Couloirs

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Labyrinthes dédalesques  Libre 

Thea s'épongea le front avec le revers de sa chemise. Il faisait une chaleur étouffante pour un mois de septembre. Malgré les murs épais, une vague de chaleur s'était installée dans le chateau. On aurait dit que la principale occupation des élèves de Poudlard était de se mettre à la recherche de l'endroit le plus frais. On retrouvait des groupes entiers de personnes sur les escaliers, comme s'ils s'imaginaient que les mouvements de ces derniers allaient produire un petit courant d'air. De ce fait, il était assez difficile d'accéder d'étages à étages sans prendre le risque d'écraser une main qui traine ou de glisser sur un livre posé par inadvertance.

Elle venait de sortir de son premier cours de métamorphose et ne rêvait que d'une chose: la fraîcheur des sous sols. L'avantage lorsqu'on est à Serpentard c'est de pouvoir bénéficier d'un lieu confortable à l'abri de l'étouffante chaleur. Son sac était lourd, hormis ses livres de cours, elle avait pris la satané habitude de trimbaler d'autres bouquins en cours de lecture ou encore quelques carnets où elle griffonnait les pensées plus ou moins intéressantes qui lui passait par la tête. Elle s'imaginait déjà assise confortablement sur un des grands canapés en cuir, sirotant une bieraubeure bien fraîche tout en bouquinant tranquillement.

Mais pour y arriver, il fallait se faufiler entre les gens, faire attention de ne pas mettre le pied dans un trou laissé par un escalier en déplacement. Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle, les gens de sa classe étaient tous partie dans cette lancée, scrutant plus le sol que les alentours. Elle avait toujours trouvé un petit charme à ces escaliers mais maintenant qu'elle se retrouvait confrontée aux squatteurs temporaires, elle les trouvait plus embêtants que charmants. Elle se décida à sauter entre le sol fixe et un escalier en mouvement, l'essai était périlleux mais elle l'entrepris avec succès. Ce qui manifestement ne fut pas le cas d'un autre élève. Un cri retentit derrière elle, quelqu'un était au bord de la chute. L'élève était accroché tant bien que mal à l'escalier qui semblait prendre la fuite. Thea s'accroupit et dit d'une voix forte en tendant le bras :

" Attrape ma main ! "

Labyrinthes dédalesques  Libre 

Anna était épuisée et courbaturée. Elle n'avait rien fait de spécial à part suivre ses cours et découvrir l'école. Mais la chaleur et le fait de rester assise sur une chaise pendant une majeure partie de la journée, avaient sans doute leurs parts de responsabilités. La petite fille tenta de se faufiler à travers l'immense foule grouillante qu'était la population de Poudlard.
*Rah, mais qu'est ce qu'ils faisaient tous amassés près des escaliers ? Ils ne pouvaient pas retourner dans leurs salles communes ou sortir mais faire quelque chose quoi !* songea-t-elle avec un petit peu d'agacement

La petite fille poussa un gros soupir et continua à tenter d'avancer. Elle pesta quelques instants contre son sac qui l'empêchait d'aller exactement là où elle voulait. En effet, cette bosse dans son dos était sans cesse bousculée et la petite fille vacillait avec. Actuellement, elle ne pensait qu'à une seule chose. Retrouver la salle commune des Poussoufles où la foule serait, elle l’espérait; moins dense et que donc la chaleur serait moins ardente. Mais encore faudrait-il qu'elle réussisse à descendre à l'étage inférieur ! Elle était toujours au deuxième étage où se trouvait la salle de métamorphose, et cela faisait déjà cinq minutes que la sonnerie avait retenti. Autant dire que la partie n'était pas gagnée d'avance, loin de là, et que la périlleuse quête de rejoindre le lieu de vie des jaunes-et-noirs, allait se révéler plus (voir beaucoup plus) longue que prévue.

Soudain, Anna vit une fille sauter de la plateforme du couloir jusqu'à un escalier en mouvement, déjà à une certaine distance d'elle. La Poussoufle était idéalement placée pour faire pareil, et avant même de se rendre compte que c'était une idée follement dangereuse, ses jambes avaient déjà agi par elles-même. Anna eu juste le temps de se rattraper au bord de l'escalier, le corps à moitié dans le vide, et elle poussa un léger cri lorsqu'elle vit à quelle hauteur elle se trouvait. Elle allait finir étalée comme une crêpe, avant même d'avoir pu assister à son premier cours de Potion !

Soudain une voix la ramena à la réalité et elle releva la tête. Sans réfléchir elle saisit la main tendue devant elle et commença à remonter avec l'aide de l'autre fille. Elle se retrouva assise, en sécurité, sur l'escalier quelques instants plus tard, où elle poussa un profond soupir de soulagement. Durant quelques instants, elle avait vraiment cru qu'elle allait mourir ou bien finir très gravement blessée. Elle finit par se relever et fixa l'autre fille avec une bonne dose de remerciement dans le regard. Elle reconnut rapidement une des serpentards avec qui elle venait d'avoir cours de métamorphose. Elle était juste devant Anna durant le cours. Elle déclara avec un petit sourire désolé et reconnaissant :


"-Merci beaucoup de m'avoir aidé... Je me serais sans doute étalée comme une crêpe en bas, sans toi !"

Elle passa légèrement la tête par-dessus la rambarde de l'escalier et déglutit en imaginant son corps inerte sur les pierres. Finalement son regard revint sur la verte-et-argent et elle lui sourit :

"-Je m’appelle Anna Hill et je suis en première année à Poussoufle. Et toi ?"

Labyrinthes dédalesques  Libre 

John était en retard. Très en retard. Enfin, pour ce qu'il voulait faire. Il souhaitait offrir un bouquet de fleur à une jeune fille de Serpentard qu'il avait croisé à maintes reprises dans les couloirs et dont il aurait souhaité faire un peu plus ample connaissance. Il voulait le faire pour la Saint Valentin et c'est pour cela qu'il était en retard : la Saint Valentin c'était passé depuis déjà bien longtemps, mais mieux vaut tard que jamais. Bien qu'il n'est que onze ans, le jeune garçon pouvait ressentir des choses lui aussi, bien que ces sentiments ne soient pas tout à fait aussi investi que ceux des personnes plus âgées. Quoiqu'il en soit, John étant très timide, la tâche s'était avéré très difficile. Il n'osait jamais aller lui parler, elle était souvent entourée par d'autres Serpentard ou bien elle semblait occupée dans ses révisions ou dans ses occupations personnelles. Tout cela avait eu raison de la détermination du jeune homme. Cependant, il voulait absolument lui offrir un bouquet de fleur, quand bien même cela le terrorisais. Quelle serait sa réaction ? L'accepterais-t-elle ? John n'en avais aucune idée, mais il voulait commencer par une bonne impression auprès de la jeune fille.

Cela avait été un peu difficile pour John de trouver des fleurs adéquats, mais son bouquet était plutôt réussi. Il était très coloré, avec des fleurs bleues, rouges, jaunes, oranges et même violette. Certaines fleurs étaient des roses qu'il avait pu trouver dans le parc, d'autres n'avaient pas d'épines mais de petites feuilles étranges dont John ne comprenait pas la nature, d'autres fleurs encore étaient garnies de petits bourgeons scintillant qui étaient très beau à l’œil. Il avait réussi à faire une présentation convenable du bouquet : les fleurs étaient bien organisées, les plus grandes ornaient le bouquet en premier, les plus petites fleurs étaient plus proches du bord pour qu'elles soient plus visibles. Les tiges des fleurs étaient parfaitement organisée également et John les avait attachée à l'aide d'un joli fil de soie qu'il avait réussi à obtenir auprès d'une de ses camarades Serdaigle. Un très beau bouquet dont il était très fier.

Il avait réussi à suivre la jeune fille en question, une certaine Thea, à la fin de son cours jusqu'au escaliers. Elle semblait plutôt pressée, et c'est pour cela que pour s'assurer de sa réussite, il avait doublé la jeune Serpentard en mode incognito pour pouvoir ensuite entrer en matière. Il est vrai que les escaliers étaient bondés à cette heure-ci, mais John réussit à se faufiler en direction de la salle commune de Serpentard, priant pour que ce soit également la direction de la jeune fille. Arrivé dans le couloir, John se retourna en attendant Thea, espérant également de ne pas passer pour un fou avec son bouquet de Saint Valentin très en retard. Il aperçut la jeune fille sauter de l'escalier juste après que ce dernier est commencé à bouger, et il eût légèrement peur qu'elle n'atteigne pas le bord, mais elle réussit sa tentative avec perfection.

John allait commencer à s'approcher de la jeune fille mais il n'eût pas le temps de faire un pas qu'il pu distinguer un cri en direction du bord de l'entrée du couloir. Il ne comprenais pas trop ce qu'il venait de se passer, mais il vit Thea tendre la main à une autre élève qui était accrochée au bord, et le fait qu'une autre fille soit présente le stoppa nette. La jeune élève qui venait d'être secourue semblait être une Poufsouffle, qui venait d'éviter une chute quelque peu désagréable, on était tout de même au second étage. Il observait les deux jeunes filles qui semblait faire connaissance, et n'osait pas bouger, son bouquet de fleur à la main. Il n'était pas vraiment très discret d'ailleurs. Un peu paniqué, il se dit qu'il valait mieux tenter le tout pour le tout. D'un pas tout sauf décidé, il s'avança en direction de la jeune Serpentard qui lui tournait alors le dos, seul la Poufsouffle semblait l'avoir vu mais ne disait rien. Il était rassuré que Thea ne se retourne pas, sans quoi il aurait été pétrifié de timidité. Il n'était toujours pas rassuré, mais John était maintenant derrière Thea, il lui tappa sur l'épaule, caché derrière son bouquet de fleur. Elle avait une expression faciale qui reflétait parfaitement l'incompréhension. John ne savait pas quoi dire, il n'arrivait pas à former une phrase. Tout ce qu'il pu faire, c'est tendre le bouquet à la jeune fille avec un :

" Pour toi .. Saint Valentin ... "

Elle prit gentiment l bouquet de fleur, même si elle ne semblait rien comprendre à la situation, tandis que la jeune Poufsouffle arquait un sourire qui destabilisait d'auatnt plus le jeune homme. Rouge de timidité et honteux de ne même pas avoir pu parler, il se décida à faire demi tour aussi rapidement qu'un aigle, l'expression étant bien choisie. Laissant les deux jeunes filles prise au désarroi, John courrait en une direction inconnue, mais tant qu'il était loin de la situation gênante dans laquelle il s'était mise il irait mieux. Un peu déçu et presque énervé de ne même pas avoir oser lui parler, John faisait courir ses jambes aussi vite qu'il le pouvait.

Reducio

Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse depuis plus de 6 mois. Pour demander sa ré-ouverture, vous pouvez contacter vos préfets ou professeurs.