Couloirs

Inscription
Connexion

 PV Ada Valley   RPG+  Une Rose et un Hibiscus

FEVRIER 2043


Malgré le fait que le mois de décembre et les fêtes de Noël soit passée, il régnait encore une ambiance festive dans le château séculaire. Partout dans les salles des chauds feux de cheminés brûlaient, et la siccité du bois leurs donnaient un craquement joyeux; dans les couloirs, les armures magiques chantaient encore de temps à autre d'une voix métallique et rouillé de vieilles cantiques qui surprenait les élèves qui passaient par là. De grosses plaques de givres étaient fixées aux fenêtres le matin et empêchait de voir au dehors.
Et surtout une épaisse couche de neige immaculée et crissante sous les pas recouvrait le parc d'un linceul blanc. Les pistes sinueuses des traces de pas des élèves sur la neige évoquaient le parcours des gouttes pluies sur des carreaux vitrées : la plus grosse menait bien évidemment à la porte du château qu'un jeune sorcier aux yeux bridés entrebaillait.

Après avoir passer la porte de bois massif, Taehyung époussetait sa robe de la neige qui saupoudrait le tissu noir. Celle-ci ne tarda pas à tomber puis former de petites flaques sur le sol de pierre qui tapissait l'entrée. Il s'empressa de s'esquiver avant que Rusard lui tombe dessus et le condamne à quelques châtiments du XIXème siècle. Après avoir fais quelques pas dans les couloirs pour s'éloigner, il ralentit ses pas et sortit de sa sacoche plusieurs parchemins que les années avaient jauni. À leurs surfaces étaient écrits de fines lignes noires sur lesquels étaient perchés, tel des oiseaux sur une branche, des grappes de notes ici et là. Le bruit de ses pas étouffés par l'épaisse moquette rouge, Taehyung observait les partitions de piano et de violoncelle qu'il essayait de transposer : en effet, il avait pu transporter à Poudlard un violoncelle, mais son piano grand queue, lui... Il l'avait laissé à regret dans un des salons de son manoir. Absorbé par sa tâche, il se mit à gravir les marches menant à la Tour Ouest, celle des Serdaigles. Il avait choisi ses instruments pour une raison simple, ses parents lui demander de choisir deux instruments classiques, rejetant loin les idées "d'instruments jeunes" comme le saxophone, la guitare ou la batterie. Il avait donc choisi le piano et le violoncelle car ils se fondait parfaitement dans un groupe de jazz; mais ses parents n'avait pas réfléchi à ça, et le acceptère ses choix.
Perdu dans ses pensées, il ne se rendit compte que tardivement qu'une jeune serdaigle blonde platine était bloquée dans la marche piégée, que la plupart des élèves, dont lui, enjambaient sans même s'en rendre compte. Elle se débattait dans tout les sens en cherchant à se libérer, une expression énervée sur le visage.

"Tout va bien tu ne t'es rien cassé ? fit-il en accourant vers elle, montant les marches quatre à quatre dans sa direction.
Dernière modification par Taehyung Jones le 5 juillet 2018, 23 h 40, modifié 1 fois.

2ème Année RP (dispo seulement pendant les vancances scolaires)
20/20 "Un pur génie, à ce niveau-là, ce n'est plus de l'excellence, c'est de la frime" La Gazette du Sorcier

 PV Ada Valley   RPG+  Une Rose et un Hibiscus

Ada avait relu ses cours sur le chemin pour ce rendre sans la salle commune des Serdaigle, les yeux fixés sur ses parchemins, elle marchait à toute allure. Dès qu'elle se mettait dans des matières qu'elle appréciait, elle ne pouvait plus les lâcher des yeux et avait une boulimie avec ces devoirs. La matière qui commençait à être dévorée par Ada était la Défense contre les Forces du Mal. Depuis qu'elle avait découvert ce cours, la première année avait développé un amour pour la matière en question. Elle tendait l'oreille dès que quiconque en parlait, et suivait avec attention les fameux cours. Pourtant, de prime abord cette matière n'avait rien qui pouvait vraiment plaire à la Serdaigle. Mais, peut-être était-ce dut à sa professeur, mêmes les devoirs avaient capté son attention.

Et c'est ainsi que par précipitation, la jeune première année, enfonça son pied dans la marche piégée. Voulant en sortir au plus vite, elle avait laissé tomber ses notes et sa patience. Les mêmes notes s'éparpillèrent dans le couloirs et Ada essaya vainement de les recueillirent. Certaines avait réussit à tomber dans des endroits impossible d'accès pour la blonde, et être enfermée dans cette foutu marche mais aussi ne plus pouvoir avoir l'entièreté de ces notes en mains mettait progressivement de mauvaise humeur l'Aiglonne. Ada était une fille plutôt patiente, mais étant claustrophobe, elle détestait se sentir enfermée ou être réellement enfermée. Dans ce cas-si, la marche l'empêchait uniquement de bouger, mais cet incident couplé à celui des notes... C'en était trop pour la blonde. 

D'humeur massacrante, elle essaya de se débattre seule, sans aide. Quelques élèves étaient passés à sa droite, mais ses yeux tranchants et froids, les refroidissaient si il voulait lui apporter de l'aide. Solitaire depuis la petite enfance, Ada n'aimait pas qu'on l'aide dans des situations où elle estimait qu'elle pouvait se débrouiller seule. 

La jambe courbaturée et le corps exténué, la première année fixa le givre sur les fenêtres du couloirs et son esprit se perdit dans des réflexions intenses. Elle songea à son caractère de glace qui semblait s'être représenté sur les vitres de Poudlard. Le fameux givre pouvait aussi représenté les gens touchés par les paroles et le comportement d'Ada actuellement. Particulièrement froide et dure, la blonde avait besoin de solitude depuis quelques temps. Seul son instrument la rendait plus chaude, son saxophone allumait une bougie pour quelques minutes, qui s'éteignait quand sa bouche lâchait le bec du saxophone. La musique était son allumette et son souffle pour allumer une bougie et ne pas étouffer face aux autres.

Après quelques minutes de répit, Ada reprit de plus belle son attitude de quelques minutes et s'énerva de nouveau contre la marche vieillit par le temps qui passe et non pas par les souliers des élèves. Un cercle vicieux s'installa donc. Refusant toujours toute aide, elle finit par être interpellée par un élève asiatique et particulièrement chic dans son uniforme. Il lui demanda si tout allait bien, et ne semblait pas refroidit par les yeux verts d'Ada. Cette dernière haussa un sourcil en l'apercevant, il semblait bien différent dans son uniforme. A côté, celui d'Ada paraissait venir d'une friperie. Absolument pas intimidée par le jeune garçon en face de lui, elle lui répliqua froidement :

- J'ai pas besoin d'aide. Et je vais bien. Au revoir.

Tout dans son comportement transmettait l'envie d'être en paix. Pourtant, le garçon pouvait certainement l'aider, mais Ada refusait de se faire aider par quelqu'un. Pas par orgueil, mais plutôt par obstination et pour éviter un contact avec un inconnu. L'Aiglonne continua donc à le fixer glacialement et attendit, levant les yeux aux ciel, que l'asiatique quitte le couloirs et reparte vers sa salle commune sans se retourner. 

La vie est un mystère qu'il faut vivre et non un problème à résoudre.

 PV Ada Valley   RPG+  Une Rose et un Hibiscus

Taehyung fut stoppé net dans son élan autant dans le but d'aider la jeune Serdaigle que de monter les marches par la phrase de celle-ci, froide et lapidaire, qui était pourtant en position désavantageuse, bloquée dans la marche :

- J'ai pas besoin d'aide. Et je vais bien. Au revoir.

Il fut si surpris qu'il n'agit pas à l'habituelle : il se figea, les partitions serrées dans sa main gauche, sa main droite pantelante à son côté, pendant quelques secondes, avant de partir dans le couloir, comme si il abandonnait, vide de son énergie, reprenant sa marche comme un robot.
Dans la vie de tous les jours, le coréen était quelqu'un de chaleureux et gentil, toujours sympathique avec les autres. Il souriait souvent, et faisait preuve d'une grande générosité. Mais des fois, certaines personnes se montrait froides ou même condescendante avec lui et il réagissait avec un autre facette, plus sombre, qu'il n'avait pas exposé à Poudlard. Pourquoi faire ? Il n'avait pas d'ennemi dans l'école de magie.
Cette facette, le montrait sous un autre jour : il devenait -à l'instar de son interlocuteur, mais pire- froid et hautain, comme pour écraser le personne en face de lui. Taehyung relevait le menton et arborait un regard dédeigneux et méprisant pour celui qui l'avait provoqué, pour dire : je suis meilleur que toi, tu ne mérites même pas mon attention. Cette technique qui écrase son adversaire sous la superiorité intellectuelle, physique, magique et économique, c'est son bouclier de défense, sa parade qui empêche les problèmes de venir à lui, son moyen de repli, de ne pas montrer ses blessures et ses chimères.
Il ne l'utilisait quasiment jamais, car si on perçait sa barrière de mépris et de froideur, on perçait également à jour sa vulnérabilité. Le jeune sorcier restait donc chaleureux et il en allait mieux ainsi -c'était sa nature-.

Quand Ada avait répondu avec froideur et clarté à son aide, son cerveaux avait eu un instant de flottement, avant de se mettre à tourner à plein régime, se posant mille et une questions sur la froideur de la sorcière et son refus de se faire sortir de ce mauvais pas, malgré son évident besoin d'aide. Accablé de questions et de possibilités de réaction, Taehyung n'avait pas pu se montrer froid et était juste resté là avant de passer son chemin.
Pendant qu'il continuait sa route vers sa salle commune d'un pas moins assuré que d'habitude, il se plongea dans un état d'introspection et de vide. Un état, qui faisait naître chez ses proches des remarques "Tu es dans les nuages" (ou son équivalent coréen) quand il plongeait dedans en leur présence.
Cet état, il l'avait quand il jouait un morceau triste à l'instrument ou juste quand son cerveau se déconnectait quelques instants, pour se reposer, comme c'était le cas à présent, évoquait une longue apnée sous l'eau.
Puis brusquement, il se reconnecta, et le Serdaigle prit une décision. Il lâcha ses partitions, pour avoir les mains libres, et celles-ci volèrent et s'éparpillèrent en petits tas sur le sol, comme des pétaux d'hibiscus au printemps. Il fit demi-tour d'un pas rapide dans le couloir qu'il avait emprunté et revint sur ses pas.
La jeune Aiglonne avait recommencé à se débattre avec la marche puis arrêta brusquement, comme si elle abandonnait.
Taehyung arriva à son niveau, et sans un mot, il la prit par les bras et la tira hors du piège de bois. Il ouvrit la bouche, peut-être pour parler, puis la referma, presque comme agacé par l'évantualité de ce qu'il allait dire. Il se demanda si il fallait s'esquiver, puis se ravisa, et se contenta de plonger son regard dans les yeux opalins de la jeune fille, attendant une réaction de sa part.

2ème Année RP (dispo seulement pendant les vancances scolaires)
20/20 "Un pur génie, à ce niveau-là, ce n'est plus de l'excellence, c'est de la frime" La Gazette du Sorcier

 PV Ada Valley   RPG+  Une Rose et un Hibiscus

Ada, toujours bloquée dans la marche, constata que sa froideur avait eu l'effet escompté chez le garçon. Il était parti, comme en transe, et ne semblait pas naturel. Il marchait avec raideur et quittait petit-à-petit le couloir pendant qu'Ada continuait de l'observer discrètement. Ses yeux transmettait dureté et froideur et elle songea : Il est enfin partit, tant mieux j'ai pas besoin de lui et de ses bons sentiments.
Elle n'aurait pas pu dire pourquoi, mais elle détestait les personnes mielleuses. Et elle avait peur de retrouver cette caractéristique chez quiconque qui essayait de lui apporter son aide. Même si le sorcier s'éloignant n'avait pas été mielleux, elle ne voulait pas de contact avec lui et refusait de se faire aider. Elle pouvait réussir elle-même. En remballant l'asiatique, il avait paru déconfit, il ne devait pas avoir l'habitude qu'on lui dise "non" songea-t-elle ou qu'on refuse sa précieuse petite aide qui devait sûrement être difficile à obtenir. Mais une part de l'Aiglonne se demandait si elle ne se faisait juste des films, si elle créait une facette à la personnalité du garçon juste pour justifier son propre comportement. Elle balaya d'un mouvement de tête cette pensée qui ne la satisfaisait bien sûr pas.

Ses yeux verts finirent par le lâcher des yeux et elle poussa un long soupir lassé puis ressaya une énième fois de se libérer. Soudain, elle entendit un bruit de feuilles, quelque unes étaient tombées près d'elle et elle attarda son regard sur les feuilles, qui était des partitions. Elle reconnaissait les notes inscrit dessus même si certaine lui demandait plus de réflexion pour les déchiffrer. Elle avait appris la musique en autodidacte, certaines aides complétait son apprentissage mais la majeure partie du temps elle se débrouillait seule. Comme toujours... Les partitions étaient compliquées, et Ada réfléchit de quoi jouait la personne qui les avaient fait tomber. C'était sûrement celui qui avait essayer de l'aider, mais elle était trop concentrée sur les notes qu'elle ne chercha pas à savoir. Est-ce qu'elle pouvait essayer de les jouer au saxophone? Secouant la tête, la blonde continua de les observer et sut que ces partitions ne devait sûrement pas appartenir à un saxophoniste. 

Elle fronça les sourcils et n'entendit pas des pas s'approcher et la délivrer de la marche. Elle n'avait pas eu le temps de se débattre et dégagea son bras d'un geste brusque. Elle regarda celui qui avait décidé de rajouter de la glace dans son coeur. Elle laissa esquisser une expression de surprise, puis songea :
Encore lui... Il aurait pu me foutre la paix. 
Elle le fusilla du regard avec froideur et à ce moment précis, ne souhaitait jute se retrouver seule sans une personne qui s'improvisait grand sauveur. Il attendait peut-être qu'Ada le couvre de remerciement et de compliment mais son caractère n'allait pas coopérer si facilement. Elle s'apprêtait à lui lancer une réplique cinglante et piquante, comme une rose. Une rose à la tige piquante et dure, de prime abord on regarde la fleur, belle et attrayante. Mais on se rend compte que pour l'attraper, il faut toucher la tige qui repousse les intrus. C'est ainsi qu'on se rend compte que pour toucher la rose, il faut l'apprivoiser.  Et arracher les aiguilles ne la rendait juste que plus dure. C'était la même chose avec Ada. Si une personne décidait de la connaître, il lui faudrait toucher les aiguilles avec douceur ou ruse qui représentait la glace qui couvrait le corps de la première année. Elle répliqua donc à son interlocuteur, la tête haute :

- Je t'avais dit de ne pas m'aider. J'avais pas besoin de ton aide, alors laisse-moi maintenant. 

Elle hésita à le remercier, par pure politesse et hypocrisie, mais ne voulait pas qui l'entende trop distinctement alors elle détourna ses yeux de ceux ébènes, de son interlocuteur et marmonna un vague "merci" puis s'apprêta à partir en lançant une dernière fois son regard vagabonder sur les attrayantes partitions éparpiller au sol. 

La vie est un mystère qu'il faut vivre et non un problème à résoudre.

 PV Ada Valley   RPG+  Une Rose et un Hibiscus

Les deux se firent face pendant une poignée de seconde pendant lesquels aucun ne fit un geste. Une sorte de tension régnait dans l'air, à l'instar du silence, seulement brisé par le crépitement des torches accrochées sur les murs du chateau. Enfin, la jeune fille aux cheveux clairs posa sur Taehyung ses yeux plus froids et brillants qu'une lune d'hiver. Elle semblait le juger, le deviner, lui inventer une histoire, ou deviner ses motivations. On aurait pu lire des centaines d'émotions qui passait par ses yeux, le froid mépris, une timide curiosité, une vague reconnaisance.
Et quand elle ouvrit la bouche ce ne fut pas pour exprimer une profonde gratitude -et il s'en doutait- mais une fois de plus exprimer l'envie d'être seule, de paix et ce par une froideur hautaine qui faisait penser à des aristrocrates les plus huppés de Séoul qui vous font comprendre en un regard à quel point vous étiez un moins-que-rien pour eux et que jamais, au grand jamais, vous vous hisseriez au même niveau qu'eux. Ce regard était légèrement différent. Au fond de ses yeux brillait quelque chose de plus profond,de plus vrai, que le coréen n'arrivait pas à trouver quoi.

"Je t'avais dit de ne pas m'aider. J'avais pas besoin de ton aide, alors laisse-moi maintenant." lâcha-t-elle. Malgré ses paroles dures rien dans son comportement n'exprimait un rejet ou un dégout finalement. Et Taehyung se demanda qu'est-ce qui motivait une telle froideur. Etait-ce son éducation, ou se protégeait t-elle de quelque chose ?
Était-elle forte de se défendre ou défendait-elle sa faiblesse ?
Pourquoi une drôle de lueur brûlait au fond de ses yeux ?
Autant de questions qui restaient sans réponses. Pendant que Taehyung restait immobile, figé dans ses interrogations, ses yeux captaient des images ici et là.
La main droite de l'Aiglonne se refermant légerement, la baguette magique dépassant de sa poche, les torches qui crééaient des reflets sur ses cheveux pâles, sa robe semblant de basse qualité, comparée à celle du garçon, bien qu'elles soient assez semblabes dans la forme et la couleur.
Les yeux de la fille attirées par les partitions tombée à terre.

Autant d'indices qu'il stockait dans sa mémoire sans vraiment savoir ce qu'il en fairait.
Pourquoi ne bougeait-il pas ? Pourquoi restait t-il à la regarder en chien de faïence ?
Il esquissa un mouvement pour reprendre ses partitions, puis se ravisa. Il ne voulait pas fuir. Toute sa vie, il avait guidé ses choix sur sa franchise et sa raison, sa logique.
Il ne voulait pas tourner autour du pot, utiliser des phrases dénudées de sens. Les mots qui la composait était simples et clairs. Alors pourquoi ses poils se hérissaient-ils en pensant à cette question comme si le mistral soufflait sur sa nuque ?
Peut-être à cause de l'aura que dégageait la jeune fille, à moins que son regard aussi profond et désarmant qu'acide y soit pour quelque chose.
Il aurait pu dire d'autres questions. "Joues-tu de la musique ?" ou tout simplement "Comment t'appelles-tu ?"
Mais il choisit de dire la plus évidente à son sens. Il plongea son regard dans celui de la Serdaigle :

"Pourquoi es-tu si froide ?"

2ème Année RP (dispo seulement pendant les vancances scolaires)
20/20 "Un pur génie, à ce niveau-là, ce n'est plus de l'excellence, c'est de la frime" La Gazette du Sorcier

 PV Ada Valley   RPG+  Une Rose et un Hibiscus

Ada plongeait son regard dans chaque élément susceptible de l'intéresser dans ces couloirs, et après avoir lâchée une réplique glaçante d'apparence, elle fut surprise par la réaction du Serdaigle. Au lieu de s'enfuir et d'abandonner la quête de connaître la jeune fille, il resta figé, bloqué comme si Ada l'avait glacé par ses paroles et son comportement. Mais ce n'était pas sa personne qui avait collé les pieds du garçon au sol, mais sûrement sa curiosité d'en savoir plus sur la Serdaigle. Une fois de plus, cette dernière était un animal de foire. Les plus sanguins ou les plus peureux, qui avait eu le plaisir de rencontrer Ada, finissaient par s'écarter quand ils croisaient son chemin. Mais les plus téméraires et les plus réfléchis essayaient en vain de la connaître  et de percer sa froideur. Courage aveugle ou idée révolutionnaire? Le jeune Serdaigle semblait être dans la deuxième catégorie de personne mais pourtant il ne tenta rien, hormis durant deux moments qui attirèrent l'attention d'Ada. 

Son unique mouvement durant leur "échange" immobile fut lorsqu'il essaya de récupérer ses partitions. Ce qui était étrange c'est qu'il préféra les laisser à terre, éparpiller tels les pétales de fleurs au printemps ou les feuilles chaleureuses de par leurs couleurs en automne. Peut-être voulait-il laisser ce moment figé dans la glace, par peur de tout faire fondre et de gâcher son éclat si particulier. Sa réaction surprit l'Aiglonne qui le regarda avec un brin d'amusement, abandonner la quête de ramasser ses feuilles. Ses agissements étaient tous plus ou moins étranges, ce qui intrigua Ada. Son attention jusque-là captée par les douces partitions, fut déplacer sur l'étrange jeune garçon. 

Mais ce décor, digne des photographies de l'Antarctique à la fois belles et repoussantes, fut soudain déchiré, brisé par ces paroles, ces mots, cette phrase que redoutait constamment Ada. Pourquoi lui avait décidé de briser son monde comme ça? Rien ne lui permettait d'agir de la sorte, de prendre ses dispositions de cette manière. Pourtant, sa phrase était à la fois emplit de naïveté enfantine mais aussi dégoulinante de curiosité malsaine. Du moins c'était ce que croyait comprendre la jeune Aiglonne. Pourquoi les gens s'entêtaient à découvrir son monde si facilement, pourquoi leur stupide curiosité les poussaient à agir ainsi? Se contenter de l'éviter dans les couloirs ou de ne pas lui prêter attention était des réactions qui suffisait amplement à Ada. Peu de personnes attirait son attention et quand c'était le cas son comportement pouvait vraiment changer. Mais en ce jour, le Serdaigle n'avait pas réussit à la percer. Toutes les pensées d'Ada s'entremêlaient dans un noeud d'interprétation quand ressortit les moments qui avaient réussi à l'intriguer il y a à peine quelques minutes.

Son regard se fit une énième fois dur et glacial, puis elle lui répondit étrangement :

- Tu sembles bien curieux, sois plus patient, continue à laisser tomber tes partitions et tu le sauras peut-être.

Même si elle ne l'avait pas rembarré comme elle savait si bien le faire, elle s'était amusée à dire ses paroles mystérieuse, cela lui rappelait les films avec Hélios. Tandis que jaillissait quelques souvenirs, un voile d'espièglerie passa devant le vent d'hiver de ses yeux verts.

La vie est un mystère qu'il faut vivre et non un problème à résoudre.