Couloirs

Inscription
Connexion

La gourmandise est un vilain défaut  PV 

C'était avec un grand sourire que Lucy se dirigeait vers la bibliothèque. C'était samedi ; la longue et épuisante semaine de cours était enfin terminée et elle pourrait passer la journée entière le nez dans un bouquin. Elle s'était fixée comme objectif de lire, durant ses sept années d'études à Poudlard, un maximum de livres. Afin de n'omettre aucun ouvrage, elle les lisait dans l'ordre alphabétique. Certains étaient moins intéressants que d'autres, elle ne comprenait pas tout ce qu'elle lisait mais elle se sentait profondément intelligente de procéder ainsi. Un papier vert vif attira soudainement son attention. Elle s'approcha et s'accroupit pour observer plus attentivement sa trouvaille. Un bonbon, dont l'emballage coloré à dominance de vert était en lui-même une invitation à la gourmandise, semblait attendre patiemment qu'un élève chanceux s'en saisisse pour se délecter de ce concentré de sucre. Et justement ; Lucy se sentait tout particulièrement chanceuse aujourd'hui. Elle n'avait jamais goûté de bonbon qui provenait du monde des sorciers et celui-ci en faisait manifestement partie. Un malheureux l'avait probablement fait tomber de sa poche et devait maintenant maudire sa maladresse. Un grand sourire éclaira son visage. Elle observa d'un air anxieux les environs, ne parvenant à se défaire de l'impression de faire une bêtise. Après tout, sa maman lui disait toujours de ne pas manger ce qu'elle trouvait par terre. Mais Lucy était une grande gourmande et à cette heure si tardive de la matinée, son ventre commençait à crier famine. Elle glissa le bonbon dans sa poche, et reprit son chemin jusqu'à atteindre un couloir où il y avait moins de passage. De là, elle sortit la confiserie de sa poche, l'ôta de son emballage vert et l'engloutit rapidement. Qu'il était bon ! Il n'avait rien à voir avec les friandises des moldus.

Alors qu'elle se léchait les doigts, au comble du bonheur, elle sentit soudainement un fourmillement lui parcourir le visage. Ses yeux s'écarquillèrent sous l'effet de la surprise. Ce qu'il advint ensuite lui parut irréel : elle avait l'impression que sa tête enflait jusqu'à doubler de volume. Elle sentait des picotements à certains endroits ; comme si des pustules et des verrues s'installaient sur son visage ébahi. Une douleur sourde accompagnait ses transformations. Elle voulut crier mais seul un grognement franchit ses lèvres. La douleur cessa aussi soudainement qu'elle était apparue : c'était fini. Apeurée, elle contempla ses mains : indemnes. Seul son visage semblait touché. Elle fit parcourir ses doigts sur sa figure et l'effroi s'empara d'elle. Sa peau, ponctuée d'aspérités était devenue rugueuse, et en louchant sur son nez, elle vit qu'il était devenu complètement vert. L'exploration de son visage par ses doigts tremblants lui apprit aussi que ses oreilles maintenant décollées avaient triplé de volume. Elle se mit à trembler violemment et s'assit lourdement par terre, dévastée. Ses bras entourèrent ses jambes repliées et elle pleura bruyamment. Heureusement, c'était un couloir souvent désert et personne ne viendrait la déranger ici. Ses pleurs redoublèrent d'intensité, et à sa plus grande frayeur, des pas se firent néanmoins entendre dans le couloir...

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.

La gourmandise est un vilain défaut  PV 

Lucy pleurait bruyamment. Ce qu’il lui arrivait était terrible ! Elle était fort vraisemblablement tout à fait hideuse. Son visage la picotait un peu, et par moment, elle avait l’impression que de nouvelles pustules fleurissaient, comme de petites fleurs qui apparaissent au début du printemps. Mais ce n’était pas la belle saison et le charme des jolies primevères qui s’épanouissaient sur son visage. C’était des Volcans, un abîme sans fin, le Purgatoire, l’Enfer sur terre, le châtiment divin qui s’abattait sur elle pour la punir de sa gourmandise. Elle renifla et essuya la morve qui coulait de son nez du revers de la main. Maintenant, l’affreuse vivrait probablement recluse ; elle irait construire une cabane dans un arbre à des centaines de kilomètres de toute civilisation. Elle mangerait des insectes et des poissons crus. Personne ne l’épouserait ; elle finirait vieille fille : ou plutôt vieux monstre. Elle contempla ses mains tremblantes. Seul son visage semblait touché. Mais… son visage…  ses jolis yeux, ses joues rouges ! Ses pleurs repartirent de plus belle.

Un coup de pied la fit sursauter. « H-Hey toi, face de troll, qu'est-ce que tu fais là ?! ». Lucy ouvrit grand ses yeux. Face de… troll ? Elle avait bien entendu « troll » ? C’était donc… ! Elle était devenue un troll ! Mais qu’allait-elle devenir ? Elle allait probablement devoir faire ses affaires et quitter Poudlard. Elle irait alors vivre dans la forêt interdite, ou bien elle voyagerait jusqu’à trouver un groupe de trolls qui deviendrait sa deuxième famille. Alors, elle se marierait avec un troll ? Elle aurait des bébés trolls ? C’était trop, elle ne pouvait plus supporter. Elle poussa alors un long cri, semblable à un puissant grognement, qui retentit dans tout le couloir, et releva la tête vers l’intruse qui la regardait, poings levés. D’un bond, elle se leva et chercha à frapper de toutes ses forces la brune qui l’avait insultée. Mais la jeune fille qui lui faisait face avait une bonne défense et Lucy se retrouva aussitôt nez contre terre. 

Sa tête heurta durement le sol et elle se sentit quelque peu chancelante. Étrangement, cela lui remit les idées en place. Il était important aussi de noter que la chute avait éclaté quelques pustules d’où s’écoulaient maintenant un pus verdâtre et nauséabond.  Elle leva les yeux vers l’intruse ; c’était une jeune fille brune, avec des cheveux légèrement ondulés et des yeux qui oscillaient entre le gris et le bleu. Elle la reconnut : elle l’avait aperçue quelques jours auparavant au pique-nique des Serdaigles. C’était… comment, déjà ? Ah, une certaine Nore Selwon, peut-être. Mais… Lucy avait tenté de frapper l’une de ses camarades ! Elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Bon sang, et si elle l’avait blessée ? Mais non ; c’était elle qui s’était retrouvée à terre avant même de comprendre ce qu’il se passait. Sa camarade était très vive. Le menton tout tremblant, la morve au nez,  Lucy lança un regard suppliant et larmoyant à sa camarade.

Lucy a tendance à paniquer très vite et dans ce genre de situation, elle perd totalement ses moyens et n’est pas capable d’avoir un raisonnement assez rationnel pour réaliser qu’il s’agit d’un bonbon de farces et attrapes et qu’elle ne peut pas réellement devenir un troll.

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.

La gourmandise est un vilain défaut  PV 

Lucy était encore au sol. Elle ne savait pas comment réagir. Sa jeune camarade avait une remarquable défense et elle avait très peur de représailles si elle se relevait. Prenant appui sur ses bras, elle se redressa légèrement. Lorsque elle décolla sa tête du sol, on pouvait apercevoir des filaments étranges, mélange de pus et d’une substance non identifiée, qui sortaient de ses pustules, collés au sol. Elle eut un haut-le-cœur. La fillette parvint à s’asseoir et replia ses jambes contre elle, les encerclant de ses bras. 

« Parle maintenant, vile créature, qu'est-ce tu fais ici ? Tu veux manger des enfants, avoue-le ! »  dit la petite brune. Manger des enfants. C’était une question très intéressante. Lucy ne s’était jamais intéressée au régime alimentaire des trolls mais à en croire les contes de son enfance et ce qu’elle regardait à la télévision, les trolls mangeaient en effet bel et bien des enfants. Et puisqu’elle était devenue un troll, allait-elle devoir se soumettre à ce régime si elle souhaitait survivre ? Elle releva la tête pour observer attentivement sa camarade qui, au passage, était dans une posture totalement ridicule bien qu’un peu effrayante. Lucy frissonna. L’heure du déjeuner approchait, la fillette commençait à avoir un petit creux. Elle inspecta la jeune fille du regard. Plutôt mince, il n’y avait pas grand-chose à grailler. Étrangement, sa camarade ne la mettait pas en appétit. Et elle semblait dégager une odeur peu plaisante… A moins que l’odeur ne vienne d’elle… ? Peut-être que Lucy préférait les garçons, finalement. Un sourire flotta sur ses lèvres. Elle imagina le jeune Rey, un garçon de Poufsouffle dont elle était folle amoureuse, sur une broche, en train de tourner tout doucement, rôtissant tranquillement au-dessus un feu de bois, au fond de la forêt interdite avec son clan de trolls.  Fallait-il enlever les vêtements avant de faire rôtir le garçon ? Lucy rougit violemment, si toutefois une telle chose était possible avec sa tête verdâtre et pleine de pustules.

Puisqu’elle devrait probablement de toute façon manger des enfants, autant s’installer dans la forêt interdite, tout près de Poudlard. Elle disposerait ainsi d’une solide réserve de jeunes sorciers naïfs et… probablement… délicieux. Son ventre gargouilla.  Une vague de tristesse submergea la jeune enfant. C’était elle, la naïve, la crédule ! Il n’y avait probablement pas de clans de trolls à proximité, sinon des disparitions d’élèves auraient été déplorées. Or, ce n’était pas le cas. Quoi que… elle se souvint d’une information primordiale. Mais oui, bien sûr ! Où était donc passé le jeune Caelum O’Murphy, qu’elle avait déjà aperçu dans la salle commune des Serdaigles ? Il avait disparu ! Oh, probablement mangé par des trolls ! La fillette ressentit une grande excitation l’envahir. Elle pourrait donc se trouver des compagnons ! Et peut-être même qu’il restait des morceaux de Caelum à manger ! Euh… non, finalement, beurk. 

Allons Lucy, reprends tes esprits. Sois rationnelle. Sois une fière trollette ! Elle se redressa, prête à faire face à l’ennemie. Debout, elle se rendit compte que sa camarade la dépassait aisément d’une tête. Allons, il ne fallait pas se laisser intimider ! Elle fit un pas en avant et… marcha sur un papier vert vif. L’emballage du bonbon. Tout s’éclaira –ou presque, dans son esprit. Elle se pencha et ramassa le papier. Dans un coin de l’emballage, dans une écriture discrète et dorée, on pouvait lire « Farces pour sorciers facétieux, Weasley. » Lucy haussa un sourcil, intriguée. Mais alors… ? Elle ouvrit la bouche pour prendre la parole. Une mouche s’en échappa  et disparut dans une petite pluie d’étincelles. « Grrmllrmmmll… » Réussit-elle à dire. « Gnooore… » parvint-elle à articuler dans une vaine tentative de prononcer le nom de sa camarade. Sa voix, profonde et grave, avait un aspect effrayant et contrastait fortement avec sa douce voix cristalline habituelle. Sans un mot de plus, elle tendit le papier vers sa camarade.

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.

La gourmandise est un vilain défaut  PV 

Elle était carrément effrayante, cette Nore Selwon ! On aurait dit qu’elle était prête à passer à l’attaque et qu’elle n’avait qu’une envie : mettre à nouveau à terre la pauvre Lucy qui ne demandait qu’à redevenir normale. Ou du moins, vivre tranquillement sa petite vie de trollette si le retour à un état plus ou moins humain n’était pas possible. Sa camarade mit un moment avant de saisir le papier que Lucy lui tendait. « Farces pour sorciers facétieux, Weasley. Q-Quoi ?? T'as mangé ça ? ». Le regard de la jeune fille s’éclaira, comme si elle avait fait le lien. Lucy hocha vigoureusement la tête et adressa son plus beau et charmant sourire à son interlocutrice. Le sourire édenté et peu attrayant d’une jolie trollette qui se respecte, en somme. Elle ouvrit la bouche une nouvelle fois pour prendre la parole mais son haleine fétide parvint à ses narines. Elle eut un mouvement de recul, épouvantée. Cette odeur venait-elle vraiment de sa bouche ? Pouah, c’était pire que l’haleine matinale d’Annie ! Elle ferma les yeux et prit une grande inspiration. Il fallait se concentrer, réfléchir sur la situation et réussir à faire parvenir à la jeune fille qui lui faisait face les informations essentielles, tout en gardant son calme et en évitant de manger le sol après un bon coup de poing.

« Ghe… » parvint-elle difficilement à dire, « ghe… gu’aggelle… Luguy. » Elle laissa échapper un rire nerveux. La réplique, associée à sa difficulté d’élocution et un vocabulaire plutôt restreint, lui fit penser à un vieux film des années 2015, un film de l’époque de ses parents en somme, où une espèce de botruc géant voyageait dans l’espace accompagné d’une équipe de bras cassés. Elle rit à s’en faire mal aux côtes, et ne reprit que difficilement son sérieux. Par ailleurs, était-ce une bonne idée de dévoiler son nom à la jeune fille ? Si elle le répétait, toute l’école saurait qu’elle était devenue un troll ! La honte ! Néanmoins, elle devait reconnaître que pour l’instant, elle avait besoin d’aide, et elle préférait encore être aidée par une jeune fille de son âge et de surcroît, provenant de sa maison, plutôt qu’un élève plus âgé ou pire, un adulte. Elle plongea à nouveau son regard dans celui de « Nore », qui la dépassait aisément d’une tête. Et maintenant, qu’allaient-elles faire ? Lucy était-elle tout de même condamnée à rester un troll jusqu’à la fin de ses jours ? Elle avait prit l’apparence d’un troll suite à l’ingestion d’un bonbon de farces et attrapes, mais l’effet était-il vraiment réversible ? Cela faisait déjà une petite demi-heure qu’elle avait cette forme et cela lui semblait être de pire en pire. Si elle restait troll à jamais… Autant se servir de cette fille jusqu’au bout. Un sourire malicieux naquit sur ses lèvres. « Gnoooore ! » dit-elle en mettant un maximum de puissance dans sa voix. Elle fit un pas dans sa direction, tout en gardant une certaine distance et de la prudence. Elle n’avait pas oublié qu’elle était encore quelques minutes plus tôt face contre terre. Son regard se posa sur le sol où reposaient encore de la morve et salive verdâtres. Mais peu à peu, les tâches semblaient s’estomper.

Peut-être que sa camarade pouvait l’amener à la forêt interdite ? Comme cela, si elle restait troll, elle pourrait se cacher et la manger. Finalement, elle ne devait pas être si mauvaise. Encore faudrait-il réussir à la vaincre par contre, et ça, c’était une autre affaire. Lucy ne voyait pas de solution à sa situation, mais une chose était sûre : rester plantée dans ce couloir une heure de plus, ça, non ! De plus, bien que la plupart du temps désert, des personnes passaient parfois par dans ce couloir et elle ne souhaitait pas se faire surprendre une fois de plus sous cette apparence. « Gnooore… » répéta-t-elle difficilement pour capter à nouveau l’attention de la jeune fille. Elle leva le bras, et indiqua du doigt –par ailleurs sa main était parfaitement normale, c’était un bon point !, le couloir, comme une invitation à se déplacer. Il restait à voir comment « Nore » allait réagir.

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.

La gourmandise est un vilain défaut  PV 

La salle des trophées était somptueuse, Christopher parcourait les vitrines des yeux, s'arrêtant sur les succès des Serdaigle ou des noms familiers. Cherchant celui de son père qui avait gagné une coupe de Quidditch avec Poufsouffle. Il y en avait tellement que c'était une véritable épreuve de le trouver au milieu de tous. Pour une fois le blondinet n'était pas dans absorbé par un livre à la bibliothèque, il profitait de son temps libre pour visiter cette salle où il n'avait pas encore mis les pieds. Les succès des uns et des autres l'inspirait, en voyant tous ces noms mis à l'honneur il espérait qu'un jour le sien soit présent dans cette pièce.

Ses pensées furent brusquement interrompues par un grondement. Christopher quitta les trophées des yeux, le bruit était lointain mais il n'avait pas rêvé. Les environs de Poudlard et notamment la forêt interdite regorgeaient de créatures en tout genre et il n'était pas rare d'entendre des bruits inquiétants tel que celui-ci provenir de là-bas, surtout la nuit quand le silence est présent. Mais là le grognement venait de l'intérieur du château, il en était sûr, il était même assez proche. Un nouveau son ce fit entendre, moins impressionnant, du moins ce ne semblait plus être un grognement. Cela ressemblait plutôt à des pleurs, des pleurs d'une bête féroce. Christopher sortit de la salle des trophées et parcouru la galerie aux armures, le courage n'était pas ce qui le caractérisait le plus, loin de là, mais il voulait connaître l'origine de ces bruits.

Les sanglots cessèrent, laissant place à un fort grognement, puis un cri plus strident se fit entendre, il y avait sûrement une élève non loin de la bête. Un gros "BOUM !" s'en suivit et enfin le silence. Tout ceci semblait provenir du bas des escaliers desquels Christopher s'approchait. Il les descendit et se retrouva au deuxième étage cherchant autour de lui ce qui avait fait tout ce ramdam. Des voix semblait provenir d'un peu plus loin, le jeune Serdaigle s'approcha, la disparition des grondements le rassurait. « Allez, viens Luguy ! » entendit-il à l'angle du couloir où il était.

Il passa l'angle et vit une petite brune qui commençait à partir dans le sens opposé à lui en tirant quelqu'un avec elle. Il lui semblât reconnaître la jeune fille, « Noor ? ». Elle se retourna, en effet c'était bien la jeune Serdaigle qui s'était moquée de lui il y a peu quand il était tombé dans le lac lors du pique-nique des aiglons. « C'est toi qui fait tout ce bruit ?  » Il porta alors son attention sur la personne qui accompagnait la fillette et eût un sursaut suivit d'un cri peu viril. « Qu'est-ce que tu fais avec un... un heu... C'est un troll ? » Il n'était pas totalement sûr de lui. Était-ce bien un troll? Il en avait la tête, ça oui, mais pas la taille. Et pas le corps ! Le mini-troll avait un corps d'humain, d'humaine même. *Mais qu'est-ce qui se passe ici?* se demandait Christopher perdu entre l'envie de fuir et d'en savoir plus. L'aiglon restait figé de peur malgré que le calme de sa camarade le rassurait quant à la situation.

Vive les Tallirenpher / 141265
"C'est si beau ce que tu dis là Chris. Ça m'émeut ! :'( " - Tally Jenkins
-2ème année RP / Boute-en-train de l’année 2018

La gourmandise est un vilain défaut  PV 

Ah, c’était donc Noor, pas Nore. Lucy se sentait un peu désolée de n’apprendre le prénom de sa camarade que si tard dans l’année. Lorsque la fillette manifesta son envie de se déplacer, Noor confirma que se rendre à l’infirmerie serait une bonne idée. La petite trollette secoua aussitôt la tête pour manifester son désaccord. C’était la Forêt interdite qu’elle voulait, pas l’infirmerie ! A l’infirmerie… Une petite lumière s’alluma dans l'étroite caboche de Lucy. Bien qu’elle fit preuve la plupart du temps d’une certaine intelligence, elle était dans certaines circonstances bien peu perspicace et il fallait l’avouer, peu finaude, cette gamine. Mais on mettra cela sur le compte de la jeunesse. L’infirmière pourrait bien évidemment la soigner, après tout, elle n’avait fait que manger un bonbon. Cela ne pouvait pas être irréversible… si ? 

En compagnie de Noor, elle prit la direction de l’infirmerie. Elle gardait la tête baissée mais regardait constamment autour d’elle, toujours à l’affût de quelques éclats de voix ou de bruits de pas. Sans prévenir, Noor tira sur sa manche comme pour faire demi-tour mais Lucy s’était figée en apercevant un grand garçon aux cheveux blonds qui était apparu face à elles. La Serdaigle reconnut Christopher, un camarade de maison aussi en première année. Il poussa un petit cri comme une fillette  et questionna Noor pour comprendre la situation. Pourquoi fallait-il qu’elle croise encore un Serdaigle ? Ses yeux se remplirent de larmes. Toute l’école allait être au courant de cette mésaventure. En larmes, elle renifla mais à en juger par le liquide verdâtre nauséabond qui coulait de son nez, il aurait été préférable qu’elle se mouche directement.

Que devait-elle faire, maintenant ? Si elle était un troll, ne serait-ce que provisoirement, ne devait-elle pas tenter de manger le garçon ? Était-ce là le prix du silence ? Elle le regarda de la tête aux pieds, comme un marchand qui juge la qualité du bétail. Grand et légèrement enveloppé, le garçon avait de quoi la nourrir pendant un bon mois. C’était probablement un peu trop pour elle, et de toute façon, elle n’avait fait que manger un bonbon de farces et attrapes, elle allait probablement retrouver forme humaine sous peu. Du moins, elle espérait. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine et elle sentit sa gorge se serrer. Elle peinait à se calmer et pleurait encore. Lucy essuya son nez et son visage avec la manche de son pull. Ce garçon, il n’avait rien à faire là. Il fallait qu’il parte, et au plus vite. Elle lui jeta un regard noir et, comme guidée par son instinct, elle se mit en position de combat malgré ses larmes et son angoisse grandissante.

« Gakroche ! » grogna-t-elle d’une voix profonde, comme une invitation pour que le garçon vienne en découdre avec elle. Elle jeta un petit regard à Noor pour lui intimer le silence. Elle espérait que sa camarade resterait discrète et n’interviendrait pas, ainsi, elle pourrait faire fuir le garçon. Elle se figea un instant en pensant qu’il était possible que Noor change de camp et vienne en aide en garçon, tout en abandonnant la trollette à son sort. Elle secoua la tête pour chasser ces pensées. Au pire, ils fuiraient tous les deux et elle serait à nouveau seule, et tranquille. Elle poussa un long hurlement et courut en direction du garçon tout en agitant les bras.

Tous à l'abordage !
Tallucy, les princesses rebelles.
J'aime les choux à la crème.