Couloirs

Inscription
Connexion

Une allergie, une bousculade et une rencontre !  PV 

Il y a des jours comme ça où, dès le matin, on sait que ce sera une mauvaise journée. Il n'y a pourtant pas de raison particulière à ça mais c'est l'intuition, on le sent. C'était le cas pour Joy ce jour-là ; à peine réveillée, elle savait que ce jour serait horrible. Et elle ne s'était pas trompée ; son allergie aux pollens avait refait surface et l'aiglonne se promenait mouchoir à la main, le nez dégoulinant et les yeux rouges. L'été n'était pas une saison que la Serdaigle appréciait particulièrement — elle préférait largement l'hiver —, mais cette allergie la rendait insupportable.

Tandis qu'elle pestait contre cette journée et contre le monde entier, Joy se dirigeait d'un pas virulent vers la Bibliothèque pour pouvoir prendre un peu d'avance dans ses cours. Elle avait les yeux fixés sur le sol, tenant fermement sa montagne de bouquins contre sa poitrine et ne regardait pas où elle allait, préférant se plonger dans son monde que de faire attention à ce qui l'entourait. Et bien sûr, ce qui devait arriver arriva, Joy bouscula violemment une élève, ce qui eut pour effet de faire tomber l'autre. La fillette avait également lâché ses livres dans l'action, mais elle ne s'en souciait pas le moins du monde pour l'instant, trop occupée à s'en vouloir d'avoir fait tomber quelqu'un. Mais avant d'avoir pu faire quoi que ce soit, l'aiglonne crut reconnaître sa « victime » et s'exclama, non sans parler du nez à cause de son allergie.


« Oh Dessa, c'est doi, je suis désol... » mais la Serdaigle s'interrompit en voyant le badge accroché à la robe de sorcière de sa camarade qu'elle avait pris pour Tessa.

Visiblement, cette élève n'était pas Tessa, puisqu'elle était à Serdaigle. Il ne fallut pas plus de trois secondes à Joy pour que le déclic se fasse et qu'elle comprenne que c'était Elena Bonsorm qu'elle avait fait tomber, et non pas sa sœur jumelle. En fait, elle connaissait plutôt bien la Serpentarde, elle avait déjà eu affaire avec elle dans les toilettes des filles quelques jours plus tôt, et celle-ci lui avait vaguement parlé de sa jumelle. Joy voulut se corriger mais elle n'en eut pas le temps, prise une énième fois d'une violente quinte de toux. L'aiglonne chassa le pollen avait sa main — bien que cela ne soit pas très utile —, se moucha, puis reporta son attention vers Elena qui était en train d'épousseter sa robe. Elle n'avait pas réagi à ce que lui avait dit Joy, ce qui était plutôt étonnant, mais sûrement ne l'avait-elle pas entendu.


« Ça va ? Je suis désolée Eleda, j'ai bas fait exprès... » s'excusa l'aiglonne, honteuse.

Elena devait sûrement se demander comment elle connaissait son prénom, mais Joy lui expliquerait plus tard. Pour l'instant, elle espérait juste que sa camarade de maison ne lui en voulait pas. Encore une fois, l'aiglonne se moucha le plus fort possible pour tenter de déboucher son nez, mais sans succès.

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Une allergie, une bousculade et une rencontre !  PV 

L'été, la seule saison de l'année ou Elena pouvait ôter son écharpe. Enfin, ce n'était pas gagné d'avance chaque années, elle se souvenait même d'une fois où elle avait été obligée de ranger ses jolies robes légères pour ressortir ses affaires plus chaudes. Depuis quelque jour, du pollen s'était mis à voleter dans le parc, poussé par un vent plus ou moins violent suivant la journée. La serdaigle était d'ailleurs sortie plusieurs fois juste pour admirer ce formidable ballet qu'offrait la nature; du pollen de toutes les couleurs dansait dans le ciel sous les yeux émerveillés de la fillette.
Alors qu'elle avait passé un bon moment à la bibliothèque à réviser ses cours et à s'avancer dans ses devoirs, la fillette aux longs cheveux noirs décida de sortir prendre l'air. Et accessoirement profiter de son spectacle quotidien avant que le vent ne tombe et que le pollen cesse de voleter ça et là. Les livres de la bibliothèque qu'elle venait d'emprunter sous le bras, elle partait gaiement en se demandant néanmoins si elle n'avait pas fait une faute d'orthographe dans son devoirs de métamorphose...

Toute à ses pensées, elle ne fit pas attention à ce qui ce passait devant elle, et vit l'obstacle sur sa route que trop tard. Elena se retrouva par terre assise, les yeux hagards. Elle serrait les livres qui ne lui appartenait pas contre sa poitrine et leva les yeux pour voir qu'elle personne l'avait envoyée au tapis. Elie reconnu Joy, une fillette blonde qui appartenait à la même maison qu'elle. Elle se souvenait de son prénom, car sa voisine de table à l'école moldue où elle étudiait avant s'appelait ainsi.
Délicatement, elle posa ses livres à côté d'elle et se mit à genou pour ramasser ceux de sa camarade. Cette dernière n'était pas en très bon état : un mouchoir dans une main, les yeux rouges, le nez qui coulait tel une fontaine... La fillette aux cheveux d'ébène se demanda un instant si elle n'était pas plus pâle que d'habitude.


« Oh Dessa, c'est doi, je suis désol... »

Elena arrêta un moment de ramasser les livres. Elle n'était pas sûre d'avoir bien entendu. Si, elle avait bien entendu, non elle n'avait pas compris en fait. Joy semblait parler une nouvelle langue, à moins que ce soit à cause de sa maladie... "Dessa"... Était-ce un mot qu'elle n'arrivait pas à déchiffrer?
Elie se releva, délaissant les livres toujours au sol (cette fois assemblés en deux tas) et épousseta sa robe de sorcier pendant que sa camarade se mouchait après avoir dé-pollinisé ses propres vêtements. Elle toussait tant qu'Elena se demanda pourquoi elle n'était pas allée à l'infirmerie.


« Ça va ? Je suis désolée Eleda, j'ai bas fait exprès... »

La fillette aux cheveux couleur de nuit leva un sourcil interrogateur. Bien sûr qu'elle n'avait pas fait exprès, mais malade comme elle était qu'arrivait-elle à faire? dans cet état, c'était un miracle qu'elle réussisse à se tenir debout et à se concentrer sur sa lecture. Et vu la montagne de livre qu'elle portait, elle ne semblait pas décidée à se reposer. Joy se moucha de nouveau, assez violemment cette fois. Sans vouloir la vexer, Elie songea en la voyant faire à un éléphant qui barrissait, au son.

"Moi ça va, mais c'est plutôt à toi qu'il faut poser la question. Tu n'as vraiment pas l'air bien, tu devrais peut-être aller à l'infirmerie, ou bien te reposer dans le dortoir. Tu veux que je t'accompagnes?"

Elle posa une main amicale sur l'épaule de sa camarade, prête à la tirer de force si elle refusait d'aller dans l'un des deux endroits proposés.

«Je crois que, lorsque vous avez de grands rêves, vous attirez d’autres grands rêveurs» – Dr Robert H. Schuller

Une allergie, une bousculade et une rencontre !  PV 

Après que Joy se soit excusée, sa camarade releva la tête et la toisa d'un air dubitatif. Et bien, quoi ? Quel était le problème ? Le contact visuel commençait à devenir légèrement gênant pour la fillette aux cheveux blonds, et ce fut un soulagement pour elle lorsque Elena lui répondit enfin.

« Moi ça va, mais c'est plutôt à toi qu'il faut poser la question. Tu n'as vraiment pas l'air bien, tu devrais peut-être aller à l'infirmerie, ou bien te reposer dans le dortoir. Tu veux que je t'accompagne ? » proposa l'autre Serdaigle avec amabilité.

Sentant qu'elle allait de nouveau bientôt tousser, Joy mit sa main devant sa bouche en faisant non de la tête pour signaler à sa camarade que ce n'était pas la peine et qu'elle refusait sa proposition. L'aiglonne avait l'occasion de prendre de l'avance dans ses cours, ce n'était pas pour aller se cloîtrer à l'infirmerie. De toute façon, une allergie c'était une allergie, ce n'était pas en passant des heures là-bas qu'elle disparaitrait. Bien sûr, elle se sentirait mieux pour quelques heures voire pour quelques jours, mais le pollen ferait de nouveau sadiquement effet plus tard. Loin de Joy l'idée de vexer sa miséricordieuse camarade, mais il était hors de question pour elle d'aller s'ennuyer à l'infirmerie ou même en salle commune. Elle pouvait comprendre que son teint faisait peur à voir et que ses yeux devaient la faire ressembler à un vampire, mais c'était comme ça chaque année, alors elle s'y était habituée.


Tout en sortant un nouveau mouchoir de sa poche pour s'essuyer les mains ainsi que son nez qui ne semblait décidément pas vouloir s'arrêter de couler, l'aiglonne offrit un grand sourire à Elena pour lui montrer sa gratitude.

« Don, c'est bon.. J'ai l'habitude, c'est bareil chaque an.. D'inquiète, je vais bien, et buis j'ai plein d'autres choses à faire ! »

En parlant de ces autres choses à faire — à savoir, étudier —, les livres de Joy étaient toujours étalés à terre. Elle s'abaissa pour les ramasser rapidement, renifla discrètement puis fit de nouveau face à Elena, qui n'avait pas du tout l'air satisfaite de sa réponse. Elle n'allait pas la forcer à se rendre à l'infirmerie quand même ? Joy savait que Tessa était têtue, et elle espérait au plus profond d'elle-même que sa soeur jumelle ne partageait pas ce trait de caractère, parce que si c'était le cas, l'aiglonne allait avoir du mal à faire abandonner son idée à Elena. D'ailleurs, comme son air suspicieux ne la quittait toujours pas, la Serdaigle blonde tenta de rassurer au mieux sa camarade.

« Je t'assure que j'ai bas besoin d'y aller ! Je suis en pleide forbe ! » lui dit-elle de sa voix la plus convaincante possible.

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Une allergie, une bousculade et une rencontre !  PV 

Joy ne semblait pas d'accord avec Elena, mais elle ne put exprimer clairement son refus. Elle fût prise d'une nouvelle quinte de toux, et fût obligée de répondre d'un signe négatif de la tête. *Ben voyons si tu crois que je vais te laisser dans cet état* La fillette aux longs cheveux noirs n'était pas spécialement tenace, elle abandonnerait rapidement si sa camarade lui donnait une bonne raison. Non, même une raison quelconque d'ailleurs. Mais elle ne laisserait jamais une personne qui avait visiblement besoin d'aide, surtout si cette personne en question refusait de l'admettre.
Elie se demanda ce qui avait bien pu provoquer cette maladie chez sa camarade. Qu'est-ce qui donnait des yeux de vampires, une nez digne d'une fontaine et le son d'un éléphant qui appel ses camarade? Et si c'était le pollen qu'elle admirait tant depuis plusieurs jours? En songeant à cela, Elena se sentit mal d'avoir souhaité que ce ballet naturel dure éternellement alors qu'il rendait malade d'autres personnes, notamment Joy qui était véritablement dans un sale état.


« Don, c'est bon.. J'ai l'habitude, c'est bareil chaque an.. D'inquiète, je vais bien, et buis j'ai plein d'autres choses à faire ! »

Curieuse, Elena se demanda ce que sa camarade avait à faire. Qu'est-ce qui pouvait être si important au point de refuser de ce reposer un peu? Alors qu'elle se posait cette question, l'autre serdaigle se baissa pour ramasser ses affaires. Elle se demanda si ce dont parlait la blonde n'était pas... ses devoirs. Si c'était cela, elle aurait certainement du mal à la convaincre. Elle-même avait du mal à ne pas travailler quand elle était malade. Elle avait l'impression que si elle n'étudiait pas, sa vie n'aurait plus de sens.

« Je t'assure que j'ai bas besoin d'y aller ! Je suis en pleide forbe ! »

"Tu m'en diras tant..." grommela Elena loin d'être convaincue. "Bon écoutes, si tu refuses de te reposer une heure ou deux, assieds-toi au moins cinq minutes. Le temps que ta crise de toux soit passée, d'accord?"

Sans vraiment attendre, Elie invita sa camarade à se poser contre le mur le plus proche. Elle l'aida à s'assoir, même si elle y arrivait très bien toute seule. La fillette aux cheveux noirs pris ses livres et les posa à côté de Joy, ainsi que son sac qui commençait à lui scier l'épaule. Alors qu'elle se laissait choir au pied du mur à son tour, elle vit du coin de l’œil le sac de la blonde qui s'agitait en couinant
. *Par Merlin, qu'est-ce que c'est?*

"Euh... Joy? Ton sac... Il bouge et il couine... C'est normal?" demanda la fillette en sachant pertinemment que non, ce n'était pas normal. Si à l'extérieur elle essayait de rester calme, à l'intérieur en revanche elle tremblait de peur.

«Je crois que, lorsque vous avez de grands rêves, vous attirez d’autres grands rêveurs» – Dr Robert H. Schuller

Une allergie, une bousculade et une rencontre !  PV 

Effectivement, Elena n'était pas convaincue par les explications de la fillette aux cheveux blonds. Rien de bien étonnant en fait, parce que dire que vous êtes en pleine forme alors qu'on dirait qu'on vient de vous assassiner, c'est plutôt contradictoire.

« Tu m'en diras tant... Bon écoute, si tu refuses de te reposer une heure ou deux, assieds-toi au moins cinq minutes. Le temps que ta crise de toux soit passée, d'accord ? » lui dit sa camarade d'un ton conciliant.

Pour dire la vérité, Joy n'était pas particulièrement tentée par l'optique de s'asseoir au beau milieu d'un couloir, mais elle n'eut pas le trop choix puisque sa camarade de Serdaigle la força presque à s'asseoir. Tentant du mieux qu'elle le pouvait de retenir un rire face à la protection abusive dont faisait preuve Elena, l'aiglonne sortit encore un autre mouchoir de sa poche pour se moucher une nouvelle fois. Pendant ce temps, sa camarade avait déposé toutes ses affaires à côté d'elle — elle s'occupait vraiment d'elle comme si elle était atteinte d'une maladie incurable, c'était dingue ! —.

Cela fait, la fillette aux cheveux noirs se laissa également retomber à côté de l'autre Serdaigle mais avant qu'elle n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit, le sac de Joy — ou plutôt ce qu'il contenait — émit un petit bruit pitoyable en s'agitant. Une lueur de panique sembla passer dans les yeux de Elena, bien qu'elle soit parfaitement calme lorsqu'elle s'adressa à sa camarade.


« Euh... Joy ? Ton sac... Il bouge et il couine... C'est normal ? »

Un peu amusée par la situation, la petite blonde haussa les épaules avec un sourire. Elle n'était pas du tout inquiète par le phénomène, puisqu'elle savait parfaitement que c'était Haïkiti, son Boursouflet, qui avait émit le couinement. D'humeur taquine cependant, l'aiglonne laissa planer le doute.

« Ça débend ce que tu entends bar dormal... » répondit-elle d'une voix énigmatique.

Bon, l'ambiance mystérieuse qu'avait essayé d'instaurer Joy était quelque peu décrédibilisée par le fait qu'elle parle du nez, mais sa réponse n'en était pas moins étrange. Puisque Elena n'avait pas l'air d'apprécier le doute que laissait planer l'aiglonne, celle-ci sortit Haïkiti du sac et le lui déposa sur l'épaule, tout sourire.


« C'est Haïkidi, bon Boursouflet ! C'est Biss Holloway qui be l'a offert, il est bignon hein ? » lui dit Joy, non pas peu fière de son adorable animal de compagnie.

Non. Non, il n'était pas mignon. Du moins c'est ce que faisait croire le départ soudain d'Elena, qui s'empressa de partir du couloir. L'aiglonne ne comprit pas trop quel désintérêt lui avait pris, et elle se jura de lui en toucher un mot plus tard. Pour l'instant, l'important était de trouver un nouveau stock de mouchoirs.


Reducio
Ce post a été modifié afin que le RPG puisse être terminé et clôturé suite au ban d'Elena.

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.