Couloirs

Inscription
Connexion

Qu'est-ce que c'est que ces escaliers ?!  Libre 

Cela faisait à présent 10 minutes que Kahor restait sur place, le visage rouge, une goutte de transpiration sur le côté de son visage.On aurait pu simplement croire que le jeune garçon venait de courir, sauf qu'il ne semblait pas avoir le souffle court. Il aurait pu être malade, mais ses yeux n'étaient pas rouges. Très visiblement, Kahor ENTHYN était plutôt contrarié.

Kahor est une personne assez... Pragmatique. Pour lui, si quelqu'un fait quelque chose, ce n'est jamais pour rien. Une porte mène forcément quelque part, un livra apporte forcément de l'information (aussi vraie soit-elle) et des lunettes servent à mieux voir. C'est la raison pour laquelle les escaliers de Poudlard commençaient à lui taper sur le système.

" Est-ce qu'il y a une foutue logique à ces trucs ? " grogna-t-il en regardant les marches qui semblaient le narguer.

Le problème ? Les escaliers de Poudlard bougent.
Oh, le problème n'était pas le fait qu'ils bougent en soit. Kahor avait vu bien des choses magiques dans sa vie, allant de l'horloge hurlante à la poêle auto-cuisante en passant par les vêtements auto-repassants. Non, le problème était qu'ils ne bougeaient pas logiquement.

L'escalier reliant le troisième et le quatrième étage pouvait, tout à coup, relier le troisième et le septième. Un autre pouvait décider de relier un étage... Et un mur. Encore un autre flottait dans le vide, ne reliant rien du tout.
Seulement, là où d'autres auraient pu voir une simple folie amusante, Kahor voulait comprendre la raison qui a mené à ces choix. D'où le mal de crane atroce auquel il avait le droit en essayant de comprendre la logique de ces escaliers.

Voulant tenter une expérience, il s'avança face à un escalier.

" Hum... Cinquième étage ? " Demanda-t-il sans grand espoir.

Aucun résultat, bien entendu. Kahor soupira fortement avant de reculer tout en se demandant s'il y avait véritablement une utilité à ce qu'il se casse la tête à essayer de comprendre le fonctionnement d'une telle chose. Un bruit derrière lui l’interrompit dans sa réflexion.

" Qu'est-ce que ? " Prononça-t-il en sursautant.

Qu'est-ce que c'est que ces escaliers ?!  Libre 

La Gryffonne sortit de la salle de Métamorphose et salua le professeur. Elle se dirigea alors vers les escaliers pour aller au cours de Sortilèges qu'elle partageait avec les Poufsouffles. Elle serpenta dans les couloirs avant de chercher un Poufsouffle à suivre. La jeune fille adorait suivre un élève d'une autre maison pour connaître leur comportement. C'était assez excitant en soi car elle découvrait une personne sans que lui ne la découvre. Elle marchait à reculons afin de repérer sa cible. Elle arriva au début des escaliers.
- Hum... Cinquième Étage ?, entendit Mad derrière elle.
Elle se retourna et découvrit un drôle de Poufsouffle : il cherchait une logique aux escaliers. Il avait les cheveux roux et des lunettes. Elle s'avança et shoota dans une pierre. Le jeune garçon se retourna et dit :
- Qu'est ce que ?
Ses yeux noisettes se plongèrent dans les miens. Il semblait tracassée. Elle entama alors :
- Tu essayes de comprendre la logique de ces escaliers ? Je crois que tu auras du mal : il n'y en a pas. En plus, sans vouloir te blesser, tu n'as pas la bonne intonation. Tu as l'air de poser une question aux escaliers.
Elle s'arrêta un instant en se rendant compte qu'elle échappait à ses règles : elle ne devait pas sympathiser avec ses cibles. Mais le jeune homme n'était pas une cible. Elle continua donc :
- Il faut que tu leur ordonnes pour que ces idiots t'obéissent, reprit-elle. Regarde, je te montre : Cinquième Etage !
Un escalier se déplaça alors et arriva devant eux. Grâce à lui, ils pourraient accéder au fameux étage. Elle commença à monter et lui demanda :
- Tu viens ?

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Qu'est-ce que c'est que ces escaliers ?!  Libre 

Le bruit en question s'avéra être une jeune fille de son âge, blonde, avec une musculature bien plus importante que celle de Kahor, non pas que cela soit difficile. Il semblait qu'elle avait simplement donné un coup de pied dans une pierre qui trainait dans le couloir. Au vu de son regard, il semblait l'amuser.

" Tu essayes de comprendre la logique de ces escaliers ? Je crois que tu auras du mal : il n'y en a pas. En plus, sans vouloir te blesser, tu n'as pas la bonne intonation. Tu as l'air de poser une question aux escaliers. "

* Pas de logique ? Sacrilège ! Il y a toujours une logique ! * se dit le sorcier. * Et en quoi l'intonation changerait-elle... *

Il n'eut pas le temps de finir sa propre pensée que la fille repris de plus belle.

" Il faut que tu leur ordonnes pour que ces idiots t'obéissent. Regarde, je te montre : Cinquième Etage ! "

Aussi fou que cela puisse paraitre, l'escalier se déplaça lentement, comme pour narguer le garçon qui resta légèrement bouche bée. Sa théorie était donc vraie. Les escaliers réagissaient aux demandes. Ou plutôt aux ordres des personnes souhaitant les emprunter.
Il ne remarqua même pas que la blonde commençait à monter les marches avant d'éclater de rire pendant plusieurs secondes. Une fois calmé, il pris enfin la parole.

" Depuis que je suis arrivé, à chaque fois que je veux changer d'étage, je suis obligé d'attendre que l'escalier daigne se placer comme il le faut. Je me sens carrément stupide, là. " Dit-il avec un sourire avant de, lui aussi, commencer à gravir les marches. " Moi, c'est Kahor. Kahor ENTHYN. Première année, Poufsouffle. Et je suis certain qu'il y a une logique dans le mouvement des escaliers. Je suis juste pas assez bon pour la trouver. "

Après tout, il ne trouvait pas toujours les réponses aux diverses énigmes de ses chers jeux vidéos qui lui manquaient tant. En quoi les énigmes de Poudlard seraient-elles différentes ?

" Il faudrait que je demande à un prof, au pire... " murmura-t-il en français avant de s'adresser à nouveau à la jeune fille en anglais avec un sourire légèrement narquois, " Et sinon, mademoiselle Gryffondor, puis-je m'enquérir de votre nom ? "

Qu'est-ce que c'est que ces escaliers ?!  Libre 

Mad commença à rire devant la mine décontenancée du jeune Poufsouffle. Elle s'esclaffa jusqu'à ce qu'il la rejoigne. Il se présenta alors :
- Depuis que je suis arrivé, à chaque fois que je veux changer d'étage, je suis obligé d'attendre que l'escalier daigne se placer comme il le faut. Je me sens carrément stupide, là. Moi, c'est Kahor. Kahor ENTHYN. Première année, Poufsouffle. Et je suis certain qu'il y a une logique dans le mouvement des escaliers. Je suis juste pas assez bon pour la trouver.
La blondinette remarqua très rapidement son fort accent français, et était très contente de trouver un élève francophone dans la grande bâtisse qu'était Poudlard, en Ecosse. La Gryffonne était très attachée au seul membre sorcier de la famille, son cousin, français, en Quatrième Année à Durmstrang. Elle se dit aussi que le jeune garçon aurait dû demander à quelqu'un avant pour éviter les situations gênantes dans lesquelles il avait dû se retrouver. *Un Première Année !* Pour la logique des escaliers, il y en a probablement une mais personne ne la connaît en dehors des tableaux. *Ce n'est pas qu'il n'est pas assez bon !* Sa théorie d'élève francophone se confirma lorsqu'il dit, en français :
- Il faudrait que je demande à un prof, au pire...
Elle allait parler lorsqu'il continua :
- Et sinon, mademoiselle Gryffondor, puis-je m'enquérir de votre nom ?
Elle décida de lui répondre en français, une langue qu'ils avaient tous deux l'air de maîtriser, pour lui faire comprendre qu'il n'était pas le seul francophone dans les parages :
- Moi, c'est Mad MAL. Première Année à Gryffondor, comme tu auras pu le remarquer. Je parle français aussi, ça aussi tu as dû le remarquer. Pour la logique, je ne pense pas que ton niveau soit remis en cause, mais juste la logique. Seuls les tableaux la connaissent, mais, pour ma part, je suppose qu'ils font un peu ce qu'ils veulent.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août