Couloirs

Inscription
Connexion

Des livres, un couloir et une rencontre  PV Lucy Hitchman 

Le lit de Tally Jenkins était pour le moins en bazar. Les cheveux en bataille et les yeux rougis par la fatigue, la jeune fille était plongée dans la lecture du dernier chapitre d’une énorme biographie. Celle d’un sorcier illustre dont le nom lui avait déjà échappé à cause de la fatigue. Devant elle était empilée une pile mélangeant romans, livres de fiction, vieux parchemins et même quelques BD. Elle trouvait le héros de son livre simplement fascinant, elle était, de toute façon, fascinée par ce nouveau monde magique. Cette biographie ne détrônerait pas le livre préféré de son coeur, un livre Moldu, un conte pour enfant dont la morale lui plaisait particulièrement. L’auteur était parvenu à lui inculquer une certaine droiture et, grâce à lui, la lecture était devenue l’une de ses passions. Ce livre parlait de la différence, de l’amour porté aux enfants par leurs parents. Elle trouvait cette histoire touchante, drôle et juste. L’acceptation de l’autre malgré ses faiblesses et ses défauts. C’est ce livre qui l’avait vraiment ouverte à la culture littéraire.

La rousse s'allongea sur ses draps, elle était au bout. Il fallait qu’elle fasse une pause avant d’imploser. Elle adorait déjà sa nouvelle vie, elle trouvait les sorciers bien plus fascinants que les moldus. Mais, tout était bien trop compliqué à comprendre, il y avait trop de détails à appréhender pour comprendre ce monde magique. Elle était horriblement frustrée. Pour combler cette frustration, elle se plongeait jour et nuit dans les livres. L’influence de sa maison n’arrangeait rien, les Serdaigles étant réputés pour être des rats de bibliothèque.

Son dortoir était vide depuis un petit moment, elle avait vu toutes ses camarades se lever et partir, elle ne savait où. Cette nuit blanche lui avait enfin donné l’irresistible envie de bouger de son matelas. Elle s’étira et se frotta alors les yeux. Elle empila les livres qu’elle avait dévoré cette nuit, la pile dépassait largement le haut de sa tête. Doucement, elle descendit les marches, faisant attention à ne pas en louper une ni même percuter un autre élève. Elle traversa le salon et pensa qu’elle avait vraiment besoin de sommeil. Pourtant, elle voulait d’abord rendre ce tas de bouquins à la bibliothèque.

Vaseuse, Tally marchait distraitement dans les couloirs de Poudlard. Le château avait beau être un labyrinthe le chemin jusqu’à cette réserve infinie de livres était maintenant gravé dans son esprit vif. Elle baillait aux corneilles bien cachée derrière ses divers romans et biographies. Elle préférait dissimuler toutes ses incertitudes derrière des choses qu’elle comprenait, lire lui évitait de trop s’encombrer l’esprit, c’était une bonne méthode pour paraître sûre d’elle et pour se rassurer.

Malheureusement, la réalité la rattrapa bien vite, alors qu’elle tournait à l’angle d’un couloir, elle se sentit percuter quelque chose. Prise dans son élan, elle bascula en avant, lâchant l’ensemble de ses livres. Elle se retrouva bien vite par terre, un peu perdue. Néanmoins, elle se rendit vite compte qu’elle avait percuté quelqu’un. Elle se confondit alors en excuses, maladroite.


“_ Pardon pardon ! Je suis désolée… je… j’ai pas dormi de la nuit et je… il faut vraiment que j’arrête de vouloir porter autant de livres à la fois !”

3ème année RP
« Tallucy, les princesses rebelles. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Des livres, un couloir et une rencontre  PV Lucy Hitchman 

Lucy est dans les couloirs. Elle marche. Elle n'est pas pensive. Elle marche. Elle se dégourdit les jambes. Observe les lieux. Cela fait maintenant presque un mois qu'elle possèdes ses lunettes enchantées. Presque un mois qu'elle est une personne comme les autres. Une sorcière comme les autres. Lucy savoure sa chance. Elle n'est pas encore vraiment habituée à ce nouveau sens. Enfin si. Ce à quoi elle n'est pas habituée, c'est de se sentir aussi libre. Ses cheveux, libres sur ses épaules, se soulève régulièrement au pas de sa marche. Des fois, elle s'arrête. Lucy fait une pause. Elle tourne son regard curieux vers un tableau, cherche son personnage des yeux. L'interroge. Discute. Elle se perd un peu des fois. Alors ils l'aident. Lucy apprécie beaucoup la compagnie des tableaux. Elle peut mettre un visage sur les voix qui venaient des murs le jour de la rentrée. Lucy aimerait bien savoir comment les tableaux sont enchantés.
Ce n'est pas encore l'heure d'aller en cours. Elle a pris son déjeuner tôt ce matin. Elle a vu dans ses rêves que la journée allait être belle. Le soleil traverse les fenêtres des couloirs, fait danser la poussière des lourds tapis. Elle aime aller là où ses pas l'amènent. Elle n'a pas toujours le temps pour de telles fantaisies. Elle travaille dur. Elle veut décrocher des notes excellentes pour prouver qu'elle a bien sa place dans cette école. Qu'elle est une sorcière. Elle veut impressionner ses parents. Leur montrer qu'elle est capable. Qu'elle n'est plus la fille capricieuse qu'elle a été. Elle n'a que onze ans, est loin de sortir de l'école. Mais elle compte y rester au moins six années de plus. Elle n'a pas vraiment d'autre chose à faire, de toute façon.
Son regard la guide. Plus les odeurs, les sons. Son regard. Une pierre sombre, dure, les franges d'un tapis, un tapis pourpre, les décorations de ce tapis, des ornements dorés, les franges d'un tapis, la pierre du sol, un nouveau tapis. Elle tourne à l'angle, quand quelqu'un la percute brutalement. Elle tombe en avant, tend les mains, commence à crier, essaye de se protéger, son visage se crispe, le sol se rapproche, ses poignets encaissent le choc, ses mains ne sont pas assez fortes, elle ferme les yeux, son corps s'écrase contre la pierre, son menton cogne le sol, la douleur fait surface. Elle ouvre les yeux. Plus rien.


« Pardon pardon ! Je suis désolée… je… j’ai pas dormi de la nuit et je… il faut vraiment que j’arrête de vouloir porter autant de livres à la fois ! »

Elle n'écoute pas. Elle ferme les yeux. Les ouvre à nouveau. Le noir. Complet. Aucune lumière. Ses yeux sont ouverts. Elle est aveugle. A nouveau. Elle se redresse, se met sur les genoux, se tient le poignet. Elle a mal. Elle ne comprend pas. Elle panique. Sa respiration s’accélère. Elle a très chaud. Elle gémit. Les lunettes ne fonctionnent plus ? Ses lunettes ne fonctionnent plus ? Elle monte les mains à son visage, essaye d'enlever ses lunettes. Ses doigts ne rencontrent que sa peau. Les lunettes sont tombées ! Elle tâtonne. Ses mains agrippent les franges douces d'un tapis. Ses mains touchent un parchemin. Ses mains touchent le sol dur. Pas de lunettes. Elle panique encore plus. Sa voix s'amplifie. Les murmures s'intensifient.

« Non, Non, NON ! Mes lunettes, où sont mes lunettes ?! »

Elle se tourne vers la voix qui lui a parlé. Cette voix qui l'a bousculée. Lucy est en colère. Son visage se crispe. Elle a brusquement envie de hurler des horreurs. Elle pense à ses lunettes. Son visage se décompose. Elle cherche la lumière. Ne voit que le noir. Elle est aveugle. Elle continue à tâtonner.

« Je ne vois rien sans mes lunettes ! Tu peux les voir ? »

Sa voix est presque suppliante. Elle tremble. Elle demande. Elle a mal aux mains. Elles aussi elles tremblent. Elle les fait courir sur le sol. Elle doit trouver ses lunettes. Ses doigts réapprennent à sentir. Mais Lucy veut voir, pas sentir. Lucy veut ses lunettes.

Des livres, un couloir et une rencontre  PV Lucy Hitchman 

Tally était déboussolée, elle ne savait même pas dans qui elle venait de rentrer. Elle était aussi sonnée… elle ne se sentait plus vraiment elle-même. La fatigue mélangée à cette chute lui faisait perdre ses esprits. Elle se voyait devenir le héros de son livre préféré, droite, digne et fière. C’était dans un mouvement presque hautain qu’elle rejetait sa cape au dessus de son épaule et se relevait en un mouvement, volant au secours de la jeune fille qu’elle venait de percuter. Car oui, elle avait remarqué sa présence et se jetait presque sur elle pour lui porter seccours. Dans un mouvement digne, elle se jeta à son chevet. L’autre jeune fille semblait être perdue, c’est en prêtant oreille à ses paroles que Tally compris enfin. La jeune fille ne semblait pas pouvoir voir sans ses lunettes. La Serdaigle déposa une main rassurante sur son épaule, comme une véritable héroïne. Elle annonça ses paroles rassurantes.

“_ Ne t’en fais pas, je vais retrouver tes lunettes.”

Elle était bizarrement beaucoup plus sereine et beaucoup plus sûre de ses mouvements. Elle jeta un coup d’oeil autour d’elle. Aux premiers abords, rien ne paraissait être tombé par ici. Pourtant, elle ne se dégonfla pas et se mit à tâtonner aux milieu de la chute de livres. Les feuilles de parchemins volaient par ses mouvements vifs. Malheureusement, aucune trace de ses lunettes. Elle s’assit alors par terre. Puis, elle pensa que jamais un héros n’aurait baissé ses bras. Elle l’avait dit dans son journal intime, elle voulait devenir quelqu’un de bien, de serviable. Là était probablement l’un des chances que lui offrait la vie. Il fallait qu’elle s’en saisisse. Pris d’un éclair de génie, elle s’empara du livre de sortilèges à moitié ouvert devant elle, elle tourna les pages à la va-vite.

“_ Je suis sûre que…” tournant les pages le plus en plus vite. “Aguamenti,... non… Sortilège d'Allégresse...,Alohomora ….,Amplificatum, … toujours pas …. Anapneo,... Aparecium,... Assurdiato… Ah voilà ! Enfin; Accio ! Le sortilège d’attraction est un enchantement qui permet d'attirer un objet vers soi... Son incantation est Accio… Parfait.”

Tally se releva, sortit sa baguette magique, toujours l’air aussi sûre d’elle. Elle la brandit devant elle et s’écria d’une voix vive et puissante.

“_ ACCIO !”

Le temps parut se stopper un instant. Seules certaines feuilles voletaient encore tranquillement. Pourtant, rien ne se produisit. Le pourpre commençait à monter doucement aux joues de la nouvelle élève. Ses espoirs s'effondrèrent d’un coup d’un seul. Elle fit une seconde tentative, criant à nouveau l’incantation dans le couloir presque désert. Toujours aucune réponse. Elle se racla la gorge, totalement gênée, rouge comme une pivoine.

“_ Je crois bien… que ça n’a pas fonctionné… désolée …”

Elle se retrouva à nouveau au sol, rangeant les derniers livres pour y voir plus clair. Même si ses pouvoirs magiques lui faisaient encore des siennes, elle était toujours déterminer à retrouver les lunettes de la jeune fille. Malheureusement, la chance n’avait pas l’air d’être de son côté…

“_ Tally Jenkins. Si je ne retrouve pas tes lunettes, tu pourras toujours me demander dédommagement…”

Un léger rire s’échappa de sa gorge, elle avait presque envie de pleurer maintenant. Elle continuait toujours à tâtonner au sol.

3ème année RP
« Tallucy, les princesses rebelles. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Des livres, un couloir et une rencontre  PV Lucy Hitchman 

Une main se pose sur son épaule. Lucy s'en dégage. Elle n'aime pas ce mouvement. Elle ne veut pas de protection. Elle ne veut pas être rassurée. Lucy veut voir. Elle veut ses lunettes. La voix qui l'a bousculée lui annonce :

« Ne t’en fais pas, je vais retrouver tes lunettes. »

Lucy tremble. Elle est toujours raide, par terre, sur les genoux. Ses mains glissent sur le sol. Elle entend le frottement d'une autre main, plus souple que la sienne, plus rapide que la sienne sur la pierre froide du couloir. Le son étouffé qui lui parvient lui indique que l'autre personne est en effet en train de chercher avec elle. Elle entend des froissement de parchemin et sens bientôt des bouffées d'air secouer délicatement les cheveux. Une feuille de parchemin lui cogne le front. Elle a un mouvement de main pour l'envoyer au loin. Ses mains ne touchent que l'air. La feuille est retombée sur le sol. Lucy soupire. Elle entend un mouvement plus lourd non loin d'elle. Des bruits d'étoffe. Un raclement de chaussure sur le sol. Elle s'est assise. Un silence s'installe. Lucy est outrée : de quel droit cette fille arrête-t-elle de chercher ses lunettes ? C'est sa faute si elles sont tombées, c'est à elle de les retrouver ! Une colère commence à gronder tout au fond de Lucy. Elle l'étouffe. Se mettre en colère ne sert à rien. Soudain, elle entend des sons rapides et fins de pages que l'on tourne brusquement. L'air dégagé apporte une odeur de neuf dans une bouffée d'air frais. Si le livre est plutôt neuf, c'est que ça doit être un manuel. Les livres de la Bibliothèque de Poudlard ne sont jamais neuf. Toujours poussiéreux, sentant une odeur douceâtre mais rêche. La voix de jeune fille énumère soudain ce qui semble être des formules. Est-elle en train de faire une incantation ? C'est peut-être un enchantement qui aide à trouver les objets perdus.

«... Accio ! Le sortilège d’attraction est un enchantement qui permet d'attirer un objet vers soi... Son incantation est Accio… Parfait. »

Lucy est intriguée. La jeune fille va utiliser un sortilège d'attraction ? C'est un sortilège assez avancé, elle doit donc être en troisième voire quatrième année. Lucy relève la tête vers le bruit de la jeune fille qui se relève. Elle sursaute quand elle entend cette dernière crier.

« ACCIO ! »

Un silence suit la formule. Lucy attend. Il ne se passe rien. Lucy réfléchit. Si elle a eu besoin de chercher dans un livre, c'est qu'elle ne connait pas la formule. Elle doit être en première ou deuxième année. Lucy n'aime pas les personnes qui pensent qu'elles peuvent tout réussir simplement parce qu'elles essayent. D'un autre côté, elle a essayé quelque chose. C'est courageux de tenter de lancer une formule d'un niveau supérieur quand on ne l'a pas appris en cours. Lucy n'a jamais essayé. Elle sait la magie puissante parce qu'elle lui a donné la vue. Or, si elle est si puissante, elle doit être dangereuse. Lucy n'a pas peur du danger. Lucy préfère l'éviter. La formule est répétée. Toujours rien. Un raclement de gorge précède la phrase de la jeune fille :

« Je crois bien… que ça n’a pas fonctionné… désolée … »

Lucy ne sait pas quoi dire. C'est sympathique d'avoir essayé. Elle aurait pu la laisser se débrouiller. Mais ça n'a servi à rien, et c'est de sa faute si Lucy ne se retrouve qu'avec quatre sens au lieu des cinq auxquels elle s'est habituée. Lucy s'assoit. Elle est découragée. Ses jambes sont croisées dans sa robe de sorcier. Ses lèvres s'étirent en une moue dépitée. Ses mains portent sa tête, caressées par quelques mèches de cheveux.

« C'est pas grave. Enfin si, mais tu as essayé. »

La jeune fille se présente à elle. Lucy entend sa main s'agiter sur le sol de pierre. Elle continue à chercher. Lucy sourit faiblement. Au moins, elle n'a pas abandonné les recherches.

« Tally Jenkins. Si je ne retrouve pas tes lunettes, tu pourras toujours me demander dédommagement…»

Elle rit. Sa voix se brise. Lucy fronce les sourcils. Il n'y a rien de drôle là dedans. Elle veut hurler combien ces lunettes, ses lunettes sont importantes pour elle. Lui lancer des livres au visages. Ses poings se serrent. Elle inspire profondément. Ses poings se desserrent. Hurler sur quelqu'un n'a jamais aidé à quoi que ce soit. Et puis, elle lui propose dédommagement. Elle ne peut pas comprendre la valeur de cet objet du quotidien. Lucy écarte une mèche de ses cheveux, respire et dit d'une voix qui se veut chaleureuse malgré la dureté des paroles.

« Quand je disais tout à l'heure que je ne voyais pas sans mes lunettes, c'était pas en l'air. Je suis ... Je suis aveugle en fait. » Elle marque une pause. Pourquoi est-ce difficile de parler de la seule chose qui l'ait défini pendant ces dix dernières années ?
« Ça fait un mois que je les ai à peu près. On me les a données à l'hôpital des Sorciers. Sainte-Mangouste. Avec elles, je peux voir comme toi tu vois. J'ai plus besoin de personne pour m'aider à me diriger dans le château. J'en ai vraiment besoin. Si tu pouvais les trouver, ça serait super. Elles se sont ptête glissées derrière une armure ou quelque chose comme ça. »

Elle lance des pistes, consciente qu'elle-même est incapable de trouver une armure sans aucun repère marqué dans son esprit. Peut-être que Tally les trouvera finalement. Lucy l'espère vraiment fort.

Des livres, un couloir et une rencontre  PV Lucy Hitchman 

La main de Tally qui se voulait rassurante fût brusquement rejetée. Cela la blessa, mais comment pouvait-elle en vouloir à cette pauvre fille qui avait perdu ses lunettes ? Tally cherchait une solution, il n’y avait avant pas dix mille. Par chance, elle mit la main sur un livre d'enchantement, elle tenta vainement de lancer un sort d’attraction. Face à son échec, elle s’excusa au près de la jeune fille. Elle s’en voulait affreusement mais se sentait complètement démunie face à cette situation. Elle s’en voulait encore plus d’avoir transporté autant de livres d’un coup. Si elle avait été précautionneuse, elle n’en serait pas là. Elle sentait les larmes lui monter aux yeux, alors que l’autre jeune fille tentait vainement de la réconforter. Tally se sentait bête, ce n’était pas à elle de pleurer. S’il y avait bien l’une des deux qui devait pleurer, ce n’était pas elle ! Au bord des larmes, elle se présenta en lâchant un petit rire. Ce n’était pas un rire pour se moquer, non, loin de là ! Ce petit gloussement était là pour tenter de cacher sa faiblesse. La jeune Serdaigle ne voulait en aucun cas qu’une autre élève la voie en train de pleurer, si démunie face à une situation pareille. Alors, elle se cachai derrière ce petit rire nerveux qui ne manqua pas de faire froncer les sourcils de l’autre jeune fille.

Pourtant, c’était le plus naturellement du monde que Tally apprit la cécité de la jeune fille. Elle s’en voulut d’autant plus. Voilà qu’elle rendait à nouveau aveugle quelqu’un qui l’était déjà. Par sa faute ! Par sa bêtise ! C’était terrible à penser ! Cette fois-ci, elle ne pût retenir la larme qui dévala sa joue. L’autre jeune fille raconta alors la suite de son histoire, elle avait récupéré les lunettes à Sainte-Mangouste, l’hôpital des Sorciers. Les lectures de Tally n’avaient fait qu’effleurer ce sujet et elle n’était absolument pas au courant que cet hôpital prodiguait de tels soins. Il fallait qu’elle parvienne à retrouver cette paire de lunettes. Elle ne pouvait pas laisser cette fille comme ça ! Alors que tout était de sa faute ! Tally ravala ses larmes et parla à nouveau.


“_ Je suis tellement désolée… je vais les retrouver ! Même si je dois y passer la journée, je te rendrai tes lunettes.”

Sur ses conseils, Tally repris ses recherches en commençant par les armures les plus proches. Dans un manoir Moldu, la poussière se serait accumulée à leur pied, les toiles d’araignées se seraient formées entre les pieds des armures. Mais… dans le monde magique, tout était parfaitement propre, pas un gramme de poussière. Les recherches furent donc plus aisées. Tally pris soin d’inspecter les moindres recoins. C’était pas possible qu’elle ne les retrouve pas ! Elle décida de tenter de faire passer le temps plus vite pour la jeune fille qui attendait sa délivrance. Elle se mis alors à décrire à voix haute ses mouvements et à essayer de faire la conversation.

“_ Je viens de regarder derrière cette armure, elles n’étaient pas là. Je vais fouiller celle qui est en face, avec un peu de chance… En fait ! Je t’ai donné mon nom mais je ne connais pas le tiens… comment t’appelles-tu ?”

Bon, la manoeuvre était loin d’être parfaite mais Tally espérait la rassurer un peu et, surtout, lui changer quelque peu les idées. Comme elle l’avait promis, elle se dirigea vers l’autre armure et se mis à fouiller méthodiquement. Elle regardait d’abord puis tâtonnait à l’aide de ses mains. Elle trouva des merveilles tels que de vieux bouts de parchemins vierges, ou autre friandises à moitié mangées.

“_ Tu sais quoi ? Je viens de tomber sur une friandise qui doit dater de plusieurs années ! C’est dégueu ! Tu ne loupes rien !”

Tally suspendit sa phrase et arrêta de bouger. Merde. Elle fait une boulette et elle le sentait. Oups. Elle se sentit rougir. Si elle parlait, elle allait forcément bafouiller. Zut ! Flûte ! Pourtant, elle ne pouvait pas laisser passer ça…

“_ Non fin… ! C’est pas ce que je voulais dire… Ce truc est juste dégueu… fin voilà ! Rah…. je suis désolée ! Je… je vais plutôt me remettre à chercher...”

Elle s'asséna un petit coup de la paume sur le front. Qu’est-ce qu’elle pouvait être maladroite. Tally repris tout de même ses recherches, sans oser reprendre la parole. Elle ne voulait pas froisser plus la jeune fille...

3ème année RP
« Tallucy, les princesses rebelles. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Des livres, un couloir et une rencontre  PV Lucy Hitchman 

Sujet fermé (délais de 6 mois dépassé) - Si vous souhaitez réouvrir ce sujet, envoyez un hibou à la préfecture ou à un membre du corps professoral.