Couloirs

Inscription
Connexion

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Fin Mai





Maggy sortait tout droit de la bibliothèque. Elle y avait passée sa matinée à faire des recherches sur les métamorphoses et les sortilèges. Elle y avait réviser pour les examens de fin d'année qui arrivaient à grands pas. Après ce serai les vacances et Maggy allait pouvoir décompresser. Elle descendit les marches quatre par quatre, pressée d'arriver dans sa salle commune. Elle allait pouvoir s'affaler sur son lit et y rester jusqu'au repas. LE repas. Cette idée fit gargouiller son ventre de plus belle. Ce matin, elle n'avait pas pris la peine de se rendre dans la grande salle afin de déjeuner, elle était directement montée en direction de la bibliothèque pour commencer ses révisions. Elle passa devant le bureau du concierge puis devant la salle de Défense contre les Forces du Mal. Elle s'attarda devant la porte puis fit soudainement demi-tour. Elle avait oublié de faire ses recherches sur les lutins de Cornouaille. C'était des recherches très imporatntes qu'elle n'avait pas eu le temps de faire avant aujourd'hui, où elle avait eu l'opportunité plusieurs foies mais l'avait oubliée. Elle remonta aussi vite qu'elle n'été descendu, en pensant à son magnifique repas qui parti comme un rêve au réveil. elle passa devant la sorcière borgne et se cogna dans quelqu'un. Elle tomba à la revers, ses plumes et ses notes s'éparpillèrent par terre. Elle sentie la froideur du sol de pierre sur son visage ainsi qu'une douleur lancinante[/b] dans son poignet droit, ce qui l'énerva encore plus. Elle grommela un juron. Par sa cape, Maggy reconnu que la personne sur qui elle était tombée était un Griffondor. Elle s'appuya sur ses mains pour tenter de se relever mais, son poignets la fit souffrir. Une grimace lui déforma le visage. Elle continua tout de même d'essaye, Jusqu'à laisser échapper un petit cris mais finir par être debout, campée sur ses deux pieds.

"Tu aurais pu faire attention quand même! Regarde devant toi quand tu marches !"

Elle se tourna vers le Griffondor, attendant une réponse.

-Journaliste de Poufsouffle-
!Arthur Grimms!
*Le souffle de Poufsouffle, jamais ne s'étouffe!*

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Corentin se releva en se frottant l'arrière du crâne qui avait cogné contre le mur, il vit la jeune personne qu'il avait fais tomber se relever, il sentit une sensation de joie quand il vit que ce n'était pas un professeur mais fût désolé qu'il aie fait trébucher une élève de son âge étant à poufsouffle. Il attendit qu'elle soit relevée pour s'excuser gentiment. Il était tellement stressé ces dernières semaines car il savait que les examens approchaient. D'habitude il aurait été serein mais il ne savait pas comment se déroulaient les épreuves finales à Poudlard, alors il stressait encore plus. Depuis que Corentin était arrivé à poudlard, il s'était fait qu'un seul ami et par manque de chance, celui-ci était à l'infirmerie depuis 3 jours car il s'était cassé la jambe au dernier cours de vol. Il commença à ramasser les feuilles de la jeune poufsouffle et lui redonna en voulant faire bonne figure.
- heu... encore désolé de t'avoir fait tombée, je regardais pas où j'allais, en plus quand je suis dans mes pensées c'est comme si il n'y avait personne autour de moi.dit-il en lui souriant.
il espérait
que par cette approche, la fille ne lui en veuille pas trop, mais cette pensée partit vite quand il vit la fille se tenir le poignet avec un air endolori sur le visage:
-Oh non, tu t'es blessée, viens je t'accompagne à l'infirmerie, c'est la moindre des choses. dit le jeune Gryffondor à la Poufsouffle.
-Et donne moi tes affaires, il ne vaut mieux pas que tu fasses porter trop de poids sur ton poignet. confia le gryffondor en prenant les livres de la jeune brune.

Espérer et croire sont la clé de la victoire.

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Maggy attendit et en profita pour observer le garçon : il avait des cheveux bruns, noirs et des yeux rieurs. Il n'était pas beaucoup plus grand que la Poufsouffle, seulement de quelques centimètres. Le jeune Griffon' lui répondit d'humeur plutôt joyeuse, ce qui fit sortir Maggy de son examination :

" heu... encore désolé de t'avoir fait tombée, je regardais pas où j'allais, en plus quand je suis dans mes pensées c'est comme si il n'y avait personne autour de moi"

Maggy écoutait d'une oreille distraite. Elle se tenait le poignet qui la faisait souffrir de plus belle. le poignet droit en plus! A un mois de examens... C'était tous ce qu'il ne lui fallait pas. Elle fit une petite grimace, contrariée. Apparemment, le garçon le remarqua car il lui dit sur un ton plus inquiet :

"Oh non, tu t'es blessée, viens je t'accompagne à l'infirmerie, c'est la moindre des choses. Et donne moi tes affaires, il ne vaut mieux pas que tu fasses porter trop de poids sur ton poignet."

Cette tirade redonna un petit sourire à Maggy. C'était mignon un garçon qui s'inquiétait. Elle aurait beaucoup aimé avoir un grand frère qui aurait fait cela. Mais elle n'avait qu'une grande sœur, Caroline. Et celle-ci était scolarisée à l'école de Beaux-Bâtons, en France. Elle avait choisi cette école plutôt que Poudlard car elle adorait le Français et elle avait toujours voulu l'étudier. Maggy chassa sa sœur de son esprit et se pencha tout de même pour ramasser ses dernière affaires qui gisaient au milieu du couloir. Elle se redressa avec des feuilles et sa plume dans les mains. Elle adressa un sourire chaleureux au garçon. Elle avait expulsé la colère qui avait laissé place à de l'amitié. Elle avait envie de faire connaissance. Elle se tourna vers le Griffondor et lui dit :[/i]

"Non c'est bon, je n'ai pas besoin d'aller à l'infirmerie ! Ca va passer ! Au pire je tomberai dans les pommes ! Je m'appelle Maggy Thompson et toi ? Au passage, est-ce que tu pourrai rapporter mes livres avec moi jusque devant ma salle commune car, comme tu dis, il ne faut que je porte trop de choses sur mon poignet !

Elle rigola et sourie au Griffondor. Elle avait un humour tout pourri et elle le savait mais c'était ''ce qui fait ton charme'' lui disait tout le temps son père. Elle avait envie de faire connaissance et de se changer les idées avant les examens. Elle commença la descente vers la salle commune de Poufsouffle. Elle avait, en plus d'avoir mal, sa faim qui recommençait. Elle pensa une deuxième foie en cinq minutes au repas qu'elle avait manquée et son ventre gronda de plus belle. Elle pouffa toute seule avant de se retenir, le garçon allait la croire folle et partir en courant ! Elle s'arrêta quelques marche en dessous de lui et le regarda, comme pour l'inciter à la suivre.

-Journaliste de Poufsouffle-
!Arthur Grimms!
*Le souffle de Poufsouffle, jamais ne s'étouffe!*

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Corentin était admiratif envers cette jeune poufsouffle car malgré la lourde chute, elle souriait quand même et Corentin fut soulagé car son approche naturelle avait marché et la fille ne semnlait pas lui en vouloir, alors il fut amplement rassuré, mais quand il revint de ses rêveries il entendis la fille lui parler:

"Non c'est bon, je n'ai pas besoin d'aller à l'infirmerie ! Ca va passer ! Au pire je tomberai dans les pommes ! Je m'appelle Maggy Thompson et toi ? Au passage, est-ce que tu pourrai rapporter mes livres avec moi jusque devant ma salle commune car, comme tu dis, il ne faut que je porte trop de choses sur mon poignet !

Corentin ne fut pas étonné de sa réponse, il savait pertinemment qu'elle allait refuser d'aller à l'infirmerie, alors il eut une idée qui pourrait faire plaisir à la jeune poufsouffle, il regarda dans son sac et trouva comme il l'avait prévu de la pommade ainsi qu'un bandage:

" viens par ici, je vais te faire un bandage car je déteste l'idée que ton poignet reste comme ça sans quelque chose chose pour te soulager, après je te raccompagnerai à ta salle commune avec plaisir, on pourrais peut-être en profiter pour discuter ? Enfin je te force pas hein.

Corentin sentait de la chaleur dans ses joues, il commença à rougir en regardant la fille dans les yeux, il ne pût s’empêcher de voir ses yeux qu'il trouvait très beaux. Il n'avait jamais rougi en parlant à une fille, alors pourquoi elle et surtout pourquoi à ce moment embarrassant. Corentin voulait la connaitre, il se sentait déjà proche d'elle et espérait qu'ils deviennent de très bon amis peut-être plus. Il la fixa un long moment avec le tube de pommade et le bandage dans ses mains.


Espérer et croire sont la clé de la victoire.

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Maggy regarda un sourire étirer les lèvres de...heu.. En fait elle ne savait toujours pas son prénom. Elle le regarda fouiller dans son sac et sortir un pot et du bandage. Il semblait satisfait de sa trouvaille. Mais il avait sans doute une idée derrière la tête.

" viens par ici, je vais te faire un bandage car je déteste l'idée que ton poignet reste comme ça sans quelque chose pour te soulager, après je te raccompagnerai à ta salle commune avec plaisir, on pourrais peut-être en profiter pour discuter ? Enfin je te force pas hein. "

Maggy fut touchée par ses paroles. Aucun garçon ne lui avait jamais montré un peu d'affection ou de gentillesse. Elle remonta les marches pour être à sa hauteur et tendit sa main pour qu'il lui applique sa pommade et sa bande. Les joues du garçon étaient tellement rouges qu'on aurait pu faire cuire un steak dessus ! Elle trouvait cela mignon (encore une foie)! Décidément, ce Griffondor l'intriguait de plus en plus. Elle aimait bien ses fossettes qui se formaient au creux de ses joues quand il souriait. Pour que le garçon soit encore plus gêné, elle lui lança gentiment :

"C'est moi qui te fais cet effet ?! Je ne pensait pas être si ... Belle ! "

Elle rigola toute seule et se dit que ce garçon allait vraiment la trouver idiote. Mais c'était là sa vraie nature et c'était comme ça qu'elle serait toujours. Un peu folle et idiote sur les bords mais aussi très calme et à l'écoute quand il le fallait. Ses parents disaient souvent qu'elle était ''bavarde comme une pie", ce qui la faisait rougir et être gênée. Elle se senti un peu bête avec sa main en l'air et elle la redescendit donc le long de son corps en tenant toujours ses feuilles dans l'autre.

"Au fait, tu ne m'a toujours pas dit comment tu t'appelais ! Et faire connaissance me semble être un très bon programme! Et tu te trimablle toujours avec de la pommade et du bandage dans ton sac ? Parce que c'est quand même pratique pour un jour comme aujourd'hui !

Elle lui sourie d'un sourire naturel et se passa une main dans les cheveux afin de remettre en place ses mèches de cheveux rebelles mais sans résultats. Elle soupira et laissa tomber l'affaire en reportant sur le garçon Dont-elle-ne-connaissait-pas-le-prénom ! Elle attendit une quelconque réaction de sa part. Un sourire étira les lèvres de Maggy, sans raison. Elle voulait apprendre à connaître le garçon Dont-elle-ne-connaissait-pas-le-prénom et devenir amie avec lui.

-Journaliste de Poufsouffle-
!Arthur Grimms!
*Le souffle de Poufsouffle, jamais ne s'étouffe!*

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Corentin attendait de savoir si la jeune poufsouffle acceptait de lui donné sa main pour la soigner, il était tellement rouge que si on l'avait pris pour une tomate, il n'aurais pas répondu. La fille était vraiment belle, mais il se rendit compte qu'il ne connaissait pas son nom. Alors quand la fille lui tendit la main, il la prit délicatement et commença à masser tout doucement et tendrement le poignet endolori de la jeune fille. Corentin se sentait bizarre, il avait déjà été amoureux de sa meilleure amie, et était tellement triste qu'ils soient restés amis, mais cette élève dont il prenait soin en ce moment même était différente, il sentait une forte affection pour elle et fut encore plis gêné quand la fille lui demanda:
"C'est moi qui te fais cet effet ?! Je ne pensait pas être si ... Belle ! "lui dit la jeune blessée
Corentin sentit son coeur battre comme si il voulait sortir de sa poitrine, jamais il n'avait cru que cette fille guérirais sa souffrance, mais quelques mots avaient suffi, Corentin la regarda tendrement alors qu'elle rigolait après cette question, il la trouvait belle et il aimait son rire. Après que le bandage soit enfin mit, il lâcha avec regret cette main douce et la fille la redescendit le long de son corps, il allait lui demander son prénom, mais avant qu'il ait pu ouvrir la bouche, elle le devança:
"Au fait, tu ne m'a toujours pas dit comment tu t'appelais ! Et faire connaissance me semble être un très bon programme! Et tu te trimballe toujours avec de la pommade et du bandage dans ton sac ? Parce que c'est quand même pratique pour un jour comme aujourd'hui ! dit la fille.
Corentin ne savait pas quoi répondre, il était confus... Elle avait envie de le connaitre et le garçon était aux anges, peut-être que la fille voulait aussi voir si ça irais plus loin entre eux, Corentin l'espérait mais était déboussolé avec l'échec avec sa meilleure amie. Il se décida enfin à répondre à la belle poufsouffle:
"Heu... je m'appelle Corentin Heartfire et oui je me trimballe toujours avec de la pommade dans mon sac, je suis maladroit alors je prends mes précautions, et pour savoir pourquoi je suis tout rouge, je crois que tu y es pour quelque chose.lui dit le garçon
En fait tu es la première fille à qui je parle, après ma meilleure amie, enfin maintenant c'est une simple amie car on a essayé de sortir ensemble, mais ça n'a pas marché... lui avoua t'il tout rouge
Corentin était tellement rouge et triste d'avoir perdue son amie qu'il laissa des larmes couler toute seule, il regardait la fille en espérant qu'elle allait réussir à lui redonner sa joie habituelle.

Espérer et croire sont la clé de la victoire.

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Le garçon pris un peu de temps avant de répondre, comme si il était perdu dans ses pensées. Elle l'interrogea du regard, dans l'attente d'une réaction.

""Heu... je m'appelle Corentin Heartfire et oui je me trimballe toujours avec de la pommade dans mon sac, je suis maladroit alors je prends mes précautions, et pour savoir pourquoi je suis tout rouge, je crois que tu y es pour quelque chose.lui dit le garçon.

Cette phrase fit l'effet d'un coup de point dans le ventre de Maggy. Sa petite pique était en fait réalité. Elle se sentie rougir et détourna son regard.

En fait tu es la première fille à qui je parle, après ma meilleure amie, enfin maintenant c'est une simple amie car on a essayé de sortir ensemble, mais ça n'a pas marché ...

Des larmes commencèrent à rouler sur les joues rouges de Corentin. Maggy ne savait plus où se mettre ni quoi faire. Elle balbutia des paroles incompréhensibles et tourna la tête. Elle ne savait pas quoi faire. Le Griffondor s'était sans doute confié sur un coup de de tête. Peut de garçons ne s'étaient confiés à Maggy. Et cela depuis toujours. Elle posa donc une main sur le bras de Corentin, en signe de réconfort. Elle inspira un grand coup et lui demanda :

" C'est qui ta meilleure amie ? Tu sais, elle ne voulait pas te faire de mal mais elle ressent sans doute juste une profonde amitié pour toi. Et puis, tu pourra toujours la voir et peut être qu'au bout d'un moment, elle ressentir la même chose que tu ressens vis-à-vis d'elle !

Maggy psychologue était de retour. Cette pensée fit lever les deux commissures de ses lèvres. Elle tendit son poignet qui la faisait souffrir pour que Corentin le lui soigne.

-Journaliste de Poufsouffle-
!Arthur Grimms!
*Le souffle de Poufsouffle, jamais ne s'étouffe!*

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

" C'est qui ta meilleure amie ? Tu sais, elle ne voulait pas te faire de mal mais elle ressent sans doute juste une profonde amitié pour toi. Et puis, tu pourra toujours la voir et peut être qu'au bout d'un moment, elle ressentir la même chose que tu ressens vis-à-vis d'elle !

Corentin commença à sourire, il appréciait de plus en plus la compagnie de la jeune fille, puis il rigola tout seul, il voulait s'arrêter en ne voulant pas faire croire à la jeune fille qu'il était fou, mais il n'y arrivait pas et dis en rigolant:

"ce n'était pas pour ça que je pleurais, enfin je veux dire que je me suis mis à penser à mon frère qui m'a fais une sale blague et j'ai commencé à pleurer.

Corentin se rendit compte qu'il ne connaissait pas encore le prénom de la fille qu'il trouvait plus que séduisante et à qui il pensait maintenant, c'est vrai, au premier regard, Corentin su qu'il était tombé amoureux d'elle, c'est pour ça qu'il lui avait proposé d"aller à l'infirmerie. Il voulait a moins la connaitre avant d'être sur qu'il soit amoureux, et il se demandais ce que la jeune fille ressentais pour lui:

" au fait, tu ne m'a toujours pas dit ton nom, je t'ai dit le mien, mais je sais toujours pas qui tu es... dit-il en la regardant avec un air amoureux dont il ne se rendait pas compte

Corentin commençait à se faire un film, comme quoi la fille lui dirait qu'elle était aussi amoureuse de lui, alors tout en se trouvant dans son rêve, il s’imaginait avec elle en train de manger des glaces, de se balader dans le chateau et surtout manger des manger et de se faire des bisous sur la bouche, le front et le nez.

Le jeune gryffon était tellement dans son rêve qu'il avait commencé à dévisagé[/i] la fille avec une mine amoureuse, il sentait également de la chaleur dans ses joues et des papillons dans son ventre... il ne savait pas ce qui lui arrivait, il se retourna et fouilla dans son sac, il trouva une boite de chocolat en coeur que sa mère lui avait envoyé pour son arrivée à gryffondor, il se disait qu'il la garderais comme collation, mais il voulait absolument la donner à la poufsouffle. Il la prit et se mit face à la poufsouffle, il avait son coeur qui battait à 100 à l'heure et lui tendit en regardant de coté:

"c...c'est.. pou... pour toi

Corentin était honteux il begayait, il n'avait jamais begayé devant une fille et il était persuadé que la fille se moquerait de lui, il regardait ses pieds et commença à trembler.

Espérer et croire sont la clé de la victoire.

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Après les propos que Maggy avait voulu réconfortant, le jeune Griffondor Commença à rigoler. Maggy fût piquée à vif. Elle avait essayée d'être gentille et voilà que l'autre élève commençait à sa moquer d'elle ?! Elle croisa les bars sur sa poitrine et prit un air agacé. Elle écouta Corentin se justifier :

""ce n'était pas pour ça que je pleurais, enfin je veux dire que je me suis mis à penser à mon frère qui m'a fais une sale blague et j'ai commencé à pleurer. "

Maggy ne trouva pas que cette excuse valable. Il y a cinq minutes à penne, il parlait de sa meilleure amie comme une pierre précieuse et maintenant, il la reniait presque en trouvant une excuse bidon. D'accord, elle l'avait peut être déçu de ne pas vouloir être avec lui mais, si elle ne l'aimait, c'était peut être mieux comme ça. Son estime vis-à-vis de Corentin baissa un petit peu.

"" au fait, tu ne m'a toujours pas dit ton nom, je t'ai dit le mien, mais je sais toujours pas qui tu es..."

Maggy se reçu une sorte de gifle imaginaire en plaine figure. En fait, il ne l'écoutait pas. Elle avait mentionnée son nom un peu avant dans la discussion, il ne l'avais donc pas écouté. Elle ouvrit la bouche pour lui dire qu'il fallait qu'il écoute un peu plus les gens quand ils lui parlaient mais elle remarqua qu'il la fixait et que ses joues étaient aussi rouges que toute à l'heure. Il fouilla dans son sac une seconde foie et sorti une boîte de chocolat en forme de cœur. A croire qu'il avait programmé leur rencontre. Il bafouilla :

""c...c'est.. pou... pour toi

Il baissa son regard vers ses pieds et attendit. Maggy ne savait pas quoi faire car elle était énervée de son comportement, mais elle ne pouvait pas ne pas accepter un cadeau. Elle saisis doucement la boîte et commença doucement :

"Merci, j'adore le chocolat !"

Puis, elle voulait lui dire ce qu'elle avait pensée de lui il y a cinq secondes et son ton changea

"Mais, je voulais te dire, concernant mon prénom, je te l'ai dit il y a cinq minutes de cela. Tu ne m'a pas écouté en fait quand je te parlai. C'est d'un irrespect ... En tous cas, merci pour les chocolats. Au fait, je m'appelle Maggy Thompson et je suis en première année à Poufsouffle si tu as aussi oublié. Je t'apprécie mais le fait de ne pas écouter les autres quand il te parle, ca me ..."

Elle prit ses livres des mains du Griffondor et commença à descendre les marches des escaliers. Elle ne vouait pas l'attrister mais elle ne supporter pas que, lors d'une conversation, elle ne soit pas écoutée et pareille pour les autres personnes

-Journaliste de Poufsouffle-
!Arthur Grimms!
*Le souffle de Poufsouffle, jamais ne s'étouffe!*

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Maggy prit le chocolat, Corentin était content car elle avait accepté son cadeau indifférente, et qui disait à corentin qu'elle le prenait pour ne pas refuser, après avoir pris la boite de chocolat du jeune garçon, elle dit:

"Merci, j'adore le chocolat !"

Mais la fille ne semblait pas heureuse, en effet elle le regarda et lui dit sur un ton froid que Corentin en aie eu mal, car il ne se rendait pas compte qu'il l'avais blessée, et pour lui elle parut assez sèche, mais c'est ce que Corentin aimait chez elle.

"Mais, je voulais te dire, concernant mon prénom, je te l'ai dit il y a cinq minutes de cela. Tu ne m'a pas écouté en fait quand je te parlai. C'est d'un irrespect ... En tous cas, merci pour les chocolats. Au fait, je m'appelle
Maggy Thompson et je suis en première année à Poufsouffle si tu as aussi oublié. Je t'apprécie mais le fait de ne pas écouter les autres quand il te parle, ca me ..."


Alors Corentin comprit qu'il l'avait blessée en lui redemandant son prénom, il voualit blaguer mais ça mit un froid, et il était sur que la fille qu'il aimait ne voulait plus lui parler. Car elle se dirigea vers les escaliers pour descendre le visage bas après avoir repris ses livres dans la main du gryffondor de façon furieuse, ce qui rendait Corentin perplexe, après une courte reflexion à la phrase de la jeune poufsouffle, il se rendit compte qu'elle avait été blessée.
Corentin se sentit mal à l'aise, il ne voulait pas la blessée, il l'aimait et voulais passer plus de temps avec elle, alors il se retournera lentement de sorte à ne pas perdre l'équilibre car il était tout de même au bord des escaliers :

"Non, attends. Je suis desolé... Maggy Thompson, élève de Poufouffle qui n'a pas besoin d'aller à l'infirmerie. je t'ai redemandé ton nom pour te faire une blague, je voulais pas te blesser car... il s'arreta net
n'osant aller plus loin.
Il descendi l'escalier plus vite que maggy ,il la pris dans ses bras et la serra pour lui montrer son affection, les livres de la jeune fille appuyaient contre ses cotes mais il était prêt à subir cette douleur pour lui montrer qu'il l'aimait... Il regarda maggy dans les yeux et commença à pleurer, mais cette fois il pleurait pour elle, il ne voulait pas la perdre:

"cette fois, c'est pour toi que je pleure, maggy...

Il appuya son front contre celui de la jeune fille et le jeune homme sentit son propre coeur battre de plus belle, il était persuadé que la fille le sentait aussi. il était rouge, et il tremblait mais il ne voulait pas la lâcher, il releva la tête et embrassa son front et lui sourit...Il senti comme un frisson le parcourir, en effet se sentir aussi proche de maggy le mettait dans tout ses états et il esperait qu'elle ne le repousse pas, il attendais juste que Maggy fasse ou dise quelque chose qui aurait pu l'éclairer. Il se demandais ce qu'elle ressentait en ce moment, était-elle encore en colère contre lui ou s'était-elle calmée quand il la prit dans ses bras, il ne savais pas et ça le rendait fou, mais pas simplement fou, ça le rendait fou d'amour

Espérer et croire sont la clé de la victoire.

Comme des aimants, soit on s'attire soit on se repousse  Pv 

Maggy se retrouva soudain en face de Corentin qui était descendu plus bas qu'elle. Elle s'interposa entre elle et la salle commune et lui dit :

"Non, attends. Je suis désolé... Maggy Thompson, élève de Poufouffle qui n'a pas besoin d'aller à l'infirmerie. je t'ai redemandé ton nom pour te faire une blague, je voulais pas te blesser car..."

Puis, Maggy ne comprit pas ce qui se passa. Un instant après, elle était dans les bras du Griffondor. Il la serra le plus fort possible, ce qui fit mal au poignet de Maggy, écrasé entre les livres et le torse squelettique du jeune homme. Elle voulu lâcher un petit cri de douleur mais se reteint. Elle en avait assez de ses manières plus que limites, des ses changements d'humeur, de ses blagues pourries, de lui. Elle en avait eu sa dose pour aujourd'hui. Elle essaya de sortir de l'emprise de Corentin mais il calla son regard dans celui de Maggy. Les yeux du Griffondor se remplirent de larmes, ce qui fit un peu de peine à Maggy, mais seulement pendant une demi-seconde. Il lui dit doucement :

"cette fois, c'est pour toi que je pleure, Maggy... "

Il posa son front froid contre celui de Maggy. Ses mains tremblaient et il était rouge comme une pivoine mais il resserrait toujours son emprise sur la jeune Poufsouffle. Il décolla sa tête du front de Maggy pour y déposer un baiser. celui-ci était froid et visqueux ce qui fit changer l'expression neutre de Maggy en une moue de dégout. Elle n'était pas consentante de ce qui était entrain d'arrivé et loin de là. Corentin la regardait avec des yeux remplis d'amour; Maggy ne voulait pas le blessé mais elle ne voulait encore moins rester ici, dans ses bras. Elle prit les mains du garçon qui reposait de part et d'autre de sa tête dans les siennes et les posa le long du corps de Corentin. Elle était maintenant libre. Sans un mot, elle s'orienta à la gauche du Griffon', vers sa salle commune et parti sans demander quoi que se soit au garçon qui était toujours dans l'escalier.

FIN

-Journaliste de Poufsouffle-
!Arthur Grimms!
*Le souffle de Poufsouffle, jamais ne s'étouffe!*