Couloirs

Inscription
Connexion

Un sacré labyrinthe  privé 

Quasi deux semaines, il avait compté chaque jour se remémorant chaque activité qu'il avait effectué durant cette période. Cela apparaissait court et à la fois long, tout n'avait pas été simple mais Adrien semblait ne pas être malheureux. L'école des sorciers lui apprenait tant de choses qu'il ne pouvait qu'être fier de faire partie de cette élite pourvue d'un tel don. Lorsqu'il avait reçu la lettre, il était loin de penser que cela ressemblerait à l'environnement dans lequel il se trouve. A vrai dire, il s'agissait d'une école des plus normales où on apprenait des choses extraordinaires. Il mesurait la chance qu'il avait mais il regrettait de ne pas pouvoir partager ce moment avec ses amis moldus. Tout avait changé, ses relations avaient évolué. Il avait pris ses distances pour pouvoir garder secret son don. Il lui arrivait de vouloir tout leur dire mais il ne pouvait pas se permettre que cela s'ébruite. Et puis, qui le croirait vraiment ? Serait-il accepté pour ce qu'il est? Ce n'était pas une certitude.

En deux semaines, ses connaissances sur le monde des sorciers avaient énormément évolué. Il est évident qu'il avaient encore beaucoup à apprendre mais il se sentait déjà moins perdu par rapport au premier jour. Il avait pu croiser dans sa route divers sorciers avec qui il avait conversé. Des belles rencontres, c'est certain, mais l'amitié n'avait pas encore complètement pointé son nez. Bien qu'Adrien était loin d'être un solitaire, il prenait du temps à s'accrocher aux gens et à les définir comme de véritables amis. Même s'il s'agissait d'un enfant jovial et très bavard, il n'osait jamais faire le premier pas, ou en tout cas, très rarement. Il était intimidé, il avait peur de déranger. Perdre contact avec tous ses amis moldus, ou avoir en tout cas beaucoup moins de nouvelles d'eux lui avait fait très mal. Sans doute, fallait-il panser la plaie avant d'instaurer un nouveau climat de confiance avec ses rencontres.

Adrien se trouvait un peu seul à pavaner dans le château. Il avait pris le temps de prendre un bol d'air en s'asseyant au bord du Lac. Il regardait son reflet, pas pour s'admirer, bien au contraire, il trouvait son reflet un peu désagréable. Il manquait furieusement de confiance en lui, il grandissait et n'arrivait pas à s'aimer tel qu'il est. Il n'avait sans doute pas envie de se victimiser et il en parlerait sûrement à personne mais il était parfois mal à l'aise.

Le ciel était un peu grisonnant, la pluie s'invita dans son moment seul en pleine réflexion. Adrien décida alors de rentrer dans le château pour ne pas prendre froid.

Cette période, il l'aimait guère. Il savait que l'automne poindrait son nez et cela le déplaisait. Le temps commençait à se rafraîchir. Son t-shirt ne suffisait plus, il fallait à nouveau mettre un pull. Rien qu'à imaginer le lac gelé, il frissonna. Cela ne l'enchantait pas du tout. Une petite bourrasque décoiffa ses cheveux. Il se précipita vers l'entrée du château et reprit son souffle.

L' Angleterre n'était pas gâté par son temps. Il regrettait parfois de ne pas vivre dans un pays chaud, mais au fond, il aimait son pays, sa culture, son architecture. Cela suffisait pour accepter que le temps ne soit pas toujours parfait.

Il trimballait toujours avec lui une petite mallette noire dans laquelle il y mettait quelques parchemins, de l'encre et une plume, sait-on jamais que ça lui soit utile. Lui vint une idée, lui qui se perdait sans cesse, il décida de créer son propre plan du château. Il devait sûrement y en avoir à disposition mais il aimait l'idée que ce soit sa propre création. Il n'avait pas un véritable goût pour le dessin, il n'était pas du tout doué. Lorsqu'il s'agissait de deviner ce qu'il avait dessiné, peu étaient capables de voir ce que ça représentait. La précision du geste, c'était bien trop pour lui. Il préférait se limiter aux gribouillis. Par contre, il aimait bien faire des plans avec une règle, sans trop de précision.

Il prit un premier parchemin dans lequel il indiqua "Rez-de-chaussée", il y inscrivit les quelques salles qui s'y trouvaient en effectuant des formes rectangulaires de longueurs différentes en fonction de la salle en question. Il avançait petit-à-petit dans son nouveau passe-temps. Il y voyait une utilité, au moins il ne se perdrait plus. Peut-être pourrait-il aidé un élève perdu grâce à son plan? Il souriait bêtement à cette idée. Il serait fier de pouvoir informer les autres.

Il atteignit le deuxième étage. Il avait tellement pu se perdre dans ces couloirs, ne sachant plus où aller pour aller au cours de métamorphose ou encore au cours de sortilèges. Il maudissait ce couloir qui lui avait tellement posé des soucis. Il se posa au sol chantonnant une petite chanson tout en vérifiant que personne ne l'entende. Il reprit son parchemin pour faire son plan avec sa baguette qui lui servait de règle. Si quelqu'un le voyait, il le prendrait pour un fou.

Un sacré labyrinthe  privé 

Après la conversation d'hier, je me suis couché la tête pleine de questions. Y a-t-il vraiment de "faux" Serpentard ? Est-ce que tous les Serpentard qui n'en n-ont pas l'air son ici parce qu'il ont mauvais fond ? Si "gentil" Serpentard il y a, qui suis-je pour affirmer que j'en fais partie ? Putain, mais les choses auraient été TELLEMENT plus simple si le Choixpeau m'avait mis à Poufssouffle... Si au moins il n'avait pas crié "Serpentard" à peine entré en contact avec ma tête... J'avais les cheveux trops gras pour accueillir son noble tissus et il a préféré m'envoyé dans une maison au hasard peut-être...! Je regarde le livre sur mon lit. Le marque page n'a pas bougé d'un pouce depuis hier... Mes questions assiège mon esprit, l'empêchant de fuir. Et puis au pire, si je ne me sens pas Serpentard, je n'ai cas me comporter un Poufssouffle, si j'y arrive il pourront me faire changer de maison sans doute, le Choixpeau doit avoir une marge d'erreur je suppose...

Je sors donc de la chambre pour me changer les idées, je sais très bien que je n'arriverai pas à re-prendre ma lecture et ça me fou les nerf. Il est 09:30, et je n'ai aucun cours. Je fais bien attention à ne pas réveiller les autres premières années qui auraient besoin de plus de sommeille en refermant la porte derrière moi. Serte se sont peut-être tousse des graines de démon, mais ils ne m'ont rien fait pour le moment et je n'ai aucune envie de lancer de déclaration de guerre à qui que ce soit.

En sortant, je prends directement les escaliers. Je crois bien que notre salle commune est le seul endroit de tout le sous-sol à ne pas être super glauque... Je me sens déjà un peu plus respirer quand j'arrive au rez-de-chaussé. Je prends un escalier volant pour monter encore et j'arrive au premier étage. Enfin des terres inconnues ! Mais ici, il ne semble n'avoir que des salles de cours... Je marche le long du couloir, mais rien d'intéressant n'est en vue. Je prends donc un Escalier pour monter au 2nde mais celui si ce dirige directement vers le 3ème ! Je vois un escalier avec un Gryffondor à son bord se diriger vers le 2nde deux mètres en dessous de moi... Une très mauvaise idée me passe par la tête, mais comme ce qu'elle provoque en moi est la peur, je ploie et saute.

Ayant mal calculé mon coup, je me rattrape à la rampe pour ne pas tomber de haut et grimpe aisément sur la plateforme pendant que le Gryffondor me dévisage avec son regard de merlan fris. Je lui fais un sourire avec un mouvement de tête pour lui dire bonjour, mais lui ne réagit pas. Une fois au 2nde, le coup de fierté passé, je me rends compte à quel point j'ai été stupide... Mais bon, je déteste la peur, c'est pour ça que l'on peut me mettre facilement au défi. Si je ne l'avais pas fait, je me serais détesté pour avoir laissé la peur me bloquer et maintenant que je l'ai fait, je me déteste pour avoir mis ma vie en danger pour strictement rien... Je suis comme ça.

Je me rends compte que je me suis perdu dans mes pensées et que j'hère sans but dans un couloir. Je continue et réalise intersection après intersection que c'est un vrai Labyrinthe ! Je me calme et me contente de suivre le mur de gauche, je finirais bien par trouver la sortie...! Je marche au pas de loup. Je n'ai aucune envie de tomber sur quelqu'un maintenant...! Je suis loin d'être dans une situation dominante et si c'est un 1er années perdu aussi, il ne m'apportera rien... Autant rester seul donc. C'est comme ça que penserait un Poufssuffle ? Je m'arrête à cette idée avant de re-prendre à la même allure en laissant la question en suspend. Un peu perturbé par cette dernière, parce qu'au fond qu'est ce qu'un Poufssouffle ? Si ce n'est qu'un gars sympa. La vérité c'est que j'en ai absolument aucune idée, pour moi y a juste les intellos, les gentil, les courageux et les méchant. C'est peut-être un peu réducteur je l'avoue. Toujours est-il que que les Serpentard sont des gens sournois et que je n'ai pas envie que l'on m'associe à heu. Enfin pas tous. Enfin peut-être. Enfin je sais pas...

Complètement perdue dans mon esprit, un petit chant m'en sort. Je suis la mystérieuse personne chantonnant dans les couloir à 10 heures du matin et essaye de remonter à l'origine du son. Un Poufssouffle je ne sais pas, mais un mec sympa et sociable préférerais être avec quelqu'un dans ce genre de situation. Suis-je sociable ? Absolument pas, mais si je veux savoir si j'ai réellement bon fond, il va falloir que je fasse un effort je crois. Je remonte donc jusqu'à l'origine de la musique et regrette instantanément de l'avoir fait.

Quand j'arrive, je vois un petit Serpentard, allonger sur le sol en train de dessiner en utilisant sa baguette comme règle... Combien j'aurais donné pour l'ignorer celui là... Je m'approche donc de lui, mais il ne semble pas m'entendre... Qu'est ce qu'il dessine au passage ? Une carte ? Une carte de l'Ecole ?! Non seulement il peut m'aider, mais en plus je peut-être en situation dominante en le surprenant ainsi ! J'en profite donc :

-Salut carte man, tu connaîtrais le chemin pour notre dortoirs ou pour South Park ?

South Park est une série de bandes dessinées moldus que je lisais quand j'étais petit. Apparemment, elle serait adaptée d'une série télévisée préhistorique, mais celle-ci je ne l'ai jamais vus. Toujours utile que mes parents ne m'auraient jamais acheté un seul tome s'ils savaient ce qu'il disait dedans ! Ma blague a fait apparaître un sourire honnête sur mon visage, faute de ne pas pouvoir rire. Je n'ai pas envie qu'il pense que je me moque de lui, ça ferait mauvais genre. Il y a très peu de chance qu'il ait la référence. Cette petite dose de confiance en moi me suffit amplement !
Dernière modification par Ethan Stone le 17 septembre 2018, 15 h 56, modifié 1 fois.

Un sacré labyrinthe  privé 

Adrien était dans son monde chantonnant des chansons qu'il avait pu entendre durant l'été. Il se demanda s'il existait des chanteurs connus venant du monde des sorciers. Trafiquait-il leur voix avec de la magie? C'était une autre question qui lui apparaissait fort pertinente mais dont il savait qu'il n'aurait aucune réponse en restant seul dans son coin.

Il prenait le temps de faire son plan pour bien s'y retrouver par la suite. Il était inutile de se dépêcher pour avoir un plan qui ne l'aiderait pas du tout en cas de besoin. Il traçait ses lignes soigneusement sur le parchemin. Il était assis sur le sol, penché face au parchemin. Il ne faisait pas trop attention aux bruits autour de lui. Il avait appris au cours de sortilèges la concentration, faire abstraction de tout ce qui est autour et se focaliser sur ce qu'on fait. Certes, il ne faisait aucun sort, mais cet apprentissage pouvait tout aussi bien s'appliquer à l'activité qu'il effectuait au milieu du couloir.

Son plan semblait correspondre parfaitement. Il peaufinait encore quelques détails quand tout d'un coup une personne vint s'adresser à lui.

-Salut carte man, tu connaîtrais le chemin pour notre dortoir ou pour South Park ?


Adrien se retourna et aperçu un garçon, il l'avait déjà vu auparavant. Il en était persuadé lorsqu'il constata que lui aussi était à Serpentard. Il avait pu l'apercevoir dans les dortoirs des garçons. Il ignorait s'il s'agissait de celui qui ronflait pendant la nuit. Il n'avait jamais su détecter d'où venait le bruit précisément.

Adrien ne comprit pas trop la phrase du garçon. Il avait beau chercher d'où venait cette référence, il ne voyait pas du tout de quoi ça venait. Peut-être était-ce un truc de sorcier, ou peut-être était-ce moldu mais il n'en vait juste pas entendu parler ? Il n'en avait aucune idée mais il rougit un peu face à cette question. Il commença à replier ses affaires, puis il tenta de donner une réponse.

Bonjour, je pense pouvoir t'aider à retrouver le dortoir si tu le souhaites. Nous ne sommes pas bien loin. Par contre je ne sais pas du tout où se trouve South Park. Est-ce vraiment un parc se trouvant dans Poudlard? dit-il un peu gêné.

Il était rouge tomate. Il se sentait un peu bête de ne pas comprendre la référence. Il n'y pouvait rien, il y avait certaines choses qu'il ignorait. Il regarda le jeune Serpentard, il s'aperçut qu'il avait un peu près la même taille que son intervenant lorsqu'il se releva. Il avait remis son encre et sa plume dans sa mallette. Il tenait par contre en main le plan créé. Il n'était encore fini puisqu'il lui restait à faire les étages supérieurs mais heureusement les étages inférieurs étaient faits. Il esquissa un sourire au garçon.

Au fait, je m'appelle Adrien. Je suis en première année à Serpentard. Alors tu es heureux d'être dans cette maison?

Il tenta de commencer une conversation, histoire d'avoir des amis de la même année que lui.

Un sacré labyrinthe  privé 

En se relevant, il vira petit à petit au rouge tomate. Dans un premier temps, j'en étais plutôt fier, je l'ai pris sur le fait ! C'est Serpentard ça ? Sûrement, mais ça ne veut rien dire. C'est "moi" avant d'être Serpentard !

-Bonjour, je pense pouvoir t'aider à retrouver le dortoir si tu le souhaites. Nous ne sommes pas bien loin. Par contre je ne sais pas du tout où se trouve South Park. Est-ce vraiment un parc se trouvant dans Poudlard?

Attend, c'est VRAIMENT ça qui le tracassait ? Par respect, j'essaie de ne pas trop montré à quel point je le méprise. Il n'a aucune confiance en lui ou bien ça se passe comment ? Je vais vraiment faire tout le trajet avec un faible dans son genre ? Je crois que je vais en avoir mare avant la fin. Non, j'en ai déjà mare. Plus je le regarde, plus je déteste sa façon de me regarder, de tenir sa petite carte avec son air mal-assuré glissant jusqu'à son dos pas tout à fait droit. Ou bien est-ce plus l'idée de faire un bout de chemin avec lui qui me pose problème ? Probablement. Il me reste donc deux choix :
  • rester et advienne que pourras
  • partir pour éviter une catastrophe
Ni l'une ni l'autre ne me vas. Je me vois mal supporté Kenny sans le tuer avant la fin de l'épisode, mais je me vois tout-aussi mal ne pas prendre cette opportunité inespéré pour retrouver mon chemin. D'autant plus que j'avais dit que j'essaierais d'être un peu plus sociable... Sans ça, comment être sûr que j'ai un bon fond ? Finalement, il finit par arquer un des souris les plus niais que je n'ai jamais vus pour reprendre la parole, me coupant ainsi dans mon fils de penser :

-Au fait, je m'appelle Adrien. Je suis en première année à Serpentard. Alors tu es heureux d'être dans cette maison?

Sans déconner ce mec m'exaspère vraiment... Sa façon de gaffer en fessant gaffe à ne jamais dire un truc de travers. Je lui répondis :

-Et moi Ethan. Ethan Stone.

Je croits qu'en ces cinq simples mots, j'ai réussi à exprimer tout le mépris que j'ai pour ce type. Beaucoup plus que je ne l'aurais voulus. Avec ce ton paraissant aussi excédé qu'auto-suffisant. Je n'aime pas ça. Ne sachant pas mentir, je suis forcé d'être honnête. Mais je n'aime pas que les vérités que je dise sorte de mon contrôle, surtout quand je suis en train de réfléchir à comment le supporté durant le trajet... Et surtout si c'est possible ! Et puis merde, je ne peux pas lui reprocher de trop réfléchir si je le fais tout-autant. Restons dans les non-dits et cachons j'y la vérité. Lui donner une clef pour ne pas lui ouvrir la porte en grand nous-mêmes, je n'ai pas de meilleure idée. Je reprends donc quelque seconde après ma dernière réplique :

-Et non, Saouth Park ne se trouve pas dans Poudlard. Il ne vit que dans l'imaginaire des deux auteurs complètement chtarbé et de tous ceux qui ont suivi la série ou lus les livres sorties fin XXème début XXIème.

Répondre à son ancienne question plutôt qu'à la nouvelle : façon subtile de signaler que je ne veux pas aborder ce dernier sujet... En espérant qu'il comprenne ! Je me fais un petit peu plus optimiste, ça se trouve je réussirais à lui augmenter sa confiance en lui durant le trajet, le rendant plus supportable. Après m'être retourné vers le couloir, je lui dis :

-Par contre, tu peux arrête de me regarder comme ça s'il te plait ?

du ton le plus neutre que j'ai pus. Je savais très bien comment il me regardait, mais je trouvais ça plus drôle de lui dire sans le regarder, plus cocasse. Cela réussit à refaire ré-apparaître un petit rictus sur mon visage. Je crois que j'ai finis par prendre cette expédition jusqu'à notre salle commune comme un défi. Même s'il ne peut réussir que si ce "Adrien" peut se montrer un peu futé...

Un sacré labyrinthe  privé 

Adrien qui n'était pas sûr de lui n'allait sûrement pas sortir indemne de cette rencontre. Il semblait que les deux êtres venaient de deux mondes différents. Sans doute avaient-ils été éduqués autrement? Adrien était pris d'un certain mal être en la présence du Serpentard. Il avait le sentiment d'être inférieur alors que tous deux étaient en première année. Bien que même s'il avait été plus âgé, il n'y a pas lieu de se prendre pour quelqu'un de supérieur. Il ignorait pourquoi l'interlocuteur avait une forme de dédain pour lui mais il voulait espérer que les choses se passeraient bien malgré tout.

-Et moi Ethan. Ethan Stone.

Adrien n'avait pas l'habitude qu'on lui parle de manière si méprisante. Il aimait les gens et il faisait toujours en sorte que l'entente avec les autres soient bonnes. Ici, à peine avait-il commencé la conversation que le climat était glacial. Il en eût des frissons. Il ne savait pas où se mettre. Parlait-il à un sorcier de haute lignée? Est-ce ça qui justifiait qu'il le regarde de haut? Il l'ignorait mais il savait qu'il ne lâcherait pas l'affaire malgré tout. Il lui sourit tant bien que mal. Sans doute que son sourire n'était pas aussi sincère que d'habitude mais il espérait que ce jeune Serpentard fasse machine arrière et devienne agréable. Il est beau de parfois rêver. Ethan semblait être le cliché du Serpentard tel que représenté par certains. Adrien était fier de se dire qu'il n'était pas comme ça. Il pouvait casser cette vision que certains avaient. Ethan, lui, n'aidait pas la cause des Serpentard, c'est comme ça qu'Adrien le concevait.

Adrien répondit un simple: Enchanté Ethan. Il ne voyait pas ce qu'il pouvait dire de plus.

-Et non, South Park ne se trouve pas dans Poudlard. Il ne vit que dans l'imaginaire des deux auteurs complètement chtarbés et de tous ceux qui ont suivi la série ou lu les livres sortis fin XXème début XXIème.

Adrien comprenait mieux pourquoi il n'avait jamais entendu parlé de South Park. Tout semblait indiquer qu'il s'agissait de quelque chose que ses parents ne souhaiteraient pas qu'il en ait connaissance. Au moins, il pouvait se rassurer sur le fait qu'il connaissait un minimum Poudlard. Il se disait bien qu'il n'avait vu dans aucun livre sur Poudlard un endroit appelé de cette manière. Il regardait un peu timidement son camarade en continuant à marcher vers le dortoir.

-Par contre, tu peux arrête de me regarder comme ça s'il te plait ?

Adrien rougit de ce moment embarrassant. Il s'empressa de regarder ailleurs.

Excuse-moi je ne recommencerai plus. Je ne voulais pas te gêner. dit-il en regardant sa carte. Je suis content que cette carte soit déjà utile, je me perds souvent je dois dire mais là, je sais qu'il faut aller à droite grâce à ce nouvel objet. dit-il en souriant.

Il était content d'utiliser sa carte. Peut-être n'était-ce pas avec son meilleur ami mais ça lui faisait malgré tout plaisir. Il ne désespérait pas que la relation évolue positivement. Il se convainc même de tenter d'entamer la conversation. S'il faisait référence à South Park en tant que bouquin, peut-être en connaissait-il d'autres?

- Tu lis beaucoup? Qu'est-ce que tu lis d'habitude?

Adrien espérait que cela apaise les tensions pour repartir sur de bonnes bases.

Un sacré labyrinthe  privé 

Je me retourne et remarque, un peu surpris, qu'il n'a pas les yeux sur moi. Surpris dans le bon sens il va sans dire.

-Excuse-moi je ne recommencerai plus. Je ne voulais pas te gêner.

Dit-il en reposant son regard sur la carte. *soupire* bien évidemment que j'avais raison, qu'est-ce que je croyais moi ? Pour une fois je ne lui en aurai pas trop voulut s'il m'avait menti. Mais bon... On semble sur la même longueur d'onde à ce niveau-là, c'est un début ! Il re-pris son sourire niai. Vous me croyiez si je vous dis qu'il me manquait ? Non ? Évidemment, je ne sais pas mentir.

-Je suis content que cette carte soit déjà utile, je me perds souvent je dois dire mais là, je sais qu'il faut aller à droite grâce à ce nouvel objet.

Même si ça ne se voyait pas trop, j'étais toujours content de le voir avec un peu plus de confiance en lui. Je ne sais pas d'où sort cet optimisme, mais plus ça va, plus je m'accroche à lui. Peut-être est-il juste là pour me faire oublier la triste réalité. Celle de la maison dans laquelle je suis. Celle du Choixpeau qui n'a us aucun doute avant de prononcer sa sentence. Ou bien sort-il d'Adrien. De part une sorte d'aura qui n'aurait rien de magique, mais qui le serait suffisamment à mes yeux pour échapper à ma compréhension.

- Tu lis beaucoup? Qu'est-ce que tu lis d'habitude?

Il me prend un peu de court et j'ai du mal à organiser toutes les idées qui se bousculent dans ma tête :

-Ho... Vaste question ! Je vais essayer d'être concis... Je lis de tout ce qui peut m'apporter une valeur ajoutée. Du bouquin écrit par un vieux barbus il y a deux siècles à la fiction sortie il ni a que quelques années. Pourvus qu'elle me fasse voir quelque chose que je n'ai jamais vu ailleurs ! Même si pour le cas de la fiction, à part si j'accroche vraiment, je n'irais pas plus loin que le Tome 1. Non vraiment, je lis de tous. De tout ce qui n'est pas lié aux sciences de près ou de loin !

Je me rends compte de plusieurs choses en très peu de temps : 1- Je n'ai pas réussi à rester si concis que ça. 2- un sourire était né sur mon visage, j'ai parlé presque comme à quelqu'un que je connaisse déjà... 3- Il ne m'a pas arrêté. C'est ce qu'il cherchait ? Non, c'est peut-être ce que MOI je cherchais en voulant rester avec lui ? Avoir ce genre de conversation avec un tocard pareil ? Pour une fois, je décide de laisser mon ego de côté : je me détesterais plus tard ! Pensais-je très fort pour avoir le courage de reprendre :

-Et toi ? C'est quoi ton genre de livre ?

En ce moment l'être pathétique qui n'a aucune confiance en lui, c'est peut-être moi. Même si je continue de combattre la peur par des réactions impulsives et spontané comme par exemple... Je ne sais pas moi. Relancé la conversation avec ce mec ?! Même si j'essaie tant bien que mal de le cacher, c'est moi qui ne sais absolument pas quoi faire en ce moment. Si je ne suis pas sur la défensive, c'est que je le sais trop honnête pour préparer un sale coup. Met doute peuvent-il se lire dans mes yeux ? Sûrement. J'en sais absolument cacher ce que je ressens. C'est plus fort que moi. J'ai beau essayé de les cacher certaine fois, ça ne change rien. Ou du moins pas grand chose...

Un sacré labyrinthe  privé 

Adrien regardait sa carte pour voir dans quelle direction ils devaient se rendre. Il se concentrait un minimum, il ne souhaitait pas prendre le mauvais chemin car il craignait qu'Ethan vienne à s'énerver. Même s'il ignorait encore tout de lui, Adrien était un peu méfiant, il voulait se protéger, il ne voulait pas souffrir. Il avançait d'un pas rapide pour éviter que le trajet dure trop longtemps. Il espérait que sa question obtiendrait une réponse qui dépasse quelques mots. Il n'allait pas être déçu.

-Ho... Vaste question ! Je vais essayer d'être concis... Je lis de tout ce qui peut m'apporter une valeur ajoutée. Du bouquin écrit par un vieux barbus il y a deux siècles à la fiction sortie il ni a que quelques années. Pourvus qu'elle me fasse voir quelque chose que je n'ai jamais vu ailleurs ! Même si pour le cas de la fiction, à part si j'accroche vraiment, je n'irais pas plus loin que le Tome 1. Non vraiment, je lis de tous. De tout ce qui n'est pas lié aux sciences de près ou de loin !

Soudain, Adrien vit une lueur d'espoir. Peut-être s’agissait-il d'un moment clé qui pourrait bouleverser le point de vue d'Adrien sur Ethan. En effet, il avait trouvé un point commun avec son interlocuteur. Il en était même étonné. C'était une bonne chose, peut-être qu'ils allaient pouvoir partager leurs lectures. Son pas se fit un peu plus lent car son intérêt pour la conversation avait augmenté par ces quelques phrases.

-Et toi ? C'est quoi ton genre de livre ?

Content qu'Ethan lui pose une question, il lui sourit. Lorsqu''il regarda dans les yeux d'Ethan , il s'étonna de voir qu'il ne semblait pas aussi confiant qu'il ne le laissait paraître. Adrien était dans le fond rassuré de ne pas être le seul dans la situation. Il n'avait peut-être pas l'ascendant par rapport à Ethan mais il se sentait déjà plus sur un pied d'égalité.

- J'aime beaucoup lire aussi. Je suis d'une famille moldue donc la magie c'est quelque chose qui est pour nous impossible. J'aimais énormément lire des livres Héroïc Fantasy, ça m'emmenait dans un monde imaginaire et j'appréciais particulièrement ne pas devoir penser au monde réel moldu qui fait moins rêver. J'aime lire parfois le journal pour m'informer. Depuis que je sais que je suis un sorcier, je dévore les livres sur l'histoire de la magie, sur les créatures magiques ou les livres de sorts. C'est tellement un monde inconnu que j'ai envie de tout découvrir. Tes parents sont tous les deux sorciers? Tu as des frères et sœurs?

Adrien avait décidé de s'ouvrir et de faire en sorte que la discussion continue. Le sourire qu'il avait était déjà plus sincère. Il évitait de faire un pas de travers au risque de tout devoir recommencer et retomber dans une situation de malaise. Ils descendirent un escalier tranquillement. Adrien regardait Ethan et espérait que ce dernier réponde.

Un sacré labyrinthe  privé 

- J'aime beaucoup lire aussi. Je suis d'une famille moldue donc la magie c'est quelque chose qui est pour nous impossible. J'aimais énormément lire des livres Héroïc Fantasy, ça m'emmenait dans un monde imaginaire et j'appréciais particulièrement ne pas devoir penser au monde réel moldu qui fait moins rêver. J'aime lire parfois le journal pour m'informer. Depuis que je sais que je suis un sorcier, je dévore les livres sur l'histoire de la magie, sur les créatures magiques ou les livres de sorts. C'est tellement un monde inconnu que j'ai envie de tout découvrir. Tes parents sont tous les deux sorciers? Tu as des frères et sœurs?

Un petit sourire pouvant s'apparenter à de la malice prend place quand j'apprends que c'est un fan "d'Héroïc Fantasy". Je suis sûr que plus d'un fan de ce style de littérature me mépriserais pour le simple fait que je n'ai lus que le Tome 1 du seigneur des anneaux. Non, pour le fait que je l'ai trouvé très moyen plutôt ! Je suis désolé, mais ce bouquin n'a rien, mais alors RIEN d'intemporelle ! Je vais cependant éviter d'aborder le sujet en sa présence, ce serait bête qu'il ait envie de me tuer maintenant. Personnellement moi je ne lis les journaux que quand je n'ai aucun nouveau livre à me mettre sous la dent et que j'ai déjà re-lus plusieurs fois les livres qui m'intéressaient à ce moment-là. Autant dire que ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. Notre seul point commun est donc que depuis que nous sommes ici, nous dévorons les ouvrages de magie !

Cependant, je me crispe un peu quand il relance. Mais pourquoi ? Ce n'est pas le moyen inespéré de retourner au dortoirs avec carte man sans tuer personne en chemin ?... Avec le mec qui était vautré par terre et qui chantonnait il y a moins de 5 minutes. le but n'est pas de te faire un ami, le but est de retourner au dortoir. Je réponds donc à sa question sans avoir marqué de pause perceptible :

-Ouép, cependant mami n'était pas sorcière du coup je ne suis pas un "sang pur". Mais finalement nos situations son similaire, met parent ont voulus me "préservé". Ils ne m'ont jamais mis aucun livre de magie entre les mains sous prétexte que si je me penchais dessus, je ne m'intéresserais plus à ce qui rapporte des points à l'Ecole... Ce qui a peut-être un fond de vérité. Et non, je suis fils unique.

Je marque une petite pause pour ne pas dire n'importe quoi. C'est le moment de la relance et j'ai faillit lui demander en retours si il a des frères et soeur... Qu'est-ce que je m'en fous ?

-Et donc qu'est ce qui t'intéresse le plus à Poudlard ? Quel est le livre de magie que tu a le plus vite dévoré et re-dévoré ?

J'ai pris l'habitude de beaucoup re-lire mes ouvrages étant donné que le budget livre serait beaucoup trop élevé si nous devions en acheter à chaque fois que j'ai finis d'en lire un. Je ne pense pas que les autres re-lise autant que moi, mais j'espère qu'il le font quand même quand ils ont us un coup de cœur... J'espère qu'il ne consomme pas leur culture comme il consommerais leur fast-food.

Un sacré labyrinthe  privé 

Comme à son habitude, Adrien stressait quant à la réponse d'Ethan. Allait-il encore lui parler ou allait-il mettre fin à la conversation? La crainte se lisait sur son visage, difficile de le cacher. Il essaya de penser positif, il devait apprendre à être plus serein. Ses mains tremblotaient, ils étaient arrivés au premier étage. Malencontreusement sa carte était à l'envers mais il n'y fit guère attention. Son stress était trop conséquent pour qu'il se rende compte de son erreur. A vrai dire, s'il avait pris quelques secondes pour analyser son plan, il aurait compris que cela n'avait pas beaucoup de sens qu'ils puissent se trouver à cet endroit. Il continua son chemin, tournant à droite, persuadé que c'était un raccourci pour arriver plus vite à l'étage inférieur, bien au contraire...

-Ouép, cependant mamy n'était pas sorcière, du coup je ne suis pas un "sang pur". Mais finalement nos situations sont similaires, mes parents ont voulu me "préserver". Ils ne m'ont jamais mis aucun livre de magie entre les mains sous prétexte que si je me penchais dessus, je ne m'intéresserais plus à ce qui rapporte des points à l'Ecole... Ce qui a peut-être un fond de vérité. Et non, je suis fils unique.

Adrien trouvait étonnant qu'une famille de sorciers ne laisse pas leur fils lire des livres concernant la magie. Il y aurait eu moyen de trouver un juste milieu pour qu'Ethan s'efforce, malgré l'intérêt important pour ces livres, de rapporter des points à l'Ecole. Cela ne semblait pas si amusant d'être dans une famille de sorciers. Depuis qu'il savait qu'il était un sorcier, il n'arrêtait pas de se demander comment aurait été sa vie s'il avait vécu qu'avec des sorciers. Il imaginait ses parents travaillant au ministère de la magie arriver à la maison avec leur balai. Cela aurait été sûrement amusant mais il était content pour finir de venir d'une famille moldue, il savait parfaitement comment les moldus fonctionnaient et c'était sans doute une force.

-Et donc qu'est-ce qui t'intéresse le plus à Poudlard ? Quel est le livre de magie que tu as le plus vite dévoré et re-dévoré ?

Adrien était content de voir que la conversation continuait sans trop de difficulté. Il espérait sincèrement que son interlocuteur ne se forçait pas à continuer à parler et qu'il en avait vraiment envie.

- Ce qui m'intéresse le plus à Poudlard... Il y a tellement de choses nouvelles que je pourrais dire que tout m'intéresse. Par le biais de Poudlard, j'ai envie d'apprendre à utiliser la magie. C'est un don que l'on a et il faut savoir bien l'utiliser. Les cours de sortilèges m'intéressent en grande partie pour ça. Au-delà des cours, j'ai envie de faire de nouvelles connaissances, rencontrer des gens qui ont ce même talent, créer des amitiés. Je trouve que c'est tout aussi important et j'espère que cette école va m'apporter tout cela.

Il reprit un peu sa respiration. Il continua à marcher. En avançant, il eut un doute quant à la direction à prendre, il remarqua qu'il y avait quelque chose qui n'était pas logique. Il s'arrêta net et reprit la conversation avec Ethan.

- Je suis un passionné par le cours d'Histoire de la magie. Je voulais connaître un peu mieux le monde des sorciers, c'est une culture que j'ignorais et je suis passionné. J'ai donc lu le livre "Histoire de la Magie moderne", ou encore "L'histoire de Poudlard". J'ai pris le temps de les lire et les relire. Je crois qu'on apprend toujours de nouvelles choses en les relisant. Enfin, comme j'ai envie d'apprendre à faire des sorts, je passe beaucoup de soirées à lire "Le Livre des Sorts". Voilà tu sais tout... Et toi, tu attends quoi de cette école? C'est quoi les livres de cours que tu dévores?

Il regarda à nouveau son plan en attendant la réponse d'Ethan. Il savait qu'il était perdu. Il rougit, il ne voulait pas dire qu'il avait réussi à se perdre malgré les plans, c'était la honte. Il comprit que sa carte était dans le mauvais sens. Il retourna rapidement la carte et essaya de s'y retrouver. Il espérait qu'Ethan n'avait rien remarqué.

Un sacré labyrinthe  privé 

-Ce qui m'intéresse le plus à Poudlard... Il y a tellement de choses nouvelles que je pourrais dire que tout m'intéresse. Par le biais de Poudlard, j'ai envie d'apprendre à utiliser la magie. C'est un don que l'on a et il faut savoir bien l'utiliser. Les cours de sortilèges m'intéressent en grande partie pour ça. Au-delà des cours, j'ai envie de faire de nouvelles connaissances, rencontrer des gens qui ont ce même talent, créer des amitiés. Je trouve que c'est tout aussi important et j'espère que cette école va m'apporter tout cela.

C'est bizarre, plus nous échangeons moins je suis mal à l'aise. Pourtant, il reste le même. Quoi qu'il puisse faire, il reste le mec qui... JE reste le mec qui se sent toujours obligé de juger les autres. Après tout on s'en fous si j'ai une ou deux connaissances manquant de confiance en heu, il en faudrait plus pour me tirer vers le bas !

-Je suis un passionné par le cours d'Histoire de la magie. Je voulais connaître un peu mieux le monde des sorciers, c'est une culture que j'ignorais et je suis passionné. J'ai donc lu le livre "Histoire de la Magie moderne", ou encore "L'histoire de Poudlard". J'ai pris le temps de les lire et les relire. Je crois qu'on apprend toujours de nouvelles choses en les relisant. Enfin, comme j'ai envie d'apprendre à faire des sorts, je passe beaucoup de soirées à lire "Le Livre des Sorts". Voilà tu sais tout... Et toi, tu attends quoi de cette école? C'est quoi les livres de cours que tu dévores?

Il repose ses yeux sur sa carte tandis que des bruits de pas venant de derrière nous se rapproche. Je m'apprêtais à lui dire que le livre que j'ai le plus dévorer est sur l'histoire de la magie, car c'est la cadeaux d'adieu de mon père. Mais que sinon, la matière sur laquelle j'ai le plus d'attentes de part ce que j'ai lu est la défense contre les forces du mal, mais voilà, la personne qui c'est approché de nous par derrière a quelque chose dans le regard de suffisamment noir pour me mettre en alerte.

-Alors ? On se balade dans les couloir pendant les heures de cours ? Qu'est-ce que vous préparez comme sale coup ?!

C'est un garçon plus grand que nous, mais je ne saurais pas dire s'il est en 2ème ou 3ème années. Le grand brun en tunique rouge continu de nous toiser avec son regard menaçant, mais je ne faiblis pas. Après tous, je n'ai rien à me reprocher. Je me rends compte que j'ai effectué un petit pas vers l'avant et que mon bras se trouve maintenant devant Adrien. Je me surprends moi-même. Généralement, ces gestes protecteurs sont réservés à mes amis ! Mais je ne me dégonfle pas, je ne montre pas de signe de faiblesse. Je n'ai pas peur. Ce grand Gryffondor qui nous menace de sa baguette ne nous feras rien, ce sont simplement des provocations pour nous intimider. Ce n'est pas dans leur nature.

-Ça veut jouer les durs à cuir hein ? Saloperie de rampant.

Quand il tend sa baguette vers nous cette fois, la peur monte en moi. Je sens qu'il va nous lancer un sort... Cette fois, ce n'est plus juste un bras que je passe devant Adrien, je l'attrape complètement, près à me jetter à terre s'il va jusqu'au bout de ce qu'il a en tête.

-Lashlabask !

En un instant, nous nous retrouvons de position debout à allonger par terre. Heureusement, j'ai us le bon réflexe et c'est parce que je nous y ai projeté que nous nous retrouvons face au sol et non parce que le sort nous y a projeté. Mais j'ai pris tous l'impact et je dois bien avouer que j'ai sacrement mal à l'épaule gauche. Ça ne m'empêche pas de me relever en attrapant au passage le Serpentard avec ma main droite pour ne pas tirer sur mon muscle douloureux.

-Dépêche toi !

Ditj-je, ma voix pleine de désespoir et de détresse tandis que je commençais à courir dans la direction opposée de celle de notre assaillant et qu'Adrien finissais de se relever. Nous devons fuir. Et vite !

Un sacré labyrinthe  privé 

Continuant de marcher tranquillement dans les nombreux couloirs du château, il survint un bruit de pas qui semblait les suivre. Adrien n'y fit pas attention au départ puis se retourna et constata qu'un élève de Gryffondor les regardait avec un air méchant. Il ne comprenait pas pourquoi ce garçon leur portait un regard si violent alors qu'ils se promenaient tout simplement à la recherche de leur chemin.

-Alors ? On se balade dans les couloir pendant les heures de cours ? Qu'est-ce que vous préparez comme sale coup ?!


Adrien fut étonné par ce questionnement, avaient-ils vraiment l'air de préparer un sale coup? Ils étaient tout simplement entrain de rechercher leur chemin avec une carte à la main. Il ne s'agissait que de deux jeunes garçons de 11 ans, il ne voyait pas ce qui pouvait le laisser penser cela. Cependant, malgré son incompréhension, il porta son regard vers le sol, il était inquiet. Le Gryffondor ne semblait pas leur vouloir que du bien. Adrien éleva un peu son regard pour analyser le jeune Gryffondor. Il devait sans doute être un peu plus âgé qu'eux et il avait sûrement envie de se sentir supérieur. Peut-être avait-il un complexe d'infériorité par rapport à ceux de son année, alors il venait aborder d'une manière peu clémente des nouveaux. Instinctivement, il fit un pas en arrière tandis qu'Ethan s'avança et fit mine avec son bras de vouloir protéger Adrien. Il fut un peu étonné par ce geste, Adrien le prit positivement. Il avait besoin qu'on soit près de lui pour qu'il se sente bien et c'était un peu ce qu'Ethan faisait par sa posture.

-Ça veut jouer les durs à cuir hein ? Saloperie de rampant.

Le fait qu'Ethan ne se soit pas dégonflé a sans doute rendu le Gryffondor plus agressif, il ne s'attendait sans doute pas à ça. Adrien n'arrivait pas à bouger, il était immobile et n'arrivait faire un pas vers une direction quelconque. Il était pétrifié surtout lorsqu'il s'aperçut que le jeune sorcier pointait sa baguette vers leur direction. Sa conscience lui disait de fuir mais ses membres n'arrivaient pas à l'écouter. Ethan semblait être un peu plus conscient face à la situation et lui tint le bras.

-Lashlabask !


Ce sort il le connaissait bien, il venait de faire son devoir sur ce sujet mais là il se dirigeait directement vers eux. Ethan le poussa vers le sol ce qui leur permit d'éviter de subir le sort. Adrien était un peu désarçonné. Il y a encore quelques secondes il parlait tranquillement avec Ethan et là il se retrouvait au sol car un jeune Gryffondor avait décidé de les attaquer sans aucune raison pertinente.

Adrien reprit ses esprits, Ethan l'aidait à se relever, il n'était plus question de trainer.

-Dépêche toi !

Adrien courut à toute vitesse comme il savait bien le faire. Le Gryffondor ne cessait pas de répéter le même sort mais avait un véritable problème pour viser. Plus il ratait sa cible, plus il s'énervait et plus il visait mal. Un moment il se mit lui aussi à courir.

Adrien n'avait plus le temps de lire la carte, il fallait fuir et ne pas se poser plus de questions. Il s'assura de courir en même temps qu'Ethan pour l'avoir bien à l’œil et s'assurer que tout allait bien pour lui. Il semblait avoir mal à son bras gauche qu'il laissait un peu balloter durant sa course.

Adrien se mit à monter les escaliers, ce n'était pas la bonne direction pour revenir à leur salle commune mais en attendant c'était le chemin qu'il avait décidé de prendre. Le Gryffondor ne semblait pas vouloir les lâcher. Adrien repensa à une conversation qu'il avait entendue durant le petit-déjeuner, deux Serpentard parlaient d'un passage secret se trouvant au troisième étage leur permettant d'arriver assez facilement aux sous-sols. Ils avaient parlé d'un tableau mais il n'en savait pas plus. Il n'avait plus qu'un objectif, trouver ce passage secret. Il priait pour qu'il ait bien entendu.

- Suis-moi, si nous trouvons un passage secret, nous sommes saufs. J'ai entendu dire qu'il y en avait un au troisième étage. Il se trouve au niveau d'un tableau mais j'ignore lequel. Au pire nous trouvons un professeur et il ne pourra plus rien nous faire. C'est sûr que s'ils étaient mis au courant, il serait sanctionné et Gryffondor perdrait de nombreux points.

Adrien courrait comme si c'était la dernière fois de sa vie. Il voyait pour la première fois comment le monde des sorciers pouvait être dangereux.

Un sacré labyrinthe  privé 

Nous nous mettons alors à courir dans tous les sens. Ça, ça ne va pas nous aider à retrouver le chemin de notre salle commune. Je peste entre mes dents tandis que notre poursuiveur n'arrive pas à nous viser. C'est encore plus furieux qu'il se met à courir à son tour. Mon bras gauche me fessait encore mal et ça se voyait. Je le traîne un peu. Le problème ? Il est clair : ma faiblesse est connue de tous ce présent ici et il est clair que notre poursuiveur la tirera à son avantage s'il en trouve le moyen... Ma respiration se fait de plus en plus saccadé : je ne suis pas habitué à courir autant...

Finalement, après s'être perdus dans les couloir, nous prenons un escalier pour aller au 3ème étage... Nous éloignant un peu plus de notre objectif encore. Mais qu'est ce qu'il nous veut ce Gryffondor, là ? Je suis bien conscient de l'animosité qu'il y a entre nos deux maisons, mais ce sont eux qui sont censés être les brave gentil... Cela dit, je voits mal un Serpentard, manipulateur comme ils sont, laisser libre cours à sa rage... Qu'elle qu'en soit sa fin, il y aura toujours un moyen plus ingénieux d'y parvenir.

- Suis-moi, si nous trouvons un passage secret, nous sommes saufs. J'ai entendu dire qu'il y en avait un au troisième étage. Il se trouve au niveau d'un tableau mais j'ignore lequel. Au pire nous trouvons un professeur et il ne pourra plus rien nous faire. C'est sûr que s'ils étaient mis au courant, il serait sanctionné et Gryffondor perdrait de nombreux points.

Il semblerait au moins qu'Adrien n'ai pas de mal avec les situations de crise. Un passage secret derrière un tableau donc... Mais nous ne connaissons ni le tableau, ni le mot-de-passe. Je pense que nous pouvons laisser cette idée de côté pour le moment. Allez fayoter auprès t'un professeur ? "Monsieur, monsieur : il y a un Gryffondor qui nous embête !" Tous bonnement pathétique. Déjà que nous nous retrouvons à fuir... L'idée de trouver le tableau et son mot de passe me semble toujours moins saugrenue. Une idée me vient :

-Dans*respiration* mon sac *respiration* gros livre rouge *respiration* chapitre 2.

Ma respiration se fessait de plus en plus haletante. Je manque de m'effondrer sur le sol à plusieurs reprises d'ailleurs. Il me semble qu'il y a des choses écrite sur les passages secrets dans le chapitre 2 : "tous sur Poudlard" du grand livre magique que m'a passé mon père. Le livre comportait 11 chapitres. Il a beau être plutôt, voir très gros, il est évident qu'il ne pouvait pas dire tous les passages secrets de Poudlard dans un seul chapitre ne portant pas dessus à la base... Mais après tous si nous ne trouvons pas celui là, peut-être en trouverat-on un autre pouvant au moins nous rapprocher de notre destination ? Soudain, je sens mes jambes devenir aussi mol de que de la guimauve ; le sol se rapprocher ; ma vision se troubler...

Un sacré labyrinthe  privé 

Toujours dans cette course effrénée, Adrien se concentrait pour trouver un moyen de les sauver de cette situation. Une attaque de la part d'un Gryffondor n'avait aucun sens à ses yeux. Il n'avait jamais eu de problème avec les autres maisons. Il avait d'ailleurs parlé à de nombreux Gryffondor avec qui il s'était bien entendu.

Sans doute que ce Gryffondor se basait sur des conflits d'antan et voulait se venger de ce qu'aurait vécu un membre de sa famille ou d'une attaque qu'il aurait subi lui-même par un Serpentard mal attentionné. Avait-il fait une généralité en pensant que tous les Serpentard étaient mauvais? Oui, il est vrai que chaque élève avait été placé en fonction de sa personnalité dans une des maisons mais cela n'empêchait pas une bonne entente avec tout le monde. Adrien aimait particulièrement passer du temps avec des personnes qui avaient des caractères différents du sien, il en apprenait beaucoup plus sur lui qu'avec des gens qui avaient une vision équivalente à la sienne.

Toujours est-il que sa vision n'était sans doute pas partagée par ce Gryffondor qui ne voulait pas cesser ses attaques intempestives. Il leur fallait s'en sortir malgré les maigres éléments en leur possession pour sortir gagnants.

-Dans...mon sac... gros livre rouge...chapitre 2.

Ethan ne semblait pas dans le meilleur de sa forme, il n'avait pas l'air très stable dans sa course. Cela les freinait et Adrien était certain que cela pouvait poser problème pour la suite. Le Gryffondor ne semblait pas être très loin, ses bruits de pas étaient encore bien perceptibles. Il courrait et ne semblait pas vouloir déclarer forfait d'aussi tôt. Adrien fit mine de prendre le livre qu'Ethan souhaitait que je lise. Adrien ne voyait pas comment il pourrait lire et courir en même temps mais il respecta la volonté d'Ethan.

Adrien eut à peine le temps d'avoir le livre entre les mains qu'Ethan tomba brusquement sur le sol, il semblait avoir perdu connaissance. Il n'y avait aucune seconde à perdre, ils étaient au troisième étage. Adrien ouvrit rapidement une porte, c'était la salle des trophées. Il n'avait jamais pris le temps de s'y rendre auparavant. Il tira par les deux bras Ethan et le mit dans la salle.

- Ethan, Ethan, tu m'entends ? Qu'est-ce que tu as? dit-il en criant.

Adrien était tellement inquiet qu'il en avait oublié le poursuivant. Sans doute l'avait-il entendu crier. Adrien tira encore Ethan et ils se cachèrent derrière quelques trophées. Il ouvrit le livre et alla au chapitre 2 qui concernait certains aspects de Poudlard, il tenta de voir s'il y avait des choses indiqués sur le troisième étage. Il eut à peine le temps de lire quelques lignes que la porte s'ouvrit, quelqu'un rentrait dans la salle. De là où il était, il n'arrivait pas bien à percevoir la personne, sans doute était-ce le Gryffondor. Il pouvait voir son ombre avancé dans la pièce.

Adrien brandit sa baguette, il ne connaissait pas beaucoup de sorts mais l'un lui vint en tête directement. Le sort Rictusempra, sans doute pourrait-il les sauver de la poursuite. Je pris mon courage à deux mains, je sortis quelques secondes de ma cachette avec ma baguette en main.

- Rictusempra

Un jet argenté sortit de ma baguette se dirigeant droit vers la personne qui se trouvait à l'autre bout de la pièce.

Un sacré labyrinthe  privé 

Une sensation : la douleur. Une vision : cette lumière grise argenté. Un bruit : des rires déchirant. Je re-prend mes esprits le plus vite possible, un sale gout pâteux dans la bouche, mon corps me hurlant de me ré-endormir. La douleur provenait apparentement d'un trophé mettant tombé dessus. En voyant Adrien la baguette tendue, je fais rapidement le lien entre le fulgurant éclat et les gloussements : le sortilège "Rictusempra" !

-Bien joué.

Lui dit-je brièvement d'un air plus complice qu'attendue. Sans me poser plus de questions, j'attrape la main de mon camarade, le livre et essaie tant bien que mal de reprendre là grande course. J'en profite au passage pour donner un coup de pied dans le ventre de notre poursuiveur, actuellement plié en deux de rire. Mon souffle et la fragilité de mes jambes sont les seules traces de mon épuisement physique que je compense tant bien que mal par l'adrénaline.

De base, si j'avais tendue la main à Adrien, c'était simplement pour l'entraîner avec moi. Maintenant, nos mains sont toujours scellés et c'est lui qui se tient devant moi. Il est mes yeux. En effet, les miens sont beaucoup trop occupés à parcourir ce fameux chapitre deux pour savoir quand tourner... Je lisais du plus vite que je pouvais, coupant toutes pensé parasite. Ne laissant rien d'autre que les mots et la douleur musculaire.

Il y avait un bruit de fond pendant ma lecture, un bruit de fond qui s'était arrêté soudainement. Je lève la tête et réalise que ce bruit était les rire du Griffondor. En effet, nous avions beau les entendre de moins en moins fort, il fessait partie du paysage sonore de la situation. Je ne sais pas combien de temps cela fait que nous avons quitté la salle des trophées, je perds toutes notions du temps quand je lis. Selon mes jambes, la réponse est "beaucoup trop longtemps". Je repose mes yeux sur le livre et ré-entre instantanément dedans.

Un sourire ce dessine sur mon visage tandis qu'Adrien s'arrête brutalement : un cul de sac... J'essaie d'ouvrir la bouche pour produire un son, mais rien ne sort. Après la voix, ce sont mes jambes qui me lâchent... Encore... Fessant ce que je peux pour rester conscient, je lui indique deux paragraphes séparés par 25 pages. Le premier qui m'avait fait sourire est notre destination : le passage secret nous menant à notre salle commune ! Le second que je me suis empressé de chercher et que j'ai vite retrouvé se trouvant 25 pages avant est le tableau et le mot de passe correspondant pour le passage secret se trouvant au fond du cul de sac. Le bruit de course se rapproche de nous tandis que j'essaie tant bien que mal de me relever.