Couloirs

Inscription
Connexion

Une visite de l'école

[PRIVÉ : Ysalyne Benett]

*******************************************

Allongée sur son lit, Carry regardait le plafond sans rien faire. La nuit dernière, elle eut du mal à s’endormir et pour cause : le lit qu’elle avait n’était pas le lit auquel elle était habituée d’avoir quand elle vivait avec ses parents. Malgré les défauts qu’elle lui trouvait, celui-ci possédait de jolies draps blanc recouvert d’une couverture verte argentée au couleur de la maison. Il fallait croire que si on faisait partie d’une maison il fallait montrer qu’on soit fière d’en faire partie. Agacée par sa paresse, Carry se redressa et regarda aux alentours pour voir s’il y’avait d’autres élevés dans la pièce Après un brief regard autour d’elle, la nouvelle élève remarqua que la chambre dans laquelle elle était, comportait cinq autre lits vides disposés en cercle. Autre remarque intéressante : les lumières du soleil passaient à travers les vitraux et *comme par hasard* se dit elle, les rayons du soleil pouvaient atteindre pile poil le lit ou elle était. Elle comprit maintenant la raison du pourquoi ce lit était le seul qui restait dans la chambre la nuit dernière. Agressée par les rayons du soleil mais aussi soulagée de voir que la chambre était vide, elle se leva pour de bon de son lit. A peine eut elle posée les pieds sur le sol froid que celui-ci la réveilla au contact, quoi de mieux que de se réveiller par du parquet froid ?

Carry, d’un pas lent et paresseux, se traina jusqu’à sa valise. Une fois arrivée près de celle-ci, la jeune fille fit la moue pendant quelques secondes réalisant qu’elle allait devoir déballer toute ses affaires et les ranger. S’il y’avait bien une chose que la jeune sorcière avait horreur c’était bien de faire les taches de ménages et ranger sa valise en était une. Ne voulant pas rester trop longtemps dans la chambre et voulant aussi éviter de ranger sa valise, elle prit se dont elle avait besoin pour sortir à savoir, des bas de couleurs noir, une jupe mi-long noir et verte, une chemise blanche, la fameuse cravate verte-argentée, un pullover gris avec l’insigne de Serpentard et enfin la grande robe noire avec le même insigne que celui du pullover. Une fois prête, Carry se dirigea vers un miroir qui était proche de la sortie et se regarda pendant une dizaine de seconde en tournant sur elle-même.

*Pas mal, ça a une certaine allure en fin de compte .*


Une fois en dehors de la chambre, Carry descendit les marches et se retrouva dans la sombre salle commune des verts. Voyant qu’elle n’était plus seule, la Serpentard s’arrêta au bas des escaliers et regarda silencieusement qui était présent dans la salle. Son objectif était de trouver une personne qui était seule dans la salle commune dans le but de lui demander de lui faire faire le tour de l’école. Hors de questions de glandouiller dans la chambre à ne rien faire pendant ces dix jours de vacances que lui donnait Poudlard. La jeune sorcière devait trouver ses points de repères et se familiariser avec le plan de l’école et surtout voir qui elle pouvait fréquenter, qui elle devait fréquenter et qui elle devait éviter. Carry, d’une marche tranquille, se dirigea vers l’un des fauteuils libres de la salle commune pour attendre cette ‘personne’ qui arriverai seule et ainsi pouvoir lui soumettre sa requête. Après une dizaine de minutes d’attente, ses yeux tombèrent sur une fille qui avait l’air de se diriger vers la sortie seul : c’était son opportunité ! Carry prit son courage à deux mains et marcha d’un pas presser vers elle tout en l’interpellant sans paraitre trop rude.


-Hey ! euh… excuse-moi… Je…Je m’appelle Carry et…je suis nouvelle ici et … je cherche quelqu’un pour … me faire visiter l’établissement… et donc je me demandais … Si ce que ce quelqu’un pouvait être toi ? A moins bien sur que tu n’ais quelque chose d’autre à faire hein ! Je ne veux pas m’imposer…


Eh bien, voilà une conversation bien gênante. A tout bien réfléchir, Carry n’avait jamais vraiment parler à qui que ce soit à pars son père ou sa mère, c’était la première fois qu’elle s’adressait réellement à quelqu’un qui ne faisait pas partie de la famille. Mais bon pour une première fois, elle avait réussi a aligne ses mots sans tomber dans les pommes ce qui était déjà pas mal selon elle. Maintenant restait à savoir si elle allait avoir son guide ou non, et dans le pire des cas, elle aurait essayé.

Carry Harrison - 2ème Année RP (2043-2044)
Diablesse à votre service
En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

Une visite de l'école

Aujourd'hui, Ysalyne n'avait pas grand chose de spécial à faire. A vrai dire, elle s'ennuyait même un peu, allongée dans son lit, à essayer de se concentrer sur l'histoire de Salazar Serpentard. Bien évidemment, en bonne élève, elle devrait déjà connaître sur le bout des doigts la vie du fondateur de sa maison. Et elle le connaissait, vraiment, ainsi que celle des quatre autres fondateurs, elle avait passé l'été précédent sa toute première rentrée à lire et à relire son histoire de Poudlard – pour un total de cinq lectures compètes en à peine trois mois. Mais le premier devoir de l'année que leur avait donné monsieur Heltowni portait justement sur Serpentard et elle se devait de ne commettre aucune faute.

Allongée sur le ventre, le manuel ouvert en grand sur son oreiller, Ysalyne balançait ses pieds. Elle avait presque mal à la tête. Il faisait beau aujourd'hui, elle ne voyait vraiment pas pourquoi elle s'obstinait à réviser la chronologie d'une vie qu'elle pouvait déjà réciter presque parfaitement. La deuxième année soupira. Si elle était contente d'être de retours à Poudlard après six longs mois, que le cauchemar familiale de l'année dernière soit terminé, et d'avoir pu abandonner ses parents à Londres, l'impression étrange qui l'habitait depuis le premier jour ne l'avait pas vraiment quitté. Ce sentiment d'être comme une étrangère ici désormais.

Après un énième soupire, Ysalyne se décida à sortir de son lit et à laisser de côté la biographie de Salazar Serpentard pour aller faire... Faire quoi exactement ? La deuxième année n'avait pas vraiment d'idée mais elle improviserait. Enfilant un gilet noir par dessus son uniforme scolaire, elle sortit de sa chambre, et entreprit de traverser la salle commune. Elle n'avait pas prit son matériel à dessin. Tant pis, cela l'obligerait à trouver une autre occupation. Et si elle essayait de trouver Antony ? Cela serait étonnant qu'il soit libre à cette heure-là. Amaëlle ? Mieux valait ne pas tenter, elle tenait encore à ses espérances de réconciliation pour oser la confronter aussi tôt.

« Hey ! euh... excuse-moi... »

Ysalyne, soudainement interpellée, se retourna vers la voix qui l'avait arrêtée et se retrouva nez à nez avec une toute jeune fille qu'elle n'avait encore jamais vu ici. Une première année donc, par esprit de logique.

« Oui ? »

« Je…Je m’appelle Carry et…je suis nouvelle ici et … je cherche quelqu’un pour … me faire visiter l’établissement… » bafouilla la nouvelle. « Et donc je me demandais… Si ce que ce quelqu’un pouvait être toi ? »

Ysalyne observa la petite aux longs cheveux d'ébène. Pourquoi pas après tout. Elle adorait l'idée d'aider les première année à se repérer et à s'intégrer et elle n'avait pour ainsi dire aucun plan d'occupation. De plus, ça pourrait être drôle de refaire tout le tour de l'école, elle qui l'avait quitté pendant les six derniers mois et qui y était de retours depuis quelques jours.

« A moins bien sur que tu n’aies quelque chose d’autre à faire hein ! Je ne veux pas m’imposer… »

La dernière phrase de Carry la conforta dans sa décision et elle sourit.

« T'as de la chance, je sortais pour ne rien faire, en fait. » Cependant, en bonne Serpentard, elle ne pu s'empêcher de taquiner cette nouvelle venue. « Mais qu'est-ce que je gagne de cette visite guidée et privée, moi ? »

Sa phrase accentuée d'un petit clin d'oeil, elle espérait que Carry ne se sente pas le devoir de lui donner quelque chose en retours, mais qu'elle saisirait la plaisanterie et le tentative de la mettre à l'aise. Elle avait l'air tellement gênée de lui demander ce service.


Couleur de dialogue #808000

Une visite de l'école

-T'as de la chance, je sortais pour ne rien faire, en fait. Mais qu'est-ce que je gagne de cette visite guidée et privée, moi ?


Carry remarqua tout de suite le ton qu’avait pris la jeune fille en s’adressant a elle. Elle tentait de la mettre dans l’ambiance mais surtout de détendre ses nerfs qui étaient beaucoup trop tendues à son gout apparemment. Carry, appréciant la façon dont elle lui avait parlé, décida de jouer le jeu. La Serpentard s’approcha lentement et regarda vers le ciel faisant mine de réfléchir pendant une poignée de secondes puis s’arrêta à un mètre d’elle. Finalement Carry abaissa son regard et plissa les yeux d’une manière exagéré en direction de sa nouvelle connaissance. A son tour elle prit un ton taquin en s’adressant à celle-ci.

- Eh bien tout dépendra de la qualité du service que tu proposeras ! Même si je sens que ça va être amusant ! Carry l’a dépassé rapidement en sautillant en direction de la porte de sortie. Mais j’y pense, C’est toi qui devrai te sentir redevable ! C’est toi qui a dit que tu n’avais rien à faire et au finale JE te tire de l’ennui, c’est TOI qui me devrait quelque chose en faites ! Pas moi ! La première année lui tira la langue rapidement pour lui faire comprendre que ses paroles n’étaient pas sérieuses et qu’elle aussi pouvait se montrer taquine.

En vérité, Carry admit à elle-même qu’elle aurait agi de la même manière si elle était plus vieille et qu’un/une premier(re) année lui aurait demandé un service. Taquiner est, par ailleurs, le meilleur moyen de voir le tempérament de quelqu’un, est ce qu’il/elle est trop sérieus(e) ? Plaisantez est la meilleure façon de le savoir. Doucement, carry tira la porte de sortie et inclina légèrement la tête pour remercier la Serpentard de son aide mais aussi en signe de respect envers elle. Alors que Carry tenait la porte, elle remarqua un sentiment étrange qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant avec son père ni sa mère. Un sentiment de bien-être, de ne plus se sentir seule. Enfin elle avait peut-être trouvé quelqu’un de son age environ avec qui parler. En la regardant d’un peu plus près, Carry pu enfin apercevoir distinctement a quoi ressemblait son interlocutrice : une jeune fille de taille moyenne, des yeux bleu-gris et des cheveux auburn qui tombent en-dessous de ses épaules. Elle faisait à peu près la même taille que carry, même si en réalité Carry la dépassait de quelques millimètres. Alors que carry tenait la porte, elle voulait continuer à parler : En vérité, elle n’avait jamais réalisé à quel point parler pouvait être amusant.

-Si tu veux, tu peux me parler de toi pendant notre marche… Tu pourrais me dire comment tu t’appelles par exemple ! Carry repris de nouveau son air taquin. Tu sais comment je m’appelle mais moi je ne sais rien de toi ! J’aimerai savoir le nom de ma guide, s’il vous plait ! A moins bien sur je dois aussi donner quelque chose pour le savoir ? Allez quoi, on est toute les deux chez Serpentard ! Tu sais quoi,  ? Pour te remercier de ton service je te fais part de ma présence gratuitement ! Carry laissa échappée un petit rire étouffé. Allez viens, j’ai envie de voir le tour de ce château !

Carry Harrison - 2ème Année RP (2043-2044)
Diablesse à votre service
En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

Une visite de l'école

Ysalyne fut heureuse de voir que Carry répondait à ses taquineries par le même procédé et répondit d'un grand sourire lorsque le première année lui rétorqua d'un air mutin tout dépendrait de la ''qualité du service'' qu'elle lui proposerait. L'aînée de s'était pas attendue à ce que la petite soit aussi à l'aise, mais c'était mieux ainsi. Au moins, cette visite du château, en plus de leur apporter plus de repères à toutes les deux, leur serait sûrement plutôt agréable.

« Mais j’y pense. » s'exclama Carry. « C’est toi qui devrai te sentir redevable ! C’est toi qui a dit que tu n’avais rien à faire et au finale JE te tire de l’ennui, c’est TOI qui me devrait quelque chose en faites ! Pas moi ! »

Oui, décidément, il ne faisait aucun doute qu'elle allait aimer cette petite qui ne semblait être impressionnée par rien du moment qu'on la mettait à l'aise. Ysalyne espérait sincèrement qu'elle ferait beaucoup d'autres rencontres telles que celle-ci au court de l'année scolaire.

« Tu as gagné. » sourit-elle donc à la nouvelle Serpentard.

Visiblement tout heureuse, Carry se dirigea vers la porte d'un pas presque bondissant. Sa joie de vivre était communicative. Et ce qu'elle était bavarde ! C'était très drôle, comme si elle rattrapait le temps perdu, comme si elle n'avait jamais parlé de sa vie et avait attendu impatiemment cet instant pour parler encore, encore, et encore... Cette idée faisait sourire la jeune Benett.

Mais lorsqu'elle demanda d'un air gai à sa toute nouvellement nommée guide de lui parler d'elle, Ysalyne se mit sur ses gardes. Elle ne voulait pas trop en dévoiler d'elle, pas à une inconnue de onze ans qui pourrait plus tard se révéler une grande pipelette ou simplement une petite peste. Pour le moment, elle était gentille, mais elle n'allait pas non plus lui déballer toute sa vie sans aucune prudence... Elle avait en elle des cicatrices depuis mars dernier, des plaies encore ouvertes qu'elle ne sentait pas prêtes à se refermer di sitôt. Seul le temps pourrait la guérir, et elle n'en avait pas encore eu assez.

Heureusement, la demande de Carry était pour le moment assez superficielle pour qu'Ysalyne n'est pas à creuser en profondeur dans son elle intérieure pour y répondre. La deuxième année posa une main sur l'ouverture pour que Carry puisse en être déchargée et l'invita à sortir de la salle commune d'un geste de la main avant de la rejoindre dans le couloir du sous-sol où l'ai ambiant était légèrement plus froid.

« Je m'appelle Ysalyne. Et je suis en deuxième année à Serpentard. » répondit-elle finalement alors que l'entrée de la salle commune des Serpentard se refermait derrière elles, les coupant du brouhaha que faisaient leurs camarades.

C'était tout ce dont elle était capable pour le moment, mais elle espérait que sa langue se réchaufferait au court de leur conversation pendant cette visite guidée.

« Bon, je propose que tu me suives, et moi, je te fais un topo sur ce que tu peux trouver à chaque étage. Ça te va ? »

Une visite de l'école

« Tu as gagné. Je m'appelle Ysalyne et je suis en deuxième année à Serpentard. »


A ces mots, Carry fut toute contente de voir qu’elle allait avoir de la compagnie mais en plus une visite guidée des lieux. Elle leva les bras au ciel et lâcha un petit cri de victoire avant de suivre la deuxième année qui laissa refermer la porte derrière elle. Cependant quelque chose n’allait pas pour Carry, la réponse qu’elle avait émise était beaucoup trop courte à son gout, tout ce qu’elle savait c’était son nom et son année. Prise de curiosité et voulant continuer la discussion, Carry réfléchit à un moyen pour en savoir plus sur Ysalyne. L’information est quelque chose de primordiale pour nouer une relation et elle le savait. Carry voulait vraiment se faire une amie de confiance, et Ysalyne avait l’air d’avoir toutes les caractéristiques nécessaires pour le devenir. Cependant impossible de savoir si c’est vraiment le cas ou non sans avoir plus d’information à son sujet. Elle était son tout premier contact ‘humain’, si l’on pouvait dire ainsi, et il était tout à fait normal pour Carry de vouloir faire d’elle sa nouvelle amie si c’était possible. Réfléchissant a un moyen d’en savoir plus, Carry continua à suivre les pas d’Ysalyne qui s’arrêta pour s’adresser à la première année.

« Bon, je propose que tu me suives, et moi, je te fais un topo sur ce que tu peux trouver à chaque étage. Ça te va ? »


Carry acquiesça d’un hochement de tête sans dire un mot et reprit sa marche derrière Ysalyne en direction du première étage. C’était incroyable de voir la différence entre une salle commune et un couloir à Poudlard : dans une salle commune les étudiants parlent, crient ou bien rigolent. Ce qui n’est pas le cas dans les couloirs. Dans les couloirs qui relient les salles communes aux salles du châteaux, le silence est maitre dans ces lieux… personne ne parle à voix haute comme ci il était interdit d’élever la voix en ces lieux. Pourtant personne n’osait le faire. Le seul bruit qui pouvait se faire entendre c’était les bruits de pas des étudiantes qui marchaient à travers le couloir. C’était calme, paisible mais tout aussi effrayant.

Toujours dans ses pensées, Carry cherchait un moyen de tuer ce silence qui s’était installé entre eux et pour ça il fallait juste un sujet de conversation. Alors que les deux jeunes filles marchèrent en file indienne dans les couloirs sombre du château, Carry eut une idée qui illumina son visage. Pour en savoir plus sur elle, il fallait que ça soit donnant donnant entre elles et pour ça il fallait que l’une deux face le premier pas. Carry voulant en savoir plus sur Ysalyne, elle trouva normal que ça soit elle qui face le premier pas. Doucement Carry accéléra sa marche pour se mettre au niveau d’Ysalyne qui n’avait pas vraiment l’air de prêter attention à elle. La première année tourna la tête en sa direction et lui sourit gentiment, il fallait qu’elle la mette à l’aise à son tour. Carry observa la façon de marcher d’Ysalyne et, quelque pas plus loin, fit une imitation grotesque d’elle pour attirer son attention. Elle commença en essayant d’imiter sa voix.

« Je m'appelle Ysalyne et je suis en deuxième année à Serpentard. » Carry rit de bon coeur a son imitation et prit cette voix taquine que connaissait Ysalyne « OK ! j’ai eu un nom, mais j’avais aussi demandé à ce qu’on parle de toi non ? »


La jeune sorcière laissa échapper un petit rire pour essayer de mettre à l’aise sa compagnon mais Ysalyne ne dit rien. Il semblera qu’il n’y avait rien à faire, mais Carry n’était pas du genre à abandonner et elle savait que dans ce genre de situation il y’avait des sacrifices à faire. Il est vrai que ce qu’elle allait faire révèlerait d’elle un comportement naïf, mais elle voulait absolument se faire une amie, quelqu’un avec qui parler et pour ça il fallait qu’elle révèle quelque chose d’embarrassant à son sujet et elle allait le faire, c’était le premier pas à effectuer pour installer un climat de confiance. Carry soupira et commença d’un ton calme sans la regarder :

« Mon père s’est fait renvoyer d’Ilvermorny l’école de magie d’Amérique du Nord. » Elle fit une pause. « Il s’est fait renvoyer pour discrimination… » Carry se força à rire un petit peu. « J’étais censée rejoindre cette école au début mais depuis que mon père s’est fait renvoyer, ma famille est tombée bien bas en réputation aux Etats-Unis et à cause de cela, mon père ne voulait plu que j’intègre l’école d’Ilvermorny et que je fréquente qui que ce soit. » Cette fois elle prit une profonde respeiractiont « Et donc il a décidé de s’occuper de moi et mon éducation… ça à durer presque toute ma vie… » Elle reprit « ça aurait pu durer toute ma vie si ma mère ne s’était pas interposée et demandée à ce qu’on déménage et que j’aille à Poudlard… Même si je suis redevable de la personne qu’est mon père est, je suis un peu triste de la personne qu’il est… » Carry essaya de sourire « Mais bon je n’ai plus trop le temps de me préoccuper de ça, vu que maintenant je suis ici et que je vais surement me faire des amis !


Carry laissa échapper un rire amer avant d’avaler difficilement sa salive. Elle n’avait jamais parlé de ça a qui que ce soit et elle remarqua qu’elle n’avait plus du tout envie d’en parler, mais elle s’était forcée de le faire pour une ‘inconnue’ dans l’espoir que cette ‘inconnue’ devienne une amie un peu plus tard. Mais pour finir son monologue, il fallait qu’elle finisse sur une note plus joyeuse.

« Pour mon futur, je ne sais pas encore ce que je veux faire, j’hésite entre professeur comme mon père ou devenir auror, les deux sont très intéressant. Sinon mon rêve : Ça serait de faire partie d’une équipe de Quidditch, peu importe quelle équipe ! Juste je veux voler sur un balai, c’est ce que j’aimerai faire le plus, être libre dans les airs et voler dans les cieux. » Carry se mit à courir dans le couloir et fit semblant de monter un balai à toute vitesse. « Bien sûr, il faut d’abord que j’apprenne à bien voler sinon je vais me prendre une machine de ces machines moldues en pleine figure…comment ils appellent ça déjà ? Un…Un a… Ah oui je me souviens ! Ils appellent ça un avion »

Rapidement, la première année tendit les bras et imita le bruit d’un avion qui s’écrase au sol. La jeune fille oublia l’angoisse qu’elle avait d'il y’a quelque secondes et se surprit à rigoler à gorge déployer dans le couloir qui était censé être silencieux. Quel plaisir de pouvoir parler, de pouvoir rire et s’amuser avec quelqu’un. Elle avait le sentiment qu’elle pourrait faire ça toute sa vie. Tout ce qu’elle voulait c’était de partager cette bonne humeur avec quelqu’un.

Carry Harrison - 2ème Année RP (2043-2044)
Diablesse à votre service
En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

Une visite de l'école

Ysalyne continua sa marche vers la hall en essayant de faire la liste de ce qui se trouvait dans les sous-sols pour ne rien oublier. Voyons voir... Les cachots, mais elle n'allait pas l'y emmener, au risque de l'effrayer pour de bon ! Que que Carry n'est pas l'air du genre à être effrayée facilement. La salle de potion. Oui, ça, ça lui serait quand même vraiment utile. Elle savait déjà où se trouvait la salle commune de leur maison, et elle n'allait certainement pas lui montrer l'entrée des cuisines et risquer de la pousser à enfreindre le règlement en y entrant. Non, non, et non.

Alors qu'Ysalyne allait lui établir cette liste à haute voix, celle de Carry résonna la première, plus que moqueuse.

« Je m'appelle Ysalyne et je suis en deuxième année à Serpentard. » la singea la petite première année.

L'aînée fronça les sourcils, peu encline à ce qu'on se moque d'elle ainsi, c'était affreusement irrespectueux. Mais la nouvelle enchaîna en reprenant sa voix et en disant qu'elle aurait voulu un peu plus d'informations. Ysalyne pinça des lèvres. Si elle croyait la convaincre de se livrer en se payant ainsi sa tête, elle rêvait. Elle s'était montrée aimable et elle, se moquait ouvertement de cette amabilité ? Soit, eh bien elle n'avait qu'à continué cette visite sans elle !

Ysalyne s'apprêtait à lui envoyer une réplique ferme, mais Carry reprit la parole d'un ton autrement plus posé.

« Mon père s’est fait renvoyer d’Ilvermorny l’école de magie d’Amérique du Nord. Il s’est fait renvoyer pour discrimination… »

La deuxième année se figea dans son élan. Oh. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Que Carry avait été élevée dans l'irrespect des autres, à l'instar de son père ? Et puis pourquoi se confiait-elle à elle aussi subitement, alors qu'elle ne savait même pas encore si elle pouvait se fier à elle ? Bien sûr qu'elle pouvait lui faire confiance, là n'était pas le problème. C'était simplement... déroutant.

L'histoire de Carry, ou du moins ce qu'elle lui en confia, toucha profondément Ysalyne. Son père avait dû l'isoler des autres pour tenter de la forger à son image, mais sans l'intervention courageuse de sa mère, la fillette n'aurait sans doute jamais eu l'occasion de venir à Poudlard et de rencontrer des gens de son âge. Il semblait à Ysalyne que son important débit de parole prenait un tout autre sens : avait-elle même déjà eu des amis à qui ne serait-ce que parler ? Des gens de son âge autour d'elle, pour partager ses jeux et ses discussions ? De ce qu'elle comprenait, c'était fort peu probable.

Lentement, la deuxième année lui pardonna sa moquerie. La petite ne savait peut-être tout simplement pas comment se comporter en présence de cet étrange être qu'est l'autre.

« Mais bon je n’ai plus trop le temps de me préoccuper de ça, vu que maintenant je suis ici et que je vais surement me faire des amis ! » conclu la fillette en esquissant un sourire.

Ysalyne le lui rendit légèrement. Elle ignorait si elle devait faire ou dire quelque chose. Mais ses questionnements n'allèrent pas loin car Carry se remit à parler, de ses attentes quant au futur, du métier de ses rêves, des balais... pour finir par écarter les bras et imiter un avion en plein milieu du couloir. Cette fois-ci, Ysalyne rit.

« Très bonne imitation. » la félicita-t-elle avec amusement.

La jeune Benett savait ce qui l'attendait maintenant. Le récit de sa propre histoire. Qu'allait-elle lui révéler ? Elle ne voulait pas trop se dévoiler, elle n'y était pas prête avec ses amis, alors avec une petite fille inconnue et un peu trop bavarde ? Saisissant qu'elles passaient près de la salle des potions, Ysalyne se laissa encore un peu de secondes pour réfléchir.

« Tiens, là, c'est le cours de potions, avec miss Xarinez. Elle est... gentille, mais on ne la voit pas beaucoup en dehors de la salle de cours en fait. »

Elles arriveraient bientôt au hall d'entrée. N'ayant pas de poches, Ysalyne chercha quoi faire de ses mains.

« Bon, écoute, je ne suis pas trop du genre à parler de moi. Mais si tu me poses des questions... une seule question à la fois... » rectifia-t-elle en anticipant le flots d'interrogations qui auraient pu suivre. « J'essayerai d'y répondre au mieux. Ok ? »

Une visite de l'école

La visite continuait dans les couloirs de l’école. Les deux jeunes sorcières continuèrent de marcher dans les allées sombres du château. Carry était heureuse de voir qu’elle pouvait passer du temps avec quelqu’un, elle n’avait jamais vraiment fait ça avant et se demandait aussi pourquoi son père voulait la garder aussi loin des autres. Plus la jeune Serpentard passait du temps avec Ysalyne et plus elle commençait à ressentir une rancœur envers son père. Pourquoi a-t-il fait cela durant toutes ces années ? Elle avait passée plus de onze ans maintenant sur cette terre et jamais elle n’eut pu avoir d’amis… Etait-ce vraiment nécessaire de la couper du reste du monde ? La reconnaissance envers son père commença à disparaitre peu à peu pour laisser place à un sentiment qu’est la rancœur. Mais inutile de s’attarder sur ce qu’il avait fait : ce qui est fait est fait et impossible de changer le passer, mais à son retour à la maison il devra s’expliquer devant elle.

Ysalyne emmena la Serpentard vers la salle de classe la plus proche qui était celle des potions. Elle expliqua à carry que le professeur qui s’occupe de ce cours est le professeur Xarinez mais que celle-ci ne se montrait que très rarement en dehors de la salle de cours. Comme Carry s’y attendait, cette salle de classe était une pièce du vieux château qui avait été juste emménagée. Elle passa devant l’entrée de la porte et regarda tout autour, elle devait absolument se souvenir ou était cette salle car en première année, elle savait très bien qu’elle allait avoir des cours de potions. Carry s’éloigna doucement pour rejoindre Ysalyne qui l’attendait un peu plus loin. Une fois à portée, La jeune fille put voir son ainée patienter.

« Bon, écoute, je ne suis pas trop du genre à parler de moi. Mais si tu me poses des questions... une seule question à la fois...J'essayerai d'y répondre au mieux. Ok ? »


Carry laissa apparaitre un demi-sourire discret. La première année se mordit la lèvre inferieur, elle avait tellement de questions à lui poser. Mais cette fois-ci la jeune Harrison remarqua que l’ambiance de leur conversation était redevenue tendue comme à la sortie de leur salle commune. Elle comprit alors qu’Ysalyne accepta de répondre à ses questions mais à contre-cœur. Ce n’était pas ce qu’elle voulait. Ce qu’elle voulait c’était installée un climat de confiance, mais au lieu de cela, elle avait installé une ambiance de gênes. Chose qu’elle aurait bien voulu éviter. En vérité, Carry n’a pas encore beaucoup d’expérience en éloquence et Ysalyne devait endurer l’inexpérience de celle-ci. Carry fit mine de se tourner vers le couloir pour demander a Ysalyne de continuer la visite.

« Désolé… Je ne voulais pas te mettre mal à l’aise Ysalyne. Je ne vais pas forcer plus que ça. Libre a toi de me parler de toi si tu le souhaite » carry s’inclina légèrement pour s’excuser, elle se redressa et lui sourit gentiment. « On y va ? Il y’a encore beaucoup à voir j’imagine. »


Carry se sentit coupable de ce qui venait de se passer. Impossible d’éviter ce genre d’erreur, elle apprenait à vivre avec les autres, ce qu’elle n’avait jamais fait avant. La phrase « je ne suis pas trop du genre à parler de moi » voulait tout dire. Pas besoin d’être un ou un génie pour voir qu’Ysalyne voulait garder sa vie privée pour elle toute seule. Ce qui malheureusement renforça la curiosité de Carry à son sujet. Mais elle ne dit rien. Plus elles marchaient et plus le silence les éloignaient l’une de l’autre. Carry voulait vraiment parler mais elle avait peur maintenant de faire des bêtises. Finalement elle se décida à faire le pas et se tourna vers Ysalyne pendant qu’elles marchèrent en direction de la prochaine salle.

« Et dit moi Ysalyne… » Carry hésita. « Est-ce que tu as des occupations habituelles ? Enfin je veux dire des passe-temps ? »


Voila le plan de Carry. Eviter toutes questions portant sur le passé d’Ysalyne mais poser des questions sur ce qu’elle aime faire pour montrer son intérêt à sa personne. Avec un peu de chances elles auraient des points communs ce qui renforcerait le lien que Carry essaye de créer avec elle. Mais par la même occasion, cette question pourrait mettre en place les bases d’un début de relation d’amitié si par chance elles se correspondent.

Carry Harrison - 2ème Année RP (2043-2044)
Diablesse à votre service
En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

Une visite de l'école

Si on lui avait posé la question, la deuxième année aurait très certainement parié que Carry sauterait sur son accord d'être questionner pour lui demander tout un tas de choses à la seconde. Mais, à la plus grande surprise d'Ysalyne, elle n'en fit rien. Mieux, elle s'excusa d'avoir pu paraître insistante et d'avoir pu la mettre mal à l'aise. Ysalyne se retint de soupirer. Elle savait que c'était typiquement le genre de comportement qui lui donnait envie de faire plaisir à l'autre et sentait qu'elle commencerait bientôt à parler d'elle plus en profondeur. Cette petite était décidément très surprenante.

« On y va ? Il y a encore beaucoup à voir j'imagine. »

Ysalyne ne pu que l'approuver, contente de voir la maturité de la première année qui changea de sujet pour en pas la gêner davantage.

« Oui, beaucoup, Poudlard est immense. Je te préviens pour que tu ne sois pas déçue, mais on aura pas le temps de tout voir. » Les deux fillettes débutèrent finalement leur ascension de l'escalier qui les mènerait au grand hall. « Mais je vais quand même te montrer ce qu'il y a de plus important. »

Comme les salles de classe, par exemple, songea Ysalyne. Ou la bibliothèque. Elle n'était pourtant définitivement pas du genre à rester enfermer au milieu de milliers de livres des heures durant à travailler ses cours, mais il fallait bien avouer que ces pièces faisaient bien parties de plus importantes pour les élèves, et savoir où elles se trouvaient avant même le début des cours pouvait être un sérieux avantage. Pour ne pas arriver en retard à tous les cours de sa première journée, par exemple.

« Et dit moi Ysalyne… »

« Hm ? »

« Est-ce que tu as des occupations habituelles ? Enfin je veux dire des passe-temps ? »

La deuxième année ne pu s'empêcher d'arborer un sourire en coin. Finalement, Carry n'avait pas tenu si longtemps que cela avant de l'interroger de nouveau. Mais la jeune Benett trouvait cela plus attendrissant qu'autre chose. Sans doute parce qu'elle avait éviter une question sur sa vie privée.

« Je dessine. » répondit Ysalyne. « Beaucoup en fait, j'adore ça, je trouve ça magique. Je dessine et je peins depuis que je suis toute petite. Comme tous les enfants tu m'diras... Mais moi ça m'a toujours plu, de pouvoir reproduire sur du papier la vraie vie. Je suis sûre que si je suis aussi obsédée par le dessin c'est parce que ma... »

Ysalyne s'était échauffée en parlant, elle s'était laissée emportée. Et avait bien failli lâché un détail qui aurait pu ouvrir la porte à Carry à une centaine de questions. Non. Elle sourit à la première année pour ne pas éveiller son intérêt pour sa pause et reprit :

« … parce que ma grand-mère m'achetait toujours de quoi dessiner et peindre. »

Ce n'était pas un mensonge, simplement la moitié de la vérité. Mais cela suffirait. Les deux fillettes atteignirent la dernière marche et posèrent enfin la pied dans le grand hall d'entrée de Poudlard, Majestueux, impressionnant, brillant de mille feux... Le premier jour du moins, et s'il ne perdait en rien de sa majesté évidente, il perdait, au fil des jours, Ysalyne l'avait remarqué l'an dernier, de cette impression de magie au profit d'un autre sentiment : celui de quotidien. C'était bien dommage.

Heureusement, il semblait bien que chaque nouvelle rentrée remette un peu de poudre aux yeux des élèves pour qui ce n'était pas la première fois.

« Et voilà le grand hall. Bon bien sûr, tu le connais, c'est par qu'on est tous passé pour le banquet de fin d'année, ou pour rejoindre notre salle commune après. Et tu as dû y passer quand tu t'es promener dans le château, il n'y a pas trente six mille autres chemin. »

Si on ne compte pas les passages secrets, pensa l'aînée en se demandant s'il y en avait effectivement qui reliaient le grand hall de manière plus rapide. Enfin elle pensait surtout aux Serdaigle et aux Gryffondor, qui devaient descendre une tour et plusieurs étages avant de pouvoir y arriver. Pour eux, les Poufsouffle et les Serpentard, l'opération était bien moins longue.

« Tu le sais déjà aussi, mais ici, c'est la porte de la Grande Salle. » expliqua Ysalyne en désignant les lourdes et grandes portes qui s'ouvraient lors des évènements spéciaux au cours de l'année de façon très solennelle. « Et là, la sortie vers le parc. »

Ysalyne ne dit rien, mais si elles avaient le temps, et si cette visite se passait bien, elle l'emmènerait bien, également, fait un tour du parc. A voir.

« On continue ? »

Et pour rendre cette visite un peu plus spectaculaire, Ysalyne décida de faire monter à Carry le grand escalier d'honneur du grand hall, et pas l'un des escaliers secondaires, beaucoup plus petits et moins impressionnants.

« Viens. »

Une visite de l'école

Ysalyne était une fille pour le moins mystérieuse. Elle qui ne souhaitait pas vraiment parler d’elle, la voilà qui s’était mise à se dévoiler doucement devant Carry qui ne lui avait simplement demander si elle avait un passe-temps. La première ne put s’empêcher de lui sourire à ce qu’Ysalyne lui dit. Elle aussi avait la parlote. Ce qui n’était pas plus mal aux finales. Comme l’avait dit Harrison un peu plus tôt, elle pouvait parler d’elle si elle le souhaitait, Carry ne la forçait à rien dans tout ça.

« Je dessine. » répondit Ysalyne. « Beaucoup en fait, j'adore ça, je trouve ça magique. Je dessine et je peins depuis que je suis toute petite. Comme tous les enfants tu m'diras... Mais moi ça m'a toujours plu, de pouvoir reproduire sur du papier la vraie vie. Je suis sûre que si je suis aussi obsédée par le dessin c'est parce que ma... » Elle marqua une pause pour rendre le sourire de Carry. « … Parce que ma grand-mère m'achetait toujours de quoi dessiner et peindre. »

Carry plissa des yeux en regardant Ysalyne. Elle ignorait si elle disait la vérité ou non, mais le petit monologue qu’elle avait commencé avait l’air tellement sincère que la pause qu’elle fit dans celui-ci mire le doute a carry au sujet de la dernière phrase prononce par Ysalyne. Mais peu importe, si cela lui convenait de le dire ainsi alors soit. La petite fille décida de ne pas chercher la vérité derrière l’hésitation de celle-ci. Ça serait très impoli et surtout Ysalyne serait de nouveau très mal a l’aise avec elle et si ça devenait le cas elle pourrait mettre un terme a la visite de la première année.

Après avoir marché pendant deux bonnes minutes, Ysalyne emmena carry au grand Hall d’entrée de l’école. Même si Carry avait déjà vue cet endroit, il continuait de l’émerveiller. Un grand escalier de marbre qui menait surement aux étages supérieurs dominait le milieu de la scène. Si l’on poursuivait la route, Carry pouvait apercevoir des tableaux animés qui entouraient les grandes portes qui menaient dehors. Tout avait l’air si vieux, mais c’était ça qui faisait le charme de cette école. Au coin de sa tête, Carry se demandait si elle aurait été tout aussi émerveillée avec l’école d’Ilvermorny, là où elle était normalement supposée aller.

Poudlard…l’une des écoles de magie les plus réputés dans le monde si ce n’est pas la première. Le château était immense, en faites, il était tellement grand que même avec une guide Carry avant ce sentiment d’être perdue. Mais malgré ce sentiment, elle s’amusait, elle tentant du mieux qu’elle pouvait de se souvenir des endroits qu’Ysalyne lui montrait. Mais Carry se devait de tout mémoriser sinon, eh bien sa rentrée ne se déroulerait pas exactement comme prévus.

« On continue ? Viens. »

Etant en train de rêvasser encore une fois, la petite voix d’Ysalyne tira Carry hors de ses pensees. Harrison, toujours émotive a la vue du superbe hall de l’école, regarda d’un air enjouée sa guide qui n’avait pas l’air d’être aussi impressionnée que l’était Carry. Quoi que, la petite Serpentard comprenait le ressentit de la deuxième année. Cela faisait deux ans qu’Ysalyne avait passée à Poudlard et ce Hall devait être maintenant très banal à voir pour elle.

La visite continua, et plus carry marchait et plus son émerveillement grandissait. Ysalyne lui fit monter le grand escalier d’honneur. Ça par contre, c’était bel et bien sa première fois. Ça pouvait paraitre stupide, mais Carry pouvait ressentir une certaine fierté à gravir ces grandes marches. Non elle en était quasiment sur, Ilvermorny n’aurait pas pu la surprendre de cette manière. Carry aurait vraiment aimé que cette visite ne se termine jamais. C’était comme être au paradis mais tout en restant vivant. Les préjugés qu’avait la petite Harrison au sujet de l’école avait maintenant complètement disparus et pour elle, c’était la meilleure décision que ses parents auraient pu prendre pour elle.

Ysalyne continuait de mener la marche devant Carry. Elles étaient en file indienne dans les escaliers tout en évitant les élevés qui passaient sur leur chemin. Le nombre d’élèves de cette école était juste impressionnant, à eux tos on aurait pu faire un village…Non ! Une ville ! Carry se mit à rire intérieurement. Comme s’était bon de pouvoir respirer de l’air frais et s’amuser juste en visitant de nouvel endroit et qui plus est avec quelqu’un. Mais cette visite devenait trop discrète au gout de la nouvelle élève qui n’aimait pas vraiment ça. Alors que Carry se rapprocha doucement d’Ysalyne pour s’adresser à elle, elle loupa une marche et manqua de perdre l’équilibre. Carry lâcha un petit cri aigu de surprise avant de se retenir de justesse sur la rambarde de l’escalier.


« Je…Je vais bien » lâcha-t-elle avant d’exploser de rire en s’agenouillant par terre. Que sa chute aurait été ridicule si jamais elle était tombée pensait-elle. « Allez…Ahahaha…on continue avant que je tombe vraiment... J’espère que là où on va il y'aura moins de marche... Sinon je vais grandement reduire mon esperance de vie » plaisanta-t-elle avant de reprendre sa marche derriere Ysalyne.

Carry Harrison - 2ème Année RP (2043-2044)
Diablesse à votre service
En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

Une visite de l'école

Les deux fillettes s'engagèrent donc sur l'escalier centrale, et les yeux brillants de Carry plurent à Ysalyne. Elle était contente de lui faire découvrir les beautés du château, et son instinct lui soufflait que c'était sûrement la première fois que la nouvelle première année empruntait cet escalier. Tout fière d'elle et de son itinéraire, Ysalyne passa devant la fillette et, prenant son rôle de guide soudain beaucoup plus au sérieux, essaya de se souvenir de tout ce qu'il y avait d'intéressant à citer au premier étage.

Quand soudain, Carry, dans son dos poussa un petit cri. Ysalyne fit aussitôt volte-face et vit la nouvelle, appuyée sur la rambarde comme si elle venait de manquer de tomber.

« Carry ? Ça va ? »

Inquiète, Ysalyne descendit d'une marche et se pencha, soucieuse, vers la petite.

« Je... Je vais bien. » lui répondit cette dernière... avant d'exploser de rire.

Déstabilisée, Ysalyne la regarda s'agenouiller sur les marches, en proie à un grand fou-rire. Bon, au moins, elle ne semblait pas avoir eu mal, peut-être même n'avait rien du tout, et la peur de tomber lui avait simplement mis les nerfs à vifs, ce qui expliquerait sa crise de rire.

« Allez…Ahahaha… on continue avant que je tombe vraiment... » continua Carry en se relevant prestement. « J’espère que là où on va il y'aura moins de marche... Sinon je vais grandement réduire mon espérance de vie. »

Si la plaisanterie fit sourire Ysalyne, c'était plus car elle était navré d'avoir à annoncer la nouvelle suivante à la première année :

« Désolée d'avoir à t'annoncer ça, Carry, mais il y a cent-quarante-deux escaliers dans Poudlard. Et crois-moi, l'escalier d'honneur, lui, il ne bouge pas au moins. » Elle fit une petite pause pour émettre un petit rire désolé. « Les escaliers bougent beaucoup ici, il y en a qui ont des marches en moins, d'autres qui ne débouchent pas au même endroit selon le jour de la semaine... Il y en a même un au septième étage tellement capricieux que si tu n'enlèves pas tes chaussures pour l'emprunter il refuse de te laisser monter. C'est assez pénible mais... Mais ça fait partie du charme de Poudlard. Comme les portraits qui se permettent de commenter le moindre de tes faits et geste, par exemple. Ou Peeves... »

Ysalyne reprit sa marche dans l'escalier en faisant bien attention à ce que Carry ne trébuche pas de nouveau, et elles arrivèrent au premier étage. Là, la deuxième année décida qu'une pause de marches leur serait bénéfique et elle l'entraîna le long du couloir pour lui présenter une à une les pièces un peu intéressantes à connaître.

Elle lui indiqua ainsi où se situait la salle de classe d'Histoire de la magie de monsieur Heltowni [1], celle de défense contre les forces du mal de miss Holloway et enfin s'arrêta devant la porte de la salle d'étude.

« C'est là que je te conseille de venir si tu as des travaux de groupe à faire, miss Minal est assez stricte sur le silence à la bibliothèque. »

Elle marqua une pause en se demandant si Carry arriverait à retenir tout ce qu'elle lui montrerait aujourd'hui, quand une autre question la frappa, hautement plus importante :

« Au fait... tu sais qui est Peeves, non ? »


[1] Au début de l'année scolaire 2042/2043, monsieur Heltowni était encore bien professeur d'Histoire de la magie à Poudlard.

Une visite de l'école

#808000

Des marches, des marches et encore des marches. Poudlard n’était plus une école mais une gigantesque tour ! Une tour qui pouvait prendre en traitre quiconque se montrerai assez motiver pour prendre les escaliers. Et l’adjectif motiver n’était pas vraiment l’adjectif adéquate pour décrire mentalement Carry. Oh ça non, la jeune fille était plus paresseuse que motiver et quand elle apprit au sujet des cent-quarante-deux escaliers, son visage se dépita silencieusement.

« Désolée d'avoir à t'annoncer ça, Carry, mais il y a cent-quarante-deux escaliers dans Poudlard. Et crois-moi, l'escalier d'honneur, lui, il ne bouge pas au moins. » dit-elle en rigolant.

Carry, abasourdit par ce qu’elle venait de dire, la regarda en souriant d’une manière ironic. Elle mettait un peu de temps à assimiler les informations qu’Ysalyne lui expliquait, surtout parce que la première année n’avait pas envie d’assimiler cette information. Des escaliers qui bougent ? Mais c’est très dangereux ! Surtout quand il y’a des enfants de onze ans qui devaient souvent les pratiquer.

« Tu…Tu plaisantes…pas vrai » Dit carry d’une voix tremblante.

« Les escaliers bougent beaucoup ici, il y en a qui ont des marches en moins, d'autres qui ne débouchent pas au même endroit selon le jour de la semaine... Il y en a même un au septième étage tellement capricieux que si tu n'enlèves pas tes chaussures pour l'emprunter il refuse de te laisser monter. C'est assez pénible mais... Mais ça fait partie du charme de Poudlard. Comme les portraits qui se permettent de commenter le moindre de tes faits et geste, par exemple. Ou Peeves... »

Tout ça mais qu’elle genre d’escalier a cette école ?! Et Peeves ? Carry n’avait jamais entendu parler de cette personne et la petite Benett en parlait comme si elle devait obligatoirement le connaitre. Génial ! Maintenant qu’Ysalyne en avait parlé, Carry avait une tonne de nouvelles questions à lui poser au sujet de ce mystérieux personnage. Alors qu’Harrison allait poser une question au sujet de ce Peeves, sa guide ne lui laissa pas le temps de le faire. Ysalyne avait accéléré la cadence et montait les escaliers comme une flèche pour quelconque raison. Non pas que ça dérangeait Carry, mais elle aurait bien voulu savoir de qui elle parlait et la curiosité commençait la ronger petit a petit avec l’impatience. Finalement la jeune fille garda ses questions pour elle, autant profiter de cette visite qui lui était proposer.

Benett lui montra ou la salle d’étude était mais aussi ou les cours d’histoire de la magie et de défense contre les forces du mal aurait lieu pour elle. Mais même avec une guide, Carry n’était pas certaine de se retrouver dans cette école gigantesque. Tandis que la visite était sur le point de reprendre, Ysalyne se retourna soudainement vers Carry.

« Au fait... tu sais qui est Peeves, non ? »

Enfin ! Une nouvelle question sur ce fameux Peeves ! Cette fois elle n’allait pas laisser cette belle occasion s’en aller. Carry répondit négativement d’un signe de la tête. Maintenant qu’elle avait posé la question, Carry mourrait d’envie de savoir.

« Non, mais je suis sûre que je ne vais pas tarder à faire sa connaissance, pas vrai ? Allez dit moi qui est ce ‘Peeves’, à cause de toi j’ai envie de savoir c'est qui ! Rah Ysalyne, tu me tortures en me faisant attendre comme ça » Dit-elle en tournant sur elle-même en regardant vers le ciel.

Carry Harrison - 2ème Année RP (2043-2044)
Diablesse à votre service
En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

Une visite de l'école

Bon. Comment expliquer qui était Peeves. Ou plutôt ce qu'il était. Car la question n'était pas réellement de savoir qu'il était un esprit frappeur, mais bien de comprendre qu'il était la pire plaie de tout Poudlard, bien avant les escaliers capricieux, le monstre du lac inconnu, le saule cogneur assassin ou encore les tableaux un peu sadiques.

Ysalyne hésitait vraiment au sujet de la marche à suivre. Elle voulait prévenir Carry sans l'effrayer pour autant. Il fallait qu'elle soit prête à est une probable victime du non-être, mais sans en être terrifiée dès ses premiers jours. Car après tout, des générations entières de jeunes sorciers avaient réussi à survivre avec Peeves dans les couloirs du château alors... pourquoi pas eux ?

Voulant s'accorder quelques secondes supplémentaires pour choisir ses mots, Ysalyne fit un signe de tête à Carry pour lui désigner l'escalier au bout du couloir qui menait au deuxième étage.

« Viens, on monte. »

Après quelques pas, la deuxième année se lança dans son explication :

« Tu vois tous les fantômes du château ? Eh bien Peeves est un peu comme eux. En fait, c'est plus compliqué, mais tu verras ça pendant tes cours de soins au créatures magiques, en troisième année. C'est genre... un esprit. Un esprit-frappeur, pour être exacte. »

Les deux filles de Serpentard commencèrent à gravir les marches pour l'étage supérieur et Ysalyne, repensant à la quasi chute de Carry, se tint à la rambarde dans un geste réflexe.

« Et disons que le passe temps favoris de Peeves c'est de... » Martyriser ? Traumatiser ? Harceler ? « … faire des blagues aux élèves. Des blagues qu'il est le plus souvent le seul à trouver drôle. »

Elles étaient presque arrivées au couloir suivant.

« Si jamais il t'embête, essaye de partir mais s'en t'enfuir non plus, sinon, il va te poursuivre et ça risquerait d'être pire. En tant que Serpentard, on a comme léger avantage qu'il ne respecte et ne craint que le Baron Sanglant, le fantôme de notre maison mais... A vrai dire, ça n'a pas vraiment de poids, alors ne t'en sert pas trop pour lui faire peur, ça lui donnera juste encore plus envie de te poursuivre en t'envoyant des morceaux de craie au visage ou avec des sceaux de boue. »

A son dernier mot, Ysalyne posa son pied sur le palier du deuxième étage.

Une visite de l'école

Donc d’après Ysalyne, Peeve était donc un esprit frappeur ? Comment ne pas être inquiet en entendant ces mots ? A vrai dire, Carry ne savait pas comment réagir aux explications données par sa nouvelle amie mais il était clair que ce fantôme n’avait pas l’air bien sympathique d’après la description de la petite Benett. Mais il y’avait encore plus important encore, Carry remarqua que ses connaissances sur le château et sa maison étaient très limitées car celle-ci n’avait aucune idée de qui était-ce Baron Sanglait dont Ysalyne parlait. Mais cela n’avait rien d’anormal d’être un cran derrière les autres à ce sujet. Elle ne venait pas d’ici et n’avait jamais vraiment étudier l’histoire de l’école et donc rien d’étonnant que les noms qu’Ysalyne donnait ne lui disait rien.
 
Ayant sa fierté, mais aussi pour ne pas paraitre comme une ignorante, Carry ne posa pas la question qui était le Baron Sanglant et fit un geste de la tête pour faire mine d’acquiescer, comme si celle-ci savait de quoi sa guide parlait. Cependant d’autre question fleurissait dans l’esprit de la Serpentard, des questions plus qu’importante puisqu’elle permettrait d’identifier qui est ce fauteur de troubles de Peeve.
 
« Et il ressemble à quoi ce Peeve ? Parce qu’avec la chance que j’ai, je pourrai le rencontrer très bientôt. »
 
Tout en posant sa question, les deux jeunes filles arrivèrent aux deuxièmes étages. Rien d’anormal, il semblait similaire au premier a la différence que celui-ci se trouvait un étage plus haut, rien de plus, rien de moins. Maintenant qu’Ysalyne avait parlé de ce fantôme, impossible pour Carry de ne pas être sur ses gardes. Pour elle, chaque centimètre de mur pouvait être une cachette pour ce fantôme de malheur. Si ça se trouve, il était en train de les regarder, en train d’attendre le moment importun pour pouvoir leur faire peur voir même pire ! A cette pensée, Carry se rapprocha encore plus d’Ysalyne qui, elle, n’avait pas l’air inquiète pour le moins du monde. C’est fou ce que la peur peut faire faire, à ce moment précis, les sens de Carry était devenue plus aiguiser, elle était sensible à toutes les odeurs qui l’entourait, elle avait la sensation de pouvoir entendre a des kilomètres dans les environs, elle pouvait voir la poussière qui recouvrait le sol et ressentir les pas que les deux jeunes filles faisaient. Mais ce qui ne la rassurait pas du tout c’était qu’elles étaient que toutes les deux dans le couloir.
 
Alors que les deux jeunes filles faisaient route vers une destination que celle la guide connaissait, Carry crut entendre des murmures dans le fond du couloir. Elle s’arrêta quelques secondes et regarda autour d’elle une nouvelle fois. Alors que Carry s’était arrêtée, elle remarqua que sa partenaire de voyage continuait sa route comme si de rien était encore une fois. Effrayant. Est-ce que les murmures n’étaient que le fruit de l’imagination de Carry ? ou était-ce quelqu’un qui leur jouait un tour. Tout cela commençait à rendre la jeune Harrison parano.
 
« Euh…Ysalyne... Je crois que nous ne sommes pas toutes seules ici… »
 
Pas de réaction de la part d’Ysalyne, ce qui n’avait rien d’étonnant puisque carry se surpris en train de lui chuchoter au lieu de lui parler normalement, comme si elle avait peur que quelqu’un ne l’entende. Un léger courant d’air traversa le couloir déposant un baiser sur la nuque de la Serpentard qui frissonna au contact du vent. La peur prenait petit à petit le contrôle de son corps et elle commença à ressentir petit à petit les tremblements qui se répandirent dans tout son corps. Tout cela devenait insupportable. Sans prévenir, Carry courut vers Ysalyne et l’attrapa par l’épaule pour l’arrêter dans sa marche. Au diable les bonnes manières, c’était une question de vie ou de mort pour elle. Si jamais la jeune fille devait continuer alors ça serait en se tenant la main comme des bébés. Oui c’était ridicule mais c’était la façon la plus simple pour faire partir la peur.
 
« Ysalyne ! Euh… Et si on arrêtait la visite du château et que tu me faces visiter dehors ? il fait beau dehors et puis… Il y’aura d’autres élèves et…pas de fantômes non plus… » Dit-elle en lui offrant un faux sourire. Tout ce dont elle avait envie c’était de quitter cet étage et aller prendre l’air… Mais si Ysalyne insistait pour continuer la visite, alors Carry devrait affronter sa peur.
 

Carry Harrison - 2ème Année RP (2043-2044)
Diablesse à votre service
En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.