Couloirs

Inscription
Connexion

Panique en coulisses  PV 

Reducio
........MISSION N°4 : « Panique en coulisses »

Nombre de points : 4 points par post
Participants : Abigail LEWIS et Kimiah VAN DERBLICK
Lieu: A votre convenance (étant donné le thème vous avez le droit de le faire dans les dortoirs si vous voulez mais il faudra alors me fournir des captures d'écran pour valider la mission).
But : Il y a du Travail pour une responsable de dortoir au retour des vacances. Et c'est un sacré problème quand tous les rideaux des lits à baldaquin ont filé à la Serpentarde. Mais même si les rideaux était retrouvés, ils seraient bien trop encombrants pour une seule personne. C'est pourquoi, Abigail, tu va réquisitionner la première personne à passer à ta portée. 15 lignes minimum par post.





« Miss Lewis pourrait-elle répéter à Queenie ce qu’elle vient de dire ? Queenie n’est pas sûre d’avoir bien entendu. »

L’Elfe, tranquillement installée à l’une des longues tables de la cuisine, avait levé les yeux d’une part de tarte aux myrtilles pour hausser un sourcil qui n'existait pas en direction de son interlocutrice. Abby sentit ses doigts s’enfoncer dans ses biceps à travers le tissu de sa robe : elle était certes sincèrement navrée de déranger Queenie en pleine pause, mais la situation était urgente et elle aurait apprécié un peu plus de réactivité.

« Les rideaux de lit des dortoirs des filles de Gryffondor ont disparu » consentit-elle cependant à répéter. « C’est important : après le dîner, dans un peu moins de deux heures, tout le monde regagnera la Salle Commune et ça sera plus difficile à expliquer. Est-ce que tu saurais quelque chose à ce sujet ? »

Bras croisés, le dos droit, la petite fille observait avec inquiétude la Responsable de la Délégation Elfique des Dortoirs de Gryffondor froncer des sourcils qui n’existaient pas. Abigail Lewis était sur les nerfs : en rentrant dans sa chambre pour y poser ses affaires après les cours, cette après-midi-là, elle avait mis quelques secondes avant de se rendre compte que les lits avaient été dépourvus de leurs baldaquins. La petite s’était empressée de visiter les autres chambres une par une, pour y rencontrer le même problème – en bonne responsable du dortoir des filles (c’est-à-dire : apprenti pion suppléant confiné aux chambres d’un genre dans sa Maison – y’a pas à dire, entre les préfets et autres pseudos-responsables, ils savent se servir de leurs élèves à Poudlard), elle avait alors pris la décision qui s’imposait : sept étages plus tard, elle chatouillait la poire d’un tableau frugal et déboulait aux cuisines pour y trouver Queenie, et sa tarte à la myrtille.

« Les Elfes n’enlèvent jamais les rideaux, même pour les laver » répliqua celle-ci d’un ton sévère.

Queenie, pas la tarte à la myrtille.

« Un nouveau, peut-être ? » supposa la petite fille. « Qui n’aurait pas été vraiment briefé, ou un peu déboussolé… »

Elle s’interrompit d’elle-même devant le regard noir de sa vis-à-vis : supposer qu’un Elfe avait mal fait son travail, c’était insulter toute sa hiérarchie, en plus de ses employeurs, la famille de ses employeurs et sa propre ascendance en plus de sa possible descendance. Il n’y avait rien de pire – à part peut-être se mettre une famille entière de gobelins à dos.

« De toute façon, ce n’est pas le jour du ménage pour les dortoirs de Gryffondor » asséna Queenie avant de retourner à sa tarte à la myrtille (traduction : débarrassez-moi le plancher, vous empêchez le travail des honnêtes gens – parce que la bonne chère est indissociable d’un travail acharné, et ce n’est pas Poufsouffle qui nous dira le contraire).

Abigail sentit ses muscles faciaux se contracter, mais adressa quand même à l’Elfe un gentil sourire qu’elle ne perçut pas. Au cas où certains se permettraient un doute, ces deux-là s’entendaient bien – et Queenie était une alliée de taille parmi les Ombres de Poudlard, que la jeune Galloise, du haut de ses treize années, ne pouvait se permettre de perdre.


« Merci de nous avoir accordé un peu de ton temps, en tous cas » la salua-t-elle gentiment avant d’indiquer la sortie d’un signe de tête à l’élève qui l’accompagnait.

Elle commença par refuser les croissants français, cheesecakes et tartelettes au citron que s’empressèrent de leur proposer les autres Elfes tandis qu’elles rebroussaient chemin (Abby ne put s’empêcher de remarquer qu’il y avait décidément beaucoup de tartelettes au citron, bien plus que tout le reste, comme si les petites créatures se préparaient à l’inspection surprise d’un amateur des pâtisseries), puis finit par craquer pour une part de cake à la citrouille.

« Tu veux quelque chose ? » demanda-t-elle à son acolyte – en tant qu’aînée, bien que d’une année à peine et n’étant elle-même pas bien vieille, elle se serait quand même sentie plus à l’aise si l’autre avait elle aussi choisi de se goinfrer.

Elles allaient finalement sortir quand un grand bruit déchira l’air, et Queenie apparut soudainement devant elles, un bout de tarte aux myrtilles au coin des lèvres (à cette vue, Abby dut faire de grands efforts pour ne pas rire, d’abord parce que c’était impoli, ensuite parce qu’elle venait de prendre une première bouchée de son cake à citrouille).

« Si elles cherchent vraiment les rideaux de Gryffondor » lança l’Elfe l’air de ne pas y toucher : « Miss Lewis et son amie devraient aller à la buanderie. Beaucoup de linge y a été rassemblé ce matin encore. »

Comme tous les matins, d’ailleurs. Il fallait bien que quelqu’un traite le linge sale.

Abby adressa un sourire ravi à l’Elfe, laquelle s’empressa de siffler pour rassembler sa petite troupe de ménagers : la pause était finie. La fillette avala sa bouchée de cake et se tourna vers sa comparse, un brin soulagée par la possibilité d’une piste :

« On y va ? La buanderie est au rez-de-chaussée. »

Elle n’attendit pas l’accord de Kimiah Van Derblick et poussa le tableau pour regagner le couloir.

Reducio
Navrée pour le retard ! J'espère que ça te convient.


Image

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles. » – Oscar Wilde
Avatar: Aiwatan (https://www.zerochan.net/1279118)

Panique en coulisses  PV 



Kimiah pressa le pas pour arriver à la hauteur d'Abby. il fallait dire que, remontée, la responsable des dortoirs marchait vraiment très vite et Kimiah avait du mal a tenir la cadence alors qu'elle avalait la dernière bouchée de gâteau au citron qu'elle avait englouti précédemment. Alors que les deux jeunes filles attendait enfin la buanderie de Poudlard ,dont Kimiah ignorait l'existence jusqu'alors, elle essaya de se remémorer e qui avait pu se passer pour qu'elle soit entraîner dans une telle affaire.

L'histoire était en fait assez simple. Elle venait de pénétrer dans son dortoir, épuisée par sa journée et, alors qu'elle s'apprêtait a se jeter sur son lit elle fut frappée d'une chose: les lits n'avaient plus de rideaux. Kimiah ne s'y connaissait pas bien en literie et tout ce qui allait avec mais elle était quais sûre que des lits a baldaquin étaient supposés avoir des rideaux. Elle se retourna alors, à la recherche d'une possible explication avant de tomber nez à nez avec Abigail Lewis, camarde de gryffondor avec qui elle partageait son dortoir. Celle-ci était remontée comme jamais et, sans attendre son accord, elle entraîna Kimiah à sa suite dans les cuisine de Poudlard. C'était la première fois que Kimiah y mettait les pieds et elle était quelque peu étonnée par toutes les courbettes et les quantité incommensurable de nourriture que leurs offraient les elfes de maison. Kimiah fit alors la connaissance de l'elfe Queenie qui était la responsable de la Délégation Elfique des dortoirs. Pendant que Abyy, probablement irritée par le manque de réactivité de l'elfe , expliquait encore et encore la situation, Kimiah décida de rester un peu en retrait et de manger car oui, elle avait vrai ment très faim.

L'elfe les réorienta vers la buanderie et c'est comme cela que Kimiah se trouvait devant une petite porte encrée dans la pierre qu'elle n'avait jamais remarqué. Elle regarda un instant Abigail, se demandant si elle savait comment entrer avant de décider de prendre les devants et de poser sa baguette sur une pierre assez lisse et d'attendre. Quelque nano-secondes plus tard, une en bouchure d'environ quatre centimètres de longueur et de largeur se forma et elle passa ses longs et fins doigts à l'intérieur afin de pénétrer dans l'enceinte de la buanderie . Une atmosphère assez vaporeuse y régnait, probablement causée par la vapeur de l'eau chaude , et des tonnes et des tonnes de linges s'amassaient dans tous les recoins de la pièce. Kimiah soupira et se tourna vers la Gryffondor. Il y avait vraiment beaucoup de linge et tout fouiller leur prendrait certainement beaucoup plus que les deux heures dont elle disposaient.


"Alors? On regarde par nous même ou on cherche un autre elfe?"Puis prise d'une soudaine pensée elle ajoutaTu sais, Queenie a dit que ce n'était pas le jour du ménage chez les gryffondors donc si les rideaux sont ici , c'est probablement un nouvel elfe qui les a mis. Tu ne crois pas qu'on ne devrait pas le lui dire? A Queenie je parle, histoire que l'elfe ne prenne pas trop cher. Enfin je veux dire si les rideaux sont réellement ici bien-sûr."

« Unto a land flowing with milk and honey »