Couloirs

Inscription
Connexion
  Retour

Une visite guidée ?  PV 

Louis nettoya pour la sixième fois ce matin ses lunettes, d'un geste assez nerveux. Il avait encore trouvé un mystérieux rendez-vous de la part de Melpomène, dans les couloirs cette fois-ci. Toujours aussi mystérieux, ses rendez-vous ! Le pauvre enfant de moldu en était presque inquiet de voir autant de messages de sa part, d'autant plus qu'elle ne lui avait pas adressée un mot durant l'entrainement, ce qui était déjà assez perturbant. Le garçon se demandait s'il allait vraiment rejoindre l'équipe de Quidditch de sa maison... Il était pour le moins étonné qu'on avait fait attention à lui, un garçon qui ne connait rien du Quidditch. On lui demandait parfois, d'un coup, comme ça, son équipe de Quidditch préféré, mais il ne connaissait aucune équipe... Hormis celles de Poudlard, et heureusement encore. Mais dans le monde magique sportif, il ne connaissait rien. Il espérait qu'il pourrait réussir à s'intégrer en apprenant un peu plus de choses sur le Quidditch et les équipes célèbres.

*Faut que j'y aille...* songea Louis.

Il sortit de sa salle commune en poussant un profond soupir, pour évacuer le stresse occasionné, et il sortit de sa salle commune, en croisant au passage un passage un élève qui avait apparemment du mal à trouver la solution de l'énigme posée par la porte. Il continua de marcher, regardant la note dans sa main qu'il avait pris avec, regardant la salle précise devant laquelle il a été invitée. Il regarda chaque porte du château défiler, se demandant à chaque fois ce qu'elles pouvaient bien cacher, avant d'arriver devant ce qui semblait être la porte où il avait été invité par Melpomène. Le blondinet regarda autour de lui en redressant ses lunettes sur son nez d'un geste anxieux, se demandant où diable elle était. Etait-il arrivé trop tard ? Ou a l'inverse n'était-elle pas encore arrivée ?

*Ce serait bien ma veine que je ne sache déjà plus me repérer...*

Il décida de patienter ici. S'il cherchait encore la salle, Melpomène pourrait arriver ici - ce qui voudrait dire en passant que c'est bien le bon endroit du lieu de rendez-vous - et dans ce cas là, ce sera lui qui sera en retard. Les jambes un peu fébriles, le jeune sorcier - du moins songea-t-il qu'il devait s'appeler tel quel - se laissa tomber sur le sol pour s'asseoir, rapprochant avec ses bras ses deux genoux contre son torse, adossé contre le mur. Il regardait tout autour de lui, son esprit curieux s'éveillant un peu. Il regardait chaque brique dont était composé le mur, pour se demander comment les fondateurs avaient imaginer les plans de ce si grand château. Il observait aussi les torches, éteintes de par la lumière qui entrait dans le château. D'ailleurs, il se demandait par quel enchantement cela fonctionnait. Quelqu'un passait-il dans les couloirs pour les allumer, ou étaient-ce elles qui s'allumaient et s'éteignaient toutes seules ?

Il se dit finalement qu'il allait s'amuser à... compter le nombre de brique sur un mur. Ça aurait pu sembler stupide pour n'importe qui, mais ce n'était pas le cas du jeune surdoué qui faisait tranquillement ses multiplications, se disant avec espoir qu'au moins il en saura plus sur le château, bien que les sorciers devaient certainement en avoir rien à faire du nombre de briques sur les murs.

« Le rêve; le seul paradis qui puisse exister dans ce monde. »

Une visite guidée ?  PV 

En retard, en retard, elle était toujours en retard ! Le pauvre Louis Slyfield allait finir par être totalement effrayé, entre le recrutement de Quidditch où elle n'avait pas pu lui adresser un mot, et maintenant, un autre rendez-vous où elle n'était pas... Pourtant, elle avait essayé, mais en passant devant la grande salle, elle avait aperçu Paul Bricou à la table des Poufsouffles, et surtout... Son bol sans surveillance. Elle n'avait pas pu résister. Une araignée qui passait par là et un sortilège de Lévitation plus tard, elle était partie avec sa journée illuminée. Enfin, juste avant de se rappeler pourquoi elle était sortie de sa chère salle commune au départ. Elle lui avait donné rendez-vous devant une salle de classe à l'opposé du château. Ce n'était pas pour l'embêter, simplement, elle avait prévu de lui faire visiter le château et c'était le parfait point de départ. Elle-même se perdait constamment lors de sa première année, et ce n'est qu'avec la carte maraudesque qu'elle avait enfin pu se repérer.

Melpomène y était presque lorsqu'elle croisa une autre fillette, sûrement en première année aussi, car elle avait l'air un peu perdue. Melpomène comptait partir, bien décidée à ne pas s'occuper de tous les élèves perdus du château, quand elle aperçut son blason. Jaune. Une Poufsouffle. Comme qui ? Paulinou. Après ce qu'elle avait fait, il allait sûrement vouloir se venger, non ? Et dans ce cas, mieux valait savoir à l'avance ce qu'il préparait... Une fillette perdue, ça pouvait facilement se manipuler, non ?
Elle se dirigea vers elle et lui dit :


" Salut, je suis Melpomène, tu es perdue non ? Viens avec moi, je vais t'aider ! "

Et avant même que la Poufsouffle ait pu répondre, elle lui prit le bras et l'emmena dix mètres plus loin au tournant du couloir, devant le point de rendez-vous. La délicatesse n'avait jamais été le fort de Melpomène, mais au moins, elle n'avait pas de nouveau oublié Louis. Il était assis par terre, sûrement en train de l'attendre. Mais au lieu de s'excuser, la jeune fille s'exclama :

" Louis, tu es déjà là ? Regarde, j'ai amené une amie ! "

Ah, ce que cela était agréable de pouvoir se servir à nouveau de sa voix... Si les Serpentards avaient voulu la faire taire, ils se rendraient bien vite compte que c'était peine perdue. Melpomène n'allait plus arrêter de déblatérer désormais.
Simplement, à trop parler, elle finissait par oublier d'écouter les autres. C'est pourquoi elle se tourna vers la fillette, prenant conscience d'une chose très importante qu'elle ignorait, et même vitale :


" Euh, tu t'appelles comment déjà ? "

Bon, avec un peu de chance, un seul des deux premières années s'enfuirait en courant avant la fin de la visite.

« How do you expect me to use a potty? I could fall into that monstrosity. » Paul Bricou, à propos de son irrationnelle peur du pot.
Nous, oublier ton anniversaire ? N'importe quoi. Joyeux anniv' Joy !

Une visite guidée ?  PV 

Cela faisait maintenant un mois que Meredith Dewon avait été répartie dans la maison Poufsouffle. De sang-mêlé, la petite rousse ne connaissait personne les premiers jours de classe. D'ordinaire extravertie et ouverte aux autres, elle avait cette fois ci décidé de rester discrète. Ou peut être ne l'avait elle pas décidé ? Enfin, c'est ce qui se passa. Pendant la première semaine, elle ne parla pas à grand monde. Ses voisins de table essayaient souvent d'engager la conversation, mais Meredith ne faisait rien pour que discussions s'ensuivent. Elle répondait simplement aux questions qu'on lui posait, sans en poser d'autres.
Il est étrange que le caractère d'ordinaire si sociable et si joyeux de la première année se modifie ainsi à son entrée au collège. Elle était devenue timide, discrète et assez réservée. Peut être était-ce à cause de l'immensité intimidante du château, de la proximité de tant d'apprentis sorciers que ce changement était dû. Meredith ne savait pas. Oh, bien sûr, elle retrouverait vite son caractère jovial. Il lui suffirait d'un peu d'aide qu'elle n'acceptait pas de ses voisins de table.
Enfin, mis à part ce changement subit, Meredith se plaisait beaucoup à Poudlard. Elle aimait errer dans le labyrinthe de couloirs et passer d'une salle à l'autre. Elle aimait découvrir des passages secrets, tout comme prendre ses repas à la table des Poufsouffle. Même les professeurs semblaient accueillants. Alors oui, dans ce château où tout, depuis les tableaux jusqu'aux fantômes, en passant par les armures et les escaliers têtus, respirait la vie, Meredith allait bien.

Meredith consulta sa montre. Elle avait encore deux heures avant le dîner, et elle avait terminé tous ses devoirs en avance. Elle se demanda si elle saurait comment trouver la bibliothèque dans ce dédale de couloirs. Elle avait bien besoin d'un peu de lecture distrayante. Elle finit par hausser les épaules, jeter son sac sur l'épaule et sortir de la salle commune, située près des cuisines. Dans les couloirs, elle croisa un petit groupe de garçons de Poufsouffle qui devaient être en sixième année, et pressa le pas, légèrement effrayée. Malgré la réputation de gentillesse qu'avait sa maison, elle préférait rester méfiante et ne pas se trouver à la porté d'un plus grand qu'elle.

Elle traversa des couloirs, des tapisseries, monta des escaliers...Avant de s'arrêter brusquement. Elle ne reconnaissait pas ce couloir. Elle avait encore dû se perdre... Meredith se concentra, et tourna sur elle-même pour tenter de reconnaître quelque chose. Un petit groupe de Serpentard passa devant elle en ricanant. Elle devait avoir l'air ridicule à tourner sur place, complètement perdue. C'est alors qu'une jeune fille plus âgée la dévisagea, puis le blason jaune et noir sur sa poitrine. Quant elle reconnut le blason de Poufsouffle, son visage s'éclaira et elle s'avança vivement vers elle.


" Salut ! lança-t-elle . Je suis Melpomène, tu es perdue non ? Viens avec moi, je vais t'aider ! "

Et avant même que Meredith ait le temps d'assimiler son nom, la jeune fille l'attrapa par le bras et l'entraîna avec elle. La poigne de Melbedène, Melparaben, ou la jeune fille au nom étrange, était implacable. On aurait dit une main d'acier ! Meredith se demanda si elle retrouverait jamais totalement l'usage de son bras, puis brusquement, la jeune fille s'arrêta, et ouvrit une porte.
La salle de classe était presque vide. Il n'y avait qu'un garçon blond à lunettes, assis le dos contre le mur, les genoux serrés contre lui et encerclés par ses bras.


" Louis, tu es déjà là ? S'exclama-t-elle quand elle l’aperçut. Puis elle ajouta : Regarde, j'ai amené une amie ! "

Dans cet instant d'inactivité, Meredith put enfin examiner sa kidnappeuse. Elle avait les cheveux bruns, de grand yeux et un visage rond. D'après la couleur de sa cravate, elle était à Serdaigle et un écusson brillant sur sa poitrine indiquait qu'elle était capitaine de l’équipe de Quidditch de sa maison. Voyant qu'elle la dévisageait, la Serdaigle se tourna vers la Poufsouffle et lui demanda d'une voix qui se voulait douce mais qui ressemblait plutôt à un cri surexcité :

" Euh, tu t'appelles comment déjà ? "

Meredith la regarda à nouveau puis se dit qu'elle ne risquait rien à donner son nom à cette inconnue.

"Me...Meredith. Meredith Dewon."

La petite rousse se pinça les lèvres et regarda la Serdaigle d'un regard perçant. Enfin, elle fit la navette entre elle et son bras, toujours enserré dans l'étau de sa main, qui commençait à devenir rouge. Ce regard voulait bien sûr dire :

* Hum...Tu permets ? *

La Flamme de Loyauté jamais ne vacille ni ne s'efface

Une visite guidée ?  PV 

Louis était en train d'observer un tableau, qui semblait étrangement le fixer, quand soudain, il entendit des pas dans le couloir. Quand il tourna la tête pour voir qui était-ce, il reconnut Melpomène en train de, visiblement, kidnapper une élève de Poufsouffle, d'après son blason. Il haussa les sourcils, un peu surpris et se demandant si tout cela n'était décidément pas un complot avec les premières années pour un quelconque bizutage. D'ailleurs, la Serdaigle s'exclama et s'étonna sur le fait qu'il était déjà présent - sans le saluer au passage, ce qui surpris et intimida un peu le garçonnet - en présentant ensuite une "amie". Louis en conclu donc qu'elles se connaissaient, ce qui l'intimida un peu plus car il avait l'impression de faire tâche, dans ce couloir. Il se releva, tripota nerveusement ses mains.

Finalement, il faillit pouffer de rire en voyant que Melpomène ne connaissait même pas le nom de la Poufsouffle qui ne connaissait vraisemblablement même pas la Serdaigle. Il se retint de rire, souriant toutefois devant la scène, d'autant plus que la Poufsouffle semblait ne même pas comprendre ce qu'elle faisait ici. Elle se présenta sous le nom de Meredith Dewon, un nom, bien évidemment, inconnu de l'enfant de moldu. Tandis que la fille regardait son poignet à moitié torturé par le bras de Melpomène à cause de son kidnapping, Louis se dit qu'il devrait peut-être se présenter, bien que Melpomène avait clairement dit son nom.


« Euh... m... moi c'est... c'est euh... Louis... Louis Slyfield... » dit-il, pas très à l'aise toutefois.

En tout cas, il était rassuré de pouvoir enfin entendre Melpomène. La séance d'entrainement avait été assez stressante vu que Louis était quasiment le seul à pouvoir parler, au point qu'il s'en était sentit extrêmement mal à l'aise, d'autant plus que la Serdaigle est une inconnue. Enfin, une inconnue... Façon de dire. Il ne se souvenait pas s'être clairement présenté. Mais il savait au moins ce qu'il fallait savoir. Melpomène était en deuxième année, et déjà capitaine de l'équipe de Quidditch de Serdaigle. Après cela, il ne savait rien d'elle. Et ne parlons même pas de la pauvre Poufsouffle qui était encore plus inconnue que Melpomène !

« Le rêve; le seul paradis qui puisse exister dans ce monde. »

Une visite guidée ?  PV 

"Me...Meredith. Meredith Dewon."

Vu l'air qu'affichait Meredith Dewon - puisque tel était son nom - Melpomène avait une attitude pour le moins étrange. Mais elle n'avait toujours pas l'air de s'en soucier, car malgré le regard insistant que portait la jeune Poufsouffle sur sa main tenaillant son bras, la deuxième année ne changea rien. Peut-être était-ce parce qu'elle était particulièrement de bonne humeur et qu'elle préférait ignorer ce qui pourrait, ne serait-ce que très légèrement, gâcher sa journée ? Heureusement, le petit Serdaigle était là pour sauver sa camarade.

« Euh... m... moi c'est... c'est euh... Louis... Louis Slyfield... »

Ah non, il cherchait seulement à... Comprendre, peut-être. Après tout, cela faisait deux fois que la sorcière lui donnait rendez-vous sans rien lui expliquer ! Melpomène lui sourit et, au grand bonheur de Meredith, lâcha son bras pour saisir celui du garçon. Elle avait vraiment hâte de montrer à ces deux petits nouveaux les secrets du château, ou du moins, ceux qu'elle avait su découvrir. Bien entendu, elle en garderait certains pour elle... Comme les cachettes qu'elles s'étaient jurées de ne révéler à personne avec Amaëlle ! Mais rien qu'avec le reste, elle avait de quoi les impressionner !
Elle tenait donc fermement le bras de Louis, toujours sans s'en soucier, et lui expliqua avec animation :


" Je voulais te faire découvrir Poudlard ! Et Meredith vient avec nous, n'est-ce pas ?"

Elle se tourna vers la fillette en hochant vigoureusement la tête. Melpomène n'attendait visiblement aucune réponse de sa part puisqu'elle partit directement dans un couloir. Elle avait lâché Louis, et heureusement ! Sinon le pauvre petit sorcier aurait été entraîné dans la marche bien trop rapide de la fillette. Elle s'arrêta devant une porte et attendit d'être rejoint par ses deux camarades. Qu'ils étaient lents ! Même en utilisant la magie, ils n'auraient jamais fini de visiter le château à ce rythme ! Une fois qu'ils furent arrivés, elle leur expliqua :

" Ici, c'est la salle de bain des préfets. Elle est vraiment magnifique ! J'ai la chance de pouvoir l'utiliser quand je veux, parce que, voyez-vous, je suis capitaine d'une équipe de Quidditch ! Et pas n'importe laquelle, la meilleure de Poudlard : Les Unchained Hawks ! "

Elle avait débité cela en pointant son insigne du doigt et avec une fierté flagrante. Pourtant, son discours était légèrement exagéré... La meilleure équipe de Quidditch de Poudlard, pour le moment, était sans conteste les Red Lights. Les Unchained Hawks, eux, étaient bons derniers au classement. Mais Melpomène n'aimait pas perdre la face, alors elle criait à qui voulait l'entendre que ce jour-là, Colorado avait triché pour attraper le vif d'or, qu'à tous les coups, il avait caché sa baguette dans sa manche et lui avait lancé un sort de confusion.
Il n'était pas question que les trois élèves passent la journée devant une porte qu'un seul d'entre eux pourraient franchir, alors Melpomène reprit sa route. Cette fois, elle les emmena devant un grand tableau. Le secret de celui-là, elle pouvait le révéler. Ce n'était ni un passage secret, ni une cachette où Amaëlle aurait pu cacher des Patacitrouilles, alors il n'y avait aucun risque. Elle attendit encore une fois les deux autres enfants, à la traîne. En les regardant arriver côte à côte, elle se dit qu'ils formaient plutôt un beau tableau... Peut-être que grâce à elle, ils deviendraient de très bons amis..? Bref, quand ils arrivèrent à sa hauteur, elle prit son air de pure conspiratrice, se pencha vers eux et leur ordonna :


" Grattez la tête de la marguerite, vous aurez une surprise... "

« How do you expect me to use a potty? I could fall into that monstrosity. » Paul Bricou, à propos de son irrationnelle peur du pot.
Nous, oublier ton anniversaire ? N'importe quoi. Joyeux anniv' Joy !

Une visite guidée ?  PV 

" Euh... m... moi c'est... c'est euh... Louis... Louis Slyfield... "

Meredith Dewon fut contente d'apprendre le nom de ce Serdaigle et, vu le ton balbutiant qu'il avait employé, elle était aussi satisfaite intérieurement de découvrir qu'elle n'était pas la seule à être mal à l'aise. La petite Poufsouffle afficha un sourire timide à Louis Slyfield avant de reporter son attention sur l'autre Serdaigle, dont le nom lui était encore confus. Enfin, au plus grand soulagement de Meredith, Melpo...heu...la Serdaigle plutôt, lâcha son bras pour agripper celui de Louis Slyfield qui n'en eut pas l'air très enchanté.
Puis Serdaigle-girl dit à Louis quelque chose du style qu'elle allait lui faire visiter le château, et que Meredith viendrait avec eux.
Meredith voulut protester, elle comptait aller à la bibliothèque ! Mais la fille se tourna vers elle et hocha la tête.


* Ok, pensa Meredith. En fait j'ais pas mon mot à dire...*

A peine avait elle pensé ça que la jeune Serdaigle lâcha le bras de son congénère et disparut dans le couloir. Meredith jeta un regard anxieux au garçon resté dans la pièce et hésita un instant. Pendant un moment, elle fut tentée de ne pas suivre la jeune fille. Rien que pour la contrarier et se venger de ce kidnapping express. Mais Meredith avait un bon fond, et elle n'était pas à Poufsouffle pour rien ! Alors elle soupira, haussa les épaules, et sortit de la salle de classe juste à temps pour voir la fille disparaître à l'angle du couloir. Meredith pressa le pas pour ne pas la perdre vue. Elle sentit la présence de Louis Slyfield qui devait courir à sa suite avant de voir enfin la Serdaigle s'arrêter brusquement devant une porte. Elle expliqua qu'il s'agissait de la salle de bain des préfets, au passage en se vantant un peu de son statut de capitaine de l’équipe de Serdaigle...
Voyant que les deux nouveaux ne répondaient pas, elle reprit son chemin et s'arrêta deux couloirs plus loin devant un grand tableau. Elle regarda Meredith et Louis qui, côte à côte, semblaient assez mal à l'aise. C'était en tout cas ce que pensait Meredith. Enfin, la malicieuse jeune fille leur dit :


" Grattez la tête de la marguerite, vous aurez une surprise... "

Meredith observa un instant la marguerite sur le tableau et se demanda si ce n'était pas un piège...Elle s'était déjà faite avoir par un Serpentard et elle s'était alors retrouvée couverte d'Empestine. Légèrement affolée, Meredith recula d'un pas pour se placer en retrait de Louis et de la fille, pour inciter l'un ou l'autre à le faire à sa place... Meredith n'était pas une froussarde, elle était même parfois courageuse dans le temps. Mais là, confrontée à une Serdaigle plus âgée et un garçon de cette même maison...Meredith préférait ne pas s'y risquer.

La Flamme de Loyauté jamais ne vacille ni ne s'efface

Une visite guidée ?  PV 

Elle attrapa soudainement le bras du pauvre garçon qui réprima un "Aïeuh !" de justesse, grimaçant un peu. Il ne tenta pas de s'y défaire, d'une part parce qu'il pourrait vexer Melpomène, d'autre part parce qu'elle était plus âgée que lui. Déjà qu'il avait un poids plume et une force quasi-inexistante... Il se demandait si ces conditions physiques se répercuteraient dans son maniement à la baguette magique... Quoiqu'il en soit, il se retrouvait limite prisonnier du poigne de Melpomène qui, excitée, lui dit qu'elle voulait lui faire visiter Poudlard. L'attention fit plaisir à Louis qui laissa échappé un timide sourire en guise de réponse. Elle lâcha son finalement son bras, qui envoyait des messages désespérés à son cerveau depuis quelques minutes, et il le massa en glissant un regard timide vers la Poufsouffle, qui le regardait aussi. Il détourna ensuite le regard en rougissant un peu.

Il vit ensuite la Poufsouffle partir et s'élancer à la poursuite de la Serdaigle. Ne voulant pas se retrouver dans ce château qui devait faire la taille de Londres - c'était une hyperbole - Louis se dépêcha de suivre la Poufsouffle, en trottinant. Il n'aimait pas courir, mais il aimait encore moins se perdre, alors il allait devoir y donner du siens ! Quelques secondes plus tard, il se retrouva à côté de Meredith et Melpomène, devant une porte. La Serdaigle leur expliqua que c'était la salle de bain des préfets. Louis haussa les sourcils, un peu étonné. Les préfets avaient une salle de bain personnels ? C'était presque du favoritisme, non ?... Mais il ne dit rien à Melpomène, un peu intimidé et timide pour poser une quelconque question. Il n'avait aucune question, d'ailleurs. En revanche, la fille n'hésita pas à dire qu'elle pouvait l'utiliser à sa guise car elle était capitaine de la meilleure équipe de Quidditch de Poulard, les... hawk... Eune... Louis n'avait pas très bien compris le nom, mais il pensa que c'était l'équipe qu'il allait peut-être rejoindre un jour - après un entrainement particulier, d'ailleurs. Quoiqu'il en soit, Louis avait la très désagréable impression qu'elle se vantait... Et qu'elle vantait aussi l'équipe de Serdaigle, d'ailleurs. Cela mit très mal à l'aise Louis, qui n'aimait pas vraiment la vantardise. Il dansait sur ses pieds et jouait nerveusement avec ses mains, remontant constamment ses lunettes sur son nez.

Quelques autres minutes plus tard, Melpomène les emmena devant un tableau, à l'apparence assez banal. La seule différence avec les autres tableaux, nota Louis, c'est qu'il semblait immobile contrairement aux autres, dans lesquels il y avait des personnes qui bougeaient, qui parlaient même ! Elle leur demanda, sur l'air de la confidence, de gratter la tête de la marguerite, sur le tableau, prétextant qu'ils auraient une surprise. Comme la Poufsouffle, Louis fit un petit pas en arrière. Il venait tout juste d'arriver à Poudlard, dans le monde magique plus généralement, et il n'avait pas envie d'être piégé. Et il ne voulait pas pleurer comme un gamin parce qu'il aurait reçu il-ne-sait-quoi sur la figure. L'hypersensibilité, c'est pas facile tout les jours... Heureusement, il savait plus ou moins le dissimuler.

Finalement, pour faire plaisir à Melpomène, Louis s'approcha timidement du tableau, l'air visiblement livide. Mais il était toutefois curieux. Après tout, Melpomène n'était pas si méchante que ça. Elle ne ferait pas un vilain coup à un enfant de moldu. Et puis, il aimerait bien en savoir plus sur le monde magique. Qui sait ce qui se passerait s'il grattouillait la tête de la marguerite ? D'un geste hésitant, il approcha sa main de la marguerite.


*C'est autorisé, ce que je fais ?...* s'inquiéta-t-il.

Il savait que les premières années étaient des cibles idéales à être attirées dans la forêt-interdite, par exemple, de sorte qu'ils reçoivent une punition à peine sont-ils arrivés. Mais finalement, il se dit qu'il aurait qu'à dire que c'était Melpomène qui l'avait poussé à faire ça, si du moins c'était interdit. C'était un peu méchant de "balancer" comme on dit dans le monde moldu, mais l'injustice est bien pire que ça...

Finalement, il leva son doigt et gratta doucement la tête de la marguerite, avec un geste un peu tremblant.

« Le rêve; le seul paradis qui puisse exister dans ce monde. »

Une visite guidée ?  PV 

Les deux enfants avaient reculé en entendant la demande de Melpomène. Quelle bande de pleutres... La fillette allait en pousser un à lui obéir, elle était leur aînée après tout ! Mais Louis se sacrifia , avec néanmoins beaucoup d'hésitation. Il s'approcha du tableau, leva sa main et, du bout du doigt, gratta la marguerite.
Cette dernière commença alors à bouger. Elle fit remuer ses feuilles, puis ses pétales, s'ouvrit un peu plus, frissonna et... ATCHOUM ! Elle éternua sur le pauvre garçon. Un nuage rosé sortit du tableau, ainsi qu'une forte odeur : un mélange de fleurs. Louis était parfumé pour la journée !
Melpomène éclata de rire. Il n'avait plus le choix : pour se débarrasser de l'odeur (certes loin d'être désagréable, mais plutôt insistante et féminine), il devrait aller prendre une douche ! Ce que Melpomène ne lui laisserait faire qu'une fois la visite du château terminée. La marguerite avait reprit sa position initiale et les trois enfants purent continuer leur déambulation. Ils passèrent devant un couloir dans lequel Melpomène ne tourna pas. Ici, un tableau cachait une créature monstrueuse : mi-bourdon géant, mi-faucheuse, et elle était suffisamment traumatisée par sa rencontre pour toujours faire de longs détours plutôt que de repasser devant. Elle passa aussi devant un tableau dont elle connaissait le secret, mais celui-ci, elle le gardait pour Amaëlle et elle. En chemin, Melpomènee s'adressa à Meredith :


" C'est une très bonne astuce pour venir se parfumer à l'oeil, juste avant un bal par exemple... "

Ce qui, pour l'instant, n'avait jamais été le cas pour Melpomène. Le seul bal de Poudlard dont elle avait entendu parler était fini depuis longtemps, et elle n'y avait pas participé. Mais jamais elle n'avouerait qu'elle venait parfois le soir, juste pour le plaisir de sentir bon... Elle n'aimait pas passer pour une fille superficielle. Toujours en s'adressant à Meredith, elle essaya de prendre son air le plus innocent possible (ce qui, vous vous en doutez, ne fonctionnait pas du tout) :

" Sinon, tout sa passe bien pour toi ? Les garçons de ta maison sont gentils ? Parce que j'ai entendu dire que les deuxième années Poufsouffle étaient parfois très moqueurs envers les nouveaux... Si tu as besoin d'en parler, n'hésite pas ! "

Bon, on avait déjà fait plus subtil. Mais c'était un bon moyen pour orienter la conversation vers ce qui intéressait Melpomène.
Elle avait à peine finit sa phrase que les enfants arrivèrent face à un mur. Ils avaient désormais le choix entre aller à gauche et monter de sombres escaliers en colimaçon, ou bien tourner à droite et continuer dans un couloir rempli d'armures imposantes et un peu trop propres. Depuis le temps qu'elle visitait ces couloirs dans toutes les conditions possibles et imaginables, Melpomène savait ce qui les attendait de chaque côté. Elle était tout de même toujours plus sûre d'elle lorsqu'elle avait sa carte maraudesque ; ce qui était le cas ici. Ou du moins, c'était ce qu'elle croyait... Sa précieuse carte était en réalité restée sur sa table de chevet, et dans sa poche se trouvait un brouillon pour son devoir de Sortilèges. Mais la jeune fille aurait bien le temps de s'en inquiéter plus tard.
Pour le moment, plantée au milieu du couloir, elle attendait une réponse à ses questions ; et aussi qu'un des deux première année prenne la tête de la visite.

« How do you expect me to use a potty? I could fall into that monstrosity. » Paul Bricou, à propos de son irrationnelle peur du pot.
Nous, oublier ton anniversaire ? N'importe quoi. Joyeux anniv' Joy !

Une visite guidée ?  PV 

Ce fut Louis qui, en courageux petit Serdaigle, gratta la marguerite en tremblant. La Serdaigle-girl qui, sans que Meredith en soit véritablement certaine, s'appelait Melpomène, regarda le doigt bouger d'un air avide. Alors, la marguerite sur le tableau s'anima et éternua sur Louis qui ne semblait pas savoir ce qui se passait. Il y eut un petit panache de fumée rose et, une seconde plus tard, Louis embaumait un parfum floral, qui aurait été très agréable sur une fille. Meredith se pinça les lèvres. Elle était à la fois soulagée de ne pas avoir cédé au vœux de Melpomène et, en même temps, elle voulut rire. Mais bien sûr, par soucis de ne pas vexer le garçon, elle décida de se retenir et elle prit un air surpris très convaincant.
Melpomène ne s'attarda pas plus devant le tableau, et elle repartit dans les couloirs, les deux première année à ses trousses. Melpomène raconta quelque chose à Meredith qui ne l'entendit que d'une oreille distraite (elle l'était à cause du nouveau parfum de Louis qui sentait assez bon).
Cependant, elle entendit distinctement les questions que la Serdaigle posa quelques instants plus tard...


" Sinon, tout se passe bien pour toi ? Les garçons de ta maison sont gentils ? Parce que j'ai entendu dire que les deuxième années Poufsouffle étaient parfois très moqueurs envers les nouveaux... Si tu as besoin d'en parler, n'hésite pas ! "

Meredith fut tellement abasourdie par la question qu'elle s'arrêta brusquement, et Louis lui rentra dedans. Elle se répandit vivement en excuses puis rattrapa Melpomène qui s'était arrêtée au carrefour de trois couloirs. Apparemment, la Serdaigle attendait une réponse, mais Meredith ne savait pas la-quelle donner. Enfin, elle décida de bredouiller :

" Euh...les...les garçons ? Ben je...Je ne sais pas trop...Je...je ne leur parle pas tellement...

Puis, Meredith fut prise d'une soudaine inspiration et enchaîna, légèrement plus sûre d'elle :

" C'est...C'est drôle que...que tu parles de deuxièmes année perturbateurs...Parce que...les...les Poufsouffle sont presque tous très...très gentils...par contre, je connais une...enfin, des Serdaigle qui accostent les plus jeunes et qui...les kidnappent alors que les autres veulent simplement...aller à la bibliothèque !

Meredith se demandait bien comment Melpomène allait se sortir de là, cette fois ci.

La Flamme de Loyauté jamais ne vacille ni ne s'efface

Une visite guidée ?  PV 

Une fois grattée, Louis put admirer la plante en train de soudainement s'animer, de bouger, avant qu'elle fasse un soudain "ATCHOUM" qui lui fit faire un bond en arrière. Trop tard, malheureusement, pour le petit Serdaigle qui se retrouvait noyé dans une fumée entièrement rose. Le parfum entra dans ses narines et Louis se retrouva charmé. C'était un très bon parfum, un parfum qui attirerait pas mal de garçon si une fille en portait. Sauf que quand la fumée se dissipa... le parfum perdurait sur lui tandis que Melpomène riait comme une folle. Il renifla. Non, le parfum était toujours présent. Et toujours aussi féminin. Il se sentit affreusement rougir jusqu'aux oreilles et baissa la tête, mortellement gêné. Il voulait à tout prix fuir pour pouvoir se laver - si du moins il trouvait l'endroit où se laver - et échapper à l'affreux parfum. Sauf qu'il y avait quelques petites problèmes... D'une part, Melpomène serait assez sadique pour le forcer à se promener avec elle dans les couloirs, donc ce n'était même pas la peine d'y penser. D'autre part, se balader seul dans les couloirs étaient un risque aussi. Pas pour se perdre, mais plutôt à cause du parfum. S'il passait à côté d'un groupe de garçon avec cette odeur, on allait se moquer de lui. Il ne voulait pas qu'on croit qu'il aime bien porter des parfums pour fille ! Tandis que s'il restait à côté de Melpomène et Meredith, au moins, chaque personne qui sentirait le parfum mettrait ça sur le dos d'une des filles, donc pas de danger. Il approuva ce plan à son lui-même, dans sa tête, et suivit à contrecoeur Melpomène, toujours aussi gêné et rouge.

Quelques minutes plus tard, Louis percuta Meredith qui s'était soudainement arrêté. Le garçon, qui avait les jambes tremblantes depuis qu'il s'était prit un nuage rose dans la figure, perdit son équilibre et chuta en arrière, tombant sur ses fesses en poussant un timide "Aïeeeuh...". Le garçon rougit un peu plus et se releva rapidement, chancelant un peu, avant de s'adosser contre le mur. Après réflexion, il se dit que les murs pouvaient aussi bien avoir des surprises que les tableaux... Du coup, il recula immédiatement du mur comme s'il avait vu un fantôme et se planta au milieu du couloir, pas vraiment à l'aise, tandis que les filles semblaient parler entre elles, une conversation que Louis ne voulait surtout pas perturber.

Par contre, le blondinet à lunettes ne put s'empêcher de sourire à la dernière réponse de Meredith. Il se retenait de rire. La Poufsouffle avait réussit à lui retrouver le sourire, elle qui voulait juste aller à la bibliothèque avant d'être soudainement kidnappée par Melpomène ! Mais, l'air un peu boudeur, Louis tourna la tête en cessant son sourire, faisant mine d'admirer le mur. D'ailleurs, il l'admirait vraiment. Les murs étaient loin d'être comme celles d'une maison ou même d'un château moldu. Il restait planté là, à attendre. Hors de question pour lui de reprendre la tête de la visite. La fleur tout à l'heure avait fait partir son coeur à 80km/h et l'avait un peu chamboulé. Ah, et un peu vexé aussi. Il s'était fait piégé et maintenant il allait se balader avec un parfum pour fille sur lui... Qu'allait-il dire aux Serdaigle quand il entrerait dans la salle commune ? Il serait bien obligé d'y aller pour se laver...


*Ils vont se moquer de moi, c'est certains... J'ai peur...*

Louis caressant son bras gauche avec sa main droite en tremblotant un peu. Depuis sa dernière école primaire moldue, il avait peur qu'on le rejetait, pour une raison x ou y. En primaire, les raisons étaient nombreuses, puisqu'il était surdoué. Or, un surdoué n'a pas forcément la même logique que les autres, ni le même humour. Et Louis était très mature contrairement aux autres enfants, ce qui faisait que ces derniers le rejetaient... Donc si on pouvait le rejeter pour ça, on pouvait le rejeter à cause d'un parfum... D'ailleurs, Louis se demandait s'ils connaissaient les surdoués...

*Mieux vaut faire profil bas quand même, au cas où...* conclu avec amertume le jeune garçon.

« Le rêve; le seul paradis qui puisse exister dans ce monde. »

Une visite guidée ?  PV 

" Euh...les...les garçons ? Ben je...Je ne sais pas trop...Je...je ne leur parle pas tellement... C'est...C'est drôle que...que tu parles de deuxièmes année perturbateurs...Parce que...les...les Poufsouffle sont presque tous très...très gentils...par contre, je connais une...enfin, des Serdaigle qui accostent les plus jeunes et qui...les kidnappent alors que les autres veulent simplement...aller à la bibliothèque ! "

Qu'est-ce que Meredith voulait dire par là ? Kidnapper des premières années... Elle reconnaissait bien quelqu'un dans cette accusation... Toujours ce maudit Poufsouffle ! Ce n'était pas possible, elle prenait sous son aile une pauvre première année perdue, et il fallait forcément qu'il vienne l'embêter !
Attendez, cela ne tenait pas debout. Elle venait seulement de rencontrer la jeune fille et elle ne l'avait pas quitté depuis, alors il n'avait aucun intérêt à faire ça (enfin sauf celui d'être encore plus bizarre). Alors de qui parlait Meredith ? Melpomène regarda autour d'elle d'un air suspicieux, comme pour chercher quelqu'un de malveillant. Mais elle n'était pas un strucoscope, car sinon, elle aurait tout de suite compris qu'elle-même était visée par la remarque de la Poufsouffle. Après une longue réflexion, enfin, elle comprit. Elle hésitait entre le prendre très très mal, être très très gênée d'avoir mis tout ce temps à saisir, ou être très très gênée parce que... Eh bien, parce que Meredith n'avait pas totalement tort... Mais elle préféra ignorer royalement la remarque et se tourna vers Louis. Après tout, avant que Meredith ne vienne s'imposer dans leur virée, elle avait prévu de lui parler !


" Au fait, Louis, tu es officiellement accepté dans l'équipe de Quidditch de Serdaigle, les Unchained Hawks ! Tu dois être super content ! Pour l'instant, on a seulement besoin d'un remplaçant, alors il faudra que tu me dises les deux postes auxquels tu veux jouer. "

Encore une fois, elle n'avait pas l'air de tenir compte de l'avis du garçon. Mais en même temps, qui refuserait une telle opportunité ? Surtout que Melpomène allait à coup sûr les mener à la victoire ! Enfin, elle lui précisa tout de même :

" Ne t'inquiètes pas, je te réexpliquerai toutes les règles. J'ai eu un petit problème la dernière fois, mais... Il est réglé. "

Les trois enfants étaient restés durant tout ce temps au milieu du couloir, sans se décider du chemin à suivre. Melpomène allait donc devoir pousser un des deux première année à poursuivre, quel que soit le chemin. Mais qui allait-elle choisir ? Louis, le petit blondinet à lunettes, de sa propre maison, sentant bon le parfum féminin et nouvellement intégré à son équipe de Quidditch ? Louis qui avait tellement l'air d'un premier de la classe que Melpomène l'aurait sûrement terriblement moqué avant d'entrer à Poudlard, comme savent si bien le faire les enfants ? Ou bien Meredith, la pauvre Poufsouffle qui se disait kidnappée (alors que non, Melpomène voulait juste l'aider. Et se venger aussi, mais avant tout, l'aider), et qui avait jusque là échappé au pire ? Sans hésiter, Melpomène se tourna vers sa proie, un grand sourire aux lèvres :

" Meredith, tu nous montre le chemin à suivre s'il te plaît ? "

« How do you expect me to use a potty? I could fall into that monstrosity. » Paul Bricou, à propos de son irrationnelle peur du pot.
Nous, oublier ton anniversaire ? N'importe quoi. Joyeux anniv' Joy !

Une visite guidée ?  PV 

Cette fois-ci, Meredith ne pouvait s'y méprendre. Melpomène ignorait complètement l'avis des deux première année. Après avoir esquivé la question de la rouquine, l'accusant de kidnapper des élèves innocents, elle parla à Louis d'une histoire de Quidditch qui concernait l’équipe de Serdaigle et que Meredith n'écouta pas, elle se tourna vivement vers la Poufsouffle et lui dit, tous sourire :

" Meredith, tu nous montre le chemin à suivre s'il te plaît ? "

Le chemin ? A suivre ? A Meredith de montrer ? La rouquine s'inquiéta. Elle avait déjà réussi à se perdre toute seule, et maintenant il fallait qu'elle se perde devant des Serdaigles ?! Melpomène la détestait donc ! Perplexe, la fillette se mit à trembler en même tant que l'inquiétude qui grandissait dans sa poitrine. Dans quoi avait elle laissé Melpomène l'embarquer ? Comment pouvait elle se sortir de ce pétrin ? Meredith se tourna de nouveau vers Melpomène, avec l'intention de refuser. Mais, sans savoir pourquoi, avec une impression étrange, elle en vint à la conclusion que la Serdaigle avait peut être besoin d'un gang de première année apeurés.
C'est pourquoi elle rassembla ses maigres souvenirs du châteaux, mijotés dans sa tête durant un mois, pour finir par se dire qu'elle connaissait cette partie du château. Elle se souvenait de cette intersection, avec d'un côté un couloir souvent bondé et de l'autre un escalier en colimaçon. Elle se souvint aussi que le couloir contenait des armures, et de nombreux élèves chahuteurs aimaient se cacher derrière elles et surprendre les première année sans défense. C'est pourquoi Meredith décida de prendre l'escalier en colimaçon. Cet escalier menait dans un des endroits préférés de Meredith...


"La tour d'Astronomie !" annonça-t-elle aux deux autres, qui l'avaient suivie, avec des allures de présentateur de jeux télévisés.

Dans cet endroit, où Meredith venait souvent, et se sentait en confiance. Elle aimait beaucoup s’asseoir près des arches et balustrades pour contempler la vue, surtout dans ses accès de solitude. Car, de là, l'horizon s'ouvraient aux jeunes gens, et dévoilait le vaste monde. Meredith se tourna vers les deux autres et bredouilla, beaucoup moins assurée que l'instant d'avant :

"Je...j'aime bien venir ici quand...enfin...quand mes amis sont...enfin...quand je suis seule."

Bien malgré elle, le ton qu'elle avait cherché à masquer laissait suggérer qu'elle était souvent aussi seule. Mais elle ne laissa pas le temps aux deux Serdaigle d’éprouver une quelconque compassion et, en y repensant, Meredith se trouvait bien égoïste de penser qu'on pouvait s’intéresser à elle, elle s'approcha de la balustrade, sortit sa baguette magique et fit jaillir des petites étincelles violettes vers le ciel qui virait au rose dans le soleil qui commençait à se coucher. Le jet lumineux éclata en une petite pluie d'étincelles, et Meredith ne put que se ravir de ce qu'elle avait appris en cours de sortilège. Elle se retourna une nouvelle fois vers les deux autres et, pour une fois, son sourire restait bien accroché à ses lèvres. Ce fut à Louis qu'elle s'adressa ensuite :

" Où va-t-on maintenant ?"

La Flamme de Loyauté jamais ne vacille ni ne s'efface

Une visite guidée ?  PV 

Louis regardait ses pieds, peu à l'aise. Il fallait dire que les dires de Meredith pouvaient très bien vexer ou énerver Melpomène, et Louis voulait tout sauf assister à une violente dispute. Rien qu'à y penser, il en avait les jambes qui tremblaient ! Mais, étonnement, Melpomène ignora totalement ses dires, sans doutes parce qu'elle ne savait pas vraiment quoi répondre, en conclu le garçon. Elle se tourna en effet vers Louis et lui annonça une nouvelle aussi réjouissante qu'effrayante pour le petit nouveau, fraichement arrivé dans le monde magique. En effet, il a été accepté dans l'équipe de Quidditch de Serdaigle, à savoir les Unchained Hawks, si Louis avait bien entendu. La fille pensait qu'il serait content, et c'est à la fois vrai et faux. En fait, Louis était en effet enchanté de servir dans une équipe, et encore plus qu'on ait remarqué du potentiel chez lui. En revanche, il avait très peur de décevoir. Et s'il faisait une grosse erreur pendant un match ? Il causerait la perte de son équipe ! Il avait si peur... Si peur d'échouer... Il allait sans doutes beaucoup stresser...

Mais il répondit à la fille par un grand sourire, plutôt heureux de la nouvelle malgré tout. Il se souvenait très bien de ce que disait son psychologue: penser au positif et seulement au positif. Le reste, et notamment l'avenir, on verra plus tard. Ce n'est pas pour maintenant. Et donc le point positif qu'il devait regarder était que... il a été prit, justement ! Prit parce qu'il a certainement du potentiel ! Et encore heureux, sinon c'est à se demander comment il aurait été dans cette équipe ! Juste après avoir finit son petit discours, il ouvrit la bouche, voulant poser des questions concernant les règles. A vrai dire, il y avait plein de choses qui lui manquaient, des choses que la fille n'avait même pas pu lui dire à cause de son mutisme durant l'entraînement. Mais la fille, comme si elle était légilimens - en fait, il ne connaissait même pas ce mot - lui dit qu'elle lui donnera des précisions plus tard concernant le règlement, son petit problème étant réglé. Il ferma la bouche et sourit timidement, ne répondant rien. Il était, en fait, amusant de constater, et Louis l'avait remarqué, qu'il était aussi muet que Melpomène après la mauvaise blague des Serpentard. La fille se poserait décidément des questions... Il fallait dire qu'elle ne pouvait pas savoir qu'il a été maltraité psychologiquement à l'école primaire. Donc au bout d'un moment... on se méfie de tout le monde. Surtout de ceux qui vous invitent à des entrainements avec une petite note bizarre et qui vous noie dans un nuage rose de parfum pour fille.

Elle demanda ensuite le chemin à suivre à Meredith, et Louis suivit les deux filles sans ronchonner. Pourquoi ronchonner, de toute manière ? Si c'était pour une visite guidée, après tout, il n'était pas contre. Louis ne connaissait que très peu le château. Il avait juste réussi à trouver la grande-salle, la première salle où il est allé en arrivant, sa salle commune - encore heureux... - ainsi que la bibliothèque, qu'il a trouvé totalement par hasard au détour d'un couloir. Hormis cela, il ne connaissait rien, et quel ne fut pas son émerveillement en voyant la tour d'astronomie se dresser fièrement. Cela lui faisait penser qu'il avait cours d'astronomie, demain. Il regardait le paysage avec émerveillement, restant silencieux. Il n'avait pas répondu à la question de Meredith, comme s'il... se rejetait lui-même. Il était habitué à ce qu'on ne demande pas son avis, en fait, et s'attendait à ce que ce soit Melpomène qui réagisse. Et puis, de toute manière, où les mener ? Il ne connaissait presque rien du château ! Il se contentait d'admirer la tour d'un air béa, à vrai dire.

« Le rêve; le seul paradis qui puisse exister dans ce monde. »

Une visite guidée ?  PV 

Melpomène vit avec joie la Poufsouffle se diriger vers la tour d'Astronomie. C'était un merveilleux endroit qui symbolisait pour elle quelque chose d'encore plus grandiose : sa victoire à l'animation de Pâques ! Elle repensait encore à la montée de toutes ces marches, à son arrivée en haut et à sa joie... Elle n'était encore qu'une première année à l'époque, tout comme Louis et Meredith. Si cet endroit lui avait permis d'encore mieux se sentir dans le château, peut-être qu'il en serait de même pour ses deux camarades ? Meredith montra alors qu'elle avait bien écouté en cours (et qu'elle avait plus de talents en sortilèges que la Serdaigle) en faisant jaillir des étincelles violettes qui, mélangées à la couleur du ciel, donnaient un résultat plutôt agréable.

Sans vraiment laisser le temps aux autres de profiter du spectacle, Meredith se tourna vers Louis et lui demanda de choisir du chemin à suivre. Melpomène sourit, ravie que la fillette prenne des initiatives et pousse son camarade à en prendre aussi ! Mais Louis ne répondit pas, sûrement trop occupé à contempler le ciel. Ce n'était pas forcément une mauvaise chose car cela permettrait à Melpomène de leur montrer une autre de ses découvertes, mais déjà beaucoup plus utile... Elle regarda une dernière fois cette vue qu'elle adorait et se tourna vers les deux élèves, un sourire aux lèvres.


" Si ça ne te dérange pas Louis, je vais reprendre la tête de notre visite. J'ai quelque chose à vous montrer... "

Elle fit signe de la suivre et se redirigea vers les escaliers en colimaçon. Mais cette fois, elle s'arrêta en plein milieu : sur la quinzième marche en partant du haut pour être tout à fait exact. A cet endroit, la rampe d'escalier de gauche semblait s'être cassée ; en tout cas, elle était portée disparue. Mais Melpomène, curieuse comme elle était, avait voulut vérifier toutes les possibilités : et c'est après de longs moments de recherche qu'elle avait enfin trouvé le secret de la rampe ! Elle avait essayé beaucoup de sorts durant cette période, allant même jusqu'à en apprendre de nouveaux dans les livres des années supérieures. Finalement, c'était un sort tout simple qui l'avait aidée. Elle sortit sa baguette et murmura en pointant sa baguette sur le bord de la rampe :

" Aparecium. "

Un bouton de porte apparut en premier. Il fallait maintenant utiliser un autre sort extrêmement simple, et le tour était joué.

" Alohomora. "

Un petit "clic" se fit entendre et la porte s'ouvrit d'elle-même. Elle prit la main de Meredith et lui ordonna de saisir à son tour celle de Louis. Il ne fallait surtout pas que l'un d'eux lâche. Puis elle avança dans l'encadrement de la porte et ressortit... Où exactement ?

Elle n'avait utilisé ce passage que deux fois auparavant, mais cela l'avait toujours amenée au même endroit : tout prêt des cuisines. En fait, c'était plus exactement pile entre l'entrée des cuisines et celle de la salle commune des Poufsouffles, ce qui aurait été parfait pour Meredith. Mais étrangement, cette fois, la fillette se retrouvait totalement ailleurs, et pire encore, elle ne reconnaissait pas ces couloirs ! Elle qui pensait connaître désormais Poudlard comme sa poche. C'est donc avec un air un peu paniqué qu'elle se tourna vers ses camarades qui, malheureusement, ne risquaient pas de pouvoir l'aider.

Mais la carte maraudesque, elle, le pourrait ! Melpomène fouilla frénétiquement dans sa poche et ne trouva qu'un brouillon de devoir, au comble de son désespoir. Cette fois c'était fini, ils étaient complètement perdus dans ces couloirs sombres. Avec un peu de chance, Peeves retrouveraient leurs corps et ils auraient droit à de vraies funérailles...

« How do you expect me to use a potty? I could fall into that monstrosity. » Paul Bricou, à propos de son irrationnelle peur du pot.
Nous, oublier ton anniversaire ? N'importe quoi. Joyeux anniv' Joy !

Une visite guidée ?  PV 

Lorsque Meredith posa la question à Louis Slyfield, elle n'eut droit qu'à un vent phénoménal, dont elle ne s'offusqua pas. Le Serdaigle observait le ciel et elle savait ce que c'était de se perdre dans la contemplation de ce si beau paysage. Ce fut donc Melpomène qui reprit les initiatives, et conduisit les deux première année dans l'escalier. Elle s'arrêta brusquement à un endroit où la rampe était cassée, sortit sa baguette et, sous les yeux admiratifs des deux autres, tapota le mur en murmurant : "Aparecium". Quelle ne fut pas la surprise de Meredith lorsqu'elle vit se matérialiser devant elle un porte à la poignée dorée ! Avec un air malin, Melpomène tapota la poignée en disant : "Alohomora !" et la porte pivota sur ses gonds avec un petit déclic métallique. La jeune Serdaigle se tourna de nouveau vers les première année, prit la main de la Poufsouffle en lui ordonnant de ne pas la lâcher, et lui dit de prendre celle de Louis.

Meredith eut un petit instant d'hésitation. Prendre la main ? De Louis ? Elle se sentit rougir mais, devant l'air mi grave mi assuré de Melpomène, elle préféra s’exécuter. Elle avança timidement les doigts et, très délicatement, prit ceux de Louis. Immédiatement elle frissonna. La main de Louis était froide, douce et agréable, pourtant son contact brûla les doigts de Meredith qui se sentit à nouveau rougir. Mais bien sûr, elle n'eut d'autre choix que de suivre Melpomène qui l'entraînait avec force, et elle dut resserrer la main pour que celle de Louis ne se détache pas.

Ils arpentèrent ainsi tout un dédale de couloirs, avant que Melpomène ne s'arrête, confuse. Elle ne semblait pas reconnaître l'endroit. Elle chercha dans son sac mais n'y trouva pas ce qu'elle cherchait. Meredith lâcha la main de Louis pour examiner les lieux. Alors elle proposa :


"Heu...Ce...Ce ne serait pas les cachots ? La partie où il y a...

Elle observait le mur nu qui se trouvait en face d'elle, un mur qui lui était étrangement familié... Alors, elle se souvint: Une fille à côté d'elle en métamorphose, qui avait exprimé l'envie de visiter un peu le château. Meredith, bêtement, avait accepté de la suivre. Elles s'étaient aventurées du côté des cachots, et s'étaient retrouvées devant un mur nu exactement comme ça. Alors, une porte s'était matérialisée et deux garçons de cinquième année en étaient sortit, leur cravate vert-argent sintillants à la lueure des chandeliers...

"C'est l'entrée de la salle commune des Serpentard,affirma la petite Poufsouffle.

La Flamme de Loyauté jamais ne vacille ni ne s'efface
  Retour