Couloirs

Inscription
Connexion

L'heure des Vadrouilleurs

Image

Aizon

Boursoufflet Mâle de Cassandre McWood


02h52 - Dortoirs des filles de Poufousouffle

Pas un mot, pas un souffle, ne sort du dortoir des filles de Poufsouffle ...

Peut-être pas cette nuit au bout du compte car, malgré la chaleur que rependait ma petite-maitresse, je ne parvenais pas à trouver une position suffisamment confortable pour dormir.

Les quatre pattes en l'air ? Plutôt agréable, mais non. Niché au creux de son cou ? Bof bof, il fait quand même chaud ici. Peut-être à ses pieds ? Non-mauvaise idée ! Je ne vous raconte pas l'odeur !
Décidément, trouver le sommeil n'était pas une chose que j'arriverais à faire pour cette nuit, aussi, je me dégageais habilement de sous les couvertures, puis, avec une habileté et une souplesse digne de ma stature magistrale, je me jetais en bas du lit, atterrissant sur le sol avec un petit rebondissement, qui malheureusement, ruina mon beau brushing. Petite maîtresse devrait me brosser demain matin.
Je poussais alors un faible petit soupir qui en temps normal, aurait fait craquer toutes les filles du dortoirs. Malheureusement, elles dormaient toutes… Point de caresses pour moi ce soir.
Attristé, je me faufilais donc jusqu'à la porte et après un effort assez impressionnant, je parvenais à me glisser par l'ouverture de cette dernière. Ouf enfin dehors. Il étant enfin temps de s'amuser !!!!

J'attaquais donc mon aventure de ma démarche si … particulière.

Padapadapadapada >> Bruits de Boursoufflet qui court sur le sol de Poudlard

Oups, j'ai besoin de … Vite … Un coin sombre, une plante verte… Une porte !!! C'est la première chose qui se dessine devant moi et je me précipite vers elle. Levant la patte en l'air dans une parfaite imitation d'une ballerine effectuant un port de jambe, je soulage enfin ma minuscule vessie. Je regarde autour de moi pendant ce temps-là. La porte affiche une inscription semblable à la grande porte qui amène au la chambre de maitresse, mais le signe dessus est différent. Je me demande bien de quel endroit, il s'agit. J'ai fini mon affaire de toute façon, je peux repartir !

Padapadapadapada

Alors que je traverse les petits couloirs de la maison des jaune et noir, je pousse des petits cris de joies et de gaietés. Il n'y a personne ici, je peux donc en profiter (enfin, c'est ce que je pense). J'ai soudain faim. Mais rien à manger ici. Tant pis, je vais utiliser mon super odorant. Je lève le nez en l'air, puis sans perdre de temps, je me précipite vers l'un des tonneaux qui masque l'entrée. Je commence alors à gratter férocement ce dernier de mes petites pattes si mignonnes. Je ne sais pas si je vais réussir à ouvrir la porte. J'ai déjà vu petite maîtresse faire… Il faut enfoncer cette latte du tonneau, mais je suis beaucoup trop léger… Je me mets à piailler de toutes mes forces à me jetant contre cette dernière dans l'espoir de l'enfoncer. D'un point de vue extérieur, je suis sûr que j'ai l'air parfaitement ridicule, heureusement pour moi, mon côté super mignon surpasse tout le reste.
Pourtant, outre l'odeur de nourriture qui semble se répandre à l'extérieur de la salle commune, c'est une autre odeur qui attire mon attention. Un autre animal vient d'arriver. Un chat sans doute ? Je me hérisse dans tous les sens, devenant encore plus volumineux que je ne le suis déjà (pas beaucoup donc) afin d'impressionner mon adversaire.
Dernière modification par Cassandre Mcwood le 28 septembre 2018, 22 h 55, modifié 2 fois.

Le Poufsouffle est Méchant, Le Poufsouffle est Sournois ! Le Poufsouffle Mord, griffe ! Il a les crocs !
2eme Année RP - 5ème Année Devoirs

L'heure des Vadrouilleurs

Image

Lazli, 6 mois

Chat femelle de Gryffs


          Le château grouillait de souris et Lazli filait à travers les couloirs tenant fermement dans sa gueule l'un des nombreux rongeurs, un vieux croûton qui s'était surement laissé mourir. Elle rapportait fièrement le première prise de l'histoire de sa jeune vie. Les oreilles bien droite et la queue dressée, la félin rouquine et un peu avorton galopait, se faufilant entre le mur et les statues tentant malhabilement d'être discret. 

                          Elle patienta longuement devant l'entrée de la salle commune de Poufsouffle qu'une élève insomniaque se décide à rentrer de son escapade nocturne. Elle se glissa dans l'ouverture avant que celle ci ne se referme. Le chaleureux salon lui offrait de multiples points de sieste confortables. Néanmoins  elle souhaitait se faire chaleureusement féliciter par son maître qui ronflait dans son dortoir. Soudain Lazli se figea en chien de faïence, un petite boule de poils violette se dandinait devant la porte. Une forte odeur d'urine lui parvenait et le félin se tapis sur elle même prête à sauter sur cet nouvelle proie !

                   L'occasion de se saisir d'un gibier aussi gros n'était pas courant et Lazli comptait bien la saisir. Alors que la petite bestiole semblait avoir détecté sa présence et cherchait autour d'elle qui l'épiait. Le chaton progressait le pas léger, s'approchant petit à petit jusqu'à être suffisamment proche pour se jeter sur lui. Elle s'abaissa sur ses pattes arrières prête à bondir. 
Dernière modification par Gryffs Sorrow le 4 octobre 2018, 18 h 27, modifié 2 fois.

Amicalement votre, Sorrow
Fondateur du PFO
Il signe de la pointe de sa baguette d'un S comme Sorrow
2ème année RP et devoirs.
Insignifiant compétant !

L'heure des Vadrouilleurs

Image
Lianz, 6 mois
Chat mâle de Herminie Peers


Des respirations endormies dans le dortoir des filles de Poufsouffle, et au niveau d'un des lit, un ronflement un peu particulier, très léger. Un ronflement de chat. Un soupir de ballon crevé brisa le silence. Le ronflement s'arrêta alors, et le beau matou de presque 6 mois ouvrit ses yeux devenus du saisissant orange des Chartreux il y avait de ça 2 ou 3 mois. Le silence était revenu. Mais le matou n'avait pas envie de se rendormir. C'était l'heure, l'heure de quitter le dortoir et sa petite maîtresse endormie pour explorer un peu, ou bien partager un coussin avec Lazli au coin du feu. Le jeune félin s'étira longuement dans le noir, lécha le bout des doigts qui dépassaient de la couette, puis sauta jusqu'au sol. La porte du dortoir, entrouverte par une des filles qui avait peur du noir, lui permit de rejoindre le couloir en poussant un peu, et de remonter jusqu'à l'embranchement des dortoirs. 

Là, deux odeurs bien particulières se firent sentir. La première, qui avait suivi le même chemin que lui, était sucrée, acidulée, étrangère pour son museau de chat, mais connue. La boule de poils violette qui faisait tant de bruit et ravissait les jeunes filles du dortoir, *mais pas ma petite maîtresse* se promit le chat jaloux. *Je veille au grain*. Et la seconde, la bien aimée odeur de soleil et d'aventure. Lazli, qui sentait aussi la poussière du château, et le rongeur crevé, ce soir-là. 

Lianz se ramassa soudain sur lui même quand une nouvelle odeur frappa son nez. Oh ! La boule de poil venait de souiller la porte du territoire de son amie, puis de filer en salle commune. Quel manque de classe ! Dégoûté, il feula en direction du boursouflet. Mais Lazli, ayant abandonné sa souris, se ramassait sur elle même, prête à punir l'imprudent. Lianz resta un moment subjugué par la grâce de la fluette chatte de gouttière. Sa petite chasseuse. Mais il fallait l'empêcher de faire du mal à l'autre, petite maîtresse en serait triste. Lianz bondit alors près de la jolie rousse, et la saisit par la peau du cou, sans la soulever ni mordre, mais la rappelant à la raison par ce geste maternel. Il la lâcha un moment après, et poussa son museau du sien.  Cajoleur, il tenta de la convaincre d'abandonner sa colère, et de partir avec lui explorer le château, à l'aide de frottements de tête vigoureux et de coup de langues, tout en la poussant vers la porte. Près de la boule de poils, certes, mais vers l'extérieur, surtout. 

Dédaigneux des efforts de la bestiole violette, le jeune félin poussa la latte de bois, et s'y engouffra. La vieille souris resta au milieu du salon, prête à effrayer le premier Poufsouffle à mettre un pied en salle commune le matin. 

Herminie Peers, Deuxième année RP
Pour avoir la paix, prépare le coup de poêle

L'heure des Vadrouilleurs

Image

Aizon

Boursoufflet Mâle de Cassandre McWood



Ma parade a bien fonctionné, car voilà que les deux chats qui ont fait leur apparition quelques minutes auparavant se ramassent désormais sur eux même, préférant s'échanger des coups de crocs et de museaux plutôt que de s'intéresser à moi. Cela me convient bien, aussi, avec une certaine méfiance, je me retourne et je continue à foncer dans la porte pour tenter de l'ouvrir.

Finalement, ce sont les deux félins qui me sortent de ma situation désespérée. Il ouvre la porte avec une étonnante facilité et dès lors que le gris est passé, je me précipite à toutes allures derrière ce dernier :

Padapadapadapada

Je coupe la route à la petite minette couleur des blés avant de m'engouffrer à mon tour dans le couloir du premier étage. L'odeur est plus forte ici. Cela sent délicieusement bon. Je parie que je vais arriver à trouver d’où provient cette bonne odeur.

L'espace d'un instant, j'oublie complètement la présence de mes "camarades" et je me précipite dans les couloirs, mes petites pattes heurtant les dalles qui couvrent le sol du château dans un bruissement caractéristiques.

Padapadapadapada

Forcément, avec ma petite taille et mes toutes petites jambes, même, en y mettant du mien, je ne vais pas bien vite. Pourtant, je persiste dans ma quête, je sens que l'endroit d’où provient cette bonne odeur n'est plus vraiment très loin et j'ai faim. Une faim de Boursouflet. Je continue mon chemin jusqu'à arrivée devant un mur… Un cul de Sac. Mais l'odeur provient de derrière alors je gratte ce mur comme un fou. Mes petites griffes ne font pas grand-chose à la pierre, mais pourtant, j'insiste. Je suis sûre que je vais trouver un moyen de rentrer.

Au bout de quelques secondes, cependant, je finis par m'arrêter et mon petit museau frôle le sol à la recherche d'un passage, d'un chemin pour passer à travers ce mur. Je me sers de mon odorat et bientôt, je détecte comme de l'air à travers le mur … Le passage n'est plus très loin. Il va falloir que je me fasse petit pour y arriver.

Le Poufsouffle est Méchant, Le Poufsouffle est Sournois ! Le Poufsouffle Mord, griffe ! Il a les crocs !
2eme Année RP - 5ème Année Devoirs

L'heure des Vadrouilleurs

Image

Lazli 6 mois
Chat femelle de Gryffs Sorrow


                       Lianz lui bondit dessus la déstabilisant alors qu'elle s'apprêtait à ne faire qu'une bouchée de la petite boule poilu. Il la saisit par le cou jusqu'à ce que celle ci finisse par s'allonger et se soumettre. Alors seulement le gros chat gris la relâcha et lui administra de grosse caresse du museau. Lazli se laissa guider ma Lianz qui la poussa à l'extérieur de la salle commune.

                          Malgré sa surveillance la petite chatte très joueuse s'amusa à lui échapper et désireuse de jouer aux dépends de la boule de poils elle fit de petits bonds tout autour de lui en poussant de petits cris aigus se voulant la plus impressionnante possible. Elle n'allait quand même pas risqué d'attaquer réellement cette adversaire qui lui semblait déjà bien plus redoutable que la vieille souris. Ne semblant pas très impressionné le boursoufflet continua sa route jusqu'à un cul de sac.

                         Il se mit alors à gratter le mur sans réelles explications. Curieuse, Lazli s'assit un peu plus loin et l'observa faire, sa tête légèrement inclinée et les oreilles bien mises en avant. Ses yeux aller tour à tour de Lianz au boursoufflet. Elle était partagée entre manger la boule de poils, jouer avec Lianz ou retourner dormir à côté de sa prise qui la rendait si fière.  Lazli était incapable de faire son choix.

Amicalement votre, Sorrow
Fondateur du PFO
Il signe de la pointe de sa baguette d'un S comme Sorrow
2ème année RP et devoirs.
Insignifiant compétant !

L'heure des Vadrouilleurs

Image
Lianz, 6 mois
Chat mâle de Herminie Peers



Lianz s'amusa à faire semblant de poursuivre sans succès la petite Lazli, tandis qu'elle suivait la boule de poil, semblant toujours avoir envie de l'attraper et de le punir. Après tout, sa mission était d'empêcher tout dommage visible à la peluche aimé des jeunes filles du dortoir, pas de lui éviter une légère montée d'adrénaline... Il parait que les rongeurs-au-poil-fourni-et-aux-longues-oreilles ont le cœur fragile. Quand était-il des boules-piaillantes-et-colorées ? Ils n'étaient que des créations magiques destinées à faire roucouler les enfants, non ? Quoique, on disait aussi qu'ils étaient des créatures conçues pour résister les morveux d'humains et leur tendance à jeter les choses dans tous les sens. Des "balles rebondissantes", disaient les vieux hiboux sages qui avaient appris la vie au jeune chaton avant l'arrivée des petits maîtres. 

Oh, la boulette généralement malodorante voulait encore gratter comme l'animal taré qu'il était. Lianz se posta très digne à quelques pas de là, à côté de sa petite chasseuse. Il était bien au dessus de tels dandinements, n'est ce pas ? Il entreprit sa toilette, étendant une patte aristocratique devant sa langue râpeuse afin de consciencieusement la laver. Mais, du coin de l’œil, il voyait toujours la petite rousse dodeliner de la tête sans lui accorder sa complète attention. Baste ! Maudit soit cette peluche violette. Battant de la queue nerveusement, il fusilla du regard l'animal avant de continuer sa toilette, faisant preuve d'une admirable souplesse afin d'atteindre son échine couverte d'une épaisse fourrure bleu-gris. 

Deux choses se passèrent en même temps : le fier Lianz s'étouffa d'une boulette de poil mal placée, et le machin violet décida de coincer son dandinant derrière dans un trou du mur. Crachotant de toute la force de ses poumons, le Chartreux expulsa finalement une boule de poil de bonne taille - humide et peu ragoutante - qui vola dans les airs et vint frapper la bestiole gigotante en pleine fesses. 

Fichtre.

Herminie Peers, Deuxième année RP
Pour avoir la paix, prépare le coup de poêle

L'heure des Vadrouilleurs

Image
Aizon
Boursoufflet Mâle de Cassandre McWood


Je continuais à gratter comme un fou. J'y étais presque. Ça sentait bon et ce n'était vraiment pas loin ! Il suffisait juste de pousser encore un peu … Encore un peu … Et non, ça ne passait pas. Épuisé, je m'étendais à même le sol entre les pierres avant de finalement, sentir une masse humide heurter ma croupe. Je gigotais alors de façon à m'extraire du lieu en question. Cela se fit avec un petit "pop" assez sonore alors que je retombais sur mon arrière-train, me tripotant les babines pour basculer en avant et retomber sur mes quatre pattes.

Je me tournais alors vers l'étrange boule de poil avant de me hérisser dans tous les sens en observant cette dernière. Un ennemi ? Que sais-je ? Dans tous les cas, je me montrais menaçant en espérant la faire fuir cette dernière.

Il faut savoir être courageux dans la vie ! Alors sans plus attendre, je charge tel un bélier et j'expédie la boule de poil plus loin dans le couloir, la pourchassant encore et toujours pour la faire fuir.

Sauf qu'avec mes petites pattes, je ne suis pas vraiment agile et au détour d'un couloir, je glisse, roule, tombe, rebondit et je finis par m'écraser sur cet immense tableau qui représente des fruits… Je glisse le long de ce dernier et lorsque je m'écrase au sol, je découvre finalement que ce n'est pas le sol, mais un de ces étranges objets qui servent à ouvrir des murs. Je m'agrippe à lui avec mes petites papattes et il descend subitement vers le sol.

Une porte s'ouvre alors et l'odeur m'attire immédiatement… Ça sent… ça sent… La nourriture !

Le Poufsouffle est Méchant, Le Poufsouffle est Sournois ! Le Poufsouffle Mord, griffe ! Il a les crocs !
2eme Année RP - 5ème Année Devoirs