Couloirs

Inscription
Connexion

Je hais ce fantôme {Libre}

Point de vue de Dan

Ha ! Je déteste ce sang de bourbe . Ce sale animal a failli tâcher ma nouvelle robe ! Si je le recroise , ce type est mort.

La première année rentra comme une furie dans sa salle commune . À cause de l'heure tardive , la pièce verte et argent était vide . Dépitée, la fillette décida aussitôt de ressortir : Si elle ne pouvait pas se défouler sur un abrutis dans sa maison , alors elle marcherait .

Je n'avais pas remarquer l'heure ... Rusard est souvent dans les étages, rien à craindre de se côté là, mais je me soucis plus de Peeves et des deux préfets en chefs . Ba , ils ne sont pas assez malins pour me trouvait .

Soudain , elle eut une idée. Elle allait rendre une petite visite à ses lions préférés . La soirée risquerait d'être. .. divertissante .

Elle marcha vite , passant par des raccourcis et petits couloirs , se fiant seulement à la lumière de son Lumos . Elle crut entendre des pas , et fit donc un long détours de deux étages pour évitait de se faire coincer . Arrivée devant le tableau de la salle commune des Gryffondors , elle pestait toujours .

Et si je déplaçait tout les tableaux de leur couloirs ? Ça leur prendrait des heures a retrouvés leurs bonnes places ! Ou si je decorais leur sol d'une illusion d'oeufs pourris , en plaçant par terres des Bombabouses ? Rah , je ne sais pas quoi choisir !

Soudain , une voix se fit entendre .

Je hais ce fantôme {Libre}

Par la fenêtre de sa salle commune, Audric regardait la lune. La salle commune de Gryffondor était quasiment déserte et le brun s’ennuyait fermement. Ses deux meilleurs amis étaient partis se coucher, Duncan était introuvable (surement en train de déambuler dans les couloirs) et Arminia était partie rejoindre son dortoir également après leur habituelle discussion du soir. Il n’avait rien trouvé de mieux à faire pour passer le temps que de souffler sur la vitre pour faire apparaitre de la buée, et dessiner dessus des petits animaux. Si Esmée avait été là nul doute qu’elle se serait moquée de son talent de dessinateur, tant les animaux étaient méconnaissables.
N’ayant aucune envie d’aller dormir pour le moment, il réfléchissait tout en regardant le quartier de lune visible à toutes les possibilités qu’il avait. Alors que deux personnes de plus quittèrent le petit salon pour rejoindre leur dortoir respectif, le garçon de deuxième année se décida pour une petite balade nocturne dans les couloirs. En tant qu’ancien préfet il connaissait les habitudes de certains de ses anciens collègues, et était arrivé jusque-là à éviter les ennuis. Il savait bien que sa chance ne durerait pas, mais il comptait bien en profiter tant qu’il le pouvait.

Il n’avait en tout et pour tout que sa baguette magique, dissimulée comme à son habitude dans la manche droite de son pull ce qui lui donnait un air assez raide puisqu’il avait du mal à plier son coude. Son sac était resté sur son lit, en vrac comme à son habitude. Après un dernier coup d’œil vers la cheminée ou un élève de quatrième année était en train de doucement sombrer vers le sommeil, il poussa le tableau de la Grosse Dame et s’engouffra dans le couloir. Il y avait quelque chose d’étrange et d’inhabituel ici : de la lumière émanant d’une baguette magique. Alors que le tableau se refermait doucement, Audric se remémora les rondes des préfets en se demandant à quel moment il s’était bêtement trompé. Puis, après avoir cherché du regard à savoir qui était réellement la personne qui tenait la baguette produisant cette lumière, il comprit que c’était une fillette de première année. Une Serpentarde précisément à la peau mate et aux cheveux noirs. Il la regarda un moment, se demandant ce qu’elle pouvait bien faire là à cette heure de la nuit. Les nouveaux avaient tendance à s’égarer dans ce grand château, il en avait lui-même fait les frais l’an dernier, mais là elle avait fait fort. Pour confondre les cachots avec le septième étage il fallait le vouloir.

« Excuses-moi » fit-il finalement d’une petite voix afin de ne pas réveiller les tableaux qui dormaient dans le couloir, «  Je peux savoir ce que tu fais là ? Tu es perdue ? Ou bien tu attends quelqu’un ? »

Le français s’était bien améliorer durant l’année scolaire précédente, et si son accent était encore présent ce n’était que légèrement. Il parvenait parfaitement à se faire comprendre et ne se trompait plus dans le choix de ses mots. Machinalement, il tira quelques mèches brunes devant ses yeux vairons et regarda autour de lui, cherchant à savoir si la jeune fille était seule ou accompagnée.

Là où les Ninker passent, la défaite trépasse.
Audsée un jour, Audsée toujours! Un jour Jonois resplendira.
3ème année RP
Mister Gryffondor 2042 (avec Esmée :3 )

Je hais ce fantôme {Libre}

La jeune fille , encore en train de douter , ne savait plus que choisir . Si elle dessinait une moustache sur le portrait de la grosse Dame ? Dan était tellement préoccupé par son choix qu'elle n'entendit pas le-dit portrait s'ouvrir et laissait place à un garçon au yeux bleus-verts .Encore un de ces saletés de Griffondor ! On ne pouvait plus faire une blague tranquille . Quand il lui demanda si elle était perdue , elle due se faire violence pour ne pas sursauter et envoyer un stupefix.

Elle se retourna , lentement , et leva très légèrement la tête pour l'observer.

_ Non , je ne suis pas perdue , et non , je n'ai pas besoin d'aide . Oust.

Elle le vit chercher des yeux autour d'elle , et crut bon de préciser:

_Pas la peine de vérifier , je suis une solitaire à mes heures perdues .

Puis elle se retourna , et , sans plus de cérémonies , se remit à marmonner .

J'aime bien l'idée de l'illusion et des Bombabouses , mais je ne suis pas sur de réussir à tenir un sort d'illusion aussi longtemps . Attends , et si ...

Elle appela le garçon .

_Dis donc toi , c'est ton jour de chance ! Tu vas pouvoir de rendre utile pour la première fois de ta longue carrière de boulet rouge !Viens m'aider à porter des Bombabouses , elles sont à deux pas , dans le deuxième étage.

Et sans vérifier si il l'a suivait , elle se mit en route .

Je hais ce fantôme {Libre}

La jeune fille était d'une politesse incroyable et d'une amabilité à toute épreuve, mais le brun ne se démonta pas pour autant. Il avait passé tout l'été tour à tour avec ses quatre cousines qui avait chacune son propre caractère, il avait pour ainsi dire l'habitude des personne mal lunée. *Elle est presque pire qu'Esmée au réveil*
La Serpentarde avait l'air de savoir ce qu'elle voulait, ce qui intrigua encore plus Audric lorsqu'elle changea d'avis. Alors qu'elle venait de le repousser sans ménagement, elle l'invita à la suivre. Enfin l'inviter, c'était un bien grand mot.


_Dis donc toi , c'est ton jour de chance ! Tu vas pouvoir de rendre utile pour la première fois de ta longue carrière de boulet rouge !Viens m'aider à porter des Bombabouses , elles sont à deux pas , dans le deuxième étage.

Le brun s'étrangla presque de rire en l'entendant parler. Il avait une folle envie de lui rétorquer de manière aussi puérile que possible : en lui faisant remarquer que c'était plutôt sa nuit de chance, vu que le jour était passé depuis longtemps, que le boulet rouge l'invitait à aller se faire voir chez les Trolls avec joie et que "deux pas" et "deuxième étage" dans la même phrase, ce n'était pas crédible du tout. Mais il choisit de ne rien dire et la suivit de façon plus ou moins docile. Les fameuses Bombabouses dont elle avait parlé... il n'avait aucune idée de ce que c'était, et sa curiosité maladive l'emportait une fois de plus sur sa raison.
En tant que préfet il en avait déjà entendu parlé bien sûr, et il était clairement écrit dans le règlement qu'elles étaient interdites dans l'enceinte de l'école. Mais il n'en avait jamais vu en vrai et comme aucun de ses parents n'était sorcier, ce n'était pas dans sa famille qu'il apprendrait ce qu'étaient ces choses. Il vit donc-là la seule possibilité de savoir de quoi il s'agissait.

Une fois au deuxième étage la fillette aux cheveux noirs la mena jusqu'au "butin". Le brun ouvrit la bouche pour la première fois, ses yeux vairons remplis de malice.


"Bien, merci pour tout ça. Je ne sais pas si tu es au courant, mais je suis un préfet, et il est interdit d'avoir des bombabouses au sein de l'école. Donc... je vais être obligé de les confisquer. Vraiment désolée."

Bien sûr rien n'était vrai, ou du moins pas tout. Il n'était plus préfet et n'avait aucun droit de prendre quoi que ce soit à qui que ce soit. Mais la tentation était trop forte, et il s'était déjà préparé à mentir encore plus s'il le fallait. Il lui serait facile de dire qu'il avait laissé son badge de préfet dans sa chambre, et qu'il donnerait le matériel confisqué à Rusard le lendemain. Mais en attendant il montrerait sa trouvaille à Jonathan et Duncan, et il était certain qu'ils pourraient bien s'amuser tous les trois avec tout ça.

Là où les Ninker passent, la défaite trépasse.
Audsée un jour, Audsée toujours! Un jour Jonois resplendira.
3ème année RP
Mister Gryffondor 2042 (avec Esmée :3 )

Je hais ce fantôme {Libre}

Après une journée qui était des plus banale … Non après une semaine qui étais des plus banale, Duncan voulait pimenter un peu sa vie et changer de la routine habituelle : se lever, manger, aller en cours, réfléchir à un plan capable de détruire la moitié de l’école … Enfin, la routine quoi.

Le petit rouge et or s’était donc mis en marche dans le château, en quête d’une idée géniale, faisait du repérage à la volière, dans les cuisines, ou encore dans la grande salle. Oh oui, les autres allaient avoir une sacrée surprise le lendemain ! Héhé ! Le gallois se tordait déjà de rire.

Après avoir fini ses derniers préparatifs, le deuxième année remonta les grands escaliers quand il tomba sur un spectacle inhabituel … Audric sermonnait une jeune Serpentarde. Le Gallois s’approcha sans se faire voir. De ce qu’il comprit, la jeune fille détenait des bombabouses et Audric voulait lui confisquer en se faisant passer pour un préfet. Quel idiot ! Quelle infamie ! Bien sûr, Audric était son ami mais Duncan ne pouvait se résoudre à laisser tout un stock de bombabouses s’envoler.

Il sortit de l’ombre et poussa gentiment son ami :

« -Voyons Audois, tu sais que tu n’es plus préfet, c’est très vilain ce que veux faire. Tu mériterais une punition … Mais, je n’ai pas le temps pour ça … »

Soudain, le gallois se tourna vers la jeune fille : assez grande pour une première année, la peau mate … Mais surtout : un stock de bombabouses, la jeune fille pourrait lui être utile.

« -Bonjour, je me présente : Duncan Jackson, Responsable des nouveaux arrivants. Tu dis avoir un stock entier de bombabouses. Que veux-tu en faire ? »

Détenteur de SEPT Magic Award.
A été parrain de cinq préfets.

Je hais ce fantôme {Libre}

C'était encore tout nouveau pour Peter de faire des rondes. A vrai dire c'était seulement sa troisième. Au début il pensait que ça allait être de grandes aventures au clair de lune, qu'il allait ramasser des élèves à la pelle et être un véritable justicier. Mais non, il devait se contenter d'un "Lumos!" et de de 30 minutes de marche avant d'aller se coucher. Les élèves de Poudlard étaient trop peureux pour s'aventurer dehors en pleine nuit au plus grand malheur de Peter. Après il pouvait les comprendre d'une certaine façon, il se rappelait encore de toute l'angoisse qu'il avait ressentit lorsqu'il avait été paralyser dans les cachots en pleine nuit par cette idiote de Yuzu, tout ça parce qu'il avait voulu aller aux toilettes, ignorant qu'il en avait dans son dortoir.

Quoi qu'il en soit, cela faisait maintenant un quart d'heure que le préfet bleu marchait à la lumière lunaire et toujours rien, tout ce qu'il entendait c'est les tableaux qui se plaignait de la lumière qu'émettait sa baguette. C'est pas parce que c'était des tableaux qui leur était impossible de fermer les yeux. C'est ce que pensait Peter avec colère, ais à chaque fois il se contentait d'un petit "désolé".
Le garçon cru enfin apercevoir un élève au bout d'un certain temps mais ce n'était qu'un fantôme. Nick-Quasi-Sans-Tête. Il lui fit un signe de tête avant de continuer son chemin.

Soudain le garçon entendit des voix. Des voix assez familières. Ce n'était pas des tableaux cette fois, mais bien des élèves. L'aiglon s'en réjouissait d'avance. C'était sa première fois! Il tomba en revanche des nus lorsqu'il se rappela qu'il ne savait absolument pas comment s'y prendre. Boh, après tout ça allait être plutôt facile, s'était surement des premières années un peu trop curieux.

Il arriva à hauteur des élèves. Ils étaient trois. Une stupéfaction envahie Peter lorsqu'il reconnu les élèves. Il vit aussi plusieurs produit illégaux au sein de l'école qui étaient par terre. Il écouta attentivement leur conversations tout en prenant soin de rester caché. Il y avait son amis Audric, Duncan qu'il connaissait de vu, et une Serpentard qui semblait être en première année et qu'il n'avait jamais vu.
Il entendit Audric essayer de se faire passer pour le préfet qu'il n'était plus, et Duncan fidèle à lui même, prêt à faire des tonnes de bêtises. Peter dans un premier temps aurait eu envie de les rejoindre et de faire plein de bêtises avec eux, mais il se rappela qu'il était préfet.

C'est avec très peu d'assurance qu'il sortit de sa cachette et se dirigea vers les trois élèves.


-Hum Hum... Désolé de vous déranger dans vos activités, mais quelqu'un pourrait il m'expliquer ce qui se passe ici ?

Le Serdaigle savait que ce n'était pas très approprié, mais il ressentait une profonde excitation.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Je hais ce fantôme {Libre}

Dan se retourna comme une furie en entendant les dernières paroles du garçon . Elle n'usa pas de sa baguette directement pour ne pas risquer de se faire prendre , mais franchit la distance qui séparait les deux élèves en trou mouvements . Quand elle commença à serrait la gorge du garçon , elle remercia intérieurement son père pour son éducation à la rude .

Pour une fois que cela sera utile , autant en profiter !

Puis , elle commença à chuchoter au garçon :

_J'aime bien quand le lionceaux essaye de rugir . Parce que quand il s'attaque à plus fort , ce n'est qu'un petit miaulement . Maintenant , parlons mieux . Je ne vois aucune médaille sur ta robe ... C'est bien dommage que tu les oublié sur ta table de chevets pile aujourd'hui... et ... ho !... Mais , dis moi , si seulement tu avais vraiment était préfet, tune m'aurais pas demandé si j'étais perdus , ni proposait de m'aider , car tu aurais plus tenter de me retirer des points , étant donné qu'il est une heure du matin passé.... Oups ! Ton petit numéro...

Se détache de lui et éclate de rire

_Aura était de courte durée.

Elle fait une petite moue triste durant deux secondes , puis un clin d'oeil en se demandant ce qu'il allait trouver à rétorquer. Ce petit lion était plus intéressant que d'autre , apparemment .

Dan n'avait pas fait attention à l'autre Griffondor jusque ici . Puis elle l'observa , après son petit échange bien sympathique .

_La vache , mais ça se reproduit encore plus vite que je ne le pensais ces trucs là. .. comme des petits lapins .

Elle ria seule de sa blague , puis repris .

Oui , enfin , une connaissances en possède et je puisés de temps en temps dans ses ressources pour des projets personnelles dont tu n'as pas besoins de connaître le détail.

Soudain elle aperçu le préfet .

MERDE ! Il a du tout entendre ... Dan , tu es une petite première année qui essaye de fait sa grande , et victime des deux garçons .

_Enfin ! Un préfet! Je me demandais où vous étiez passé !
Je me disais : Mais personne ne peut donc venir m'aider ? J'accusés ces deux garçons de chantages !

Je hais ce fantôme {Libre}

Duncan avait parlé mais la jeune fille, mais celle-ci n’avait pas semblé l’entendre, en plus, cette dernière s’était jetée à la gorge de son ami et avait commencé à lui dire des choses peu agréables. Mais surtout, quand elle avait daigné lui répondre, cette dernière avait pris un air supérieur « nianiania moi je pète plus haut qu’mon cul » pfff … Si cette morveuse savait ce qu’il avait fait, lui le prince des bêtises, elle ne lui parlerait pas comme ça ! C’était pour cette raison que le Gallois détestait au plus haut point les premières années. C’était un comble pour lui qui était RNA !

Soudain, la serpentarde se raidit et commença à trembler. La voie d’un garçon se fit entendre et elle prit une mine abattue et accusa Audric et Duncan de chantage. Le gallois éclata de rire intérieurement. Nan mais sans rire, pour qui elle se prenait ? En jouant à la sainte ni touche elle avait baissé sa garde et elle avait besoin d’une bonne correction. Duncan se souvint alors de l’entraînement que lui avait dispensé Yuzu, la jeune japonaise lui avait appris à lancer le petrificus totalus à la perfection. Le rouge et or dégaina sa baguette et d’un rapide coup de poignet le sort fut lancé. La jeune fille ne put l’éviter, elle le prit de plein fouet et s’immobilisa.

Duncan posa son coude sur l’épaule de la fillette immobilisée et s’adressa à Peter :

« - Bonsoir, Mister préfet ! Je te propose un deal : cette jeune serpentarde qui se baladait sans autorisation dans les couloirs de nuit et que tu as vaillamment neutralisé, et en échange tu nous laisses partir moi et Audric, sans soucis et avec les bombabouses en prime. »

Le rouge et or fit un clin d'oeil au préfet et lui tandis la main en espérant vraiment que ça allait marcher. Arf ... Au pire ... Un petrificus totalus de plus ou de moins qu'est-ce que ça changeait ?
Reducio
Pour cette partie du RPG, Dan est immobilisée et dans l'incapacité de bouger. Elle peut tout de même écrire des posts pour décrire ses pensées ^^

Détenteur de SEPT Magic Award.
A été parrain de cinq préfets.

Je hais ce fantôme {Libre}

Dan enrageait : cet abruti allait tout faire foiré ! Pétrifié, elle observait, impuissante. Elle détestait ce sentiment !

Je vais écouter pour trouver leurs noms, et ensuite je les retrouverais. Ils vont voir pourquoi il ne faut pas s'attaquer à Dan Tisserand.

Malgré cela, le sort du plus âgé résisté encore. Elle estimait la durée à cinq / six minutes. Avec un peu de chance le préfet n'aurait pas le temps de découvrir son identité, elle n'avait donner ni son nom ni son prénom.

Ils vont le regretter.

Elle écoutait donc leur conversation , sans bruit , se demandant combien de temps elle resterait bloqué . Elle entendit alors le prénom du premier Griffondor rencontré .

Ainsi , il s'appelle Audric . Il est a Griffondor , et a première vue , dans une des trois premières années , il a l'air jeune . Bien , on avance !

L’aube commençait à se lever . Le soleil éclairait très légèrement à travers les fenêtres . Cela avantagé Dan , car elle pouvait alors mieux apercevoir le visage de ses adversaires , étant donner que quand elle avait était touché par le sort , le lumos s’était éteint . Mais elle s’inquiétait aussi ; le préfet pouvait voir alors son visage , et même si il ne parvenait pas à l’identifié maintenant , il suffisait alors d’attendre le petit déjeuné où tout le monde se réunissait dans la Grande Salle .

Pitié , un nuage !

Je hais ce fantôme {Libre}

La jeune fille était décidément bien étrange. Audric ne l'a connaissait pas du tout, mais il comprit rapidement qu'elle était assez nerveuse de nature et elle lui montra à quel point elle pouvait réagir au quart de tout. Rapidement et sans comprendre comment ils en étaient arrivés là, il se retrouva avec une main sur sa gorge pendant qu'elle crachait des mots qu'il n'écoutait qu'à moitié. Son corps réagit tout seul et il repoussa la fille aux cheveux noirs aussi fort qu'il pût. Cette fois il ne riait plus et la regardait avec colère. Bien sûr il lui avait mentit et tenté de lui voler ces choses (étaient-elles vraiment à elle d'ailleurs?) mais ce n'était aucunement une raison pour être aussi mauvaise. Du moins était-ce l'avis du brun. *Heureusement qu'Esmée n'est pas là* songea-t-il en essayant d'imaginer une telle rencontre entre les deux brunes. Nul doute qu'il y aurait des blessés.

Avant qu'Audric n'ai le temps de répondre, Duncan entra en scène. Il poussa doucement le brun qui se retourna surprit. Il n'y avait personne encore quelques secondes avant dans ce couloir et voilà que le Gallois apparaissait comme par enchantement. Alors qu'il pensait que son ami le soutiendrait, ce dernier ce retourna contre lui. Son camarade était comme toujours imprévisible.
Le brun en attendant, se tenait toujours à côté de la première année et serrait les poings tout en prenant sur lui.


« -Voyons Audois, tu sais que tu n’es plus préfet, c’est très vilain ce que veux faire. Tu mériterais une punition … Mais, je n’ai pas le temps pour ça … »


*Super... Merci de confirmer*
grommela intérieurement le brun. Malgré tout il était plutôt heureux de voir son ami. Peut-être qu'il pourrait les laisser tous les deux et aller se coucher, ignorant superbement la serpentarde qui l'énervait profondément et qu'il ne voulait plus voir. Comme il ne la regardait plus, il ne vit pas sa réaction lorsqu'elle apperçut le nouveau venu dans ce couloir qui commençait sérieusement à devenir un peu trop peuplé pour cette heure de la nuit. Il sursauta en entendant une voix qu'il ne reconnu pas immédiatement :

-Hum Hum... Désolé de vous déranger dans vos activités, mais quelqu'un pourrait il m'expliquer ce qui se passe ici ?


Peter! Audric sourit en reconnaissant son ami. Enfin quelqu'un avec la tête sur les épaules qui pourrait l'aider à se sortir de... Une minute le Serdaigle n'était pas devenu préfet depuis?


_Enfin ! Un préfet! Je me demandais où vous étiez passé !
Je me disais : Mais personne ne peut donc venir m'aider ? J'accusés ces deux garçons de chantages !


Le français remarqua le changement d'attitude de Duncan, et se douta qu'il devait bien rire intérieurement. Lui en revanche ne riait pas du tout, une grimace d'incompréhension s'était installée sur son visage pendant qu'il maugréa un
"Pardon?" un peu fort après la tirade de la jeune fille. Il n'avait aucune preuve qu'elle mentait, rien qui pourrait pour prouver qu'il n'avait rien fait, tout comme Duncan qui venait seulement d'arriver. Dans les faits, leur seu tord actuellement à tous les trois était de de se promener dans les couloirs à cette heure de la nuit.

Tout devenait hors de contrôle pour Audric qui ne réagit même pas en voyant le Gallois sortir sa baguette magique, ni lorsqu'il pétrifia la Serpentarde dans la lignée. Son ami s'accouda à la fillette comme un ivrogne l'aurait fait à un bar et se tourna vers Peter.


« - Bonsoir, Mister préfet ! Je te propose un deal : cette jeune serpentarde qui se baladait sans autorisation dans les couloirs de nuit et que tu as vaillamment neutralisé, et en échange tu nous laisses partir moi et Audric, sans soucis et avec les bombabouses en prime. »


Le brun songea un moment à remercier son ami pour l'inclure dans cette porte de sortie qu'il tentait de négocier, avant de lever les yeux vers la première année pétrifiée devant lui. Récemment il s'était retrouvé dans la même situation, à cause de Tyr qui avait décidé de se servir de lui comme appât. Une longue histoire qu'il préférait oublier.
Audric tourna difficilement le dos à la Serpentarde, ne pouvant plus l'ignorer à présent et se tourna vers Peter. Il se demanda un moment comment il aurait réagit à sa place l'an dernier, lorsqu'il arborait lui aussi l'écusson de préfet. Nul doute qu'il aurait appelé à l'aide pour gérer cette situation.

"Désolé pour... ça"
baragouina le garçon autant gêné par la situation que rongé par la honte de s'être fait prendre. "Pour l'histoire des bombabouses Duncan dit vrai. Pour le reste, cette fille traînait dans le septième étage quand je suis sortit pour... euh prendre l'air?"

D'un sens ce n'était pas vraiment un mensonge. Il était réellement sortit du confort de sa salle commune pour se promener. Il guetta silencieusement la réaction du Serdaigle face à tout cela, comme il regardait du coin de l'oeil la jeune fille pétrifiée sans penser à lui venir en aide. Au fond cela ne pouvait pas lui faire trop de mal, et lui permettait de se calmer aussi.

Là où les Ninker passent, la défaite trépasse.
Audsée un jour, Audsée toujours! Un jour Jonois resplendira.
3ème année RP
Mister Gryffondor 2042 (avec Esmée :3 )

Je hais ce fantôme {Libre}

Quand il comprit la situation dans laquelle il était, l'excitation du préfet retomba d'un pic, en fait, il aurait mieux fait de rester dans son lit pour dormir sereinement. La situation était tout bonnement ingérable, et le fait qu'Audric soit son ami n'aidait en rien. La jeune Serpentard se montra très agressif envers le gryffon aux yeux verrons. Peter sortit alors instantanément sa baguette, ce n'est qu'après qu'elle inventa une excuse bidon qui ne tenait pas l route.

"-Enfin ! Un préfet! Je me demandais où vous étiez passé !
Je me disais : Mais personne ne peut donc venir m'aider ? J'accuse ces deux garçons de chantages !


C'était aussi crédible que Voldemort revenant à la vie pour offrir des chocolats de noël à tout le monde. Peter connaissait son ami rouge, et il ne le pensait pas capable de faire du chantage, du moins pas à une première année. Soudain, Duncan sortir sa baguette et pétrifia la première année. Il s'accouda ensuite sur elle, le gryffondor dit alors quelque chose:

« - Bonsoir, Mister préfet ! Je te propose un deal : cette jeune serpentarde qui se baladait sans autorisation dans les couloirs de nuit et que tu as vaillamment neutralisé, et en échange tu nous laisses partir moi et Audric, sans soucis et avec les bombabouses en prime. »


Peter hésita entre éclaté de rire et lui lancer un sortilège de mort, le pire c'est que le gryffon en rajouta en faisant un clin d'oeil en tendant la main au préfet. C'était pa-thé-tique et tellement stupide. Le bleu ne pensait pas que c'était possible de sortir un truc pareil à un préfet dans cette situation. C'était une des rares interactions qu'il avait eu avec Duncan, et le Serdaigle fut extrêmement déçu. Tout ce qu'il se contenta de faire c'est de levé sa main jusqu'à son front et de secoué la tête avec amertume. Il ne savait même pas quoi dire ou quoi faire, la seule idée qu'il avait en tête c'était de les laisser là, se débrouiller seuls.
Mais malheureusement il ne pouvait pas. Audric pris la parole à son tour, il se contenta de décrire la situation, tout en s'excusant, c'était déjà bien plus intelligent. Peter réfléchit à toute allure. La première chose à faire déjà c'était sortir la jeune fille de sa situation, il s'avait à quel point cela pouvait être frustrant d'être pétrifié la nuit dans les couloirs puisqu'il en avait fait le frais. Il regarda les deux garçons, leur demandant de ne pas bouger rien qu'avec son regard puis se dirigea vers la première année. Il la regarda droit dans les yeux et dit:


-J'ai vu qu'tu pouvais être violente, j'te préviens, j'te libère, mais si tu tentes quoi que ce soit, si tu deviens agressive, tu peux être sûr que trois baguettes vont se pointées vers toi et je donne pas cher de ta peau. Essaye pas de t'enfuir non plus, Poudlard est grand mais j'te retrouverai bien un jour ou l'autre. J'espère que t'as compris.

Après avoir tenter de s'être fait comprendre auprès de la serpentard, il lui lança un finite, la libérant du maléfice de saucisson. Il se plaça ensuite devant les trois et dit:


-Duncan non merci. Serpentarde j'te crois pas. Je vous avoue que je sais pas trop quoi faire là. Je pense que je vais aller chercher un prof."


C'était la seule chose qu'il pouvait dire après tout. Il était peut être préfet, mais il n'avait pas non plus une autorité hors du commun du haut de ses 12 ans.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Je hais ce fantôme {Libre}

Enfin ! Dan se ficha pas mal des menaces du préfet de serdaigle, mais attendait avec joie d'être libéré. Non mais ! Plus humiliée, tu meurs. Il faudrait aussi qu'elle fasse quelques recherches sur lui, en temps voulu. Il paraît que les Serdaigles sont intelligent : il pourrait alors être un adversaire de taille ,dans un jeu comme les échecs.

Elle se fit interrompre dans ses pensées par le sort de Finite qui la toucha. Dan revit ! Elle se massa, bougea ses bras, ses jambes, sa tête, s'étira, inspecta sa robe, remit sa cape en place, puis leur fit face. Elle les observa, un demi sourire aux lèvres, puis parla à son tour. Car la proposition d'aller chercher un prof lui plaisait beaucoup.

"Je suis pour. Tu devrais aller chercher un professeur, cela serait plus sage. En plus, ce sont d'après ce que j'ai compris tes amis, alors tu éviteras des disputes. Si tu veux, nous pouvons soit resté là, soit t'accompagner. Tu décidés quoi ?

Un petit sourire frisa ses lèvres.

_Si on aller chercher le directeur, cela irez plus vite, non ? Ou alors, tu n'as qu'à directement nous mettre à tous les trois 5 heures de colles. Les griffondors et nous avons des heures de cours en commun : nous avons donc les mêmes horaires. Cela te faciliterait la tâche, et en plus, tu gagnerais au moins 1 heures de sommeil, parce que quand les professeurs sont lancés, tu ne peux plus les arrêter !

Elle fit mine de bailler.

Je hais ce fantôme {Libre}

Un instant, Audric se demanda comment il aurait réagi face à cette scène s'il avait été à sa place. Durant ses rondes l'an dernier, il n'avait jamais été confronté à une telle situation et honnêtement cela l'arrangeait. Il savait qu’il était important dans ce poste de garde toujours confiance en soi. Du haut de ses onze ans il n'aurait pas été capable d'avoir assez de crédibilité pour punir quelqu'un. Et même à présent il plaignait Peter, heureux de ne pas être à sa place. Malgré tout il cherchait une solution autant pour le préfet que pour lui-même. De toute façon le Serdaigle le connaissait : il savait son nom et son âge, il ne lui serait donc pas difficile, même s'il tournait les talons pour retourner dans sa salle commune, de le dénoncer et de le punir plus tard.
Ce ne serait de toute façon pas sa première heure de colle (et surement pas la dernière), le brun espérait juste ne pas être puni en même temps que Duncan. Le garçon aux yeux verrons aimait beaucoup le Gallois, mais il savait aussi à quel point il était imprévisible et qu'il pouvait autant aider les gens que leur apporter des ennuis en peu de temps. Aux yeux du français, le Gallois était un initiateur dans le domaine de la farce et des bêtises en tout genre. A croire que son ambition dans la vie était de récolter le plus de punitions possibles.


-Duncan non merci. Serpentarde j'te crois pas. Je vous avoue que je sais pas trop quoi faire là. Je pense que je vais aller chercher un prof."


Audric hésita un moment à lui exposer son idée. C'était plutôt étrange de penser à dire à son ami comment il devait procéder pour le punir. Il avait presque envie de rire sur son propre ridicule. Mais après tout, plus vite cette histoire serait réglée, plus vite il pourrait aller se coucher... non sans faire un crochet par la tour d'Astronomie en passant.
Peut-être devrait-il lui dire finalement. Après tout, Peter était quelqu'un de réfléchi et qui savait déterminer l'importance des choses. Il saurait réagir sans se sentir agressé. Avant qu'il est fini de se décider, la Serpentarde reprit la parole.
*Jamais elle se tait celle-là?*

_Si on aller chercher le directeur, cela irez plus vite, non ? Ou alors, tu n'as qu'à directement nous mettre à tous les trois 5 heures de colles. Les griffondors et nous avons des heures de cours en commun : nous avons donc les mêmes horaires. Cela te faciliterait la tâche, et en plus, tu gagnerais au moins 1 heures de sommeil, parce que quand les professeurs sont lancés, tu ne peux plus les arrêter !


Audric se sentit vexé. Bien sûr il n'était pas très grand, mais il avait changé cet été il le savait (comme tous ses camarades d'ailleurs). Et il n'apprécia pas qu'on le confonde avec un élève de première année, surtout par cette peste-là. Soudain il ne reprochait plus du tout à son ami Gryffondor la témérité qu’il avait eu en pétrifiant la jeune fille. Sa propre volonté était sur le point de flancher et l’envie de lui lancer un sort le démangea dans le seul et unique but de la faire taire pendant un moment.


« Bien sûr. Et pourquoi ne pas commencer maintenant tant qu’on y est ? Maintenant que l’idée est lancée… »
tenta d’ironiser le brun. Il se tourna vers le préfet pour finalement lui exposer son point de vue. Puisque tout le monde donnait le sien au fond, pourquoi pas lui ?


« Sinon, vu que tu connais nos noms… »
(Il se montra lui-même ainsi que Duncan)
« Tu peux nous laisser partir et nous dénoncer à un professeur pendant que tu la raccompagne. »
Il fit un vague geste pour désigner la fillette aux cheveux noirs, bien que ce soit inutile étant la seule fille dans le couloir.

Il ne savait pas si Peter aurait confiance en eux, après tout ils étaient dans les couloirs la nuit, mais à part un léger détour dans leur étage le français était sûr que son ami et lui retourneraient dans leur dortoir. Il savait que même si Duncan ne respectait pas souvent les règles, il avait des valeurs. C'était d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles Audric l'appréciait.



« Enfin à toi de voir. »

Là où les Ninker passent, la défaite trépasse.
Audsée un jour, Audsée toujours! Un jour Jonois resplendira.
3ème année RP
Mister Gryffondor 2042 (avec Esmée :3 )