Couloirs

Inscription
Connexion

 PV  Les sagesses de couloirs

     Dos au mur, Eva Saez était assise dans l'un des très nombreux couloirs de Poudlard, livre à la main. Sa journée avait été écourtée par l'absence de son professeur d'Histoire de la Magie, Noam Altenbach. A son grand dam puisqu'il s'agissait là de sa matière favorite ! Mr.Altenbach n'y était pas pour rien, bel homme, charismatique, il ne laissait personne indifférent. Le seul petit hic était peut-être l'accent Allemand qui apparaissait généralement en fin de journée... Le livre que détenait la vert et argent retraçait d'ailleurs la vie de l'une des fondatrices de Poudlard, Helga Poufsouffle, en rapport avec le thème qu'ils abordaient en cours. Malgré sa passion pour les romans historiques, Eva ne parvenait pas à s'intéresser au récit des aventures de celle qui était à l'origine de la maison jaune et noire. C'est pourquoi, elle fut facilement distraite par des bruits de pas qui se rapprochaient. Un groupe de premières années passa devant la sorcière.

« Hey, Eva tu viens avec nous ? On va se baigner au Lac ! S'attarda l'un d'eux.
- Non merci, j'ai.. d'autres choses à faire, s'excusa-t-elle.
- Tu es sûre ? Insista-t-il avec un ton de pitié en découvrant la couverture ennuyeuse de son ouvrage.
- Certaine, répondit-elle posément en le gratifiant d'un sourire poli mais qui sous-entendait va t'en.
Alors qu'il hésitait encore à partir, un de ses amis fini de le convaincre :
- Allez, viens, ça sert à rien.. elle est bizarre en plus.
- La seule personne bizarre ça sera toi après que je t'ai infligé Mutismus.  » Elle menaça d'une voix calme, en retournant à sa lecture, faisant comprendre qu'elle n'était pas d'humeur.

     Ne pouvant différencier si elle était sérieuse ou si elle plaisantait, les deux garçons s'éclipsèrent. Après avoir vérifié que les deux jeunes hommes avaient disparu, Eva abaissa le livre de sa vision. Elle aperçu alors non loin de là une inconnue qui l'observait. Depuis combien de temps était-elle là ?

'Vous finirez à Serpentard
Si vous êtes plutôt malin,
Car ceux-là sont de vrais roublards
Qui parviennent toujours à leurs fins.'

 PV  Les sagesses de couloirs

Les cours de la journée venaient de s'achever pour Elina. Elle avait cependant du pain sur la planche car leurs professeurs ne leur laissaient guère de répit. Entre les cours, ses entraînements de Quidditch et ses entraînements avec Hjördis, elle n'avait plus une minute a elle. Sans compter qu'elle faisait toujours partie de l'équipe de journalisme de sa maison... Néanmoins, quand elle avait un instant de découragement, elle se rappelait qu'elle avait fait le choix de chacune de ces choses. Il était bien trop tôt pour renoncer.

A l'heure actuelle, ses pas la ramenaient vers sa salle commune. Comme d'habitude, elle portait son sac en bandoulière alourdis de bon nombre de livres. Certains étaient les livres de cours appartenant à la liste de fourniture de tout élève de sixième année. D'autres avaient été empruntés à la bibliothèque pour satisfaire sa curiosité et traitaient de sujets variés. Au détour d'un couloir, elle surpris une conversation entre élèves de première année. Pour une fois qu'elle n'était pas pressée, elle se laissa distraire aisément par la discussion, marquant un arrêt sans y prêter attention. Une jeune fille munie d'un livre était en train d'éconduire certains de ses collègues. Lorsque le ton commença à monter, l'échange cessa brusquement. De toute évidence, ils avaient réalisé que la jeune fille était du genre inflexible. Alors que la Poufsouffle n'avait toujours pas repris sa route, elle pu voir celle que les garçons avaient appelé Eva, abaisser son livre et son regard croisa le sien. Ce ne fut qu'à ce moment là que la sixième année remarqua qu'elle dévisageait toujours la jeune fille. En réalité, elle regardait au delà de la jeune fille, perdu dans ses pensées, mais dans sa direction. La première année allait certainement penser qu'elle n'avait aucun savoir vivre. Ce n'était guère poli de scruter quelqu'un aussi longuement...

Rompant le contact visuel, Elina repris son chemin qui l'amenait à passer devant la jeune fille. Alors qu'elle allait la dépasser, elle vit le titre du livre de son livre. Celui-ci traitait de l'histoire d'Helga Poufsouffle, la fondatrice de sa maison. Cela n'était pas sans rappeler les cours de première année d'Elina. Ses derniers cours d'Histoire de la Magie remontait à plusieurs années maintenant. Elle avait renoncé à cette matière lors de sa troisième année, lui préférant des matières plus pratiques telles que la Botanique ou les Soins aux Créatures Magiques. En reconnaissant l'ouvrage d'Eva, elle ne pu retenir une remarque :

« Ce livre n'est pas le plus passionnant traitant de la question. »

Elle avait gardé un assez mauvais souvenir de l'ouvrage. Bien qu'elle soit une bonne lectrice, elle avait trouvé le livre particulièrement indigeste. Comme beaucoup de livres d'histoire malheureusement. Et c'était en grande partie pour cela qu'elle n'avait pas conservé l'Histoire de la Magie dans son programme.

¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤
~En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.~
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

 PV  Les sagesses de couloirs

     « Ce livre n'est pas le plus passionnant traitant de la question, lança Elina Montmort.

     En Sixième année, elle occupait le poste de finisseuse dans l'équipe de Quidditch de sa maison. Si Eva l'avait déjà vue de loin, elle ne lui avait jamais adressé la parole. Pas par timidité de parler à une sorcière plus âgée, non, Eva n'avait pas l'habitude de faire de différences, mais parce que tout simplement elle n'adressait la parole qu'à très peu de monde, de plus, c'était généralement les gens qui venaient vers elle comme ces derniers échanges le prouvaient. Le peu de personnes avec lesquelles elle avait interagit n'avaient d'ailleurs jamais été d'une maison différente de la sienne, ou presque. En tout cas, il s'agissait de la première fois que Eva échangeait avec une Poufsouffle. Née auprès des moldus, elle se demanda s'ils respiraient de la même façon. Contrairement à ses habitudes, Eva ne repoussa pas son interlocutrice, mais céda plutôt à sa curiosité.

- Vous n'êtes pas censés être loyaux, les blaireaux ? La jeune fille questionna très sérieusement.

     D'après ce qu'elle avait cru comprendre, les Serpentard et les Poufsouffle ne partageaient pas beaucoup de valeurs en commun, si ce n'est, aucune. Les verts et argents se devaient d'être nobles et donc de sang pur, alors que les jaunes et noirs étaient connus pour leur tolérance, les premiers dédaignaient les règles alors que les second étaient justes. Les uns fiers, les autres modestes. D'un côté les rusés, de l'autre les fair-play, etc... Ils avaient peut-être, oh grand peut-être en commun leur loyauté. Et cela encore laissait à désirer selon les élèves. Pour la part de notre sorcière, elle n'avait encore jamais eu à la prouver, sa loyauté.
     Elle dévisagea Elina alors que celle-ci répondait. La puberté lui avait réussi. Ses longs cheveux blonds adoucissaient son visage et apportaient à la sixième année une touche de pureté qui n'était pas sans rappeler la maison des amoureux de la nature. C'était ça. Elina paraissait naturelle aux yeux de notre espagnole, sincère, comme si elle n'était pas touchée pas le faux semblant qui pullulait chez les Premières Années que Eva avait rencontré. Après tout, la Poufsouffle était venue vers elle alors que rien ne l'y avait poussée, différemment de chaque geste des verts et argents qui semblaient tous calculés, millimétrés, jamais désintéressés. C'était une rencontre, un hasard.

'Vous finirez à Serpentard
Si vous êtes plutôt malin,
Car ceux-là sont de vrais roublards
Qui parviennent toujours à leurs fins.'

 PV  Les sagesses de couloirs

La jeune Serpentard observa Elina quelques instants avant de demander avec tout le sérieux du monde :

« Vous n'êtes pas censés être loyaux, les blaireaux ? »

La question surpris la Poufsouffle qui ne s'attendait pas a une telle entrée en matière. Ses sourcils, qui s'étaient élevés un court instant sous le coup de la surprise, redescendirent pour se froncer légèrement le temps le temps de fournir une réponse à la question de son interlocutrice.

« Eh bien, si, c'est censé être l'une des valeurs de notre maison. Mais ça n'a rien d'absolu. C'est juste un trait de caractère courant chez les Poufsouffle. »

Depuis qu'elle était a Poudlard, Elina avait appris a se détacher des a priori liés à chacune des maisons. Cependant, les traits de caractères principaux dont se réclamaient les fondateurs se retrouvaient très souvent chez les élèves de leur maison. Les on-dit dont ils fallait se méfier étaient ceux qui jugeaient de la valeur des maisons en cherchant à les classer les unes par rapport aux autres. La loyauté était une qualité dont peu de personnes se vantaient, mais en quoi était-elle inférieure à la ruse ou au courage ? Cela venait probablement du fait que bon nombre de personnes associaient la loyauté à la naïveté. Mais la loyauté n'était pas à sens unique. Être loyale ne signifiait pas pouvoir tout accepter. Tout comme la confiance, elle pouvait se briser et une loyauté trahie renaissait difficilement de ses cendres. De la même manière, dans le cas des Serpentard, on associait leur maison a des être sournois sous prétexte qu'ils faisaient preuve de ruse. Elina ne voyait pourtant pas la ruse comme une chose néfaste. Au contraire, elle évitait bien souvent un gaspillage de temps et d'énergie. Le problème venait de ce que les personnes pensaient immédiatement aux extrêmes liés aux traits de caractères alors que dans la réalité, la plupart des gens étaient bien plus modérés.
La jeune Serpentard qui lui faisait face n'avait rien du sang-pur arrogant et porté sur la magie noir que les clichés décrivaient.

¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤
~En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.~
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

 PV  Les sagesses de couloirs

     La question surprit son interlocutrice mais elle accorda une réponse réfléchie à la Serpentard :
« Eh bien, si, c'est censé être l'une des valeurs de notre maison. Mais ça n'a rien d'absolu. C'est juste un trait de caractère courant chez les Poufsouffle. »
     Eva haussa un sourcil, elle ne s’était jamais vraiment posé la question, avait toujours assumé qu’un élève de telle maison devait forcément suivre à la lettre le comportement qu’on associait à la dite maison. Elle-même s’était beaucoup reconnue dans l’ambition, la ruse et toutes les autres caractéristiques des verts et argents. Il y aurait donc des élèves rentrant plus ou moins dans le moule que d’autre ? L’idée lui plaisait, être un clone, non merci ! Elle poussa le questionnement plus loin :

- Est-ce que tu as déjà ressenti… pensé que peut-être ta place n’était pas ici ?

- Enfin, dans ta maison je veux dire.. elle ajouta en détournant le regard .. que ta place n’était peut-être pas ici mais dans une autre maison ?

     Elle avait fait exprès d’omettre de mentionner qu’elle parlait des maisons dans le but d’attirer l’attention de la Poufsouffle. Eva savait qu’ils étaient connu pour leur gentillesse et avec ce petit stratagème elle espérait attiser la compassion de la jeune fille blonde et s’en faire une amie, ce dont elle avait besoin en ce moment. Une façon un peu tordue pour se faire apprécier c’est sûr, mais ainsi elle ne passerai pas pour celle qui a fait le premier pas et ainsi, si en face la jeune fille ne voulait rien avec elle, sa fierté serai épargnée. Eva redirigea son regard vers ceux de Elina. Celle-ci n’ y avait vu que du feu.

'Vous finirez à Serpentard
Si vous êtes plutôt malin,
Car ceux-là sont de vrais roublards
Qui parviennent toujours à leurs fins.'

 PV  Les sagesses de couloirs

La réponse d'Elina paru étrangement convenir à la Serpentard. A près une courte réflexion, celle-ci la questionna de nouveau :

- Est-ce que tu as déjà ressenti… pensé que peut-être ta place n’était pas ici ? Enfin, dans ta maison je veux dire... que ta place n’était peut-être pas ici mais dans une autre maison ?

Il était plutôt étrange que la jeune fille qu'elle avait vu éconduire certains de ces camarades sans autres formes de procès quelques instants plus tôt décide à présent de faire durer l'échange avec une parfaite inconnue. Ou bien cela voulait-il dire que c'était ces élèves en particulier qu'elle souhaitait éviter ? Elina était fatiguée par ses entraînements et n'avait aucune envie de se prendre la tête davantage avec des spéculations hasardeuses. Savoir ça importait peu de toute façon. La Poufsouffe n'avait aucune raison d'éviter de répondre à cette question et même si la jeune Serpentard avait des intentions cachées, elle n'avait rien a craindre d'elle.

Elina n'avait jamais ressentit le moindre inconvénient a se trouver dans la maison d'Helga. Sa mère et sa tante avaient également appartenu à Poufsouffle. Si elles avaient sûrement eu a subir une forte pression familiale a cause de cela, Elina n'était pas dans ce cas. Il suffisait de comparer les deux sœurs pour se rendre compte de la diversité que pouvait abriter une maison. Une fois que l'on avait compris cela, la maison importait bien peu. Quelle qu'elle soit, la maison n'avait qu'un objectif : amener chaque élève a devenir le meilleur sorcier qu'il puisse espérer devenir. En aucun cas il ne s'agissait de les amener a se conformer a un moule prédéfini. Le Choixpeau ne faisait que répartir les élèves dans l'environnement qui lui semblait le plus favorable à leur épanouissement, quel qu'il soit. La réponse d'Elina fut sans appel :

« Non. La maison n'est pas une entrave, il ne faut la voir que comme un tremplin. Ce n'est ni plus ni moins qu'un environnement de vie. Ce n'est pas elle qui fait ce que nous sommes. C'est nous qui en faisons ce qu'elle est. »

Chaque année, elle voyait de jeunes première année se plaindre du choix du Choixpeau. Ceux-là n'avaient rien compris. La maison offrait ce qu'elle avait : des idéaux, une solidarité, un lieux de vie, des occasions... Libre a chacun ensuite d'en accepter une part et d'en rejeter une autre. Tout comme chacun était libre de saisir les occasions ou de les laisser filer. Chaque chose était amenée a évoluer. Il en était de même pour les maisons.

¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤
~En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.~
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~