Couloirs

Inscription
Connexion

Challenge -  Ritcha Rowley 

Fin des cours. Son sac en badouillère Juni arpente les couloirs et dévale les escaliers. Le cours précédent fut l'enfer pour la gamine qui a constamment besoin d'action. Rester si longtemps les fesses collées sur un banc l'agace et sa concentration s'évapore. Alors, lorsque la fin des cours retentit, la jeune Hodegard s'active et n'a qu'une idée en tête. Le ventre qui gargouille, il n'est pas difficile de comprendre qu'elle se rend aux cuisines du chateau. Sans doute que là-bas, elle pourra se rassasier la panse avec diverses patisseries bien croustillantes.

Rien qu'en songeant à cela, un fin filet de bave apparait à la commissure de ses lèvres et la petite se met à marcher plus vite, encore plus vite. Jusqu'à courir, slalomer entre les étudiants, déraper pour pas se prendre un mur, et tourner. Car il y a pas mal de virages. Virages sans visibilité où l'on peut percuter d'autres étudiants d'ailleurs, c'est ce qui lui arriva à Juni puisqu'elle percuta de plein fouet Ritcha. 

Aie ! Tu peux pas faire gaffe ?

Rouvrant les yeux et les fesses au sol, la gamine se releva et fixa celle qu'elle venait de tamponner. Fille qui ne doit guère être plus agées qu'elle d'ailleurs. Et de sa maison qui plus est. Sans doute même qu'elles partagent le même dortoir, si seulement Juni faisait plus attention aux gens qui l'entouraient.

C'est Ritcha ton nom c'est ça ? - au moins elle a le mérite de retenir ça - Un course jusqu'aux cuisines ça te tente ?

Challenge -  Ritcha Rowley 

Ça y est, ça y est, c'est la fin des cours, la fin des cours !!! Elle se disait ça, mais elle s'était beaucoup amusée, à apprendre de nouvelles choses. Hors de son monde moldu, la demoiselle était aussi perdue qu'ébahie par ce nouvel et vaste univers ! Enfin, elle l'était un peu moins qu'avant, ça faisait cinq mois qu'elle l'avait intégré maintenant, après tout. Fallait pas déconner. Cela dit, elle avait toujours du mal à reconnaître les gens de sa classe qu'elle ne voyait pas en dehors des cours. Nulle avec la reconnaissance faciale, piètre élève quand il s'agissait de reconnaître des noms, Ritcha se retrouvait parfois devant des personnes qui semblaient tout savoir d'elle... Tandis qu'elle... Ben... Elle se demandait si elle était belle au point d'avoir des stalkers personnels. 

"Huh huh, avoue que tu me suis depuis un bail et que ça fait six mois que tu veux me parler. Cette bousculade et ce défi ne sont que des excuses pour m'adresser la parole hein ?! Ha. Ha. Ha."

Elle aussi était tombée à cause de ce contact violent d'ailleurs, mais sur les bras, pas sur ses fesses rebondies. Cependant, cette mésaventure lui était déjà arrivée de nombreuses fois, ainsi, elle ne put qu'avoir pitié de son interlocutrice : ça devait piquer, derrière. Vite relevée, dynamique qu'elle était, elle avait pris une fausse voix d'aristocrate et adopté une mine arrogante, dissimulant maladroitement le sourire amusé qui étirait en une grimace et malgré elle, ses lèvres. Elle était d'humeur joueuse et il fallait dire que cette concentration maximale pendant plus d'une heure lui avait donné la dalle. Dire qu'elle se rendait même pas compte de ça, tellement les mots intéressants des professeurs l'ensorcelaient...!

"N'empêche qu'cé m'tentez total'mê hê ! 'llez, qu'on y go boudiou !"

Complètement gaga d'un paysan issu d'un jeu vidéo et illettré, Ritcha avait fini par adopter sa façon de parler dès qu'elle se sentait très à l'aise dans une situation donnée, en l'absence d'adulte. Elle se disait tout le temps qu'elle se marierait avec la première personne qui réussirait à la comprendre et à lui répondre de la même manière, dès leur première rencontre. Mais alors qu'elle prenait une position de sprinteur dans une direction lambda et commença à courir, décidée à partir immédiatement même si son ennemie avait toujours son fabuleux fessier sur le sol, elle se stoppa soudainement pour se tourner vers cette dernière. Avec son regard bourré de naïveté et d'innocence, elle perdit son aise.

"Euh... Je suis nulle en orientation et je sais pas du tout où se trouvent les cuisines, en fait. J'y vais jamais, je connais que le chemin de la salle à manger."

La salle à manger, plus souvent appelée "Grande Salle". Si Ritcha n'avait jamais eu à se faufiler dans les cuisines en pleine nuit pour grignoter, c'était pour deux raisons. D'abord, elle avait tout dans son sac. Sa mère voulait tellement la voir grandir qu'elle lui filait à bouffer pour des années et lui disait de voler la nourriture des repas pour faire des provisions si jamais il lui en manquait. Et ensuite, la nuit... Ben Ritcha, elle dort. Et personne ne peut la réveiller. Parce que la journée, elle gigote tellement qu'il est difficile pour son corps de retrouver de l'énergie. Tout ça pour dire que si sa concurrente lui disait des bêtises, elle était sûre de remporter la partie. Mais elle n'était pas une tricheuse, elle aimait la compétition honnête. N'est-ce pas, partenaire ?