Couloirs

Inscription
Connexion

La loi des chieurs  PV 

Septembre 2043


Déjà quelques jours au château et il y en avait un qui s'était particulièrement bien adapté à son nouvel environnement.

Pour dire toute la vérité, Aizon te rendait même complètement folle depuis que vous étiez revenus. Tu passais souvent tes soirées à arpenter la salle commune à la recherche du petit farceur qui trouvait toujours une cachette inaccessible pour toi.

Seulement, voilà, en ce début de soirée, le petit animal avait réussi à s'engouffrer en dehors de la salle commune pour ton plus grand désarroi. Même si la petite peluche présentait désormais un sacré caractère et que tu aurais sans doute souhaité que le joli boursouflet soit plus câlin et … disons-le, moins aventurier, tu l'aimais beaucoup et tu angoissais à l'idée qu'il lui arrive quelque chose.

Il ne restait pas beaucoup de temps avant que le couvre-feu ne soit donné et donc, peux de temps avant de le … Retrouver.

Pour ajouter à ton malheur, tu avais oublié ta baguette magique dans ton dortoir, ce qui aurait pu te servir. Tu ne bénéficiais donc que de tes oreilles pour repérer la petite créature dont le bourdonnement caractéristique guidait tes pas.

Tes pantoufles glissaient souplement sur le sol de pierre et tu étais un peu gênée par l'idée de te balader en chemise de nuit et robe de chambre dans les couloirs du château.

Soudain, ce dernier s'intensifia et tu levas les yeux pour apercevoir le boursouflet d'une jolie mauve soutenue sur une pierre en hauteur. Il semblait apeuré et ne pas trouver le moyen de descendre de là. Tu soupiras avant de le regarder en posant tes mains sur tes hanches, laissant ainsi ta robe de chambre s'entrouvrir. Tu fermas les yeux et l'interpellas :

"Aizon ! Qu'est ce que tu fais là ! Non mais c'est pas possible !"

Tu soupiras une nouvelle fois puis ordonna :

"Descends de là tout de suite !"

Comme si la petite créature n'avait pas essayé cela bien avant ton arrivée. Tu fus obligée de constater qu'il n'y avait pas 36 000 solutions et l'absence de ta baguette magique ne t'en donnait qu'une seule. Tu n'aurais jamais le temps de retourner la chercher dans les temps.

Tu t'approchas du mur et cherchas des prises dans ce dernier pour espérer grimper jusqu'à la petite créature.

Quittant tes chaussons, tu entrepris ton ascension et disons nous le bien, ce ne fut pas une chose aisé mais quelques secondes plus tard, Aizon sautait enfin sur toi, se nichant immédiatement au creux de ton cou. Tu soupiras une nouvelle fois puis entrepris de descendre pour regagner le plancher des vaches… Hors… Ton pied glissa et …

Le Poufsouffle est Méchant, Le Poufsouffle est Sournois ! Le Poufsouffle Mord, griffe ! Il a les crocs !
2eme Année RP - 5ème Année Devoirs

La loi des chieurs  PV 

Quelques semaines s'étaient écoulées depuis le retour de Clément Downing à l'école de sorcellerie Poudlard pour sa deuxième année d'études. Durant l'été qui venait de s'écouler, le jeune garçon de douze ans n'avait que très peu parlé à sa mère, lui reprochant d'avoir usurpé l'identité de son père durant ses dernières correspondances par hibou. Durant l'été, une seule question était présente jour et nuit dans l'esprit de l'enfant : pourquoi son père qui se disait être au pays du panda, la Chine, devait laisser sa mère écrire de fausses lettres à sa place ? Nul ne semblait avoir la réponse pour l'instant, laissant le Gryffondor perdu dans cette situation.

Après avoir passé son après-midi sur son devoir de Vol, Clément décida de le laisser en suspens et de le reprendre plus tard dans la semaine puisqu'il se faisait tard. Pour lui, il n'y avait aucune logique dans le fait que le vivet doré ait été choisi comme objet à capturer à l'issue des tout premiers matchs de Quidditch. Nul doute ne faisait qu'il aurait été bien problématique de devoir attraper un Occamy en vue de sa taille imposante, mais le garçon était incapable d'argumenter sur le choix de l'animal doré. Pour lui, un Botruc aurait très bien pu faire l'affaire puisqu'il était encore plus petit que l'oiseau choisi pour le sport et beaucoup plus commun. Ainsi, le Deuxième Année avait délaissé ses cours pour aller se rendre, certes assez tardivement, déjeuner dans la Grande Salle. On aurait pu penser qu'il était une sorte d'animal nocturne, comme un Sombral qui errait dans les couloirs seulement lorsque ceux-ci étaient déserts.

Après avoir descendu les escaliers qui menaient jusqu'au premier étage et avoir passé devant une tapisserie représentant un Niffleur enseveli sous une montagne de trésor, le garçon se retrouva nez à nez face à une situation plutôt cocasse.  Une fille, qu'il reconnaissait trop bien pour être Cassandre Mcwood, une fille de Poufsouffle avec qui il avait eu une altercation en juin dernier durant le match de Quidditch entre Gryffondor et Poufsouffle, était debout sur la pointe des pieds, dressée comme un Suricate en train d'escalader le mur. L'équilibre de la fille semblait assez précaire, et elle semblait pouvoir tomber à tout instant. Lorsque Clément vit la fille chuter de son promontoire improvisé, il ne sut pas si il devait faire la Taupe et partir comme si il n'avait rien vu ou bien si il devait venir en aide à sa camarade. Le garçon de Gryffondor se surprit à bondir, le sang aussi agité que celui d'une Salamandre et attrapa la fille sous les aisselles avant qu'elle ne chute par terre.

- « Mais qu'est-ce qu'il t'a pris à grimper ici ?  »

Le garçon poussa un soupir d'exaspération avant de relâcher son étreinte une fois que la fille avait les deux pieds à terre.

Mots soulignés pour l'anim du CB

Clément Downing # 2ème année RP
"Le succès ne s'explique pas, l'échec ne s'excuse pas." N. Bonaparte

La loi des chieurs  PV 

Tu aurais dû tomber au sol. Tu aurais dû te faire mal. Tout du moins c'est ce que tu avais pensé lorsque tu t'étais sentie glissé de cette pierre, mais c'était sans compter sur la bienveillance d'un passant inopportun. Un garçon ? En tout cas, il t'avait rattrapé de justesse et te tenait à présent d'une main de fer entre ses bras alors qu'il te demandait d'un ton ampli de reproches ce que tu faisais la tout en te reposant au sol.

Si lui t'avait bien reconnu, ce n'était absolument pas ton cas et lorsque tu prononças enfin un :

"Merci !" Tout en te retournant, tu restas alors quelques secondes interdites devant lui.

Le rouge te monta très rapidement aux joues en même temps que tu remettais de façon nerveuse une mèche de cheveux en place :

"Je … euh … Je …"

Voilà qu'à présent tu avais du mal à parler. La situation ne pouvait pas être plus gênante de ton côté. Tu te frottas les mains alors qu'Aizon faisait son apparition en sortant de sous ta chevelure pour se montrer aux yeux du Gryffondor. Il poussa alors son petit bourdonnement comme pour te demander qui s'était celui-là et tu te sentis rougir encore plus que de raison avant de finalement reprendre confiance en toi et déclarer :

"Mon boursoufflet c'était échappé et il s'est réfugié en hauteur. J'ai dû escaladé le mur pour aller le récupérer mais … Ça n'a pas été une grande réussite comme tu as pu le voir …"

La dernière fois que vous vous étiez vue, cela s'était fini en joutes verbales et se retrouver ainsi face à lui après ce genre d'échange était plutôt … Déplaisant et singulièrement gênant. Tu ne savais pas vraiment quoi lui dire, car au fond, tu ne le connaissais pas. Tu n'étais pas sûre qu'il apprécie également de parler de la pluie et du beau temps, c'était donc à exclure… Puis soudain, ça sortie tout seul :

"Pour … Pourquoi tu m'as rattrapé ?"

Tu rougis en posant cette question avant de t'expliquer :

"Nous n'étions pas forcément en très bon terme et tu aurais très bien pu me laisser m'écraser au sol après tout ? Cela n'aurait pas été ton problème …"

Tu ne comprenais pas vraiment cet élan de gentillesse de sa part.

Le Poufsouffle est Méchant, Le Poufsouffle est Sournois ! Le Poufsouffle Mord, griffe ! Il a les crocs !
2eme Année RP - 5ème Année Devoirs

La loi des chieurs  PV 

En l'espace de quelques secondes, le garçon s'était assuré que la jeune fille de Poufsouffle avait retrouvé son équilibre sur le sol en pierre du couloir. Il avait alors pu relâcher la prise qu'il avait sur elle afin de la laisser évoluer à son gré. Dès lors, le Gryffondor s'était reculé de quelques pas en arrière tout en croisant les bras autour de sa taille et en la toisant de haut en bas. *Elle est folle ou quoi ?* Rien lors de leur dernière rencontre ne lui avait donné l'impression du contraire, puisque les deux enfants s'étaient confrontés de manière plutôt virulente lors de la dernière confrontation de Quidditch de l'année.

Après l'avoir remercié de son aide, Cassandre se mit à lui expliquer pourquoi elle avait grimpé sur le mur. Bon, elle avait voulu chercher son Boursouflet qui s'était enfui et était monté jusque-là, mais en valait-il au moins la peine ? Ce n'était qu'une boule de poils qui n'avait aucune utilité pratique à part celles de servir de boule anti-stress ou d'être jeté contre un mur pour se relâcher la pression.  Un phénix, ça, ça en jetait et avait de nombreuses propriétés intéressantes !

« Tu aurais pu jeter un sortilège pour le récupérer, non ? Ca fait plus d'un an qu'on est à Poudlard, tu devrais y arriver maintenant. » lâcha le garçon en soupirant. « Il va bien au moins ? Il s'appelle comment ? » rajouta-t-il pour calmer la discussion suite à ses soupirs, bien que peu intéressé de la réponse.

Vint ensuite le tour de Cassandre de lui poser une question. La fille de Poufsouffle lui demandait pourquoi il l'avait aidé et ne l'avait pas laissé tomber sur le sol ? Est-ce que c'est vraiment ce qu'elle aurait voulu ? Clément ne put s'empêcher de froncer les sourcils tandis que la fillette s'enfonçait dans ses propos. Oui, ils n'étaient certes pas en bon terme, mais Downing n'était pas suffisamment méchant pour laisser tomber quelqu'un et risquer de la voir se blesser car même si il n'était pas vraiment à l'aise avec les pratiques sociales, il savait faire la part des choses.

« C'est pas parce qu'on s'est engueulé l'année dernière que je vais rester là-dessus tout le temps. Même après ce que tu m'as dis, tu ne méritais pas de tomber à terre et de te blesser. Tu aurais pu te faire mal. »

Comme gêné d'avoir été gentil envers Cassandre, Clément passa la main dans ses cheveux pour les ébouriffer tout en attendant la réaction de la jeune fille.

Clément Downing # 2ème année RP
"Le succès ne s'explique pas, l'échec ne s'excuse pas." N. Bonaparte

La loi des chieurs  PV 

Tu levas les yeux au ciel devant la remarque du jeune homme. Bien entendu que tu savais lancer un simple sortilège de lévitation et bien sûr que tu l'aurais fait si seulement tu avais eu ta baguette avec toi. Seulement, voilà, tu n'avais pas pour habitude de dormir avec pour doudou une baguette magique. C'était dangereux et puis surtout… Tu ne pensais pas qu'Aizon se mettrait dans un tel pétrin. Le rouge toujours présent sur tes joues, tu finis par avouer :

" J'ai pas pris ma baguette ! Je pensais pas qu'il serait allé se foutre dans ce foutu pétrin !"

Tu lanças un regard plein de reproches en direction du petit animal qui s'empressa de se faufiler sous tes cheveux pour se cacher.
Il n'en fallut pas plus pour te détendre et tu présentas la paume de ta main ouverte à l'animal pour qu'il monte dessus tout en répondant au jeune lion :

"Ça à l'air d'aller ! Il s'appelle Aizon !"

Tu soufflas un peu sur le poil de ce dernier avant de le poser une nouvelle fois sur ton épaule. Puis, tu regardas le couloir autour de toi avant de reporter son attention au jeune homme qui venait de prononcer des paroles plutôt curieuses. Tes yeux s'arrondirent de surprise devant ses paroles, puis, tes paupières s'abaissèrent lorsqu'il remit en place une mèche de cheveux façon beau gosse qui se la pète. Tu levas les yeux au ciel en émettant un petit gloussement avant de fermer les yeux et te rapprocher de lui, un sourire un peu niais aux lèvres :

"C'est que tu es plutôt gentil Downing quand tu veux !"

Tu te dandinas sur place avant de te rapprocher de lui timidement :

"Merci en tout cas !"

Tu lui souris de plus belle avant de te rapprocher encore un peu plus :

"Et tes cheveux sont bien coiffés ne t'en fais pas !"

Alors ! Avec rapidité, tu t'approchas de lui en rigolant, lui ébouriffant sa belle crinière avant de l'embrasser rapidement sur la joue.

Tu pris alors sans attendre le couloir qui menait à la salle commune des poufsouffle, te retournant une dernière fois pour lui adresser un petit signe de la main :

"Bonne nuit Downing ! Fait de beau rêve !"

S'en suivit un nouveau gloussement très féminin suivit de bruit de pas sautillant. Tu t'en étais allé.

Le Poufsouffle est Méchant, Le Poufsouffle est Sournois ! Le Poufsouffle Mord, griffe ! Il a les crocs !
2eme Année RP - 5ème Année Devoirs

La loi des chieurs  PV 

Ce que le jeune Downing ne savait pas encore, c'est que le moment de gêne qu'il venait de ressentir n'allait aller que de mal en pis. Aider une personne en difficulté n'était pas quelque chose qu'il répugnait, au contraire, l'enfant était plutôt intrépide et n'hésitait pas à venir secourir quiconque en avait besoin. Alors pourquoi était-il gêné d'être venu en aide à la Poufsouffle ? Pour l'instant, il ne se connaissait pas suffisamment pour le dire. L'idiote était sûrement sortie de sa salle commune, puisqu'elle avait emmené des chaussons, pour partir à la poursuite de son boursouflet. *Partir sans baguette... elle vit vraiment comme une moldue* pensa Clément sans rien laisser transparaître de ses émotions.

Cassandre semblait penser que le Gryffondor se préoccupait de l'état de son animal de compagnie, puisqu'elle dit que la boule de poils répugnante semblait aller bien et lui indiqua même son prénom. Aizon ? Quel genre de personnes appelle son boursouflet Aizon ? Surtout, quel genre de personnes a un boursouflet comme camarade de compagnie ? La possession de cette créature magique ne permettait à Clément que de la juger d'autant plus : il l'imaginait en salle commune, le boursouflet sur l'épaule, en train de raconter les derniers ragots de Poudlard avec ses amies de maison.

- « D'accord ... »

Maintenant, la fille se mettait à le remercier et les joues de Downing se mirent à rosir. Ce n'était rien. Il referait la même chose n'importe quand, et l'aurait fait pour n'importe qui. Bon, peut-être pas Voldemort si il était encore en vie. Le comportement de la fille inquiétait de plus en plus le garçon. Pourquoi se mettait-elle à se dandiner ? Le Gryffondor croisa les bras, se demandant bien ce qu'il pouvait faire pour que la situation devienne moins gênante. Elle se rapprochait de plus en plus. Que voulait-elle faire ? Le visage de Clément se crispait de plus en plus et il devenait de plus en plus anxieux.

Sans qu'il eut le temps de réagir à cause de son malaise, la Poufsouffle lui ébouriffa les cheveux dans un premier temps. Le contact de ses doigts contre sa chevelure lui fit un frisson dans le dos et une grimace parcourut l’entièreté de son visage. Le pire restait néanmoins à venir. La fillette déposa un baiser sur la joue droite du garçon. Elle venait de l'embrasser sur la joue. Sans attendre une réaction de la part de Clément qui ne semblait venir, Cassandre se mit à partir et lui dire au revoir au coin du couloir avant de glousser.

Les bras tendus le long du corps, les poings serrés, Clément ne comprenait toujours pas ce qu'il venait de se passer. Une fille qu'il ne connaissait que très peu, venait de l'embrasser par surprise sur la joue. Elle ne lui avait pas demandé la permission, permission qui lui aurait été refusée si il avait eu le choix. Le malaise qui s'était installé en lui se transforma rapidement en une colère, ses poings se serrant de plus en plus et son cou se crispant. *Comment a-t-elle osé faire ça ? Elle n'a aucune retenue, aucune éducation !* L'Anglais continua à pestiférer jusqu'à son arrivée dans la Grande Salle sur sa deuxième altercation avec la fillette de Poufsouffle. Le repas lui parut bien fade tellement l'énervement ne voulait pas le quitter.

Clément Downing # 2ème année RP
"Le succès ne s'explique pas, l'échec ne s'excuse pas." N. Bonaparte