Couloirs

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Aidez moi !!  RPG LIBRE 

Peter sembla réfléchir un moment. La colère, la honte, le stress se lisaient sur son visage. La fillette le comprenait. Sans doute aurait-elle eut les mêmes sentiments si elle échouait à la réalisation d'un sortilège. Surtout si elle le ratait plusieurs fois d'affilée, en faisant apparemment tout ce qu'il fallait faire. Mais elle avait la chance d'être talentueuse, tout comme son père, et cela ne lui était encore jamais arrivé. Elle remerciait souvent ses parents dans son cœur pour l'avoir créée ainsi. Car elle se rendait bien compte que c'était une chance pour elle d'être douée, et non un dû. Elle était née comme cela, et ce n'était pas son propre mérite que de se trouver intelligente. Contrairement à Jayce-Kelly, elle savait qu'elle devait faire fructifier ce cadeau de la nature, non s'en glorifier et rabaisser les autres. Elle devait le partager, alors seulement elle pourrait se dire en elle-même qu'elle avait réalisé quelque chose de bien, et qu'elle l'avait fait elle-même. Si ses capacités intellectuelles faisaient parties de son essence et qu'elle ne pouvaient les modifier, ses actions, elles, lui appartenaient bien. Et c'était sur cela que l'on pouvait juger les gens : pas sur leurs capacités en soi, mais sur ce qu'ils choisissaient de faire avec leurs capacités.

Peter la regarda alors, l'air découragé.

Tu crois que je n'adopte pas le bon sentiment ? Tu sais il m'est facile de cacher mes sentiments voir d'en simuler certain, par contre je ne peux pas faire semblant de les ressentir et si ça ne veut pas, ça ne veut pas.. Tu n'aurais pas un conseil ?

Aëlys sourit doucement. Elle allait devoir trouver quelque chose qui amène naturellement Peter au bon sentiment. Mais quoi ? Pour elle c'était facile, c'était un sentiment qu'elle avait en permanence ou presque. Le Serdaigle en revanche paraissait trop... Trop quoi d'ailleurs ? Renfermé, réservé ? Non, cela elle l'était également. Un rayon de soleil lui caressa la joue à travers une fenêtre. Détournant instinctivement ses yeux vers le ciel sans nuages, elle eut une idée.

- Pour lancer correctement ce sortilège, on doit ressentir un sentiment de liberté, d'infini, tout comme un oiseau. Peut importe qu'on soit triste ou joyeux, il faut juste avoir confiance. Et moi, s'il y a bien une chose qui me fait penser aux oiseaux, c'est bien le ciel...

Elle s'arrêta, laissant un court silence s'installer, le temps que Peter s'imprègne de ses paroles et essaie de les assimiler. Puis elle reprit ensuite son petit discours improvisé.

- Regarde le ciel et essaye de t'imaginer que tu es un oiseau. Tu voles là-haut, libre de toute contrainte. Les étoiles, le soleil , la lune, l'infini t'appartiens... Il ne faut pas que tu ais peur, que tu stresses. Ai confiance en toi. Et tu verras, ça ira tout seul.

Etrange, cette enfant poète. De temps en temps, une maturité étonnante la poussait à parler comme une adulte. Sans doute était-ce dû à ce qu'elle avait vécu dans le passé. La vie, la mort... Elle avait bien conscience de ces deux opposés. Et cela lui apportait comme une harmonie en elle. Ses grands yeux rêveurs se mettaient à voir les choses autrement, avec un regard plus grave, plus profond. Sa voix était alors empreinte d'une douceur apaisante, presque irréelle. Plongeant ses pupilles d'azur dans celles de Peter, c'était comme un morceau de ciel qu'elle lui offrait pour s'évader, se calmer et prendre des forces. Maintenant, il fallait qu'il réessaye de lancer le sort dès qu'il serait prêt.

"Deviens ce que tu es."
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté."
Code Couleur : #6FD0FD
~ Serpy du mois (décembre 2016, juin 2017) ~
~ RNA ~
  Retour   Répondre