Couloirs

Inscription
Connexion

Bousculade et dispute  PV Mathilde 


Anna venait de finir son cours de potions. Elle aimait bien cette matière. Mélanger des ingrédients, provoquer des explosions et des ébullitions, tout cela était très amusant. C'était un peu comme de la cuisine, mais en plus dangereux et palpitant.
La petite fille était de bonne humeur, et marchait joyeusement dans les couloirs en saluant les tableaux. Cela ne faisait pas vraiment longtemps qu'elle était à Poudlard, mais elle adorait discuter avec les tableaux, qui savaient tout sur les ragots des couloirs. Elle les connaissait presque tous maintenant, et savait qui étaient les plus bavards.
Anna ne savait pas ou elle allait, elle voulait découvrir des passages secrets. Elle était dans le couloir menant à la bibliothèque. La petite fille adorait y aller les après midis pluvieuses et se caler sur un fauteuil avec un bon livre. Elle adorait lire et écrire. Lorsqu'elle avait découvert la bibliothèque de Poudlard, elle avait failli tomber dans les pommes. Autant de livres ! Mais ce soir, elle n'aurait pas le temps de lire. Anna avait accumulé une pile impressionnante de devoirs, et il fallait qu'elle s'y mette.
Elle songeait a son prochain devoir de métamorphose, en contemplant une grosse araignée au plafond qui tissait un fil, lorsque quelque chose la percuta violemment et la fit tomber par terre. Anna ressentit une vive douleur à la jambe. Elle releva la tête pour voir qui avait osé lui foncer dedans. Elle craignait un peu de découvrir un septième année très musclé entouré d''une bande de copains qui se moqueraient d'elle. Heureusement, ce ne fut pas ce qu'elle découvrit. C'était une Gryffondor, reconnaissable à son uniforme, qui l'avait bousculée. Elle semblait être en première année. Elle n'avait pas l'air désolée du tout, et ne lui proposa même pas de l'aider à se relever. Anna était outrée par tant de méchanceté. Elle ne comprenait pas pourquoi la Gryffondor se comportait comme ça. Anna avait entendu parler des conflits entre sa maison et celle de la fille qui l'avait bousculée, mais elle ne pensait pas que c'était à ce point. Elle s'entendait très bien avec les Poufsouffle et les Serdaigle, et ne comprenait pas pourquoi il était impossible d'être amie avec une Gryffondor.
La fille qui l'avait bousculée était plus grande et plus musclée qu'elle. Ce n'était pas bien difficile, Anna était toute menue. Elle avait des cheveux roux et lisses.
Anna se releva d'un bond et se planta devant elle furieuse. Elle n'allait pas se laisser faire tout de même ! Elle hésita un moment à lui faucher les jambes d'un coup de pied et la laisser par terre, mais jugea qu'il était plus prudent de lui faire comprendre ses pensées avec des mots. Elle n'avait pas envie de finir à l'infirmerie, écrasée par la Gryffondor.
La Gryffondor la dévisageait d'un air amusé, comme si elle se demandait ce que cette minuscule fille avec une masse impressionnante de cheveux allait bien pouvoir lui dire. Anna détestait qu'on la regarde comme ça. Elle était petite, certes, mais elle avait fait du karaté. Elle lui lança d'un ton calme et posé.


-Je comprends que tu n'arrive pas à diriger ta masse corporelle, mais tu pourrais au moins t'excuser.

Elle attendait avec impatience la réponse de la fille qui l'avait bousculée.

Un sens interdit, en somme ce n'est qu'un sens autorisé, mais pris à l'envers.
Pierre Dac
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Bousculade et dispute  PV Mathilde 

Aujourd'hui, c'était vendredi. Plus précisément l'heure juste avant le repas de midi. Mathilde était en cours d'Histoire de la magie à ce moment là. Elle ne pouvait plus attendre. La faim lui rongeait l'estomac, la sensation la plus désagréable, après avoir une gastro. Le temps paraissait interminable. Le cours d'Histoire de la Magie était particulièrement ennuyant aujourd'hui. Tic, Tac, Tic, Tac, ... La pendule n’arrangeait pas les choses à faire durer, des heures les minutes. C'est donc est sautant que Mathilde se leva lorsque la cloche sonna. Prenant son sac et fourrant ses affaires dedans, elle fut la première de la classe à arriver à la porte. Lorsque le professeur Heltowni leur indiqua qu'ils pouvait sortir, Mathilde eut l'impression d'être un boulet de canon. Elle courut en empruntant des passages secret jusqu'à la salle commune des Gryffondors pour déposer son sac. Elle n'était pas très douée en cross, mais là il n'y avait qu'un étage à monter et puis, la descente serait moins difficile. Descendant les marches à toute vitesse, au point de se rompre le coup si elle tombait, elle arriva dans le couloir de métamorphose. Ici, les élèves bavardaient, rangeaient leurs affaires, sifflotaient,... Il faisaient tout ça trèèèèès lentement, au point de faire exploser la petite, non la grande, première année qui risquait de tous les étrangler pour ne pas l'avoir laisser passer. Car, en plus, il fallait qu'ils occupent toutes la place ! Mathilde se calme, se disant, que cela ne servait à rien de s'attaquer à la moindre personne de lus que son âge, risquant fort de se retrouver à Saint Mangouste ou alors dans le bureau de Kristen Loewy, la directrice. Elle s'approcha pour suivre le rythme, se disant que cinq minutes de plus ou de moins ne lui seraient pas fatales. Néanmoins, une petite Serpentard bien maigrichonne flânait toute seule bouchant quand même un passage. Mathilde s'approcha d'elle et la bouscula violemment. La petite eut un cri de douleur et fit les gros yeux à la Gryffone. Mathilde, elle, n'était pas du tout désolée. Elle n'avait qu'a se dépêcher après tout ! Elle n'allait pas attendre éternellement. La Serpentard se releva et la regarda furieusement.
« Bah quoi ? Qu'est ce que tu as ? » lui demanda Mathilde, bien qu'elle savait qu'elle avait toutes les raisons d'être en colère.
Voyant qu'elle ne lui répondait pas, Mathilde éclata de rire en la dévisageant d'un air supérieur. Ce n'était pas avec une fille comme ça qu'elle aurait des problèmes, ça elle en était sure. Pourtant, la jeune fille ne semblait pas avoir envie d'être traitée comme ça. Elle se planta devant elle et lui dit :
« Je comprends que tu n'arrive pas à diriger ta masse corporelle, mais tu pourrais au moins t'excuser. »
Mathilde la regarda bizarrement, comme si cela semblait incroyable qu'une si petite fille puisse se défendre. Ne voulant tout de même pas qu'ai est le dernier mot, Mathilde lui répondit :
« Ma masse corporelle ? Tu ne t'est pas vue avant de dire ça. On dirait un cornichon sur patte. Et au fait, désolé, je ne t'avais pas vu, tu est trop petite pour cela. »
Elle espérait lui avoir clouée le bec. Surtout qu'elle trouvait que les Serpentards étaient plus railleurs que d'habitude. Sa revanche était prise !

Bousculade et dispute  PV Mathilde 

La Gryffondor rousse répondit.

«- Ma masse corporelle ? Tu ne t'est pas vue avant de dire ça. On dirait un cornichon sur patte. Et au fait, désolé, je ne t'avais pas vu, tu est trop petite pour cela. »

Anna était furieuse. Très subtil, l'allusion à sa maison avec les cornichons. La jeune fille aurait très bien pu se défendre en la traitant de grosse tomate. Mais, c'était une attitude d'enfant que de se disputer comme ça. Les sorciers ne se disputent pas comme ça, ils font des duels. Malheureusement, la salle de duel était fermée. Anna allait devoir faire avec. Elle avait le choix entre lui laisser tomber une armure sur la tête à l'aide du sortilège "Wingardium Leviosa" ou la faire gonfler comme un ballon. Hum. La solution du ballon était très tentante. Qu'il serait drôle de voir une Gryffondor coincée au plafond ! Malheureusement, ce sort était trop dangereux. Elle pouvait faire éclater en milles morceaux la Gryffondor. Anna n'en aurait pas eu beaucoup de remords, mais elle n'avait pas spécialement envie d'être virée de Poudlard. De puis qu'elle y était entrée, sa vie était un rêve. Elle n'allait pas tout gâcher à cause d'une Gryffondor stupide !
L'armure était la meilleure chose à faire, mais peut-être pas sur la tête. Là aussi, la fille serait en danger de mort. Il fallait mieux faire léviter seulement le casque, et le poser sur sa tête. Ensuite, Anna pourrait se moquer d'elle. C'est ce qu'elle fit, sous le regard amusé et méprisant de la Gryffondor qui se demandait ce qu'elle préparait. Un grand sourire aux lèvres, la Serpentard se concentra et incanta.

«-Wingardium Leviosa ! »

Le casque se souleva comme prévu, mais l'armure, privée de sa tête, poussa un cri de protestation et tenta de la retenir. Mais en vain. Le casque s'éleva et se plaça au dessus de la tête de la Gryffondor, qui commençait à comprendre les intentions de la Serpentard. Anna rompit le sort, et le casque tomba pile au bon endroit.

« -Tu fais moins la maligne ? »

Anna hésita entre la planter et attendre qu'elle se libère pour voir sa tête. Elle choisit la deuxième solution, et attendit.

Un sens interdit, en somme ce n'est qu'un sens autorisé, mais pris à l'envers.
Pierre Dac
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Bousculade et dispute  PV Mathilde 

La jeune Serpentard semblait furieuse. Mais, elle n'avait pas l'air d'avoir dit son dernier mot. Elle sortit sa baguette, puis semblait hésité entre deux sortilèges. Mathilde, elle, n'avait pas trop envie de rentrer en duel avec qui que ce soit. Elle espéra très fort qu'elle ne lui jettes pas de Petrificus Totalus ou un sortilège comme ça. Elle ne ferai moins la maligne ! Mais, la jeune Gryffone n'avait pas envie de faire déshonneur à sa maison en se sauvant. C'est les Serpentard qui sont comme ça ! Trouillards et arrogants, aucune raison de laisser faire la petite fille qui semblait avoir choisit son sortilège. Elle leva sa baguette furieuse, et lança un sortilège de lévitation qui arriva en plein dans une armure. Mathilde s'étonna que le sortilège ne lui soit pas destiner. Elle leva les yeux et observa la Serpentard et son drôle de sortilège. Le casque de l'armure se décrocha, approchant droit vers la jeune Gryffone. Mathilde avait le choix entre rester là à rien faire, lancer à son tour un sortilège ou esquiver celui qui approchait droit vers elle? Elle choisit la dernière proposition. Juste au moment où il allait lui tomber dessus, Mathilde baissa la tête et s'écarta d'un pas.
« Tu fais moins la maligne ? » railla la Serpentard avant de s’apercevoir que Mathilde n'avait aucune séquelle.
Elle la regarda d'un air ébahi. Mathilde observa la jeune Serpentard qui ne paraissait pas de tout contente.

« Tu veux jouer à ce jeux ? Très bien. » lui dit Mathilde, sortant sa baguette et réfléchissant à un sort.
Il ne fallait surtout pas lancer un sortilège dangereux, car dans ce cas là, Mathilde serai renvoyé, ce qui serait alors la pire chose qu'il lui serait arrivé de sa vie. Elle revu dans sa tête tout les sortilèges vu depuis le début de l'année. Le charme du bouclier, Petrificus totalus, Gonflus,.. Elle opta finalement pour un charme du bouclier, simple, au cas où la petite Serpentard tentait de lui lancer un nouveau sort. Elle allait voir ce qu'elle allait voir ! Mathilde avait eu plutôt de bonnes notes depuis le début de l'année. Ce n'allait pas être là que ça allait changer ! Mathilde attendit une nouvelle attaque de la Serpentard qui ne semblait pas avoir dit son dernier mot. Pour la déstabiliser, Mathilde lui lança :

« Alors ? La petite Serpentard a perdu ses moyens ? Faut se ressaisir ma jolie, dans la vie, le monde ne se pliera pas à tes pieds, au non... Allez, reprends ton courage à deux mains ! »
Mathilde ne savait pas l'effet que ça allait avoir sur elle, mais elle espérait qu'il ne soit pas positif. Elle en avait assez des Sepentard qui se croyait tout permis ! Maintenant, ça allait changer !

Bousculade et dispute  PV Mathilde 

Anna se demanda quel sort la Griffone allait lui lancer, mais celle-ci se contenta d'un simple bouclier. Dans sa tête Anna se dit que la jeune fille rousse était intelligente. Car si elle ne s'était pas protégée, la première année se serait mangée un Rictusempra. Maintenant, il allait falloir qu'Anna trouve quelque chose d'autre qu'attaquer en face. Ça, c'était la tactique des Gryffondors. Foncer sans regarder devant soi, en se disant que l'on est le plus fort et le plus costaud. Quelquefois, cette méthode faisait ses preuves. Mais pas souvent. Non, Anna allait utiliser ses ressources, ce pourquoi elle avait été envoyée à Serpentard. Elle allait ruser. La jeune fille prit quelques secondes pour élaborer son plan, mais la jeune fille rousse troubla ses pensées en prenant la parole.

« Alors ? La petite Serpentard a perdu ses moyens ? Faut se ressaisir ma jolie, dans la vie, le monde ne se pliera pas à tes pieds, oh non... Allez, reprends ton courage à deux mains ! »

Tsss. Anna ne comprenait pas pourquoi l'on disait que c'était les Serpentards qui étaient méprisants. Les Gryffondors l'étaient mille fois plus !
Mais la jeune fille parvint à surmonter son agacement contre son adversaire. Elle hésita à continuer le duel, mais elle n'en avait pas envie.
Elle préferait laisser la Gryffondor se battre contre les fantômes et rejoindre sa salle commune.


« Désolée, mais je n'ai pas envie de me battre avec toi. J'ai autre chose à faire. Allez, à plus !  »

Sur ce, Anna tourna les talons et s'en alla d'un pas digne. La Gryffondor penserait sûrement qu'elle s'était dégonflée, ou qu'elle était morte de peur devant elle. Ce n'était pas du tout le cas, mais Anna se fichait bien de ce qu'elle pensait.
Elel rejoignit sa salle commune sans autre incident notoire, mis à part un petit accrochage avec Peeves, qui s'amusait à lancer des encriers sur toutes les cibles vivantes. Manque de chance, le Baron Sanglant croisa sa route.

Un sens interdit, en somme ce n'est qu'un sens autorisé, mais pris à l'envers.
Pierre Dac