Couloirs

Inscription
Connexion

Rencontre impromptue  PV Gwenaëlle DIAFORA 

Athéna était sensée commencer avec une heure d'Histoire de la Magie, sa matière préférée, mais apparemment leur professeur, Mister Wilhelm Heltowni, était absent pour une durée indéterminée. C'est donc en soupirant et en traînant des pieds que la Rouge et Or se dirigea vers sa prochaine matière, la Métamorphose. S'asseyant sur un socle qui devait être destiné à supporter une statue mais était vide actuellement, la Rouge et Or sortit un livre de son sac de cours. Ne se mettant pas tout de suite à lire, elle garda ses yeux fixés sur son sac de cours. Il lui rappelait une Serpentard qu'elle avait rencontrée lors d'une nuit froide de Novembre, près du Lac Noir. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle l'avait vaguement croisée dans la Grande Salle, à l'heure des repas où elles se disaient bonjour mais sans plus. Elle aurait bien voulu la voir plus souvent, mais étant de maisons différentes et n'ayant pas beaucoup de matières ensemble, c'était compliqué pour elles de se voir régulièrement.

Son livre allait apparemment devoir attendre, car ses yeux se posèrent sur la fenêtre qui lui renvoyait les rayons froids du premier jour de Janvier. En effet, elle venait de rentrer à Poudlard, et après ce qu'elle avait vécu en dehors des murs protecteurs du château, elle était bien contente d'y revenir. Le soleil passait difficilement à travers les carreaux poussiéreux de la vitre, les rayons, partagés par les croisillons de fer qui séparaient la fenêtre, illuminaient les petits grains de poussières en suspension dans l'air. Les yeux perdus dans le paysage brumeux de ce premier matin de l'année 2039, la rouquine avait sous les yeux une partie du parc gigantesque de Poudlard. Les arbres qui délimitaient la début de la Forêt Interdite étaient tellement énormes que leurs cimes baignaient dans la brume naissante du matin. La moitié de la vue était coupée par un des angles que formaient le château, les fenêtres, petits yeux tout en longueur ouverts sur le monde tâchaient les murs anthracites. Sur tout cela, pesait un ciel lourd de nuages parfois entrecoupés de timides apparitions du soleil froid.

Revenant à l'endroit où elle se trouvait, Athéna se rappela qu'il lui restait une heure à occuper avant de pouvoir rejoindre le cours de Métamorphose de Mister Flynch, leur professeur mais également le directeur de maison des Gryffondor, c'est à dire son directeur de maison.
*A croire que les directeurs de maison des Gryffondor sont tous professeurs de Métamorphose* Pensa la Rouge et Or en se saisissant de son livre moldu qui racontait l'histoire de six personnages dans un style totalement surréaliste que la jeune fille avait appris à apprécier pour faire plaisir à sa mère dont c'était le livre préféré. S'installant plus ou moins confortablement sur son socle, le dos appuyé contre le mur, elle se mit à lire, se plongeant dans sa lecture en espérant faire passer le temps plus vite.

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C

Rencontre impromptue  PV Gwenaëlle DIAFORA 

Gwenaëlle avançait dans les couloirs peu rapidement cela étant du au fait qu'elle avait le nez dans son carnet de note, écrivant ou dessinant à tout hasard ce qui lui passait par la tete. Enfin plus précisément elle tentait de faire un petit bilan ( très détaillé) du cours qu'elle venait de finir, c'est à dire celui de Défense contre les Forces du Mal. Elle releva enfin une dernière fois la tete pour s'assurer qu'elle ne prenait pas le mauvais angle du couloirs et continua à avancer.
Son emploie du temps comportait de nombreux "trous" et cette heure là en faisait partit ce qui fit soupirer la fillette un peu énervé. Lançant un regard noir à deux garçons qui se moquait du fait qu'elle ne lâche pas son carnet des yeux elle le rangea quand même les ayant dépassé de quelques mètres, soucieuse, même si elle ne voulait pas le laisser paraitre ni ne l'avouer du regard des autres.

Une nouvelle année commençait, nous étions début Janvier 2042 et la petite songeait avec anxiété qu'elle avait déjà fait la moitié de l'année qui la séparait avant de retourner chez elle à Brighton, revoir son petit frère et ses parents seraient un calvaire dont si elle avait un moyen ferait tout pour retarder ce moment fatidique.

*Je voudrais tant avoir un retourneur de temps*" Songea la rouquine en se rappelant d'un livre à leur sujet qu'elle avait lu dans la bibliothèque, en parlant bibliothèque pourquoi ne pas y aller pendant cette heure de libre ? Rester debout dans un couloir à attendre ne lui disait rien qui vaille, mais il valait mieux.
D'un mouvement prit au dernier moment à quelques millimètres de finir cogner contre le mur elle fit un écart et tourna dans un escalier à gauche descendant les marches avec un pas rapide qui pouvait presque qualifié de course.

Dans une heure, elle aurait Métamorphose, une matière qu'elle partageait si elle avait bonne mémoire avec les Gryffondor. Parmi eux, Gwen ne connaissait pas grand monde hormis la fille à qui elle avait "sauvé la vie" une fois près du lac. Même si cette rencontre avait été intéressante, la petite tachait de ne plus oublier son carnet et jetait toutes les cinq minutes un regard sur son sac comme pour s'assurer qu'il ne s'était pas enfuit.
La plupart des élèves ayant regagner leurs cours respectifs, la jeune Diafora était enthousiaste de voir le peu de monde et la tranquillité que dégageaient les couloirs une fois vide.
Heureusement depuis ce matin dans la Grande Salle où son esprit avait été bien embrumé par la veillée du soir dernier dans la Salle Commune, la petite était un peu plus réveillée car autrement impossible de marcher sans... la petite Serpentard trébucha contre une marche à force de jeter trop fréquemment des coups d'œil vers son sac et se rattrapa de justesse à une rampe dans un équilibre sur une autre.
Elle remonta son pied d'un mouvement mais son sac traînant au sol la fit de nouveau s'emmêler les pieds et elle tomba en avant dans le couloirs du bas, face à la salle de métamorphose et venant de percuter quelqu'un.
Se relevant rapidement la petite s'apprêtait à s'excuser le rouge aux joues quand elle reconnu la Rouge et Or de la "nuit du trou" que elle venait presque de faire tomber.


- Excuse moi, je… ça va ?


Commença la petite qui s'embrouillait un peu et qui en ce moment ne commençait pas tout de suite à chercher de maîtriser ses paroles.

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Rencontre impromptue  PV Gwenaëlle DIAFORA 

Plus l'histoire avançait et plus elle aimait lire ce livre, en effet, elle avait enfin pu faire un trait avec la réalité avec la maladie, certes toujours aussi improbable, de cette Chloé mais dont les symptômes et les effets étaient les même que ceux de la Tuberculose. Elle arriva donc au moment où ce surréalisme devenait un peu supportable, du mins elle commençait à s'y habituer lorsqu'elle entendit des pas rapides dans le couloirs puis qui descendaient les escaliers presque en courant. Athéna se dit qu'elle lèverait les yeux dès qu'elle aurait terminée sa phrase, néanmoins elle n'eut même pas le temps de la terminer. En effet, une masse plutôt verte d'après ce qu'avait pu voir la rouquine lui tomba dessus sans crier gare, simplement avec un grand cri. Éjectée violemment de son socle de statue qu'elle avait finalement réussi à réchauffer, elle se releva pour faire face à ce ou cette maladroit(e) qui venait littéralement de lui tomber dessus.

Détaillant son visage, elle finit par reconnaître cette fille qui l'avait sortie du trou près du Lac Noir, et qui avait un prénom imprononçable. C'était justement cette Serpentard à laquelle elle avait pensée à l'instant. La petite avait l'air gênée, comme en témoignait ses joues délicatement colorée de rouge et, pour ne pas changer, elle commença par dire :



" - Excuse moi, je… ça va ?

- Des questions toutes plus intéressantes et originales les unes que les autres, ma chère ! " S'exclama avec une pointe d'ironie la Gryffonne, malgré tout contente de la voir.


Elle aurait bien aimé se souvenir de son prénom mais malheureusement il ne lui revenait pas, il faut dire que cette nuit au bord du Lac avait finie plutôt tard, et elle se souvenait vaguement de cette fin de soirée mais son cerveau ayant fini à l'état de ravioli mal cuit à cause de la fatigue, impossible de se rappeler le prénom de la Verte et Argent ! Frustrée, elle aurait aimé rajouter encore un peu plus d'ironie à sa phrase, elle se contenta de servir un grand sourire sincère et joyeux à sa camarade en lui tendant la main. Cela faisait un moment qu'elle pensait à la jeune fille, celle-ci lui ayant laissé un bon souvenir, mais elle lui sortait malheureusement de l'esprit lorsqu'elle entrait en cours, bien décidée à profiter au maximum de cet enseignement magique si intéressant !

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C

Rencontre impromptue  PV Gwenaëlle DIAFORA 

Cela commençait à devenir une habitude elle était obligé de réagir maladroitement à chaque rencontre avec Athéna, bien que en attendant elle n'en ai fait que deux.

- Des questions toutes plus intéressantes et originales les unes que les autres, ma chère !"


Gwenaëlle leva les yeux aux ciels en souriant franchement. Sa camarade se moquait déjà d'elle et pourtant cela lui était parfaitement égal. La rouquine se demanda si la Rouge et Or avait fait également allusion aux questions stupides lors de leur dernière rencontre, et elle avisa que oui juste avant de penser que cela n'avait aucune importance. Elle se sentait tout de même honteuse d'avoir été si maladroite et redressa d'une façon rigide son sac sur l'épaule.


- Sans doute, mais c'est le propre des questions de politesses.


Répondit avec le même ton ironique que sa camarade la fillette tout en se redressant d'une façon théâtrale qui se voulait sérieuse et supérieur, et avec un faut agacement se lisant sur son visage pale.
S'appuyant contre le mur à son tour, elle devina que sa camarade attendait elle aussi d'aller en cours. Et elle jeta un coup d’œil au livre qu'avait avec elle sa camarade, mais celui ci ne lui disait rien et à voir sa couverture c'était sans doute un livre moldu, il n'y avait donc pas de raison pour que la gamine s'y intéressa. Plus elle repensait à sa précédente soirée, plus elle sentait qu'elle avait été stupide, agitant ses bras ballants dans le vide comme si elle n'avait rien à faire d'autre ou que elle s'ennuyait, la petite Gwen, sortit son carnet du sac que elle portait toujours sur elle et prit une nouvelle page blanche avant de la fixer d'un air stupide puis de commencer à décrire la camarade devant elle ainsi quel le couloirs, elle n'avait pas du tout envie de dessiner en cet instant, et si elle décrivait précisément ce qui s'y passait et ce qui s'y trouvait, quand elle en aurait envie elle n'aurait pas de mal à le dessiner.
Deux pages pleines était déjà servie tandis que la petite mordillait sa plume sans savoir quoi rajouter avant de trouver un nouveau détail à mettre. L'écriture et le dessin, c'était la même chose en fin de compte...

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Rencontre impromptue  PV Gwenaëlle DIAFORA 

Sa remarque légèrement sarcastique fit naître un joli sourire, franc et sincère qui remonta le moral de la rouquine. Elle était contente de se tenir face à la Serpentard, cela faisait trop longtemps qu'elle ne s'étaient pas vues et cette rencontre impromptue était la meilleure chose qui pouvait leur arriver à toutes les deux. Quoi de mieux que de resserrer des liens entre deux cours ? Cette rencontre, Athéna en était sûre, ne serait qu'un moment transitoire avec une vraie aventure, comme elles en avait vécue au bord du lac, cette fameuse nuit d'automne ! Se remémorant ces souvenirs, un sourire béat apparu sur ses lèvres en se souvenant des jolies fées qui babillaient gaiement autours d'elles... quelle joie ! Elle fut tirée de ces pensées on ne peut plus agréable par la réponse de la Serpentard qui arborait une expression maintenant hautaine et imperturbable, ce qui fit rire la Gryffonne intérieurement, elle connaissait assez sa vis-a-vis pour savoir que ce n'était qu'une apparence.


" - Sans doute, mais c'est le propre des questions de politesses. Fit remarquer la jeune fille avec un air pincé et une lueur d'amusement dans les yeux à peine perceptible.


Athéna ne répondit rien, se contentant de l'observer avec un léger sourire sur les lèvres, hochant doucement et simplement la tête. La Serpentard avait comme... grandie. Elle paraissait plus à l'aise, plus sûre d'elle. Étais-ce à cause de sa présence maintenant un peu plus familière ? Ou la lumière du jour gris qui la rendait comme ça ? D'ailleurs, elle ouvrit son sac, celui qu'elle tenait de cette façon particulière qui avait le don d'intriguer la Rouge et Or, comme si la première année était Gollum tenant son précieux. Cela aurait pu la faire rire si elle savait ce que la Verte et Argent protégeait ainsi. Athéna abhorrait ne pas comprendre. D'ailleurs, la Serpentard ouvrit ce fameux sac, attisant encore plus la curiosité de la rouquine, et en sortit un carnet écorné, écorché, usé, mal en point, déchiré, raturé, vieilli, bref vous aurez comprit, difficilement reconnaissable en tant que carnet.
*S'il est aussi méconnaissable, elle doit beaucoup s'en servir* Se dit la jeune fille, se questionna sérieusement la Rouge et Or. Elle l'ouvrit donc, se mordilla la lèvre, se saisit d'un crayon et regardant quelque instants autours d'elle, elle se mit à dessiner, ou a écrire, Athéna ne savait pas, sans plus s'occuper de la Gryffonne. Cette dernière, observant la dessinatrice, revit en flash cette nuit au bord du Lac où la seconde fille (Lerya, il me semble ?) avait sortit un carnet dans ce genre pour dessiner les jolies fées dans différentes positions et d'une façon aussi simple qu'agréable. Athéna était vraiment curieuse de savoir ce que pouvait bien faire sa vis-a-vis, un pli entre ses sourcils témoignait de la concentration dont faisait preuve la jeune fille, intriguant d'autant plus la rouquine. Mais elle hésitait, peut-être que c'était privée pour elle ? Peut-être que si elle allait regarder par-dessus son épaule elle se ferait rejeter ? Ou bien elle mettrait mal à l'aise la sorcière, même si elle doutait grandement qu'elle soit ce genre de fille à être mise mal à l'aise sans réagir, elle ne voulait pas risquer de s'attirer les foudres de la Serpentard. Dansant d'un pied sur l'autre, Athéna ne savais pas quoi faire, hésitait, se questionnait stérilement. Agacée par son propre comportement, elle se campa sur ses jambes et demanda, sans dissimuler sa curiosité :


- Qu'est-ce que tu fais ?"

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C

Rencontre impromptue  PV Gwenaëlle DIAFORA 

Comme oubliant la présence de sa camarade, la petite mordiller sa plume, fixant le papier vierge avec concentration. Mais plus pour longtemps, elle s'en doutait.
Même si elle n'avait que croiser Athéna une seule fois, elle se sentait bien plus à l'aise avec elle qu'avec... Aelle Bristyle par exemple. Mais il semblait qu'un rien aurait pu faire rire, cette rouge et or puis-ce-que elle ne prenait jamais, à raison, au sérieux les remarques sarcastiques de Gwen.
Soudain elle fronça les sourcils relevant les yeux, et observant sa camarade qui tachait de voir avec une curiosité peu cachée ce qu'elle faisait. Gwen, se crispa. Cette situation lui en rappelait une autre, bien différente et toujours aussi étrange dans l'esprit de la Vert et Argent. Son visage souriant, sembla se fermer complétement tandis qu'elle guettait la question que Athéna finirait bientôt par poser sans plus faire le moindre geste.


"- Qu'est-ce que tu fais ?"


Semblant se ramener à la réalité aux son de la voix de la Rouge et Or, la jeune Diafora relâcha ses épaules. Quel comportement allait-elle donc avoir si ça continuait ? Nul, ne le savait. Ce qui était certain c'est que bien des choses avaient changés depuis ce premier dessin. Et puis, elle ne voulait même pas dessiner alors. La petite rouquine, observa un instant Athéna et lui montra le carnet en faisant défiler les pages d'une façon bien trop rapide, devant cette dernière. Les différents animaux du Parc, de nombreux croquis de Poudlard, des portraits dont la petite tourna rapidement et les pages, ses yeux observèrent un instant un poème qu'elle avait fait peu de temps après ses dix ans. C'était un de ses rares écrits qui ne parlaient pas de ces essaies en sorcelleries, ni de ses pensées sur sa famille tant détesté ou de chose de ce genre.
Un instant, la gamine observa le dit poème, si on pouvait appeler cela ainsi, un regard moqueur sur son visage, moqueur envers elle même. Depuis quand elle s'était préoccupée des feuilles d'automnes ? Jamais. Il y avait bien une cloche, pour l'appeler à midi, mais à part ça...
Tout ça était du n'importe quoi. Pourquoi avait-elle écrit ce texte déjà ? Se rendant compte que Athéna était là, la petite se retourna vers elle fermant le carnet avec précipitation, commençant à le ranger dans son sac.

Reducio
"Hier je la vis, dans un tourbillon, simple feuille d'or.
C'était sous la pluie, dont la symphonie accompagnait le bruit de la cloche qui sonne
Accrochée à l'arbre, par un quelconque miracle elle m'imitait, elle tremblotait
Moi c'était le froid, elle c'était l'espoir de ne pas tomber,
Mais hélas le destin l'avait rattrapé et je la vis commencer à virevolter
Plus floue à présent, sa couleur, celle du feu, elle effectuait
Danse originale, celle de ses compagnes, qui l'accompagnait
Je la vis perdue, invisible, parmi ses semblables, comme moi elle était
La cloche sonna midi, un dernier regard et je repartais."


- J'écris.

Répondit-la gamine tout simplement en refermant le carnet d'une façon plus sèche que voulue avant d'adresser un sourire plein de gêne à la Gryffondor, espérant que celle-ci n'avait pas pris la peine de la lire. Il ne manquerait plus que ça : des moqueries.

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Rencontre impromptue  PV Gwenaëlle DIAFORA 

Après la question de la rouquine qui la fixait avec un regard fier et droit bien que rempli de curiosité, la première année releva la tête brusquement comme sortie d'une rêverie. Athéna se dit qu'elle regrettait de la tirer de ses pensées aussi brutalement mais sa vis-a-vis, après avoir laissé s'exprimer le doute et la crainte sur son visage qui avait perdu son beau sourire au grand dam de la Rouge et Or, fit défiler rapidement les pages de son carnet devant ses yeux. C'était trop rapide pour qu'elle puisse détailler quoi que soit, le mouvement flou faisait en revanche ressortir les couleurs et parfois certains traits s'inscrivaient pour quelques instants supplémentaires sur sa rétine. Pour résumer, on pouvais dire que le carnet était rempli d'une écriture brouillonne et confuse d'une part et d'autre part, pour la grande majorité, de nombreux dessins, souvent au stade d'esquisse et parfois qui avait atteint un niveau tel qu'ils étaient en couleur et complètement terminés. Les pages étaient jaunies, sans doutes par l'action combinée du temps et de l'usage que devait en faire la petite. Certains coins étaient cornés et même certaines pages étaient tâchées par quelque substance inconnue.

Soudain, les pages s'arrêtèrent de défiler devant sa vue pour s'arrêter sur un point bien précis. Il resta de longues secondes ouvert à cette même page, si bien que la rouquine cru que son interlocutrice voulait attirer tout particulièrement son attention sur cette partie. C'était en tout cas sous la forme de vers.
*Un poème sans doute* Se dit-elle.



"Hier je la vis, dans un tourbillon, simple feuille d'or.
C'était sous la pluie, dont la symphonie accompagnait le bruit de la cloche qui sonne
Accrochée à l'arbre, par un quelconque miracle elle m'imitait, elle tremblotait
Moi c'était le froid, elle c'était l'espoir de ne pas tomber,
Mais hélas le destin l'avait rattrapé et je la vis commencer à virevolter
Plus floue à présent, sa couleur, celle du feu, elle effectuait
Danse originale, celle de ses compagnes, qui l'accompagnait
Je la vis perdue, invisible, parmi ses semblables, comme moi elle était
La cloche sonna midi, un dernier regard et je repartais."




Athéna aimait bien réfléchir en temps normal, peut-être même qu'elle aimait trop ça au point de le faire tout le temps à bon ou mauvais escient, mais ce poème lui donnait tant à réfléchir qu'elle se retrouvait perdue dans ses propres pensées et déductions. Pour elle, la personne qui avait écrit ça exprimait un véritable mal-être à travers son poème, notamment dans la phrase "Comme moi elle était" que l'on pouvait lire à l'avant-dernier vers, et elle lança un regard étrange et indéchiffrable à la première année en face d'elle. Cette dernière s'appuyait distraitement contre le mur de pierre froid, ses cheveux bouclés ondulant doucement dans son cou tandis que ses yeux restaient rivés sur son carnet et qu'un sourire mi-figue mi-raisin naissait sur ses lèvres. Le carnet se referma alors brusquement entre ses mains faibles alors que son regard se relevait vers elle. Une gêne certaine était visible sur son visage et elle se balançait d'un pied sur l'autre, scrutant le visage de sa compagne avec une anxiété qui était doublée, quelque part, d'une peur irraisonnée que la jeune Gryffonne ne su identifier.

Les vers étaient néanmoins très bien construits et agréables à lire, avec quelques rimes judicieusement placées qui donnait une jolie saveur à cette ode automnale. L'esprit d'Athéna carburait à cent à l'heure, car cette façon de personnifier la feuille de cet arbre rappelait des sentiments qu'elle-même avait souvent ressentis et dont elle n'aimait pas forcément parler. Cette façon de parler de son mal-être de cette incompréhension qui vous saisit parfois était toute neuve pour la Rouge et Or qui tourna un regard aussi grave qu’impressionné vers la petite. Et puis, comme à retardement, les paroles de la jeune fille lui parvinrent. C'était comme si elles avaient attendues sagement autours de la bulle qu'elle s'était créée le temps de trouver un sens au poème qu'elle venait de lire et que maintenant la nécessitée de la compréhension n'étant plus d'actualité, elle réapparaissait, toute neuves alors même que les lèvres de la Verte et Argent avaient finies de bouger depuis un moment.



" - J'écris.


Cette réponse toute simple fit sourire la Rouge et Or, au moins lui avait-elle épargné le sarcasme qui étaient habituellement de mise entre elles. Un doux sourire vint compléter son expression étrange et indéchiffrable,ses yeux exprimant toujours cette émotion qu'elle-même ne saurait pas décrire.


- Et même très bien si tu me permet."

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C

Rencontre impromptue  PV Gwenaëlle DIAFORA 

Ses doigts caressant d'un geste machinal la reliure très abimée de son pauvre carnet (nous ne l'aurons jamais assez dit que celui-ci avait bien souffert), avant de le ranger dans son sac, elle balança celui-ci part terre et arrêta de s'appuyer contre le mur. Gwen jeta un coup d’œil anxieux à celui pensif de Athéna. Le sourire étrange de celle-ci la fit la regarder avec stupéfaction. Ne comprenant rien à la situation, elle tenait sur un pied pendant quelques secondes puis passait à l'autre avec un petit saut, semblant intéresser grandement à ce que elle faisait. Son visage baissé ses cheveux tombant, elle se tenait grâce à une main au mur, car ayant arrêté de sauter et n'ayant jamais été d'une très grande habileté, sa démarche se faisait à présent chancelante menaçant de basculer de l'autre coté à tout instant.

"- Et même très bien si tu me permet."


Elle allait basculer, elle allait basculer... Tiens elle pouvait dire que elle était une balance, ainsi ne plus rester droite n'aurait pas la moindre importance, fière de son idée, elle basculait ainsi toujours sur un pied, les bras écartés et nous félicitons la chance qu'il n'y ait eu personne en cet instant pour la voir faire ces simagrées sinon, une réputation de folle aurait vite fait d'apparaitre, et pourquoi pas une statut de folle à son effigie. Elle leva la tete, cessa d’être une balance et observa la Rouge et Or, intriguée. Son sourire si différent du reste de son visage insondable, ses yeux brillants... Soulagée, elle se rendit enfin compte d'où était partit le jeu commencé avec tellement d'entrain, et sa raison exacte, elle afficha un sourire franc à sa camarade.


"- Merci, bon ça parle de l'automne je pense que tu l'avais compris et..."


Demanda-t-elle en s'appuyant contre le mur de nouveau, ses mains ayant reprises de par terre le sac (le carnet avait il survécu ?) et le balançant entre ses mains dans de vastes gestes, en cercles autour d'elle tournant, tournant... Elle s’arrêta face à la jeune Gryffondor.


"- Et toi tu écris?"


Demanda-t-elle avec une curiosité presque vraie, la fixant à présent dans les yeux décidant d’arrêter son manège qui était en sois bien ridicule. Pourquoi s'était elle sentie honteuse ? Pourtant l'air impressionné de Athéna elle l'avait bien remarqué, et il l'avait flattée, bien plus que celle-ci ne pouvait l'imaginer. Mais se venter, quelle idiotie... Elle ne s'appelait pas Franklin elle. Bon il était vrais qu'avec elle s'était ventée... Mais heu... enfin. Revenons en à la situation présente. Elle allait ouvrir la bouche se demandant d'ailleurs ce qu'elle dirait en cet instant lors ce que, trois élèves arrivaient dans le couloir, parlant d'un "cours de métamorphose". Ben voyons, la métamorphose... Il fallait que la magie existe avant de... Poudlard ! Dire que cette conversation l'avait fait complétement oubliée où elle se trouvait.


"- J'ai cours..."


Les Gryffondors aussi d'ailleurs, puis-ce que elle avait cours en commun avec eux à cette heure là, donc Athéna aussi logiquement. Elle la salua d'un geste de la main puis rentra dans la salle de classe en meme temps que les autres élèves attendre que le professeur arrive ce qui n'allait surement pas tarder.


Fin du RPG pour moi
Reducio

J'ai beaucoup apprécié faire ce RPG avec toi, (de nouveau (oui les parenthèse ces ma nouvelle mode:smile: Je te laisse le clôturer et à une prochaine fois ! )

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Rencontre impromptue  PV Gwenaëlle DIAFORA 

Les yeux toujours braqués sur la jeune fille dont elle ne savait toujours pas prononcé le prénom,elle vit celle-ci écarter les bras et chanceler sur ses jambes, comme une girouette qui ne savait plus d'où venait le vent. Souriant face à ce petit manège, elle ne pu s'empêcher de la trouver drôle dans cette situation. Elle gigotait, sautant maladroitement d'un pied sur l'autre, se tenant tant bien que mal au mur de pierre, semblant perdre son équilibre sans tomber pour autant. Athéna tourna la tête pour regarder près de la fenêtre et ses yeux se perdirent encore une fois dans le paysage majestueux qui tenait lieu de cadre au château magique. Elle avait beaucoup de chance d'être arrivée là quand même, elle qui n'était pas à sa place dans le monde moldu avait finie par trouver enfin sa maison, son sanctuaire fabuleux. La brume s'était enfin levée et les hauts arbres de la forêt interdite montrait leur cime et leurs branches puissantes.

Ses yeux étaient perdus dans le décor, elle pensait à ses grands-parents. Où étaient-ils ? Pensaient-ils à elle ? Un accès de mélancolie la fit se sentir bizarre, d'un bizarre qui ne nécessitait que la présence dune seule personne ou la solitude, cette vieille amie qu'elle connaissait si bien et qu'elle ne comptait pas abandonner avant un moment. Un mince sourire s'étira sur ses lèvres pleines et doucement elle se sentit glisser vers son monde intérieur, son véritable refuge, loin de toutes les blessures extérieures. Mais sa lente descente intérieure fut interrompue par plusieurs voix qui parlait du cours de métamorphose. Soupirant, elle décolla son front de la vitre froide dont elle s'était approchée sans même s'en rendre compte et tourna son regard vers la petite Serpentard qui la fixait avec un air d’intérêt fragile dans le regard. Ne sachant pas si la petite lui avait parlé ou lui avait posée une question, elle se contenta de lui offrir un sourire gêné mais pas désolé. Son monde intérieur était bien trop merveilleux pour qu'elle s'excuse de vouloir le rejoindre. Les cours allaient bientôt commencer et les voix qui l'avait sortie de sa transe sans son accord s'étaient rangées derrière elles, pour la majorité des compatriotes de Celle-Dont-Elle-Ne-Savait-Toujours-Pas-Le-Nom. Souriant à cette dernière, elle se saisit de son sac dans lequel elle avait rangé son livre moldu et s'avança vers la classe.



FIN



Reducio
Plaisir partagé que je souhaite remettre au plus vite ! On se hiboute dès que possible ! :)

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C