Couloirs

Inscription
Connexion
  Retour

Elle est fraîche, ma patacitrouille !  Libre 

Le courroux que Joy ressentait à l'égard de Shanti Sadhan aurait pu être largement rattrapable. Certes, ses propos scandaleux l'avaient énervée, mais ce n'était qu'une rancune dérisoire, qu'elle aurait tôt fait d'oublier quelques heures plus tard. Dans le meilleur des cas, la Gryffondor s'en serait allée sans un mot, Joy aurait regretté de s'être emportée et les deux élèves seraient restées en bons termes. Sauf que ça ne s'est pas passé comme ça - oh que non. Sadhan avait pris la mouche et, scellant ainsi le début de leur inimitié, elle dit :

« Tu m’en vois sincèrement touchée Joy. Bon si ça ne t’ennuie pas, j’ai mieux à faire. »

Son ton était glacial, ses dires ironiques, son visage teinté d'une expression malicieuse qui agaçait Joy au plus haut point. Il était rare qu'elle perde son sang-froid, alors elle se trouvait rarement confrontée à une personne plus calme qu'elle. Quand ça arrivait - et dans ce cas précis, c'était arrivé -, elle sentait son sang bouillir en elle. Elle avait l'impression que l'autre protagoniste - ou antagoniste, si vous percevez Shanti de la même façon que Joy - était en meilleure position qu'elle dans l'affrontement qui les opposait. Réussir à se contrôler moins bien que son ennemi, c'était le début de la descente en enfer et la prédiction d'une bataille perdue.

Mais Sadhan ne fit rien pour arranger la colère de Joy lorsqu'elle partit sans un mot. Alors même que la jeune Serdaigle venait de lui réclamer les Gallions qu'elle lui devait, la Rouge était partie dignement, la tête haute, ne sortant pas une seule Noise de ses poches. Un scandale. Dans la tête de l'Écossaise, rien de plus évident ; c'était du vol. Melissandre était elle aussi partie sans les payer, et deux voleuses de suite, ça faisait un peu trop pour que Joy n'exprime pas sa rage. Ainsi, dans un élan incontrôlé, la fillette dirigea sa main vers les assiettes en plastique qui volèrent et s'étalèrent sur le sol. C'était comme ça ; lorsqu'elle s'énervait, il fallait que quelque chose en subisse les conséquences. Alors qu'elle allait multiplier les dégâts, Arthur Grimms revint de ses toilettes, ce qui la calma instantanément. Elle ne voulait pas que son ami la découvre dans un état si déplorable. Elle tenta donc de faire taire son envie de casser quelque chose et répondit au sourire d'Arthur, qui lui dit :


« Elle est enfin partie ? Tu lui as dit quoi ? »

Il semblait satisfait du départ de Sadhan, ce qui était tout à fait compréhensible. Joy inspira longuement avant de lui raconter son histoire, la voix un peu tremblante d'exaspération.

« Ouais, elle est partie. Bon, en fait, ça s'est mal passé. » dit-elle en pointant son index vers les assiettes étalées au sol. « Elle m'a vraiment énervée. J'te jure que j'suis pas comme ça d'habitude, mais là... »

Elle s'interrompit, donna un coup de pied dans le vent puis elle s'abaissa pour rassembler les assiettes. Tandis qu'elle réparait les dégâts qu'elle avait causés, elle reprit son explication.

« J'lui ai demandé si elle était fière de son coup, et devine quoi ? Elle m'a répondu que oui, parce que son sort était bien réussi. Après, j'lui ai dit que c'était une idiote et que j'la détestais, puis elle m'a fait comprendre qu'elle s'en foutait. Ah, et pour finir, j'lui ai demandé de nous donner les Gallions qu'elle nous devait mais elle est partie sans me répondre. Les Gryffondor et le courage, tu causes. Les Gryffondor et l'escroquerie, ça m'parait beaucoup plus véridique. »

Elle se releva en tenant la pile d'assiettes qu'elle déposa sur la table. Heureusement, la journée se finit bien mieux que l'altercation ne l'avait auguré. Ils vendirent un nombre raisonnable de leurs patacitrouilles, dans le rire et la bonne humeur. Malgré la malheureuse rencontre qu'ils avaient fait avec deux Lionnes déchainées, les deux amis passèrent une bonne fin d'après-midi - et c'est ainsi que Joy se fit son premier et meilleur ami garçon. Comme quoi, dans la vie, rien n'était jamais prévisible. C'était ce qui faisait qu'elle valait la peine d'être vécue.

Reducio
RPG terminé.
Merci à tous, c'était super sympa ! :lol:

Il y a à Noël, au milieu de la foule et du fracas, quelques tendresses parfois ; celle d’un flocon, d’une odeur, celle d’une fleur.
Quatrième année RP.
  Retour