs comment elle s'appelait celle-là ? Je voyais bien Marge, Cruela, Dolores hoho oui Dolores lui aller comme un gant.

J’étais arrivée aux escaliers, encore une fois. Et qui je voyais arriver ? Toujours la même ! celle-ci pointait sa baguette vers moi et je pouvais lire qu’elle était à deux doigt de péter réellement un plomb. Je me mis à reculer tout en lui lançant « Attend attend je peux t’expliquer ! » celle-ci s’approchait de plus en plus vite.

Je ne pouvais pas m’empêcher de penser que j’avais fait le bon choix de ne pas rentrer dans la bibliothèque, si l’autre l’avait vue elle ne se serait sans doute pas gênée pour réveiller le professeur Holloway en pleine nuit.
« C’était automatique je n’ai pas vu, je ne voulais pas y retourner, je te jure que je voulais rentrer ! »

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

Quand elle entendit la voix d'Elina, la Serdaigle se retourna brusquement avec un air contrarié qu'elle tenta de camoufler en se donnent l'air apitoyé, évitant soigneusement de croiser son regard. Et en plus elle s'essayer à la manipulation. Décidément, la Poufsouffle se serait bien passée d'un tel phénomène !

« Oui s’il te plait, j’en ai besoin pour travailler mes examens demain matin tôt. »

En voilà une excuse pratique. La première année aurait toute la journée pour réviser et elle doutait fortement qu'elle se lèverait à l'aube, soit dans quelques toutes petites heures, pour travailler. D'autant plus que ce n'est pas la veille d'un examen qu'il fallait s'attendre à faire des miracles. Pour une Serdaigle, il était surprenant qu'elle ne soit pas déjà au point. Mais soit, elle allait accepter cette excuse pour cette fois. A une heure pareille, elle n'avait pas envie de chipoter. Quand Elina lui intima de retourner à son dortoir en quatrième vitesse, la gamine soupira avant d'acquiescer d'un air peu convaincu : « oui oui ». Chassez le naturel, il revient au galop. Ellie n'avait pas mis longtemps à retrouver son arrogance initiale. Décidant qu'elle ne pouvait très probablement pas lui faire confiance, Elina suivit la progression de la Serdaigle sur la carte du maraudeur une fois que celle-ci eut tourné les talons. Et grand bien lui en pris car c'est vers la bibliothèque que cette sale gosse se dirigeait. Pestant à propos d'une certaine Serdaigle de première année qu'elle traita de tous les noms d'oiseaux, Elina se remis en route pour la bibliothèque.

Quelques minutes plus tard, la gamine était en vue. Puisqu'elle n'était pas capable de retourner à sa salle commune par ses propres moyens, elle allait devoir l'y raccompagner, quitte à l'y ramener à coup de pied dans l'arrière train. Elina avait ressortit sa baguette et s'avança vers la petite peste d'un air menaçant. Quand elle la vit, la Serdaigle eut un mouvement de recul et tenta de se justifier :
« Attend attend je peux t’expliquer ! C’était automatique je n’ai pas vu, je ne voulais pas y retourner, je te jure que je voulais rentrer ! ». En quelques enjambées, la Poufsouffle l'avait rejoint. Avait-elle vraiment l'intention de lui faire avaler ça ? Les lèvres pincées, Elina lâcha :

« Bien, visiblement tu as besoin d'un guide. »

D'un signe de tête, elle intima à la première année l'ordre de la suivre et pris la direction de la salle commune des Serdaigles. Cette gamine se mettait entre son sommeil réparateur et elle ! La baguette à la main pour dissuader Ellie de montrer des signes de rébellion elle l'accompagna jusqu'à ce qu'elle ai vu la première année passer la porte de sa salle commune. Cela fait, elle ne perdit pas de temps pour retourner à sa propre salle commune, direction les dortoirs. Par acquis de conscience, elle jeta un dernier coup d'oeil à la carte du maraudeur avant de se coucher.

¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~
ma couleur : #7F6000
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Parfois un peu trop curieuse...  PV Montmort&Professeur 

Il ne fallut pas énormément de temps à la Poufsouffle pour être à mon niveau avant de lâcher

« Bien, visiblement tu as besoin d'un guide. »


Elle me fit un petit signe de la tête pour m’indiquer la marche à suivre. Elle était dans un état ou je n’osais plus vraiment la contredire, elle était plutôt persuasive sur ce coup-là et j’avais même peur qu’elle en arrive à bout pour me salcifié une nouvelle fois avant de me laisser au milieu des escaliers. Non elle ne pouvait pas faire ça ? Si ? Elle me raccompagna jusqu’à mon dortoir ou je la suivais sans broncher ou même faire un seul écart dans un silence nous permettant presque d’apprécier la pluie qui tombait sur les pierres du château.

On était arrivée devant ma salle commune, elle avait toujours sa baguette en main et c’était plutôt dissuasif de tenter quoi que ce soit, si ce n’est de rentrer dans la salle commune et de rejoindre mon dortoir. C’est à pas de velours que je me faufilais alors dans celui-ci pour ne pas réveiller les autres avant de de me changer pour dormir. Il ne me restait pas beaucoup de temps de sommeil avec tout ça et il allait être très difficile pour moi de me lever pour réviser.

Comme prévu me lever à l’aube était difficile, je réussis à quand même à mettre les pieds dehors tout en baillant. Tout était très calme et la pluie s’était arrêtée, les premiers rayons de soleil étaient froids au même titre que le château. J’étais encore un peu endormie lorsque je m’habillais et me coiffais pour rejoindre la grande salle. Grande salle dans laquelle je me mis à réviser la partie théorique accompagner de la partie pratique en buvant une boisson chaude pour me réchauffer et me réconforter. Je m'amusais à faire voler des plumes, à casser ma tasse pour la réparer, enfin tous les sortilèges de première année que l'on avait vus en cours. Le professeur Kieffer avait annoncé un examen pratique et il fallait que je sois la plus prête possible pour décrocher le seul O qui me manquer dans ma moyenne de sortilège. Ce n’est que vers sept heures du matin quand les premières personnes commençaient à arriver que je piquai du nez avant de m’endormir sur un rouleau de parchemin plume à la main suite au quelques notes que j'inscrivais sur celui ci dans le but d’améliorer l’exécution de mes sortilèges.

Une journée qui sonnée comme banal, à l’exception du fait que j’attendais en la redoutant, la convocation du professeur Holloway suite aux incidents de cette nuit. J’étais surprise de voir l'atmosphère qui se dégager déjà alors qu'aucune répression n'était encore arrivée.


Reducio
Fin du RP pour moi, Merci ! :)