Couloirs

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Sofia Davis  

 RPG+  Calme toi, Papillon  Privé 

Driiiiing... Voilà cette sonnerie qui notifiait la fin des cours de la journée. Un grand brouhaha commença dans la salle de Défense contre les forces du Mal. Aujourd’hui, c’était les Serpentard et les Gryffondor. La jeune professeure rangeait ses affaires puis disparaît derrière la porte de son bureau après avoir incité à ses élèves de ne surtout pas oublier leurs devoirs qui étaient sur  le bureau de la rousse. Dans la classe, on pouvait diviser les élèves par trois catégories. Il y avait des élèves qui rangeaient leurs affaires en parlant avec leurs camarades, ceux qui s’étaient déjà rués vers la porte en attendant la sonnerie et il y avait ces élèves qui rangent soigneusement leurs affaires en prenant leur temps, Sofia en faisait parti de cette catégorie de personne. Depuis le début d’année, elle n’avait pas rencontré grand monde, elle avait connu quelques filles, entre elles, Eileen Eastwood ou même Inej, dans son dortoir ou en dans le Poudlard Express pendant leur trajet ou même pendant une rencontre nocturne. Elle avait aussi rencontré trois garçons, William et Nils Gratz ou même Jonathan Sore. Elle les avait peut-être parlé une fois mais pas plusieurs fois. Étant une fille plutôt renfermée sur elle-même et solitaire, la fille Davis ne la gênait pas la solitude et être seule même si parfois elle aimait resté avec d’autres personnes.

Un livre à la main et le cartable sur le dos, la jeune fille aux couleurs verts et argents se dirigea vers le bureau de miss Holloway et pris une feuille qu’elle mit dans son livre pour ne pas l’épargner dans son cartable et elle sortit de sa salle de cours. 

Sofia avait beau a être une fille assez grande pour une fille de son âge, elle fût bousculée des millions de fois mais, patiente et indulgente comme elle est, la première année se dit que si ils l’ont bousculés, c’est sûrement parce qu’ils l’ont pas vus ou qu’ils sont trop absorbés par leurs discussions et qu’ils ne l’ont pas bousculés consciemment. 
Alors qu’elle montait les escaliers pour partir à la bibliothèque pour faire son devoir de DCFM pour ne pas l’avoir à le faire plus tard car, oui, la fille Davis faisait partie de ses personnes qui ne remettait rien à plus tard et qui préférait faire son travail dès qu’elle avait le temps. En plus, elle avait l’après-midi de libre car leur professeur de potions n’était pas venue et les potions étaient les derniers cours d’après-midi qu’elle avait pour aujourd’hui.

Plus elle marchait, plus les couloirs devenaient déserts, cela se comprenait puisque tout le monde est allé manger.

Boum... Comme je vous l’ai dit, Sofia s’est fait bousculé plein de fois cette journée mais maintenant, c’était différent, c’était avec plus de force et de colère que la jeune fille se retrouva par terre mais se releva et vit de longs cheveux blonds.

 RPG+  Calme toi, Papillon  Privé 

Mad sortit brusquement de son cours d'Histoire de la Magie et claqua fermement la porte derrière elle. La politesse pourrait aller se faire voir, tout comme le silence, ils n'avaient pas leur place en ce lieu à ce moment, encore moins en compagnie de l'émotion ressentie par la Gryffonne. Elle avait été la première à sortir, la rage lui dictant simplement de quitter la salle pour exploser à l'extérieur plutôt qu'à l'intérieur, et désormais, elle était simplement au milieu du couloir. Incapable de rester là en attendant patiemment ses amis, elle préféra s'éloigner de l'endroit qui ne faisait que nourrir sa colère d'autant plus. Elle emprunta donc le couloir du Premier Etage dans lequel elle se trouvait pour détendre un peu ses muscles qui commençaient à s'endolorir, du à la pression que leur propriétaire leur faisait ressentir. 

Durant sa promenade, la jeune fille réfléchit un peu à la cause de sa fureur et, même s'il n'en restait pas moins énervée, se rendait peu à peu compte qu'elle avait probablement été excessive. En effet, en recevant sa copie et en y apercevant un E -son troisième depuis le début de l'année-, elle s'était emportée. La jeune fille en avait effectivement assez que le professeur ne daigne pas lui accorder un O de toute l'année sous prétexte que ses copies n'étaient pas formidables. Ils en avaient d'ailleurs déjà discuté et cela n'avait pas vraiment été concluant.

~FLASHBACK~

- Mr Heltowni, pourquoi n'ai je jamais de O alors que vous semblez à chaque fois satisfait de mes devoirs ?

- Vos copies ne sont probablement pas assez incroyables.

- Je n'en suis pourtant jamais loin. Il n'y a qu'un point de différence à chaque fois.

- Préféreriez vous avoir deux points en dessous ? La question ne se poserait alors plus.

- Non mais...

- La question ne se pose donc pas. Donnez vous plus, vous obtiendrez mieux. Je ne peux rien vous dire de plus.

~FIN DU FLASHBACK~


Elle avait donc essayé de se donner au maximum, s'était évertuée tout ce qu'elle pouvait, pour ce devoir et la note qui lui avait pendu au nez était non seulement un E, mais en plus deux points en dessous du O. Autant dire que cela ne convenait pas du tout à la Deuxième Année, qui avait clairement l'impression qu'on s'était moqué d'elle. 

La colère toujours omniprésente dans l'Âme, c'est alors que son couloir désert se remplaça par un passage comblé par une seconde fille, une autre qu'elle. Etonnant, l'afflux de sortie de cours s'était déjà dissipé depuis quelques minutes et Mad n'avait absolument pas prévu de croiser quiconque. Elle la détailla du regard : long cheveux bruns, yeux traversants, elle ressemblait à Solwen. Cependant, ce n'en était pas une copie exacte et l'écusson brillant et vert présent sur sa robe en témoignait assez bien. C'était donc une Serpentard, mais impossible de caser un nom sur son visage. 

Au final, peu importait son identité, puisqu'elle était inconnue à la préfète. Cependant, là était le problème que la petite fille se mit au travers du chemin de la Deuxième Année qui souhaitait juste tracer. Tant pis, il y avait un obstacle au travers de sa route et lorsqu'un se dressait, elle n'hésitait pas à l'abattre. Au sens littéral ou non du terme, mais ce serait finalement le premier cas cette fois ci. Alors qu'elle arrivait donc à se heurter, ses mains esquissèrent une légère poussée, qui renversa complètement la petite fille.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.