Couloirs

Inscription
Connexion

Au détour de deux tours  PV Laura Sombrelune 

Dire que les mois se succédaient sans encombre dans cette école, loin du monde des Moldus, leur ignorance manquait de temps à autre à Eligius. Ce qui n'avait pas changé depuis ses débuts en tant qu'apprenti sorcier, c'était bien le changement des saisons, la magie n'avait pas le pouvoir de garder le soleil haut dans le ciel sans craindre une famine et plonger l'autre moitié du globe dans le noir, pour le plus grand plaisir du jeune Serdaigle. L'hiver était sa saison favorite, chaque année il guettait le ciel à la recherche du moindre flocon, elle créait des souvenirs plus magiques que le matin de Noël. Sauf qu'à force d'y voir de la magie, Eligius en avait oublié la réalité du froid. Et oui, l'hiver arrivait avec ses grands chevaux et marchait à présent sur les sorciers de Poudlard, engourdissant mains et pieds, rendant les plus frileux aussi rigide que les armures du hall. La nuit avait pourtant été douce, mais quand le soleil s'était levé sans la menace des nuages, les branches du Saule Cogneur avait frémi ce matin-là, faisant tomber ce qu'il restait de son plumage fauve. Et donc, pour inaugurer les premières froideurs de la saison, rien de tel qu'un cours de Vol en plein air !

Eligius aimait Métamorphose parce qu'il n'avait pas besoin de travailler beaucoup pour rafler les bonnes notes, une agréable croisière pour lui en somme, mais le cours de Vol était particulier à ses yeux. Les élèves n'avaient pas à rester cloîtrer dans la même pièce, assis jusqu'à ce que leurs jambes s'endorment d'ennui, à respirer la poussière des livres. Non, c'était un cours qui permettait de respirer l'air frais de l'extérieur, et Ô quel Bien ça pouvait faire aux cerveaux chargés des jeunes sorciers ! Une poignée d'élève seulement, sûrement s'était pris une bibliothèque sur la tête quand ils étaient petits, aurait préféré se retrouver à travailler sur leurs devoirs.

Quand Eligius arriva devant le professeur, les yeux humides par l'excitation et l'air glacé, il senti que quelque chose n'allait pas. Il regarda à sa gauche, le lapacho d'ordinaire si fleuri était nu comme un ver. Tout comme le garçon qui n'avait qu'un pull bleu pour couvrir ses épaules. Lorsque le professeur ouvrit la bouche, l'élève appréhendait ses mots.


« Monsieur Featherwood, auriez-vous oublié votre tête sur votre oreiller ce matin ? Je ne veux pas recevoir un hibou de vos parents vous sachant malade parce que vous êtes monté sur un balais sans autre protection que votre bêtise ! Allez me chercher vos gants et votre robe avant que je ne vous brûle les os ! »

Le sourire d'Eligius s'effaça, par pure politesse, le professeur aurait pu croire qu'il se moquait. Quelque part, il en venait à espérer que le scénario se produise, le hibou des Featherwood avait tendance à punir le destinataire qui allait tenter de décrocher le courrier de son bec et de ses pattes. Voir le professeur avec des blessures inexpliquées sur le front et le nez à la prochaine séance aurait bien faire rire le garçon. Malheureusement, ce n'était pas le moment de chercher les problèmes, cela affecterait peut-être son bulletin et Eligius ne pouvait pas se le permettre alors qu'il prévoyait d'intégrer un jour les Unchained Hawks, avoir des bonnes notes en Vol était une question de vie. C'est pourquoi il s'exécuta sans commentaire et rentra au château.

Tandis qu'il montait les escaliers en colimaçon menant à la salle commune, il entendit une voix familière. Difficile de ne pas reconnaître le ton aigu et traînant du tableau friand d'énigmes.


« Pourquoi je vous aiderai ? Qu'est-ce qui me dit que vous n'êtes pas une petite manipulatrice essayant de tromper les gardiens des salles communes en se faisant passer pour une innocente élève de Poudlard ? Hm ? Qui plus est, vous refusez de répondre à ma question...

Eligius fut surpris par la conversation qu'il venait de surprendre. Ce n'était pas la première fois que le tableau refusait l'accès à la salle commune, ses énigmes étaient parfois tordues, mais jamais il n'avait accusé quelqu'un d'avoir de mauvaises intentions. L'élève en question n'avait de chance, sûrement se prenait-il la conséquence d'une mauvaise journée. Quelqu'un avait-il fait une mauvaise blague ce matin ?

- Allons, laissez donc entrer cette fille, regardez sa robe...

Il s'arrêta alors qu'il pointait du doigt la-dite robe, qui portait les couleurs de Griffondor. Surprenant.

- Voyez ! Quelle affaire pourrait avoir une élève de Griffondor dans les environs ? Elle n'a rien à faire ici ! »


Eligius aurait menti en disant qu'il n'avait pas eu la même pensée, il y avait de quoi la rendre suspect en effet. En examinant la suspecte, quelque chose de désespéré sur son visage suffit à convaincre le garçon. Elle avait l'air de la même année. D'abord, essayer de comprendre ce qu'il se passait.

« Dis-moi, quel est ton nom et que viens-tu faire ici ? C'est ta chance de dissiper un malentendu, donc réfléchis bien à ce que tu vas dire pour ta défense.

En fonction de ses réponses, Eligius prendrait une décision, à savoir l'aider ou ne pas l'aider. Il était juste venu récupérer ses affaires. Si elle hésitait, c'est forcément elle cachait quelque chose, dans ce cas, il irait en discutait avec la préfète plutôt que de se préoccuper des affaires des autres.

AQUILAE DORMIENS NUNQUAM TITILLANDUS
"All birds find shelter during rain, but Eagle avoids rain by flying above the clouds."
"Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade"
♦ RNA de Serdaigle ♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Au détour de deux tours  PV Laura Sombrelune 

Ah l’hiver ! La neige ! Ce grand mental blanc qui enveloppe les élèves de Poudlard. Laura ADORE l’hiver ! La ou elle peut, avec sa sœur, faire de grand bonhommes de neige encore plus grand quelles, des batailles de neige à n’en plus finir. Les films de noël sous une grande couverture chaude, les chocolats chaud… Ah ! Que de souvenir pour une si jeune personne ! Aujourd’hui c’est la première fois que Laura passe noël autre part que blottit contre son aimante famille ! Cela lui manque, mais elle ne peut pas rentrer chez elle pour les vacances de noël, donc elle doit bien faire avec !

Maintenant, faisons partir les souvenir et laissons place au cours ! C’était potion pour la fillette, c’était plutôt de la pratique aujourd’hui ! Laura est tellement dans ses souvenirs perdus qu’elle en oublia même ses affaires ! Quand elle s’en rendue compte, il était déjà trop tard, c’est devant sa salle de cours que la petite gryffonne du retourner en courant dans sa salle commune. Elle partit en direction de sa chaleureuse salle commune. Une fois arriver devant le tableau qui devait normalement la laissera passée, elle dit le mot de passe et celui-ci lui répondue.

« Ce n’est pas le bon mot de passe. »

Comment ça pas le bon mot de passe ? Laura essaya un autre mot de passe, mais toujours rien. La fillette commença à paniquée, elle regarda le tableau de plus près, ce n’est pas la grosse dame ! Mais où est-elle ? En tout cas, elle n’est pas devant sa salle commune. Laura se tourna vers le tableau devant elle et lui demanda de l’aider, mais ce tableau ne semblait pas d’accord et lui répondue

« Pourquoi je vous aiderai ? Qu'est-ce qui me dit que vous n'êtes pas une petite manipulatrice essayant de tromper les gardiens des salles communes en se faisant passer pour une innocente élève de Poudlard ? Hm ? Qui plus est, vous refusez de répondre à ma question... »

En effets, Laura n’as pas tant de temps que ça, si ce tableau ne voulait pas l’aider, alors elle allait devoir se débrouiller toute seule ! Mais avant qu’elle n’eu le temps de faire quoi se que soit un jeune garçon derrière elle venait d’arriver.

« - Allons, laissez donc entrer cette fille, regardez sa robe... »

Qui était-ce ? Laura n’en avait aucune idée, d’ailleurs, il devait sûrement croire que la gryffonne venait de sa maison, car ce garçon ne venait pas de Gryffondor, elle en était sûr ! La première année ravala sa salive : qu’allait t-il se passé quand ce nouveau venue allait voir que Laura ne venait pas de sa maison…

« - Voyez ! Quelle affaire pourrait avoir une élève de Griffondor dans les environs ? Elle n'a rien à faire ici ! »

Et bien voilà, effectivement Laura n’a rien à faire ici. Elle commença à avoir peur, après tout peut être que se garçon est le préfet de sa maison, que d’ailleurs Laura ne connait pas. Le jeune garçon qui semblait avoir le même âge qu’elle s’avança vers la fillette aux cheveux violets et lui dit.

« Dis-moi, quel est ton nom et que viens-tu faire ici ? C'est ta chance de dissiper un malentendu, donc réfléchis bien à ce que tu vas dire pour ta défense. »

Laura commença à trembler, qu’aillait-elle répondre ? Qu’une seule réponse était logique pour la fillette : la vérité. Elle devait répondre du tac-au-tac pour ne pas éveiller les soupçons. D’ailleurs, comment peut-on soupçonner une petite fille aussi innocente ?

« Je… Je m’appelle Laura… J’ai du me trompée de tour, je…Je viens de Gryffondor, j’ai cru que c’était l’endroit pour aller dans ma salle commune, mais j’ai du me trompée…Je...Désoler. »

La petite fille aux cheveux violets n’espérait qu’une seule chose, que le garçon en face d’elle le croit, même si théoriquement, elle ‘n’avait rien à se reprocher… Mais lui n’en savait rien. Laura se retourna et semblait chercher quelque chose, elle devait absolument retrouver sa salle commune et trouver ses affaires de potions, elle hésitait à lui demander s'il s’avait où était sa salle commune. Après tout, il est peut-être en deuxième année !

« D’ailleurs, tu ne serais pas où est la salle commune de Gryffondor, je dois vite aller chercher des affaires enfaîte, c’est pour ça que je suis ici… »

Fit Laura avec bien plus d’assurance que dans sa dernière phrase. Au pire, si le garçon ne la croyait pas, la fillette pouvait toujours compter sur sa professeure pour la défendre de n’avoir rien fait de mal !

Au détour de deux tours  PV Laura Sombrelune 

Elle se disait Griffondor, pas de doute là-dessus à en juger par sa robe, mais le fait qu'elle se soit réellement perdue en cherchant sa salle commune était davantage douteux. Si Eligius n'avait pas déjà été en retard, il aurait vérifier ses propos auprès de Mr Ainsworth, le directeur de Griffondor. Le Serdaigle décida de la croire pour le moment, s'il venait à s'avérer qu'elle lui avait menti, les conséquences tomberont d'elle-même. C'est dans ce genre de situation qu'un sorcier trouverait une utilité à un Scrutoscope. Il se détendit se résolut à lui venir en aide, quel sorcier aurait laissé une camarade dans le pétrin, il devait au moins tendre une main, voire un bras. Au fond, le garçon maudit les valeurs que lui avait enseigné ses parents, un élève égoïste et sensé aurait du récupérer ses affaires et partir sans faire d'histoire.

- La salle commune de Griffondor... ? Non, aucune idée. Je devrai me perdre moi aussi, avec de la chance je pourrais réussir à en faire une carte de ce château. C'est un véritable labyrinthe avec ces escaliers qui n'en font qu'à leur tête, haha !

Eligius avait un jour loupé l'heure du dîner alors qu'il sortait d'Histoire de la Magie. Lorsque l'on a l'estomac vide, la nuit paraît longue. L'idée de descendre aux cuisines du château se prendre un petit en-cas de minuit l'avait obsédé pendant des heures avant que son esprit faible ne craque. Dommage pour lui, un professeur avait mis fin à son escapade nocturne.

- Je vais t'aider, parce que je suis quelqu'un de gentil, tu comprends ? » plaisanta-t-il avant d'ajouter, pour ne pas passer pour une bonne poire : « Mais je te préviens, ce ne sera pas gratuit ! Attends-moi là, je dois récupérer quelque chose.

Eligius tapota la tête de la fillette, comme un chaton à qui il aurait ordonné de rester tranquille. Il fit alors face au tableau têtu.


- Je reconnais là Monsieur Featherwood avec la platine de ses cheveux, mais avez-vous le cœur d'un aigle ? Le Polynectar pourrait être revenu à la mode chez les élèves. Répondez à mon énigme et je vous laisserai passer. Hum hum : Je vous accompagne pendant une période de votre vie, et ce, sans que...

- L'innocence.


Le tableau parut surpris de l'affront du jeune Serdaigle qui venait de répondre avant qu'il n'ait pu finir d'énoncer l'énigme en entier.


- Vous m'avez déjà posé cette question il y a trois semaines, expliqua-t-il. Vous devriez songer à renouveler votre stock.

- Chose promise... » bouda le tableau en s'ouvrant sur le passage pas secret menant à la salle commune de Serdaigle.

La salle commune était vide à l'exception de deux Troisième Année qui révisait un sortilège que le garçon apprendrai plus tard. Il monta dans sa chambre, Noah et Louis n'étaient évidemment pas là. Dans sa malle débordante de Baguettes magiques à la réglisse – en prévision d'une nouvelle crise de famine nocturne – il trouva sa cape d'hiver, froissée. Les gants en cuir de Dragon se trouvaient bien dans la poche intérieure. Eligius n'aimait pas ces gants, évidemment, car ils montraient toute la bourgeoisie pompeuse de la famille Featherwood. Bien que Georgia avait décidé de couper la pureté du sang de la lignée en faisant un enfant avec un Sang-mêlé, elle mettait plus d'effort à montrer la richesse de la famille, ils avaient perdu leur nom et leur qualité, mais pas leur prospérité. Et Eligius ne comprenait pas cette fierté, au contraire, il se sentait parfois honteux de se reposer sur une fortune acquise par ses ancêtres, certains s'étaient sali les mains pour ça. Pas de quoi envier un tel héritage si vous voulez son avis. en passant devant un petit miroir, il se rendit compte que sa course l'avait mis dans un sale était. Il leva machinalement la main et essaya d'aplatir ses cheveux.

« Ça, c'est un combat perdu d'avance. » dit alors son miroir d'une voix sifflante.

Il remit les gants à leur place, prit la cape sous le bras, et retourna auprès de la Griffondor perdue.

« Bon, cherchons donc après ta salle commune, ça ne doit pas être sorcier d'y parvenir. Si seulement un sort existait pour tracer son chemin !

Eligius sortit sa baguette de sa robe et imita un geste traçant des sillons au sol allant jusqu'aux escaliers de la tour. En y réfléchissant un petit peu, même si ce sort existait, il ne pourrait pas fonctionner à Poudlard. Le garçon se souvenir de ses cours d'Histoire de la Magie, quand le professeur avait parlé de la fondation de ces murs et des protections mises en œuvre, tout avait été prévu pour s'y égarer afin de ne pas simplifier l'infiltration d'intrus. Eligius ne connaissait à ce jour que la Carte du Maraudeur permettant cet exploit. L'exception qui confirmait la règle. Finalement enjoué par cette petite aventure qui se profilait, il encouragea la jeune fille :

- Commençons par rebrousser chemin. Laura, c'est bien ça ? Par où es-tu venue ? »

Reducio
Citation du Prisonnier d'Azkaban, Chapitre 4

AQUILAE DORMIENS NUNQUAM TITILLANDUS
"All birds find shelter during rain, but Eagle avoids rain by flying above the clouds."
"Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade"
♦ RNA de Serdaigle ♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Au détour de deux tours  PV Laura Sombrelune 

« La salle commune de Griffondor... ? Non, aucune idée. Je devrai me perdre moi aussi, avec de la chance, je pourrais réussir à en faire une carte de ce château. C'est un véritable labyrinthe avec ces escaliers qui n'en font qu'à leur tête, haha ! Je vais t’aider, parce que je suis quelqu’un de gentil, tu comprends ? Mais je te préviens, ce ne sera pas gratuit ! Attends-moi là, je dois récupérer quelque chose. »

Après ses mots, le garçon tapa sur la tête de Laura comme un pauvre chaton perdue.
Après ses mots, le garçon tapa sur la tête de Laura comme un pauvre chaton perdue. Avant même qu’elle n’eut le temps de répondre un mot son camarade s’approcha du tableau de sa salle commune.


- Je reconnais là Monsieur Featherwood avec la platine de ses cheveux, mais avez-vous le cœur d'un aigle ? Le Polynectar pourrait être revenu à la mode chez les élèves. Répondez à mon énigme et je vous laisserai passer. Hum hum : je vous accompagne pendant une période de votre vie, et ce, sans que...
- L'innocence.
- Vous m'avez déjà posé cette question il y a trois semaines, expliqua-t-il. Vous devriez songer à renouveler votre stock.

Le jeune garçon entra dans sa salle commune et la porte se « referma » derrière lui. Laura se demandait pourquoi il lui avait tapé sur la tête, avait-elle tant l’air perdu et désespérer que ça ? ... Le pire, c’est que c’était la première fois qu’elle se perdait pour aller dans sa salle commune ! Laura s’adossa contre le mur et croisa les bras puis attendit comme il lui avait dit. De toute façon, elle n’allait pas partir, pour la simple et bonne raison qu’elle avait besoin de ses affaires de potions. Et surtout que si elle partait comme ça, ça paraîtrait très bizarre pour le serdaigle. D’ailleurs, en parlant de lui, il revenu quelque minutes plus tard avec des gants dans ses mains et une cape sous le bras.

« Bon, cherchons donc après ta salle commune, ça ne doit pas être sorcier d'y parvenir. Si seulement un sort existait pour tracer son chemin !

Il sortit sa baguette de sa robe puis imita un geste traçant quelque chose au sol allant jusqu’aux escaliers de la tour. Finalement, après quelques minutes de réflexion, il remit sa baguette dans sa robe et regarda Laura.

- Commençons par rebrousser chemin. Laura, c'est bien ça ? Par où es-tu venue ? »

Par ou elle était venue ? Bonne question, elle regarda un petit peu autour d’elle et montra une direction avec son doigt.

« Je viens de par ici. Dit-elle calmement, elle marqua une pause puis continua. En faîte, toi, tu t’appelles comment ? »

En attendant sa réponse Laura avança vers les escaliers descendants en s’éloignant de la tour de Serdaigle. Elle s’arrêta quelque secondes sur une plate-forme stable. Puis continua.

« Bon, après, je sais plus vraiment où je suis passé… »

Au détour de deux tours  PV Laura Sombrelune 

Quand la fillette tendit son doigt minuscule en direction des escaliers, Eligius se frappa la tête cent fois contre le mur de pierre se trouvant à sa droite. Enfin, il ne le fit pas pour de vrai, avoir le visage en sang n'était pas son objectif, en plus Laura pouvait détaler en le voyant faire quelque chose d'aussi insensé et le tableau de Serdaigle n'allait pas laisser un tel acte se passer sans alarmer les préfets de toutes les maisons. Personne ne souhaitait avec sa trombine affichée aux yeux de tous dans le château avec la note « SORCIER BIZARRE N°1 ». Pourquoi désirait-il tant se faire du mal ? Simplement pour se réveiller d'un mauvais rêve. Alors qu'il pensait s'être levé du bon pied le matin même, il avait oublié ses affaires pour son cours de Vol, s'était fait accusé à tort d'être un individu suspect, et maintenant il faisait face à une élève qui lui inspira, pour la première fois de sa vie, de la pitié. Avant de sauter trop vite à la conclusion qu'elle n'avait pas eu la chance de naître avec des capacités cérébrales normales, il lui laissa pour la deuxième fois le bénéfice du doute, après tout la fatigue ou la neige rendait stupide le garçon. Ou elle se moquait de lui. Évidemment qu'elle venait des escaliers puisqu'il s'agissait du seul chemin menant à la salle commune de Serdaigle ! Mais en ce magnifique jour où les hiboux hululaient joyeusement, Eligius était patience, Eligius était bienveillant, Eligius n'était qu'amour.

Eligius était tenté de lui répondre qu'il n'avait pas de nom, c'était la première réponse qui lui venait à l'esprit lorsqu'on lui posait cette question. Mais il avait peur que prononcer sa réplique son un ton trahissant son irritation profondément enfouie. Il se refusa néanmoins de donner son véritable prénom, parce que... Fallait-il une bonne raison pour vouloir faire une petite blague ?


- Moi, je m'appelle Erronæus. Mais tu peux m'appeler Næus, c'est plus court et simple à retenir.


Son expression impassible ne révélait rien de la fourberie. Il l'avait suivie sans rien dire. La Gryffondor s'arrêta subitement, au grand désarroi du Serdaigle. Pour lui dire quoi ? Qu'elle ne savait pas d'où elle était venue ? Eligius eut l'idée de se rendre à son cours en la laissant derrière lui. Malheureusement il n'était pas certain de pouvoir fermer l’œil le soir venu quand il finit par se souvenir de la fillette perdue, tombée dans une salle sombre et humide des sous-sols, abandonnée aux mains malintentionnées de Serpentard. À la place, l'apprenti sorcier modèle – toux étouffée – proposa de continuer sans réfléchir et de demander leur chemin au premier venu. Personne ne vint... Situation problématique pour les deux élèves.

Lorsqu'ils passèrent dans un couloir que le garçon ne reconnaissait pas, il sentit quelqu'un l'observer. Ralentissant ses pas, il garda un œil par-dessus son épaule, au cas où une surprise allait surgir de nulle part. Finalement, la paranoïa atteignit son apogée et Eligius fit volte-face. Rien. Rien mis à part une armure eu métal rendu verdâtre par le cruel passage du temps. Derrière la visière du vieux casque le garçon intrigué n'y vit que le néant. Dans cet instant de solitude causée par sa paranoïa, Eligius se sentit stupide en interrogea l'armure immobile :


- Excusez-moi, Monseigneur Chevalier, vous ne sauriez pas par hasard comment faire pour se rendre à la salle commune de Gryffondor ?

On a toujours l'espère quelque part qu'un miracle se produise dans ce genre de situation, un miracle pote bien son nom cela dit. En revanche, la différence était que dans le monde de la Magie, tout était possible, même les miracles. Les joints de l'armure grincèrent lorsque le coude semblant mécanique se leva vers une petite porte au bout du couloir, à peine à la taille des deux première année.

- …M-Merci, répondit-il, hésitant. Je t'en prie, Laura, les dames d'abord.

La porte était minuscule, rien qui ne rendait confiant le Serdaigle. Il priait pour qu'ils aient le vent en poupe, ce qui n'était pas gagné en cette matinée pleine d’événements inattendus.

AQUILAE DORMIENS NUNQUAM TITILLANDUS
"All birds find shelter during rain, but Eagle avoids rain by flying above the clouds."
"Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade"
♦ RNA de Serdaigle ♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Au détour de deux tours  PV Laura Sombrelune 

- Moi, je m'appelle Erronæus. Mais tu peux m'appeler Næus, c'est plus court et simple à retenir.

L’expression de son camarade neutre, laissa croire à Laura qu’il disait vrai. La gryffonne se sentait asses mal, le jeune serdaigle avait accepté de l’aider pendant une heure de cours, lui aussi était sûrement en retard à un cours, et s'il la laissait ici se débrouiller ? C’était peut-être une bonne idée… Laura devait apprendre à ne pas être dépendante des autres a présent, Laura se reconcentra sur le chemin d’où elle était venue. Sa mémoire était troublée, d’où venait telle, à vrai dire, elle n’allait jamais dans cette partie de Poudlard ! Laura suivait Næus sans rien dire, l’ambiance était asses… Pesante. Les deux enfants passèrent dans un couloir que aucun des deux ne reconnaissaient –s’ils étaient touts les deux perdus ça allait être encore plus dure à retrouver son chemin !- Le garçon commençait à ralentir le pas pour une raison que Laura n’expliquait pas, il était de plus en plus méfiant. Ils arrivèrent devant une armure en métal tapie par une couche de mousse verdâtre.


- Excusez-moi, Monseigneur Chevalier, vous ne sauriez pas par hasard comment faire pour se rendre à la salle commune de Gryffondor ?

Laura se demandait vraiment si son camarade de Serdaigle avait vraiment demandé de l’aide à une armure sans vie, avant que l’armure dite « sans vie » se levât et se dirigeât vers une petite porte en pierre au bout du couloir. La petite gryffonne resta bouche-bée, elle ne devait plus jamais oublier qu’elle n’est plus dans sa petite maison à côté de son étant, elle est dans une école de magie maintenant !


- …M-Merci, répondit-il, un petit peu perturbé. Je t'en prie, Laura, les dames d'abord.
-Heu… Merci. Dit-elle tout simplement.

Laura s’avança vers cette fameuse porte, elle entra et découvrit un autre petit couloir, elle reconnaissait très bien cet endroit, c’était près de sa maison. Elle regarda derrière pour voir si son camarade la suivait, puis continua sa route, à vrai dire, elle n’avait plus vraiment besoin d’aide à partir de maintenant. La première année continua d’une marche rapide son chemin, puis quand les deux élèves commencèrent à monter des marches la petite fille aux cheveux violets s’exclama.

« Je reconnais cet endroit ma salle commune est un petit peu plus haut, merci… Beaucoup ! »

Laura monta plusieurs marches en se tenant à la rambarde en regardant derrière elle, elle sourit et s’éloigna.

« Au revoir, et désoler pour le dérangement !»
Dit-elle en riant.

Laura arriva en haut des marches, puis tourna à droite et découvrit le magnifique tableau de la Grosse Dame. « Caput Draconis. » Sans même laisser le temps au tableau vivant de répondre le tableau s’ouvrit et Laura entra dans sa salle commune rouge et or. La fillette récupéra vite ses affaires, puis redescendit en quatrième vitesse en salle de potion, elle toqua à la porte en s’excusant et reprit vite place au cours…

Reducio
Fin du RPG pour moi, je suis ABSOLUMENT désoler pour se retard impardonnable :wounded: