Couloirs

Inscription
Connexion

Visite guidée  PV Karla 

Le samedi, enfin ! Toute la semaine, Elise travaillait, travaillait et travaillait encore - peut-être pas autant que ça, mais quand même un peu - et le samedi était pour elle une délivrance après la souffrance. Ce jour là - un samedi, donc - elle avait décidé de ne pas sortir, car elle était un peu enrhumée, et, ne sachant pas quoi faire, elle errait depuis maintenant plus de vint minutes dans le château, un livre à la main. 

Nous étions déjà en janvier, et la Poufsouffle n'avait pas encore vu ses parents depuis le début de l'année, pourtant, ils ne lui maquaient pas plus que ça. Elle ne pensait pas beaucoup à eux - elle n'en avait pas le temps - et avait divisé le nombre d'hiboux envoyés par deux - c'est à dire un toutes le deux semaines - et ne pas avoir beaucoup de nouvelles de sa famille ne la dérangeait pas.

Cela faisait plus de trois fois qu'elle faisait l'aller-retour de la volière jusqu'au rez-de-chaussée, et elle commençait à être un peu lassée. La petite rousse décida donc de ne pas rester toute seule, et de parler au premier venu - ou la première, on ne sait pas. 

Elle se dirigea donc vers la grande Salle, espérant trouver plus de monde, et attendit que quelqu'un qui lui inspire "confiance" passe.

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Visite guidée  PV Karla 

La semaine avait été longue. Karla s'était égarée plus d'une dizaine de fois à la recherche de ses salles de cours. Parfois même en vain et devant ainsi renoncer à assister à l'un de ses cours. Car oui, même après plusieurs mois au sein du château, elle arrivait encore à se perdre. Demandant tantôt son chemin à un individu passant à côté d'elle, tantôt essayant de s'orienter elle-même. S'ajoutait à cela, la fatigue, qui commençait à s'installer. En effet, tous les devoirs demandés par les professeurs commençaient à l'épuiser.  Elle se "levait, mangeait et dormait devoirs". Elle n'avait pas l'habitude de travailler autant. Et pourtant,  était loin d'être une personne dite flemmarde. En réalité, elle était même une personne très studieuse et assidue mais, la cadence avait eu raison d'elle. Mais, ce qui l'épuisait le plus c'était ce temps. Maussade. Les journées étaient courtes. Froide. Sombre. Elle avait l'impression qu'à peine le soleil s'était qu'il se couchait déjà. Au fond, elle se disait que de ce fait l'été arriverait plus vite mais, ça la déprimait un peu en réalité. 

Aujourd'hui, nous étions samedi, soit une journée sans aucun cours. La liberté était à porter de main. Il suffisait de tendre la tendre pour l'atteindre. La Mott aurait pu se promener et enfin essayer de repérer toutes ses salles de cours mais, à vrai dire, elle avait un autre objectif aujourd'hui; celui de rencontrer de nouvelles personnes. En effet, depuis son arrivée au sein du château, ses contacts avec ses camarades avaient été des plus brefs pour ne pas dire inexistants. Enfin non, disons les choses comme elles étaient, ses contacts humains ressemblaient au néant. Cela se trouve même le néant était plus fourni. Pour vous dire. Non pas que Karla manquait de volonté mais, à vrai dire, les relations et les dialogues avec les êtres humains lui étaient quelque peu compliqués. Elle n'avait jamais été l'une de ces personnes à aller vers tout le monde. Elle préférait privilégier la qualité à la quantité. Mais, là, elle n'avait même pas tenté de parler à qui que ce soit. Elle se sentait parfois seule parmi tous ces individus en petits groupes mais, cela ne la dérangeait pas au fond. Elle avait toujours été de nature solitude. Depuis son enfance elle était comme ça et pour l'instant cela ne l'avait pas dérangé. Mais, en cette période de l'année l'atmosphère devenait pesante. Loin de ses parents et de son petit frère, ses seules véritables connaissances, elle était comme désarmée. Seule face à elle-même. La solitude l'avait emportée sur la jeune fille. Bien qu'elle envoyait souvent des hiboux à ses proches, elle ressentait un terrible manque au fond d'elle. Celle du contact verbal. Mais, elle avait bien décidé ce que cela allait changer. Elle était prête mentalement à rencontrer de nouvelles personnes. Physiquement, c'était une autre histoire car, il était sûr et certain que lors de sa première discussion, la jeune fille allait avoir quelques difficultés à s'exprimer et allait sûrement détourner le regard. Mais, il fallait bien un début à tout. 

Avant de réaliser son défi, elle devait se rendre à la tour ouest afin d'envoyer une lettre à ses parents. Vêtue chaudement. Les cheveux attachés afin que qu'ils ne la fouettent pas du fait du vent soufflant à l'extérieur, elle se dirigea  vers le rez-de-chausée afin de sortir du château. Arrivée à l'étage qu'elle s'était fixée, elle riva ses yeux sur sa lettre. Les larmes lui montèrent aux yeux. Il était si compliqué pour elle d'être si loin de ses parents. Elle se demandait comment les autres élèves faisaient pour relativiser et vivre éloigner aussi longtemps loin d'eux. Mais ce qui lui manquait le plus c'était les câlins de sa mère. Ils lui réchauffaient tant le coeur. 

Une fois sortie de ses pensées, elle jeta un coup d'oeil en direction de la Grande salle. Elle aperçut  alors une chevelure rousse. Au sein de Poudlard, il n'y avait que peu de rousses. Enfin, c'est tout du moins ce qu'elle avait constaté depuis son arrivée au sein du château. Et, d'après ses correspondances avec sa marraine, elle avait constaté qu'elle avait les cheveux roux. En effet, une fois, elle avait laissé un cheveux au sein de l'enveloppe, sûrement par mégarde. Elle décida donc de se diriger dans sa direction. Après quelques pas, elle s'arrêta, rangea son enveloppe dans son manteau. Elle regardait la jeune fille. Celle-ci n'avait pas l'air beaucoup plus âgée que Karla et avait l'air forte sympathique. Tout comme sa marraine avec qui elle avait pu correspondre quelques temps auparavant. Mais, un problème se posait, la jeune gryffondor n'osait pas aller lui adresser la parole. Vous imaginez qu'elle se soit trompée de personne ? La honte !

"Ce n'est pas un bon signe de santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

Visite guidée  PV Karla 

Après quelques minutes d'inspection de chaque sorcier qui passait - ils la regardaient d'ailleurs bizarrement - elle vit enfin une petite blonde, une première année, l'air un peu perdu, qui la regardai fixement, mais avec un peu d'hésitation. La Poufsouffle décida qu'elle irait parler à cette petite fille, qui n'avait pas l'air à l'aise dans cet énorme mais magnifique château qu'est Poudlard.

Elle s'avança vers elle en se frayant un chemin dans la foule présente, et arrivée à quelques mètres d'elle elle hésita : allait-elle le prendre bien ? Mais oui, pourquoi se pensait-elle cela ? Elle continua sa route, et lui demanda de la voix la plus forte possible, pour couvrir le brouhaha :

"Bonjour ! Tu as l'air perdue, tu veux de l'aide ?"

Elle pourrait peut être la prendre sous aile...elle avait bien eu une filleule, même plusieurs, à la rentrée, pour sa plus grande joie, mais elles n'avaient pu que correspondre par hibou, et ne les connaissait donc pas vraiment. Et cette petite Gryffondor, à en voir sa tenue,  avait l'air très gentille. 

Elise lui sourit en attendant sa réponse, se balançant d'une jambe sur l'autre, légèrement mal à l'aise. Comment pourrait-elle l'aider ? Elle ne savait même pas ce qu'elle cherchait - si elle cherchait quelque chose - et elle aurait pu se présenter, d'abord ! Elle hésita à le faire, puis décida d'attendre la réponse de sa camarade pour le faire.

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Visite guidée  PV Karla 

Plantée tel un piquet devant la porte d'entrée de la Grande salle, elle ne savait quoi faire. Devait-il aller parler à cette jeune fille ou non. Cette question lui trottait dans la tête. Elle s'était pourtant fixée un objectif mais, parfois malgré une très forte volonté, nous étions comme immobilisés. Par la peur. Tant d'émotions envahissaient la jeune fille à ce moment. Rire. Sourire. Pleurer. S'enfuir. Elle ne savait que faire. Elle était comme pétrifiée de terreur à l'idée de parler à une personne dont elle n'avait jamais parlé. Chez beaucoup, le dialogue était quelque chose de naturel et banal mais, pour elle, c'était une autre histoire. Du fait de toutes ses pensées, on aurait pu croire que plus jeune elle avait vécu recul, sans aucun contact humain élevée par un animal sauvage. Pourtant, c'était loin d'être le cas. Elle avait déjà eu des dialogues. Conversations. Fous rire même. Mais, ces personnes elle les connaissait depuis toujours. Tandis que là, alentour d'elle se trouve tant d'inconnus. Ils devaient sans doute être tous plus gentils, ouverts, agréables et fabuleux à découvrir. Mais, elle était bloquée. Aucun son ne pouvait sortir de sa bouche. Comme si on lui avait coupé les cordes vocales.

Son regard était toujours posé sur la jeune rousse. Elle l'observa de haut en bas. Analysant le moindre détails. Puis, elle détourna le regard quelques instants regardant autour d'elle. Il y avait beaucoup de monde. Tous étaient en train de dialoguer les uns entre les autres. D'où elle était, cela ressemblait étrangement à un gros bourdonnement. Elle avait l'impression d'être proche d'une centaine de ruches en pleine activité. Une fois qu'elle reposa son regard sur la jeune fille, elle s'aperçut qu'elle était en train de s'avancer vers. Mais, que faisait-elle ? Allait-elle sortir de la salle ? Non. Elle était en train d'avancer en sa direction. Elle la fixait, en plus. Une bouffe de chaleur se fit ressentir dans tout son corps. Ses jambes tremblaient. La bouche fermée, ses dents claquaient. Elle était terrorisée. Cela se trouve, elle voulait la kidnapper par lui faire effectuer ses devoirs. A vrai dire, cela aurait pu être une bonne stratégie pour faire gagner quelques points à sa maison. 

La jeune fille se rapprochait de plus en plus, se frayant un chemin entre les personnes se trouvant entre elles. Arrivée à sa hauteur, Karla était complètement perdue. Elle ne savait plus où fallait-elle qu'elle regarde. Devait-elle la regarder dans les yeux ? Entre les sourcils pour qu'elle pense qu'elle était en train de la regarder ? Juste au dessus de sa tête ? Finalement, elle décida de la regarder dans les yeux. Son regard était intense mais quelque peu fuyant. Elle avait quelque peu peur de ce qu'elle allait lui dire. Mais après tout, elle voulait peut-être tout simplement dialoguer avec elle. Comme toutes personnes normalement constituées le ferait. Comme des gens civilisés, donc. Mais, Karla n'était pas vraiment civilisée bien qu'elle soit bien éduquée. 

La bouche de la jeune fille s'ouvrit. Puis, des mots en sortirent. Elle la salua dans un premier temps puis, elle lui demanda si elle avait besoin d'aide. Karla ne savait quoi répondre. En effet, malgré son aide paumé, elle n'y était pas. Elle était tout simplement intimidée par tant de monde autour d'elle. Mais, également du fait que quelqu'un lui adresse la parole au sein du château. C'était la première fois qu'elle allait parler à quelqu'un. Autre que son entourage familial. C'était étrange mais, tellement excitant à la fois. Peut-être que cette rencontre allait-elle la faire s'ouvrir aux être. C'est ce que nous allions voir à moins qu'elle ne fasse volte-face avant cela. 

La jeune fille sourit après ses quelques paroles. Que devait faire la jeune Gryffondor ? Devait-elle répondre en faisant de même ? Devait elle rien faire ? Elle ne savait pas. Mais, pour avoir l'air gentille, elle répliqua de la même manière. Un rictus apparut alors sur son visage. Elle répondit alors à la question de la jeune fille afin qu'elle n'attende pas trop sa réponse. Elle devait sans doute s'impatienter du fait qu'elle se balançait d'une jambe sur l'autre. A moins qu'elle n'ait envie de faire pipi...

"Mes salutations ! J'avoue être quelque peu perdue du fait de l'immensité du château. Une aide ne serait sûrement pas de refus." Dit-elle d'une voix quelque peu tremblante. 

Après ses quelques paroles, elle reprit sa respiration. Elle ne pouvait pas couper la conversation de cette manière, elle se demandait bien ce qu'elle pouvait ajouter. Elle se dit alors qu'une petite présentation ne serait pas de refus. Après tout, si la jeune fille était venue vers Karla, c'était sans doute pour discuter avec elle. A moins que... Elle dit alors d'une voix maintenant plus assurée : 

"Au fait, je me nomme Karla. Première année à Gryffondor."

"Ce n'est pas un bon signe de santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

Visite guidée  PV Karla 

La jeune fille, en la voyant se diriger vers elle, avait l'air hésitante.  Pourquoi ? Elise n'en avait aucune idée, mais elle continua son chemin, et, une fois devant elle, lui proposa son aide. A ces paroles, la Gryffondor ne su quoi faire. Encore une fois, la Poufsouffle se demanda pourquoi....elle était sûrement timide, elle ne savait pas s'il fallait lui répondre que oui, que non, ou partit...Elise lui sourit pour lui donner du courage, et la petite blonde lui répondit enfin :

" Mes salutations ! J'avoue être quelque peu perdue du fait de l'immensité du château. Une aide ne serait sûrement pas de refus."

Elle lui avait dit ces paroles avec une voix quelque peu tremblante, et s'était exprimée de manière très soutenue. Elle devait sûrement être mal à l'aise, alors. Mais pourquoi pensait-elle cela ? Elle était ridicule, elle aussi avait été comme ça au début de sa première année dans le château, et maintenant elle se permettait de juger les autres ! Elle rougit de honte,  puis se reprit : que penserait l'autre fille si elle la voyait rougir ?

Elise réfléchit : comment l'aider ? Elle ne savait pas ce qui lui posait problème, si elle voulait avoir une réponse à une question en particulier...elle s'apprêtait à le lui demander lorsque que la petite blonde continua, cette fois d'une voix plus sûre :

"Au fait, je me nomme Karla. Première année à Gryffondor."

Karla ? Ce nom lui rappelait quelque chose. Quoi ? Elle ne savait plus. Elle fouilla dans sa mémoire, mais ne trouva rien : elle n'avait aucune amie portant ce prénom, ne connaissait aucun membre de sa famille appelé comme cela...elle ne connaissait pas, ou très peu, le nom des élèves ici - à part ses amies, bien sûr. Qui pouvait-elle bien être ? Elle savait ! C'était sa filleule ! C'était obligé ! Elle le vérifia en demandant simplement à la petite sorcière :

"Tu t'appelles Karla ? C'est toi ? Moi, je suis Elise, à Poufsouffle ! Je crois que je suis ta marraine..."

Elle était tellement contente d'avoir enfin trouvé une de ses filleules ! Surtout qu'elles avaient beaucoup parlé par hibou, plus qu'avec les autres !

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Visite guidée  PV Karla 

Attendant la réponse de la jeune fille, elle se demandait toujours ce qu'elle devait faire. Elle n'avait qu'une envie, c'était s'enfuir. Elle avait l'air ridicule, elle le savait mais, c'était plus fort qu'elle. Elle était de nature timide mais également une personne très réservée. Elle aurait mieux fait de continuer son chemin et se rendre à la volière où elle devait poster la lettre qu'elle avait écrite à ses parents. Cela lui aurait permis d'éviter ce genre de situation embarrassante. Eux, au moins, la comprenait. Bien qu'ils lui répétaient sans cesse qu'il fallait qu'elle se bouge afin de faire de nouvelles rencontres. En effet, ce n'était pas en restant dans son coin. A moitié en train de se laisser mourir qu'elle allait faire de nouvelles rencontres. 

Les paroles de la jeune fille la sortit de ses pensées. Elle lui répondit alors : 

"Tu t'appelles Karla ? C'est toi ? Moi, je suis Elise, à Poufsouffle ! Je crois que je suis ta marraine..."

Karla fit un mouvement de recul tout en souriant. C'était incroyable. Au nom de son prénom, Karla  comprit à qui elle faisait face. Elle se souvenait parfaitement de ce prénom. Elise. Comment avaient-elles réussi à tomber l'une sur l'autre. Comme ça. Par pure hasard. C'était quand même impressionnant cette coïncidence. Elle qui habituellement n'avait pas de chance. La roue avait finalement tourné. 

La jeune rouge et or se venait encore comme si c'était hier de son arrivée au sein du château. Elle avait été époustouflée par cet immense bâtisse. Elle en avait beaucoup entendu parler par l'intermédiaire de son père. Mais, lorsqu'elle le découvrit de ses propres yeux, elle fut bluffée. Tout avait été parfaitement calculé. L'endroit était tout simplement magnifique. Parfois pour créer une communauté étudiante. On pouvait se balader, rencontrer de nouvelles personnes mais également étudier dans les meilleures conditions. Quelques  jours après son arrivée, les yeux encore remplis d'étoiles, elle se souvient qu'on lui avait attribué une marraine. Elle était d'une autre maison. Poufsouffle. Cela aurait pu en déranger certains mais, Karla non. Elle aimait toutes les maisons. 

Ravie de cette fabuleuse surprise, elle lui sourit puis dit : 

"Oui, je suis bien Karla. Mott. Tu crois être ma marraine ? Moi, j'en suis sûre. Je me rappelle parfaitement de ton prénom. A vrai dire, c'est pas compliqué, pour l'instant, c'est le seul que je connaisse." Dit-elle en ricanant. Voilà maintenant qu'elle était plus détendue. 

Elle était si ravie. Karla se souvenait qu'elles avaient échangé quelques hiboux. Assez brefs mais instructifs. Pourtant, elles n'avaient jamais cherché à se rencontrer. Cela aurait été dommage de ne pas rencontrer une personne telle que sa marraine. En effet, pour Karla il s'agissait comme d'une seconde mère. Une personne qui lui apprendrait à s'orienter au sein du château, qui l'aiderait à dialoguer avec les autres mais également qui répondrait à toutes ses questions. 

"Je suis tellement contente d'enfin de te rencontrer. Que faisais-tu ? Je ne te dérange pas, j'espère."

"Ce n'est pas un bon signe de santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

Visite guidée  PV Karla 

La première année recula en souriant lorsqu'Elise lui demanda si elle était bien sa filleule. Elle avait l'air contente de se trouver face à sa marraine, tout comme Elise l'était d'être devant sa filleule. 

Elle se souvenait sa joie lorsqu'elle sut qu'elle allait être marraine, et encore plus quand elle avait reçu le premier hibou, justement de la part de Karla. Elle avait aussi d'autres filleules, mais aucunes d'entre elle n'étaient à Poufsouffle. Cela ne gênait pas la deuxième année, et elle avait été tout aussi contente de faire son travail et de faire découvrir le merveilleux château aux petites première année. Malheureusement, elle n'avait pu en voir réellement aucune jusqu'à maintenant.

Elle sa rêverie fut arrêtée par un cinquième année qui la bouscula et continua son chemin sans retourner. Elise ne supportait pas les impolis comme lui et essaya de le gronder, mais ce fut peine perdue : lorsqu'elle se retourna, il était déjà sortit de la salle. C'est à ce moment-là que Karla prit la parole :

"Oui, je suis bien Karla. Mott. Tu crois être ma marraine ? Moi, j'en suis sûre. Je me rappelle parfaitement de ton prénom. A vrai dire, c'est pas compliqué, pour l'instant, c'est le seul que je connaisse."

Elle avait dit ces mots en ricanant, se moquant un peu d'elle même. Pourquoi faisait-elle cela ? Si elle se disait cela, elle n'aurait pas des amis facilement...elle continua, cette fois plus détendue :

"Je suis tellement contente d'enfin de te rencontrer. Que faisais-tu ? Je ne te dérange pas, j'espère."

Elle aussi était tellement contente ! Elle allait enfin pouvoir vraiment parler avec sa filleule, pouvoir lui poser plus de questions, faire plus ample connaissance avec elle, et, qui sait, peut être se faire une amie ? Elle li répondit d'un ton excité qu'elle employait souvent :

"Moi aussi, c'est merveilleux, tu ne trouves pas ? Ne t'inquiètes pas, tu ne me déranges pas, je ne savait pas quoi faire, tu tombes bien ! Tu veux qu'on fasse un petit tour du château pour commencer ?"

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Visite guidée  PV Karla 

Karla attendait la réponse de sa marraine, lorsque celle-ci se fit bousculer par un individu. Il avait l'air pressé. D'ailleurs, il ne s'était même pas excusé de son attitude. Que les gens étaient impolis de nos jours. Si les parents de Karla avaient été présents, ils lui auraient tiré les oreilles à ce petit chenapan. En effet, depuis toute petite la Gryffondor avait été éduquée non strictement mais d'une manière qui lui aurait permise de vivre en communauté. Ainsi, elle devait dire bonjour aux gens qu'elle croissait. Vouvoyez les plus âgés. Dire merci quand on l'aidait, quand on lui demandait si elle allait bien. S'excuser lorsqu'elle bousculait quelqu'un également, par exemple. Toutes ces petites choses qui étaient tant insignifiantes mais, tellement importantes pour vivre en communauté. 

"Moi aussi, c'est merveilleux, tu ne trouves pas ? Ne t'inquiètes pas, tu ne me déranges pas, je ne savait pas quoi faire, tu tombes bien ! Tu veux qu'on fasse un petit tour du château pour commencer ?"

Merveilleux était le mot tout à fait juste. Karla avait comme des étoiles pleins les yeux. Comme à la découverte de son premier cadeau. Sauf que là, il s'agissait de sa marraine. Elle était toute excitée qu'elle en sautillait. Se penchant tantôt à droite, tantôt à gauche. Beaucoup auraient cherché le bouton "arrêt" s'ils l'avaient rencontrés se demandant pourquoi elle sautait de la sorte. C'était l'émotion. Elle était très émotionnelle comme fille. 

La question qu'elle lui posait était très appropriée. En effet, Karla était même après plusieurs semaines au sein du château encore perdue. Elle confondait les couloirs. Se trompait de salle. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle s'était retrouvée au bout milieu d'une salle d'année supérieure. Rouge de honte, elle était comme tétanisée. Elle ne savait plus quoi faire, elle s'enfuyait donc en courant. Tout en espérant que dans le futur, personne ne la reconnaîtrait. Elle la fille rouge de honte. Il était donc maintenant temps que la Mott sache se repérer. Il le fallait, il s'agissait maintenant d'une question plus que vitale. Ne relevant pas de la vie ou de la mort, mais presque. 

"Oui, c'est fantastique. Ca serait avec plaisir. Je t'avouerais que je me perds encore assez souvent. J'ai l'impression que tous les couloirs se ressemblent. Cela ressemble à un labyrinthe géant, avec des étages."

Heureusement, pour l'instant, une fois la nuit tombée, la jeune fille arrivait toujours à retrouver son chemin. Enfin, elle suivait tout simplement les élèves portant l'uniforme de sa maison. Mais, ainsi, elle n'avait jamais passé la nuit dans un couloir.

"Ce n'est pas un bon signe de santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

Visite guidée  PV Karla 

Karla avait l'air perdue dans ses pensées, se rappelant sûrement des souvenirs importants pour elle ou qui l'auraient marqué. Elise la laissa réfléchir ainsi regardant la foule qui diminuait à mesure que les élèves finissaient de manger, et qu'il rentraient dans leurs salles communes, souvent par petits groupes, parfois seuls. En voyant une élève passe devant-elle avec des cahiers, Elise repensa aux nombreux devoirs que ses professeurs lui avaient donné, et qu'elle n'avait pas commencé. Elle était à présent en deuxième année, et les cours étaient de plus en plus compliqués, ainsi la Poufsouffle devait s'accrocher en certaines matières pour rester à la hauteur, et elle travaillait quelques soirs plusieurs heures de suite pour un seul devoir. Mais, malgré le rythme fatiguant de l'école, Elise aimait Poudlard, et surtout Poufsouffle : c'était sa deuxième maison.

La jeune Gryffondor lui répondit enfin, la tirant de sa rêverie, et Elise sursauta, détachant le regard de la table des Sepentard pour fixer la petite fille :

"Oui, c'est fantastique. Ca serait avec plaisir. Je t'avouerais que je me perds encore assez souvent. J'ai l'impression que tous les couloirs se ressemblent. Cela ressemble à un labyrinthe géant, avec des étages."

Elle aussi avait été dans ce cas dans ses débuts, et elle se souvenait très bien la fois où elle avait voulu entrer dans la salle commune de Gryffondor et où elle avait pleuré, croyant se trouver devant sa salle commune, et qu'elle ne pourrait plus jamais y entrer. Quel honte avait-elle eu lorsqu'une troisième année lui avait dit en riant qu'elle s'était trompée d'étage ! Mais, depuis ce jour-là, elle s'était obligée à regarder et à retenir les plans de Poudlard par coeur, et grâce à sa marraine, s'était assez vite acclimatée à l'ambiance de Poudlard. 

"Ne t'inquiète pas, tu vas très vite t'y habituer. Quand tu connaîtras un peu mieux le château, tu verras que tout ça te semblera très simple. On commence par le premier étage ?"

Elle sautilla de joie, et, sans attendre de réponse, l'emmena hors de la Grande Salle. Cette journée allait être intéressante, et amusante !

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*

Visite guidée  PV Karla 

Lorsque la Gryffondor répondit, sa marraine sursauta, sûrement était-elle ailleurs. Comme dans ses pensées. Elle lui répondit alors : 

"Ne t'inquiète pas, tu vas très vite t'y habituer. Quand tu connaîtras un peu mieux le château, tu verras que tout ça te semblera très simple. On commence par le premier étage ?"

Il était vraiment qu'avec un peu d'aide, il lui aurait été plus simple de se repérer au sein de ce château. Tout se ressemblait. Que ça soit les portes, les murs. Il n'y avait aucun repère pour se repérer. *Ils auraient du mettre des panneaux directionnels.* A chacune de ses sorties, elle avait l'impression de faire une sorte de labyrinthe géant. En effet, à chaque intersection, elle devait choisir quelle direction allait-elle prendre. Droite ? Gauche ? Tout droit ? A moins qu'elle ne fasse demi-tour. C'était un véritable casse-tête chinois. Quoi que, ceux-ci étaient parfois plus simples. Elle n'osait d'ailleurs pas demander aux passants son chemin, se rappelant le jour où quelqu'un lui avait indiqué une mauvaise direction. Peut-être s'était-il tout simplement trompé ? Mais, Karla n'y croyait pas, il avait sans aucun doute voulut se jouer d'elle. La Mott avait déjà fait ce genre de choses quand elle habitait à Londres face à un touriste. En effet, ce dernier lui avait demandé son chemin mais, Karla étant d'humour joueuse ce jour-là lui indiqua le sens inverse. C'était mesquin mais, marrant au fond. Après tout, il n'avait qu'à utiliser une carte. Mais, le jour où cela lui était arrivé, sa réaction n'avait pas été la même, elle avait été vexée de n'avoir jamais trouvé le lieu qu'elle cherchait. Depuis, elle ne l'avait toujours pas trouvé. Il s'agissait des toilettes des filles. Ainsi, à chaque fois qu'elle avait une envie pressante, elle devait se retenir.  

Aux dires de sa marraine, très rapidement, tout allait lui paraitre plus simple. Karla sourit car, elle n'en était pas si sûre. Elle n'avait jamais vraiment eu le sens de l'orientation. Tenir une carte ou n'importe quel autre moyen d'orientation était quelque chose de très compliqué pour elle. Quand elle cherchait le nord, elle se déplaçait finalement en direction du sud. Elle faisait tout l'inverse de ce qu'il fallait donc.

*Le premier étage* Cela lui sembla une bonne idée. Qu'importe l'étage choisi à vrai dire, le principal était pour elle de découvrir les lieux et enfin réussir à se repérer mais, également en apprendre plus sur sa marraine. Elle lui répondit alors : 

"Parfait ! Je te suis." Tout en lui souriant. De toutes ses dents.

"Ce n'est pas un bon signe de santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

Visite guidée  PV Karla 

"Parfait ! Je te suis."

Elise sortit donc de la Grande Salle et s'engagea dans les escaliers. Sa filleule, contente de cette visite improvisée, la suivit et elles se rendirent aux premiers étage. Lorsque sa filleule lui répondit, la deuxième année se retourné pour le voir, et vit qu'elle souriait. Si elles étaient toutes les deux aussi contentes de cette visite, leur journée allait bien se passer ! Par quelle salle allaient-elles commencer ? Une salle de cours ne serait pas très originale, mais au moins Karla la connaîtrait et ne serait pas complètement perdue...laquelle choisir ? Elle laissa ce choix à sa filleule :

"Si on commençait pas une salle de cours ? Il y a l'Histoire de la Magie et la Défense contre le Forces du Mal, tu peux choisir !"

Elle sourit d'excitation : cette journée allait vraiment être magique...elle qui croyait la passer à se morfondre entre parchemins et livres tous les uns plus ennuyeux que les autres, elle allait la passer aux côtés de sa filleule, pour lui faire visiter l'école ! Elle ne l'avait jamais fait, mais il fallait parler, et comme elle aimait cela, faire la guide ne la gênait pas ! Elle continua sa route en attendant la réponse de sa camarade, se demandant si elle allait croiser une autre de ses filleules. Mais non, elles était toutes restées timides, et après quelques hiboux de politesse, elles ne l'avaient plus contactée.


Je m'excuse pour cet énorme retard et pour ce post court...


[FIN DU RPG]

*Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !*