Couloirs

Inscription
Connexion

 PV  Une bousculade au goût amer

Clément accepta la première idée proposée par Zoé, l'idée de ne pas rester tout seule entre les cours. La jeune Morgan avait proposé à son camarade de l'accompagner, elle voulait vraiment l'aider car en plus d'être utile à Clément, cela l'amusait de faire cela, de préparer quelque chose pour protéger les gens de sa Maison ou ses amis. Elle le regarda, contente, et lui sourit.

- Cool ! Faisons ça alors !

La jeune fille vit alors un professeur refermer la porte de sa salle de classe. Il était tard et il n'y avait presque plus personne dans les couloirs. Les deux Gryffondor devaient courir si ils souhaitaient arriver à l'heure à leur prochain cours.

- On devrait se dépêcher, les cours commencent !

Zoé se mit alors à courir. Il n'y avait pas une grande distance à parcourir mais elle était essoufflée quand elle arriva devant la porte. Malheureusement, la porte était déjà fermée. Elle se tourna vers Clément pour lui parler avant d'entrer dans la salle de classe.

- Ne t'inquiète pas, un jour, il arrêtera et j'espère qu'il le fera très rapidement.

Elle se rendit alors compte d'une chose, elle n'avait plus froid, ou en tout cas moins qu'avant. En parlant et en pensant à autre chose que ça, la Gryffondor avait oublié le froid et cela n'était plus si horrible. Elle n'aimait vraiment pas cela et était donc très contente. Zoé toqua à la porte, en espérant ne pas être trop en retard et que la professeure ne soit pas trop énervée.

Désolée pour ce post un peu court... Fin du RP pour moi, c'était très sympa, merci !

Zoé Morgan, troisième année devoir, deuxième année RP, Gryffondor, RNA
"Le matin, tu as deux choix: soit tu te rendors pour continuer à rêver, soit tu te lèves pour réaliser tes rêves"

 PV  Une bousculade au goût amer

Le Gryffondor avait eu peur de brusquer sa camarade de classe en refusant sa dernière proposition. Après tout, elle avait été si gentille avec lui et lui avait proposé tellement de solutions pour l'aider que même si elles n'étaient pas toutes envisageables, Clément ne pouvait s'empêcher de remercier intérieurement Zoé. La fille était tombée au moment où il avait le plus besoin d'aide et avait su le remettre sur les bons rails. Ils avaient décidé à deux que le Gryffondor devait arrêter d'avoir peur de cet élève de Serpentard, puisque si il continuait ainsi, la situation ne pouvait que s'empirer et mener à un épisode dramatique. La solution apportée était d'arrêter de se promener tout seul dans le château, et même si cela dérangeait Downing de devoir être accompagné à chacun de ses pas dans Poudlard, il ne voyait pas de meilleures solutions.

- « Je te remercie Zoé, tu m'as aidé alors que tu n'y étais pas obligée ! Je t'en dois une, vraiment ! » dit le garçon en lui adressant un grand sourire.

Le couloir où ils passaient abritaient plusieurs salles de classes, et les deux enfants voyaient chacune des salles être refermées par un professeur. Ils devaient vraiment être en retard, et accélérèrent naturellement le rythme de leur pas ayant peur de se faire disputer par le professeur Holloway. Comme si elle pensait la même chose que lui, Zoé lui demanda de se dépêcher pour se rendre en cours. Les deux Gryffondor se mirent alors à courir dans les couloirs pour atteindre la salle de défense contre les Forces du Mal. Quelques secondes plus tard, ils atteignirent enfin la porte de bois de la salle, mais celle-ci était fermée. Avant de frapper, la fille lui fit un petit speech où elle lui disait que le Serpentard allait probablement arrêter de l'embêter, puis frappa à la porte de la salle. 

- « Je l'espère aussi ... Mais grâce à toi, j'ai déjà fait un grand pas dans la réflexion, merci encore ! »

Il était tellement perdu dans ses discussions avec Zoé qu'il en oubliait presque la peur de se faire disputer par leur enseignante et suivit ainsi les pas de la Gryffondor qui venait de rentrer dans la salle.

Fin du RP aussi ! Merci d'avoir participé à cette trame Zoé ! C'est quand tu veux pour la suite ;) 

Clément Downing # 2ème année RP
"Le succès ne s'explique pas, l'échec ne s'excuse pas." N. Bonaparte