Couloirs

Inscription
Connexion

Un duo explosif  PV 

Une matinée d'hiver comme les autres à Poudlard. Le soleil brille, les oiseaux chantent, les armures tremblent, les gargouilles gargouillent... et les poules gloussent. 

Descendant les marches du 1er étage au rez-de-chaussée, un groupe de quatre élèves de Gryffondor piaillent et ricanent. A leur tête : Ludivine Kerneegan, charismatique écervelée de première année. A la voir entourée de sa meute de louves assoiffées de potins, on sent à sa gestuelle qu'elle abreuve sa cour de ragots croustillants. Prêtons l'oreille
:

" Et alors làaaaa... le gus.... mais alors sans-sci-ller-quoi : 'Ludivine, tu veux qu'on aille se promener dans le parc après manger ?' "

Hilarité générale.
" Je mets un temps à bien réaliser, forcément ! Le gamin a du culot quand même ! On parle quand même du ptit bombabouse ! "
Hilarité générale part.2.
" Il était là,  à me regarder avec ses yeux de merlan frit, plein d'ESPOIR ! Alors je le regarde droit dans les yeux, et j'lui sors : J'préfèrerais encore embrasser un scroutt à pétard que de sortir avec un sens l'renard comme toi ! " Et ils s'en tiennent les côtes, à rire, et s'arrêtent en plein milieu des marches.
" Il tirait une de ces bouilles ! Les larmes aux yeux, un vrai bébé ! Alors moi, j'attrape Sabine par le bras et on le laisse planté là tout seul ! Nan mais E-li-jah quoi ! Le pue la loose ! Qui m'invite à SORTIR ! " Leurs rires résonnent alors dans tout le hall.

Elle était là : à glousser et à se tortiller la mèche. A raconter à qui voulait l'entendre comment elle l'avait humilié la veille. Lui, Elijah, qui avait mit une heure à tenter de se coiffer, à répéter devant la glace, à choisir le bon ton, la bonne posture, les bons mots. Lui qui y avait mit tout son petit cœur... et qui y avait perdu toute sa dignité.

Toute occupée qu'elle était à narrer son histoire à ses groupies, Ludivine ne s'était même pas rendu compte qu'elle l'avait bousculé. Elijah en était resté coi. Bien sûr, il avait tout entendu. Tout le château devait être au courant maintenant... Son teint vira du blanc au rouge. Il plaqua ses mèches devant ses yeux et accéléra le pas, direction : les toilettes des garçons.

C'est en courant qu'il avait monté les marches deux à deux, bousculant sans un regard les élèves qui croisaient son chemin. Arrivé au 6ème étage, il claqua derrière lui la porte d'une cabine, ferma la cuvette, et s'assit, la tête dans les mains. Il resta un moment immobile. Quelques minutes passèrent avant qu'il ne frappe ses genoux de ses poings.


" Ah ça non, elle s'en tirera pas comme ça ! "


Il se releva d'un bond, et sorti des toilettes en claquant la porte. L'heure des cours avait sonnée : l'heure de sa vengeance aussi. Tandis qu'il descendait rapidement les marches d'un pas décidé, il ne cessait de trifouiller dans ses poches. Une lueur s'était allumée dans son regard, et cela ne présageait rien de bon... Conquérant, l'air malin, le sourire malicieux, il arrivait au niveau du deuxième étage lorsqu'il aperçu sa victime. Cette dernière montait les marches dans sa direction afin de se rendre à son cours de métamorphose. Un hochement de sourcils et un sourire triomphant plus tard, Elijah bifurqua et  remonta au plus vite. Il se glissa dans un recoin sombre,  au détour du couloir menant à la salle de cours. Dès qu'elle pointerait le bout de son nez, il la recevrait avec les honneurs !
Le bruit de ses pas se rapprochait : le moment était venu ! L'enfant sortit triomphalement une bombabouse artisanale de sa poche, la leva fièrement au dessus de sa tête, prêt à attaquer, solide comme un roc, fier comme un paon, sa tête de vainqueur avant l'heure, le sourire jusqu'aux oreilles, prêt à abaisser le bras de sa vengeance quaaand...


" Mmmphh mphhhhhhh ! "


On colla une main sur sa bouche, l'attrapa par le bras et l'entraina brusquement dans une salle vide. C'est au ralenti qu'il vit passer Ludivine devant lui, juste avant que la porte ne se referme sur lui et son kidnappeur. On l'avait prit sur le fait, on l'avait viré du plancher, on lui freezait sa vengeance ! Trente bonnes secondes passèrent alors que la voix de sa victime s'éloignait, que le couloir se vidait, et que la porte de la salle de cours se refermait d'un coup sec.
Lorsque le silence se fit tout à fait, Elijah, immobile comme un pied de chaise, se libéra tout à coup de l'emprise de son agresseur en gesticulant n'importe comment, puis se tourna brusquement pour lui faire face. Prêt à en découdre, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il se retrouva nez à nez avec...


" Duncan ? Duncan Jackson ? "
Dernière modification par Elijah Brown le 8 janvier 2018, 0 h 00, modifié 1 fois.

Première année RP
" Plus on est de fourbes... "
" Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs ! "

Un duo explosif  PV 

Jeudi, le meilleur jour de la semaine. Celui où le jeune gallois travaillait le moins. Le Gryffon s’était arrangé pour n’avoir que deux heures de cours. En général, il profitait du jeudi pour mettre au point un de ses fameux plans, mais il ne faisait jamais de bêtises. Je sais ce que vous pensez, mais non Duncan ne profite jamais de ces jours où il est quasiment seul dans l’immense château. Pourquoi ? Mais parce que ce serait une grave erreur ! Rusard et ses sbires savaient eux aussi pertinemment qu’il était seul. Le rouge et or se savait surveillé, il n’était pas rare pour lui d’entendre au détour d’un couloir de discrets bruissements de pas, un léger frémissement lorsqu’il passait près d’une armure ou encore un silencieux chuchotement de tableau … D’ailleurs, un personnage en particulier était attaché à sa surveillance : Boris le Hagard. Duncan s’était juré d’aller vandaliser son tableau un jour, mais pas maintenant. Il voulait faire croire qu’il n’tait pas au courant des mesures de sécurités prises à son encontre, il ne voulait pas (encore) que le niveau de sécurité augmente autour de lui.

Vous qui connaissez si bien Duncan savez qu’il ne rechigne jamais à la retenue, au contraire il en raffole. Mais il est préférable de se faire attraper une fois son méfait accompli pas avant, c’est pour cette raison qu’il n’exécutait aucun de ses plans le jeudi. Parfois, il faisait tourner en bourrique Rusard en se rendant dans des lieux improbables et en disant tout haut des plans qui ne verront jamais le jour.

*minute de silence, pour ces plans sacrifiés pour la bonne cause*

Cela faisait quelques temps que Duncan avait repéré un jeune Gryffon susceptible de l’aider à l’avenir. Son nom était Elijah Brown. Il avait vu dans son regard un petit quelque chose, une étincelle de malice … Le gallois en avait déduit que l’autre gryffon avait du potentiel, et depuis quelques jeudis il le suivait, se fondant dans la masse des élèves. Il essayait de le prendre sur le fait mais … rien ! Elijah était décevant.

Comme dit plus tôt il observait Elijah depuis quelques semaines et il avait remarqué deux choses : L’autre rouge et or était amoureux d’une fille de troisième année. Duncan avait vu son regard s’illuminer et son attitude changer à chaque fois que la jeune fille était dans les parages. Deuxième chose, Elijah parlait dans son sommeil (ce détail avait confirmé ses doutes sur les sentiments du garçon envers Ludivine). 

La veille, dans le dortoir quand il avait vu Elijah se faire beau et répéter devant le miroir il ne pensait pas une seule seconde qu’il allait passer à l’attaque. Sauf qu’il avait pris une grande inspiration et qu’il avait dit :

« J’y vais ! »

Une dizaine de minutes plus tard Elijah revint dans le dortoir, véritablement défait. Le lendemain promettait d'être intéressant ... 

Ce jeudi, Duncan observait donc Elijah, s'attendant à une réaction de sa part. Elijah accompagné de sa fidèle bombabouse se dirigea vers Ludivien avec un air féroce. Duncan entra en scène, il avait remarqué que Ludivine était nerveuse en montant l'escalier. Duncan se glissa derrière Elijah, plaqua sa main sur sa bouche et le fit entrer tant bien que mal dans une salle vide. Ludivine le remercia du regard, soulagée de ne pas avoir à affronter les foudre du première année. D'un coup de pied Duncan ferma la porte et Elijah en profita pour se libérer de son entreinte. 

"Duncan ? Duncan Jackson ? 
-En personne ... fit-il avec son grand sourire habituel."

post modifié à la demande d'Elijah. L'original en spoiler.



Reducio
Jeudi, le meilleur jour de la semaine. Celui où le jeune gallois travaillait le moins. Le Gryffon s’était arrangé pour n’avoir que deux heures de cours. En général, il profitait du jeudi pour mettre au point un de ses fameux plans, mais il ne faisait jamais de bêtises. Je sais ce que vous pensez, mais non Duncan ne profite jamais de ces jours où il est quasiment seul dans l’immense château. Pourquoi ? Mais parce que ce serait une grave erreur ! Rusard et ses sbires savaient eux aussi pertinemment qu’il était seul. Le rouge et or se savait surveillé, il n’était pas rare pour lui d’entendre au détour d’un couloir de discrets bruissements de pas, un léger frémissement lorsqu’il passait près d’une armure ou encore un silencieux chuchotement de tableau … D’ailleurs, un personnage en particulier était attaché à sa surveillance : Boris le Hagard. Duncan s’était juré d’aller vandaliser son tableau un jour, mais pas maintenant. Il voulait faire croire qu’il n’tait pas au courant des mesures de sécurités prises à son encontre, il ne voulait pas (encore) que le niveau de sécurité augmente autour de lui.

Vous qui connaissez si bien Duncan savez qu’il ne rechigne jamais à la retenue, au contraire il en raffole. Mais il est préférable de se faire attraper une fois son méfait accompli pas avant, c’est pour cette raison qu’il n’exécutait aucun de ses plans le jeudi. Parfois, il faisait tourner en bourrique Rusard en se rendant dans des lieux improbables et en disant tout haut des plans qui ne verront jamais le jour.

*minute de silence, pour ces plans sacrifiés pour la bonne cause*

Cela faisait quelques temps que Duncan avait repéré un jeune Gryffon susceptible de l’aider à l’avenir. Son nom était Elijah Brown. Il avait vu dans son regard un petit quelque chose, une étincelle de malice … Le gallois en avait déduit que l’autre gryffon avait du potentiel, et depuis quelques jeudis il le suivait, se fondant dans la masse des élèves. Il essayait de le prendre sur le fait mais … rien ! Elijah était décevant.

C’est pourquoi Duncan avait provoqué une situation qui était son dernier espoir de voir éclore le potentiel du jeune garçon. Comme dit plus tôt il observait Elijah depuis quelques semaines et il avait remarqué deux choses : L’autre rouge et or était amoureux d’une fille de troisième année. Duncan avait vu son regard s’illuminer et son attitude changer à chaque fois que la jeune fille était dans les parages. Deuxième chose, Elijah parlait dans son sommeil (ce détail avait confirmé ses doutes sur les sentiments du garçon envers Ludivine).

La veille, dans le dortoir quand il avait vu Elijah se faire beau et répéter devant le miroir il ne pensait pas une seule seconde qu’il allait passer à l’attaque. Sauf qu’il avait pris une grande inspiration et qu’il avait dit :

« J’y vais ! »

Duncan avait pris un regard horrifié, il n’était pas prêt, c’était trop tôt et puis il avait potion dans un quart d’heure ! Tans pis, il fallait faire quelque chose. Il sorti du dortoir en bousculant le garçon et mis la main sur Joanthan Crimspeak et Audric Hitward. Il leur demanda de retarder Elijah autant qu’ils pourraient et qu’il leur expliquerait plus tard. Sans plus de questions ils s’étaient exécutés.

Duncan avait ensuite quitté la salle commune en trombe et dévalé les grands escaliers à toute vitesse, tombant à deux reprises. Après s’être précipité dehors, dans la grande coure où se trouvaient Ludivine et Sabine, deux Gryffones de troisième année. D’un regard il fit signe à la jeune fille qui l’intéressait de venir le rejoindre, sa réputation devait le précipiter, beaucoup savaient que lorsqu’il arrivait ainsi, Duncan avait une proposition à faire (qui était en général profitable pour les deux partis). La jeune fille se leva, pâle. Visiblement elle n’était pas à l’aise bien qu’elle fit dix centimètres de plus que Duncan et qu’elle était un an plus vieille.

« -Qu’est-ce que tu … Tu veux ? commença-t-elle.
-Tu connais Elijah Brown ?
-Jamais entendu parler …
-Et bien, en plus de t’apprendre son existence je t’informe qu’il est actuellement en route pour te déclarer sa flame.
-Trop chou … »

Le Gallois glissa un Gallion dans la main de la jeune fille, celle-ci venant d’un milieu modeste, elle écarquilla ses yeux.

« -Tu ne veux quand même pas que j’accepte ? fit-elle, offusquée.
-Au contraire, je veux que tu refuses. Duncan glissa un deuxième Gallion dans ses mains. Et je veux que tu lui foute bien la honte …
-Pou … Pourquoi ?
-ça te r’garde pas. Si c’est bien fait tu auras le double dans quelques temps …
-Hum … Je vois … Marché conclu !
-Attention il arrive, bonne chance »


Bon ok, c'est pas bien mais bon ... La farce est puissante en lui, je le sens !

Ce jeudi, Duncan observait donc Elijah, s'attendant à une réaction de sa part. Ludivine avait joué son rôle à la perfection, elle avait mérité la fortune que Duncan avait dépensé pour elle puisqu'Elijah accompagné de sa fidèle bombabouse se dirigea vers elle avec un air féroce. Duncan entra en scène, il avait remarqué que Ludivine était nerveuse en montant l'escalier. Duncan se glissa derrière Elijah, plaqua sa main sur sa bouche et le fit entrer tant bien que mal dans une salle vide. Ludivine le remercia du regard, soulagée de ne pas avoir à affronter les foudre du première année. D'un coup de pied Duncan ferma la porte et Elijah en profita pour se libérer de son entreinte.

"Duncan ? Duncan Jackson ?
-En personne ... fit-il avec son grand sourire habituel."

Détenteur de SEPT Magic Award.
A été parrain de cinq préfets.

Un duo explosif  PV 

Les yeux exorbités, les bras ballant (et l’air ballot) : le décrochement de mâchoire était proche.

Duncan Jackson lui faisait face. Duncan Jackson lui souriait ! L’index pointé vers le torse du gryffondor,  Elijah fermait et rouvrait la bouche à la manière d’un poisson hors de l’eau. L’enfant était passé de la colère à l’hébètement le plus total. Il referma la bouche - dont aucun son n’était encore sorti – et haussa ses sourcils au ralenti. On ne pouvait pas avoir l’air plus ahuri…

«  Wouaaaah…. » … quoi que.

Mais c’est que c’était quelque chose, cette rencontre ! La réputation de son interlocuteur le précédait : et quelle réputation ! Si certains élèves amassaient les cartes de chocogrenouilles, c’étaient les entorses au règlement que Duncan, lui, collectionnait ! Plus fort encore, il se fichait éperdument de se faire prendre ! Elijah avait beau avoir été réparti chez les courageux, il n’en était pas moins inquiet des conséquences de ses actes. Et si ses mains tremblaient de rage à l’idée de se venger de Ludivine, ses jambes s’entrechoquaient à l’idée de passer un sale quart d’heure chez Rusard, s’il se faisait attraper.

Son visage se fendit d’un large sourire alors qu’il tendait son poing droit à Duncan, poing où se logeait toujours sa bombabouse. Un sursaut plus tard, il se ravisa, et lui tendit son autre main. Enfin… autant qu’on pouvait tendre une main dans l’espace exigu d’un placard à balais.

« Elijah Brown ! Enchanté, vraiment ! »

Puis, comme s’il recouvrait tout à coup ses esprits, il relâcha la main de son interlocuteur/kidnappeur/héros et fit volte face. Il ouvrit la porte à la volée, se précipita hors du placard, et jeta un regard des deux côtés du couloir. Vide. Niente, nada, que dalle… Ludivine avait bel et bien disparu.

«  Aaaaarg naaan ! Raté… »

Il tapa du pied sur le sol et se retourna vers Duncan. Les sourcils froncés, la moue renfrognée, sa main droite se referma encore dangereusement sur sa bombabouse.

« Je suis ravi de faire ta connaissance Duncan, vraiment - crois moi - c’est sincère ! »

Il marqua une pause et hocha frénétiquement la tête pour appuyer ses propos.

« Même qu’on m’a dit que t’étais du genre à t‘attirer des bricoles, et que moi bah… j’aime bien les bricoles…. Alors j’avais bien envie de venir te parler ! Mais… enfin… bon… t’es un grand toi… pis moi j’suis un p’tit, alors bon…  j’ai jamais trop osé… »

Il leva la main pour s’auto-interrompre, vira au cramoisi, et remua la tête comme pour chasser ses dernières paroles.


« Seulement, mais enfin… : qu’est-ce qui t’as prit de m’entrainer là dedans ?! » Il pointa le placard à balais du doigt. « T’as dû entendre parler de la façon dont elle m’a traité, c't’échevelée de Kerneegan ! Elle était juste là !  A ça de moi ! J’étais à ça de la crotter, c’t’empaffée ! Je visais bien et puis POUF-PIF-PA… »

Mais ce fut un gros SPLASH !, et non un PAF qui résonna dans tout le couloir...
Elijah avait violemment frappé sa paume de son poing pour étayer ses propos. ... Oui. Le même poing qui serrait la bombabouse... Son contenu coulait désormais d’entre les jointures de sa main jusqu’au sol.

« Yeeeeeerk… C’est dégoutant… » Le nez pincé entre son pouce et son index, il secoua son autre main pour se débarrasser de la matière visqueuse qui lui collait encore aux doigts, sautillant à moitié pour éviter de tâcher ses chaussures.

S'il avait existé chez les sorciers un Grand Ordre Pur Crétin Première Classe, Elijah aurait raflé la distinction à coup sûr...

Première année RP
" Plus on est de fourbes... "
" Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs ! "

Un duo explosif  PV 

Alors qu'il plaquait le première année au fond du placard, Duncan remarqua quelque chose d'étrange dans les yeux de l'autre Gryffon. Ce n'était pas de la haine loin de là. Ses yeux brillaient ... On aurait presque dit de l'admiration, oui de l'admiration. Peut-être qu'Elijah souffrait d'un syndrome de Stockholm ? Mine de rien, le Gallois fut vraiment stupéfait, il était rare pour lui de voir cette lueur dans les yeux des autres. En pensant à tout cela un fin sourire se dessina sur le bas de son visage. 

Puis Elijah le sortit de sa passivité en éclatant tel une bombabouse dans ce minuscule placard. Il lui tendit sa main et se présentat à son tour, bien qu'elle n'était nullement nécessaire puisqu'il connaisait Elijah et que ce dernier semblait déjà le connaître : 

"-Et moi je suis Duncan Jackson, deuxième année de Gryffondor et RNA en poste actuellement. On se connait ?"

Soudain Elijah explosa une deuxième fois en sortant du placard et en faisant le zouave dans le couloir. Il semblait enfin s'être rendu compte qu'il avait raté Ludivine. Le première année, imprévisible, se tourna vivement vers lui et lui fit une déclaration de fanboyisme. Ainsi son plan avait marché, Duncan était vraiment un génie ! 

"-Je sais, calme toi, on va se faire remarquer. Je suis sous surveillance constante ... Reviens ici !"

Attendant que son jeune disciple revienne dans le placard, Duncan se fit une chaise d'un tabouret qui était posé et là et s'assit, le dos contre le mur, la tête penchée en avant et le yeux fermés. Le gallois réfléchissait, il avait besoin d'Elijah pour une mission importante mais comment lui dire ça ? 

Un fois que la porte de la minuscule pièce fut refermée par Elijah, le rouge et or prit une grande inspiration et commença à parler après quelques secondes d'attente. 

"-Je sais que tu veux te venger de Ludivine, on arrive à lire en toi comme dans un livre ouvert, et je peux t'y aider. Pour cela on va s'introduire dans le dortoir des filles et y mettre la pagaille. Seulement, il va falloir être discrets et ne pas laisser nos traces. Et pour ça on va avoir besoin de l'aide de Tinky Winky, mon boursoufflet personnel".

C'est à ce moment précis qu'une petite boule de poils violets sortit de la longue manche de la robe de sorcier de Duncan. Le jeune garçon avait toujours de robes avec des manches incroyablement longues, cela lui permettait d'y cacher plein de choses et notamment Tinky Winky. Cette bestiole était d'une grande utilité dans tout un tas de circonstances, comme par exemple s'introduire dans un lieu lui étant interdit, personne ne remarquait jamais le boursoufflet que Duncan avait dressé pour être le plus discret possible ou alors personne ne s'inquiétait de sa présence, c'était un atout de force pour le farceur.

Détenteur de SEPT Magic Award.
A été parrain de cinq préfets.