Couloirs

Inscription
Connexion

Attention ça glisse !  Cabane 

En montant les escaliers puis en passant par le couloir qui menait à sa salle de cours, Elise avait remarqué quelque chose de bizarre: il y avait d'étranges flaques d'eau ! Mais rien de grave, elle avait facilement pu les enjamber, et cela n'avait pas dû gêner beaucoup de monde, vu qu'elle était arrivée avec dix bonnes minutes à son cours -mais ce n'était pas de sa faute, elle n'avait simplement vu l'heure passer.
Mais en sortant de son cours et en faisant quelques mètres, elle se rendit compte qu'il y avait un petit problème: il y avait non seulement plus d'eau que tout à l'heure, mais elle était maintenant gelée et recouvrait presque tout le sol. Impossible de passer, sauf si on voulait faire un petit détour par l'infirmerie, ce qui n'attirait pas plus que cela la deuxième année. Mais elle voulait quand même passer, surtout qu'il était l'heure de manger, et que pour rien au monde elle arriverai en retard à un repas - elle y arrivait toujours avec au moins dix minutes d'avance. Elle regarda autour d'elle mais les autres élèves étaient tout aussi impuissants qu'elle...elle se risqua et posa un pied sur le verglas qui s'était formé; rien ne se passa. Elle y mit le deuxième pied, mais cette fois elle n'eu pas autant de chance et elle s'étala de tout son long sous les rires des autres élèves. Elle se releva, vexée, les joues rouges. Peut être qu'elle était tombée, mais au moins elle avait essayé quelque chose ! Elle jeta un regard envieux derrière la glace, mais il n'y avait que les escaliers, eux aussi sûrement inaccessibles. Elle soupira et se tourna vers ses camarades, et demanda:
Bon, moi je ne vais pas rester ici toute la nuit, quelqu'un n'aurait pas une idée ?
Elise n'était pas patiente, et elle le savait, mais là, elle en avait vraiment assez et pour rien au monde elle ne raterait un repas !

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Attention ça glisse !  Cabane 

Solenn courait dans les couloirs, la faim au ventre. Elle n'avait pas pris de petit-déjeuner, et cela lui retombait maintenant dessus. Elle n'avait plus qu'une seule envie : manger ! La nourriture l'appelait, et cela faillait lui coûter quelques bras. Elle s'arrêta in extremis devant une immense plaque de glace, qui recouvrait tout le sol. Solenn resta effaré. Le ciel voulait vraiment l'interdire de manger d'après ce qu'elle voyait ! Il y avait à côté d'elle quelques élèves, qui hésitaient, sans savoir quoi faire. Une fille de Poufsouffle, qu'elle avait déjà aperçu à la Chorale, posa prudemment le pied sur la glace, puis l'autre. Elle glissa et tomba sur le derrière, et les rires des autres élèves retentirent derrière la Serpentard. Consternée, elle se demanda comment les gens pouvaient trouver une chute drôle. C'était peut-être elle qui était bizarre à ne pas rire lorsque quelqu'un tombait, mais elle n'avait jamais compris. La rousse, se releva difficilement, les joues rouges, répondit aux rires en soupirant :

-Bon, moi je ne vais pas rester ici toute la nuit, quelqu'un n'aurait pas une idée ?

Solenn s'avança vers la glace sans répondre et tâta du pied. C'est très très glissant. Elle se rappela qu'elle adorait glisser sur la glace lorsqu'elle était petite, et une idée lui vint. C'était un peu risqué, mais elle ne pouvait pas rater un repas. Son ventre gargouilla en réponse. Solenn avait tellement faim que toutes ses pensées étaient focalisés sur cela. Elle s'approcha de l'autre rousse et exposa son idée :

-On pourrait glisser sur la glace en prenant de l'élan, et en se lançant. Bon c'est un peu dangereux, mais comme ça on arrivera aux escaliers.

La Serpentard jeta un regard aux fameux escaliers, et se rendit compte qu'ils étaient aussi gelés que le couloir. Pourquoi n'y avait-elle pas réfléchi avant ? Le rouge lui vint aux joues et elle s'empressa de dire :

-Euh... non, ce n'est pas ce que je voulais dire... Je ne suis pas très forte en sortilèges, mais il me semble que "Wingardium Leviosa" peut s'appliquer aux humains, je me trompe ? Si non, et bien on a qu'à transporter quelqu'un de l'autre côté puis il ira en parler à un professeur.

Elle avait beaucoup parlé, tellement que ses joues devinrent encore plus rouges. Elle réfléchit à ce qu'elle venait de dire et réalisa que c'était aussi bête que sa première solution. *Solenn, quand tu sais pas tu te tais !*

"Quand la Lune se lève, songe-t-elle au Soleil couché ?"
Même le plus petit des Serpents a du venin

Attention ça glisse !  Cabane 

Après s'être relevée, vexée, et avoir demandé si quelqu'un n'avait pas une solution, Elise tourna la tête vers ses camarades pour savoir si personne n'avait de solution, une fille rousse qu'elle avait déjà vue à la chorale, Solenn, selon elle, s'avança, posa prudemment un pied sur le verglas et proposa à la Poufsouffle:

-On pourrait glisser sur la glace en prenant de l'élan, et en se lançant. Bon c'est un peu dangereux, mais comme ça on arrivera aux escaliers.

Oui, c'était une option. Mais malheureusement, elle comportait le passage à l'infirmerie, qui ne devait ici enchanter personne. Et puis, en arrivant au escaliers, comment ferai-t-on ? Là aussi, il y avait de l'eau gelée ! Elle n'eu pas le temps de le lui faire remarquer que la sorcière se reprit et demanda:

-Euh... non, ce n'est pas ce que je voulais dire... Je ne suis pas très forte en sortilèges, mais il me semble que "Wingardium Leviosa" peut s'appliquer aux humains, je me trompe ? Si non, et bien on a qu'à transporter quelqu'un de l'autre côté puis il ira en parler à un professeur.

Wingardium Leviosa ? Si elle le disait, c'est que cela devait être vrai...et le professeur connaitrait sûrement un sortilège pour faire fondre la glace ! Et en combinant ces deux idées, Elise et les autres pourraient sûrement aller manger très vite: une personne qui sait faire du patinage pourrait y aller -la deuxième année en avait fait l'hiver dernier, elle en avait donc gardé quelques souvenirs. Elle exposa sa combinaison d'idées à ses camarades et se dit qu'il fallait faire vite en sentant son ventre gargouiller.

"Sinon, moi je veux bien essayer d'y aller sans faire comme tout à l'heure, ton idée n'est pas trop mal, Solenn -c'est bien ça ?- et ensuite, j'irais prévenir un professeur. Par contre, quelqu'un pourra venir avec moi, parce que je ne me sens pas trop de faire ça toute seule...


Elle s'était très mal exprimée, et maintenant elle se rendait compte que personne ne voudrai l'accompagner, de peur de faire la même erreur qu'elle, et eux aussi se ridiculiser devant les autres. Elle soupira, et sans attendre de réponse, s'appuya sur le mur, prit de l'élan et s'élança sur la glace. Bon, elle ne fit pas exactement la trajectoire qu'elle avait espéré, mais elle avait tout de même avancé d'un bon mètre, bien que que sa chute fut violente.

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Attention ça glisse !  Cabane 

Solenn se sentait bête d'avoir parlé aussi vite que ça, comme si elle n'était pas capable de parler normalement, à la vitesse moyenne. Mais après tout, il valait peut-être mieux parler vite que pas du tout, non ? La Poufsouffle l'écouta et acquiesça sans trop y croire. Solenn n'avait pas eu une idée de génie, elle le savait bien, et maintenant elle se sentait ridicule d'avoir parler sans réfléchir. La rousse proposa alors une nouvelle tentative :

-Sinon, moi je veux bien essayer d'y aller sans faire comme tout à l'heure, ton idée n'est pas trop mal, Solenn -c'est bien ça ?- et ensuite, j'irais prévenir un professeur. Par contre, quelqu'un pourra venir avec moi, parce que je ne me sens pas trop de faire ça toute seule...

Bien entendu, personne ne voulait aller avec elle. Solenn n'avait jamais fait de patinage artistique, sauf lorsqu'elle était petite, et encore, sa mère l'avait tenu pendant toute l'heure ! Personne ne se présenta pour accompagner la pauvre élève, qui, résignée, s'appuya sur le mur, et poussa pour se donner assez d'élan. Tout se passait bien pour l'instant, sauf après un mètre réalisé lorsqu'elle tomba lourdement sur les fesses. Solenn émit un gémissement, comme pour compatir à sa douleur, et s'élança pour l'aider à se relever. Heureusement, elle s'arrêta juste avant la glace, qu'elle avait oublié, et battit des bras pour en pas tomber à son tour face contre terre. Ou plutôt glace. Alors, elle recula et fit un petit sourire à la Poufsouffle, comme pour lui dire : Bon, je ne peux pas venir, mais je ne t'oublie pas, hein ? La Serpentard ne savait pas quoi faire. Son ventre gargouillait de plus en plus, et une fille était les fesses sur la glace, sans arriver à se relever. Pourquoi tout était toujours aussi compliqué ? Alors, elle s'assit par terre et se mit à réfléchir. Bon, d'après l'avis générale, Wingardium Leviosa n'était pas une bonne idée. Le patinage ne fonctionnait pas non plus, et les deux rousses semblaient presque à court d'idées. Le problème n'était pas le couloir gelé, c'était plutôt les escaliers. Solenn n'avait qu'une envie : hurler pour qu'on vienne l'aider. Mais Poudlard était un lieu si grand, personne ne pouvait l'entendre. Que pouvait-elle faire ?

-J'aurais peut-être une idée... Quelle maison peut-on atteindre d'ici ?

"Quand la Lune se lève, songe-t-elle au Soleil couché ?"
Même le plus petit des Serpents a du venin

Attention ça glisse !  Cabane 

Bon, Elise n'était peut peut être pas totalement seule. Solenn, en la voyant s'écraser lamentablement pour la deuxième fois en seulement cinq minutes, poussa un petit cri et s'avança pour la rattraper, mais se souvint à temps que si elle continuait elle finirait comme la Poufsouffle, et se rééquilibra en faisait des moulinets avec ses bras. Elle fit quelques pas en arrière et sourit à Elise, qui lui rendit son sourire. Elle était gentille, mais ce n'était pas comme cela que l'on allait pouvoir bouger. Elise regarda avec envie les escaliers et constata avec soulagement que la couche de glace qui s'y trouvait était moins épaisse et avait commencé à fondre, lentement, mais quand même. Son ventre, pour la énième fois, se plaignit d'être vide, et la petite rousse avait envie de lui dire: C'est bon, j'ai compris, moi aussi j'ai faim ! Pour l'apaiser, elle essaya de penser aux chocogrenouilles, mais cela ne fit qu'empirer. C'est à ce moment que sa camarade lui demanda, pleine d'espoir:

-J'aurais peut-être une idée... Quelle maison peut-on atteindre d'ici ?

Elles étaient au premier étage, et Poufsouffle était au rez-de chaussée, elles pourrait peut être, en haussant la voix, attirer l'attention de leur sauveur...mais le bruit des élèves le couvrirait, sauf s'ils rentraient vite dans la grande salle, alors elles pourraient peut être y arriver.
Elise répondit à la Serpentard:

-Ma salle commune se trouve au rez de chaussé, et comme nous sommes au premier étage ! peut être qu'on peut essayer ?

Mais en disant cela, elle pensait déjà à une autre idée, encore plus astucieuse: les fantôme, tout le monde le sait, volent; et ils ne peuvent donc pas tomber, ni glisser sur la glace ! Il leur suffisait d'appeler un fantôme -et que celui-ci entende, sinon cela ne servirait à rien- et de lui demander d'aller prévenir un professeur qui pourrait enfin les sortir de là...elle fit part de son idée -géniale, selon elle- à sa camarade:

-Non, attends, j'ai une idée ! Si nous appelions un fantôme ? Il vole, il ne peut donc pas glisser !

Elle attendit la réponse de l'autre rousse, plus si sûre que son idée soit aussi géniale que cela.

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Attention ça glisse !  Cabane 

Solenn était perdue. Elle avait de plus en plus faim, et ne rêvait que de mettre les pieds dans cette foutue salle ! Son cerveau si sadique imprima dans son esprit une image de grand festin, digne de la fondatrice de la maison de Poufsouffle. L'autre rousse était encore les fesses contre glace, et Solenn ne savait que faire pour l'aider. Elle ne pouvait marcher sur la glace, était une piètre sorcière, et était aussi maladroite qu'elle était timide ! Tout était réuni pour l'empêcher d'aider la jeune Poufsouffle. Elle eut soudain une idée, et posa une question principalement à l'autre rousse, car les autres élèves préféraient ne rien faire. Solenn ne comprenait pas comment on pouvait rester sans rien faire, alors qu'il y avait une possibilité de réussir à aller manger ! La fille comprit son idée, si compliqué soit-elle, et lui répondit vivement :

-Ma salle commune se trouve au rez de chaussé, et comme nous sommes au premier étage ! peut être qu'on peut essayer ?

-Non, attends, j'ai une idée ! Si nous appelions un fantôme ? Il vole, il ne peut donc pas glisser !

Solenn hocha la tête, en réfléchissant. C'était une idée qui pouvait marcher, à condition d'arriver à appeler un fantôme... Et c'était là que ça coinçait. Comment arriver à appeler un fantôme ? Ils erraient partout dans Poudlard, et le temps qu'il y en est un qui arrive ici, le repas sera déjà terminé ! Et Solenn crevait de faim ! Oui il y avait bien des problèmes plus grave dans la vie, mais chaque humain est égocentrique, même un tout petit peu ! La Serpentard sentait son ventre protester, souhaitant sûrement que tout aille plus vite. Elle lui adressa des menaces silencieuses, pour qu'il arrête de faire autant de bruit. Les gens allaient se demander si ce n'était pas un tremblement de terre ! Solenn regarda la glace, et se rendit compte que la glace des escaliers fondaient, tout doucement.

-Bonne idée, mais comment en appeler un ?

La rousse sentait que cette journée allait être du grand n'importe quoi jusqu'à ce qu'elle aille se coucher dans son grand lit vert. Son petit moi lui souffla à l'oreille : *Si tu ne me nourris pas tout de suite, je porte plainte ! C'est inhumain de me priver de manger comme cela ! Mais où as-tu donc la tête ?! Tu crois que tu aimerais être obligé suivre les repas d'une folle qui saute déjà les repas du matin ? Non mais...* Solenn l'a fit taire d'un coup sec, attendant la réponse de l'autre rousse.

"Quand la Lune se lève, songe-t-elle au Soleil couché ?"
Même le plus petit des Serpents a du venin

Attention ça glisse !  Cabane 

Après avoir exposé sa proposition, Elise avait tourné la tête vers Solenn pour voir sa réaction. Bien que celle ci ne soit d'une grande utilité à Elise pour l'aider à se relever, elle réfléchissait pour essayer de trouver une solution et pour pouvoir enfin aller manger -Elise se demandait si ce moment viendrait un jour. La Serpentard répondit, après quelques minutes de réflexion, et avec un air peu convaincu, qu'Elise comprenait tout à fait:

-Bonne idée, mais comment en appeler un ?

Ah ça, elle n'y avait pas encore pensé. Ne pouvait-elle donc pas réfléchir avant de proposer des solutions ? au moins, elle ne dirait plus des choses aussi bêtes ! Elle réfléchit une minute, mais, même en se creusant la cervelle, elle ne trouvait rien...et son ventre gargouillait de plus en plus fort ! Il avait faim, comme elle...mais, non attendez ! Faim, cela rimait avec Poufsouffle, et le fantôme de sa maison était le Moine Gras, onc, dans la logique -un peu bizarre, certes, mais très intelligente si on y repense, d'Elise- serait attiré pas l'odeur de nourriture, si elles en avaient ! Oui, mais le problème est que la Serpentard ne se promène sûrement pas partout avec des appâts pour le Moine Gras, mais heureusement, sa camarade, si ! Elle sortit donc des chocogrenouilles de survie -indispensables pour elle- et les montra à l'autre rousse en lui exposant son idée:

"On peut peu être attirer le Moine Gras avec ça ?"

Elle attendit la réponse de sa camarade.

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Attention ça glisse !  Cabane 

Les deux filles étaient presque à court d'idées, lorsque, presque en même temps, elles proposèrent une solution à leurs problèmes. Un fantôme ! Il volait, donc ne glisserait pas sur la glace. Et en plus, accepterait sûrement de les aider, pas comme Peeves... Rien qu'en pensant, elle se rappela de sa géniale rencontre avec ce maudit Peeves. Mais venait maintenant une nouvelle question qui se posait : Comment arriver à en appeler un ? Parce que c'était bien beau de trouver la solution, il fallait la mettre en place ! Comme la superbe expression française le disait : Plus facile à dire qu'à faire. Soudain, l'autre rousse eut une idée qui s'afficha sur son visage. Elle sortit des chocogrenouilles de sa poche et les montra à Solenn comme la clé de leur énigme. La rousse sourit. Ce n'était vraiment pas bête. Même si c'était un affreux cliché que les Poufsouffle aimaient la nourriture par dessus-tout, cela pouvait se confirmer juste en regardant le Moine Gras. La Poufsouffle demanda alors :

- On peut peut-être attirer le Moine Gras avec ça ?

Solenn leva les deux pouces en l'air, pour acquiescer l'idée de la jeune fille. A elles deux, elles trouvaient pas mal de solutions, et Solenn sentait comme une complicité s'installer entre les deux rousses. Elles se complétaient, et, si Solenn avait été seule, car elle ne comptait pas les autres élèves qui attendaient leur sort en grognant qu'ils avaient faim et se plaignaient de ne pouvoir être dans la Grande Salle avec leurs autres amis, elle n'aurait sûrement pas trouvé de solutions. Ou alors pas aussi vite. Elle proposa donc à la jeune Poufsouffle, en se rappelant qu'elle était encore emprisonné sur la glace :

-Donne-les moi, je vais aller essayer de l'appâter !

"Quand la Lune se lève, songe-t-elle au Soleil couché ?"
Même le plus petit des Serpents a du venin

Attention ça glisse !  Cabane 

Au grand étonnement d'Elise, la Serpenatrd approuva son idée, et le va les deux pouces an l'air. Sans elle, Elise aurait eu beaucoup de mal, surtout qu'elle n'arrivait pour l'instant ps à se relever: dès qu'elle posait une main sur la glace, la deuxième glissait, et avec les pieds, c'était pire. Le mur, plat, n'était pas d'une aide plus grande. Et, même si l'autre rousse ne l'aiderait pas -elle ne pouvait pas Elise étant trop loin d'elle- à se relever, elle pourrait l'aider à faire fondre la glace. Elle lui proposa:

-Donne-les moi, je vais aller essayer de l'appâter !


La Poufsouffle se mit, après plusieurs essais, à genoux et put ainsi sortir de sa poche deux chocogrenouilles, les autres étant dans son sac. Elle les jeta vers les élèves, qui, sauf sa camarade, pestaient tous, mais n'aidaient pas, et dit:

"TIens ! Si tu veux, il y en a d'autres dans mon sac ! Au fait, comment t'appelles-tu ? Moi, c'est Elise.

A ce stade là, autant connaître leurs prénoms ! Si elles restaient ici encore longtemps, ce serait pratique ! 
Maintenant, l ne restait plus qu'à espérer que le Moine gras arrive vite...car s'il était loin, à l'autre bout du château, elles pouvaient encore attendre longtemps, il ne viendrait pas ! Mais non, il ne fallait pas se dire cela, il fallait plutôt se dire qu'il était là, tout près, dans une salle proche du couloir où elles se trouvaient, et qu'il r"pondrait vite à leur appel -et si il pouvait laisser quelques chocogrenouilles, cela arrangerait Elise, car son ventre gargouillait de plus an plus fort...

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Attention ça glisse !  Cabane 

Solenn leva les deux pouces en l'air, trouvant l'idée de la Poufsouffle très bonne. Cette dernière parut presque surprise que la Serpentard approuve son idée, et elle essaya une énième fois de se relever, sans grande réussite. Tous ses membres glissaient les uns après les autres, et le mur n'avait aucune aspérité sur lequel s'accrocher. Solenn demanda les précieuses sucreries à l'autre rousse, qui, après quelques temps de galère, lui lança les chocogrenouilles tant convoités. Les autres élèves attendaient, soupirant, jouant avec leurs cheveux, et cela énervait la jeune fille de feu au plus haut point. La Poufsouffle lui demanda alors :

-Tiens ! Si tu veux, il y en a d'autres dans mon sac ! Au fait, comment t'appelles-tu ? Moi, c'est Elise.

-Moi c'est Solenn, Solenn Cooper ! Merci, je vais déjà essayer de l’appâter avec tout ça.

L'habitude des anglais et des américains l'ayant contaminé, elle se présentait maintenant toujours avec son nom de famille, une habitude qu'elle trouvait débile, mais qui la tenait fermement dans son grand sac. La verte courut alors dans le sens opposé de la glace, criant, oubliant sa timidité. Elle faillit percuter Peeves, mais courut trop vite pour que celui-ci arrive à la toucher avec ses craies. La Serpentard hurlait dans les couloirs :

-Moine Gras ! 

En glissant lors d'un virage, elle trouva soudain le fantôme, qui sortait d'un mur. Elle accourut jusqu'à eux, prête à faire une crise d'asthme, souffla longuement, les mains sur les genoux, et demanda, la respirations sifflante :

-Excusez-moi, Moine Gras, nous avons besoin de vous... Pourriez-vous me suivre ?

Le Moine Gras sembla hésiter, surtout que Solenn était une Serpentard, mais aperçut les chocogrenouilles que la rousse lui tendait, il dit donc :

-Oui, je pourrais peut-être vous aider...

La vue de ces sucreries hypnotisaient le fantôme, bien qu'il ne puisse pas les manger. Il la suivit donc, jusqu'à la glace, où Elise essayait désespérément de se relever. 

"Quand la Lune se lève, songe-t-elle au Soleil couché ?"
Même le plus petit des Serpents a du venin

Attention ça glisse !  Cabane 

L'autre rousse attrapa les petites bêtes de chocolat, et se présenta à son tour, révélant son identité à la Poufsouffle :

-Moi c'est Solenn, Solenn Cooper ! Merci, je vais déjà essayer de l’appâter avec tout ça.

Elise espérait qu'elle y arriverait, bien qu'elle en doute fort : comment faire si le fantôme était en ce moment à l'autre bout du château ? Elle n'en avait aucune idée, mais s'il ne les entendait, pas elles trouveraient tout de même une solution à leur problème - c'est en tous cas ce que la deuxième année espérait. Le Serpentard lui tourna le dos, courant vers l'autre bout du couloir, espérant y trouver quelqu'un. Il y avait bien le vilain Peeves, qui ne réussit même pas à la toucher de ses craies colorées, mais, à part lui et les élèves impatients, personne ne venait. Mais, après avoir dans le couloir suivant, qui était un cul-de-sac, la Sepentard revint avec leur sauveur : le Moine Gras. Juste avant qu'ils n'apparaissent, elle avait entendu leur petite conversation :

-Excusez-moi, Moine Gras, nous avons besoin de vous... Pourriez-vous me suivre ?


S'il acceptait, elles seraient sauvées, et pourraient enfin aller manger ! Elise avait presque oublié son ventre, mais, maintenant qu'elle y repensait, il commençait à gargouiller encore plus fort. Ayant pitié de leur ventre, le Moine Gras accepta, et arriva devant Elise accompagné de Solenn

-Oui, je pourrais peut-être vous aider...


Elise, de peur qu'il ne s'impatiente, lui exposa le plus vite possible la situation :

-Il faudrait que vous alliez prévenir un adulte pour que nous puissions sortir...nous sommes bloquées par la glace...

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Attention ça glisse !  Cabane 

Reducio
Les mots en gras sont pour un imperium.

Après sa petite course vers leur sauveur, elle lui posa la question fatidique. Celui-ci, voyant les confiseries, lui répondit :

-Oui, je pourrais peut-être vous aider...

Elle lui montra alors le chemin vers la glace. Après être arrivée, attendant la réaction du fantôme sauveur, elle fit du surplace. Son asthme venait de se calmer, mais sa poitrine lui brûlait encore. Elise ne laissa pas le temps au fantôme de changer d'avis, elle lança accroupie :

-Il faudrait que vous alliez prévenir un adulte pour que nous puissions sortir...nous sommes bloquées par la glace...

Le fantôme haussa les sourcils, se frotta la tête. Il frappa alors ses mains transparentes, et dit avec une surprise apparente :

-Bien sûr, euh... j'y vais de ce pas...

Le fantôme s'envola au-dessus de la glace un peu trop lentement au goût de Solenn, et les deux filles se regardèrent, avec un nouvel espoir au fond des yeux. Le ventre de la jeune rousse gronda comme pour se réjouir de ce retournement de situation. La deuxième année s'assit à même le sol et mit son menton sur ses genoux. Elle avait moins qu'au début, mais manger allait sûrement la mettre de bonne humeur après toutes ces aventures. Soudain, la glace disparut, et une brise fraîche vinrent frapper le visage de la Serpentard. Elise se trouvait maintenant sur le sol, et Solenn lui sourit.

"Quand la Lune se lève, songe-t-elle au Soleil couché ?"
Même le plus petit des Serpents a du venin