Couloirs

Inscription
Connexion

Une fin d'année bousculée  M.Light 

PV Avec Maria Light

Mathilde marchait, Mathilde rêvassait comme à son habitude. Elle sortait d’un de ses cours de Sortilèges. Elle n’allait pas dire que cela ne l’intéressait pas, non, loin de là. Simplement que certains chapitres était peut-être plus ennuyeux ? Soit.

Elle était très loin de dire que Poudlard était ennuyeux, la fin d’année approchait, d’ici quelques mois et cette petite traversée dans le couloir lui permettait de faire un bilan de son année.

Pour l’instant, sa moyenne se portait plutôt bien et restait stable autour du E. Elle avait appris à découvrir et apprivoiser ce monde étrange. Malgré qu’elle eût la connaissance de cette réalité la jeune Evans était bien loin de s’imaginer tout ça. Elle était arrivée avec des aprioris, elle repartait de cette première année plus confiante. Confiante sur sa scolarité, elle a appris à aimer Poudlard, sa maison. Une sorte de deuxième famille même si elle était très loin de le montrer. Le chemin était encore extrêmement loin mais Poudlard s’était tout de même révélé être une échappatoire. Même si ses relations sociales ne s’étaient pas vraiment voire pas du tout améliorées. Disons trois quatre connaissances, rien de plus.
Pourtant elle ne voulait réellement pas repartir dans la ville de son enfance. Cela ravivera des souvenirs que la Verte aurait envie d’oublier, revoir des personnes qui lui font du mal du simple fait de leur présence.

Ce ne serai que des vacances, évidemment. Mais ces vacances seront longues, très longues elle en était certaine. Il faut de toute façon s’y faire, c’est comme ça.

Elle avait aussi réussi à intégrer l’équipe de Quidditch de sa maison. Sport dont elle ne connaissait pas vraiment l’existence et pourtant, pourtant il s’est révélé être un véritable passe-temps si ce n’est une passion. Elle était tellement fière d’avoir au moins accompli quelque chose cette année. Fière d’être enfin actrice de sa vie. Cela peut paraitre étrange mais la vérité est bien là, elle n’était encore il y a quelque mois que spectatrice. Cela ne menait à rien et Mathilde s’enfonçait.

Elle ne s’enfonce peut-être plus, mais elle stagne. Elle reste à la surface de l’eau qui est déjà un début.

Elle survivait toujours, mais d’une manière plus légère.

C’est alors qu’elle se situait au bout du couloir, elle relevait la tête un instant mais cet instant suffit à ce qu’elle se heurte à quelqu’un. La première année se mit à râler presque comme mécaniquement, elle ramassa ses livres de sortilèges tombés et étalés sur le sol. C’est lorsqu’elle se releva que ses yeux se posèrent sur l’insigne de la jeune fille qui l’avait bousculée. C’était une Serdaigle. L’insigne bleu et bronze était fièrement cousu, on ne pouvait pas le rater.

C’est dans ce genre de situation que Mathilde tentait de ne pas parler pour ne pas empirer les choses, ce qu’elle savait malheureusement très bien faire.

2ème année RP
"La douleur muette a les plus tristes pensées."

Une fin d'année bousculée  M.Light 

Maria marchait péniblement. Enfin, plutôt avec nonchalance. Elle se sentait bien. Pourtant, Dieu sait que cette année a été mouvementée. Dans un premier temps, tout allait bien. Maria s'adaptait à Poudlard d'une certaine manière. Elle était sur un petit nuage. Elle pensait qu'aucune pluie viendrait. Aucune tempête. Mais non. Au mois de mars, elle apprit la mort d'une des amies de sa mère, donc son amie. Cause : Sortilège impardonnable. Maria avait appris cette mort très brutalement, comme un coup de fouet qu'on donnerai à un rouge. Elle se souvient avoir pleuré. Avoir crié. Avoir hurlé. Pendant 1 mois, Maria vivait tout comme un calvaire. Elle allait en cours, soit, mais elle n'écoutait rien. Son esprit mental était fissuré. Mais, pendant les vacances d'avril, il semblerait qu'une personne est aidée Maria. Minly, un elfe de maison. Petite, sale, avec très peu de manière, soit. Mais,utile. Intelligente. Indispensable. Elle avait aidé Maria, l'avait appris à passer l'éponge, vivre. La jeune fille attrapa Alexandra par là main.

-On va où Alex' ? demanda la jeune fille en regardant son amie.

Alexandra avait fait du bien à Maria. En fait, les deux filles étaient Australiennes. Elles pouvaient parlé de leur pays. Néanmoins, la brune n'appréciait pas son coté "brute". La jeune fille lui répondit :


-J'vais à la biblio ! lui dit son amie blonde.

Maria soupira. Encore ... On était au mois de Mai. Mai ! Et, elles ne faisaient rien à par aller à la bibliothèque. En plus, elles ne faisaient rien. A moins qu'on puisse dire que crier sur les autres lecteurs étaient un passe-temps. La jeune Light riposta.

-Encore, t'es sérieuse ? On pourrait pas aller se promener plutôt ?

Maria vit qu'Alexandra était rouge. C'était comme ça avec elle. Il ne fallait jamais, au grand jamais, la contrariée. La vérité, c'est qu'Alex était une tête de mule. En plus de cela, elle possédait le plus mauvais caractère du siècle. Depuis qu'Ambre était devenue la grande amie d'Isabella, Alexandra était de mauvaise humeur et ne voulais qu'aller à la bibliothèque. Certes, c'était une bonne amie mais, Maria n'a pas à lui obéir.

-Si ça t'plaît pas, t'as qu'à aller ailleurs ! lui dit Alex' en tournant les talons.

Elle s'en aller. Vers cette foutue bibliothèque. Maria en avait marre. Alors, elle était partie, sans but précis, tout droit.

*********************************

Maria ne sait pas trop comment c'est arrivé. Toujours fâchée, elle avait foncée tout droit. Et une fille était là. La Serdaigle l'avait bousculée par inadvertance. D'habitude, elle lui aurait aboyé dessus mais non. Pas question de se créer des ennuis.En plus, cette fille a quelque chose ...

-Désolé ... lui dit la jeune fille.

Elle portait l'uniforme vert, la jeune fille en déduis donc qu'elle était à Serpentard. Maria se précipita vers les livres que l'autre fille avait fait tombé pour l'aider les ramasser.

-Tiens. lui dit-elle. Je m'appelle Maria Light et toi ? lui demanda la jeune fille.

Reducio


et Isabella sont des PNJ


Activité très réduite, veuillez m'en excusez

Une fin d'année bousculée  M.Light 

Il fallait toujours qu’elle se mette dans des situations pas possibles et, bizarrement, c’était souvent face à des Serdaigle. Des spécimens aussi habiles mentalement – que physiquement – pour certaine personne…
En bonne associable qu’était Mathilde, elle continua de grommeler quelque chose d’incompréhensible lorsqu’elle se pencha pour ramasser ses livres, en essayant, bien sûr, de ne pas croiser le regard de la jeune fille à qui elle venait de se heurter.
Lorsque malheureusement la jeune fille brune, aux couleurs aigle, se baissa à la hauteur de la Serpentard.
C’est bête, elle qui pensait pouvoir continuer à rêvasser, s’était fichu.
Elle essayait de comprendre parfois pourquoi les gens avaient besoin de soutien, de relations quelconques pour pouvoir avancer dans la vie. Elle, elle y arrivait très bien sans et d’ailleurs Mathilde croyait dur comme fer que cela ne pouvait lui apporter que des ennuis.

Elle avait raison, et encore cette fois ci, c’était une nouvelle preuve.

La verte souffla comme pour essayer de se détendre et ne pas passer pour une folle aux yeux bleus de la jeune fille d’en face.
Elle s’attendait à se prendre des réflexions de sa part, une quelconque méchanceté ou insulte alors elle se referma un peu plus sur elle-même, pas question de laisser quoi que ce soit et surtout pas de faiblesses.
Et puis, la Serdaigle ouvrit la bouche

-Désolé ...

Mathilde continuait de douter, était-ce une technique de manipulation pour mieux l’assommer en suite ? Décidemment, elle ne voyait pas claire – du tout- dans le jeu de la jeune fille qui s’amusait à lui redonner ses livres qui jonchaient maintenant le sol depuis quelques secondes.

Elle détestait plus que tout le mot désolé, elle était persuadée qu’il ne servait à rien et puis, on avait pas le temps, d’être désolé. Des actes valent mieux que de vulgaires paroles pour la première année. Alors se sentant toujours perdue par chaque contact social auquel elle pouvait se confronter, elle essayait toujours de ne pas croiser le regard de la personne d’en face car comme on dit.

Le regard de quelqu’un est le reflet de son âme.

Et l’âme de Mathilde pouvait paraître terrifiante pour certaine personne, alors oui, on pouvait penser qu’elle voulait protéger, mais non. Elle ne voulait juste pas faillir devant l’inconnu.
Alors elle ne répondit rien, jusqu’à ce qu’elle s’adressât de nouveau à la Serpentard d’un ton, doux, gentil.
Elle avait tout de même quelque chose d’apaisant mais Mathilde ne voulait pas l’admettre.

-Je m'appelle Maria Light et toi ?

Avant ce début de conversation, Maria avait l’air passablement énervée et son visage s’était radoucit d’un coup. Cela perturba Evans qui ne savait plus bien où elle en était, si les intentions de sa nouvelle connaissance étaient gentilles, ou au contraire, pas du tout.
Elle essaya de penser à ce que ferai une jeune fille « normale » à sa place. Alors elle mit toutes ses forces à paraître agréable, ce n’était pas le moment de se faire une ennemie.

- Je suis Mathilde, Mathilde Evans. À Serpentard, enfin… Je suppose que tu l’avais déjà remarqué.

Elle remarqua aussi qu’elle fixait toujours le sol, c’était ridicule, elle regarda ensuite Maria, en essayant de dissimuler tout sentiment.

- Merci… Pour les livres.

Elle se releva, replaça ses cheveux convenablement, elle ne savait pas comment continuer la conversation, ni même la finir.

2ème année RP
"La douleur muette a les plus tristes pensées."

Une fin d'année bousculée  M.Light 

Maria regarda la jeune fille.  Pourquoi ? Pourquoi ça lui arrive à elle ? Pourquoi maintenant ? Et là, Alexandra n'est pas ici pour l'aider ! Ah, quel manque de pot.  La brune se demanda comment réagirai Alex'. Elle aurait sûrement crier sur la jeune Serpentard. Mais, Maria ne voulait pas. Il y avait quelque chose dans cette fille ... Mais quoi ? La jeune Light sentait cette faille. C'est comme si elle pouvait sentir les émotions de la jeune Serpentard. Par-contre, qu'est-ce que c'était ? Maria regarda son interlocutrice. Elle semblait si renfermée. Comme si elle attendait une aide extérieure. La jeune Serpentard lui dit s'appelait Mathilde. Mathilde Evans. C'était un très beau prénom. 

-Enchantée Mathilde. dit-elle avec un sourire. Chouette prénom ! commenta la jeune fille d'une voix apaisante.

Même si elles n'avaient rien en commun, qu'elles ne se connaissent que maintenant mais .... Maria a l'impression qu'elle sont faite pour être amie. Malgré la réticence de Mathilde, la jeune Light est sûre qu'elles noueraient de grandes relations. La jeune Evans la remercia pour l'avoir aidé  à ramasser ses livres.

-De rien. lui dit simplement la jeune Australienne. Ce fut un plaisir de t'aider. ajouta-t-elle, dans l'espoir que Mathilde se sente à l'aise.

Maria regarda Mathilde dans les yeux. Celle-ci s'était relevée et était en train de remettre ses cheveux en place. Maria vit en elle, un désir d'aide. Un cruel manque de confiance en soi. La jeune Light ne pourrait certainement pas la changer, mais elle l'aiderai. Mais, d'abord faudrait-il que la verte fasse confiance à la Petite Serdaigle.

-Ça va Mathilde ? lui demanda la jeune fille. Tu m'as l'air pas bien. lui avoua la jeune fille.

C'était vrai. Mais, pas d'un point du vue physique. Au contraire, elle se portait comme un charme ! En plus, elle était sacrément belle, avec ses yeux verts émeraudes. Non, niveau physique, no problème. C'est au niveau mental que Maria décèle quelque chose de spécial. Comme si elle était un bateau. Avant, il s'enfonçait. Maintenant, il semblerait qu'il soit revenu à la surface. Malgré tout, il n'arrive pas au bon port. Et, la jeune Light serait le port de Mathilde, coûte que coûte, comme disent les moldus.

-Tu  ne veux pas aller à l'infirmerie ? Au moins, si tu as un problème,  tu pourras lui en parler. Je suis sûre qu'elle pourra t'aider ! lui dit la jeune fille.

Néanmoins, on dirait que Mathilde s'en fichait. Elle était impassible. C'est pas facile, quand on veut aider quelqu'un. Même si la Serpentard ne laisse paraître aucun sentiment et cherche à se cacher derrière un masque, Maria c'est ce qui se passe. Et, elle a peur qu'elle face comme elle, qu'elle se mette en danger. Et, Maria serait très en colère de savoir ça.

-Si tu ne veux pas parler à l'infirmière, je suis là. proposa la jeune fille.

Ne prend pas en compte mon nouvel avatar (c'est pour un défi) ! Je suis toujours brune !

Activité très réduite, veuillez m'en excusez

Une fin d'année bousculée  M.Light 

Mathilde aurait largement préféré être ailleurs, dehors, au lac, en salle commune, en cours ou encore se rendre à son entraînement de quidditch. Mais non. Il fallait que cela se passe encore une fois de cette manière. Elle espérait de pas se prendre trop de remarque de la part de Maria. Quoique, Mathilde en aurait bien l'habitude, elle saurait passer au-dessus, même si sa perception des choses à légèrement changé depuis son arrivé à Poudlard.
Et puis la jeune Serdaigle se mit à lui parler, d'un voix toujours apaisante. Qui avait - malheureusement ou heureusement - le don de mettre la Serpentard en confiance. Même si forcément toujours un peu méfiante. Elle semblait également la regarder avec une certaine bienveillance. Mais ça, elle n'arrivait plus à déceler si c'était sincère. 
Quoiqu'il en soit, elle se sentait plus en confiance qu'il y a quelques mois avec cette fille.

- Moi aussi, enchantée. Oh, merci, c'est français... Maria aussi, c'est très jolie.

Jamais elle n'aurait pensé complimenté quelqu'un avant longtemps. Mais c'est arrivé plus tôt que prévu. Elle n'aimait pas forcément cette sensation puisqu'elle se sentait vulnérable, en position de faiblesse. Comme s'il on pouvait faire tout ce qu'on voulait d'elle.

Elle remarqua aussi une légère différence chez elle, Mathilde ne savait pas vraiment quoi mais... Quelque chose lui disait qu'elle n'était de que anglaise. n'ayant jamais vraiment voyagé elle ne savait pas vraiment. Mais elle tenta tout de même quelque chose.

- Je me trompe ou... Tu n'es pas que anglaise, si ? Excuse moi, ce que je viens de dire est ridicule ! Dit-elle accompagné d'un petit rire nerveux

La bleue la fixait dans les yeux, chose que Mathilde n'appréciait pas, mais là, aucune issue de secoure se présentait alors elle croisait juste les doigts. Pourquoi ? Elle même de le savait pas, mais sûrement pour ne pas se faire remarquer.

- Je... Si si, merci ça va. Enfin je crois. Dit-elle en dépoussiérant sa robe de sorcière au couleurs de sa maison. Mais merci de t'en préoccuper, c'est gentil.

Elle pouvait détecter chez Maria une profonde gentillesse. Ce n'était pas chose facile de déceler ce genre de trait de caractère mais Mathilde le fit. Sa voix, ses actions, ses paroles... La mettait sur la voix. Elle était quasiment sur qu'elle ne lui voulait que du bien. Ce serait bien une des première fois depuis des années.

- Non merci, pas l'infirmerie, je pense que ça va aller... Ne t'inquiètes pas pour moi. J'ai l'habitude on va dire...

Et une des première fois qu'elle était honnête avec quelqu'un depuis des année. Ce sentiment de vulnérabilité commençait à s'effacer peu à peu. C'était bon, comme un début de liberté, comme si elle retrouvait le contrôle de sa vie, comme si elle n'était plus que spectatrice de qui elle était devenue.

Puis Maria se proposa pour l'aider. Elle ne savait plus comment réagir, elle essayait de garder son calme, ne pas paniqué. Car malgré cette petite évolution la petite fille de 12 ans qu'elle était avait toujours un fond de peur, caché au fond d'elle-même.

- C'est adorable, merci encore. Je penserai à toi alors. Mais je ne voudrai pas t'embêter. D'ailleurs, excuse moi de t'avoir ralentie dans ta course pour... Où que tu allais, d'ailleurs. Excuse-moi. Ça vas ? Je ne t'ai pas fais mal ?

Un léger sourire commençait à s'afficher sur son visage pâle. La gentillesse de cette nouvelle connaissance pouvait lui transpercer le cœur. C'était tellement agréable de sentir que quelqu'un se préoccupe de soi.

2ème année RP
"La douleur muette a les plus tristes pensées."

Une fin d'année bousculée  M.Light 

Maria commençait à sentir un vent frais. Elle n'aimait pas ça. La jeune fille resserra donc sa cape sur elle. Mathilde lui appris que son prénom était français. *Poétique surtout*  pensa la jeune Light. La jeune Serpentard avait l'air d'être en position de faiblesse, du moins c'est ce qu'elle faisait paraître. Maria voulait l'aider. Soudain, la verte et argent demanda si elle était vraiment anglaise. La jeune fille ne fut pas surprise par cette question, on lui avait souvent posé celle-ci.

-Non, c'est pas ridicule ta question. Tu as bien le droit de t'informer ! lui dit-elle en souriant. En fait, mes parents sont Australiens mais je suis née à Londres. J'ai deux nationalités ! déclara-t-elle.

Maria regarda Mathilde. Elle avait l'air, si fragile ... Aussi fragile qu'un animal en détresse ? Pourquoi ? Que se cache-t-il derrière ses yeux ? Ses yeux verts, se visage parfait ...  Quand est-ce que tombera le masque ? D'ailleurs, la jeune Light est perdue. Mathilde, c'est une pierre. Heu non, pas tout à fait. Disons plutôt, une sorte de Peeves (en moins énervant, bien sûr !) Malgré une allure parfaite, au fond, il y a un cœur. Un cœur qui bat après la mort ... Non, en fait, non. Personne n'est mort : Niveau discourt, c"est pas ça.Mathilde lui dit qu'elle n'avait pas besoin d'aller voir l'infirmière. Celle-ci lui avait parlé d'habitude, ce qui laissait la jeune Light perplexe. Malgré son cerveau qui manquait peut-être de perspicacité, la jeune fille sourit. Ça faisait du bien de sourire. Il parlait que sourire est quelque chose d'important. Il facilite les rencontres, il rend heureux. D'ailleurs, si Alexandra voudrait se faire des amis, il faudrait qu'elle fasse ça. *Je lui dirais, ce soir* pensa la jeune fille. Maria redemanda à la jeune Evans si elle voulait parlé avec elle. La verte et argent déclina l'offre. *Dommage* pensa la brunette. La Serpentard lui demanda si ça aller, si elle ne lui avait pas fait mal. Mari répondit en souriant :

-Ça va t'inquiètes. lui répondit-elle

Maria crut voir quelque chose de ... magique. Quelque chose qui lui faisait chaud au cœur. Quelque chose, qui lui donne confiance. La jeune Light voit qu'elle est utile. Un sourire. C'est ce qui ressortait sur le visage de Mathilde. Pas de parole. Juste un sourire. Après tout, c'est vrai que le sourire rend heureux. Elle n'avait passé que quelques minutes avec Mathilde, mais elle sentait qu'elle était utile. Pourtant, elle était restée des heures avec Alexandra et jamais elle ne c'était sentie utile. La jeune Light a la ferme conviction que Mathilde et elle, sont reliés par le destin. Elle ne se ressemble pas physiquement, mais mentalement,  elles sont pareilles. Maria a aussi eu une période où il y avait une faille. Et, elle ne voulait pas que Mathilde traverse ce qu'elle a elle-même enduré.

-Je sais que tu te sens très bien, mais je veux te mettre en garde. J'ai été comme toi. Et, je regrette tout ce j'ai fait, parce que je n'avais pas confiance en moi. Mais, on m'a aidé. On m'a aidé à trouver un bon port. Je sens, que tu as besoin de trouver ton port à toi. Et ... Je crois que je peux t'aider. lui dit la jeune fille.




Vraiment désolé pour ce retard. Je ferais tout ce qui est en mon possible pour plus que cela ne se reproduise.

Activité très réduite, veuillez m'en excusez