Couloirs

Inscription
Connexion

Être perdu amène aux chocolats et aux rencontre  Pv: Sally 

Je me baladais. Ou plutôt, j'errais dans les couloirs. Je ne sais pas vraiment. Pour tout dire, j'étais un peu perdu. J'étais arrivé à Poudlard il n'y a pas trop longtemps, et pour tout dire, le château était immense. On pouvait s'y perdre facilement et, je crois que c'était le cas pour moi. Je veux dire, malgré les tableaux qui changeaient, tous les couloirs se ressemblaient plus ou moins. Et je ne pouvais pas reconnaître les tableaux de chaque couloirs dès mon arrivée... Alors, de mon œil, chaque couloirs étaient semblables.

Je sortais de cours – et heureusement pour moi – j'avais une pause. Je dis bien heureusement, et ce n'est pas parce que je ne voulais pas aller en cours, mais plutôt parce que j'étais dans l'incapacité d'aller à un cours, étant totalement perdu. J'avais l'impression d'être dans un labyrinthe de couloirs en pierres, qui ne s'arrêtait jamais. Un labyrinthe sans sortie, sans échappatoire, dans lequel on serait prisonnier à jamais.
J'avais essayé de revenir sur mes pas pour retrouver mon chemin dans ce château, en vain. Je ne retrouvais même plus d'où je venais, ni vers où je devais aller. Moi qui aurait aimé aller dehors pendant mon temps libre, ou passer à la bibliothèque... Ou à la grande-salle, et pourquoi pas en salle commune pour récupérer des chocolats, une petite faim faisait son apparition au creux de mon ventre.

Je soupirais et me laissait tomber contre un mur. Je n'avais aucune idée de où je me trouvais, ni près de quelle salle j'étais. Je n'avais aucune idée d'où était ma salle commune, ni d'où était la bibliothèque et le reste des endroits où j'aurais pu vouloir aller. Et puis, je n'allais pas déranger un cours pour demander mon chemin, ou juste demander à n'importe qui... De toutes façons, les couloirs étaient devenus vide, il n'y avait personne à qui je pouvais m’adresser.
Je regardais les escaliers vivants et poussais un nouveau soupir. Je ne pouvais pas non plus essayer toutes les salles que je rencontrerais... J'imagine que je n'avais qu'à attendre qu'un groupe d'élèves passe par là pour que je puisse les suivre discrètement pour retrouver mon chemin.

Je fouillais dans mon sac, et en sortis un chocolat. Heureusement, j'en avais toujours sur moi, dans un cas d'urgence totale. Et puis, qui peut survivre sans une petite dose de chocolat... Ou de confiseries. Si je devais rester seul dans ce couloirs, autant noyer ma solitude dans tout le chocolat que je possède, et j'irais ensuite ravitailler ma réserve d'urgence.

Alors que j'enfournais la friandise d'une couleur délicieusement brune dans ma bouche et que sa saveur réveillait mes papilles, j'entendis des pas résonner.


Reducio
J'espère que le Rp te va ^^

Une vie sans chocolat est une vie à laquelle manque l'essentiel.
Sorcier le plus Gourmand - Ventre sur pattes des Magic'Awards 2017

Être perdu amène aux chocolats et aux rencontre  Pv: Sally 

J'étais en route pour aller en cours de sortilèges. Je gambadait gaiement dans les couloirs, mon sac pesant une tonne sur mon dos. J'avais aujourd'hui une queue de cheval haute, beaucoup plus haute que d'habitude. Mais ne nous attendons pas sur ma coiffure.
Soudain, je me rendit compte que j'avais oublié mon manuel de Sortilèges. Oh non ! Je l'avais oublié ! C'était tout moi, ça ! Je devais retourner au dortoir, pour aller le chercher. Manque de chance, le domaine des Serdaigle était à l'autre bout du château ! Je j'étais un coup d'œil à ma montre. Cinq minutes. Cela me paraissait suffisant. Je repartis donc en sens inverse. Je ne gambadais plus, je courais plutôt. Je n'étais pas excellente en cours à pied, mais là, il faut dire que je courais vite. Mais je n'avais pas le temps de me vanter sur mes prétendus dons en course à pied. Le principal était d'avoir mon livre, et surtout de ne pas être en retard. J'arrivais bien à reconnaître les différents couloirs, salles, et escaliers, je ne mis donc que très peu de temps. Je donnais le mot de passe et entrais dans la salle commune des Serdaigle, qui était à cette heure là vide. Je filais rapidement dans mon dortoir. Je trouvais vite mon livre, qui était tout simplement posé sur mon lit. Je le fourrais négligeament dans mon sac, puis je repris ma cours jusqu'à ma salle de cours. Je courais, courais. Plus personne n'était dans les couloirs, à présent. C'était désert.

Soudain, j'aperçu quelqu'un au bout du couloir. Un garçon. Je m'approchais. D'après son uniforme, il venais de Poufsouffle. Il mangeait du chocolat d'un air perdu. Je viens le voir, et lui dit :
- Salut ! Tu as besoin d'aide ?
Je me permettais de l'aider, car même si on semblait avoir le même âge, il avait sûrement besoin d'aide et moi non. Ma tante et mes parents m'avait tant décrit Poudlard ces dernières années, que je connaissait avant même d'arriver sur le terrain. Je me présentait :
- Moi c'est Sally, de Serdaigle !
Je regardais ma montre. Une minute. La salle de Sortilèges n'était pas loin, mais j'allais être en retard. Mais je préférais aider les personnes perdues...comme ce Poufsouffle.

VIVE SERDAIGLE !!!
*Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre.*
*Le divertissement est le meilleur régime contre le poids de l'existence*
Franck Dhumes

ABSENTE JUSQU'AU 30 FÉVRIER !

Sally le fantôme du passé revenu d'outre-tombe

Être perdu amène aux chocolats et aux rencontre  Pv: Sally 

Je regardais la personne qui venait d'arriver. Une jeune fille, aux cheveux attachés en queue de cheval. Je penchai la tête et plissai des yeux légèrement. Elle semblait être aux couleurs bleues et argenté – une Serdaigle, donc. Elle avait dû passer par là et me voir seul, perdu dans les couloirs. Elle sembla pressée aussi, regardant sa montre dans un geste rapide. Devait-elle aller quelque part ? Peut-être avait-elle cours ? Je ne voulais pas la retarder, si c'était le cas, mais je ne voulais pas non plus passer ma journée dans ces couloir, à errer comme un fantôme... Et encore, un fantôme connaîtrait son chemin, alors que moi, je suis bel et bien perdu.

J'avale le chocolat qui, quelques minutes plus tôt, éclatait de saveurs sur mon palais, et m'essuie les lèvres discrètement – au cas où. Ce n'est pas très poli de parler aux autres en étant barbouillé de nourriture, et puis, ça rend un peu ridicule.
Je souris alors à mon interlocutrice d'une moue gênée et moqueuse de mon ego.


« Enchanté Sally ! Je, euh.. En effet, j'ai quelques problèmes... »

Je me redresse et me frotte l'arrière de la tête, gêné d'avouer mon étourdissement, tout en affichant un grand sourire. Cette jeune Serdaigle avait l'air de vouloir m'aider, bien qu'elle ait possiblement un cour où je ne sais quoi très prochainement. Je me sentais un peu mal, de la retarder dans ses affaires...

« Eh bien, vois-tu, tu vas peut-être trouver cela débile, mais je suis perdu... »

De toutes façon, il aurait bien fallut que je le dise à un moment ou à un autre si je ne voulais pas croupir dans le couloirs, bien que j'imagine que j'aurais trouver comment m'en sortir d'ici là – mais ne sait-on jamais.
Je regarde Sally, et m'exclame soudainement, comme affolé.


« Ah, désolé, désolé, quel malpolis je fais ! Moi c'est Elliot, ou Alexander, comme tu veux. Je suis Poufsouffle et complètement désorienté... »

Je lui adresse un sourire gêné en lui tendant la main pour la saluer. Où sont passées mes bonnes manières ! Je me dois d'être un gentleman, et de garder la politesse, même dans des cas extrêmes. Je me dois de saluer ceux qui me font face, et de me présenter. Et puis, je me dois de sourire aussi, et d'apporter de la lumière à ceux qui m'entourent. Après tout, je suis un Poufsouffle, et cette maison est reconnue pour sa loyauté et sa bonne humeur.

Je repose mon regard sur Sally et sourit.

« Pour tout te dire, je sors de cours, et comme j'ai un peu de temps libre je voulais aller au parc, à la bibliothèque où simplement retourner à ma salle commune... Mais le couloirs de Poudlard sont comme un véritable labyrinthe, je n'arrive même pas à retrouver la salle de classe d'où je suis parti.... Je sais, c'est assez débile, haha ! »

J'émis un rire léger et nerveux, un peu gêné de moi-même. Je ne pouvais m'empêcher de parler, ou de dire n'importe quoi, lorsque j'étais dans cet état. Parfois, je restais muet, parfois j'étais trop bavard, cela dépendait, et là, j'étais dans la deuxième catégorie. Mais je ne voulais pas faire fuir cette Serdaigle qui avait l'air gentille, et qui pourrait possiblement m'aider, tout comme je ne voulais pas la retarder non plus...

« Enfin, je ne veux pas te déranger, tu peux juste m'indiquer le chemin vers là où je pourrais me retrouver, et ça m'ira, ne t'en fais pas ! »

Une vie sans chocolat est une vie à laquelle manque l'essentiel.
Sorcier le plus Gourmand - Ventre sur pattes des Magic'Awards 2017