Couloirs

Inscription
Connexion

Soutien maternel  PV 

Ce dimanche marquait la fin des vacances. Tous les élèves qui étaient rentrés chez eux pour voir leurs parents, étaient de retour à Poudlard. Certains semblaient enthousiastes de revenir dans le château magique mais d'autres ne faisaient aucun effort pour cacher leur lassitude. Arianna comprenait ces derniers, elle-même pendant sa scolarité n'aimait pas Poudlard. Elle ne s'entendait pas avec ses camarades, ou plutôt ses camarades avaient décidé de ne pas l'apprécier. Mais elle était tout de même de retour à Poudlard, comme quoi, la vie réserve des surprises se répétait-elle depuis qu'elle était de retour dans ce lieu qu'elle détestait tant. Elle se demandait même si elle ne commettait pas une erreur en acceptant ce poste de professeur de Métamorphose alors que tout lui rappelait de mauvais souvenirs. Mais elle avait grandi, elle voulait aller de l'avant, même si elle n'arrivait pas oublier le passé.

Elle était arrivée peu de temps avant les vacances, assez brutalement. Elle n'avait pas eu beaucoup de temps pour se préparer et les élèves non plus, d'autant plus qu'elle était la nouvelle directrice de maison de Gryffondor, son ancienne maison. Donc, durant ces vacances, elle avait passé beaucoup de temps enfermée dans son bureau à établir des cours pour les différentes années en faisant un lien avec qu'ils avaient déjà pu étudier avec son prédécesseur. Elle sortait très peu et elle n'était pas vraiment au courant de ce qu'il se passait en dehors. Elle savait qu'elle allait bien devoir se sociabiliser avec ses collègues, bien qu'elle n'en est pas très envie et qu'elle le craigne. Elle ne les connaissait pas et elle ne n'était pas du genre à faire le premier pas vers les autres. Elle échangeait avec eux seulement des banalités par simple politesse et pour ne pas paraitre trop froide dès le départ. Elle ne faisait cependant pas d'efforts pour se montrer très expressive, enfin, pas plus qu'elle ne l'était d'habitude.

Arianna voulait rejoindre sa salle de classe, et donc, son bureau pour préparer tout ce dont elle allait avoir besoin pour le lendemain. Elle préparerait tout le matériel afin d'être plus efficace et de ne pas s'y prendre le matin même pu au dernier moment. Cependant, quand elle montait les escaliers, elle croisa une élève qui semblait perdue et désemparée. Arianna décida de ne pas s'arrêter et continua son chemin, mais elle avait quand même ralenti pour s'assurer que l'élève ne pleurait pas ou qu'elle ne s'était pas fait mal. Elle ne savait même pas si cette dernière l'avait remarqué, ce qui la poussa à poursuivre comme si de rien n'était.

Professeur de Métamorphose
Affiliée à Gryffondor

Soutien maternel  PV 

Rosalys était monté dans la tour d'astronomie après avoir reçu son courrier du matin. Une lettre blanche froissée dans son poing serré et blanc, la fillette était finalement arrivé dans la plus haute tour du château. Là, elle s'était assise sur le sol et avait déplié le parchemin. Sans grande surprise, elle vit l'écriture fine et précise de son père s'étaler devant ses yeux de jade.
La blondinette avait reçu il y a quelques jours un courrier d'Amélia, son amie qui était comme une soeur pour elle. Elle lui disait que son père et sa jumelle tenaient de plus en plus des propos vindicatifs à son encontre depuis les vacances d'Été. Elle l'accusait aussi de ne pas être venue passer Noël en famille. La Serdaigle avait répondu quelques heures plus tard, expliquant que son père lui avait ordonné de rester à Poudlard, ne voulant pas un monstre à sa table le soir de Noël. Son ancienne professeure lui avait alors répondu qu'elle irait parler à son père.
Rosalys n'avait pas pu dissuader son amie et voilà qu'elle recevait une lettre de son père. Ce dernier la menaçait clairement en lui écrivant qu'elle ne devait en aucun cas parler à sa mère de tout cela. De son coté, il irait s'occuper d'Amélia. Complètement affolée à l'idée que la jeune femme soit blessée par Christian, la préfète s'était empressée d'écrire une lettre en disant qu'elle ne dirait rien et, qu'en prime, elle ne reviendrait à la maison que pendant les vacances d'été. Il ne la verrait pas avant. Après avoir rédiger le parchemin et l'avoir donnée à son hibou, la deuxième année était montée dans la tour d'astronomie, la lettre de son père broyé dans sa main. La blondinette avait pleuré un bon coup, se maudissant d'être si faible. Elle avait une nouvelle fois laisser son père parvenir à ses fins.
Se sentant soudainement furieuse, la Serdaigle dévala les escaliers jusqu'aux couloirs du troisième étage. Alors qu'elle marchait dans l'allée, toute colère l'abandonna subitement. Les larmes aux yeux, elle avança avec peine, secouée par des pleurs virulents. C'est alors qu'une professeure passa par là. Essayant de la voir à travers son rideau de larmes, la blondinette lâcha un gros sanglot. La professeure, la nouvelle directrice de Gryffondor et donc la nouvelle enseignante en métamorphose, s'arrêta soudainement un l'entente du son et se retourna. Rosalys s'était elle aussi arrêtée et regardait avec désespoir la professeure, serrant toujours la lettre, mouillée de larmes, entre ses doigts.

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Soutien maternel  PV 

Arianna dépassait la fillette mais elle entendit un sanglot, la professeur prit ceci pour un appel à l'aide. Son premier réflexe fut de regarder autour d'elle, pour s'assurer que la jeune fille était bien seule. Elle ne vit personne et s'approcha de l'élève. Elle constata que celle-ci appartenait à Serdaigle. Elle ne savait pas comment agir, elle n'avait jamais réconforté quelqu'un, d'autant plus qu'elle ne connaissait pas la source des tourments de la jeune Serdaigle. Il serait peut être mal venu de la part de la professeur de demander à la jeune fille de se confier, d'autant plus qu'elle n'était pas sa directrice de maison, mais elle devait se montrer attentive. Elle lui fit face, l'observant de la tête aux pieds, ses traits de visage ne trahissait aucune émotion, on pouvait seulement lire dans ses yeux une légère inquiétude. La Serdaigle tenait une lettre trempée entre ses mains. Arianna n'osa pas s'approcher davantage de peur que l'élève se renferme sur elle-même.

« Que se passe-t-il ? »

Elle s'était passée de lui demander si ça allait, car visiblement, elle n'était pas au meilleur de sa forme. Elle ne savait pas à quel scénario se préparer, avait-elle des problèmes avec les autres élèves. Arianna pensa une fois de plus à ses années à Poudlard, elle, elle n'était jamais allée voir un professeur, elle avait bien trop peur. Même à ses parents, elle ne leur en avait parlé que lorsqu'elle était rentrée à la maison pour les vacances, elle était terrifiée à l'idée de leur annoncer par hibou. Cependant, ils ne pouvaient rien faire pour elle.

Arianna reporta son attention sur la jeune fille. Elle ne savait pas si elle devait l'inviter dans son bureau, ainsi, elle resta au milieu du couloir à observer ses larmes couler le long de sa joue en espérant qu'elle allait répondre. Le couloir était très calme, le seul bruit des reniflements et des pleurs de la jeune fille venait combler le silence. Arianna était très mal à l'aise devant cette scène.


« Comment vous appelez-vous ? »

La professeur se dit que ce serait mieux, si elle devait discuter, de connaître son prénom.
Dernière modification par Arianna Grants le 21 avril 2017, 10 h 10, modifié 1 fois.

Professeur de Métamorphose
Affiliée à Gryffondor

Soutien maternel  PV 

Lorsque la nouvelle enseignante s'était arrêtée, Rosalys n'avait pas pensé un seul instant que cette dernière viendrait lui parler. Après tout, les professeurs de Poudlard étaient à l'image de leur directrice, c'est à dire très occupée. Miss Grants regarda autour d'elle avant de venir se placer devant la jeune Serdaigle en larmes. La blondinette pouvait voir dans ses yeux de l'inquiétude et un éclair fugace de douceur. L'enseignante s'arrêta à une distance respectable de la deuxième année et demanda.

« Que se passe-t-il ? »

La fillette apprécia que sa nouvelle professeure ne lui demande pas comment elle allait. Après tout, cela se voyait que ce n'était pas le cas. L'enseignante semblait quelque peu perdue dans ses pensées jusqu'à ce qu'elle reporte son attention sur la fillette et demande, légèrement mal à l'aise face aux pleurs de la bleue et bronze.

« Comment vous appelez-vous  ? »

Rosalys haussa les épaules et murmura doucement son prénom ainsi que son nom tandis qu'elle reniflait une énième fois et s'essuyait les yeux à l'aide de sa manche. Elle était vraiment gênée de se donner ainsi en spectacle. La fillette ne pleurait pas souvent et avait appris à être forte au fur et à mesure depuis ses neufs ans. Pourtant aujourd'hui, tout comme le jour où elle avait rencontré Jonathan, elle craquait et des larmes inondaient son beau visage. Lorsqu'elle regarda de nouveau son professeur, la blondinette vit avec tristesse que cette dernière n'avait pas compris sa réponse lorsqu'elle lui avait demandé son nom. La bleu et bronze ferma donc les yeux fortement pour se donner du courage avant de dire, des trémolos dans la voix.

"Je... Je suis... Rosalys... Lanoblis..."

La fillette avait réussi à articuler suffisamment pour que son interlocuteur comprenne ce qu'elle disait. Le visage de miss Grants s'éclaira aussitôt après avoir compris de quoi elle parlait et lui sourit gentiment. La blondinette lui répondit timidement par un sourire tremblotant et entreprit ensuite de répondre à la première question que l'enseignante avait posé.

"J'ai... Reçu ça..."

Rosalys leva la lettre froissée et mouillée jusque devant ses yeux et fit un rictus triste avec sa bouche. Il fallait qu'elle en parle à quelqu'un sans quoi elle finirait par exploser.

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Soutien maternel  PV 

Reducio
Je suis navrée pour ce retard !


Lorsqu'Arianna avait demandé à la fillette comment elle s'appelait, celle-ci avait dans un premier temps soulevé les épaules. Si elle ne voulait pas parler, la professeur ne pouvait lui être d'aucune aide. Elle regarda par dessus l'épaule de la jeune fille, vers son bureau, puis elle reporta son attention sur la personne en face d'elle. Elle murmura quelques mots qu'Arianna ne put percevoir. La jeune femme montra qu'elle n'avait pas comprit mais elle ne voulait pas lui demander de répéter. Elle attendit simplement de voir si la jeune fille répéterait d'elle même où si elle allait se murer dans un silence. La professeur ne savait pas comment agir car tout allait dépendre de la petite fille que si trouvait en face d'elle. Elle ne voulait pas la faire parler de force mais elle n'allait pas l'abandonner avant qu'elle n'ait pu montrer qu'elle ne voulait pas se confier. Mais finalement, celle-ci reprit la parole.

"Je... Je suis... Rosalys... Lanoblis..."

Elle avait prononcé ces quelques mots de manière très saccadé et Arianna mit quelques secondes avant de comprendre ce que disait la petite blonde. Elle lui sourit gentiment afin de la mettre en confiance et l'inviter à continuer. Cependant, elle avait bien peur que le domaine d'où provenait cette soudaine tristesse ne puisse pas être réglé par elle. Peut être que la fillette aurait dû aller s'expliquer avec sa directrice de maison qui était plus apte à régler les problèmes personnels de ces élèves. Enfin, elle se trouvait en face d'Arianna et celle-ci essayait de se montrer le plus compréhensive possible.

"J'ai... Reçu ça..."

Arianna fronça les sourcils quand Rosalys lui tendit sa lettre. Elle ne voulait entrer dans sa vie privée mais de toute évidence, la fillette voulait que sa professeur de métamorphose lise la lettre mouillée. Arianna l'attrapa dans un geste délicat et regarda une dernière fois la Serdaigle avant de commencer la lecture. Elle lit deux fois la lettre et resta les yeux rivés dessus en essayant de comprendre qui en était l'expéditeur. Arianna allait devoir poser des questions à la jeune fille pour mieux comprendre le contexte dans lequel elle se trouvait. Elle pensait d'abord demander qui étaient les personnes citées dans la lettre et puis ensuite aborder le problème.

« Qui est-ce qui vous a envoyé cette lettre ? Et qui est Amélie ? »

Elle allait demander au fur et à mesure pour ne pas embrouiller Rosalys qui était déjà dans tous ces états.

Professeur de Métamorphose
Affiliée à Gryffondor

Soutien maternel  PV 

Le professeur de métamorphose attendit quelques minutes avant de prendre la lettre trempée d'une main hésitante mais le geste restait plein de grâce et de délicatesse. Avant de commencer à lire le manuscrit, la jeune femme regarda de nouveau Rosalys comme pour être sure qu'elle avait bien le droit de lire. La Serdaigle acquiesça doucement en essayant de retenir ses sanglots. Elle ne pouvait tout simplement pas parler auquel cas sa voix serait troublée par des trémolos et des reniflements perpétuels. Le professeur et directrice de Gryffondor relut plusieurs fois la lettre, les sourcils froncés, à en juger par ses yeux qui descendaient puis montaient. Quand elle eut fini sa lecture, Miss Grants redressa la tête et regarda la bleue et bronze droit dans les yeux avant d'ouvrir la bouche pour poser une question. La blondinette était prête. Elle écoutait.

"Qui est-ce qui vous a envoyé cette lettre ? Et qui est Amélie ?"

Même si elle s'attendait à ces questions, Rosalys eut du mal à ne pas fondre en larmes devant son professeur. Elle essayait de rester forte face à cette situation dont elle ne pouvait en parler à personne sans avoir peur des représailles. La bleue et bronze inspira donc un bon grand coup pour répondre à son interlocuteur sans quelconque interruption.

"C'est mon père qui m'a écrit... C'est toujours lui qui écrit ce genre de lettre. Et Amélia est mon amie, ma grande soeur, mon ancien professeur... Elle est un peu tout Amélia."


Ce que disait la blondinette n'était pas forcément clair, pourtant, Miss Grant comprit plutôt bien ce que disait la fillette. Du moins, cette dernière se complaisait à l'imaginer. En effet, le professeur de métamorphose ne faisait pas du tout de tête "étrange" et l'incompréhension n'était une des émotions qui transparaissaient sur son visage. D'ailleurs, la Serdaigle n'aurait pas su déchiffrer les nombreux sentiments qui emplissaient le coeur de la directrice de Gryffondor. Ils semblaient bien trop compliqués.


Reducio
Post un peu court et désolée pour le retard

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Soutien maternel  PV 

La jeune fille était dans tous ses états et Arianna pouvait remarquer que la jeune fille tentait de retenir ses larmes. La professeure, dans un élan de sympathie et pour mettre la jeune fille en confiance, posa une main sur l'épaule de son élève. Elle ne devait pas se montrer trop pressée car elle voyait bien que la jeune fille était bouleversée et elle avait simplement besoin de se sentir écoutée. Mais Arianna doutait qu'elle soit tombée sur la bonne personne, elle n'avait jamais été réconfortante, elle n'était pas égoïste, mais elle n'avait jamais été douée pour se montrer compatissante. Mais, pas beaucoup de personnes ne s'étaient confiés à elle, elle n'avait pas suffisamment d'amis pour ça. Même son frère ne lui avait jamais vraiment fait part de ces états d'âmes, elle non plus d'ailleurs, elle se confiait davantage à sa meilleure amie, Jade.

"C'est mon père qui m'a écrit... C'est toujours lui qui écrit ce genre de lettre. Et Amélia est mon amie, ma grande soeur, mon ancien professeur... Elle est un peu tout Amélia."

Arianna hocha doucement la tête. Elle n'avait pas très bien compris ce que la jeune fille avait dit à propos de cette Amélia mais visiblement, celle-ci était très importante pour la Serdaigle. Arianna ne laissa passer aucune émotion, elle ne voulait pas poser plus de questions à Rosalys, du moins, sur Amélia. Elle allait davantage se concentrer sur son père. Elle espérait de tout son cœur qu'elle ne subissait pas de violences chez elle car la jeune femme n'était pas de prête à traiter des problèmes de ce genre. Elle ne savait pas ce qu'elle aurait à faire dans ce cas-là. Et par où devait-elle commencer ? Elle observa la jeune blonde pendant quelques instants en réfléchissant à une question pas trop brusque.

« Quelle est votre relation avec votre père ? »

Elle espérait que Rosalys parlerait librement et qu'elle n'aurait pas besoin de poser énormément de questions afin de comprendre d'où venait le problème. Elle espérait surtout qu'elle pourrait régler ce qui tourmentait son élève. Elle fit venir un paquet de mouchoir à l'aide de sa baguette et elle en tendit un à Rosalys. Elle essayait de se montrer le plus compréhensible possible.

Reducio
Je m'excuse pour ce retard et pour ce post ses court mais je manquais d'inspiration.

Professeur de Métamorphose
Affiliée à Gryffondor

Soutien maternel  PV 

Son professeur ne semblait pas trop savoir quoi faire. Elle observait simplement et silencieusement la jeune bonde tandis que cette dernière tentait de retenir ses larmes. Alors que Rosalys allait se remettre à pleurer, à cause de l'ambiance pesante dûe au silence de Miss Grants, celle-ci ouvrit la bouche. Elle se préparait à poser une question.

Quelques secondes plus tard, elle le fit en effet. L'enseignante questionna la jeune deuxième année à propos de la relation qu'elle entretenait avec son père. Rosalys se concentra et réfléchit à la façon dont elle pourrait résumer sa situation sans être trop brusque dans ses explications. Pendant ce temps, son professeur fit venir d'elle ne savait où une boite de mouchoirs. À vrai dire, elle n'avait pas regardé autour d'elle tandis qu'elle réfléchissait. Prenant le mouchoir que lui tendait son professeur en la remerciant d'un sourire, la jeune blondinette haussa les épaules. Par où allait-elle commencer son histoire ? Inspirant un grand coup, Rosalys se prépara à tout déballer.


"Mon père... Est une personne qui n'apprécie pas la magie à sa juste valeur. Il en a peur, je pense... Il est moldu, vous comprenez ? Alors quand il a épousé maman, elle a du abandonner ses pouvoirs parce qu'il supportait pas cette part d'elle... Sauf qu'après, Éléonore et moi, on est nées et j'ai hérité des pouvoirs de maman. Éléonore est une fille normale. Une cracmolle si je me souviens bien." Finit difficilement Rosalys. Elle reprit son souffle et continua son histoire. "Quand on a découvert mes pouvoirs, mon père a commencé à me détester. Il disait que j'étais un monstre, une abomination. Maman a décidé de le quitter, mais deux ans après, elle s'est remit avec lui. Maman, maintenant, est toujours en train de faire la tête et elle ne dit plus rien quand mon père est méchant avec moi. Éléonore est pourtant sans doute, la plus cruelle de tous. C'est Amélia la seule à me défendre."

Rosalys tentait de reprendre ses esprits. Il était en effet très difficile pour la petite de parler de tout cela. Après tout, cela la blessait énormément que sa famille, les personnes qui étaient sensées la chérir plus que personne, ne l'aimait pas comme elle était. La fillette porta son mouchoir tout propre à son nez et se moucha bruyamment puis rangea le mouchoir dans sa poche de robe de sorcier, esquissant une grimace de dégout. Elle détestait profondément devoir garder un mouchoir usagé dans les poches de ses vêtements. La Serdaigle termina sa ''toilette'' en séchant une dernière fois ses yeux à l'aide de sa manche. Elle ne pleurait désormais plus.

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3