Couloirs

Inscription
Connexion
  Retour

HHX : "Dangereuses photos"

Image



Wilson Kingson (5 POINTS DE FATIGUE) demande plus d'informations à Luke. Celui-ci lui répond que l'appareil est "maléfique". Est-ce que cela voudrait dire qu'on lui a jeté un sort ? Il ne sait pas qui, d'ailleurs.

Paul Bricou (11 POINTS DE FATIGUE) demande également plus d'informations. Luke réfléchit avant de répondre que bien d'autres objets sont apparus, mais dans son souvenir, l'appareil est le dernier à être apparu, avec un petit miroir de poche, comme ceux qu'utilisaient les jeunes filles pour se regarder à tout moment de la journée.

Abigail Lewis (11 POINTS DE FATIGUE) lance un Dissendium et révèle un étrange phénomène. De la même façon qu'étaient apparues les petites particules dorées autour des tableaux, un chemin de ces particules semble se dresser entre l'appareil photo dans le tableau et l'extérieur du cadre, comme si les deux dimensions étaient liées par le biais de cet appareil.

Moi, je suis en quelque sorte un philosophe. Mon sujet d'étude, c'est vous. Je fais des recherches sur vous, votre vie, votre âme.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

HHX : "Dangereuses photos"

Le portrait de Luke le froussard répondit à la question de Paul de façon énigmatique : après un moment de réflexion, il dit que d'autres objets étaient apparus dans d'autres portraits, dont un petit miroir de poche. Le Poufsouffle s'éloigna alors pour réfléchir un moment, et il ferma les yeux. Il n'arrivait pas à se souvenir de ce à quoi il pensait : l'appareil photo et le miroir de poche lui rappelaient quelque chose, mais il n'arrivait pas à se le remémorer, à part un vague rapport avec un Épouvantard. Et vu que le sien prenait la forme d'un Basilic, cela n'avait sûrement rien à voir... Pourtant, il sentait que les deux objets lui rappelaient vraiment quelque chose. Après une ou deux minutes de réflexion, il décida d'abandonner ses pensées farfelues et de réfléchir à un moyen de faire sortir ce maudit appareil photo de ce tout aussi maudit portrait.

Mais il n'y parvint pas : l'étrangeté des objets "absorbés" par les tableaux le tourmentait. Quel était seulement leur rapport ? Il n'y en avait pas. D'ailleurs, Paul commençait à ressentir une certaine lassitude. L'affaire était mystérieuse, en effet, mais elle aurait été plus passionnante si seulement elle n'était pas si exagérément mystérieuse. Ils cherchaient le moyen de contrer un sort inconnu lancé par un sorcier ou une sorcière tout aussi inconnu, pour obtenir un appareil auquel le propriétaire tient absolument pour une raison tout aussi inconnue. Quelqu'un de plus positif aurait pu penser qu'au moins, ils n'étaient pas spécialement pressés ou menacés, mais le manque de clarté de leur mission était extrêmement irritant.

Paul eût cependant la chance d'entendre Abigail Lewis prononcer une formule qu'il identifia comme étant le sortilège "Dissendium". Aussitôt, des petites particules dorées commencèrent à entourer l'appareil photo dans le tableau. Ce qui fit penser à Paul que peut-être que l'appareil était caché derrière le tableau, simplement, tout comme certains portraits dissimulaient des passages secrets un peu partout dans le château ? Le Poufsouffle sortit sa baguette puis la pointa vers le portrait de Luke le froussard, en se concentrant un maximum pour le sortilège qu'il s'apprêtait à lancer. Il s'éclaircit la gorge, retroussa ses manches, puis fit un geste aussi savant qu'inutile avec sa baguette en articulant clairement la formule :


"Alohomora !"

Il espérait vraiment qu'un résultat se fasse, même si leur problème n'était pas tout de suite réglé. Malgré tout, le trio avait déjà essayé la moitié des sorts appris en deuxième et première années et il était probable qu'au moins l'un d'entre eux aie un résultat.

Action : lancer un Alohomora sur le tableau de Luke le froussard.

HHX : "Dangereuses photos"

Paul et Wilson optèrent tous les deux pour poser des questions à Luke. Bon parler, ça fait pas beaucoup avancer les choses mais c'est toujours mieux de foncer tête baisser et foncer dans le mur. Wilson commençait à en avoir un peu marre et fallait vite trouver cette appareil car sinon il allait abandonner. Et pourtant l'échec c'est pas son truc. Luke apprit aux deux garçons que l’appareil était maléfique, apparemment, et qu'il était le dernier objet (avec un petit miroir de fille) à être entré dans le portrait. Abigail quant à elle, avait opté pour méthode dite magique, elle avait décidé de lancer un Dissendium sur le portrait. Les petites particules dorées semblaient indiquer un passage pour relier le portrait au couloir. Wilson ne savait pas très bien s'il comprenait ce qui était en train de se produire.

Wilson réfléchit, si ses petites particules dorées se sont disposés comme ça, ce n'était pas pour rien. Abby doit pas être loin de la solution avec son sortilège. Sauf que le Serpentard n'avait aucun idée de ce qu'il fallait faire à présent. Il n'avait pas été de beaucoup d'utilité pendant ses longues dernières minutes, si ce n'est pour poser des questions qui servent qu'à moitié aider. Pendant que le première année réfléchissait, Paul avait prit les choses en main et avait tenté de lancer un Alohomora sur le portrait. Les effets se fit attendre. Wilson lui pensait déjà à ce qu'il allait essayer de faire. Tout à l'heure, il avait essayé de tendre le bras pour attraper l'appareil mais il l'avait fait à l'aveugle, comme ça, bêtement. Maintenant que les petites particules indiquait un chemin, il allait essayer de les suivre soigneusement en faisant attention où il plaçait sa main, pour attraper cet appareil. S'il y arrivait, il en profiterait sans doute pour débarrasser Luke de tout ces objets inutiles qui trainent dans son tableau. Ce sera sa façon à lui de le remercier de les avoir aidés.


Tendre le bras pour prendre l'appareil, en suivant les petites particules dorées.

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

HHX : "Dangereuses photos"

Loin d'être inutile, ou alors seulement pour épaissir encore plus ce mystère qui commençait à lui donner mal à la tête, le sortilège Dissendium révéla aux trois enfants une nuée de particules de poussière dorée réunie comme pour former un chemin vers le tableau de Luke. Abby en fut la première étonnée, mais elle n'avait pas vraiment le temps de s'attarder sur la réussite de son sort pourtant lancé du bout des lèvres – de quoi rendre fière Miss Tourmaline qui craquait son poudrier depuis un an devant les résultats déprimants de sa jeune élève. C'était une drôle de forme pour un passage secret, mais ça valait le coup d'essayer. Si elle ne se serait jamais allée à essayer d'imaginer ce qui se passait dans sa tête de Poufsouffle blasé – trop peur d'être traumatisée –, Bricou transforma en acte ses propres pensées en levant sa baguette pour tenter un...

« Alohomora ! »

...tandis que Kingson s'avançait vers le tableau sur les traces des particules. Abby s'en mordait les doigts, mais toute à son étonnement de réussir son sort elle n'avait pas accordé beaucoup d'attention à la réponse qu'avait donné Luke à ses deux camarades. Elle n'avait plus qu'à espérer qu'il ne s'agissait pas d'une information capitale, sans quoi elle se retrouverait immanquablement à la ramasse. Bizarrement, ça ne lui plaisait pas plus que ça.

La baguette toujours serrée dans sa petite main, elle hésita un instant avant de la pointer sur le portrait, s'armant de patience et de concentration : elle devait tenter quelque chose, et les options n'étaient pas nombreuses. Peut-être que la première fois, il manquait certains éléments pour que ça marche ? Peut-être que la première fois, la magie qui protégeait sa cible n'était pas assez affectée pour la laisser s'échapper ? Peut-être même alors que, maintenant qu'ils avaient trouvé l'appareil et le passage qui séparait les deux dimensions, le problème n'en était plus un ?

« Accio appareil photo ! »

Sa voix n'avait pas tremblé, malgré son incertitude, et elle ignorait sincèrement si cette action, qui sonnait passablement désespérée, serait d'une quelconque utilité. Peut-être qu'elle n'avait pas le niveau suffisant pour lancer pareil sortilège ? Peut-être était-elle allée trop vite, dans sa hâte d'en finir ? Peut-être avait-elle bâclé la chose, réduisant ses efforts à néant ? Les questions qui tourbillonnaient dans son petit crâne la laissaient incertaine, mais actuellement il n'y avait qu'elle et uniquement elle. Et elle était définitivement trop grande pour de pareilles jérémiades – tout comme elle était désormais trop Gryffondor pour rester les bras croisés.

Action : attendre que Paul Bricou lance son Alohomora, puis lancer le sort Accio sur l'appareil photo


Reducio
Navrée du retard.

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles. » – Oscar Wilde
Avatar: Aiwatan (https://www.zerochan.net/1279118)

HHX : "Dangereuses photos"

Image



Wilson Kingson (5 POINTS DE FATIGUE) essaye de suivre les particules dorées pour entrer en contact avec l'univers du tableau. Cette dimension lui semble inaccessible. Cependant, en s'approchant, il remarque encore une fois le miroir qui brille dans ce tableau.

Paul Bricou (10 POINTS DE FATIGUE) lance un Alohomora. Il semblerait que cela n'ait pas d'effet.

Abigail Lewis (8 POINTS DE FATIGUE) lance un Accio. C'est tout le tableau qui va vers elle, et il manque de se décrocher. Luke lui dit : "Attention, ça secoue !"

Moi, je suis en quelque sorte un philosophe. Mon sujet d'étude, c'est vous. Je fais des recherches sur vous, votre vie, votre âme.

HHX : "Dangereuses photos"

Non, sa énième tentative n'avait pas fonctionné. Même en suivant les particules dorées, le première année n'avait pas réussi à prendre l'appareil photo. Il était toujours coincé dans le tableau. Éprouvant de l'agacement, Wilson laissa sortir un « Rohh ». Il en avait mare de cet appareil photo imprenable. Wilson s'approcha du tableau pour le regarder avec plus d'attention. Il y avait forcement quelque chose qui lui avait échappé, ce n'est pas possible autrement puisque tous ses efforts, et ceux de ses deux camarades étaient vains. Le première année se mit sur la pointe des pieds, afin d'examiner la matière avec laquelle le tableau était peint. Ouais c'était du traditionnel, Wilson ne pensa pas qu'il y est quelque chose à exploiter là-dedans. Il regarda ensuite les objets que contenait le tableau et aperçu un miroir qui semblait briller dans le tableau. Comme si, lui aussi était un objet réel enfermé. Sauf que si le trio n'arrivait pas à faire sortir l'appareil du tableau, ce sera le même problème pour faire sortir le miroir. Et puis au Luke pourra s'admirer à l'intérieur de celui-ci.

Wilson eut un petit rire en imaginant Luke entrain de regarder le miroir avant de se concentrer sur cet objet. Wilson ne voyait rien dans le reflet du miroir puisqu'il était peint sur un tableau et n'avait que l'aspect brillant. Le petit garçon le fixa en s'imaginant tout un tas de choses, comme que le miroir pouvait servir de liaison avec le tableau, ce qui est quasi-impossible ou encore il imaginait Luke en train de lancer l'appareil photo vers eux, pour le faire tomber dans le couloir. Mais rien de tout ça ne semblait possible et Wilson doutait que ce soit nécessaire d'essayer. Néanmoins, il n'avait rien d'autre à tester.


« Eh ! » s'exclama-t-il en pointant le doigt en l'air devant lui pour attirer l'attention sur lui. « Monsieur, pouvez-vous lancer un objet – autre que l'appareil photo d'abord pour essayer – à travers le miroir ? C'est peut-être stupide ce que je dis, mais au point où on en est autant tous essayer, peut-être que le miroir est le lien entre le tableau et le couloir, non ? »

Le Serpentard avait retrouvé de l'espoir. Peut-être pas pour longtemps, mais le peu qu'il avait trouvé c'était déjà ça. Il s'écarta un peu du tableau pour laisser un peu d'air à Luke et permettre à ses camarades d'interagir.

Suggérer à Luke de lancer un objet - autre que l'appareil photo - dans le miroir.

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

HHX : "Dangereuses photos"

Paul commençait à se demander si il n'était pas bipolaire. Il lui semblait avoir passé tout le temps qu'il avait consacré à chercher l'objet perdu en compagnie des deux autres élèves à osciller entre la colère, la démotivation et des lueurs d'espoirs qui s'éteignaient promptement. Les sortilèges n'avaient pas marchés, discuter avec des portraits qui n'en savaient pas plus qu'eux était totalement futile; il avait l'impression que le trio avait déjà tout essayé, sans succès. Et si rien n'avait marché, il y avait donc une solution qu'ils n'avaient pas envisagés. Mais laquelle ?

C'est en voyant un éclat dans le miroir du portrait de Luke le froussard que Paul pensa distraitement : *De l'autre côté du miroir...*. Il sourit. La situation était en effet aussi surréaliste qu'un livre de Lewis Carroll. Sauf que pour réussir ce qu'ils entreprenaient, ils n'avaient pas à tout faire à l'envers. C'est alors que le détail de l'éclat du miroir frappa le Poufsouffle. Si ce miroir avait brillé, alors il avait reçu de la lumière de provenance quelconque. Sauf que le miroir n'était pas un objet originaire du portrait mais un objet réel. Paul émit intérieurement deux hypothèses confuses : que si la lumière reçue par le miroir venait du couloir, alors le miroir pouvait encore réagir aux actions du monde extérieur, tandis que si la lumière faisait partie du portrait, alors l'objet "réel" qu'est le miroir pourrait réagir aux actions du portrait. Paul en fit la déduction qu'on pouvait peut-être interagir avec le miroir malgré la séparation que formait la couche de peinture du tableau.

Étant donné que Luke avait apparement sorti l'appareil photo d'un coffre de son portrait, il était au moins possible d'interagir avec les objets réels dans le tableau. Mais les objets réels réagissaient-ils hors du tableau ? Paul s'approcha du miroir. Était-il possible que les objets réels forment une sorte de passerelle entre le portrait et le monde... en 3D ? Sans vraie intention particulière, l'élève de Poufsouffle décida de toucher de ses doigts le miroir. Peut-être cela ne ferait que des vilaines traces de doigts sur la peinture, mais il voulait voir si le miroir renvoyait un reflet du miroir du monde extérieur. Si c'était le cas, peut-être qu'il formait réellement une passerelle entre le portrait et le couloir. Paul entendit Wilson demander à Luke le froussard de faire passer un objet à travers le miroir pour voir si il y avait une réaction quelconque. Le Poufsouffle sourit en imaginant le miroir se casser sous le choc d'un objet maladroitement lancé sur sa surface fragile.

Action : toucher des doigts le miroir.

Reducio
Je m'excuse de nouveau pour ce gros retard !

HHX : "Dangereuses photos"

Abby sursauta violemment, dans un mouvement de recul qui faillit valoir à son postérieur une rencontre rapide et brutale avec la sol dallé du couloir – et ses joues se teintèrent d'un rouge écarlate qui trahissait sa gêne et sa honte, dont étaient responsables tant sa réaction indigne d'une Gryffondor telle qu'elle les percevait que l'effet indésirable de son sort qui avait manqué de détériorer l'une des propriétés du château. Combien était précieuse cette peinture, et qu'elles seraient les conséquences pour son résident si elle en abîmait le vernis ? Les protestations de Luke ne la mortifièrent que d'avantage et elle baissa piteusement la tête, sa petite main serrée sur la baguette.

« Eh ! »

C'était Kingson. Abby leva les yeux sur le blondinet planté devant le portrait du Froussard, une nouvelle requête au bord des lèvres – visiblement, il avait échoué, quelles qu'aient été ses actions précédentes ; d'ailleurs, puisque rien avait changé, elle supposait que la tentative de Bricou s'était également révélée aussi vaine que la sienne. Elle eut un sourire un peu ironique : qui aurait cru que proposer leur aide à un jeune sorcier étranger les aurait amenés dans une telle situation ?

« ...peut-être que le miroir est le lien entre le tableau et le couloir, non ? » terminait le petit Serpentard.

Bricou s'était approché, pour effleurer la surface du tableau. Elle ignorait ce qu'il cherchait à faire, mais son collègue semblait savoir ce qu'il faisait, plus qu'elle-même, en tous cas. Derrière les deux garçons, elle parcourut le couloir de ses yeux verts, dans une vague tentative d'attirer l'attention de la Collectionneuse, avant de se reconcentrer sur la situation présente. Bien, ils avaient un appareil photo en trois dimensions dans un tableau en deux dimensions, des petites particules dorées qui semblaient figurer un passage et la faisaient presque éternuer et un miroir mégalo qu'on aurait presque pu accuser d'attirer à lui la pleine, entière et complète attention de l'assemblée.


Abby avait presque envie d'appeler son petit frère à la rescousse. A la place, elle leva sa baguette et lança un Récurvite sur le tableau de Luke en visant l'appareil photo.

*Avec un peu de chance, ça suffira à dissiper les effets du sortilège. Avec un peu de chance, avec un peu de chance... Ben quoi, ce sont des valeurs reconnues, la chance et le hasard.*

Action : lancer un Recurvite sur l'appareil photo dans le tableau de Luke le Froussard


Reducio
Navrée pour le retard.

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles. » – Oscar Wilde
Avatar: Aiwatan (https://www.zerochan.net/1279118)
  Retour