Couloirs

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Une ronde mouvementée (W.Kingson)

Un petit rire sournois s'échappa de la bouche de Peeves face à la réaction du Serpentard. L'esprit frappeur semblait plongé dans ses pensés et n'écouta pas ce que Lanoblis répliqua. Il finit cependant par léviter pour s'approcher un peu plus de Kingson et s'exclama d'une voix puissante et chantante :

"Kingson est bien un Serpentard,
Regardez-le ce gros froussard.
S'il ne veut pas faire de marché...
"

Peeves rapprocha dangereusement son visage de celui du Serpentard et lorsqu'il s'estima suffisamment près de lui, il lâcha la dernière phrase de sa chanson d'une voix bien plus douce, presque chuchotante :

"... Comptez sur Peeves pour l'embêter."

Devant cette promesse Peeves éclata de rire, tira la langue, et s'envola à travers le plafond, laissant les deux préfets seuls dans les couloirs du château redevenus subitement silencieux.

Professeur de Soins aux Créatures Magiques.

Une ronde mouvementée (W.Kingson)

Les choses ne tournaient pas vraiment comme le voulait Wilson. Il n’avait réussi qu’à se liguer Rosalys et Peeves contre lui-même. En affirmant qu’il ne suivrait pas la consigne de Peeves, il se l’était mit à dos, mais puisque c’était une idée de base de Rosalys, elle avait décidé de ne plus le défendre. Pour couronner le tout, Peeves disparut en promettant d’embêter Wilson. Il allait devoir se méfier de l’esprit frappeur dans les jours à venir. Mais au moins, il était parti. Wilson se tourna vers sa collègue et lui dit :

« Bon, je retourne en dortoir, avant qu’on ne réussisse à réveiller le château avec tes idées idiotes ! Et ne compte pas sur moi pour t’aider à rejoindre ta salle commune dans le NOIR ! »

Il avait fait exprès d’insister sur ce détail, pour elle qui en avait peur. Elle allait devoir se débrouiller toute seule pour entrer à Serdaigle et Wilson allait devoir faire de même pour entrer à Serpentard. Sauf que lui n’a qu’à craindre Peeves qui ne reviendra certainement pas cette nuit. Le préfet adressa un dernier signe de tête à Rosalys, malgré cette mini-rivalité, il n’avait rien de méchant. Il l’appréciait même un peu, pour une Serdaigle. Il prit le chemin des escaliers menant à l’étage inférieur.

Sur le chemin, il repensa à tout ceci, il se dit qu’il faudrait peut-être en parler au baron, mais il doit le savoir que Peeves est un casse-pied. Tout le monde le sait. Il pensa ensuite à Rosalys et sa peur dans le noir. C’était quand même cruel ce qu’il avait fait. Pour quelqu’un qui était venu l’aider, à la base. Wilson pensa surtout à son lit, qu’il avait hâte de retrouver. Arriver en salle commune, il monta les escaliers du dortoir quatre à quatre et se laissa tomber sur son lit tout habillé.


Reducio
Merci à vous deux, pour ce RP :D

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

Une ronde mouvementée (W.Kingson)

Rosalys aurait peut-être dû se calmer. Elle n'avait pas vraiment été gentille avec son collègue alors que ce dernier l'avait aidé lorsqu'elle avait été seule dans le noir tout à l'heure... Son comportement lui semblait désormais un peu trop excessif. La blondinette entendit alors la chansonnette poussée par cet idiot d'esprit frappeur. La fillette dut se retenir de lui envoyer un "la ferme" bien senti tandis qu'elle se tenait l'arrête du nez. Peeves disparut alors, à la fin de sa dernière rime, alors que Kingson se retournait, l'air profondément agacé, vers la jeune Serdaigle.

"Bon, je retourne en dortoir, avant qu’on ne réussisse à réveiller le château avec tes idées idiotes ! Et ne compte pas sur moi pour t’aider à rejoindre ta salle commune dans le NOIR !"

Rosalys laissa échapper un hoquet. Devait-elle le supplier pour qu'il ne l'abandonne point dans ces sombres couloirs ? Elle n'e eut cependant pas le temps, Le préfet des verts et argents ayant disparu après un dernier signe de tête cordial. La blondinette tourna sur elle-même quelques minutes, les yeux hagards remplis de larmes. Elle ne voulait plus rester seule dans le noir. Elle avait peur, elle frissonnait. Un sanglot lui échappa et retentit avant qu'elle ne demande, en bégayant.

"Wil... Wilsss... Wilson... Reviens, s'il... te plait... Me laisses... pas toute... seule. S'il te... plait"

Cependant, quand il fut évident que personne ne viendrait la sauver de nouveau de ses démons, Rosalys se reprit en main difficilement. Avec force de tremblements, elle parvint à sortir sa baguette et à lancer le sortilège d'éclairage. Alors que le Lumos lui permettait de se repérer dans les différentes ailes du chateau, la jeune Serdaigle se promit que plus jamais elle n'aurait peur du grand noir. Sur cette promesse, la jeune enfant se mit en quête de sa salle commune, déterminée à se débrouiller par elle-même.

Reducio
Fin :) C'était super sympa d'en faire un avec toi :) Merci :)

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3
  Retour   Répondre