Couloirs

Inscription
Connexion
  Retour
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une vie de chat !  PV 

Quelle vie de chat ! Être un chat, c’est vraiment l’extase, vous ne vous imaginez même pas ! Dormir, boire du lait, dormir, se laver, dormir, gambader, dormir, dormir, dormir… ! Un petit chat au pelage roux avec quelques tâches blanches par-ci, par-là, se baladait dans le château l’air de rien. Il ne savait pas véritablement où il allait, il n’avait pas de réel but précis ou peut-être que si, en fait. Cela faisait approximativement vingt bonnes minutes qu’il marchait dans de longs et immenses couloirs sons pour autant trouver un coin tranquille. Lorsqu’il pensait trouver un bon endroit pour piquer une petite sieste, des personnes sans cœur le prenaient et le mettaient dehors ! Pourquoi ne voulaient-ils donc pas qu’il dorme paisiblement ? C’était un chat calme, pas du tout agressif et complètement endormi… il ne faisait rien de mal, allongé sur une table, avec un petit tapis en papier où étaient inscrits des trucs bizarres aux côté d’une personne inconnue à la communauté des chats. Car oui, dans l’endroit ou madame le chat était, il y avait une communauté de chats. Elle les avait rencontrés par hasard en cherchant un coin tranquille. Elle n’avait pu s’empêcher de miauler avec certains d’entre eux. C’était de chouettes chats mais à vrai dire, madame le chat préférait rester toute seule.

Lorsqu’elle s’était réveillée, elle s’était demandé une chose : comment elle était arrivée là ? Elle n’avait aucun souvenir et plus elle avançait dans les pièces complètement étranges, plus elle se demandait ce qu’elle faisait ici et comment elle était arrivée là. Peut-être qu’ici on capturait les chats et on en faisait un élevage ? Non, probablement pas, il n’y avait pas beaucoup de chats pour en faire un élevage. Peut-être qu’on avait mis quelque chose dans son lait qui permet de faire oublier toute sa vie de chat ? Si c’est le cas, c’est vraiment bête ! Une vie de chat, ce n’est pas très intéressant alors pourquoi vouloir le faire oublier ? Une question qui demande réflexion…. ! Pendant que madame le chat se posait des questions de chats dans sa tête de chat, elle remarqua de ses yeux de chats bleus qu’une personne inconnue au même pelage qu’elle, presque se baladait à ses côtés. Cette personne, elle l’aimait bien parce qu’elle avait elle aussi un beau pelage roux. Madame le chat s’approcha alors d’elle et commença à tourner autour de ses pieds. Ça, en langage chat, ça voulait dire : « caresse-moi ! »

Une vie de chat !  PV 

Ah Novembre! L'automne, la fin de l'année, le mois des morts pour la Toussaint... Bref, définissez-le de la manière que vous voulez, après tout ce n'était pas ça qui compte. L'important dans tout ça était de savoir que cette histoire se passe donc au mois de Novembre, ce onzième mois de l'année. Il ne faisait plus très chaud à Poudlard, depuis déjà un bon mois tout de même, ce qui expliquait que tous restaient à intérieur, pour éviter de rencontrer l'automne et le froid qui l'accompagnait. Mais trop de monde dans le château était parfois gênant, comme pour Alyce par exemple. Elle ne pouvait rester dans un lieu plus de vingt minutes, car automatiquement un groupe d'élèves, le plus souvent ce genre d'élèves qui passent normalement leur vie dehors, et qui s'ennuient donc lors des saisons froides puisqu'ils doivent rester dans le château, arrivait et, bien que ce soit parfois involontaire, provoquait le chahut. Et la rouquine, quelque peu sensible au bruit, ne supportait pas ça. Après avoir fui la Grande Salle, la salle commune de Serdaigle, la bibliothèque et la salle d'étude, elle ne savait même plus où allait. Elle aurait pu se rendre dans la salle de journalisme, où elle serait certaine d'avoir la paix, et elle faisait d'une pierre deux coups puisqu'elle pourrait avancer l'édition en cours. Mais la préfète n'avait pas le coeur à ça, la flemme comme le disent si bien les Moldus. Elle resta donc dans les couloirs, à déambuler de part et d'autre, cherchant désespérément une occupation utile.

Au final, Alyce remarqua que les couloirs étaient justement l'endroit du château le moins bondé, sûrement à cause du fait que la chaleur des feux de cheminées ne se propageait pas jusque là. Quoi qu'il en soit, la rousse décida donc de se reposer là, dans le silence le plus complet. Elle s'assit sur une marche et laissa sa tête reposait sur le mur, en dessous d'un tableau représentant une image de chat roux. Comme elle tient. Elle ferma les yeux et ses pensées devinrent des rêves.

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, il sembla s'être écoulées plusieurs heures. Alyce s'était donc assoupie mais après tout, ce n'était pas si mal. Elle se leva en se disant qu'il serait peut être temps de rejoindre sa salle commune, même avec le bruit qui l'attendait. La préfète commença à marcher dans le long couloir quand son regard fut attiré par une boule de poils roux. Un petit chat, qui ressemblait étrangement à celui du tableau, roux avec des taches blanches. Alyce ne peut résister à la tentation de le caresser. La rouquine s'agenouilla donc auprès de lui, sans chercher à connaitre son propriétaire, si encore il en avait un, et commença à le caresser tendrement.


"Comment t'appelles-tu petit chat tout doux?"

Les chats la rendaient un peu bête, car elle savait qu'elle n'aurait aucune réponse. Mais elle se laissa tout de même attendrir par l'animal.

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une vie de chat !  PV 

La personne avec les poils aussi roux que madame le chat s'était accroupie et caressait le magnifique pelage roux de l'animal. Madame le chat ne se souvenait pas avoir ressenti cette sensation carrément agréable. À vrai dire, c'était la seule fois qu'elle ressentait cela. Elle ne se souvenait qu'une quelconque personne l'ai caressée durant toute sa vie de chat. Ses souvenirs lui faisaient défaut ces derniers temps. L'animal ne se souvenait de rien, elle s'était réveillée là sans savoir ce qu'elle faisait ni même pourquoi elle était là. Beaucoup de choses lui échappaient et il était peut-être temps de comprendre. Enfin non, il n'était pas encore temps. D'abord, on fait mumuse avec la personne au pelage roux qui la caressait.

« Comment t'appelles-tu petit chat tout doux? »

Qu'était-ce que ce langage totalement incompréhensible ? Jamais elle n'avait entendu quelqu'un parler de cette façon. Madame le chat n'avait pas appris d'autres langues que la sienne durant son enfance. Elle connaissait bien quelques mots du langage chien, quelques mots du langage des vaches et il lui était même arrivé de comprendre quelque mot du langage souris. Après cela, il y avait bien le langage chat où elle excellait, mais le langage que cet autre personne au pelage roux parlait d'une façon très étrange, si bien que madame le chat ne comprenait pas un seul mot.

Il fallait que madame le chat réussisse à détourner ce moment très étrange. Encore fallait-il qu'elle trouve un moyen d'ignorer les paroles de la personne étrange en face d'elle et au pelage roux très joli. En fait, madame le chat n'en revenait toujours pas, son pelage était vraiment beau, cela lui éblouissait ces yeux de chat. Enfin bref. L'animal venait de trouver quelque qui pourrait la sortir de cette situation. En fait, ce n'était pas une solution tellement... extraordinaire. Étant donné que madame le chat ne comprenait pas la langue de cette personne, peut-être qu'elle abandonnerait de lui parler si elle comprenait qu'elles ne pourraient pas communiquer entre elles. Ainsi, dans le langage chat, elle lui demanda ce que tout ce charabia voulait dire.


« Miaooou ? »

Une vie de chat !  PV 

Le petit chat roux n'avait rien compris à la question d'Alyce, ce qui était tout à fait normal. Heureusement surtout, car un chat qui comprend les paroles d'un humain, excusez-moi grands amis des animaux, mais c'est strictement impossible. Et Alyce, niaise comme elle était, avait limite espéré une réponse de la part du petit mammifère. Non, bien entendu, quoique sa question laisser paraitre des sous-entendus. En tout cas, le chat, dans toute son incompréhension de la chose écarquilla ses yeux en fixant la tête rousse au dessus de lui et miaula.

« Miaooou ? »

Oh que c'était mignon, oh que c'était chou. La façon dont il avait miaulé avait attendri Alyce. La rouquine avait donc un coeur facile. Ou ouvert au chats, au choix. Car rien qu'en apercevant la boule rousse au milieu des immenses couloirs de Poudlard, la Préfète avait cru fondre sur place. Et là, ce petit miaulement, tout léger, presque penaud, qui faisait prendre ce chat par pitié. C'était évident, Alyce avait adopté le chat. En plus, et le hasard fait bien les choses, il avait la même couleur de pelage que ses cheveux. Coïncidence? Peut être pas.

Une chose était sûre, Alyce voulait garder le chat, coute que coute. Mais en même temps, elle eut un pincement au coeur en imaginant un élève sans sa boule de poils ambulante, seul, désespéré à l'idée de l'avoir perdu à jamais. C'était cruel de faire subir ça à quelqu'un, aussi la rouquine décida dans un premier lieu de chercher le propriétaire du chat. Et si personne ne se manifestait, elle le garderait. Bon compromis, et puis l'occuperait au lieu de gâcher du temps inutile à ne rien faire.


« Bon bah qu'importe ton nom. On va t'aider à trouver ton maitre d'accord? »

Alyce avait dit ça en attrapant le chat et en le portant dans ses bras. Elle lui caressa le museau puis partit d'un pas assuré trouvé des élèves, en espérant intérieurement que personne ne le réclame. Svum aurait alors de la compagnie.
Dernière modification par Alyce Oran le 25 décembre 2014, 12 h 02, modifié 2 fois.

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!

Une vie de chat !  PV 

Abigail était... en premier lieu, affolée. Inquiète. Amusée. Ah, ça, elle se rappellerait de cette aventure ! Jusqu'alors, elle n'aurait jamais imaginé courir dans les couloirs à la recherche d'un chat en tirant par la main le professeur May. Une phrase - cette phrase - suffisait à ses yeux pour décrire l'étrangeté, le niveau élevé de bizarrerie de la scène.

Mais Abby n'y penserait que plus tard. A cet instant, elle se préoccupait plus de retrouver le petit chaton roux qu'elle avait entraperçu avant de réaliser qu'il était de son devoir de venir en aide au félin, et vite. On aurait tout le temps du monde de retrouver le coupable ensuite, ce n'était pas la priorité. Bref, elle courrait dans les couloirs, entraînant dans son sillage son professeur de métamorphose qui n'avait pas vraiment dû tout comprendre. Et, bon sang, mais où était passé ce chat ?! Ou plutôt, sa préfète. Haley Pidloux.

C'était en effet Haley Pidloux que la gamine avait aperçue en plein duel avec un sixième ou septième année dont elle n'avait pu voir le blason. Un échange pas franchement amical, et la jeune rouge avait payé cher son statut de cadette : le sort que lui avait lancé son adversaire, apparemment plus habitué à ce genre de situation, l'avait touchée de plein fouet. Mains, grimoires, sac et tout ce qui était susceptible d'étouffer le cri qui lui avait échappé lorsqu'elle avait vu la jeune fille aller valser à l'autre bout du couloir devant la bouche, elle avait ainsi assisté à sa métamorphose. L'adversaire de la jolie blonde était peut-être bête et méchant, mais en tous cas il savait se servir d'une baguette : à la place d'Haley Pidloux, préfète de Gryffondor en cinquième année, se tenait un petit chat au pelage roux.

Abby en avait été véritablement soufflée. Wow, avait été sa seule réaction. Et puis, elle avait secoué la tête, vérifié que l'auteur de ce sort si bien ajusté avait quitté les lieux (elle avait entendu ses éclats de rires s'éloigner dans les couloirs) avant de se précipiter vers l'animal qui avait grand mal à se dépêtrer d'un uniforme à présent inutile. Elle avait eu beau lui parler, elle n'avait obtenu en échange que des miaulements plaintifs, et c'est avec une horreur sur laquelle empiétait sérieusement un début de fou rire qu'elle avait mesuré l'ampleur des dégâts. Sa mère le lui avait dit, elle l'avait lu et Miss May le leur avait répété : un sorcier métamorphosé en animal devenait véritablement cet animal, et oubliait tout de sa vie antérieure, jusqu'à son nom. Jusqu'à sa condition de sorcier. Et ouaip.

Le seul moyen d'inverser le sort était justement... d'inverser le sort. En d'autre terme : il-faut-que-je-me-dépêche-de-trouver-quelqu'un-qui-puisse-jeter-un-contre-sort. Elle avait attrapé l'uniforme de son aînée, et voulu prendre le chaton dans ses bras, mais celui-ci avait esquivé et avait disparu à l'angle du mur. Elle avait espéré qu'il resterait dans les couloirs, elle-même s'était empressée de rejoindre le bureau de son professeur de métamorphose. A qui elle avait raconté toute l'histoire, avec des accents désespérés, avant de l'entraîner à sa suite à la recherche de la malheureuse préfète. Fin du flash-back, retour à l'instant présent : son vieux sac de cours en bandoulière, l'uniforme d'Haley sous un bras, elle avait attrapé le poignet de Miss May qu'elle tirait derrière elle. Ça devait bien faire plusieurs minutes qu'elles erraient dans les couloirs, et Abby commençait à redouter de devoir retourner tout le château.


« Bon bah qu'importe ton nom. On va t'aider à trouver ton maitre d'accord ? »

La fillette pila net. Ça... ce n'était pas justement les mots de quelqu'un à un animal ? Elle tourna à l'angle d'un mur, et ô joie ! ô bonheur ! Le chaton (ou plutôt, Haley), était là, dans les bras d'une rouquine à peine plus âgée qu'elle, qui arborait le blason de Serdaigle et... un badge de préfète ?! Ce ne fut que lorsqu'elle ne fut qu'à quelques pas que la fillette reconnut Alyce Oran. C'était une des règles de survie les plus élémentaires : apprendre les noms, ou du moins connaître de vue tous les préfets du château, toutes maisons confondues. Bref, Alyce Oran, avec Haley Pidloux dans les bras, qui ne semblait pas savoir qu'il s'agissait d'Haley Pidloux, et qui ne devait pas non plus comprendre pourquoi une petite Gryffondor tirant par le bras sa Directrice de Maison la dévorait présentement des yeux. Ou plutôt, le chat.

Mais Abby n'y fit pas réellement attention et, ni une ni deux, elle se rua sur la rouquine, attrapa le chaton des deux mains avant de le présenter à celle qui inverserait le sort. Du moins, si tout se passait comme prévu...


« Je... C'est ce chat ! » s'exclama-t-elle en tendant l'animal (ou la préfète) à Miss May.

Elle en avait oublié l'uniforme, qui glissa à ses pieds.

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles. » – Oscar Wilde
Avatar: Aiwatan (https://www.zerochan.net/1279118)
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une vie de chat !  PV 

« Quand la caissière lui eut rendu la monnaie de sa pièce de cent sous, Georges Duroy sortit du restaurant. »
Eléa commençait à lire l'un de ses livres préféré, Bel-Ami de Guy de Maupassant. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus eut le temps de se poser dans son fauteuil et de lire un bon roman. Depuis son arrivée, elle avait dû s'acclimater à sa nouvelle vie, à savoir celle de professeur de Métamorphose dans l'école Poudlard, et de directrice de la maison Serdaigle. Ces tâches étaient loin d'être de tout repos, surtout lorsque, comme Eléa, nous étions novice en la matière. Cela faisait donc plusieurs mois qu'elle attendait ce moment, consacré uniquement à elle-même. Pour sûr, la jeune femme appréciait cet instant de paix, de tranquillité et de bien-être. Autrement dit, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, en cette belle journée qui commençait.

Quelle ne fut pas la déception et l'agacement de la jeune femme quand elle entendit quelqu'un frapper précipitamment à la porte de son boudoir ? Elle fut tout simplement bien trop réelle pour une si belle journée. Contrariée, elle marcha rapidement jusqu'à la porte et l'ouvrit d'un coup sec, jetant un regard noir à l'élève qui osait troubler ce moment divin. Une petite rousse avec un blason de la maison Gryffondor se mit à parler à toute vitesse, faisant de grands gestes et donnant des explications presque incompréhensibles. Puis la jeune élève dont elle ne connaissait même pas le nom l'attrapa par la main et la traina derrière elle. Eléa n'était pas sûre d'avoir tout compris, mais apparemment il s'agissait d'une préfète transformer en chat par un petit plaisantin.

*Bon sang, ses élèves ne savent plus quoi inventer pour nous priver de nos instants de paix !* pensa t-elle, agacée par la situation.

Zigzagant dans les couloirs du château, la jeune professeur se demandait quand cela cesserait. Il avait suffit de le demander, puisqu'au même moment l'élève inconnue pila net, regarda autour d'elle et finit par foncer sur l'une de ses camarades. Elle revint vers Miss May, lui tendant un chaton roux et laissant tomber un uniforme de Gryffondor que la professeur n'avait même pas remarqué, tant elle avait été brusquée par la petite rouquine.

« Je... C'est ce chat ! » s'écria t-elle.

Eléa prit le chat entre ses mains, les bras tendus loin d'elle. Non pas qu'elle n'aimait pas les chats. Mais il s'agissait là d'une préfète et elle ne pouvait décemment pas la câliner comme si de rien n'était.

« Très bien. » dit-elle, peu convaincue. Puis se retournant vers l'élève qui l'avait trainé de force hors de son bureau :
« Mais qui êtes-vous ? Cela ne se fait pas de trainer les gens ainsi ! »

Elle n'avait pas dit ça méchamment, plutôt pour la taquiner. Mais c'était vrai, cela ne se faisait pas.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une vie de chat !  PV 

« Bon bah qu'importe ton nom. On va t'aider à trouver ton maître d'accord? »

Madame le chat était très contente. Même si elle n'avait pas compris le sens des paroles de l'étrange personne au pelage roux, elle était très contente car cette dernière était très gentille. La gentille personne venait de la prendre dans ces bras et s'en allait, on ne sait où. Peut-être allait-elle l'amener là où il y aurait un peu de croquettes et du lait ? Oui, elle l'espérait car madame le chat commençait à avoir un peu faim et un peu soif. Une bonne tasse de lait bien frais, voilà ce qu'il lui fallait ! Rien que de penser à cela, madame le chat s'en léchait les babines !

Le mieux, ce fut lorsque cet étrange personnage au pelage roux lui caressa le dos. Cela semblait faire une éternité qu'on ne lui avait pas caressé le dos. Ainsi, madame le chat était traitée comme une reine. Elle se trouvait bien installée dans les bras d'une personne au pelage roux très joli et elle se faisait caresser. Avec tout cela, madame le chat ne pouvait s'empêcher de ronronner. Elle était tellement bien, là ! Malheureusement cela ne dura pas éternellement. Une autre personne complètement cinglée venait de courir et de se saisir de madame le chat... KIDNAPPING ! À l'aide ! Madame le chat ne savait pas ce que cette personne étrange voulait, après tout, pourquoi kidnapper un chat ? C'était complètement insensé ! Si elle avait un plan machiavélique en tête, madame le chat ne voyait pas en quoi elle lui serait utile.

Avant que cette personne étrange ne tente quoi que ce soit, elle tenta de se défendre. Pas facile à faire. Madame le chat battait des pattes mais ces dernières ne semblaient pas aptes à griffer les papattes de la personne étrange. Peut-être qu'en se tortillant à gauche... ou à droite elle y arriverait... trop tard. Juste après avoir prononcé des paroles une fois de plus incompréhensibles (ne pouvait-elle pas parler le langage chat, afin que tout le monde comprenne?), madame le chat changea de nouveau de... porteur. Cette fois-ci ce fut une très grande personne étrange qui porta madame le chat. Contre toute attente – ou pas – cette dernière prononça à son tour des paroles pas... chatesques (je sais pas comment se nomme le langage des chats). Fatiguée, madame le chat se débâtit et cette fois-ci toucha la grande personne étrange. Elle la griffa alors à l'avant de sa papatte et s'en alla par la suite se faufiler à travers toutes les jambes présentes. Madame le chat pouvait très bien s'en aller vaquer à d'autres occupations, après tout, le château était énorme elle trouverait bien quelque chose à faire. Cependant, elle ne quitta pas l'espace et préféra se diriger vers la madame au pelage roux. Elle au moins, elle était gentille. Et elle allait lui donner du lait. Enfin, elle l'espérait.

Une vie de chat !  PV 

Alyce ne comprenait plus rien. Plus rien du tout. En même temps, comment s'y retrouver, entre un chat perdu, une Gryffondor un peu affolée et une directrice de maison qui ne savait même pas ce qu'elle faisait là. En tout cas, c'était ce qu'Alyce pensait de chaque personne qui se trouvait là. Vous me direz, que viennent faire une élève et une professeure dans cette histoire? Parce que oui, le chat, on l'a déjà vu, mais ces deux nouvelles têtes, on en a jamais parlé. Il a fallu de seulement quelques secondes pour qu'elles s'immisce dans l'histoire. Explications.

Alyce était tranquillement en train de marcher vers un élève tranquillement assis sur les marches de l'escalier, pour lui demander si le chat qu'elle portait dans ses bras était le sien. En espérant évidemment une réponse négative. Car ce petit chat roux, qu'elle n'avait jamais vu jusqu'alors dans le château, elle comptait bien le garder pour elle. Après tout, personne ne le cherchait, il n'était peut être pas l'appartenance de quelqu'un. Mais ne jamais parler trop vite. En effet, Alyce était donc en train d'avancer vers son futur interlocuteur, quand une autre élève lui barra le passage. Enfin, barrer le passage, c'était vite dit. Elle était arrivée, tirant une autre personne visiblement plus grande qu'elle, et était arrivée devant Alyce.


" Je... C'est ce chat ! " S'était-elle écriée en désignant la petite créature roulée en boule dans les bras d'Alyce.

Puis elle avait prit le chat, presque arrachait des mains de la Préfète. Ça, ça ne se faisait vraiment pas. Elle allait arborait au mieux son badge de préfète, histoire de montrer que ce n'était pas elle qui faisait la loi, quand elle avait reconnu la fameuse personne que la jeune fille de Gryffondor, cela se devinait aux couleurs de sa robe et au lion brodé sur la poitrine, tirait derrière elle. C'était sa directrice de maison, Eléa May qui, entre nous, n'avait pas l'air de comprendre ce qu'elle faisait ici ou du moins pas complétement. Alyce était donc plus que perdue. Pourquoi tout ce monde? Alyce pensait seulement voir à un chat, le caresser, mais non, c'était un rassemblement inter-maison.

La directrice de Serdaigle attrapa le chat que lui tendait déjà la Rouge et Or.
*Pauvre chat.*, pensa Alyce. Il en voyait des bras! Miss May
l'examina tout en le gardant à une distance considérable d'elle. N'aimait-elle pas les chats?


" Très bien. " dit-elle puis elle jeta un coup d'oeil à la Gryffondor.
"Mais qui êtes-vous ? Cela ne se fait pas de trainer les gens ainsi ! "

C'était la même question qu'Alyce se posait. Qui était-elle pour arracher le chat de ses bras! Et pour trainer un professeur ... Mais bon, ça ce n'était pas vraiment son problème. D'ailleurs, la rouquine se demandait bien ce que Miss May entendait en disant cela. Mais pour le moment, elle devait surtout comprendre ce que les deux personnes cherchaient au chat.

Celui-ci ne semblait pas non plus appréciait d'être trimballé de mains en mains car il commença à se débattre et à griffer le bras du Professeure May. Il réussit à s'échapper et se réfugia entre les jambes d'Alyce. Cela fit plaisir à la préfète que le chat est confiance en elle. Elle se pencha et le prit dans ses bras tout doucement. Puis elle leva les yeux vers ses deux interlocutrices, resserrant ses bras sur le chat de façon protectrice.


"Que lui voulait-vous?"

Elle n'avait pas parler de façon agressive, car elle avait tout de même un professeur en face d'elle. Elle voulait seulement comprendre.

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!

Une vie de chat !  PV 

Le professeur May avait attrapé le chat (ou plutôt Haley) à bout de bras, comme pour l’examiner, avant de lancer à la petite fille qui le lui avait tendu, affolée :

« Très bien. Mais qui êtes-vous ? Cela ne se fait pas de trainer les gens ainsi ! »

Abigail avait rougi, mortifiée. Bien sûr, elle était plutôt discrète en cours, et puis un professeur ne pouvait pas se rappeler de tous ses élèves. Et puis, en y repensant, elle n’avait pas attendu la réaction de la jeune femme avant de l’attraper par la main, pour l’entraîner dans une course effrénée. Aussi la question de Miss May, et ses remontrances, étaient parfaitement justifiée.

Haley-chat avait l’air assez agacée de tout ce remue-ménage et le fit bien savoir d’un coup de griffes, se dégageant de l’étreinte de Miss May pour retourner vers Alyce. Qui se baissa avec un sourire attendri pour la prendre dans ses bras avant de se tourner vers les deux autres sorcières, dans une attitude protectrice :


« Que lui voulez-vous? »

Une nouvelle fois, réaction parfaitement logique : la préfète de Serdaigle avait dû tomber sur le chaton alors qu’elle se promenait dans les couloirs de Poudlard. Situation tout à fait normale, jusqu’à ce que deux individus dont l’un passablement excité, affolé, terrorisé et amusé lui avait arraché le chaton des bras sans cérémonie. La jeune fille avait des raisons de se poser des questions. Et Abby comprit qu’elle devait se calmer (après tout, elles avaient retrouvé Haley, Miss May était là et tout allait s’arranger) et donner des explications… et des excuses :

« Je… Heu, je m’appelle Abigail Lewis, en première année à Gryffondor. En fait, je rentrais en salle commune quand… Je… » Elle prit une grande inspiration, et se tourna vers Alyce : « En fait, ce chat… n’est pas un chat. C’est un peu bizarre, mais il s’agit de Haley Pidloux. La préfète de Gryffondor. Elle… heu, elle a été transformée en chat par un autre élève qui l’a attaquée dans les couloirs. J’étais là, mais je n’ai pas pu voir qui était l’auteur du sort… Alors, comme je ne savais pas quoi faire, je suis allée chercher Miss May pour qu’elle inverse le sort. »

Elle espérait qu’Haley ne lui en voudrait pas d’avoir mis la préfète de Serdaigle au courant. Dans le même temps, elle n’avait pas vraiment d’autres solutions, et la jeune fille avait droit à es explications. Et puis, elle ne connaissait pas les relations des deux sorcières, peu-être s’entendaient-elles très bien ? Alyce avait l’air plutôt sympa…

« Je m’excuse de vous avoir traîné comme ça, professeur », continua ensuite Abby en se tournant vers Miss May, rouge jusqu’à la racine de ses cheveux. « J’étais assez inquiète pour Haley, parce que je ne savais pas si elle n’allait pas se lancer dans une exploration plus poussée de Poudlard étant donné que c’est maintenant… un chat. »

Puis elle regarda Alyce et Haley-chat dans ses bras et elle ajouta :

« Et je m’excuse d’avoir déboulé comme ça et de t’avoir arraché Haley des bras, sans rien te dire. Ce n’était pas vraiment poli… »

Voilà. Elle avait le sentiment d’avoir tout dit, et tout allait revenir dans l’ordre… Sauf si on ne la croyait pas, ce qui était possible, voir même probable. Aussi leva-t-elle vers son professeur de Métamorphose un visage larmoyant en lançant d’un ton aussi sincère que possible :

« Je vous jure sur Merlin que c’est la vérité ! S’il-vous-plaît, est-ce que vous pouvez inverser le sort… ? »

Elle avait fait un pas en avant, et sa chaussure avait dérapé sur un tissu noir et rouge vers lequel elle baissa les yeux. En attendant la réaction de ses vis-à-vis, elle attrapa l’uniforme d’Haley qu’elle serra contre elle.

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles. » – Oscar Wilde
Avatar: Aiwatan (https://www.zerochan.net/1279118)
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une vie de chat !  PV 

Beaucoup de choses pouvaient se passer en une ou deux petites minutes. Eléa May en avait désormais la preuve. Le chaton roux n'avait de toute évidence pas apprécié de se faire trimbaler ainsi, si bien qu'il s'était libéré de l'étreinte de la jeune professeur d'un coup de griffe. Rien de bien grave, Eléa l'avait à peine senti. C'était étrange, elle aurait cru qu'un félin pouvait en sentir un autre. Mais soit, Miss Pidloux n'était pas réellement un félin, mais bel et bien une sorcière d'environ quinze ans. Le chaton avait donc trouvé refuge dans les bras d'Alyce Oran, l'une des préfètes de Serdaigle. Par ailleurs, la jeune fille semblait assez hostile envers la petite Gryffondor et la jeune femme.
Ensuite vint une grande tirade de la part de la mystérieuse sorcière, qui n'était autre qu'Abigail Lewis, première année. Maintenant qu'on le lui disait, ce nom lui rappelait quelque chose, tout comme ce minois. Peut-être avait-elle bien répondu à une question posée en cours ? Peu importait. La jeune femme eut l'impression que la rouge et or passait ensuite son temps à s'excuser, mais elle la laissa terminer poliment.


« Je vous jure sur Merlin que c’est la vérité ! S’il-vous-plaît, est-ce que vous pouvez inverser le sort… ? » lui demanda t-elle.

Inverser le sort ? Bien entendu ! C'était un jeu d'enfant pour Miss May. Mais une chose manquait pour cela. La professeur en Métamorphose avait totalement oublié l'apparence de la jeune fille à retransformer. C'était assez honteux sachant qu'elle était directrice de maison et donc qu'elle passait pas mal de temps avec les préfets, qui n'étaient que huit. Les seuls noms et visages qu'elle avait pu retenir étaient ceux de Miss Koter, préfète en chef, et ses propres préfètes, Miss Oran ici présente et Miss Primard. Bref, elle ne savait plus du tout à quoi ressemblait Miss Haley Pidloux.


« Bien sûr, je vais arranger cela. » répondit la jeune femme. Puis elle se rapprocha discrètement de Miss Lewis. « Vous auriez une photo de votre camarade ? Je ne parviens pas à me souvenir de son apparence d'origine... »

Eléa était assez gênée. Cela était un comble de ne pas réussir à se souvenir de ses élèves quand on était professeur, qui plus est d'une matière assez importante au sein de son établissement. Elle afficha un sourire à l'attention de l'élève à laquelle elle s'était adressée, espérant que quelqu'un aurait une quelconque trace de Miss Pidloux sous forme humaine qui pourrait être montrée à Miss May sans tarder.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une vie de chat !  PV 

Pendant que Madame le chat se trouvait installée dans les grandes papâtes de madame au pelage roux, les humains discutaient. Ils discutaient de quoi ? Madame le chat n'en avait pas la moindre idée. D'ailleurs, cette dernière commençait sérieusement à s'impatienter. C'est pas qu'elle n'avait pas faim... Enfin si, elle avait faim... Enfin bref : elle voulait son lait ! Quand est-ce qu'ils allaient enfin comprendre ? C'est tout de même pas chatier (chatier : mélange de « chat » et « sorcier ») de comprendre que Madame le chat avait son ventre qui gargouillait même si on ne l'entendait pas ! Ahhh, les humains, ils faut tout leur miauler, c'est incontestablement incroyable !

L'humaine bizarre qui avait voulu kidnapper Madame le chat se lança dans un récit totalement incompréhensible. Enfin, incompréhensible pour Madame le chat. Les humains avaient l'air de comprendre. D'ailleurs, c'était quoi cette technique ? Pourquoi ils parlaient en mode codage ? C'était sûrement pour faire genre... Oui, c'est ça, voilà une explication rationnelle à la situation ! Madame le chat avait fini par élucider cette affaire ! On va la jouer Mr Monk., asseyez-vous Madame le chat va tout vous miauler.

L'humaine au pelage roux est une complice de madame la kidnappeuse et madame que Madame le chat avait griffé. Madame le chat ne se rappelait plus comment elle était arrivée dans cet endroit très étrange : elle ne se rappelait plus rien de sa vie passée ! Etrange, dites-vous ? Tout à fait ! Madame au pelage roux a sûrement mis du truc pour faire endormir les chats (si, si, comme dans les aristochats avec Edgar...!) et comme ça elle pouvait organiser le kidnapping de Madame le chat sans risque que Madame le chat proteste ! Sauf que son plan n'a pas fonctionné, eh oui, Madame le chat a réussit à déjouer ses plans diaboliques ! Elle a bu son lait et a tout oublié, certes, mais elle s'est réveillée AVANT que madame au pelage roux ne l'emmène. Malheureusement pour elle, Madame le chat a été retrouvée par Madame au pelage roux, et sans qu'elle ne sache elle s'était prise d'affection pour son ravisseur ! Erreur fatale ! Madame au pelage roux, très maligne (madame le chat vous applaudit avec ses papâtes), a réussit à ramener Madame le chat auprès de ses complices... ! Madame le chat est désormais coincée, elle ne peut plus rien faire... Tout est fini (C'est le moment de pleurer, tous en cœur : sniiiiiiiiiif).

Maintenant, les ravisseurs de Madame le chat faisaient exprès de parler une langue bizarre pour pas qu'elle comprenne. C'est qu'ils ne sont pas bêtes ceux-là ! Au moins, Madame le Chat était tombée sur des ravisseurs intelligents. D'habitudes ces gens-là sont pas très futés. Enfin bon !

Étant coincée là où elle était, Madame le chat resta là où elle se trouvait. À quoi bon s'en aller ? Ils finiraient par la retrouver : ils connaissent certainement mieux les lieux qu'elle.

Une vie de chat !  PV 

Tout était allé très vite. Ou du moins, ça avait été l'avalanche de mots de la part de la Gryffondor dont Alyce connaissait maintenant l'identité, Abigail Lewis en Première Année. Elle avait usé du don de moulin à paroles qu'elle devait posséder pour débiter tout un tas d'informations les plus invraisemblables les unes que les autres qu'Alyce avait du mal à assimiler. A l'en croire, le chat au pelage roux qu'elle tenait dans les bras n'était pas un chat. C'était un élève. Ou plus précisément une élève, qui n'était autre qu'Haley Pidloux qui avait été transformé par un autre élève. A cette information, Alyce ne put s'empêcher de sursauter. Elle connaissait Haley, c'était une amie et le fait que ce soit elle que la Deuxième Année caressait depuis bientôt une petite heure était assez... surprenant. La jeune fille dévisagea bizarrement le chat ou plutôt Haley pendant qu'Abigail continuait d'expliquer l'histoire pour le moins étrange et à se morfondre d'excuses envers Miss May et Alyce. Elle avait vraiment l'air désolé et Alyce ne put s'empêcher d'avoir un élan de compassion. La Rouge et Or semblait très gentille et tout le chemin qu'elle avait fait pour venir en aide à Haley était vraiment sympa. Alyce n'avait jamais était vraiment en colère, cela ne l'avait pas plus que cela déranger.

Elle jeta un coup d'oeil à sa directrice de maison qui semblait comme elle assez surprise par cette révélation. Au grand soulagement d'Abigail, elle pouvait sans problème annuler le sort. Mais elle s'approcha alors de la Gryffondor, et lui indiqua, discrètement mais pas assez pour qu'Alyce n'entende pas, qu'elle ne se souvenait plus de la tête d'Haley. Alyce aurait bien voulu l'aidé mais malheureusement, elle ne se promenait pas avec une photo sur elle, comme ça tous les jours. Alyce s'approcha alors d'Abigaile et lui tendit Haley le chat.


"Ne t'inquiète pas pour tout à l'heure, tu as fais ce qu'il fallait. Tiens voilà Haley, je te la donne. Puis elle se tourna vers son professeur.Si je peux vous être utile... Je pourrais essayer de vous trouver une photo d'Haley si vous avez besoin."

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!

Une vie de chat !  PV 

Lorsque Miss May lui fit part de sa requête, Abby ouvrit de grands yeux. La situation était franchement de plus en plus bizarre, même si la petite était sûrement la moins ébranlée par ses révélations (logique, puisqu'elle en était l'origine).

« Bien sûr, je vais arranger cela. » avait répondu la jeune professeur de Métamorphose, et la jeune Galloise n'avait pu retenir un soupir de soulagement. Mais Miss May avait alors ajouté plus bas : « Vous auriez une photo de votre camarade ? Je ne parviens pas à me souvenir de son apparence d'origine... »

La fillette était assez perplexe : elle ignorait la jeune femme aussi peu physionomiste. Et puis, elle était mal à l'aise de ne pouvoir la satisfaire, mais elle n'avait pas vraiment l'habitude de se promener avec une photo de sa préfète dans la poche. Alyce s'approcha alors des deux sorcières, et tendit une Haley-chat étrangement calme à Abby, qui lui retourna un regard surpris.

« Ne t'inquiète pas pour tout à l'heure » s'expliqua la préfète « tu as fais ce qu'il fallait. Tiens voilà Haley, je te la donne. »

La petite Rouge attrapa son aînée, pour l'heure sous forme animale, et dans le doute la garda fermement dans ses bras. Il ne manquait plus que la jeune fille-félin se décide à explorer le château. Une nouvelle fois, elle songea à la bizarrerie de la scène et retint un rire nerveux. Elle ne voulait franchement pas manquer la tête d'Haley lorsque le contre-sort aurait fait effet. Ce serait quelque chose de drôle à raconter en Salle Commune !

« Si je peux vous être utile... » ajoutait Alyce, s'adressant maintenant à sa Directrice de Maison. « Je pourrais essayer de vous trouver une photo d'Haley si vous avez besoin. »

Ah oui, la photo... Qui aurait été susceptible de posséder une photo de la préfète de Gryffondor ? Un petit-ami, peut-être, mais de ce qu'elle en savait Haley n'avait pas de petit-ami. Un ami, alors ? Si elles devaient faire le tour de l'école à la recherche des amis d'Haley... Peut-être les Red Lights ? Une photo de l'équipe ? Et puis, si elle trouvait Madeleine, la troisième année aurait sûrement une photo de sa collègue préfète... N'était-elle pas l'une de ses meilleures amies ? Dans tous les cas, la solution n'allait pas surgir entre les dalles de pierre du couloir. Elles allaient forcément devoir bouger...

« Je suis désolée, mais je n'ai pas de photo d'Haley sur moi » lança la petite à son professeur. « Mais si on trouvait... Un membre des Red Lights, peut-être ? Ou Madeleine Koter ? Elles sont très proches, je crois. »

Elle s'arrêta un instant avant d'ajouter avec un haussement d'épaule :

« Mais dans tous les cas, je suppose que ladite photo se trouverait dans les dortoirs... Vous voulez que j'aille voir dans ma Salle Commune si il n'y aurait personne de susceptible d'en posséder une ? »

Elle avait levé un regard interrogateur vers les deux autres sorcières, et sans s'en rendre compte s'était mise à caresser la tête de Haley-chat. Ce pelage roux lui allait vraiment très bien.

Reducio
Navrée pour ce retard :/
Dernière modification par Abigail Lewis le 27 août 2015, 11 h 33, modifié 2 fois.

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles. » – Oscar Wilde
Avatar: Aiwatan (https://www.zerochan.net/1279118)
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une vie de chat !  PV 

Miss Oran, préfète de la maison que dirigeait Eléa May, semblait encore surprise par les évènements qui s'enchainaient. Tout d'abord elle avait trouvé un petit chat et avait joué avec. Puis une jeune femme arriva, tirée par une élève. Cette dernière lui arracha le chat des mains et le tendit à Miss May. La professeur se fit griffer par le-dit chat, qui retourna auprès de Miss Oran. Et maintenant, la rousse s'approchait de la jeune Lewis pour le lui donner.

« Ne t'inquiète pas pour tout à l'heure. Tu as fais ce qu'il fallait. Tiens voilà Haley, je te la donne. » dit-elle. Puis elle se retourna vers sa directrice de maison.
« Si je peux vous être utile... Je pourrais essayer de vous trouver une photo d'Haley si vous avez besoin. »

Miss Lewis tenait fermement le chat, surement de peur qu'elle s'en aile une fois de plus. Eléa n'avait pas spécialement envie de lui courir après toute la journée, ce n'était donc pas plus mal.

« Je suis désolée, mais je n'ai pas de photo d'Haley sur moi. Mais si on trouvait... Un membre des Red Lights, peut-être ? Ou Madeleine Koter ? Elles sont très proches, je crois. »

Elle s'arrêta un instant avant d'ajouter avec un haussement d'épaule :

« Mais dans tous les cas, je suppose que ladite photo se trouverait dans les dortoirs... Vous voulez que j'aille voir dans ma Salle Commune si il n'y aurait personne de susceptible d'en posséder une ? »

Voilà qui était vraiment parfait. Avec une photo, elle pourrait redonner à son élève son aspect d'origine. Rares étaient ces moments dans lesquels Eléa se détestait presque de ne pas avoir encore retenu le visage et le nom des préfets avec lesquels elle travaillait régulièrement. Qu'elle ne reconnaisse pas tout ces (nombreux) élèves passait, étant donné qu'elle enseignait une matière obligatoire en première et deuxième année et assez populaire dans les années supérieures car très utiles pour beaucoup de formations supérieures différentes. Depuis toujours, Miss May avait eu beaucoup de mal à retenir les noms des gens et à reconnaître leur visage. Elle avait même du mal concernant ses collègues – pourtant pas si nombreux – lorsqu'elle ne les connaissait pas encore. Un défaut auquel elle comptait bien remédier. Elle savait ce qu'il lui fallait : un trombinoscope. C'était vieux jeu, et cette pratique était typiquement moldue. Mais ça l'aiderait d'en avoir un avec elle. Bien entendu, elle ne pourrait pas y consigner tout ses élèves sinon la jeune femme devrait se déplacer constamment avec un véritable dictionnaire. Mais pouvaient y figurer les professeurs, les préfets ainsi que le personnel qu'elle était censée connaître. D'un autre côté, faire tout cela lui prendrait du temps, temps qu'elle pourrait consacrer à lire une bonne littérature française..

« En effet, j'apprécierais beaucoup que vous puissiez en trouver une. Je suis vraiment désolée pour ça d'ailleurs. Oh et si vous pouviez amener une grande couverture.... Miss Pidloux n'est plus dans son uniforme, vous voyez ? » répondit enfin Miss May.

Et bien oui, le chat ne pouvait pas porter l'uniforme de la jeune préfète. Par conséquent, lorsque la bulgare rendrait à la cinquième année son corps humain, elle se retrouverait nue. Entièrement nue dans le couloir. Eléa May ne souhaitait cela à personne.


Reducio
Excusez-moi pour ce retard !
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une vie de chat !  PV 

Madame le chat en avait réellement marre, les extraterrestres ne cessaient de la trimbaler partout, mais pour qui donc se prenaient-ils, sérieusement ? Ne savaient-ils donc pas qu'un chat c'était fragile ? Et qu'à force de le remuer dans tous les sens, il finirait par vomir son petit-déjeuner ? Enfin, encore fallait-il que madame le chat ait avalé quelque chose ! Ces ingrats n'auraient jamais pensé à lui donner ne serait-ce qu'un souriceau ! Franchement, on ne pouvait compter sur personne, ici. C'était fou quand même, madame le chat devrait de débrouiller seule, enfin, si elle voulait se mettre quelque chose dans l'estomac. La pauvre, ça allait quand même être dur de trouver quelque chose à manger, il faut dire qu'ici les souris ça cours pas les couloirs ! Non, parce qu'entre nous, depuis qu'elle avait atterri ici par on ne sait quel sortilège douteux, madame le chat n'avait croisé aucune souris... Ou peut-être que si ? Elle ne savait plus, soudainement, sa mémoire lui jouait des tours !

Madame le chat ne regardait même plus qui la tenait, encore un peu et elle s'évanouissait ! Oh mais oui, en voilà une bonne idée, et si elle faisait la morte, peut-être qu'on lui donnerait quelque chose à manger ! Ohhh, mais qu'elle était intelligente cette madame le chat, vraiment ! Tout le monde n'aurait pas eu la merveilleuse idée de faire la morte dans les bras d'un extraterrestre pour avoir à manger !

Bon, eh bien c'était à présent l'heure de jouer la comédie ! La tête de madame le chat qui était relevée afin de pouvoir voir les extraterrestres tomba nette sur les pattes de celui qui la portait. Il fallait qu'elle fasse attention à ne pas trop bouger au sinon, elle serait vite grillée. En espérant qu'ils marchent tous dans son jeu, et qu'ils ne l'emmènent pas voir un vétérinaire... Oh mince alors, elle n'y avait absolument pas pensé à celle-là !


Reducio
Désolée du retard !
  Retour