Couloirs

Inscription
Connexion

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

Nora Starks se trouvait dans un couloir bondé du château de Poudlard, cherchant désespérément quelqu'un. Cette quête lui semblait être une peine perdue tant il y avait du monde là où elle se trouvait. Cela revenait à chercher une aiguille dans une botte de foin. La jeune sorcière cherchait Dylan Swanson, préfet de sa maison en quatrième année. Elle l'avait croisé en salle commune le matin même et l'avait entendu dire qu'il finissait ses cours à cette heure et se trouverait du côté de la salle de Métamorphose. La petite espionne avait bien noté l'information et avait par conséquent l'ambition de le trouver pour lui parler de quelque chose qui lui semblait important. Le plus simple aurait été qu'elle attende dans le petit salon de sa salle commune, mais Nora était assez pressée. Elle se percha sur le petit rebord en pierre qui faisait office de rebord de fenêtre afin de mieux observer le couloir, et plus particulièrement la masse de gens qui s'y agitait.

De son perchoir, Nora reconnu la chevelure de son préfet, qui la frôla sans la voir, ou sans la reconnaître. Elle sauta donc à terre et entreprit une petite course poursuite. La plupart des élèves avaient quitté les environs, soit pour assister à un cours de plus, soit pour flâner on ne sait où. Cela lui facilitait donc la tâche.

« Dylan ! Dylan, attends-moi ! » l'appelait-elle, dans l'espoir qu'il l'entendrait.

Quelques seconde après, elle arriva à sa hauteur et lui attrapa la manche de sa robe de sorcier pour attirer son attention. Se rendant immédiatement compte que son geste était déplacé, elle retira sa main et se mit à rougir bêtement.


« Bonjour Dylan ! Je suis Nora Starks, première année. Tu ne dois sûrement pas te souvenir de moi, on s'est juste croisé de temps en temps en salle commune. » commença t-elle.

Elle baissa immédiatement les yeux, signe d'un malaise. Elle se sentait maintenant un peu idiote de l'avoir attendu après son cours plutôt qu'en salle commune alors qu'il ne savait probablement même pas qui elle était. Quoi qu'il en soit, elle avait toujours cette chose dont elle voulait lui faire part, non pas parce qu'ils étaient amis – car ils ne l'étaient pas – mais parce que Dylan était son préfet. Cela semblait donc naturel à la jeune Nora de venir lui parler si elle en ressentait le besoin. Sa marraine Laura lui avait dit que les préfets étaient aussi là pour cela. Connaissant la préfète de sa maison, Melissandre, encore moins que Dylan, c'était donc vers lui qu'elle s'était tournée. Elle releva les yeux vers le garçon, ayant presque peur de sa réponse.

Ma couleur : #B22222
Vous avez besoin d'un intermédiaire ou médiateur, de conseils, de solutions ? Ma volière vous est ouverte !

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

La journée ne commençait pas très bien pour Dylan qui s'était malencontreusement levé en retard et qui était arrivé un peu en retard à son premier cours de la journée. Le pauvre avait également dû faire face à de nombreuses péripéties, qui lui avaient notamment valu de se casser la margoulette dans l'escalier qui menait à sa salle commune, dans son empressement. Le pauvre avait écopé de quelques bleus peu méchants, mais qui avait décidément ruiner sa journée. Il s'était alors empressé de quitte sa salle commune en croisant quelques personnes, au hasard, pour au final atterrir en cours normal et suivre son emploi du temps assez chargé, qui ne lui laissait du temps de libre qu'en début d'après midi, ce que le jeune homme trouvait pour une fois assez loin dans la journée, lui qui aurait voulu se la couler douce pendant un peu de temps. Mais le jeune homme était resté scolaire et attentif et avait suivi les cours avec beaucoup d'attention, du moins pour la première partie de la journée.

Le soleil était à son zénith quand Dylan était allé profiter d'un bon repas du midi en compagnie de quelques-uns de ses camarades, ce qui lui avait remonté le moral, et l'avait motivé pour le reste de la journée. Il ne lui restait que quelques heures de cours, aussi il allait pouvoir se reposer par la suite, même si il devait encore faire face à quelques heures de théories et de devoirs en tout genre. * Allons bon * pensa Dylan sur le chemin pour son prochain cours, le ventre bien rempli. Un petit détour par la volière pour voir si un hibou était arrivé pour lui et le jeune Gryffondor se retrouvait la minute d'après en cours. Les heures furent longues et fastidieuses pour le jeune homme qui n'en pouvait plus, mais heureusement, le cours se terminait, et il pouvait maintenant suivre la cohorte qui se ruait vers le couloir. Dylan suivait donc la foule et avait la ferme intention de se retrouver seul, pour profiter d'un peu de temps libre. A la sortie de son cours, parmi les bruits alentours, il lui avait semblé entendre son prénom.


« Barf, j'dois entendre des voix ! » se dit-il, à voix haute.

Continuant son chemin, il ne se doutait pas un seul instant qu'il allait être intercepté par quelqu'un : une de ses camarades qui l'avait agrippé par la manche de sa robe de sorcier et qui semblait bien déterminée à discuter avec le jeune homme. Surpris, Dylan ne souffla pas un seul mot, complètement ébahit par un tel engoument de la part d'une de ses camarades, qu'il ne reconnut pas de suite. Il s'agissait de Nora Starks, Dylan en tant que préfet connaissait ses camarades mais ne discutait pas avec tout le monde, aussi, il n'avait jamais discuté le bout de gras avec Nora, ce pour quoi son comportement l'intriguait au plus haut point. Malgré tout, Dylan essaya de faire bonne figure même si il laissa clairement entrevoir sa surprise, son étonnement, que son regard laissait transparaître clairement. La jeune Nora prit alors la parole, sans pour autant s'expliquer immédiatement :


« Bonjour Dylan ! Je suis Nora Starks, première année. Tu ne dois sûrement pas te souvenir de moi, on s'est juste croisé de temps en temps en salle commune. »

Peu rancunier, Dylan sourit lorsque Nora lâcha la manche de sa robe, et vit son embarras. Ne voulant pas vraiment la laisser dans un tel état d'esprit, Dylan lui adressa un beau sourire et lui répondit que ce n'était pas grave, que si, il la connaissait de vue, mais qu'il n'avait pas eu le plaisir de lui parler plus que cela. Les présentations étant déjà faite, Dylan s’épousseta un peu, s'inquiéta de l'heure qui tournait puisqu'il voulait aller profiter un peu de son temps libre en salle commune, et il renchérit donc à Nora :

« Alors, Nora, que me vaut le plaisir ? J'allais en salle commune, ma journée est terminée, et je n'en peux plus ! Tu m'accompagnes ? Comme ça tu auras le temps de me dire ce qu'il se passe, puisque clairement, tu ne m’as pas alpagué pour rien ! », lui dit-il en souriant et en rigolant pour détendre un peu l'atmosphère.

Gryffondor du mois d'octobre 2015

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

De toute évidence, la façon dont Nora avait accosté Dylan ne dérangea pas ce dernier outre mesure, puisqu'il lui répondit très gentiment. Elle hocha la tête en signe d'acquiescement puis commença à marcher avec le préfet en direction de la salle commune des Gryffondor. Elle ne savait pas par où commencer, aussi attendit-elle d'être arrivée au grand escalier pour reprendre a parole et enfin s'expliquer. Elle s'éclaircit la gorge et se lança.

« En effet, je voulais te parler de quelque chose. En fait le plus simple aurait été que j'en parle à Colorado, notre capitaine de l'équipe de Quidditch mais... Je ne sais pas, je ne le sentais pas. » commença t-elle. Elle continua tout en marchant dans les interminables escaliers qui les séparaient de leur salle commune. « Il y a environ deux semaines, j'ai eu un accident lors du match d'entrainement pour le Quidditch. Je ne sais pas si tu en as entendu parler. Et je me disais que c'était rien, j'ai eu le droit à un peu de repos pour me remettre. Mais maintenant, il est temps pour moi de reprendre l'entrainement et.... ça me fait peur. »

Nora se sentait bête. Depuis quand elle avait peur de quelque chose ? Pire, depuis quand avait-elle peur de voler ? Cela ne lui ressemblait pas, et la peur de faisait pas partie du vocabulaire des Gryffondor. Mais les faits étaient là, la première année avait peur de remontrer sur son balai, de reprendre sa batte et de jouer du cognard une nouvelle fois. Elle avait peur de manquer une fois de plus son coup, de se prendre le cognard et de tomber de son balai, chutant de plusieurs mètres sans réelle protection. Elle venait tout juste de guérir de son bras cassé, ses nombreuses ecchymoses et son coup à la tête. Elle ne voulait pas que tout cela recommence. La souffrance, l'incompréhension, ce monde noir infini dans lequel elle s'était trouvé entre le moment de l'accident et son réveil. Elle avait développé une sorte de psychose à ce sujet et ne se sentait pas prête à jouer de nouveau. Mais elle ne voulait décevoir personne.

Sans qu'elle ne s'en rende compte, ils avaient tout deux monté presque toutes les marches les menant au boudoir des rouge et or. Ils seraient arrivés dans quelques mètres et, curieusement, Nora semblait entendre des cris et bruits sourds provenant de l'entrée. Mais que pouvait-il se passer ?

Ma couleur : #B22222
Vous avez besoin d'un intermédiaire ou médiateur, de conseils, de solutions ? Ma volière vous est ouverte !

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

Dylan n'avait pas vraiment pour habitude de se faire alpaguer dans les couloirs par une personne, mais la scène l'avait beaucoup fait rire. Lui qui commençait à en avoir marre de ses journées remplies de routine quotidienne entre cours, révisions, entraînements et repas, un peu de changement ne lui faisait absolument aucun mal, et il était plutôt content qu'une jeune Gryffonne vienne l'aborder de la sorte. De toute évidence, il se passait quelque chose quelque part, et le préfet de Gryffondor commençait à soupçonner que cela ait un lien avec sa maison, mais il préféra ne pas tirer de conclusions trop hâtives et il attendit que Nora lui explique ce qu'il se passait. Après avoir marché quelques mètres, Dylan allait enfin avoir réponse à ses questionnements, puisque Nora lui répondit alors pourquoi elle était venue lui parler :

« En effet, je voulais te parler de quelque chose. En fait le plus simple aurait été que j'en parle à Colorado, notre capitaine de l'équipe de Quidditch mais... Je ne sais pas, je ne le sentais pas. » Il y a environ deux semaines, j'ai eu un accident lors du match d'entrainement pour le Quidditch. Je ne sais pas si tu en as entendu parler. Et je me disais que c'était rien, j'ai eu le droit à un peu de repos pour me remettre. Mais maintenant, il est temps pour moi de reprendre l'entrainement et.... ça me fait peur. »

Surpris par la réponse de Nora, Dylan marqua une courte pause tout en souriant avant de lui pondre une réponse. Dylan lui-même n'était pas très agile sur un balai, même s’il se débrouillait tout de même assez bien. En revanche, pour ce qui est du Quidditich, il n'avait pas la moindre idée de comment il pouvait rassurer sa camarade quant à son appréhension que lui trouvait tout à fait justifiée. Même si le jeune homme était d'habitude assez doué pour rassurer, pour consoler et pour jouer le rôle d'un ami, il se trouve ici qu'il était dans une position où il ne savait pas vraiment quoi lui répondre. Mais comme il est débrouillard, le jeune homme trouva quoi lui dire assez rapidement, même s’il s'agissait d'une réponse assez bateau, finalement.


« Colorado est un peu brute, je pense que tu as bien fait de ne pas trop lui en parler, répondit Dylan pour détendre Nora qui semblait pour le moins stressée, ou mal à l'aise, le jeune homme n'arrivait pas trop à savoir. Quoiqu'il en soit, je suis certain que tu reprendras l’entraînement tranquillement, même si je comprends ton appréhension, elle est tout à fait justifiée. »

Amicalement et alors qu'ils continuaient à marcher en direction de leur salle commune, Dylan continuait de discuter avec Nora, et il essayait tant bien que mal de la rassurer. Il est vrai que même lui, après un léger accident avec sa baguette lors d'un entraînement, avait beaucoup d'appréhension lors des cours de sortilèges, il avait peur de refaire une grosse bêtise, mais finalement, la peur et l'appréhension s'étaient évanouies alors même que Dylan avait pris son courage à deux mains. C'est d'ailleurs ce qu'il conseilla à Nora en toute amitié, de ne pas avoir trop peur de retomber de son balai, puisque les accidents arrivent même aux meilleurs. Empli d'une émotion joyeuse pour pouvoir échanger quelques mots avec une de ses camarades et fier de pouvoir jouer son rôle de préfet et d'ami, Dylan continua de discuter avec Nora alors que les deux jeunes gens arrivaient non loin de leur salle commune.

Mais à peine étaient-ils arrivés devant le tableau de la grosse dame qu'un problème majeur se trouvait devant eux : ils leur étaient impossible de pouvoir rentrer se reposer dans leur salle commune. La raison ? Eh bien la grosse dame faisait encore des siennes en criant dans les oreilles des deux jeunes gens qui se regardaient avec fatigue et exaspération que le texte de la chanson qu'elle s'entraînait à chanter avait été volé par on ne sait trop qui. Refusant ainsi de laisser passer les deux jeunes gens malgré l'insistance de Dylan qui voulait vraiment pouvoir se reposer et profiter du calme de leur salle commune, la grosse dame ne voulait rien entendre et n'était pas d'humeur à laisser les deux jeunes gens passer. Comprenant la situation, Dylan fit signe à Nora de le suivre et il l'entraîna loin des gémissements et des lamentations aiguës de la grosse dame pour pouvoir discuter un peu de la situation. Le préfet savait bien qu'il était de son devoir de retrouver ce stupide texte pour pouvoir permettre à ses camarades de rentrer dans leur salle commune, et surtout dans leur dortoir. De ce fait, Dylan proposa à Nora de l'aider dans sa tâche, sans obligation aucune :


« Bon Nora, je crois qu'on va devoir l'aider, la grosse dame, sinon personne n'est prêt de rentrer dans notre salle commune, j'en ai bien peur ...
dit-il avec un soupçon de dépit. Je vais m'occuper de chercher ce fichu bout de papier, j'accepterai ton aide avec beaucoup de plaisir, mais si tu ne veux pas, je comprendrais, ne t'en fait pas !, dit-il sur un ton très amical. Alors, que décides tu ? Quoique tu choisisses, éloignes toi de la grosse dame si tu veux garder tes tympans ! » , conclut-il en rigolant.

Gryffondor du mois d'octobre 2015

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

Nora avait écouté son préfet avec grande attention. De toute évidence, elle avait bien fait de s'adresser à lui plutôt qu'à leur capitaine, Colorado Woods. Elle ne savait pas comment ce dernier aurait réagit ou s'il aurait eu un minimum d'empathie à son égard. Dylan était de bons conseils et leur petite discussion apaisait la jeune sorcière. Jusqu'à ce que la Grosse Dame ne braille dans ses oreilles délicates. Apparemment, quelqu'un lui aurait volé le texte de sa chanson et elle refusait donc de laisser qui que ce soit passer. Charmant.

« Bon Nora, je crois qu'on va devoir l'aider, la grosse dame, sinon personne n'est prêt de rentrer dans notre salle commune, j'en ai bien peur ... Je vais m'occuper de chercher ce fichu bout de papier, j'accepterai ton aide avec beaucoup de plaisir, mais si tu ne veux pas, je comprendrais, ne t'en fait pas ! Alors, que décides tu ? Quoique tu choisisses, éloignes toi de la grosse dame si tu veux garder tes tympans ! » lui dit Dylan.

Nora jeta un coup d'oeil en direction du tableau et revint un léger soupir. Elle aurait bien aimé retourner dans le petit salon afin de lire son livre sur l'astronomie. Mais de toute évidence, cela n'était pas possible. Entre rester à attendre et aider son préfet dans sa tâche, le choix était vite fait.


« Je vais t'aider, à deux on le retrouvera sûrement plus vite ! On pourrait commencer par interroger les autres tableaux ? » proposa t-elle.

La jeune Starks n'avait pas l'habitude de ce genre de hobbies mais au fond, c'état un peu comme un jeu de piste. Et cela la forcerait à avoir une conversation avec des inconnus. Cette aventure ne pouvait que lui être bénéfique, à condition que les deux Gryffons ne tombent pas malencontreusement sur Peeves. La première année s'engagea donc dans le prolongement du couloir, en direction des tableaux.


« Ce serait étonnant que personne n'est rien remarqué, la Grosse Dame est loin d'être le seul tableau ici ! » dit-elle à Dylan avant d'interroger la première peinture à huile qui se présentait sur son chemin.

« Excusez-moi ? Auriez-vous vu un texte de chanson appartenant à la Grosse Dame s'il vous plait ? Il semblerait que quelqu'un le lui ai volé. » demanda t-elle à un bonhomme maigre aux cheveux longs, noirs et gras.

En y réfléchissant, n'importe qui aurait pu jouer ce tour, la Grosse Dame étant une piètre chanteuse. Cela ferait presque des vacances, si elle n'avait pas décidé de crier comme un putois. Dommage... Nora regardait également autour d'elle, au cas où la feuille serait par là. Un élément d'un tableau pouvait-il se devenir réel ? Elle en doutait, mais aucune piste ne devait être exclue.

Ma couleur : #B22222
Vous avez besoin d'un intermédiaire ou médiateur, de conseils, de solutions ? Ma volière vous est ouverte !

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

Alors que Dylan était parti pour profiter d'un peu de temps libre et de calme, ses plans furent rapidement contrecarrés par cette merveilleuse et sublime grosse Dame qui faisait encore des siennes, refusant de laisser passer le jeune homme et son amie. C'était d'ailleurs le côté positif : au moins Dylan n'était pas seul face à cette galère : Nora, une jeune fille qu'il avait eu l'occasion de croiser plusieurs fois, mais assez discrète tout de même, l'accompagnait. Elle l'avait alpagué dans les couloirs concernant un problème de Quidditch dont elle n'osait pas parler à son capitaine, chose étrange selon Dylan, mais il ne s'en était pas préoccupé. Au contraire, il avait plutôt soutenu Nora et l'avait aidé dans son inquiétude, qui semblait bien la ronger. Même si les deux jeunes gens étaient maintenant éloignés de la grosse dame, on pouvait toujours entendre ses lamentations plus qu'aiguës et désagréables, qui commençaient sérieusement à taper sur le système de Dylan. * M'énerve quand elle fait ça ! * ragea-t-il intérieurement. Difficile de rester calme quand on entend une sorte de bambin criant à tout bout de champ. C'est ainsi que les deux jeunes gens durent se mettre à la recherche du papier volé, sans grand motivation de la part du Gryffondor.

« Je vais t'aider, à deux on le retrouvera sûrement plus vite ! On pourrait commencer par interroger les autres tableaux ? »

« Très bien, j'acceptes avec plaisir ! Alors en route ! Une idée d'où chercher ? »

Alors que Nora lui proposait d'aller interroger les tableaux, elle se dirigea en même temps dans le couloir le plus proche, laissant un peu Dylan derrière elle. * Quel enthousiasme ! * se dit Dylan en souriant, amusé. Il la rattrapa sans trop de difficulté, et discuta avec elle de la situation. Il fallait retrouver un bout de papier, mais c'était bien tout ce qu'ils savaient de la situation. Il fallait donc s'attendre à plusieurs allers et retours sans trop de succès, puisqu'un bout de papier, autant chercher une aiguille dans une botte de foin ! Quelque peu découragé, Dylan écoutait Nora débiter ses hypothèses, tout en y réfléchissant avec elle. Au bout d'un moment, les deux jeunes gens s'arrêtèrent devant un tableau et c'est alors que Nora commença l'enquête, d'un air assez motivé et fier, qui fit à nouveau sourire Dylan.

« Excusez-moi ? Auriez-vous vu un texte de chanson appartenant à la Grosse Dame s'il vous plait ? Il semblerait que quelqu'un le lui ai volé. »


La réponse ne se fit pas attendre.

« La Grosse Dame ? Pfeuh ! Elle me tape tellement sur les nerfs que je suis bien content qu'elle ait perdu quelque chose ! »

Dépités, les deux jeunes gens échangèrent un regard de déception, alors que Dylan soupirait, puisqu'il comprenait parfaitement que la situation était loin d'être résolue.

« Bon et bien, continuons notre enquête ailleurs »
dit-il sur un ton un peu démoralisé

C'est ainsi que les deux gens partirent en direction d'un autre couloir, échangeant avec les tableaux qu'ils croisaient, sans grand succès. Personne n'avait vu ce bout de papier, et c'est à peine si les tableaux semblaient intéressés par le sort de leur camarade. Les deux Gryffondors avaient fait pas loin de tout leur étage, interrogés bon nombre de tableaux et chercher partout, sans grand succès. * Si on cherche tout le château, on a pas terminé ! * pensa Dylan, réaliste. Au bout d'un moment, le Gryffondor pointa un banc qui se trouvait non loin, et proposa à Nora d'aller s'y asseoir un instant, lui qui commençait à en avoir plein les jambes de marcher de droite à gauche comme cela, et ce depuis au moins une heure. Soufflant un peu, Dylan comprenait qu'il ne serait pas près de profiter de son lit, et cela le démoralisa encore plus. En revanche, cela lui avait permis de discuter un peu plus avec Nora, et de faire un peu plus connaissance avec cette jeune fille, sympathique mais assez timide, tout de même. Quand bien même, les jeunes gens avaient bien rigolé parfois, en entendant les remarques de certains tableaux. Et même s’ils n'avaient aucune piste concernant ce morceau de papier stupide, Dylan était content d'avoir pu passer un petit moment en compagnie d'une de ses camarades.

« Bon, retour à la case départ ... On va pas fouiller tout le château, quand même, alors qu'est-ce qu’ on fait ? On va prévenir un professeur ? »

Attendant la réponse de son amie, Dylan déposa son sac à ses pieds, et farfouilla à l'intérieur pour y trouver un petit paquet de dragées surprise. Toute ces cavalcades lui avaient ouvert l'appétit, et comme il n'était pas radin, il tendit le paquet à Nora pour savoir si elle en voulait, elle aussi. Le côté positif de toute cette histoire, c'est tout de même le fait que les deux jeunes gens auront pu faire connaissance. D'ailleurs, Dylan appréciait le côté un peu renfermé de Nora, un peu effacé, cela avait un côté assez touchant qu'il respectait beaucoup. Il savait bien qu'il ne fallait pas interpeller Nora tous les jours, mais il serait tout de même ravi de passer du temps avec elle, une prochaine fois. Il avala une dragée et fit le grimace en se rendant compte de son goût : poubelle. Puis il sourit à Nora, en attendant de voir sa réaction.

Gryffondor du mois d'octobre 2015

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

Les deux Gryffondor n'étant pas très chanceux dans leurs recherches pour le compte de la Grosse Dame, ils s'installèrent sur un banc et profitèrent d'une pause.

« Bon, retour à la case départ ... On va pas fouiller tout le château, quand même, alors qu'est-ce qu’ on fait ? On va prévenir un professeur ? »

Dylan avait mis le doigt sur un point non négligeable. Le château de Poudlard était réputé pour son immensité et les tableaux étaient ici aussi nombreux que les brins d'herbes dans la forêt interdite. Il n'allaient tout de même pas passer la nuit, voire la semaine, à rechercher les paroles d'une chanson, cela n'avait pas de sens. Alors que Nora y réfléchissait sérieusement, son préfet sorti un paquet de dragées surprises et en dévora. La petite fut arrachée à ses pensées, attirée par la simple vue de ses douceurs préférées. Peut-être son compagnon avait-il remarqué l'air avide de la première année car il lui tendit le paquet pour qu'elle se serve à son tour. Elle plongea sa main dans le paquet et en ressortit une dragée de couleur bleu ciel. Après un signe de tête en remerciement, elle déposa sa sucrerie sur sa langue et en savoura le doux parfum de... savon. Elle grimaça discrètement, regardant Dylan. Son expression était similaire à la sienne.

« J'ai eu savon, et toi ? » demanda t-elle en souriant. « Ça ne me dérange pas vraiment d'avoir un mauvais goût. C'est bien ce qui est amusant avec ces dragées, on ne sait jamais ce que le bonbon nous réserve ! Souvent on ne les aime pas pour cette raison, mais je trouve que c'est justement cette particularité qui les rend si spéciales. »

Nora avait l'étrange impression d'avoir avalé la totalité d'un gel douche, à l'exception près qu'elle n'avait pas de mousse dans la bouche. Ce n'était certes pas fameux, mais il y avait pire. Elle aurait pu tomber sur le parfum crottes de nez, tripes ou pire encore, poubelle. La jeune Starks regarda à nouveau son interlocuteur et ramena ses pensées au sujet du jour.

« Par rapport à la Grosse Dame, je pense qu'on devrait aller la voir et lui expliquer qu'on a pas réussi à le retrouver. Peut-être qu'elle se montrera compréhensive ? » ajouta t-elle, naïve.

Ma couleur : #B22222
Vous avez besoin d'un intermédiaire ou médiateur, de conseils, de solutions ? Ma volière vous est ouverte !

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

Jusqu'ici, l'enquête des deux jeunes gens qui leur avait été confié, si on peut dire, par la Grosse Dame n'avait pas vraiment porté ses fruits. Au contraire, ils stagnaient plus qu'ils n'avançaient et Dylan commençait vraiment à en avoir marre de courir à droite à gauche dans les couloirs du château tout cela pour pouvoir rentrer se reposer dans sa salle commune. Alors qu'il savourait une délicieuse et magnifique dragée goût poubelle et qu'il tirait la grimace, faisant sourire sa jeune amie, Dylan commençait à croire qu'ils ne s'en sortiraient pas. De toutes les façons, la Grosse Dame se verrait bien obligée de leur ouvrir le passage, surtout si les deux jeunes Gryffondors prenaient les choses en main et allaient rapporter l'incident à un professeur. Mais Dylan ne voulait pas agir comme cela, il préférait essayer de se débrouiller seul, c'est le préfet des rouges après tout, il ne pouvait décemment pas aller quémander de l'aide à chaque difficulté. * Non, je vais plutôt aller lui dire ma façon de penser, à ce fichu tableau * songea Dylan, un peu sur les nerfs bien qu'il essayait tant bien que mal de conserver son calme, lui qui ne voulait après tout qu'un petit peu de repos bien mérité. Il n'eût pas le temps de réfléchir plus à la question que Nora le coupa dans sa réflexion :

« J'ai eu savon, et toi ? Ça ne me dérange pas vraiment d'avoir un mauvais goût. C'est bien ce qui est amusant avec ces dragées, on ne sait jamais ce que le bonbon nous réserve ! Souvent on ne les aime pas pour cette raison, mais je trouve que c'est justement cette particularité qui les rend si spéciales. »


Le jeune homme avait eu poubelle, un goût vraiment super d'après lui. Depuis le début de leur petite aventure, Dylan n'avait pas vraiment prêté attention au caractère de sa jeune camarade Nora, mais c'est maintenant qu'il se rendait compte que c'était une fille agréable bien qu’un peu réservé. Cependant, elle était encore assez jeune, bien que Dylan ne soit pas non plus très grand, mais il comprenait qu'elle puisse aimer la solitude. Il se dégageait de sa voix quelque chose de sincère et de vraiment amical, presque comme si on la connaissait depuis toujours. Le Gryffondor appréciait sa compagnie et se promit de revenir lui parler si elle aussi en avait envie. Pour l'heure, il se contenta de rétorquer à la remarque de Nora :

« Oui c'est bien vrai ! Bon tu me diras, quand tu chope un goût poubelle, tu as tendance à ne plus aimer ça, mais bon, moi je trouve que ça fait partie du jeu, et c'est ça le plus amusant, croiser la mine déconfite des personnes qui auraient avalé une dragée absolument épouvantable ! »


Il rigola de bon cœur et les deux jeunes gens partagèrent un petit moment de complicité. Au moins Dylan n'aura pas perdu sa journée puisqu'il aura fait la rencontre de cette très agréable jeune fille. Il se fit la remarque qu'il ne la croisait pas souvent dans les couloirs, mais il ne faisait pas non plus attention à tout ce qui pouvait se passer dans le château. Ceci dit, il était regrettable qu'il ne fasse pas plus attention à ses camarades de classe, après tout, Nora était quand même de la même maison que lui !
Dylan rangea le paquet de dragées surprises après avoir refermé ce dernier et prit son sac-à-dos pour le refermer lui aussi. Il ne savait plus trop quoi faire et hésitait à laisser tomber l'affaire de la Grosse Dame en mettant les pieds dans le plat et en poussant une petite crise d'autorité de préfet, mais il n'était pas dans son tempérament de s'énerver, même si le jeune homme avait déjà bien changé de caractère, en grandissant. Nora prit la parole avant lui pour lui suggérer quelque chose :


« Par rapport à la Grosse Dame, je pense qu'on devrait aller la voir et lui expliquer qu'on a pas réussi à le retrouver. Peut-être qu'elle se montrera compréhensive ?


Finalement, Nora en avait eu marre avant lui et Dylan sourit, puisqu'ils avaient tous deux eu à peu près la même idée. Il se leva donc en premier, acquiesça de la tête, et attendit que Nora la suive. Les deux jeunes gens prirent la direction de l'entrée de leur salle commune tout en discutant de tout et de rien, et y arrivèrent quelques minutes plus tard. La Grosse Dame avait cessé ses lamentations, mais s'essayait toujours à chantonner, ce qui n'était au bout du compte, pas vraiment mieux pour les oreilles des pauvres élèves. Dylan se positionna devant le portrait imposant qui dissimulait l'entrée de la salle commune des rouges et allait prendre la parole, mais la Grosse Dame l'en empêcha d'un signe de la main. Elle se retourna pour faire on ne sait trop quoi et c'est ainsi que Dylan et Nora échangèrent un regard interloqué, un peu énervé, et surtout, très exaspéré. Dylan prit la parole avant elle pour lui tendre la main, il ne voulait pas gâcher un tel moment, de plus, s'énerver à deux était toujours plus intéressant que de s'énerver tout seul.

« Nora, tu vois ce que je vois, n'est-ce-pas ? », dit-il à voix haute en lui faisant un petit clin d'œil pour lui signaler qu'elle pouvait se défouler sur la Grosse Dame sans craindre de représailles.

Gryffondor du mois d'octobre 2015

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

Suite à une petite discussion concernant les dragées surprises, Dylan acquiesça à la proposition de Nora et tout deux marchèrent jusqu'à l'entrée de la salle commune des Gryffondor. La Grosse Dame avait arrêté de geindre pour se remettre à chanter – faux bien entendu. La jeune Starks ne se sentait pas tellement à l'aise à l'idée de retourner au tableau bredouille, sans compter qu'elle n'imaginait pas la Grosse Dame être compréhensive et raisonnable. Elle la voyait déjà crier comme un putois afin de dénoncer leur incapacité à retrouver un simple parchemin volé. Rien qu'à cette idée d'être ainsi pointée du doigt et couverte de honte, Nora en avait la gorge serrée. Aussi en arrivant à destination, la fillette se mit légèrement en arrière, laissant son préfet faire barrage. Celui-ci fit signe à la Grosse Dame, qui lui indiqua le silence. Elle se retourna pour farfouiller dans ses affaires en désordre – c'était rien de le dire – et une vision non-attendue s'offrit aux deux Gryffondor. Nora regarda Dylan, qui lui rendit son regard et s'adressa à elle.

« Nora, tu vois ce que je vois, n'est-ce-pas ? » lui dit-il.

Elle acquiesça d'un hochement de tête silencieux. Son clin d'oeil, et son expression faciale en général, indiquait à la première année qu'il était assez exaspéré par la situation et qu'ils pouvaient donc se sentir libres de rouspéter auprès de la peinture opulente. La Starks comprenait cela et était relativement d'accord, mais jamais elle ne se permettrait de faire un reproche à quelqu'un qu'elle ne connaissait que très peu, voire pas du tout. De plus, la Grosse Dame était une personne à fort caractère et nous pouvions parier qu'elle ne se laissera pas faire. Nora prit une inspiration et tira doucement sur la manche de Dylan pour attirer à nouveau son attention.


« Peut-être que tu devrais lui dire. » dit-elle, incertaine.

L'apprentie sorcière baissa son regard vers ses chaussures, mal à l'aise. La situation présence la gênait. Elle ne souhaitait pas faire de reproches à la Grosse Dame, même si cette dernière le méritait amplement. Mais cela l'embêtait de laisser son préfet gérer seul la fin de cette histoire. Elle s'en sentait lâche et honteuse, sentiments qui la firent se renfermer d'autant plus. Et au final, Nora se sentait coupable. Après tout si elle n'avait pas fait perdre son temps au garçon dans les couloirs, peut-être serait-il rentré en salle commune avant que le tableau ne ''perde'' son parchemin et ne fasse une scène pour un rien. Il aurait ainsi pu se reposer sans encombres. Sans Nora, personne n'aurait perdu son temps.

Ma couleur : #B22222
Vous avez besoin d'un intermédiaire ou médiateur, de conseils, de solutions ? Ma volière vous est ouverte !

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

Alors que Dylan attendait que Nora s'énerve en même temps que lui, elle ne semblait pas enclin à le faire. Surpris par son comportement, il ne la jugea pour autant pas le moins du monde. Cependant, Dylan fulminait intérieurement d'avoir parcouru tout le château pour retrouver un bout de papier qui était simplement coller au derrière de la Grosse Dame. Alors que Nora demandait à son préfet de prendre la relève pour pouvoir entrer en salle commune, Dylan essayait de se calmer intérieurement en pensant qu'il était temps pour lui de montrer qu'il n'était pas préfet pour rien. Il comprenait bien que Nora était mal à l'aise puisqu'elle semblait regarder ses chaussures et détourner le regard, et Dylan s'en voulait un peu d'avoir mis sa jeune amie dans une situation inconfortable comme celle-ci. Souriant, et tentant de ne pas céder à sa colère et à son exaspération, il fit signe à Nora qu'il allait s'en occuper :

« Ne t’en fais pas, je gère, lui dit-il avant de se tourner vers le portrait de la Grosse Dame. Madame, je vous signale que si vous étiez un peu plus attentive, vous vous seriez rendu compte que votre fichu bout de papier est collé dans votre dos, et que vous nous avez fait cavaler pour rien, alors maintenant, vous allez nous laisser rentrer ou je vais vraiment m'énerver, c'est clair ? »

Il n'y était pas allé de main morte, puisque Nora le regardait avec des grands yeux ronds, tandis que la Grosse Dame ne disait-elle, rien du tout. On aurait dit qu'elle était gênée. Elle récupéra son morceau de papier et répondu un peu sèchement au préfet des Gyrffondor que ce n'était pas de sa faute et qu'il ne fallait pas lui crier dessus, ce à quoi Dylan répondit sans perdre son sang-froid qu'il était temps pour elle de les laisser passer sous peine de représailles. La Grosse Dame grommela mais finit par accepter et ouvrit le chemin menant à la salle commune des Gryffondor. Il était enfin temps pour les deux jeunes gens de rentrer au bercail et de se reposer au coin du feu, dans leur maison adorée. Dylan fit le premier pas, s'engouffra dans le passage en invitant Nora à la suivre.

Il était enfin temps pour Dylan de pouvoir se reposer et de profiter d'une bonne friandise au chocolat dont il raffolait, j'ai nommé les chocogrenouilles. Nora était derrière lui, et le jeune homme allait immédiatement s'asseoir dans un fauteuil en poussant un long soupir de découragement. Il ne prêta pas tout de suite attention à sa camarade qui venait de rentrer juste après lui, mais il en profita pour souffler un peu. Il sorti de son sac un nouveau paquet et en sorti quelques chocogrenouilles. Il en avala quelques-unes, en proposa à Nora en lui laissant le temps d'attraper le paquet de friandise et se détendit petit à petit. Dylan avait retrouvé son air gentil et amical et ne semblait plus énervé, même si maintenant, il savait à quoi s'en tenir avec la Grosse Dame. Il observa Nora qui semblait un peu perplexe, et lui demanda :


« Quelle aventure, pas vrai ? J'ai bien cru que j'allais m'énerver pour de bon, mais au final, ça va, on est rentrés. Qu'est-ce que tu vas faire maintenant ? C'est presque l'heure de manger, après tout. »


Et oui, l'heure avait rapidement tournée et le soleil baissa dans son zénith, ce qu'on pouvait constater depuis les fenêtres de la salle commune. Restant assis, Dylan rangea le contenu de son sac tout en attendant une réponse de la part de sa jeune amie. Bien entendu, il lui avait demandé là si elle désirait manger avec lui ce soir, afin de débriefer sur leur petite aventure de l'après-midi et pourquoi pas apprendre à faire plus ample connaissance.

Gryffondor du mois d'octobre 2015

Le doux chant de la grosse dame.  Mission privée 

Dylan paru quelque peu surpris par la réaction de Nora, ce qui ne faisait qu'ajouter à son malaise. La petite se contenta d'écouter le garçon et de prendre des notes – mentalement – sur sa conduite dans une telle situation. Elle avait fait des efforts de socialisation jusqu'à présent, mais on pouvait sentir que le plus gros du chemin était à faire. Arriverait-elle à dépasser son éternelle timidité ?

Les deux Gryffondor entrèrent dans leur salle commune quelques minutes plus tard, preuve que leur mission était un succès et que les capacités du préfet à rouspéter étaient plutôt bonnes. Le quatrième année s'installa dans un fauteuil du petit salon et prit ses aises, chose dont il semblait avoir besoin après une telle journée. Et puis comme le disait le dicton populaire, après l'effort vient le réconfort. Et ceci semblait faire du bien au garçon car il semblait plus détendu.


« Quelle aventure, pas vrai ? J'ai bien cru que j'allais m'énerver pour de bon, mais au final, ça va, on est rentrés. Qu'est-ce que tu vas faire maintenant ? C'est presque l'heure de manger, après tout. » dit-il.

Nora s'approcha près du fauteuil, toutefois sans s'assoir. Elle hocha la tête d'un air entendu sans piper mot. Qu'allait-elle faire ? Tout d'abord, se réfugier dans son dortoir. Elle lirait sans doute un peu. Puis elle se dirigera vers la Grande Salle afin de prendre son diner, en compagnie d'elle-même. Ou peut-être croiserait-elle Laura, sa marraine ? Il était plutôt rare que cette dernière laisse Nora seule lorsqu'elle la croisait ainsi. La jeune Starks aurait pu profiter de ce jour pour faire un peu la conversation avec des personnes qu'elle ne connaissait pas, mais elle avait eu sa dose d'efforts. La petite se trouvait presque stressée et souhaitait se retrouver un peu dans son univers.


« Je pense que je vais rejoindre mon dortoir. » répondit-elle enfin. « J'admire ton aise à t'adresser aux gens, tu sais. Je ne suis vraiment pas douée pour ça. D'ailleurs, désolée de t'avoir fait faux-bon face à la Grosse Dame. » finit-elle.

Elle afficha un sourire discret à l'attention de Dylan, secoua sa main en guise d'au revoir puis prit les escaliers en direction de l'antre des filles rouge et or sans attendre un réponse. Gravissant les marches, Nora sourit pour elle même. Dylan était gentil.


Reducio
RPG terminé.

Ma couleur : #B22222
Vous avez besoin d'un intermédiaire ou médiateur, de conseils, de solutions ? Ma volière vous est ouverte !