Couloirs

Inscription
Connexion

Marches noires ...  Libre 

Judith était arrivé il y a une dizaine de jours à Poudlard. C'était une évidence pour elle. Ses frères et sœurs étaient passés par là avant elle et donc elle n’appréhendait pas plus que ça. Sa seule préoccupation était sa future maison: toute sa famille avait fait son apprentissage chez les Gryffondor. Il était donc logique qu'elle y aille aussi !
Mais le choipeaux en avait décidé autrement ... Judith serait une Serdaigle ! Sur le coup ce fut un choc, mais loin d'être déçue, elle se dit que c'était l'occasion de se différencier de sa tribu.

******


Une après-midi, après ses cours du matin, Judith décida de faire une sieste avant de se rendre à la bibliothèque pour étudier. Son sommeil était trouble, des images sombres hantaient son cerveau ... sa famille ... son village natal ... tout avait disparu !
La jeune fille se réveilla en sursaut, suant à grosse gouttes.
*Ce n'est qu'un mauvais rêve* se dit-elle.
Elle se mouilla alors le front, enfila sa robe bleue et ses bottes noires tout en prenant sous le coude ses devoirs de potions. Elle ressemblait à peu prêt à quelque chose mais sur son visage se lisait encore les traits de sa sieste mouvementée.

La Bleue descendit alors de la tour des Serdaigles en empruntant les escaliers tournant du grand couloir central de Poudlard. Ils n'en faisaient qu'à leur tête et Judith pria pour qu'ils la laisse tranquille cette fois-ci.
Mais le sort en avait décidé autrement ...

D'un seul coup, les lumières s'éteignirent, les escaliers se mirent à trembler et judith glissa...
Elle dévala les marches comme un jouet qu'on aurait jeté dans les escaliers. Elle atterrit à une "station" qui sépare deux escaliers.
Avec elle, ses cahiers furent éparpiller dans les marches.

La tête de la jeune fille avait tapé contre une marche, et elle vit sa vision se flouter, ses yeux se fermèrent.

Lorsqu'elle les ouvrit à nouveau, elle entendu une voix, malheureusement elle ne voyait pas d'où cela pouvait venir. La lumière avait l'air d'être revenue.

* Ma têêêête ...* pensat-elle avant de voir qu'une main se tendait vers elle pour l'aider à se relever.

Marches noires ...  Libre 



Le garçon avait profité de deux heures de libre pour aller visiter la bibliothèque, histoire de trouver quelques renseignements pour son premier devoir de métamorphose qu'il avait à rendre le lendemain. Il avait donc passé une heure entre les rayonnages de livres , temps suffisant pour mettre un point final à son devoir, et puis avait décidé d'aller faire un petit tour.
Ce grand château était tout nouveau pour lui, comme pour la grande majorité des premières années, et il était bien décidé d'en faire le tour, petit à petit. Ça ne lui plaisait pas beaucoup de se perdre à chaque fois qu'il était un peu à la bourre, se mettant d'autant plus en retard et se retrouvant tout penaud à expliquer que c'était la faute des escaliers.

Néanmoins, un peu trop perdu dans ses pensées, il commença à grimper les marches sans prendre en compte les signes précurseurs des mouvements des escaliers. Il se retrouva, la bouche ouverte sous la surprise, ses yeux presque translucides écarquillés, son torse encore fin pressé contre la rambarde où il s’agrippa fermement. Ses boucles brunes, un peu trop longue, se rassemblèrent devant ses yeux au moment où la lumière s'éteignait. Lorsqu'il ne perçut plus de secousses, il redescendit de deux marches et sauta sur ce qu'il espérait être un pallier. Il resta un peu accroupi jusqu'à recevoir un livre dans le pied, ce qui le fit grimacer, et entendre quelque chose qui dévalait les marches sur sa gauche.

La lumière revint à ce moment et il fut tout étonné de découvrir une fille, étalée dans les marches, ses livres, cahiers, parchemins et plumes étalés autour d'elle. Elle avait dû tomber, se faire mal même étant donné que les marches de pierre n'étaient les plus tendres pour un atterrissage. Il s'avança, ramassant le bouquin qui était arrivé jusqu'à lui et tendit sa main libre vers elle pour qu'elle la saisisse.


- Hé, ça va ? Pas trop de amochée ?


Un rictus inquiet s'était installé sur son visage, ses sourcils se fronçant un petit peu et ses lèvres adoptant une moue compatissante. Il s'accroupit à côté d'elle et l'aida à se redresser un peu, pour qu'elle puisse s'asseoir sur une marche et reprendre ses esprits. Il constata seulement à ce moment là qu'elle portait les couleurs des Serdaigle mais qu'elle avait l'air suffisamment jeune pour être une première ou deuxième année. Il ne l'avait encore jamais vu en tout cas.

- Je sais pas ce que c'était mais ça m'a fiché la trouille.




Marches noires ...  Libre 

Judith était sonnée. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, sa vision fut troublée sans qu'elle ne puisse lutter. Elle sentit une main l'aider à se relever mais ne pouvait pas encore bien distinguer qui était-ce ...
Elle s’agrippa alors à sa prise pour prendre appuie et se releva en douceur. Elle sentait que sa cheville lui faisait un peu mal, surement une petite foulure rien de grave ce qui la fit tituber.
Après quelques secondes pour reprendre l'équilibre, elle se frotta les yeux avec la manche de sa robe. En relevant la tête, elle aperçut comme des taches jaunes. Un Poufsouffle ? Après tout pourquoi pas ! Les sorciers entre eux, même issus de différentes maisons, restent des êtres humains dotés de sensibilité et de gentillesse ! Et si sa mémoire est bonne, les Poufsouffle sont des sorciers justes !
Les taches finirent par laisser place au bout de quelques secondes à une robe et une cravate jaune, surmontées par une tête aux boucles brunes un peu en bataille.
*lui aussi à dut être secoué par la coupure de courant* se dit-elle.
Le visage du sorcier paraissait jeune, surement un première année ! Pourtant, elle ne se souvenait pas l'avoir remarqué en cours ... Le jeune homme avait l'air inquiet.

" Hé, ça va ? Pas trop amochée ? "

Elle n’eut pas le temps de répondre que le sorcier enchaîna:
"Je sais pas ce que c'était mais ça m'a fiché la trouille."


Elle regarda alors tout autour d'elle, pour voir où avait bien put tomber toute ses affaires, se regarda elle même et tout en époussetant la robe, répondit:

"Hm ... Ça peut aller ... Ma cheville me fait un peu mal mais je ne pense pas que ce soit grave. Toi tu vas bien ? Tu n'es pas tombé lors de la coupure de courant ? C'était vraiment effrayant !! A quoi cela peut être dut ?? Au fait ! moi c'est Judith, 1ère année chez Serdaigle et toi ?"


La jeune bleue regarda le jeune homme qui avait l'air un peu hébété ... C'est vrai qu'elle avait la parlotte la Judith ! Elle espérait vraiment ne pas l'avoir noyé avec toute les choses qu'elle venait de dire !

Marches noires ...  Libre 



Le garçon ne s'était pas attendu à une réponse immédiate, étant donné la mine déboussolée qu'elle arborait. Il patienta, le temps qu'elle se remette, qu'elle jette un regard autour d'elle puis sur elle, et il finit par la voir ouvrir la bouche. C'était bon signe déjà, elle avait compris ce qu'il avait dit et elle ne devait donc pas s'être fait trop mal à la tête en tombant. Il prêta donc attention à sa voix fluette et aux mots qu'elle prononça.

- Hm ... Ça peut aller ... Ma cheville me fait un peu mal mais je ne pense pas que ce soit grave. Toi tu vas bien ? Tu n'es pas tombé lors de la coupure de courant ? C'était vraiment effrayant !! A quoi cela peut être dut ?? Au fait ! moi c'est Judith, 1ère année chez Serdaigle et toi ?


Ah, effectivement, elle allait plutôt bien. Elle ne devait pas s'être mordu la langue pendant le choc en tout cas. Si d'abord, il avait eu l'air d'un poisson sortit de l'eau devant tant de répondant, ses songes vinrent étirer ses lèvres en un sourire amusé.

- Oui, oui, tout va bien. J'ai eu de la chance, je me suis bien accroché. Attends... Une coupure de quoi ? Cou... Rant ? Répondit-il, en bégayant sur la fin.

C'était un défaut d'être originaire d'un petit village essentiellement peuplé de sorcier : il n'avait jamais été très en contact avec le monde moldu. Du moins, il savait ce que c'était "l'électricité", il n'en connaissait juste pas les termes. Il finit par secouer la tête, tout de même chiffonné de ne pas comprendre, et lança un coup d’œil aux torches.

- Peut-être que quelqu'un a fait un blague. Ou alors c'était ce truc là... Tu sais, des Weasley... La poudre noir qui fait tout disparaître...

Il fronça les sourcils, un peu songeur, tentant de se rappeler s'il avait vu un nuage de fumée ou quelque chose du genre, mais il était trop distrait au moment où tout s'était éteint. Il conclut sa réflexion par un haussement d'épaule, signifiant qu'il n'avait pas la moindre idée. En tout cas, qu'importe le responsable de tout ça : c'était irresponsable. Il reposa son regard sur elle et comprit qu'elle attendait qu'il se présente en retour.

- Oh... Euh... Enchanté... Moi c'est Aslan, Première année à Poufsouffle. Sourit-il.

Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Marches noires ...  Libre 

Sujet clos (délais de 6 mois dépassé) - Si vous souhaitez réouvrir ce sujet, envoyez un hibou à la préfecture ou à un membre du corps professoral.