Couloirs

Inscription
Connexion

Une dispute familiale  PV 

Une ombre accompagnée de pleurs se dessinait au fond du couloir. En règle générale, Ebony aurait fait demi-tour pour éviter d’avoir à s’occuper de cette personne, mais cela faisait trois fois qu’elle se perdait et elle était enfin certaine qu’elle devait passer par là pour rejoindre sa salle commune. Après son dernier cours de la journée, elle avait décidé d’envoyer une lettre à Madison. Elle avait tellement peu l’habitude de se rendre là-bas qu’elle avait tourné à gauche au lieu de tourner à droite et cela avait été la première de ses nombreuses erreurs qui l’avait amenée à cette situation gênante. Au départ, elle pensait pouvoir passer discrètement à côté de la personne sans trop de problème, mais il se trouva que cette personne n’était pas une inconnue…

*Alyssa ?!*

La dénommée ne leva même pas les yeux vers la nouvelle arrivante. Elle avait la tête entre ses genoux, ses bras autour sans faire attention à son environnement. La petite Serpentard était embarrassée. Elle en voulait beaucoup à sa sœur de l’avoir abandonnée, mais la voir ainsi, aussi faible, lui fit un choc. Elle aurait pu continuer sa route et faire comme si elle n’avait rien vu, mais quelque chose la retint. Cependant, Ebony garda son attitude habituelle, ne voulant pas laisser ses émotions prendre le dessus.

« Tu t’es fait plaquer par ton copain,  demanda-t-elle sarcastiquement.»

Mais aucune réponse ne lui parvint. Elle ne savait pas comment réagir, se demandant si au final elle ne ferait pas mieux de passer son chemin. Une pulsion survint alors qu’elle se remémora un souvenir qui datait de quelques années. Elle était dans les escaliers de la maison de ses grand-parents, approximativement dans la même position que sa sœur actuellement. Elle avait alors dix ans et avait passé un sale quart d’heure, soi-disant parce qu’elle avait fait brûler les gâteaux pour le goûter. Alyssa était passée juste à côté d’elle, l’ignorant superbement alors que la petite Ebony tentait de l’implorer de prendre soin d’elle de ses yeux pleins de larmes. Cela était arrivé plus d’une fois et la Serpentard ne voyait vraiment pas pourquoi elle devrait se comporter gentiment.

« En tout cas, tu t’exprimes toujours autant avec moi, ça fait plaisir.

- VAS-T’EN EBONY. T’es… T’es cer… Certainement la d… Dernière personne dont j… J’ai besoin. »

Cette phrase ponctuée par des sanglots aurait pu être la fin de la discussion. Elle aurait aussi pu être le début d’une nouvelle dispute. Mais les deux sœurs n’étaient plus chez leurs grands-parents, elles n’étaient plus simplement en famille. Elles étaient à Poudlard et la plus grande différence à cela était que n’importe quel élève, professeur, fantôme ou autre être vivant pouvait les interrompre à tout moment…

Une dispute familiale  PV 

Dans ce rp Katy était en quatrième année, elle venait d'être préfète.




Les cours étaient terminés. *Enfin !* pensa Katy. Elle avait fini sa journée sur une leçon donnée par Miss Chapman, nouveau professeur de Botanique. Comme à son habitude, la Serdaigle avait attendu passivement que le cours se termine, ne le trouvant pas d'un grand intérêt. Elle avait ensuite pris tout son temps pour ranger ses affaires dans son sac avant de sortir. Une fois dans le Parc, elle décida de prendre quelques minutes sur son emploi du temps – pourtant assez chargé, afin de se balader. L'air y était frais et la quatrième année se sentit portée dans un autre univers. Elle ferma les yeux pour renforcer cette sensation d'évasion, se laissant aller avec la brise de vent. Quelques minutes passèrent, et Katy se trouvait apaisée. Elle rouvrit les yeux et découvrit le ciel menaçant qui la surplombait, il était temps qu'elle rentre au château.

Une soudaine sensation de chaleur l'envahit alors qu'elle franchit le seuil du Hall d'entrée. Elle entama son ascension parmi les quelques escaliers qui la séparaient de la Tour Ouest, croisant une poignée d'élèves sur son chemin. Katy quitta l'escalier et avança de quelques pas dans un couloir peu éclairé. Alors qu'elle était sur le point de faire demi-tour – se rendant compte qu'elle s'était trompée d'étage – la quatrième année entendit des sanglots suivis d'un cours dialogue.

« Tu t’es fait plaquer par ton copain... »

« VAS-T’EN EBONY... »

En bonne Serdaigle, sa curiosité poussa la jeune fille à continuer dans sa voie. Elle vit une autre élève arborant le blason de sa Maison, assise, pleurant, la tête entourée de ses bras. Katy la reconnut, elle s'appelait Alyssa. Elle aussi était en quatrième année, mais s'opposait en tout point à ce qu'était l'Aiglonne ; elle était sociable, populaire, faisant tout pour se faire remarquer. En cela, elle était le genre d'élève que Katy préférait ignorer. Mais malgré tout, la voir ainsi n'enchantait pas la préfète de Serdaigle qui reporta aussitôt son attention sur la seconde élève en présence. C'était une élève beaucoup plus jeune, les cheveux assez foncés, et qui, à en croire le ton moqueur et sarcastique qu'elle venait d'employer, devait être une Serpentard. Elle devait tout au plus être en deuxième année, mais semblait pourtant prendre de haut telle une élève ayant au moins passé la moitié de sa scolarité à l'école de sorcellerie.

Katy s'avança, bien décidée à interrompre le dialogue qui ne tournait pas à l'avantage de sa camarade Serdaigle. Son interlocutrice n'avait toujours pas bougé, et elle ne s'apprêtait visiblement pas à le faire.

« Il me semble qu'elle t'a demandé de partir. Je crois que tu ferais mieux de la laisser tranquille. »

La jeune fille se tourna soudainement vers la préfète, laissant apparaître le blason de Serpentard sur sa robe. *C'est bien ce qu'il me semblait !* se dit intérieurement l'Aiglonne. Elle lui lança un regard insistant lui faisant comprendre qu'elle ferait mieux de s'en aller immédiatement, chose que la fillette ne fit évidemment pas. Katy s'approcha donc encore un peu plus d'elle et montra le blason de sa Maison du doigt.

« Ta salle commune n'est pas vraiment par ici. Suis-moi, je vais t'y raccompagner. »

La Serdaigle se tourna pour reprendre son chemin en direction des escaliers. Elle entendit des pas venir également dans sa direction ; l'autre élève avait enfin fini par lui obéir. Un sourire se dessina sur les lèvres de la quatrième année. Ce n'était peut-être pas grand chose mais Katy se sentait fière d'avoir réussi à imposer son autorité de préfète.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Une dispute familiale  PV 

La crispation se ressentir sur le visage d'Ebony lorsqu'elle entendit qu'on l’interpellait. En se retournant, elle découvrit une élève plus âgée qu'elle, une élève qui avait probablement le même âge que sa soeur. En l'observant plus en détail, elle découvrit d'ailleurs qu'il s'agissait d'une préfète de Serdaigle. Etait-elle une des nombreuses amies pimbêches d'Alyssa? Il ne lui semblait pas et la suite des événements allaient lui donner raison. Si vraiment elles étaient amies, la Serdaigle serait probablement restée aux côtés de son amie plutôt que de prendre à part la petite Serpentard.

L'élève qui les avait interpellées demanda tout d'abord à Ebony de laisser tranquille sa soeur, mais elle ne bougea pas. En temps normal, la raison à son inaction aurait été qu'elle se fichait complètement de ce qu'on pouvait lui dire. En temps normal, elle aurait lâché une dernière petite phrase sarcastique avant de tourner les talons et de retrouver sa salle commune. Mais elle avait tellement eu l'impression d'être seule à seule avec sa grande soeur comme ça avait été le cas pendant des années qu'elle était perturbée par cette interruption.

Néanmoins, la petite fille ne montra pas ce qu'elle pensait de cette intervention, elle garda son visage sarcastique et impassible de personne se croyant au-dessus du commun des mortels et suivit la préfète, lorsque cette dernière le lui demanda, non sans avoir tiré la langue de façon assez immature à son aînée au préalable.

Bien qu'elle garde un visage fermé comme elle savait si bien le faire, au fond d'elle, Ebony ressentait une certaine admiration devant la Serdaigle. Elle dégageait une certaine forme d'autorité sans pour autant sembler antipathique. Elle avait l'air de savoir se faire respecter, sans pour autant renvoyer tous les gens qui s'approchaient d'elle comme pouvait le faire la petite Serpentard. Etait-il vraiment possible de ne pas se laisser marcher sur les pieds, de ne pas souffrir, de rester méfiant sans pour autant se renfermer complètement sur soi-même? C'était quelque chose à laquelle il faudrait qu'elle réfléchisse quand elle serait seule.

« Elle n'a pas toujours été la grande soeur idéale avec moi. Pour dire vrai, elle a même complètement oublié mon existence à chaque fois qu'elle le pouvait, tenta d'expliquer Ebony d'un air détaché bien que ce problème la touche plus qu'elle ne l'avouerait jamais. »

La Serpentard ne tenta même pas de se justifier par rapport à son attitude, elle avait fait ce qu'elle avait eu envie de faire sur le coup, soutenue uniquement par sa rancœur. Bizarrement, elle avait très envie de savoir ce que son interlocutrice pensait d'elle, la trouvait-elle si immature que cela désormais? Et pourtant, peu de personnes pouvaient se glorifier d'avoir un avis important aux yeux de la petite australienne. En réalité, jusqu'à maintenant, il n'y en avait qu'une. Madison.

Une dispute familiale  PV 

La Serdaigle descendit lentement les escaliers en tête. Cela ne l'enchantait pas vraiment d'avoir à parcourir tout le château pour ramener une élève inconnue à son dortoir, mais en tant que préfète elle n'avait pas d'autre choix que de le faire. L'élève qu'elle raccompagnait la suivait sans broncher. Katy se retournait très régulièrement en sa direction et avait la chance de pouvoir admirer le visage arrogant de l'autre fille. Il y avait d'ailleurs quelque chose sur ce visage, un détail, un air qui interpellait la préfète. La quatrième année continuait machinalement son chemin pour rejoindre la salle commune de Serpentard. Son esprit était ailleurs, il cherchait obstinément ce que lui rappelait ce visage. La réponse arriva peu de temps après, lorsque la jeune fille prit la parole.

« Elle n'a pas toujours été la grande sœur idéale avec moi. Pour dire vrai, elle a même complètement oublié mon existence à chaque fois qu'elle le pouvait. »

Alyssa. C'était son visage que Katy retrouvait à travers celui de celle qui venait de déclarer qu'elle était sa sœur. Maintenant que la préfète disposait de cette information, elle trouvait cela tout à fait logique. Son esprit allait enfin pouvoir se mettre au repos maintenant qu'il n'avait plus rien à chercher. Pour autant, ce ne fut pas le cas, car ce qu'avait dit la Serpentard était intrigant. Sa dernière phrase résonnait dans la tête de Katy, s'entremêlant avec des fragments de discussions que l'Aiglonne avait eu avec sa camarade de Maison. Non, Alyssa n'avait effectivement jamais mentionné l'existence d'une sœur cadette au sein de sa famille. Cela lui paraissait un peu étrange, mais la quatrième année jugea que cette affaire familiale ne la regardait pas. Après tout, elle aussi avait ses propres histoires de famille et n'avait certainement pas envie qu'une personne lui étant inconnue s'en mêle.

La Serdaigle ralentit pour se retrouver au même niveau que son interlocutrice. Elle s'apprêtait à lui répondre avec des mots plutôt vagues afin de ne pas trop s'infiltrer dans la vie de la petite Serpentard, mais quelque chose lui fit changer d'avis. Il n'y avait plus autant d'arrogance sur le visage de l'autre fille, elle semblait en réalité être affectée par ce problème. Si tel était le cas, et qu'elle vivait mal sa scolarité à Poudlard pour ses raisons familiales, alors son statut de préfète donnait à Katy le devoir de s'en préoccuper.

« Je ne savais pas qu'Alyssa avait une petite sœur. Comment t'appelles-tu ? »

La Serdaigle remarqua qu'au fur et à mesure de leur chemin, la Serpentard paraissait moins sûre d'elle, moins fermée, moins inaccessible. Elle semblait déstabilisée par le fait que l'on s'intéresse à elle, comme si elle n'en avait pas l'habitude. C'était un triste constat pour la quatrième année, mais justement elle souhaitait profiter de ce moment où Ebony s'ouvrait à elle pour la connaître un peu plus.

« Ecoute, il nous reste du temps avant l'heure du dîner, on pourrait faire un petit tour dans le château. Comme ça tu pourrais me parler de ta famille, et moi je te ferai découvrir une bonne partie du château pour que tu ne t'y perdes plus. »

Katy espérait que la Serpentard accepte, mais elle savait que ce n'était pas gagné d'avance. Elle lui sourit brièvement pour essayer de la mettre en confiance afin qu'elle décide de bien vouloir la suivre.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Une dispute familiale  PV 

« Ebony. Elle ne m'aime pas,
ça ne m'étonne même pas qu'elle n'ait jamais parlé de moi à quiconque...
 »

La petite fille était sur le point de craquer. Elle avait gardé beaucoup trop de choses pour elle. Sa fierté l'aidait à tenir, mais à quoi bon avoir de la fierté si personne ne s'intéressait à elle? Qui viendrait se moquer d'elle si elle pleurait en plein milieu d'un couloir? Personne puisque personne ne la connaissait. Son visage commençait à se décomposer. Elle acquiesça à la proposition de sa camarade, elle n'avait plus la force d'être arrogante. Elle se sentait vide, incapable de garder la tête haute plus longtemps, submergée, noyée par ses sentiments contradictoires, noyée par sa personnalité, la remettant même en cause.

Quelques années plus tôt, du haut de son jeune âge, elle s'était jurée de ne plus jamais montrer que ça n'allait pas. Cela ne faisait que la faire plonger encore plus. La fierté, l'arrogance l'avaient alors gagnée. Elle était devenue hautaine et s'était isolée sans vraiment s'en soucier, sans vraiment penser qu'il était difficile d'inverser la tendance et de se socialiser à nouveau. Sans penser qu'un jour elle pourrait le regretter. Comme on dit, on n'est jamais mieux servi que par soi-même et jusqu'à maintenant, elle s'en était toujours très bien sortie. Mais tout ce temps et cette manière de penser étaient en train d'être remis en cause dans sa tête.

La première année emboîta le pas à la Serdaigle et décida de s'intéresser à elle aussi. C'était quelque chose qu'elle ne faisait jamais, mais elle n'était plus à cela près.

« Et toi? Tu t'entends bien avec Alyssa? »

Oui, cette question n'était pas vraiment le genre de questions qui venait en premier lorsqu'on rencontrait quelqu'un. Ebony aurait pu lui demander son prénom, mais elle avait beau être assez mûre pour son âge, elle avait encore l'innocence que l'on retrouve chez les enfant et sa situation actuelle avait fait ressortir ce côté enfantin. La fin de son enfance était arrivée beaucoup trop brutalement lorsque Madison était partie, mais elle avait toujours besoin que l'on s'occupe d'elle. Elle était fatiguée de toujours faire bonne figure, de toujours se justifier, de toujours se défendre et là, son aînée lui laissait l'occasion de se reposer sur quelqu'un, de ne plus être complètement seule. La préfète lui donnait l'occasion de redevenir une petite fille de onze ans sans que quiconque ne le lui reproche et peut-être pourrait-elle un jour à nouveau prendre du temps pour s'amuser.

Une dispute familiale  PV 

Ebony. Ce nom peu commun ne disait absolument rien à Katy. Il n'y avait donc plus aucun doute, la Serdaigle n'avait jamais entendu ce nom sortir de la bouche d'Alyssa. Cela aurait pu paraître normal en tenant compte du fait que les deux jeunes filles ne se parlaient pas, mais Ebony ajouta qu'il était possible que sa sœur n'ait jamais parlé d'elle à personne. C'était tout de même assez particulier comme relation familiale. L'Aiglonne était très bien placée pour savoir qu'il était parfois compliqué de s'entendre avec son demi-frère, et elle-même n'évoquait que rarement son existence, mais de là à vouloir l'oublier, il y avait un sacré pas. Katy se dit qu'elle devrait questionner Ebony à ce sujet un peu plus tard, mais pour l'instant elle devait lui faire visiter le château.

Les deux jeunes filles continuèrent de descendre les escaliers car Katy souhaitait commencer sa visite en partant du rez-de-chaussée. La petite Serpentard la suivait, initialement silencieuse, avant de se lancer avec une autre question.

« Et toi ? Tu t'entends bien avec Alyssa ? »

La quatrième année se tourna immédiatement vers la fillette. Celle-ci était sur le point de pleurer. Décidément, elle semblait très mal à l'aise de devoir mener une discussion avec une autre personne. La Serdaigle se demandait comment il était possible qu'elle soit aussi renfermée, ou du moins, comment il était possible qu'après quelques mois à Poudlard elle n'ait toujours pas craqué à cause de sa solitude. Katy lui adressa un sourire et lui répondit.

« Non, on ne peut pas vraiment dire que je m'entende bien avec elle. Je... préfère l'éviter car nous sommes plutôt... différentes. Et puis je dois t'avouer que je suis assez solitaire. »

Les deux jeunes filles étaient dès à présent dans le Hall d'entrée. L'Aiglonne se doutait que la Serpentard connaissait déjà par cœur ce hall car elle devait le traverser quotidiennement. Par conséquent, elle ne voulait pas perdre davantage de temps en restant à cet endroit.

« Bon, ici c'est le Hall, inutile de te le présenter. On va remonter les étages un par un pour que tu te repères mieux. En attendant, j'aimerais bien que tu me parles de ton ressenti par rapport à Poudlard, est-ce que tu t'y sens bien ? C'est un peu bête de te demander ça mais Poudlard va être ta maison pendant un bon bout de temps alors il est important que tu arrives à t'intégrer convenablement. »

Sur ces paroles, Katy et Ebony se retournèrent vers les escaliers et les empruntèrent en direction du premier étage.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Une dispute familiale  PV 

En entendant l'autre fille dire qu'elle était assez solitaire, Ebony resta muette - ce qui au final n'était pas si étrange que ça puisqu'elle ne parlait pas beaucoup, mais c'est une information qui la perturba quelque peu. En effet, elle trouvait que la préfète était quand même allée rapidement vers elle, qu'elle avait pris les choses en main. Elle n'avait pas hésité à s'interposer entre les deux soeurs. Cela était peut-être de son devoir, mais elle n'était pas non plus obligée de proposer une visite à la petite Serpentard, surtout après que cette dernière se soit montrée plutôt odieuse avec elle.

En tout cas, il n'était pas étonnant que cette Serdaigle ne s'entende pas trop avec sa soeur. Elle était jolie, mais elle n'avait pas l'air du genre à se mettre trois couches de fond de teint, trois de mascara et à changer de tenue trois fois par jour pour qu'on ne la voit pas dans la même tenue à chaque repas. Bon, peut-être que la petite australienne exagérait légèrement, mais c'était la vision plutôt péjorative qu'elle avait de sa grande soeur.

La préfète sortit Ebony de sa contemplation en lui demandant comment elle vivait sa vie à Poudlard jusqu'à maintenant. Sans qu'elle ne s'en rende compte, les deux filles étaient arrivées dans le hall et la Serdaigle lui proposait de remonter les étages un à un. Elle voulait donc vraiment s'embarrasser d'une gamine comme elle? La petite fille n'était pas sûre qu'elle aurait fait de même à sa place.

La première année ne put s'empêcher de faire une légère grimace lorsqu'elle entendit le mot "intégration". Elle ne vivait pas spécialement mal sa vie dans le château, mais elle savait que beaucoup de gens trouveraient dommage qu'elle ne cherche pas à plus communiquer avec les autres, à se faire des amis etc... 

Elle s'était plusieurs fois demandée si elle ne ratait pas quelque chose, s'il n'y avait pas quelque chose à faire avec les autres. Mais à chaque fois elle s'était rappelée de sa déception. Elle avait beau idéaliser Madison, ce sentiment commençait à se transformer en rancœur. Elle en voulait à Alyssa, à sa grand-mère, à son grand-père, à ses parents. En réalité, elle commençait à se rendre compte que toute sa famille l'abandonnait, mais peut-être que ce serait différent dans le château?

« Je n'ai pas vraiment essayé... J'ai toujours pensé que je n'avais pas besoin des autres et que je pouvais très bien m'en sortir toute seule, sans demander de l'aide. »

Ebony avait parlé au passé. Sans s'en rendre compte, elle était peut-être en train de changer d'avis sur quelque chose qui avait été son quotidien ces quelques dernières années, et ça, ce n'était pas n'importe qui qui aurait pu l'aider. Elle était plutôt butée la petite Serpentard.

« J'ai plutôt l'habitude d'être déçue par les gens du coup je n'essaye pas vraiment de m'intégrer. Tu crois que c'est quelque chose d'absolument nécessaire? »

Cette question plutôt naïve montrait tous les changements qui s'opéraient en la Serpentard. Elle redevenait une petite fille comme elle aurait dû le rester...