Couloirs

Inscription
Connexion
  Retour

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

Ce matin-là, je m’étais réveillé de fort mauvaise humeur. Je n’avais pas pu dormir de la nuit, par peur… L’angoisse provoquait chez moi des comportements étranges, la nuit, et je ne souhaitais pas en faire part à mes camarades de dortoir. Camarades qui d’ailleurs n’avaient pas pris la peine de m’adresser la parole en une semaine… La mauvaise humeur me rendait presque méchante, tellement différente de celle que j’étais habituellement que cela me faisait parfois peur. Tous mes frères étaient tellement toujours agréables, souriants, joyeux, heureux. J’avais parfois l’impression d’être la bête noire. Secouant la tête pour m’éclaircir les pensées, je me levais et me préparais. Je n’aimais pas ces pensées et ces comportements qui étaient les miens de temps à autre.
La salle commune était pleine de monde, les dimanches attiraient en général beaucoup de monde.
*Parfait pour en profiter pour partir le plus loin possible*, pensais-je en zigzaguant entre les étudiants.

Le couloir m’accueillait avec sa fraicheur et son silence. Je soupirai… Aujourd’hui était un de ses jours où rien ne pourrait se passer pour me rendre le sourire. Alors je décidais d’errer dans les couloirs. Les escaliers me déposaient où ils le souhaitaient, peu m’importait.
Et en général, quand une mauvaise chose arrive, elle n’arrive pas seule. Alors comme je voulais éviter les endroits pleins d’étudiants grouillant et éviter mon seul frère à Poudlard (je regretterais cette pensée plus tard, je le sais…), j’atterri… Devant le tableau des Gryffon, avec un groupe de lionceau surexcité et surtout, Aodren… Qui lorsqu’il m’aperçut, cria, me courut après, me parla, rigola, me dit de me faire des amis, de me faire des amis, d’arrêter d’éviter tout le monde, etc. Alors je criai, fort. Et Aodren resta pantois. Depuis quand la petite Aelle, farouche mais timide criait-elle ? Depuis quand n’était-elle plus celle qu’il protégeait ? Je fuis.
Je m’en foutais, je courrais dans les couloirs de Poudlard, je courrais et je me sentais libre, soudainement libéré alors que ce comportement s’opposait en tout point à la jeune fille rouge de gêne que Poudlard connaissait…

Essoufflée, ma course prit fin dans un couloir vide, à mon plus grand bonheur. Une faible chandelle éclairait les lieux, rendant l’ambiance presque inhospitalière. Au bout du couloir, une fenêtre perçait le mur, mais les carreaux étaient si épais qu’aucune lumière ne s’en échappait. Ici, point de tableau, point d’étudiant… Un faible courant d’air balayait les lieux, soulevant un fin nuage de poussière que je regardais, hypnotisée par le calme ancien qu’émanait du Château.
Mais alors, la beauté du lieu fut rompue par un éclat roux, devant moi. Eberluée, je regardai la fille –parce que s’en était une- s’approcher de moi en me regardant avec ses yeux incroyablement gris.


-T’es qui, toi ? Je ne pu empêcher ces mots de sortir d’entre mes lèvres, mon insociabilité et mon côté défensif refaisait surface…

Éclabousse ; le Goudron de tes Souffrances se dilue dans ma Profondeur.

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

La jeune Gwenaëlle n'avait rien à faire ce jour là... aucun cours. Et presque elle en était déçue ! Enfin, cela lui permettrait de découvrir toujours un peu plus Poudlard. Elle passais devant plusieurs tableaux devant lesquels elle s’arrêtait un sourire d'émerveillement sur les lèvres. Après deux semaines qu'elle était ici, c'était toujours aussi difficile de s'y habituer ! Ou non, l'habitude, elle l'avait depuis le premier jour, mais l'émerveillement pourtant serait sans doute à jamais présent.
Les couloirs étaient presque tous bondés de monde ce qui ne facilitait pas la circulation de la rouquine.
Enfin, les couloirs semblèrent se vider petit à petit et elle comprit que chacun regagnait sa salle commune, peut-etre devait elle le faire elle aussi
, "Pour se retrouver à cinquante dans une salle ?!". Alors elle continua à avancer tranquillement, enchantée de ne croiser personne, les lieux étaient parfaits, sereins, personne ne viendrait sans doute ici. Magiquement calme.
Calme ou non. Passant dans un couloirs, la jeune Serpentard remarqua une autre fille dont les couleurs indiquait son appartenance à la maison des Blaireaux. La petite Diafora n'en avait encore jamais rencontré mais n'appréciait pas tellement cette maison, dont elle se moquait légèrement. La jeune demoiselle l'observa un instant, puis après un soupire s’apprêta à accélérer le pas pour repartir quand...


"-T’es qui, toi ?"


Bravo la politesse ! Gwen s’arrêta instantanément de marcher et dévisagea de la tête au pieds l'autre fille. Si elle avait voulu l'aborder elle aurait pu utiliser un autre ton ou au moins se présenter en premier. Il est vrais que c'était une règle d'or chez la petite Serpent, de toujours se présenter après l'autre. Mais cette question ne lui laissait pas vraiment le choix. Quoi que... Elle pouvait se contenter de l'ignorer et continuer sa route mais cela serait montrer de l'impolitesse. Alors, la jeune rouquine haussa un sourcil avant de répondre d'une voix froide et neutre mais au moins contrairement à l'autre fille, polie ou au moins se le voulait.


"- Je suis Gwenaëlle Diafora, première année à Serpentard. C'est assez précis ?"


Elle n'avait tout de même pu s’empêcher de rajouter sa dernière phrase d'une voix moqueuse, comme ce qu'elle faisait régulièrement en présence des moldus qui l’agaçait quand la froideur ne suffisait pas à la laisser tranquille.
"Ressaisie toi bon sang Gwen ! Tu parle à elle comme à des moldus !" Fit une voix sévère dans la tête de la gamine. Un déclic se fit chez la jeune première année qui rajouta après quelques instants d'incertitude sur une voix affable.

"- Et toi ?"

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

-Je suis Gwenaëlle Diafora, première année à Serpentard. C’est assez précis ?

Un sentiment de culpabilité m’empli alors. A cause de mes tourments, j’avais agressé cette élève qui se contentait juste de se promener et qui avait eu le malheur de me tomber dessus. Ses yeux gris et froid me fixaient, et sa voix moqueuse m’avait replié dans une attitude plus défensive encore malgré le fait que je sois coupable de tout cela. Combien de fois m’avait-on parlé sur ce ton moqueur ? Incapable de parler, je la regardais, elle sembla comprendre quelque chose car elle me dit d’une voix affable :

-Et toi ?

Les bonnes habitudes avaient la vie dure, et malgré mon envie de repartir sur de bonne base, m’excuser me ferait me sentir inférieur à cette Gwenaëlle. *Reprends-toi, Aelle, elle n’a rien fait, elle a l’air plutôt gentille…*. Une petite voix répondit à la première * « C’est assez précis ? » Non, elle n’est sûrement pas agréable*. Je n’ai pas l’habitude de juger les gens, puis j’ai toujours admiré la maison de Serpentard.

-Aelle. Aelle Bristyle. Je pense que tu as remarqué que j’étais de Poufsouffle.

Ce fut une voix tremblante qui prononça ces mots. J’avais beaucoup de mal à gérer mes émotions, surtout la colère. Et lorsque je me sentais en danger, j’étais en colère.
J’observais les yeux gris de ma camarade, ces longs cheveux roux, son visage froid et je me demandais pourquoi elle n’avait pas passé son chemin. Elle aurait pu m’ignorer, ou m’envoyer sniffler ailleurs.

-Pourquoi me parles-tu ? Tu aurais pu passer ton chemin.

Je fermais les yeux après avoir questionner Diafora. Les relations sociales étaient, semble-t-il, ma plus grosse faiblesse. J’étais incapable de faire dans les règles de la sociabilité lorsque j’étais ainsi renfermé.

Éclabousse ; le Goudron de tes Souffrances se dilue dans ma Profondeur.

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

La jeune Gwenaëlle avait observé la réaction de la Poufsfouffle avant que celle-ci parle, son visage avait affiché la culpabilité un instant, puis l'hésitation, puis la colère avant de répondre d'une voix tremblante.

-Aelle. Aelle Bristyle. Je pense que tu as remarqué que j’étais de Poufsouffle.


Oui, elle avait remarqué.... Mais la jeune Gwenaëlle était perplexe sur la raison du pourquoi la fille était elle ainsi. Étais-ce sa présentation un brin moqueuse qui la mettait dans cet état ? Elle fronça les sourcils, et sa bouche fit une légère grimace vexée avant de se transformer en ce qui voulait être un pale sourire pour détendre l'atmosphère et reprendre sa grimace quand cette Aelle s’exprima après l'avoir observé.


-Pourquoi me parles-tu ? Tu aurais pu passer ton chemin.


Décidément la politesse devait être une notion vague à Aelle. Celle ci aurait donc préféré que Gwen ignore sa question, dans ce cas là pourquoi poser une question.
"Et bien ! Merci beaucoup ! Je t'aborde et voilà ta réaction. Je m'en vais si tu veux..." Ne put s’empêcher de penser la rouquine, si elle maitrisait plutôt ce qu'elle disait, ses pensées pouvaient être mauvaise souvent, mais au moins celles-ci n'étaient jamais entendus. Peut-être que cette fille était dans un mauvais jour... Cela arrivait à tout le monde ! Meme un jour sur deux à la jeune Serpentard, enfin moins depuis qu'elle était à Poudlard, évidemment ! Elle ne savait pas quoi répondre à Aelle, ou plutôt si, des remarques acerbes fusaient dans son esprit mais elle préférait ne pas se faire des ennemis et d'une voix lente, tachant de cacher du mieux ce qu'elle voulait dire, elle répondit enfin.

"- Je pense que c'est par ce que tu m'as posé une question... Et que je suis polie. Sinon enchanté de faire ta connaissance Aelle. Première année je suppose ?"


Sa voix s'était voulu intéressé, comme dans le premier jour dans le train en allant à Poudlard, mais le résultat risquait d’être peu concluant. Néanmoins, il faut l'avouer... Depuis son arrivée à Poudlard ses répliques étaient passé d'une moyenne de deux à cinq mots à quinze à trente... Bravo Gwen !

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

Ma réaction eu l’air de la vexé d’avantages. J’avais l’impression d’être une créature particulièrement étrange à voir. En même temps, je comprenais la grimace vexée qu’elle arborait… Mais ce petit sourire qu’elle tenta de me lancer me laissait pantoise… Etais-je la seule à être imbuvable ? Au point même où malgré mon sale comportement, cette jeune Serpentard était tout même polie.
En observant son visage, je me fis la remarque qu’elle avait l’air de beaucoup réfléchir avant de parler… Est-ce que ses pensées étaient contraires aux mots sortant de sa bouche ? Si c’était le cas, elle avait beaucoup plus de contrôle que moi, j’étais réellement insupportable, et je regrettai de ne pas être tombé sur Gwenaëlle un jour plus… Normal.
Lorsqu’elle parla, ce fut d’une voix lente, comme pour maitriser tous les mots qui allaient former sa phrase :


-Je pense que c’est parce que tu m’as posé une question… Et que je suis polie. Sinon enchantée de faire ta connaissance, Aelle. Première année je suppose ?


Et je ne pu lui en vouloir pour sa phrase qui aurait pu paraitre comme désagréable. Parce que pour moi, sa phrase était une des plus particulières qui m’ait été donné d’entendre. *Enchantée de faire ta connaissance, Aelle ? Vraiment ?*. Je me trouvais particulièrement enfantine de me réjouir de cette phrase. Qui m’avait été adressait par une personne que j’avais agressée, comme premier rapport, social, j’aurais pu faire mieux…
Ce ne fut que lorsqu’elle haussa son sourcil dans ma direction, que je compris qu’elle attendait ma réponse. Les battements de mon cœur s’étaient accélérés, qu’allais-je lui répondre ?


-Je… Hum, oui, en effet, je suis en première année… Et… Pareil. Enfin, enchantée de …

Ma voix s’éteignit et je me figeais en la regardant. Qu’allait-elle penser de moi ?

-Savais-tu que ton prénom avait pour etymiologie ‘gwen’ qui signifie ‘blanc’, et ‘hael’ qui veut dire ‘généreux’ ?
Débitais-je sans reprendre mon souffle en me sentant rougir jusqu’à la pointe des cheveux.

Devrais-je lui expliquer que j’énonçais les informations qui me venaient à l’esprit lorsque je ne savais pas quoi dire ou pas comment le dire ? Peut-être allait-elle comprendre mon premier pas...

-Pardon… Je... Tu aimerai faire quelques pas ? Lui dis-je en lui montrant d'un geste de la tête le couloir qui s'étendait en face de nous.

Éclabousse ; le Goudron de tes Souffrances se dilue dans ma Profondeur.

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

-Je… Hum, oui, en effet, je suis en première année… Et… Pareil. Enfin, enchantée de …

Les sourcils arqués, le visage passible, la jeune Gwen observe longuement Aelle. Décidément... Celle ci était visiblement peu habitué de se présenter ou simplement rencontrer et parler avec les inconnus. C'était aussi le cas, de la petite rouquine mais d'une autre manière, c'est à dire, par la froideur et parfois les moqueries alors que la Poufsouffle s'était plus par la non maitrise de soi et heu... la timidité. Cela donnait une magnifique rencontre !
Soudain, Aelle se coupa net dans ce qu'elle était ou essayé de dire pour reprendre rapidement, sans reprendre son souffle.


-Savais-tu que ton prénom avait pour étymologie ‘gwen’ qui signifie ‘blanc’, et ‘hael’ qui veut dire ‘généreux’ ?


Hein ?! Heu... Elle était réellement en train de passer du coq à l’âne. Sans doute une brillante stratégie pour faire avancer la conversation mais à part rendre perplexe la fillette, cela ne donna pas grand chose.
Oui, elle savait parfaitement que son prénom venait de blanc et généreux. Symbolisant la parfaite attitude que ses parents espérait d'elle, ou alors ils la voulaient comme eux généreuse et normale. Pff... Le prénom qui d'ailleurs ne lui correspondait pas du tout, elle était d'accord avec ce point. Si cette fille avait voulu détendre la conversation, c'était plutôt raté. Tout ce qui se rapportait de près ou de loin à ses parents l’agaçait plus que tout : et un prénom est forcément choisis par ses parents.


"- Oui, je le savais..."


Dit Gwenaëlle d'une voix monotone, avant que Aelle se remette à parler, reprenant son air d'avant.


-Pardon… Je... Tu aimerai faire quelques pas ?


La fillette regarda un instant le couloir que la Poufsouffle désignait de la tête, comme si elle venait de remarquer que ce n'était pas une impasse. Faire quelques pas ? Oui, c'était ce qu'elle était en train de faire avant qu'elle soit interpellée
"Marcher pour aller où ? A la bibliothèque" se demanda longuement la gamine qui ne comprenait pas l'objectif de marcher sans objectif précis, hormis à Poudlard bien entendu. Ah mais attendez... Elle était à Poudlard ! Alors cela changeait tout...
Elle allait commencé à marcher quand elle se rendit compte que l'autre première année n'était pas en train de lui proposer de s'en aller. Elle opina alors doucement de la tête, avant de se mettre à parler tout en observant le couloir, comme si elle ne prêtait plus d'attention à Aelle.


"- Si tu veux. D'où vient ton prénom ? De hael aussi ?"

Tout en disant cela, elle avançait dans les couloirs qui lui semblait tout à coup un peu moins lumineux qu'avant. Peut-être le fait qu'elle ne fasse pas attention à si l'autre fille la suivait était peu sympathique et non polis. Mais n'étais-ce pas elle qui venait de le lui proposer ?

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

Le visage de Diafora exprimait soudainement très bien ce que je pensais qu’il pouvait se passer derrière ses yeux gris. De la surprise et de l’incompréhension. A vrai dire, je devais lui donner l’impression d’être comme le jour et la nuit. Le timide et le sanguin…

Mon changement brusque de sujet eu pour effet de fermer son visage déjà froid. Ses yeux d’acier me transperçaient de part en part, j’aurai aimé avoir un regard aussi tranchant qu’elle.


-Oui, je le savais…

Aie, je pensais bien que j’aurai du apprendre à canaliser cette mauvaise habitude, sur le coup je me sentais comme une feuille d’arbre qui brise la surface calme d’un lac glacé…
Quand elle se détourna de moi pour avancer dans le couloir sans se retourner, je pensais un instant que ma proposition pouvait paraître très, très impolie, mais elle sembla finalement comprendre mon intention, à mon plus grand soulagement. Je soufflai légèrement, les relations sociales, c’était intense, mais étonnement, cela ne me déplaisait pas. Je marchais pour la suivre. Mais à mon rythme, tout en lui laissant le sien. J’aimais faire comprendre les choses grâce à mon comportement, même si ce n’était pas toujours clair.


-‘Aelle’ et ‘hael’ n’ont pas la même étymologie. Mon prénom vient de ‘Ael’, un prénom masculin signifiant l’air. Mes parents l’ont mis au féminin lorsque je suis né.

Je parlais d’une voix douce, le savoir m’aidait à me calmer. La jeune Serpentard et moi avançâmes quelques pas dans le couloir sombre, la fenêtre qui perçait le mur laisser voir la surface du Lac Noir qu’une légère brise faisait onduler. Toujours très angoissé à l’idée qu’un mot de trop ne sorte de ma bouche et précipite le léger temps calme qui s’était imposé, je choisis soigneusement mes mots pour essayer de signifier à la Serpentard ce que je ressentais.

-Ma réaction n’était pas tellement… Enfin tu vois… Et je sens que je tu as mal pris mes mots sur ton prénom… Je n’ai pas fait exprès, je…, je me taisais un moment avant de reprendre, crois-tu que tu corresponds à ce que signifie ton prénom ?

Et voilà… J’avais deviné que Diafora n’avait pas apprécié mon étalage de son prénom, et j’en rajoutais une couche… Je devais être bizarre, ou peut-être que je n’étais fait que pour les relations conflictuelles ? Non, cette conversation, j’y tenais réellement, mais je ne souhaitais pas et n’ai jamais souhaité être différente pour parler aux autres, c’est peut-être pour ça qu’en 11 ans de vie, mes seules relations positives étaient celles avec ma famille et quelques adultes. Et Les créatures.
Egoïstement, je souhaitais que Diafora ait la patiente d’apprendre à m’apprivoiser.

Éclabousse ; le Goudron de tes Souffrances se dilue dans ma Profondeur.

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   


-‘Aelle’ et ‘hael’ n’ont pas la même étymologie. Mon prénom vient de ‘Ael’, un prénom masculin signifiant l’air. Mes parents l’ont mis au féminin lorsque je suis né.


Tout en marchant, la jeune Gwenaëlle hocha la tête, en écoutant la Poufsfouffle qui avait de nouveau changée de ton pour s'exprimer d'une voix douce. La jeune filllette marchait lentement sans se retourner, en observant chaque détail des lieux qu'elles traversaient C'est fou l'origine que peuvent avoir différents prénoms ! La petite Serpentard se demanda longuement si l'autre fille ressemblait au vent... Hum... Elle avait du mal à imaginer le vent timide et commettant gaffe sur gaffe, et passant d'un sujet à un autre d'un seul coup. Enfin pour la dernière proposition, oui. Le vent pouvait être paisible puis se transformer en tempête. La rouquine fut coupé dans ses raisonnements par Aelle qui se remettait à parler. D'ailleurs un petit sursaut pris la gamine qui avait presque oublié sa présence.


-Ma réaction n’était pas tellement… Enfin tu vois… Et je sens que je tu as mal pris mes mots sur ton prénom… Je n’ai pas fait exprès. Je...


Gwen fut tout à coup soucieuse, sont visage laissait-il vraiment transparaitre ce qu'elle avait pensé ? Bon alors si c'était le cas pourquoi la Poufsouffle ne changeait-elle pas de sujet ? Pensa t-elle un brin agacé. Avant de décrocher un sourire qui voulait à la fois lui dire que ce n'était pas bien grave et à la fois pour lui dire d'à présent changer de sujet. Mais quand elle vit Aelle continuer, elle compris tout à coup qu'elle allait continuer sur le sujet et se mordit légèrement les lèvres.


- Crois-tu que tu corresponds à ce que signifie ton prénom ?


Zut ! Non mais Aelle ! Si tu comprends que je ne préfère pas en parler : pourquoi tu en parle ?!
"La logique des gens me laissera toujours béate...". Bref... Que répondre à présent ? Qu'elle ne pensait pas du tout correspondre à ce qu'il signifiait, et qu'elle avait pensé que Aelle l'avait remarqué, à moins que celle ci l'est confondue avec un ange ? La petite Diafora réfléchit longuement sur que dire, mais elle ne répondit pas tout de suite, elle avait légèrement accéléré le pas et s’arrêta alors net dans un couloirs, dont les larges fenêtre donnaient une magnifique vue sur le parc. Puis elle se détourna de la fenêtre, après y être resté au moins une bonne minutes, ce qui portaient à croire que l'autre première année était peut-etre déjà partit puis tout comme avant, elle parla avec lenteur.

- Le blanc et la générosité... Je ne pense pas, non. Tu me trouve ainsi toi ?
Elle s'autorisa un faible rire, quelque peu forcé mais qui en était un tout de même, mais chacun peux changer ne pense tu pas ? Alors peut-etre...

Il est évident que notre jeune demoiselle ne pensait pas du tout ce qu'elle disait. S'imaginer ainsi la fit sourire à la fin de sa phrase, sourire qui partit presque en un petit rire mais cette fois-ci non forcé. Tout en détournant la tête, la rouquine se demandait si la Poufsfouffle avait vu quelque chose.

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

-Crois-tu que tu corresponds à ce que signifie ton prénom ?

Une fois ma bombabouse lancée, je pus à loisir observer le visage de la jeune Serpentard. La trace que ses dents avaient laissées sur ses lèvres disparu quand elle les pinça dans un air dur. Elle avança dans le couloir, plus vite que précédemment et s’arrêta soudainement devant la fenêtre. Sa réaction me fit réfléchir. Ma question elle, ne l’était pas. Blanc et généreux, la voyais-je vraiment ainsi ? Après tout je ne connaissais que la partie émergé de sniffleur et encore, Diafora semblait être une fille très froide et secrète. Non, elle ne semblait pas l’être, elle l’était, je l’avais bien compris.

Je marchais doucement jusqu’à elle, sans la déranger dans ses réflexions. Si elle me disait que ce n’était pas mes affaires, je ne lui en tiendrais pas rigueur… Peu importe le ton sur lequel elle me le dirait… Enfin, mes belles résolutions étaient belles, mais je ne savais s’il existait quelqu’un dans le château aussi susceptible que moi. La rousse observait le paysage extérieur, et la lumière du jour semblait éclaircir son visage, faisant ressortir le peu de la couleur de ses yeux que j’apercevais de ma place. Je cru qu’elle m’avait oublié, car elle resta longuement sans parler. Puis enfin, elle se détourna de la fenêtre et parla. Sa voix claire me répondit avec lenteur. Je me fis alors la réflexion qu'elle pesait chacun de ses mots.

-Le blanc et la générosité… Je ne pense pas, non. Tu me trouves ainsi toi ?


Elle ria. D’un petit son faible, et qui semblait forcé. L’était-il ?

-Mais chacun peut changer ne pense tu pas ? Alors peut-être…


En s’arrêtant de parler, je vis un léger sourire étirer ses lèvres, et il me sembla qu’elle riait. Mais elle détourna sa tête, comme pour me cacher ce qui se passait sur son visage.
J’étais pendu à sa lèvres, et me sentis frustré qu’elle ne continue pas sa phrase. Mais étant ce qu’elle semblait être, cela ne m’étonna pas. Après tout, elle n’allait pas se mettre à tout me dévoiler, surtout pas à moi. Est-ce qu’elle pouvait changer ? Je n’en savais rien, mais je savais que tout le monde le pouvait, surtout les enfants de 11 ans que nous étions, et j’espérais bien que nous pouvions encore changer. Pourquoi avait-elle rit ? Se sentait-elle incapable de changer ? Ou se sentait-elle juste incapable d’être telle que ses parents (ou peut-être une autre personne) l’avait nommé : Immaculé et généreuse. Lui donner mon avis me semblait important, alors je voulu lui répondre sincèrement. Je la contournais doucement pour apercevoir son visage, ne me précipitant ni en geste ni en parole. Je la regardais.


-Je ne te connais pas, comment pourrais-je te juger ? Je me taisais, choisissant soigneusement mes mots, même si elle devait avoir compris que je n’avais pas énormément de tact. Si le blanc représente la neige, alors tu es froide, comme elle. Et la générosité s’exprime de bien des manières…

Mon cœur battait légèrement plus vite dans ma poitrine, je redoutais sa réaction. Mais je ne la quittais pas du regard et continuai.


-La vie est ce qu’elle est. Tout nous mène à changer. Rien que notre rencontre nous changera. Un bateau change de direction au moindre écart du vent, au moindre changement de courant. D’ailleurs les bateaux sorciers sont ensorcelés pour ne subir aucun de ces changements…

J’avais rajouté la dernière phrase rapidement, et j’en rougis. *Est-ce qu’elle a une tête à être intéressé par la navigation, Ely ? Evidemment que non*.

Éclabousse ; le Goudron de tes Souffrances se dilue dans ma Profondeur.

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

-Je ne te connais pas, comment pourrais-je te juger ?

Hum oui... Mais tu viens de l'entendre parler jusqu'à présent non ? La Poufsfouffle parlait plus lentement et la petite Gwen était plutôt surprise de ses diverses changement de façon de parler à chaque fois.


- Si le blanc représente la neige, alors tu es froide, comme elle. Et la générosité s’exprime de bien des manières


Le sourire de Gwen avait disparu. Ce que venait de dire Aelle était sans aucun doute voulu heu... sympathique. Mais même si Gwen se trouvait froide, elle n'aimait pas se l'entendre dire. Sa personnalité devait laissé à désirer. Il semblait que quoi que puisse dire l'autre l’agaça. Où était passé la petite fille curieuse du train ? Peut-être étais-ce le fait, qu'à présent elle connaissait assez du monde de la magie, pour ne plus avoir envie de se documenter. Elle pencha sa tete devant, elle ses épais cheveux roux foncés lui tombant sur le visage en pleine réflexion. Pourquoi était-elle obligée d’être si compliqué, un éclat de tristesse passa dans ses yeux, éclats que ne put pas voir l'autre première année. La générosité s'exprime par bien des manières... Mouais... Par toute les manières possibles, Gwenaëlle doutait d’être généreuse, tout cours.
En premier lieu, après la décortication de la symbolisation de son prénom, la rouquine avait à moitié écouté la suite de ce que Aelle voulait lui dire.


- La vie est ce qu’elle est. Tout nous mène à changer. Rien que notre rencontre nous changera. Un bateau change de direction au moindre écart du vent, au moindre changement de courant. D’ailleurs les bateaux sorciers sont ensorcelés pour ne subir aucun de ces changements…


Effectivement chacun pouvait changer. Si il semblait que la fillette n'avait pas suivie ce que venait de dire la Bristyle, c'était le cas. Mais la mémoire auditive de la gamine, avait enregistré ce que l'autre venait de dire. Et se rendant compte que l'autre venait de parler, elle se remémora ce qu'elle avait dit comme pour le réécouter. Si cela parrait étrange, que cela n’inquiète personne néanmoins...
Si Gwen avait pris la peine d'écouter ce qu'avait à dire Aelle, c'est qu'elle avait entendu le groupe de mot "Bateau sorcier" , enfin surtout le mot "sorcier". Cela se rapportait à la magie ça l’intéressait. D'ailleurs la petite ne prit d'abord pas la peine de se concentrer sur la métaphore, préférant écouter les informations sur les bateaux sorcier, qui ainsi donc était ensorcelés pour ne pas tenir compte des changements du vent, tempête ou pas tempête ? Le vent n’influeraient pas leur course ? Après cette réflexion, la jeune Diafora sa demanda si Aelle venait encore de passé du coq à l’âne, avant de se rendre compte que la petite Poufsouffle n'était pas vraiment en train de lui parler de bateau magique.
La jeune verte et argent, releva la tete, écartant d'une main pale, ses cheveux presque auburn, tout en regardant longuement Aelle, elle se rappela de ce que celle ci avait réellement voulu dire. Tout nous mène à changer ? Pour Gwen la vie était plutôt, comme un chemin tracé, mais elle n'en tient pas compte. Par contre le meme notre rencontre nous changera la fit sourire. Sans nul doute, que cette Aelle avait raison.


- Oui, tu as raison. Sinon tu me trouves vraiment froide ? Enfin... Si mais...


Cette fois-ci, les mots étaient sortit tout seul de la bouche de la jeune Diafora sans qu'elle puisse les empêcher. Qui tout à coup pris un visage géné avant de se rendre compte, qu'elle se retrouvait à peu près dans la même posture que la Poufsouffle au début de leur conversation, et avoir un sourire dans le vide, que cette fois-ci elle ne se donna pas la peine de cacher.

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

Voyant son sourire disparaître après ma comparaison de sa froideur avec la neige, je crains qu'elle n'ai pas apprécié ma sincérité. Elle m'avait posé une question et j'y avais répondu, c'est pourquoi je restais perplexe en voyant son visage exprimer sa contrariété. Elle semblait vouloir le cacher, mais je le reconnaissais à la manière dont elle fermait son visage, comme si une barrière de glace se transposait sur ce dernier pour empêcher ses émotions de sortir et d'être aperçues. Ces derniers jours m'ont appris que je comprenais bien mieux les expressions du visage que les mots, ou tout simplement les gens...
Surprise, je la vis baisser la tête, de sorte que ses lourd cheveux roux me barre le chemin vers son visage. j'en fut déstabilisé quelques secondes, son visage était ma seule manière de la comprendre un petit peu, ce qui n'était déjà pas évident...
*Pourquoi se cache t-elle ?*
Mentalement, je me préparais à recevoir sa froideur, elle n'allait surement pas être agréable longtemps si je continuais à mettre le pied dans le plat avec mon manque de tact. Je ne comprenais pas tellement sa réaction, peut-être que je m'attendais à ce qu'elle me renvoi froidement et moqueusement une pique bien senti.

Lorsque je parlais des bateaux, je pris soin de ne pas la quitter du regard. Elle devait être perdu dans ses pensées, mais cachée ainsi je ne pouvais le deviner.
Ce qui me semblait être de longues minutes plus tard, elle releva la tête. M'étant moi même perdu dans mes pensées à chercher à comprendre la situation, j’accueillais avec surprise la rencontre avec ses yeux gris. Sa main pale écarta son visage de derrière le rideau de ses cheveux, et elle me regardait maintenant d'un regard qui me transperçait. J'en fut mal à l'aise, je ne comprenais pas pourquoi elle me regardait ainsi, ses émotions étaient indétectables...


-Oui, tu as raison. Sinon tu me trouves vraiment froide ? Enfin... Si mais...

Le visage de la jeune Serpentard se tordit en grimace gêné alors que sortait de sa bouche ce brouillon de phrase. Toutes mes réflexions s'envolèrent alors... J'avais basé ma maigre connaissance de cette jeune fille sur quelques comportements que j'avais recensé depuis notre rencontre... Et la voilà qui changeait complètement de mode d'expression ? Ces mots semblaient s'être crée un passage vers l'extérieur tout seul, cela m'évoqua une fissure sur un lac gelé, qui laissait filtrer lentement quelques gouttes d'eau... Je savais que la fissure se refermerait aussi vite, alors je me surpris à savoir sauter sur l'occasion.

-C'est ce que j'ai dit, oui.


J'avais prononcé ces mots d'une voix absente, totalement concentré sur le sourire que Diafora lançait au vide. Une émotion que je ne compris pas et qui s'installa paisiblement sur son visage, comme libre... Je me donnais l'impression d'observer la jeune fille sous toutes les coutures, mais je souhaitais comprendre. Un instant, je me demandais si toutes les relations se passaient comme la notre. A la regarder, et me connaissant, je nous comparais à deux énergies sur le point d'imploser... Ou pas. Si l'une avait un regain d'énergie, elle secouait l'autre, et contrairement... Notre conversation me faisait penser à cela, et je trouver ça beaucoup plus palpitant qu'une vulgaire discussion sur la métamorphose.

-Tout le monde a ses défenses... Tu as ta froideur, et j'ai... Je ne sais pas exactement, je ne suis pas sûre d'en avoir...
, Lui dis-je, incertaine. Pourquoi est-ce que tu souri ? J'avais balancé ma phrase s'en m'en rendre compte, toute à mon désir de la comprendre. Me rendant compte que je la fixais depuis un moment déjà, je trouvais la tête vers la fenêtre.

Éclabousse ; le Goudron de tes Souffrances se dilue dans ma Profondeur.

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

-C'est ce que j'ai dit, oui.

Ce que j'ai d... quoi ? Gwen totalement perdue dans ses pensées mit un temps à comprendre ce à quoi Aelle venait de répondre, elle haussa les épaules, si les gens la trouvait froide ils avaient raison, bien entendu. La rouquine avait toujours du mal à comprendre comment ces mots étaient sortit de sa bouche. Mais elle avait remarqué que la Poufsfouffle était concentré sur le sourire qu'elle avait fait, aussitôt celui-ci s’effaça de son visage. Elle se retourna vers Aelle, son visage hésitant à afficher de nouveau un masque de froideur, se détourner, ou continuer dans la voix idiote qu'elle avait prise. Cette discutions commençait à être bien étrange, et on avait l’impression que chaque nouveaux dialogue, mettait un poids lourd destiné à rendre presque malsain l'atmosphère. D'une voix peu sure d'elle, la Poufsouffle se remit à parler.


-Tout le monde a ses défenses... Tu as ta froideur, et j'ai... Je ne sais pas exactement, je ne suis pas sûre d'en avoir...


La jeune Diafora se détourna un instant, le temps de réfléchir à la réaction à avoir. Elle n'en avait aucune idée. Et c'était la première fois que ça arrivait
"Rien que notre rencontre nous changera... Je me demande à quel point." songea t-elle longuement. Oui, la froideur était une défense pour la gamine, parfois s'en était devenu une façon de vivre mais c'était plus rare. Mais non ! La froideur n'était pas une défense, c'était une attaque, se certifia la fillette. Pourquoi aurait elle à se défendre contre des gens qu'elle méprisait. Enfin ! Il était évident qu'elle ne méprisait pas la jeune Pouffsoufle, elle était intéressée face à elle, ce qu'elle n'était pas du tout au début de la conversation.

- Pourquoi est-ce que tu souri ?


Le visage soucieux de la petite Diafora se fit surpris, et elle pivota rapidement vers Aelle, avant de comprendre que celle-ci faisait référence au sourire bête qu'elle affichait un peu avant. La gamine plissa les yeux avant de répondre calmement sans une hésitation, accentuant néanmoins sur les verbes au passé.


- J'ai souris, par ce que je pense que tu l'avais remarqué, mais ma phrase hésitante m'a fait un peu échangé de rôle avec toi, c'était amusant.


La main de Gwenaelle se releva un instant, s’arrêtant à quelques centimètre de sa bouche. Elle allait la mettre car elle n'avait encore une fois pas géré ce qu'elle disait, mais cette fois-ci avait parlé sans hésitation. Elle avait juste dit ce qu'elle pensait. Peut-être étais-ce par ce que Aelle n'était plus vraiment une inconnue, quoi que, elle la connaissait depuis même pas un quart d'heure. Finalement elle laissa retomber son bras et après avoir jeté un discret regard comme pour s'assurer qu'il n'y avait personne, elle afficha un splendide sourire à Aelle, à ne rien comprendre à la situation.

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

Le jeune rousse haussa les épaules, comme si elle se foutait que je la trouve froide. Ce qui était sûrement le cas, d’ailleurs, elle n’avait pas l’air de se soucier de l’avis des autres. Elle ne semblait pas très claire dans ce qu’elle voulait ou non me montrer car, alors que j’observais intriguée son sourire, celui-ci s’effaca. Au moment même où ses yeux avaient atteint les miens, comme ce sourire était une erreur qu’elle se devait de rectifier. Cela me donna l’impression d’avoir vu quelque chose que je ne devais pas voir, et étrangement je m’en voulu. Je me giflai mentalement après avoir eu cette pensée, je ne sais pas pourquoi je pensais cela, mais je n’avais aucune raison de m’en vouloir, ce sourire, j’étais en droit de l’avoir vu et d’ailleurs, le fait qu’elle l’efface si soudainement ne me plut pas. Je souhaitais qu’elle sourie plus souvent. C’était idiot. Je me sentais toute nouvelle dans mon rôle de « camarade de conversation », et j’avais réussi à arracher un sourire à cette jeune fille si froide et si inaccessible. Enfin, ce n’était sûrement pas grâce à moi, mais étant donné que je lui parlais, je devais bien avoir un rôle, non ?

C’était à ne rien y comprendre, tellement de comportement différent en si peu de temps. Je devais déjà comprendre mes propres réactions –ce qui m’était très très difficile-, mais je me surprenais aujourd’hui à aussi vouloir comprendre celle de Diafora –ce qui était tout simplement impossible-.
La Serpentard s’était retourné vers moi. Je remarquais alors que je m'étais légèrement rapproché d'elle, comme si la proximité me permettrait de mieux la comprendre. Je me reculais de trois petits pas, espérant qu'elle n'ai rien remarqué, je faisais déjà assez de chose incompréhensible à mon avis. Son visage exprimait sa froideur habituelle, mais celle-ci disparu pour se mélanger à autre chose que je ne compris pas. Guettant sa réaction après lui avoir dit qu’elle utilisait sa froideur comme une défense, je me senti soudainement gêné.
*Je n’ai jamais parlé aussi longtemps à une personne, je crois*. Je me rendais alors compte que j’avais une angoisse qui montait en moi, celle de devenir ennuyante et de voir partir la Serpentard sans pouvoir la retenir. Notre conversation donnait une atmosphère étrange à notre environnement. Comme si le temps était en suspens. Le visage de Diafora était enveloppé dans une lumière qui rendait visible la poussière suspendu dans l’air…
Un coup de vent la fit tournoyer, me ramenant brutalement à l’instant présent. La Serpentard s’était tourné brusquement brusquement vers moi quand je lui demandais pourquoi elle souriait. Elle plissa les yeux et me dit :

-J'ai souris, par ce que je pense que tu l'avais remarqué, mais ma phrase hésitante m'a fait un peu échangé de rôle avec toi, c'était amusant.

Et se passa sûrement la chose la plus surprenante depuis notre rencontre. L’autre fille leva sa main devant sa bouche avant de la lasser tomber soudainement… *Voulait-elle cacher un second sourire ?*. Elle me souriait… *Quoi ?!*, elle me souriait... Mais pas l’un de ses sourires précédant qui parlaient au vide, ne m’étant pas destiné. Non, elle me regardait, et un grand sourire étirait ses lèvres, illuminant son visage comme je n’aurais jamais cru le voir. Elle semblait soudainement être une autre personne. Je ne pu m’empêcher de me demander si elle se moquait de moi. Et quel était-ce ce regard qu’elle avait lancer au couloir avant d’être si étrange ? Avait-elle peur que quelqu’un l’aperçoive et se dise : « tiens, elle a l’air bien aimable, Gwenaëlle Diafora est donc aimable ! ».

J’étais bouche bée devant elle, trop surprise pour faire attention, pour faire attention au fait que je la dévisageais clairement. Ce qui était très malpoli, par ailleurs. Et désagréable. Mais rien de tout cela ne traversait mes pensées, j’étais juste bloqué sur ce sourire. A ne rien comprendre à la situation.

-Est-ce que… Une potion d’euphorie, peut-être ? J’avais énoncé cette phrase, hésitant entre un ton réellement choqué ou humoristique.

Éclabousse ; le Goudron de tes Souffrances se dilue dans ma Profondeur.

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

-Est-ce que… Une potion d’euphorie, peut-être ?

Surprise, le sourire de la petite Gwen s’effaça légèrement. Elle se mettait enfin à être elle même, et voilà que cette fille réagissait par des moqueries, c'est ce que pensait la rouquine. Mais, connaissant fort bien notre jeune Diafora, elle devrait réfléchir à autre chose dans deux secondes. Eh oui ! Le regard de la petite qui s'était presque fait mauvais à l'écart de la jeune Poufsfouffle, devint tout de suite songeur.

" Une potion d'euphorie ? Bonheur intense... On peut donc en faire.". Il est évident que entendant parler de quelque chose concernant le monde magique, Gwenaëlle ne pouvait que avoir cette réaction. Quand elle eu fini, de se questionner, elle se souvint avec agacement que c'était sans nul doute elle, que Aelle accusait d'en avoir pris, ce qui sans doute avait été vu dans son esprit, à cause de son sourire. Et donc par cette réflexion une grimace hautaine prit le visage de la petite, afin de montrer à l'autre fille qu'elle n'avait aucun soucis à avoir dessus. Avant de reprendre d'une voix neutre, froide et polie, et lente.

- Une potion d'euphorie ? Je ne pense pas non...


Mais on voyait tout de même, que ses lèvres auraient voulu rajouter "Comment ça ?" Avec curiosité, mais elle purent seulement l'articuler, de sorte que seule si la Poufsfouffle était douée pour lire sur les lèvres on ne pouvait rien remarquer. Enfin même si celle ci, n’essayait pas de faire ça, son visage trahissait la curiosité. Évidemment... Quand cela concerne la magie, il est impossible pour la petite d’empêcher la curiosité de trahir sa voix ou du moins ses gestes.
Au bout de quelques secondes, la fillette sembla se dire que peut-etre l'autre fille tentait de faire de l'humour, et elle prit un visage plus doux avant de vouloir s'excuser et placer une grimace sur son visage pour parler.


- Excuse-moi, tu as raison je suis froide. Tu connais beaucoup de chose sur le monde magique n'est-ce pas ?


Le ton de sa voix et son visage avaient pris une teinte gênée, mais en vérité elle ne l'était pas vraiment, de la curiosité et de l'excitation pouvait par contre était clairement ce qu'elle ressentait à ce moment là.

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Entre blaireau et serpent,  PV : Gwenaëlle DIAFORA   

Etais-je réellement mal comprise, ou mon humour était-il juste trop étrange ? Ma blague sur la potion, même si il avait un léger doute qui l'accompagnait, m'aurait fait hurler de rire intérieurement si je n'avais pas soudainement vu une vague glacée arriver vers moi pour me balayer... Cette vague s'appelait Diafora, et elle me refroidit entièrement.
Son immense sourire qui m'avait tant remué disparu soudainement, et je la vis se replonger dans ces espèces de réflexions. Lorsqu'elle faisait cela, ses yeux gris semblaient comme se perdre au loin, me traversant comme si je n'étais pas là. C'était dérangeant, et je m'énervais qu'elle m'ignore ainsi.
L'agacement pris vite place sur le visage de la jeune Serpentard, et je me sentis soudainement mal à l'aise qu'elle n'ait pas compris mon humour... Un regard mauvais teinta alors son regard, mais très vite elle sembla songeuse...
D'habitude, c'était moi qui ne comprenait rien à ce genre de chose... Je sentais sa... colère s'éveiller, et je me doutais qu'elle allait pas tarder à retrouver son attitude froide. Et dire que j'avais réussi à la faire s'ouvrir un peu... Je croisais les bras sur ma poitrine, prête à accueillir sa colère. C'était peut être aussi pour éviter que mon énervement qui risquait, lui aussi, de surgir, ne s'échappe pour aller frapper la Serpentard. Une grimace hautaine déforma son visage, et cela me frappa aussi soudainement que si elle m'avait frappé sa main... Bien vite, elle retrouva son attitude froide, et d'une voix qui sonna paradoxalement polie elle me dit :


-Une potion d'euphorie ? Je ne pense pas non...

Mais en même temps qu'elle prononçait ces mots, la curiosité effrita son masque de froideur. *On dirait un Epouvantard...*. Je ne lui dirais bien sur pas ma pensée à voix haute, j'avais du mal à me contrôler mais je n'étais tout de même pas suicidaire. Je regardais, presque passionné, son visage changer d'un instant à l'autre d'expression. Je ne manquais donc pas ses lèvres qui s'étaient mises à remuer sans qu'aucun sons n'en sorte. Je ne compris pas, mais je fit vite le lien avec son visage curieux.
J'avais gardé une posture distante et mes sourcils froncés depuis que j'avais aperçu sa grimace hautaine. Je commençais à comprendre que la plupart des choses qu'elle me laissait voir d'elle même n'était pas ce qu'elle ressentait réellement, si ce n'est ces ... fissures dans son masque. Le visage doux qu'elle prit ensuite n'enleva en rien mon début d'énervement... Il me frustra un petit peu plus. J'étais totalement perdu, je ne savais pas si je devais rire ou m'énerver.

-Excuse-moi, tu as raison je suis froide. Tu connais beaucoup de chose sur le monde magique n'est-ce pas ?

-L'expression 'passer du coq à l'âne' est très répandu chez les Moldu mais très peu connaissent son origine.

Ma main s'envola près de ma bouche lorsque je prononçais ces mots, comme pour essayer, en vain, de les retenir. Je me mordais la lèvre en m'insultant mentalement. Elle avait l'air déjà en colère... Mais mon propre énervement à propos de son attitude hautaine me fit ravaler ma culpabilité. Je la regardais en fronçant les sourcils.

-Tu... Je secouais la tête, ne trouvant pas les mots. Je tournais la tête. Et la regarda à nouveau. J'ai grandi dans le monde magique, lui dis-je soudainement, soupirant.

Éclabousse ; le Goudron de tes Souffrances se dilue dans ma Profondeur.
  Retour