Couloirs

Inscription
Connexion

Une nuit insomniaque.

Il était presque minuit, la plupart des garçons du dortoir de Jacob s'étaient endormis. Certains dormaient à point fermés, d'autres ronflaient. Quelques un semblaient avoir le sommeil léger puisque Jacob pouvait les entendre tourner d'un sens puis de l'autre faisant craquer le bois du lit. Pourtant, lui, ne trouvait pas sommeil. Jacob était du genre à dormir à point fermer, plongé dans ses rêves rien aux alentours ne pouvait réussir à perturber ses nuits. Pourtant, cette nuit là, rien n'y faisait. Le marchand de sable n'était pas parvenu jusque lui. Le jeune première année de Gryffondor passait un début de nuit à penser à tout et n'importe quoi si bien que le sommeil ne lui parvenait pas.
Énervé, anxieux, désorienté, le jeune homme décida de se lever de son lit. A pas de loup, ne souhaitant surtout pas réveiller les quelques rêveurs assoupis, Jacob souleva sa couette, posa ses pieds sur le parquets craquant puis se dirigea vers la porte du dortoir des garçons. Une fois la porte de sa salle commune passée, Jacob se dirigea vers les couloirs.
Lui-même ne savait pas réellement là où il se dirigeait. Le jeune garçon n'avait qu'une idée en tête, passer le temps dans les couloirs pour se vider la tête et trouver enfin le sommeil qui le pousserait à retourner se coucher.
Son anxiété, surement dû au stress des premiers devoirs se transforma progressivement en une angoisse de croiser le concierge ou un professeur dans les couloirs à cette heure. Jacob est un passionné de lecture et pour lui ce sont davantage les livres d'aventure et de mystères qui le passionnent. Avant de quitter son lit, il avait donc pris soin de récupérer sur sa table de chevet un des livres du romancier français Jules Vernes.
Quoi que peu habitué à la multitude des salles, de couloirs et d'escaliers qui composent le château, Jacob décida de s'assoir à côté de l'une des statues de chevaliers, au-dessous de l'une des lanternes du couloir.
Le jeune homme avait beau paraître sûr de lui, pensant être seul à divaguer sur les sols de l'école, il n'était pas rassuré. Quelques souris passaient par-ci par-là, les murs semblaient sans cesse murmurer. Alors pour combler ces quelques désagrément, Jacob plongea dans la lecture de son roman.
C'est alors que, non loin de lui, il entendit quelqu'un se rapprocher. Relevant la tête il pouvait distinguer avec peine une silhouette qui se dessinait à travers les ombres que laissaient paraître au sol les torches accrochées au mur. Jacob savait qu'il n'avait pas à se trouver dans les couloirs à une heure aussi tardive mais pour autant il savait qu'il ne faisait rien de mal. Confiant et rassuré qu'il s'agisse de l'un de ses camarades ou non, Jacob décida d'intervenir.


- Qui va là ? Murmura t-il.

D'abord, la personne continua d'avancer dans la pénombre. On ne pouvait distinguer que sa silhouette humaine. Impossible de savoir s'il s'agissait d'une fille ou bien d'un garçon.
*Peut-être un autre insomniaque ?* se demandait Jacob. Quelque peu apeuré, Jacob bien que socier débutant, s'arma de sa baguette. Finalement, le jeune homme se rassura au fur et à mesure que la personne arrivait. Toujours muette il attendait une réponse mais se rendit bien compte qu'il s'agissait de l'un de ses camarades. La personne arrivant à son niveau, lui fit un certain sourire presque délivrant pour elle aussi, comme si elle espérait également tomber sur un autre de ses camarades. C'est alors que les deux sorciers commencèrent à échanger.

Jacob Smith, Première année, Gryfondor.

Une nuit insomniaque.

Une petite main frôle les murs, comme si elle avait peur de les abîmer, qu'ils se brisent et qu'ils la recouvrent de pierres et de poussières. Un livre sous le bras, Vingt mille lieues sous les mers, de son titre, elle sort des cachots à pas feutrés. Elle s'est  négligemment passée une robe noire comme la nuit sur les épaules. Ses cheveux noirs ainsi que son pyjama et sa robe de la même couleur lui permettent de se fondre facilement dans l'ombre. La nuit était déjà bien avancée mais le sommeil la fuyait comme la peste et rester dans son dortoir était devenu impossible tellement ses camarades respiraient fort. Elles arrivaient même à détourner son attention de son livre, ce qui n'est pas donné à tout le monde.

Ses pas la menèrent près du septième étage, elle fut surprise, n'ayant pas eu conscience d'avoir autant marché. C'est fou ce que le temps passait vite, la tête plongée dans un livre. La lune brille à travers les fenêtres dont les grandes vitres  provoquent des jeux d'ombres sur  le sol. Une ombre sort du décors. Elle s'en approche. Finalement, c'est un garçon dont elle va à la rencontre. Un petit sourire se dessine sur ses lèvres. Ses longs cheveux passent derrière ses épaules et ses grands yeux verts brillent presque dans l'obscurité du couloir. Il lui est impossible de décrire l'autre, la luminosité est trop basse, mais ce n'est pas grave. Ce n'est pas le physique qui fait une personne mais le caractère, alors qu'importe si elle ne peut pas le voir. Une étincelle de curiosité illumine son regard.

Les deux parties de son livre claquent quand elle le renferme. Tant pis si elle doit finir son chapitre plus tard, ce n'est pas comme ci sont livre allait disparaître. Son regard se perd sur l'ouvrage que tient  l'autre, ce serait peut être un peu indiscret de sa parc de lui en demander le titre. Le froid lui mord la peau et elle s’emmitoufle encore un peu plus dans sa robe d'hiver. La verte et argent fini par tendre la main en direction du garçon qui lui fait face.

« Enchantée.. » Sa voix, douce comme de la soie, se répercute quelque instant contre les grands murs du château.

Ses joues chauffent tellement qu'elles pourraient devenir fluorescentes. Elle se mordille la lèvre inférieure en se triturant nerveusement une mèche de cheveux. Elle croise les jambes et se tortille de gêne.

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Une nuit insomniaque.

Athalée, comme d'habitude, ne dormait mais lisait. Elle profitait du silence des autres pour voyager d'un livre à un autre. Elle était assise sur le rebord de sa fenêtre et la lumière de la lune éclairait son visage blanc et son livre. Elle avait tressé ses cheveux pour qu'ils ne la gênent pas pendant sa lecture. Cela faisait plusieurs heures déjà qu'elle ne dormait pas. De temps en temps, elle regardait dehors et contemplait le ciel et la forêt qui s'étendait au loin. Une part d'elle voyageait à travers ce spectacle et le monde que lui offrait son livre. 

Mais elle ne voulait plus rester ici, elle voulait continue sa lecture ailleurs, dans un autre endroit qu'elle ne connaissait pas encore. Partir en aventure. Alors elle prit sa cape noire, sa baguette, et accompagnée de son livre elle partit. Elle traversa à pas feutrés son dortoir et sa salle commune. Elle ne savait pas où elle allait mais peu lui importait. Alors elle marchait, elle se promenait ainsi dans les couloirs durant des minutes, puis des heures. Elle cherchait un endroit où elle pourrait continue sa lecture tout en étant sûre de ne déranger personne. Puis, à un moment, elle se retrouva près du septième étage. Elle fut surprise d'avoir autant marché, mais cela la rendait heureuse, elle aimait se promène dans la nuit, la où tout est plus calme et silencieux.

 Elle continua sa route mais Athalée crut voir deux ombres au loin. Elle s'avança lentement et discrètement. Elle ne savait pas qui cela pouvaient être alors elle préférait ne pas être remarquée. Elle avait peur, et si c'était deux professeurs ou le concierge! Elle avanca, un pied après l'autre, et quand elle fut arrivée à la hauteur des deux ombres, elle respira enfin normalement. C'était simplement deux élèves, qui avaient l'air de ne pas vouloir ou pas pouvoir dormir comme elle. Il y avait une fille et un garçon. Alors elle prit son courage et tenta une approche:
"Salut!"

Elle était effrayée, elle ne savait pas si elle les dérangeait, si ils allaient lui répondre, elle se posait milles questions.

Vive les cours... Enfin presque ! Cela me cause du retard dans les rp ! Je m'excuse énormément!!
.JE SUIS UN SERPENT ET UN DRAGON ET UN LOUP.
"Lire c'est échapper à la réalité un instant pour vivre dans le rêve!"

Une nuit insomniaque.

La silhouette continuait à s'approcher et Jacob pouvait très distinctement observée une jeune étudiante s'approcher de lui. Vêtue d'une longue robe de nuit noire, cette dernière sortait également très certainement lit. Insomniaque également ? La jeune fille s'arrêta à son niveau et après une léger étonnement elle s'engagea d'une voix douche.

- Enchantée.. déclara t-elle.

Elle semblait quelque peu désorientée et ses joues se mirent à rougir. Se mordillant les lèvres et tortillant les genoux, elle semblait nerveuse. Après quelques brèves échanges sur leur identité respective, la jeune Serpentard et le jeune Gryffondor semblaient plus à l'aise. Jacob était rassuré de tomber sur une autre élève. Un professeur n'aurait surement pas apprécié croiser un jeune première année assis dans les couloirs à une heure aussi tardive.
C'est alors que Jacob remarqua le livre que tenais Cassiopée entre ses mains. Alors que lui lisait il y a encore quelques minutes le fameux livre "Le tour du monde en quatre-vingt jours" de Jules Vernes, cette dernière tenait également entre ses bras un ouvrage du célèbre romancier français. Étonné et ravi par cette soudaine coïncidence, Jacob ne pu s'empêcher de la questionner.


- Oh, je vois que tu lis aussi Jules Vernes? Lequel as-tu emmené avec toi? Toi aussi tu adores cet auteur ?

La jeune demoiselle n'avait pas encore eu le temps de répondre que des bruits de pas lointain retentissait. Une autre personne approchait. Les deux sorciers étaient soudain pris d'un léger malaise et l'appréhension de croiser un membre du personnel de l'école les angoissait plus que tout.
Finalement une nouvelle silhouette féminine se dessinait et se rapprochait d'eux. La jeune fille nouvelle semblait également rassurée lorsqu'elle nous surprit à discuter.


- Salut! déclara t-elle d'une voix peu rassurée.

- Salut à toi! répondit Jacob légèrement amusé.

Les trois élèves se mirent presque nerveusement à rire en chœur. Il faut dire qu'aucun d'eux ne s'attendait à se retrouver tous les trois au septième étage à cette heure. Jacob semblait complètement rassuré. Il faut dire que si le concierge venait à passer, il ne serait pas le seul à se faire réprimander.
Ne souhaitant tout de même pas attirer l'attention, Jacob proposa naturellement à ses deux camarades de s'assoir sous une des torches, non loin d'une statue. Les doux rayons blancs de la lune perçaient à travers les vitraux du château, pas un bruit ne se faisait entendre aux alentours. Ils étaient désormais tout les trois presque comme dans un cocon et en oubliaient presque l'heure qu'il était. Au lieu de trouver le sommeil, Jacob avait finalement trouvé deux camarades à qui parler et avec qui passer du bon temps.

Jacob Smith, Première année, Gryfondor.

Une nuit insomniaque.

Athalée fut soulagée et rassurée d'être en présence de deux autres élèves, cela voulait dire qu'elle n'était pas la seule à ne pas dormir et à se promener dans les couloirs. Le garçon avait répondu immédiatement à son salut:
"- Salut à toi!"

Les trois élèves se regardèrent et se mirent à rire automatiquement, comme s'ils se connaissaient déjà. Cela lui fit du bien de rire, cela l'aidait à se détendre. Ils étaient trois dans la même situation alors elle n'avait aucun risque quelconque. Mais Athalée n'était toujours pas habituée à parler aux personnes qu'elle ne connaissait pas alors elle ne savait quoi dire. Elle dit:

"Je m'appelle Athalée Drasilio.....je suis en première année....et vous? Vous ne dormez pas non plus?"

Athalée avait remarquée que la jeune femme et le jeune homme avait déjà commencé à parler ensemble alors elle s'était décalée pour les laisser parler tout en restant près d'eux. Il avaient tout deux un livre à la main. Il avait l'air ressemblant mais elle n'était pas sûre car seule la lune éclairait l'espace. Le garçon avait fait signe aux filles de s'installer sous un torche, près d'une statue. Athalée s'installa confortablement en s'asseyant tranquillement par terre. Elle posa son livre sur ses genoux et mit ses mains sur ce dernier. En attendant la réponse des deux élèves, elle ne savait que faire. Alors elle attendit.
Les doux rayons de lune éclairait l'espace d'un blanc magnifique et profond à travers les grands vitraux du château. Cela paraissait surréaliste à Athalée. La nuit était déjà tombée depuis longtemps, elle ne sut qu'elle heure précise il était, mais, avec ces deux nouveaux camarades, elle oublia rapidement le temps qui passait. Pour eux, la nuit ne faisait que commencée. Athalée fut ravie de n'être pas seule cette nuit-là. Elle serait encore en train de passer sa nuit seule à sa fenêtre en train de lire son bouquin. Là, elle pourrait passer une merveilleuse nuit en compagnie, et peut être même s'en faire des amis. Pourquoi pas, se disait-elle. Ils avaient l'air d'avoir le même âge qu'elle même si la luminosité ne permettait pas une vision claire des choses, Athalée en avait une très bonne. Elle était ravie d'avoir trouvé de la compagnie avec qui elle resterait le temps d'une nuit. La nuit s'annonçait merveilleusement bien pour ses trois élèves de la nuit. Athalée réfléchissait, les yeux perdus dans le sombre vide du couloir, durant l'attente silencieuse de ses camarades.

Vive les cours... Enfin presque ! Cela me cause du retard dans les rp ! Je m'excuse énormément!!
.JE SUIS UN SERPENT ET UN DRAGON ET UN LOUP.
"Lire c'est échapper à la réalité un instant pour vivre dans le rêve!"

Une nuit insomniaque.

Les deux semblaient bien s'entendre, plus qu'elle ne s'entendaient avec son frère, en fait. Tellement bien qu'elle se sentait de trop, de beaucoup trop. Il y avait comme une alchimie particulière entre eux deux. Ils feraient de bons amis. Mais elle, elle n'aimait pas vraiment les gens comme ça. Les gens gentils, personnes sociales. Elle n'était pas comme ça, ça l'énervait vraiment parce qu'elle comprenait un peu qu'elle ne serait jamais comme les autres et, à chaque fois, ça faisait un peu mal. Et puis,  ils n'avaient en commun qu'un bouquin ? Une jolie flamme et il ne serait plus. Un lien ne peut pas se tisser sur quelque chose d'aussi faible qu'un morceau de papier, c'était impossible. Et, soudain, il n'y eu plus qu'elle courant vers les cachots, ses pieds ne semblants même pas toucher le sol. Soudain, il n'y eu plus qu'une envie irrépressible de jeter le livre au feu et de ne plus quitter la salle commune, il n'y eu plus que les murs de pierres et les couvertures de son lit la protégeant comme un cocon protège la chenille avant qu'elle ne devienne un papillon. Elle n'eut même pas une pensée pour les deux personnes abandonnées en pleins milieu du château. Deux personnes qu'elle ne reverrait jamais, sans doute. Soudain, il n'y eut plus que les larmes de se savoir différente.


Reducio
Fin du RP pour moi, désolée de cette sortie si peu digne ^^ 

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.