Couloirs

Inscription
Connexion

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

                                                                                                       


J'étais définitivement perdue. Ce château est vicieu, il nous perds dans ses multiples couloirs. Pourquoi en même temps j’allais voulu le visiter alors que j’aurais pu être très bien dans un fauteuil dans ma salle commune. Au moins j'aurais été au chaud et bien installer Mon désir d’aventure me perdrais un de ces jours. Si cela n'était pas déjà fait remarque. Enfin bon, là il me fallait retrouver mon chemin si je voulais arriver avant le couvre feu dans ma salle commune. Car perdue, je l'était, et en beauté. On peut pas faire pire.
Marchant dans les couloirs, je me hâtais vers la bonne direction, du moins je l’espérais. Mais je n’en était pas sûre, tout les couloirs se ressemblant: des murs de pierre, des torches en guise de lumière. La seule chose était les tableaux mais je ne comprenais pas leur explication vu qu’il parlait tous en vieux anglais, un que je ne comprenais pas car trop pompeux ou alors trop éloignés de l’actuel, au choix. Enfin bon, j’allais faire comme je pouvais et nous verrons bien. Je me mis en route d'un pas décidé.
La vision que j'eus dans le lointain me rassura, une élève. Courant vers elle, je me stoppais à ses côtés, toute roussissante, toute gênée de l'aborder ainsi alors que je ne la connaissais pas.


« Bonjour, excuse moi de te déranger mais pourrais tu m’indiquer la direction de la Grande Salle, je suis quelque peu perdue à vrai dire. »

A la vue de sa tenue, c’était une Serpentard, et à sa taille, à peine plus vielle que moi. Sans doute qu’elle était aussi perdue que moi. Dans ce cas, nous étions très mal partie, espérons juste que cela ne soit pas le cas.

Rédactrice en Chef à l'Hufflepost
Responsable du dortoir fille de Poufsouffle
Le souffle de Poufsouffle jamais ne s'étouffe.

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

A droite, à droite puis à gauche. Et ensuite l'escalier. A moins que ce soit à droite, puis deux fois à gauche. Bryn ne savait plus trop où elle en était. Elle était partit depuis bien trop longtemps de la salle de métamorphose pour pouvoir nier l'évidence. Elle était bel et bien perdue. Elle regardait attentivement autour d'elle, dans l'espoir de trouver un détail qui lui indique son chemin, mais ce couloir ressemblait à tous les autres. *Maudit château*. Bryn ruminait intérieurement sa rage. Elle n'avait jamais demandé à venir ici. Jamais demandé à venir dans cet endroit immense, où elle n'a aucun repère, aucune connaissance. Elle se laissa glisser le long du mur, et s'assit sur la pierre froide. Il fallait qu'elle se concentre. Sans prendre garde à sa montre qui lui indiquait le peu de temps qu'il lui restait avant le début du couvre-feu, elle essaya de se remémorer le chemin qu'elle avait pris. A quel moment avait-elle dévié de sa route? Elle tendit l'oreille dans l'espoir d'entendre un bruit qui traduirait la présence de quelqu'un, mais seul le silence lui répondit. Elle plongea sa main dans sa poche, et observa sa baguette. Elle ne pouvait même pas s'en servir pour retrouver son chemin. A quoi cela pouvait-il servir d'être une sorcière, si la magie ne peut pas l'aider dans la plus banale des situations? Elle fut tentée de la jeter à travers le couloir, mais elle se contenta de la ranger soigneusement dans son sac.

Bryn se releva lentement. Il fallait qu'elle prenne une décision. Elle ne pouvait pas rester plantée là, à attendre en vain que quelqu'un arrive et la guide.
*Je vais suivre le mur. J'arriverais bien quelque part*. Elle reprit lentement son chemin, sans quitter des yeux le mur à sa droite. Il était devenu son guide dans les entrailles du château. Et puis, au détour d'un couloir, elle aperçut une autre silhouette. Silhouette qui arrivait maintenant vers elle à toute vitesse. Bryn jeta un coup d’œil à sa montre. L'heure du couvre-feu n'était pas encore arrivée. Qui que ce soit, elle ne pouvait pas être puni pour sa présence dans les couloirs. Il était temps pour elle d'inspirer un grand coup et oser demander de l'aide, ce qui est loin d'être aussi évident que cela en à l'air. La personne qui venait vers elle, avait l'air assez jeune également. La couleur de sa cravate, et de son écusson indiquait que cette dernière appartenait à la maison Poufsouffle. Bryn chercha du regard sur sa poitrine un autre écusson pouvant indiquer une fonction quelconque, mais il n'y en avait nulle trace. L'inconnu s'était stoppé face à elle, les joues un peu rouges.

«Bonjour, excuse moi de te déranger mais pourrais tu m’indiquer la direction de la Grande Salle, je suis quelque peu perdue à vrai dire.»

Elle avait été directe, franche. Bryn appréciait les personnes qui ne faisaient pas de détour pour exprimer quelque chose. Elle sentait le regard de cette fille, qui trahissait l'attente qu'elle avait envers Bryn. Une attente que Bryn ne pouvait satisfaire. A force de tourner dans les entrailles du château, elle était incapable de dire où elle était en ce moment même. Elle releva la tête, et observa l'inconnu. Il fallait qu'elle réponde quelque chose
. *Étape 1 : Regarder dans les yeux. Étape 2 : Préparer ce qu'on va dire. Étape 3 : Respirer un bon coup. Étape 4 : Parler*. Un schéma simple que Bryn commençait à bien connaître. Elle se sentait prête. Elle inspira un bon coup, et se jeta à l'eau :

« Salut. Je … Je suis désolé de te dire ça, mais je ne peux pas t'aider. Je me suis perdue moi aussi. Je cherchais les escaliers, mais... Je ne sais plus trop où j'en suis. »

Elle se força à esquisser un sourire. Elle ne voulait pas ressembler à une statue de cire pour l'une de ses premières interactions. Comment montrer l'angoisse qui commençait doucement à monter en elle ? Elles sont toutes les deux perdues, dans un lieu qui lui est inconnu, avec personne d'autre dans les parages.

« Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté. »
~Capitaine des Crochets d'Argents~
~Serpy du mois de juin 2016~
"Le fromage est infâme ! C'est, à ce jour, mon seul combat !"

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

Bon ba on était mal. En effet, comme elle venait de me l’avouer, elle était aussi perdue que moi. On était mal partie toute les deux pour retrouver notre chemin. Et le couvre feu qui approchait à grand pas, cela allait finir en punition et une perte de point pour nous deux. Par la barbe de Merlin, qu'est ce qu'on allait bien pouvoir faire pour nous sortir de ce pétrin.
Un petit rire nerveux m’échappa malgré moi face à la situation dans laquelle nous étions. J’étais perdue, elle aussi, deux élèves perdues dans un château immense, château qu’elle ne connaissait pas assez pour s’orienter, bref le combo de Merlin en panique. Meilleur combo, impossible, à moins de rajouter une créature monstrueuse tel que Monsieur Rusard mais on va éviter de tenter le sort. Redevenons sérieuse, il fallait que je trouve une solution à ce problème.
Je réfléchis pendant un instant, me tournant successivement vers ma destination et d’où je venais. Alors moi je n'avais pas croisé d'escalier, et ma compagne d'infortune non plus. Donc il nous fallait trouver un autre chemin, quitte à nous enfoncer un peu plus dans le chateau. On finirais bien par nous retrouver dans un couloir qu'on connaissait tout de même !


«  Bon, le point positif est que l’on est deux à présent pour chercher la sortie. Et que je n’ai pas croisé d’escalier d’où je venais. Toi non plus donc.Je te propose donc de chercher un nouveau chemin. On rencontrera peut être une bonne âme qui pourra nous aider à nous orienter, ou même un couloir qu'on connait dont on pourra repartir sans emcombre. »

Je lui souris durant un court instant avant de prendre sa main et me mettre en marche selon le plan que je lui avais communiqué. Je n’avais pas peur mais je ne voulais pas perdre la compagnie d’infortune que je m’étais trouvé. En parlant de compagnie, et si nous faisions connaissance. Cela pourrait nous être utile. Je ne connaissais que les personnes de ma maison, et faire connaissance de d'autres élèves ne pourrait être que bénéfique.

« Au fait, je m’appelle Isobel Arrington et je suis en première année à Poufsouffle. Et toi ? Tu es aussi en Première année à Serpentard ?»

Je la regardais tout en marchant, lui souriant pour la mettre en confiance. Elle m'était sympathique, mais peut être que c'était l'effet de notre aventure. En fait, elle n'avait pas le même comportement quand elle n'était pas dans la situation actuelle, c'est à dire perdue. Je verrais bien quand nous aurions retrouvé notre chemin. Mais j'espérais que c'était pas le cas, qu'elle resterait gentille.

Rédactrice en Chef à l'Hufflepost
Responsable du dortoir fille de Poufsouffle
Le souffle de Poufsouffle jamais ne s'étouffe.

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

L'élève en face d'elle laissa échapper quelques éclats de rire. Comment pouvait-elle rire, alors qu'elles étaient toutes les deux perdues dans les couloirs ? Bryn était sidérée de voir que la situation n’effrayait pas la Poufsouffle. La jeune Serpentarde était terrorisé. Cela ne faisait pas très longtemps qu'elle était dans ce château, et allait déjà faire des points à sa maison. On pouvait difficilement rêver de pire pour se faire remarquer. De plus, cela n'allait pas l'aider à se faire des amis. Que faire à présent ? La Jaune semblait avoir une idée derrière la tête, car elle reprit rapidement la parole :

« Bon, le point positif est que l’on est deux à présent pour chercher la sortie. Et que je n’ai pas croisé d’escalier d’où je venais. Toi non plus donc.Je te propose donc de chercher un nouveau chemin. On rencontrera peut être une bonne âme qui pourra nous aider à nous orienter, ou même un couloir qu'on connaît dont on pourra repartir sans encombre. »


Peut-être qu'elle prenait la situation au sérieux en fait. Bryn repensa au petit rire qu'elle avait eu. Que signifiait-il alors ? *Tu vérifieras ça tout à l'heure* pensa-t-elle pour se rassurer. La jeune fille lui adressait un sourire qui se voulait probablement rassurant. Et puis, sans crier gare, Bryn sentit sa main se faire emporter. Le contact avec la paume de l'autre fille est assez désagréable. Cela lui fait un peu mal aux endroits de pression. Mais Bryn n'a pas le temps de se dégager. Elle tout juste le temps de suivre sa camarade, en priant pour ne pas se prendre les pieds dans un tapis.

« Au fait, je m’appelle Isobel Arrington et je suis en première année à Poufsouffle. Et toi ? Tu es aussi en Première année à Serpentard ? »

Un sourire. Il n'y a pas dire Isobel est très souriante. Bryn dégage délicatement sa main de celle de sa camarade. Elle ne veut pas s'expliquer. Pas maintenant. Elle sent le regard pesant de sa camarade qui lui suivait tandis qu'elles continuaient à avancer dans les couloirs. *Ok, Bryn tu peux le faire. Tu lui as déjà fait* s’encouragea-t-elle. La jeune Verte leva doucement le regard. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres.

« Euh... Oui. Je m'appelle Bryn Farrell »

Un silence s'installa entre les deux filles. Bryn regardait à nouveau ses pieds qui avançaient au rythme de ceux de sa camarade. Elle sentait qu'il fallait qu'elle dise quelque chose, mais elle ne savait quoi. Elle regarda un instant les tableaux du couloir, comme pour y trouver une source d'inspiration, puis reporta son attention sur le tapis. Les motifs réguliers étaient les mêmes qu'aux autres endroits de cet étage. Le tapis avait l'air assez doux, bien qu'usé par le passage répétés des élèves. Comme toutes les choses du monde magique, l'usure était parfaitement uniforme, comme si quelqu'un avait cherché à l'user volontairement pour lui donner un air plus authentique. Elle releva la tête. Il fallait qu'elle dise quelque chose.

« Et sinon, tu te plais dans ce château ? »

Bryn eut une subite envie de se gifler. Il n'y avait qu'elle pour ne pas aimer ce château. Depuis qu'elle était ici, elle avait pu admirer le visage radieux de ses camarades. Tous paraissaient avides de connaissances, de rencontres, tandis qu'elle, elle n'aspire qu'à une chose : rentrer chez elle. *Si je rentre chez moi, alors j'ai échoué.* pensa-t-elle, *Je dois me battre jusqu'au bout.*

« Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté. »
~Capitaine des Crochets d'Argents~
~Serpy du mois de juin 2016~
"Le fromage est infâme ! C'est, à ce jour, mon seul combat !"

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

Je vis ma camarade d’infortune grimacer en enlevant sa main de la mienne. Oups, je crois que j’avais fait quelque chose qui ne fallait pas. Peut être qu'elle n'aimait pas qu'on la touche par surprise. Si c'était le cas j'avais fait une énorme bourde et il fallait que je m'excuse.

- Désolé. Je ne voulais pas te gêner. Je me suis laissé emmener par mon excitation à l’idée de retrouver notre chemin. Je ferais attention à partir de maintenant, promis.

Mais je fus rassuré par son petit sourire quand elle se présenta à son tour. Bryn, ce n’est pas commun mais joli comme prénom je trouve. Après cela, un silence régna entre nous deux, je ne savais pas quoi lui dire et surement elle non plus. Finalement, ce fus elle qui le brisa en me demandant si j’aimais le château. Je m’accordai quelques minutes de réflexion, le temps de peser tous les arguments.


- Je dirais que oui j’aime le château et ses cours. J’ai été bercé durant mon enfance par la magie donc oui je l’aime. J’en avais entendu parler qu’en bien donc j’étais pressé de venir. Et toi ?


Je la regardais un instant avant de détourner le regard pour ne pas la gêner plus que raison. Elle semblait avoir du mal à s’ouvrir aux autres donc je ne voulais pas la gêner plus qu’elle ne l’était. Mais j’étais curieuse donc je lui posai bientôt la question fatidique.

- Si tu ne veux pas me répondre, je le comprendrais, tu n’es pas obligé de le faire. Mais tu sembles avoir du mal à me parler et tout à l’heure tu a eu l’air gênée de me tenir la main quand je t’entrainais. C’est que tu es très timide ou tu ne me juge pas digne de ton intérêt. Je ne le prendrais pas mal si c’est la deuxième option, tu sais. Je comprendrais que tu a ta petite sphère et tu n’aimes pas en sortir.

Je lui souris pour atténuer mes propos qui pouvaient sembler brutal mais j’avais besoin de savoir. Pour ne plus commettre d’impaire en lui prenant la main ou la forçant à me parler.
Reprenant notre marche, je regardais les tableaux accrochés, cherchant celui qui me rappellerait quelque chose, que je serais déjà passé devant. Mais non, rien ne me rappellait un vague souvenir. Vivement que l'on trouve un escalier qui nous ramène en terrain connu. Ce n'était pas drôle d'être perdue avec le couvre feu qui arrivait rapidement. On allait finir par faire perdre des points à notre maison.

Rédactrice en Chef à l'Hufflepost
Responsable du dortoir fille de Poufsouffle
Le souffle de Poufsouffle jamais ne s'étouffe.

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

Isobel prenait son temps pour répondre à la question. Était-elle si difficile que ça ? Ce n'était pas l'impression qu'elle laissait à Bryn. Si on lui avait posé la question, elle n'aurait pas mis plus de dix secondes à y répondre. Le château était plus que silencieux, comme si il avait été déserté par tous les autres sorciers. Isobel finit par rompre le petit silence qui s'était installé.

« Je dirais que oui j’aime le château et ses cours. J’ai été bercé durant mon enfance par la magie donc oui je l’aime. J’en avais entendu parler qu’en bien donc j’étais pressé de venir. Et toi ? »

Son avis sur la question. La Poufsouffle voulait son avis sur sa propre question. *Reste calme surtout.* La Jaune allait-elle la prendre pour une folle lorsqu'elle aurait avoué ne pas aimer ce château ?

« Moi je ne l'aime pas. Je voulais rester avec mes amis, pas venir ici. Mais mes parents m'y ont forcé. »

Bryn fit une courte pause dans sa réponse. Elle essaya de ne pas regarder quelle tête faisait Isobel, et reprit sur un ton d'excuse :


« Je suis d'origine moldue. »

Au grand étonnement de Bryn, la Jaune finit par détourner son regard. Avait-elle compris que la Verte était gênée qu'on la regarde ? A moins qu'elle ne veuille tout simplement plus regarder l'extraterrestre qui se trouvait à ses côtés. Le silence entre les deux fillettes ne dura pas bien longtemps cette fois-ci.

« Si tu ne veux pas me répondre, je le comprendrais, tu n’es pas obligé de le faire. Mais tu sembles avoir du mal à me parler et tout à l’heure tu a eu l’air gênée de me tenir la main quand je t’entrainais. C’est que tu es très timide ou tu ne me juge pas digne de ton intérêt. Je ne le prendrais pas mal si c’est la deuxième option, tu sais. Je comprendrais que tu a ta petite sphère et tu n’aimes pas en sortir. »


Bryn ne regarda pas Isobel. Elle l'avait bien plus cernée que ce qu'elle pensait. Quoique, elle était encore loin de la vérité. Une bataille faisait rage dans le cerveau de la Verte. Devait-elle lui dire, ou garder ça pour elle. Dans un sens, tôt ou tard tout le monde serait au courant, mais en même temps, elle préférait se dire qu'elle pouvait se cacher un peu. Juste se dissimuler dans la foule pour quelques jours.

« Non, je n'ai rien après toi. Je n'aime juste pas qu'on me touche. Je n'y suis pas habituée, c'est tout. Je n'ai rien après toi... Au contraire »

Bryn lui fit à nouveau un rapide sourire. La Jaune regardait autour d'elle comme si elle cherchait un indice qui puisse lui indiquer son chemin. Mais les tableaux lui restaient inconnus. Elle regarda un court instant un bonhomme se gratter le nez sur l'une des toiles, puis une femme qui était en train de se coiffer, avant de se remettre en marche avec Isobel. Comment se faisait-il qu'il n'y avait pas un élève, pas un professeur, pas un fantôme dans le coin. Si seulement elles avaient quelqu'un à qui demander leur chemin..

« Tu crois que l'un des tableaux pourraient nous indiquer le chemin ? »


*Encore une idée idiote Bryn. Bravo tu les accumules.* pensa-t-elle. Comment un tableau pouvait-il lui indiquer son chemin ? Autant la magie permettait aux toiles de bouger, et de parler, elle ne pouvaient pas pour autant se déplacer dans le château.

« Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté. »
~Capitaine des Crochets d'Argents~
~Serpy du mois de juin 2016~
"Le fromage est infâme ! C'est, à ce jour, mon seul combat !"

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

J’écoutais Bryn en silence, cherchant les mots qui pourraient peut-être l’aider. J’eu bientôt une ébauche que je tentai, sans toutefois la regarder pour ne pas la gêner.

- Je ne sais pas si mon idée va t’aider mais tu peux considérer cela comme une aventure. Tu vas rencontrer de nouvelles personnes, te faire des amis, apprendre de nouvelles choses. Et puis si tu n’aimes vraiment pas Poudlard, je suis sûre que les professeurs ne vont pas te forcer. Ils voudront bien que tu retrouves ta vie auprès de tes parents. Et si tu leur explique que tu n’aimais pas l’idée d’être loin d’eux, ils ne t’en voudront pas pour cela tu sais, du moins j’espère.

Je me tus un instant, me contentant de marcher. Un soulagement me pris tout de même quand elle me dit qu’elle n’avait rien contre moi. C’était déjà cela. Elle n’aimait pas qu’on la touche, bah je ne le ferais plus, tout du moins essayerais de ne plus la toucher pour ne pas la gêner de trop. Je lui rendis son sourire avant de rire, amusé par une scène atypique. Un sujet de tableau semblait avoir perdu quelque chose et était paniqué, mettant en bazar ce qui l’entourait.

- Oups excusez-moi monsieur. C’est que vous êtes quelques peu comique dans votre recherche. Nous aussi nous cherchons quelque chose, mais pas la même chose.


J’adressais un salut à l’homme avant de poursuivre ma route avec Bryn.

- C’est une bonne idée je trouve. J’avais essayé avec certains tableaux mais il ne parlait pas comme nous donc je n’avais rien compris quand j’étais seule. Mais rien ne nous empêche de recommencer.

Je me dirigeai vers un tableau et me posta face à lui. Au vue de son sujet, le personnage n’était pas de notre époque, mais peut être que nous pourrions nous comprendre tout de même. Expliquant la situation dans laquelle nous étions, je lui demandais notre chemin. Et c’est à partir de ce moment-là que tout dégénéra. Il nous donna un chemin à suivre, mais sa voisine de tableau le rejoignit dans son cadre pour nous en donner un tout autre. Au final ce fut bientôt cinq personnages de tableau réunis dans un seul cadre qui nous donnait tous des chemins différents. Le seul point était que chacun nous disait de continuer, c’est après que cela se corsait.
J’adressai un regard paniqué à Bryn, lui demandant ce que je pouvais bien faire pour sortir de ce pétrin. Qu'est ce que je pouvais faire pour que l'on se sorte de ce bazar énorme. Crier contre les portraits, non merci, pas mon genre, mais alors quoi. Les remercier et continuer notre route, pourquoi pas mais on avait un risque de se tromper de version ou mélanger les cinq. Non, je nous avais vraiment mis dans une bouse de dragon sur ce coup

Rédactrice en Chef à l'Hufflepost
Responsable du dortoir fille de Poufsouffle
Le souffle de Poufsouffle jamais ne s'étouffe.

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

Bryn repensait à ce qu'Isobel lui avait dit quelques instants plus tôt. Pourrait-elle vraiment rentrer chez elle, si elle le voulait ? Ses parents n'accepteraient jamais. En plus, ils se contenteraient de la mettre dans le collège du quartier. Bryn le savait. C'est ce qui était prévu avant que sa lettre pour Poudlard n'arrive. Des amis, elle n'en avait ni ici, et elle n'en aurait pas non plus chez elle. A la rigueur, l'avantage de retourner chez elle, serait de pouvoir retrouver son ordinateur. Son ordinateur, avec la connexion internet, les discussions en ligne avec ses amis de son école primaire. A Poudlard, elle avait l'impression d'avoir fait un bon en arrière dans la courbe du temps. La technologie n'existe pas dans le château, pour la simple et bonne raison qu'elle ne fonctionne pas. Pas d'électricité, pas de réseau.

« C’est une bonne idée je trouve. J’avais essayé avec certains tableaux mais il ne parlait pas comme nous donc je n’avais rien compris quand j’étais seule. Mais rien ne nous empêche de recommencer. »

Les quelques paroles d'Isobel tirèrent Bryn de ses pensées. Son idée n'était peut-être pas si idiote que ça. Apparemment, Isobel avait déjà essayé, mais cela n'avait pas donné grand chose. Peut-être auraient-elles plus de chance cette fois-ci. La Poufsouffle s'approcha d'un cadre qui contenait le portrait d'un homme, relativement âgé déjà. *Sûrement un grand sorcier de son temps* pensa Bryn. Tout dans le visage de cet homme, forçait au respect. Bien que les rides de son visage marquaient le temps passé, cela n'enlevait rien à la grandeur qu'il dégageait. Après qu'Isobel lui est exposé notre situation, l'homme accepta rapidement de nous aider.Il fallait qu'on continue tout droit, puis prendre la troisième à droite. Bryn s’apprêtait à remercier le portrait, quand à sa grande surprise, une dame fit interruption dans le tableau. En plus de parler et de bouger, les tableaux peuvent également se déplacer à travers le château. *Décidément, les sorciers ne font rien comme tout le monde* se dit-elle. Aucun portrait ne semblait vraiment être d'accord avec son voisin, ce qui ne l'aidait pas vraiment à voir plus clair. A ses côtés, Isobel paraissait un peu désemparée. Elle avait beau essayé d'analyser la situation, Bryn ne voyait pas quel rôle elle allait jouer. Rassurer la Poufsouffle ? Pourquoi pas, mais cela implique un contact. Rien que d'y penser, Bryn sentit son corps frissonner légèrement. Tenter de parler aux portraits ? Si il n'y en avait eu qu'un, cela aurait été possible, mais avec cinq personnages, cela relevait plus de la mission impossible. Un sacré boucan commençait à s'élever du tableau. Bryn sentait ses oreilles tintaient. Elle n'allait pas supporter encore très longtemps un tel capharnaüm. Elle essayait de voir un avantage à ce tintamarre, mais à part attirer un préfet ou un professeur dans leur direction, cela ne servirait pas à grand chose. *Sauf qu'un professeur ou un préfet pourrait t'aider à retrouver ton chemin.* Le bruit l'empêchait de réfléchir correctement. Elle commençait à avoir envie de hurler. Hurler pour que tout se stoppe, hurler pour se protéger.
Sans crier gare, Bryn reprit rapidement sa marche à travers les couloirs. Elle adressa un petit signe de la main à Isobel pour inviter cette dernière à la suivre. Les portraits étaient de toute manière bien trop occupés à se disputer pour s'apercevoir de quelque chose. Elle prit le premier couloir à sa droite, et s'arrêta. Loin de la dispute entre les tableaux, elle se sentait déjà beaucoup mieux. Il ne servait à rien d'avancer plus loin, si elles n'avaient aucune idée de l'endroit où aller.


« Bon qu'est-ce qu'on fait maintenant ? »

« Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté. »
~Capitaine des Crochets d'Argents~
~Serpy du mois de juin 2016~
"Le fromage est infâme ! C'est, à ce jour, mon seul combat !"

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

Il semblerait que Bryn ne soit pas d’une meilleure aide que moi. Elle semblait aussi, si ce n’est plus, perdu que moi. Alors que je réfléchissais, essayant de démêler le vrai du faux, je ne vis pas ma camarade s’éclipser, du moins pas sur le coup. C’est quand je voulus me retourner pour lui demander son avis sur la discussion des tableaux que je la vis tourner au coin d’un mur.

- Excusez-moi messieurs dames, ma camarade est partie, je vais la rejoindre.

Je n’aurais dû rien dire, ils ne m’avaient pas entendue dans leur discussion très passionnée. Restant encore un instant pour voir si j’avais une réaction, je ne tardai pas à me mettre à courir pour rejoindre Bryn. Elle semblait beaucoup plus calme et sereine loin de tout ce boucan. Je m’excusais piteusement auprès d’elle avant d’hausser les épaules. Je n’avais aucune idée et chaque action que j’avais faite n’avait qu’aggraver notre situation. Et puis je n’avais plus d’idées pour nous sortir de tout ce bazar. J’espérais donc qu’elle en trouverait une qui nous permettrait d’avancer. Comme pour marquer mon désarroi, je m’appuyais contre le mur et me laissais glisser jusqu’au sol pour replier mes genoux sous mon menton pour me faire la plus petite possible et réfléchir à une nouvelle solution. Celle qui était récurrente était d’attendre de tomber sur un préfet ou un professeur mais ce n’était pas une bonne idée car cela signifierais des points en moins pour notre maison. Déjà qu’on n’était pas en tête, cela n’allait pas faire plaisir à mes camarades qui souhaiterais récupérer ntore retard. Non, je n’avais vraiment plus d’idées pour nous sortir de là.

Rédactrice en Chef à l'Hufflepost
Responsable du dortoir fille de Poufsouffle
Le souffle de Poufsouffle jamais ne s'étouffe.

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

Isobel ne lui était pas d'une grande aide. Elle était tout aussi perdue qu'elle sur la suite des choses à venir. Bryn regarda sa montre. L'heure du couvre-feu était maintenant dépassée. De pas beaucoup, mais dépassée quand même. Est-ce que leur jeune âge, leur nouveauté dans le château, pourrait leur servir d'excuses. Elle n'en savait trop rien. Elle ne s'était jamais fait prendre en train de faire quelque chose d'illégal (il faut dire aussi que ce n'est pas dans son habitude d’outrepasser le règlement), et elle n'avait pas l'attention de commencer aujourd'hui. Mais pour l'une des rares fois de sa vie, elle n'était plus dans le cadre des règles. Dans un sens il était juste qu'elle se fasse punir pour ne pas avoir respecté un point du règlement. Mais en même temps, elle n'avait pas envie de tester les punitions de Poudlard. En face d'elle, Isobel commençait à se laisser abattre. Elle était maintenant assise contre le mur, la tête dans les genoux. Bryn observa le couloir attentivement le couloir. Il ressemblait évidemment à tous les autres. Les mêmes torches, les mêmes tapis. Comment pouvait-on se retrouver lorsque tout est fait pour que les élèves se perdent ? Bryn regarda l’extrémité du couloir. Elle était loin, elle avait du mal à la discerner. Et pourtant, elle sentait qu'il y avait quelque chose de différent à cet endroit. Comme si la lumière était un peu plus forte, un peu plus vive. Se pouvait-il qu'il y ait quelque chose d'autres à cet endroit ? Bryn n'en savait rien. Elle n'était même pas sûre de ce qu'elle voyait de toute façon. Elle n'avait aucun plan, aucune idée. Alors que faire ?

Isobel ne faisait plus grand chose. Elle réfléchissait peut-être à un plan d'action. Bryn ne savait quoi penser. Elle avait du mal à sonder les actions de sa camarade, comprendre ce qu'elle voulait. Mais elle sentait qu'elle devait prendre une initiative. Elle s'approcha de sa camarade, et essaya d’attirer son attention. Une fois fait, elle lui désigna l’extrémité du couloir. Sa camarade allait-elle voir ce que Bryn avait un peu de mal à distinguer?


« Je pense qu'il faut aller par là. La lumière est différente. Il y a peut-être quelque chose de différent qui nous mettra sur la voie. Tu la vois, toi? »

Bryn tendit la main afin d'aider sa camarade à se relever. Elle avait souvent vu d'autres personnes le faire. Il y avait donc peu de chances que cela paraisse inapproprié dans cette situation. Elle commença à se diriger vers le bout du couloir. Qu'allait-elle trouver là-bas ? Se pouvait-il que ce soit un passage vers la cage d'escalier qui donne cette lumière un peu différente? *A moins que cela ne soit juste une fenêtre* pensa-t-elle.

« Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté. »
~Capitaine des Crochets d'Argents~
~Serpy du mois de juin 2016~
"Le fromage est infâme ! C'est, à ce jour, mon seul combat !"

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

Alors que je réfléchissais, je vis Brynn qui essayait de retenir mon attention. Levant les yeux vers elle, je la regardais pointer le bout du couloir où la lumière changeait. Serais ce ce que je pensais être, un escalier. Il ne me restait plus qu'à espérer que cela soit le cas. Je lui sourit doucement avant de prendre sa main et me relever avec son aide.

- Allons voir, tu en pense quoi.

Sans attendre son avis, je me mis en route vers la source de lumière. Je savais qu'elle ne voulait pas que je la touche donc je n'en fis rien, me contentant de marcher à ses côtés jusqu'à la source de la lumière, accélérant de plus en plus. Passant devant une fenêtre, je me stoppais devant un spectacle quelque peu inhabituelle. En effet, le calamar du Lac cachait attentivement dans la caverne magique un objet qui m'était inconnu. Mais je ne m'attardais pas longtemps sur cette vision, pressée de rejoindre mon dortoir. Ne tentions pas la chance. Jusqu'à là personne ne nous avait vu, continuons ainsi. Arrivant dans la source de lumière, je ne pus retenir un petit cri de joie. Devant nous on avait un escalier qui descendait vers les entrailles du château. Parfaitement ce qu'il nous fallait. Dans un excès de bonheur, je ne me rendis pas compte de ce que je faisait et pris la main de Brynn, l’entraînant derrière moi dans l'escalier euphorique. Nous allions nous en sortir, nous ne serions pas punis. Encore quelques mètres et je serais en sécurité dans mon dortoir,et elle aussi. Dévalant les escaliers, je me stoppais dans le grand Hall et lacha sa main.

- Bon ba je crois qu'on est sauvé. Je suis contente qu'on s'en soit sortis. A une prochaine fois.

Lui faisant un petit coucou de la main, je m'éclipsais vers mon dortoir, dévalant les dernier escaliers avant de donner notre mot de passe et entré. Ouf, croisé aucun prefet ou professeur, aucun point en moins. Cela avait été une soirée mouvementé mais à l'issue positive. Je méritais bien un petit somme pour me remettre de toute ces émotions. Saluant les Poufsouffles que je croisais, je montais dans mon dortoir où je me mis sous ma couette pour m'endormir comme une masse immédiatement.

Rédactrice en Chef à l'Hufflepost
Responsable du dortoir fille de Poufsouffle
Le souffle de Poufsouffle jamais ne s'étouffe.

Si tu ne sais pas où tu vas alors tout chemin t'y mènera  PV 

La main d'Isobel était un peu chaude. Le contact lui semblait un peu moins désagréable, car elle s'y était préparé cette fois. En revanche la traction pour relever Isobel était beaucoup plus désagréable, presque un peu douloureuse. Au moins, elle connaitrait cette sensation si jamais elle devait subir à nouveau cette situation. Elle frissonna légèrement à cette pensée. Elle espérait bien ne plus jamais se perdre dans les couloirs. La Poufsouffle se mit doucement en marche vers cette étrange lumière, et Bryn suivit mécaniquement. Un silence un peu distant s'était remis en place entre les deux fillettes. La jeune Serpentarde sentait bien qu'Isobel était gênée à ses côtés. Elle devait ressentir la différence de Bryn. Elle accéléra un peu pour se maintenir à la hauteur de sa camarade; Cette dernière semblait de plus en plus pressée de voir ce que renfermait cette lumière. Mais Bryn, elle l'abordait avec beaucoup plus d’appréhension. Elle avait peur d'être déçue. Elle tendit l'oreille, mais n'entendit aucun bruit. Le couvre-feu était dépassé depuis de longues minutes, mais elle n'imaginait pas que le château puisse être si silencieux. Bon silencieux était un grand mot. Les portraits chuchotaient sans cesse sur leur passage. Elles devaient sans doute passer pour des élèves dissipées.
Elles arrivaient enfin vers la source lumineuse. Et c'était effectivement bien plus qu'une source lumineuse. Bryn aperçut tout d'abord un palier, une rampe, puis une volée de marche. En s'avançant sur le palier, elle pouvait même distinguer les portes de la Grande Salle. Elle était réellement soulagée. Elle allait enfin pouvoir rejoindre sa salle commune, mais surtout son dortoir. En plus, jusqu'à maintenant, elle n'était pas tombé sur le moindre préfet ou professeur. Elle espérait juste que ce soit le cas jusqu'à son arrivée en salle commune. Elle s’apprêtait à poser le pied sur la première marche, pour entamer la descente, mais Isobel la prit de rapidité. La Poufsouffle attrapa la main de la Serpentarde, et l'entraîna à toute vitesse dans les escaliers. Bryn retint un cri de surprise, et se laissa entraînner; Ce n'était pas le moment d'alerter tout le château de leur présence dans les escaliers. Elle arriva en bas, soulagé, mais pas de retrouver enfin son chemin. Elle était plutôt soulagé qu'Isobel lui lâche enfin la main. Elle déplia et referma un peu ses doigts afin de faire passer la sensation; Qu'est-ce qui avez pu prendre à la Jaune pour qu'elle lui saisisse la main comme ça? Elle n'était pas un objet après tout. L'air frais du hall l'aida à lui remettre un peu les idées en place. Il était temps de quitter sa camarade d'infortune, et Isobel semblait avoir eu la même idée.


« Bon ba je crois qu'on est sauvé. Je suis contente qu'on s'en soit sortis. A une prochaine fois. »


Bryn était contente aussi de s'en être sorti. Elle adressa un petit sourire à sa camarade, et fit un effort pour balbutier quelques mots.

« Eh bien au revoir. Euh... Au plaisir de te revoir. »


La Poufsouffle s'éclipsa rapidement, et Bryn emprunta l'escalier qui menait à sa salle commune. La chance devait être avec elle, car elle ne croisa personne. Arrivée dans sa salle commune, elle s'éclipsa rapidement vers son dortoir. Elle estimait qu'elle avait bien le droit à un petit remontant pour cette soirée. Et elle avait justement dans sa valise, des friandises au chocolat qu'elle n'avait pas encore goûté. Des Chocogrenouilles si elle se rappelle bien du nom. Mais en tant que fan inconditionnelle du chocolat, ça ne pouvait pas lui déplaire.



~Fin du RPG~

« Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté. »
~Capitaine des Crochets d'Argents~
~Serpy du mois de juin 2016~
"Le fromage est infâme ! C'est, à ce jour, mon seul combat !"