Couloirs

Inscription
Connexion

Pluie de parchemins  PV 

Image


« Je suis d'accord, retrouvons nous samedi à quinze heures ». Amy avait reçu cette réponse de la part de Nicholas à la lettre qu'elle lui avait envoyé ce matin même. Le professeur de Botanique s'était contenté de rajouter ces mots en bas du parchemin que la directrice de Serdaigle lui avait fait parvenir. Cette lettre indiquait à peu près les mots suivants : « Bonjour Nicholas, je pense qu'il est temps que nous mettions les choses à plat. Pourrions-nous convenir d'un rendez-vous ? ». A vrai dire, la professeure de Défense contre les Forces du Mal commençait à être lassée de la situation tendue entre eux deux. Elle avait été un peu trop curieuse au bal de Noël, et celui lui avait valu une réprimande de la part de son collègue puis sa sortie de la salle. Depuis, Amy essayait au minimum de lui adresser la parole. Au bout d'un moment, ils avaient quand même recommencé à se parler courtoisement, et la rousse s'était enfin décidée à lui demander un nouveau rendez-vous pour qu'ils puissent avoir des explications.

La Directrice de Serdaigle se rendait vers la Tour de Serdaigle où elle allait tenir son habituelle permanence dans son bureau de DDM. Avant, elle en profiterait pour discuter rapidement avec ses préfètes de quelques petits détails pratiques, puis irait s'asseoir avec ses copies dans son bureau, porte entrouverte. Sauf que la bretelle de son sac, machinalement posée sur son bras, lâche et répandit tout le contenu du sac à terre. Grommelant dans sa barbe, Amy s'agenouilla sur le sol froid afin de tout d'abord réparer son sac. Elle sortit sa baguette, toujours placée dans la poche intérieure de sa robe de sorcière lorsqu'elle la portait, puis lança un rapide Reparo sur la jointure de la lanière du sac. La bandoulière du sac se fixa de nouveau sur le sac, et Amy eut un petit sourire satisfait. Elle entreprit maintenant de ramasser les dizaines de parchemins qui jonchaient le sol. La professeure de Défense contre les Forces du Mal commença à ramasser jusqu'à ce qu'une autre paire de mains vienne l'aider.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
Bisous de Miss Copier/Coller :D
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Pluie de parchemins  PV 

Peter se rendait à la bibliothèque comme à son habitude à cette heure ci. La fin d'année approchait et donc les examens. Le jeune garçon ressentait beaucoup d'anxiété vise à vis de ceux ci, quand il était en école moldue, il réussissait souvent son années, mais pas les examens. Il était beaucoup trop stressé, c'est pourquoi il se rendait à la bibliothèque, pour réviser le plus possible, autant qu'il le pouvait afin d'arrivé confiant aux différents contrôles. Après tout, en sachant tout, il ne pouvait que réussir. La connaissance c'est ce qui reste quand on a tout oublié, le dernier espoir de réussite quand tous n'est qu'échec. C'est pour cela qu'il devait apprendre.

Toujours dans le couloirs, il vît Miss Holloway qui se dirigeait dans la direction opposé, elle se rendait surement à la salle commune, elle semblait assez un peu fatiguée, lassée, de quoi, il n'en savait rien. Le Serdaigle se sentait toujours un peu intimidé face à un professeur mis à part quelques exceptions, c'est pourquoi il baissa les yeux avant de croiser sa directrice de maison, il allait dire un simple bonjour puis continuerai son chemin comme si de rien était. Enfin c'est ce qu'il comptait faire mais soudain, la sangle du sac de la professeure de défense contre les forces du mal céda. Faisait virevolté toutes les feuilles qui s'y trouvait dont une en particulier. Peter ne put s'en empêcher et lu la feuille. Visiblement Miss Holloway avait des problèmes avec Monsieur Ferskjold. Le jeune garçon savait en revanche qu'il ne devait pas s’immiscer dans les affaires des adultes, alors il se contenta de ramasser la feuille et d'aller aidé la jeune femme à ramasser le reste de ses papiers.


"-Attendez Miss, je vais vous aider

Il alla alors aux côtés la professeure et commença à ranger ce qu'il restait, il se rendît compte également qu'il n'avait pas lâché la lettre qu'il avait auparavant ramassé. Sa curiosité le poussait à vraiment avoir envie de savoir ce qu'il s'était passé. Peut être cela avait il un rapport avec le bal de noël. Le jeune garçon se souvenant avoir remarqué une certaine tension entre les deux adultes. Il se décida à rendre le parchemin.

Vous...Vous avez fait tombé ceci

Il essayai de se retenir d'ajouter quoi que ce soit, mais sa volonté d'en apprendre plus semblait être plus forte alors il commença:

Est ce que..."

Il s'abstint il ne devait pas en dire plus. Pas un seul mot de plus.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Pluie de parchemins  PV 

C'était bien sa veine, que son sac lâche alors qu'elle allait vers la Tour de Serdaigle. Elle avait eu un peu de chance dans son malheur, le sac n'avait pas craqué dans les escaliers. A genoux sur le sol, Amy ne releva la tête que pour constater que Peter Speculus était venu l'aider, étant dans le couloir également. Si cela se trouvait, la professeure venait de le croiser à l'instant et elle n'avait même pas prêté attention au jeune élève, trop perdue dans ses pensées. Le capitaine de Quidditch l'aida à ramasser ses parchemins, et Amy, rangeant la première pile dans son sac, se rendit compte que le jeune garçon gardait dans sa main un morceau de parchemin. Il ne fallu pas beaucoup de temps à la Directrice de Serdaigle pour se rendre compte qu'il s'agissait de la lettre qu'elle avait envoyé à Nicholas quelques heures auparavent.

Le parchemin avait gardé les traces de pliures caractéristiques de l'envoi d'une lettre. Finalement, Peter se décida à lui rendre la lettre tout en ajoutant un
« Vous...Vous avez fait tomber ceci » La professeure de Défense contre les Forces du Mal répondit un « Merci » puis tendit la main pour récupérer la missive, qu'elle mit au plus profond de son sac. Les histoires entre professeurs ne devaient pas être connues des élèves selon elle, sauf si cela avait des retombées sur la vie de l'école. Or là, ce n'était pas le cas. La professeure et son élève finirent par ramasser tous les parchemins, mais au moment de remercier Peter Speculus, ce dernier ajouta un petit

« Est-ce que ... »

Au pied du mur, Amy se dit que la moindre des choses était de proposer au jeune Serdaigle de lui poser sa question. Elle lui répondrait si elle le jugeait nécessaire et si ça n'interférait pas sur sa vie privée. Soupirant de lassitude, la professeure regarda son élève et lui répondit.

« Je vous écoute Monsieur Speculus. Si vous avez gardé cette lettre si longtemps dans votre main, vous l'avez forcément lue. Posez donc votre question ».

Avec l'élégance la caractérisant, c'est à dire version éléphant, Amy se redressa puis se releva afin de ne plus être à genoux. Elle regarda ensuite le Serdaigle, attendant de voir s'il allait dégainer un parchemin et une plume pour noter toutes les informations croustillantes que sa professeure lui donnerait. Il n'était pas journaliste, mais Amy ne put s'empêcher de sourire à cette pensée. Plantée au milieu du couloir, la professeure de Défense contre les Forces du Mal attendit tranquillement, mais l'esprit ailleurs, la question du jeune batteur de Quidditch.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
Bisous de Miss Copier/Coller :D
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Pluie de parchemins  PV 

« Je vous écoute Monsieur Speculus. Si vous avez gardé cette lettre si longtemps dans votre main, vous l'avez forcément lue. Posez donc votre question ».

C'est à ce moment là que le brun se dit qu'il n'aurait dû rien dire. Très logiquement, le contenu de cette lettre ne le regardait en rien, c'est encore cette fichue curiosité qui l'avait poussé à parler. Maintenant il était obliger de poser sa question, et très certainement, cela allait lui retomber dessus. Mais après tout, peut être que Miss Holloway allait accepter de lui répondre. On ne sait jamais la réaction des gens à l'avance, même si c'est calculable, il y a toujours une petite marge d'erreur qui ne peut être égale à 0. En l’occurrence, cette marge d'erreur était ici importante, car Peter avait toujours eu plus de mal à analyser les adultes. En particulier les professeurs à Poudlard, ils étaient tous si différents à la différence des élèves qui se ressemblaient tous.


Quoi qu'il en soit, la question de Peter commençait à tardé, et il ne fallait pas rajouter un agacement de plus chez le professeur de Défense contre les Forces du Mal, auquel cas il en subirait les conséquences.

-"Je sais que cela ne me regarde pas Miss, mais ma curiosité me fait beaucoup défaut, ainsi je me demandais si vous aviez des problème avec Mr. Ferskjold. Vous n'êtes en aucun cas obliger de répondre Miss, je sais que ma question est déplacé, et je n'aurais jamais du la poser.

Avec autant d'excuses, peut être que la question du jeune garçon allait finalement passer. C'était du moins ce qu'il espérait car après la retenue que lui avait administré Miss Peters, il n'était pas près de retourner nettoyer tous les trophées présents dans la salle des trophées depuis la création de Poudlard avec la charmante compagnie de Yuzu Ame. Cela hanterait ses cauchemars à jamais, c'était un de ses pires souvenirs depuis qu'il était arrivé en ces lieux. En plus avec sa peur bleue des araignées, le brun avait été servi puisqu'il y en avait autant que des coupes.

Pensé à tout cela avait fait oublié au garçon la question qu'il venait de poser. Après tout cela était peu être volontaire car d'un autre côté cela lui faisait aussi oublié le remontement de brettelles qu'il allait sûrement avoir d'une seconde à l'autre.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Pluie de parchemins  PV 

La question fut longue à venir. Si longue qu'Amy fut sur le point de saluer son élève et partir lorsque la phrase qu'Amy redoutait franchit les lèvres du jeune capitaine de Quidditch. Avait-elle des problèmes avec Nicholas Ferskjold ? A vrai dire plus trop, puisque les deux professeurs ne s'adressaient plus la parole, excepté pour des affaires relatives au professorat, depuis le bal de Noël. Néanmoins, il semblait que la discussion attendue par Amy allait arriver cet après-midi même, à quinze heures. De là, elle pourrait peut-être comprendre la réaction disproportionnée de Nicholas et en même temps, elle pourrait s'excuser d'avoir été un peu trop curieuse dans ses questions.

Soupirant légèrement, la professeure de Défense contre les Forces du Mal se demandait comment expliquer ça subtilement au jeune garçon en face d'elle.Primo, et comme elle l'avait déjà pensé, cela ne le regardait pas. Contre-argument : il avait lu la lettre et était en droit de demander ce qu'il se passait. Lui adressant un regard fatigué, la Directrice de Serdaigle finit par répondre à Peter Speculus.


« Nous avons eu un petit différend en effet, lors du bal de Noël, pour être précise ».

Inutile de préciser que Nicholas était parti après avoir adressé des paroles méchantes à Amy et que celle-ci s'était enfuie quelques minutes plus tard, son maquillage tout étalé autour de ses yeux. Une sortie digne des plus grands, et de surcroît très classe. La robe qu'elle portait ce soir là était retournée chez ses parents aux Etats-Unis, avec la promesse de sa mère de la donner à une association de charité. Evidemment, sa mère n'en avait pas tenu compte et la robe était entourée d'une housse, dans son dressing d'adolescente. Son excuse était « cette robe coûte trop cher pour ne la porter qu'une fois ».

La professeure de Défense contre les Forces du Mal reporta de nouveau son regard sur le jeune Serdaigle, se demandant s'il allait poser une nouvelle question à propos de leur dispute. Etant donné qu'il n'avait pas repris la parole pour poser une question à propos de la vie privée de sa directrice de Maison, ce fut cette dernière qui reprit la parole.

« Vous savez, on ne peut pas être ami avec tout le monde, même en étant adulte. Néanmoins, sachez que ce différend sera sûrement résolu, puisque comme vous l'avez sans doute lu dans la lettre, je m'entretiendrai avec Monsieur Ferksjold dans l'après-midi ».

Reducio
Désolée pour ce post que je trouve un peu court !

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
Bisous de Miss Copier/Coller :D
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Pluie de parchemins  PV 

"-Vous savez, on ne peut pas être ami avec tout le monde

Evidemment que non, évidemment que non.. Peter le savait bien, il n'était pas ami avec tout le monde même si tout le monde semblait le croire. Peter avait du mal à comprendre pourquoi Miss Holloway avait parler d'adulte. A vrai dire il avait des fois encore du mal à définir la nuance entre adulte et enfant, c'était très flou pour lui. Toutes ces idées de hiérarchie entre les âges, il avait du mal à en saisir l’intérêt. Si il y avait bien une chose qu'il saisissait en revanche, c'était que les "adultes" comme ils aimaient s'appeler, était maîtres dans l'art de cacher leurs émotions et leurs sentiments. Que ce soit pour des bonnes ou des mauvaises raisons, le Serdaigle détestait ça. Mais ce qu'il détestait encore plus c'est quand les supposés adultes, sous prétexte qu'il avait 11 ans, se sentait obligé d'être mièvre avec lui, comme avec sa mère qui cachait sans arrêt sa tristesse par un sourire niait.
L'hypocrisie était vraiment quelque chose d'infecte, mais elle était partout, et très certainement dans la relation entre Miss Holloway et Mr Ferksjold.
Le garçon se mit à réfléchir, il fronça les sourcils comme si il était en train de résoudre une opérations compliquée. Au bout d'un moment, après avoir tourner une phrase dans sa tête il l'a dit enfin:


-Mais Miss vous dites qu'on peut pas être ami avec tout le monde, mais alors pourquoi tout le monde fait semblant? Avec des collègues, mon père y fait toujours plein de sourires quand ils sont à la maison, y dit au revoir avec une tape sur l'épaule, et dés qu'ils ont transplanés, y s'met à jurer dans leurs dos. Si les gens y s'forcent à être amicaux avec des gens qu'ils aiment pas, l'amitié ça veut plus rien dire."


Il ne savait pas si il l'avait bien formulé, mais c'était sans doute le truc qui se rapprochait le plus de ses pensées. Miss Holloway, était gentille et souvent de bons conseils, il ne doutait pas une seule seconde qu'elle pourrait lui apporter une réponse convenable. La vie de Peter lui avait appris à toujours se méfier des adultes, justement car ils ne montraient jamais leurs véritables intentions, mais si il y avait bien un adulte en qui l'aiglon avait confiance c'était Miss Holloway. Quoi que serait sa réponse, même si il n'était pas d'accord, il l'accepterait et allait y réfléchir.
Le garçon se gratta la tête et croisa les bras, il pensa que la réponse du Prof allait peut être l'aidé à mieux cerner son père, et même surement mieux le combattre, tout comme il allait combattre le sourire de sa mère. S'en était finit de considérer Peter comme un petit enfant, il n'allait pas se laisser faire.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Pluie de parchemins  PV 

Amy attendait patiemment la question du jeune garçon, car elle était certaine qu'il allait encore en poser au moins une. Les enfants étaient très curieux, c'était indéniable. Trop curieux même, Peter Speculus en était l'exemple parfait. Néanmoins, elle l'aimait bien. Il était plutôt sympathique et gardait un petit air innocent qui le faisait rester en enfance. De plus, il était de la maison Serdaigle, ce qui était un point positif. Amy aimait toutes les maisons, évidemment, et ne faisait pas de favoritisme, mais elle était Directrice de la Maison Serdaigle. Ainsi, elle avait tendance à plus côtoyer les élèves de la maison bleue.

La question de Peter arriva, et celle-ci décontenança Amy. Elle ne savait pas vraiment comment y répondre. L'hypocrisie était un défaut qui était présent chez de nombreux adultes, elle y compris. Néanmoins, elle essayait d'en user le moins possible. Avait-elle été hypocrite avec Nicholas ? Sans doute oui. Les maigres « bonjour » et les discussions obligatoires faisaient certainement partie de l'hypocrisie. Maintenant, comment allait-elle répondre au jeune Serdaigle ?


« Et bien... Parce que nous sommes civilisés ? Je ne sais pas trop quoi vous répondre à vrai dire... »

En effet, Amy ne savait pas trop quoi répondre. Que les adultes devaient être hypocrites pour garder de bonnes relations avec les gens ? C'était sûrement la réponse à donner. Mais pourquoi continuer à être hypocrites, surtout lorsque les personnes en face faisaient de même ? Simplement ne plus leur adresser la parole serait une possibilité intéressante, mais lorsqu'il s'agit d'amis proches ou même de collègues de travail, la situation se corsait. C'était ce qu'il s'était passé avec Nicholas, en fait. Les deux professeurs devaient se parler pour le travail, et une sorte de dialogue hypocrite s'était installé entre eux.
La Directrice de Serdaigle, après une pause qui lui parut un peu longue, finit par reprendre la parole.


« En fait... C'est surtout pour garder de bonnes relations avec les gens ? L'hypocrisie est plutôt compliquée à comprendre si vous ne l'avez pas déjà fait. Et j'espère que ce n'est pas le cas ! Par exemple, les gens qui viennent chez vous pour rencontrer votre père sont peut-être des collègues de travail ? Et bien, pour qu'ils gardent une bonne relation entre collègues et pour éviter les tensions au travail, votre père utilise l'hypocrisie. S'il y a des tensions au travail, vous ne pourrez pas travailler correctement, on est d'accord ? »

Sa réponse était nulle, Amy le sentait. Elle n'avait pas bien répondu à la question du jeune garçon, et elle sentait que celui-ci allait insister.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
Bisous de Miss Copier/Coller :D
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown