Couloirs

Inscription
Connexion

Allô la Terre, ici le plafond !  PV Madeleine 

Deux heures ... Comme le temps peut être long. Surtout quand on est dans une position inconfortable. Cela dit, c'était entièrement de ma faute, et je le reconnais. Moi, Bulle Stevens, la plus grande gourmande de tous les temps, je venais de me prendre à mon propre jeu, à savoir : J'avais beaucoup trop mangé. Seulement, c'est plutôt inabituel comme problème survenu à cause d'aliments. La plupart des gens ont des maux de ventre, des envies subites de vomir ... Moi, j'avais le vertige. Le vrai vertige, le vertige que tu as parce que tu es suspendue à 2 mètres du sol.

J'étais suspendue à 2 mètres du sol. Mais ce n'était pas vraiment ma faute. C'est à cause des effets secondaires des Fizwizbiz, qui sont marqués beaucoup trop petit sur la boîte.
C'était la première fois que j'en mangé. Comme à mon habitude, j'ai mangé toute la boite de bonbons, sans prendre le temps de lire les effets que peuvent provoqués les dits bonbons.

"A chaque fois que vous avalez un Fizwizbiz, vous décollez de 4 à 5 centimètres du sol. Ces effets surviennent 10 minutes après avoir mangé un Fizwizbiz. Ils ne s'arrêtent que 10 minutes après environ, 10 minutes pour 1 un bonbon." C'était mot pour mot ce qui était écrit sur la boite. Inutile de préciser, je pense, que j'en avais mangé 40.

Je sentais que j'allais rester très longtemps suspendu dans ce couloir ... Plus le temps passait, et plus je paniquais. C'est vrai, quoi, je n'allais pas passer toute la journée ici ! On était déjà en fin d'après-midi, et si personne ne venait me chercher, alors j'étais bonne à dormir sur place.


- Alors, tu te dépêches de descendre de là, me lança un portrait d'homme en ricanant.

- Tant que l'on ne me décroche pas, je ne peux rien faire, dis-je avec lacement.

Je commençais à trouver le temps long, à flotter comme une idiote dans le couloir ... Pourquoi n'y avait-il pas un élève ou un fantôme qui passait par là ? Et les préfets, qu'est ce qu'ils faisaient ?

- OOOOUUUUHHHHHHH , Y A QUELQU'UN ? hurlais-je de toutes mes forces.

Pour toute réponse, j'eus droit aux ricanements des tableaux voisins.

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

Allô la Terre, ici le plafond !  PV Madeleine 

La sonnerie retentit. La porte de la salle de sortilèges s'ouvrit à la volée, libérant le passage aux troisièmes années. Madeleine sortit de la salle et motivée (ou du moins, se persuadant qu'elle l'était) prit la direction de la bibliothèque. Depuis quelques jours, une chaleur accablante s'était emparée du pays, et la préfète n'avait jamais autant aimé les mur du château. Avec leur grande épaisseur et leurs fenêtres relativement étroites, ceux-ci préservaient efficacement les élèves des fortes températures et Madeleine qui n'aimaient pas vraiment avoir chaud savourait avec délice cette fraîcheur permanente. De plus, cette fraîcheur était un argument de plus pour la motiver à travailler : elle n'était pas tentée d'aller lézarder au soleil dans le parc (en plus, avec les uniformes, on bronzait pas vraiment mais on suait à grosses gouttes). Elle aurait pu aller glander en salle commune mais elle évitait de penser à cette alternative.

Toutefois, à Poudlard, bien que plus ou moins livrés à eux-mêmes pendant les pauses et les heures de trou, les élèves ne décident jamais vraiment tout seuls de ce qu'ils vont faire. Le château a toujours son mot à dire. C'est ainsi que Madeleine, concentrée jusqu'ici sur son objectif, sursauta violemment. Un hurlement venait de surgir d'un couloir sur sa droite :

« OOOOUUUUHHHHHHH , Y A QUELQU'UN ? »

Voilà comment le château s'y prenait pour influer sur les faits et gestes de ses occupants. La personne qui avait hurlé devait avoir probablement besoin d'aide et en tant que préfète, elle se devait de trouver et de venir en aide à l'élève en détresse. Abandonnant sans réel regret sa volonté de travailler, Madeleine s'engouffra dans le couloir de droite et commença à fouiller les environs, criant elle aussi dans l'espoir que la personne lui réponde.

Finalement, alors qu'elle traversait un couloir à grands pas décidés, se demandant où pouvait bien être celui ou celle qui avait crié, elle entendit un bruit au-dessus d'elle. Plus par réflexe qu'autre chose elle leva les yeux et ce qu'elle vit lui fit faire un bond en arrière en lui arrachant un petit cri de souris apeurée. Un élève flotté là-haut, à deux-mètres environ au-dessus du sol, juste au-dessus de l'endroit où la préfète se tenait l'instant précédent. La demoiselle dévisagea avec surprise la Poufsouffle aux cheveux roux suspendue au plafond. Elle ne semblait pas retenu par un fil où quoi que ce soit, elle flottait, c'était tout.


« Mais qu'est-ce que tu fiches là-haut ? » interrogea Madeleine, à ce point interloquée qu'elle en oublia les bonnes manières. De toute façon, est-ce qu'un « salut » est de circonstance quand votre interlocuteur flotte sans raison apparente cinquante centimètres au-dessus de votre tête ?

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015

Allô la Terre, ici le plafond !  PV Madeleine 

J'avais beau avoir criée, personne ne semblait décidée à venir me décrocher du plafond. J'étais sur le point de fondre en larmes. J'avais la phobie du vide ! * Bulle Stevens, tu es la plus belle inconsciente que ce château n'est jamais vu !*
Oh, et imaginez que je tombe d'un coup ! 2 mètres dans la figure, ça risquait de faire très mal. Je me voyais déjà à Saint-Mangouste, le nez tout ratatiné, les deux bras cassés ... Et si je me faisais un traumatisme crânien en tombant et que je perdais connaissance ? On me retrouvait dans 1 mois, morte comme une idiote.

Soudain, j'entendis du bruit. Il y avait quelqu'un ! J'était partagée entre le soulagement et la peur. Imaginez que cette personne décide de prendre des clichés et qu'elle me laisse en plan ? Je n'espérais pas ! En plus, la plupart des gens ne regardaient pas le plafond, à Poudlard.
Une élève passait là. Elle semblait plus âgé que moi : Peut-être en 4ème ou en 3ème année. Je vis qu'elle portait un écusson rouge et or, et un insigne de préfet sur son uniforme : Parfait, elle allait pouvoir me sortir de là.
Un peu apeurée, je tappai dans mes mains.

La préfète leva les yeux et poussa un petit cri. J'avais du lui faire la plus belle peur de sa vie, aussi, je me préparais à m'excuser. Elle me lança un :


« Mais qu'est-ce que tu fiches là-haut ? »

Réaction plutôt normale quand on découvre quelqu'un suspendu au plafond. Je répondis :

" En fait, c'est très long à expliquer. Disons que j'ai mangé beaucoup trop de Fizwizbiz, et que ça fait 15 minutes que je flotte dans le vide. Je suis vraiment désolée de t'avoir fait peur ! Est-ce que tu pourrais m'aider à me sortir de là s'il te plaît ? Au fait, je m'appelle Bulle, et toi ?"

Elle me regarda bizarrement : Ca fait toujours cet effet là quand je me présente : Les gens ne s'attendent pas à ce que j'ai un prénom comme cela. Bulle, c'est vrai que ce n'est pas courant. Cela dit, je me demandais si ce n'était pas mon explication qui l'étonnait.
J' avais conscience que ce genre de conversation était insolite, et qu'en plus de cela, la préfète aurait beaucoup de mal à m'aider. Je gigotais tant que je pus, en espérant que cela me fasse redescendre. Mais rien à faire : Je restais suspendue.


- Alors, tu te trémousses, ma cocotte ? me demanda un portrait particulièrement lourd.

- Tais- toi ! lui lançais-je.

Je regardais avec un certain désespoir la Rouge et Or. Les portraits commençaient vraiment à m'insupporter, à tel point que j'avais envie de les assomer.

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

Allô la Terre, ici le plafond !  PV Madeleine 

La préfète, la tête rejetée en arrière, observait la Poufsouffle, tentant vainement de comprendre comment elle pouvait se retrouvait coincée là. Elle ne voyait ni ficelles ni tout autre système pouvant maintenir la jeune élève à une telle hauteur. Un levitare, le sortilège de lévitation le plus courant, nécessitait de garder la cible dans le champ de sa baguette or il n'y avait personne aux alentours, et pas de cachette évidente pouvant abriter un sorcier facétieux. De toute façon, rien ne servait de chercher, la Poufsouffle donna elle-même l'explication :

" En fait, c'est très long à expliquer. Disons que j'ai mangé beaucoup trop de Fizwizbiz, et que ça fait 15 minutes que je flotte dans le vide. Je suis vraiment désolée de t'avoir fait peur ! Est-ce que tu pourrais m'aider à me sortir de là s'il te plaît ? Au fait, je m'appelle Bulle, et toi ?"

Des Fizwizbiz ! Ces fameux bonbons réputés pour entraîner une légère lévitation. Cette dénommée Bulle devait avoir en manger un bon gros paquet ! Et bien sûr que Madeleine allait l'aider, une préfète ça servait à ça. La jeune fille allait répondre quand un tableau qui trouvait apparemment la situation très drôle choisit d'intervenir :

« Alors, tu te trémousses, ma cocotte ?

- Tais- toi ! » rétorqua Bulle.

Réfléchissant à toute vitesse à ce qu'il convenait de faire, la Gryffondor articula calmement, s'adressant au tableau.


« Cher sieur Dutronne, je comprends que cette situation puisse vous sembler risible mais à mon avis, cette jeune fille a déjà son compte d'émotions, sans besoin de supporter en plus vos railleries. Pourriez-vous donc retourner vaquer à vos occupations, car, détrompez-moi si j'ai tord, mais il me semble que ce tableau n'est pas le vôtre. »

Regardant autour d'elle, elle s'aperçut que le bourgeois railleur n'était pas le seul. Une bonne dizaine de personnages de tableaux profitaient également de la situation. Promenant son regard sur chacun d'eux, Madeleine insista :

« Ça vaut pour tout le monde, allez donc retrouver vos tableaux ou j'appelle le professeur Loewy ! »

La foule de peintures, vexée (comme toujours) d'être remise à sa place par une préfète de treize ans se dispersa lentement en maugréant. La jeune fille écopa de quelques remarques cinglantes, de regards hautains ou furieux par-ci par-là mais finalement, le calme revint doucement parmi les tableaux. Madeleine reporta ensuite son attention sur Bulle.

« Je m'appelle Madeleine, et oui, je vais t'aider. Mais je n'ai pas la moindre idée de ce qu'on pourrait faire pour te faire redescendre. Tu as dû en manger un sacré paquet pour arriver à cette hauteur. C'est au bout de combien de temps que tu es censée redescendre selon le paquet ? »

Cherchant mentalement dans sa mémoire un sortilège pouvant l'aider dans cette situation, la préfète laissa le temps à son interlocutrice de répondre.

« Tu es d'origine moldue pour ne pas savoir qu'il faut se méfier des Fizwizbiz ? Je ne veux pas te faire la morale, hein, loin de là, c'est juste que c'est quand même rare d'en arriver là. Le mieux serait d'aller chercher un professeur je pense… à moins que tu ne tiennes à faire une chute de deux mètres de haut. Tu préfères que j'appelle qui comme prof ? »

Reducio

Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse depuis plus de 6 mois. Pour demander sa ré-ouverture, vous pouvez contacter vos préfets ou professeurs.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015