Couloirs

Inscription
Connexion

La France et la finesse de sa langue  PV: Mia 

Ok, alors là.... J'en ai marre ! Journée pourrie, il n'y a pas à dire !
Je suis tombée sur un idiot hyperactif en Potions qui a tout foiré et qui a fait explosé le chaudron. En DCFM, j'ai loupé mon sort et un Botruc a bien failli me sauter dessus. La professeur l'a repoussé à temps, mais il a réussi à m'attraper une mèche de cheveux au vol. J'en ai encore mal au crâne ! Tandis que la petite créature doit encore brandir fièrement une mèche de cheveux châtains. Saleté de créatures !

Vous voulez savoir comment ma superbe journée s'est continuée ? Je me suis perdue dans les couloirs ! Oui, la joie des escaliers qui font ce qu'ils veulent et puisque j'avais la tête ailleurs... Je n'ai rien vu venir et je me suis retrouvée dans un coin de l'école inconnu. Ça va faire trente minutes que je déambule dans les couloirs à la recherche d'un tableau ou d'un objet que je connais, mais que dalle. C'est donc dans un élan de distinction que je me suis exprimée en français :


- J'en ai marre, école à la c** ! Tous ces foutus couloirs se ressemblent ! J'en ai marre de ces p****** d'escaliers qui en font qu'à leur tête ! M**** !

Puis, tel une enfant de quatre ans, je me suis assise au milieu du couloir avec une mine boudeuse. Vous savez, celle qui veut dire "Je ne bouge pas tant que je ne suis pas téléportée devant le tableau de la Grosse Dame !"
Sauf que, dans mon excès de bouderie, je n'ai pas vu qu'une autre élève se tenait un peu plus loin et a pu apercevoir toute la scène. La pauvre, elle a dû me prendre pour une folle qui s'énerve dans une langue inconnue. Peut-être même qu'elle m'a prise pour une extraterrestre.
Je la fixe en l'apercevant, je dois être encore plus flippante comme ça. J'espère qu'elle ne va pas avoir peur au moins, elle sait peut-être où on est et comment se retrouver.

► Griffes et crocs, griffes et coeurs, Gryff vainqueurs ! ◄
Ma baguette : 29,6 cm, bois d'érable, plume de chouette
Code couleur : #8B008B

La France et la finesse de sa langue  PV: Mia 

J'essayais de rejoindre la Bibliothèque quand les escaliers se sont mis à bouger. C'est vrai... Je n'avais toujours pas l'habitude, même si cela faisais déjà quelques semaines que j'étais arrivée à Poudlard. Et donc, comme d'habitude, ils n'en faisaient qu'à leur tête, embêtant le plus possible les élèves de premières années, comme moi. Par prudence, je préférai descendre, et chercher un autre chemin. J'avais compris, au bout de quelques jours, qu'il ne fallait pas s'attendre à ce qu'ils vous redescendent gentiment à l'étage demandé. Je m'étais donc adossée à un mur, un livre entre les mains, attendant que quelqu'un passe par là - ou que les escaliers mènent à la Bibliothèque.

C'est à ce moment là que je l'ai entendu. Ce devait sûrement être une première année, elle aussi. Elle hurlait dans toute la cage d'escaliers, rageuse - elle aussi venait de se faire avoir. Elle était dans le couloir, elle aussi, tentant probablement d'échapper au bon vouloir de ces capricieuses marches. Elle devait être à trois mètres de moi, peut-être plus. Elle ne m'avait pas aperçu néanmoins, sans doute trop occupé à gémir dans tous les sens. Mais ce n'est pas tant le fait qu'elle criait qui piqua ma curiosité. C'était qu'elle s'exprimait dans un français parfait. Pas vraiment de manière soutenue, ni même noble, mais en français tout de même. Je pus intercepter ses dires :


"J'en ai marre, école à la c** ! Tous ces foutus couloirs se ressemblent ! J'en ai marre de ces p****** d'escaliers qui en font qu'à leur tête ! M**** !"

Et elle s'assit, boudeuse. J'émis un petit rire discret. J'étais toujours invisible à ses yeux, et ça m'arrangeait. Je pouvais continuer à l'observer. Elle a de longs cheveux châtains, aujourd'hui détachés, mais en y repensant, je l'ai déjà vu, et elle porte la plupart du temps un petit chignon sur le côté, en laissant quelques mèches dépasser. Elle a de grands yeux verts, magnifiques ! Son visage enfantin, est désormais déformé par la colère d'avoir subit un affront face aux escalier. Quant à sa taille, impossible de savoir vraiment, comme elle est assise, mais elle ne doit pas faire plus d'un mètre soixante. Ce qui est déjà pas mal, en soi.

Soudain, elle tourna la tête vers moi. Et je me détournai alors, rouge de honte. Je sentais son regard perçant sur ma peau, comme si elle me dépouillait, me déshabillait d'un seul coup d’œil. Je voulais l'aider, pourtant. La pauvre... Ce n'était vraiment pas simple, d'être nouveau quelque part, sans avoir d'attache. J'en savais quelque chose ! Alors je pris mon courage à deux mains, et me dirigeai vers elle.


"Salut", je lui fais, en essayant d'être le plus amicale possible, lui tendant même la main, alors que je suis terrorisée. "Tu as besoin d'aide ?" je lui demande ensuite en français.

~ Même le plus petit du serpent a du venin ~
“Les familles, l’été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l’espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.”

La France et la finesse de sa langue  PV: Mia 

Oh toi, petite étoile sur mon chemin ! Merci d'être venue éclairer ma route.
Alors que j'étais là à me morfondre, la jeune fille qui a surpris mon coup de folie est venue m'aider. A la vue du blason sur son uniforme, je devine que c'est une Serpentard. Je la regarde venir jusqu'à moi fixement, certainement d'une manière flippante. Elle semble avoir mon âge. La première pensée qui me vient, c'est l'image de Blanche-Neige : Une peau pâle, des cheveux de jais qui tranche avec sa peau. Elle a de très beaux yeux aussi, un mélange de vert et de bleu avec même un peu de gris. Elle est vraiment mignonne je trouve.

Au fur et à mesure qu'elle s'approche, je me rend compte que je me suis ridiculisée. Et quelle surprise quand elle me demande si j'ai besoin d'aide en français ! Alors là, honte complète. Je ne sais plus où me mettre !

J'attrape tout de même sa main tendue pour me relever et je dépoussière mon uniforme pour cacher ma gène qu'elle ait assisté à cette scène et qu'elle est compris les vulgarités que j'ai prononcé.


- Bonjour, je suis désolée que tu ais assisté à ma crise de nerf… Je… Je ne suis pas une folle furieuse ! Je suis perdue depuis longtemps et je n'arrive plus à trouver ma salle commune… Et désolée aussi d'avoir bafouée le français, ma mère me tuerait si elle m'entendait.

Je ris à l'idée de ma mère qui entend tant de mots d'oiseaux de la bouche de sa fille dans sa langue maternelle. Bon, elle n'est pas innocente à cette connaissance, mais quand même !

Une fois la gène passée, je peux enfin m'exprimer et me présenter !


- Je suis Leela Vince, première année à Gryffondor. J'ai eu une journée compliquée, on va dire que c'est mon vendredi 13 à moi. J'ai cru comprendre que tu étais une Serpentard.


Je montre le blason brodé sur sa veste en souriant. L'écusson vert orné d'un serpent est plutôt joli je trouve. J'ai toujours trouvé les serpents intéressants et nombres d'entre eux sont inoffensifs malgré les rumeurs. Même si les Serpentards ont mauvaises réputations, je ne pense pas qu'ils sont si méchant que ça. Après tout, Antony est un super parrain malgré quelques boulettes !

- Est-ce que tu saurais comment me rendre à la Salle Commune ou à un endroit civilisé avec des repères qu'une nouvelle pourrait reconnaître ?


Je suis enfin calme et posé, je peux réfléchir en bonne petite humaine sans aucun problème. Le programme « Leela » est repartie, le crash complet a été évité de peu.

► Griffes et crocs, griffes et coeurs, Gryff vainqueurs ! ◄
Ma baguette : 29,6 cm, bois d'érable, plume de chouette
Code couleur : #8B008B

La France et la finesse de sa langue  PV: Mia 

La main tendue, j'attends qu'elle l'attrape. J'ai peur, pendant un instant, qu'elle n'accepte pas mon aide et que je me ridiculise - ce ne serait pas la première fois. Enfin, ce ne serait pas grave de toute façon ; de ce que j'en ai vu, il n'y a personne d'autres dans les couloirs que nous. Mais elle s'agrippe et je l'aide à se relever. Sur pieds, elle s'époussette un instant, et je reste sans rien dire. Je pense qu'elle est un peu gênée que j'ai compris ce qu'elle a dit, et cela me fait encore plus sourire. Je dois avoir l'air d'une idiote heureuse.

"Bonjour, je suis désolée que tu aies assistée à ma crise de nerf… Je… Je ne suis pas une folle furieuse !", tente-t-elle de se rattraper. "Je suis perdue depuis longtemps et je n'arrive plus à trouver ma salle commune… Et désolée aussi d'avoir bafouée le français, ma mère me tuerait si elle m'entendait."

Elle laisse échapper un petit rire et je me demande à quoi elle peut bien penser. Peut-être que c'est juste nerveux ? Aucune idée. Je me mets alors à nous comparer. Je crois que l'on a vraiment rien en commun. Déjà, elle me dépasse de cinq centimètres, au moins. Peut-être même dix. On n'est même pas de la même Maison ! Mais peut-être que c'est cela qui m'a attiré chez elle. La différence. Elle est mon exact opposé, tant niveau caractère - du moins de ce que j'ai pu en voir - que physique. Elle incarne mon idéal. Je secoue la tête alors qu'elle continue son monologue - encore quelque chose qui nous sépare : je suis incapable de tenir une conversation.

"Je suis Leela Vince, première année à Gryffondor. J'ai eu une journée compliquée, on va dire que c'est mon vendredi 13 à moi. J'ai cru comprendre que tu étais une Serpentard."

Elle pointe alors le blason brodé sur ma veste. Je souris. Je ne suis donc pas la seule dans cette école à être observatrice et pointilleuse...

"Est-ce que tu saurais comment me rendre à la Salle Commune ou à un endroit civilisé avec des repères qu'une nouvelle pourrait reconnaître ?", continue-t-elle sur sa lancée.

J'avais raison ; elle est totalement paumée. Mais je pourrais en dire autant de moi. Enfin, pas totalement. Je sais comment redescendre. Mais les escaliers, eux, ne semblent pas d'accord pour me laisser accéder à l'endroit qui m'attire. Je hoche la tête et lui réponds alors, en essayant de vaincre le plus possible ma timidité :


"Eh bien, pour ta Salle Commune, je ne sais pas trop, on est pas de la même Maison, et on a pas le droit d'avoir accès aux autres", je commence, comme si j'en avais quelque chose à faire du règlement. "Par contre, je me rendais à la Bibliothèque, si tu y es déjà allée..."

*Ça alors ! Mia Lightwood est donc capable de tenir une discussion de plus de trois minutes ! C'est une première*, me lance une petite voix dans ma tête, que je me contente d'ignorer.

J'attends simplement une réponse de Leela, en la regardant avec un petit sourire en coin.

~ Même le plus petit du serpent a du venin ~
“Les familles, l’été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l’espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.”

La France et la finesse de sa langue  PV: Mia 

Elle est trop mignonne, j'ai presque envie de la croquer ! Une Serpentarde timide, j'avoue que c'est atypique d'après ce que j'ai appris de cette maison.
J'ai envie de lui sauter au cou et de lui faire un gros câlin. Oh non, de m'en servir de doudou ! Mon cerveau surchauffe !

Elle me propose d'aller jusqu'à la bibliothèque avec elle, j'ai les yeux qui brillent à cette proposition. Bibliothèque signifient livres de Poudlard qui signifient livres sur l'histoire de l'école et sur les potions. Et j'ai enfin du temps pour traînarder dans les rayonnages.


- Ça serait super de ta part, je pense même en profiter pour jouer les rats de bibliothèque. J'aimerais comprendre un peu mieux certains points du monde magique au passage.

Elle a l'air super, je pense qu'on peut bien s'entendre. J'ai envie de la connaître un peu plus.
Je la laisse me guider dans les dédales de couloir qui s'apparente au labyrinthe du Minotaure pour moi.


- Je connais ta maison, mais pas ton nom. Tu t'appelles comment ? Tu n'es pas obligé de répondre ! Je peux comprendre que tu ne veuille pas, j'ai cru comprendre que nos maisons ne s'aiment pas beaucoup…

Je trouve ces querelles idiotes, ceux qui sont d'accord avec ça sont des abrutis. Un Serpentard n'est pas obligatoirement un petit arrogant, un Griffondor un casse-cou qui s'attire des ennuis et je passe les autres clichés que j'ai entendu.
Je ne sais pas si c'est le fait que je sois née-moldue, mais je ne crois pas en tout ça.


- Tu as l'air de bien connaître l'école, tu es en quelle année ? Deuxième ?

Si elle dit qu'elle est en première année, je me déclare nulle de service et boulet officiel de Poudlard ! J'ai un sens de l'orientation qui équivaut à celui de la moule. Ouais, le truc qui reste toute sa vie accroché à un rocher avant d'être mangé avec une barquette de frites.

► Griffes et crocs, griffes et coeurs, Gryff vainqueurs ! ◄
Ma baguette : 29,6 cm, bois d'érable, plume de chouette
Code couleur : #8B008B

La France et la finesse de sa langue  PV: Mia 

Quand je lui demande si elle veut m'accompagner à la Bibliothèque, l'un des rares endroits où je sais déjà me rendre seule, ses yeux se mettent à briller. J'espère qu'elle aura le temps de traîner un peu avec moi dans les rayons, afin que l'on puisse discuter plus longtemps. Je l'aime bien, elle est très ouverte, et en même temps, elle ne me déballe pas toute sa vie comme si nous nous avions partagé la même crèche. Alors que mon cerveau tourne à toute allure, elle me répond :

"Ça serait super de ta part, je pense même en profiter pour jouer les rats de bibliothèque. J'aimerais comprendre un peu mieux certains points du monde magique au passage."

Génial ! Elle a donc l'intention de rester un peu ! Je laisse mes pas me diriger, tandis que j'analyse ce qu'elle vient de dire, cherchant à trouver le plus d'informations sur elle, qui elle est. Elle est donc un peu studieuse, ou en tout cas, elle aime bien lire. Elle me parle du monde magique comme si elle ne le connaissait pas, et j'en déduis qu'elle est Née Moldu. J'ai toujours été comme ça. Je cherche à comprendre et à connaître les autres selon ce qu'ils disent, grâce à mes interprétations, et je me trompe rarement - sans vouloir me vanter.


"Je connais ta maison, mais pas ton nom. Tu t'appelles comment ? Tu n'es pas obligé de répondre ! Je peux comprendre que tu ne veuille pas, j'ai cru comprendre que nos Maisons ne s'aiment pas beaucoup..."

Elle continue à me parler, avant que j'ai pu lui en demander un peu plus. Je laisse une petite moue colérique m'envahir, puis elle disparaît. Je ne compte pas tout gâcher, pas encore une fois. Poudlard, c'est un recommencement, et j'ai bien l'intention de faire quelque chose ici.

Nos Maisons ne s'apprécient pas... En effet. D'ailleurs, j'aperçois deux Gryffondor plus âgés dans un coin qui nous dévisagent - en particulier moi - et qui semblent désapprouver. Je hausse les épaules, puis croise les doigts pour qu'elle ne les ai pas remarqué. Je ne voudrais pas qu'elle s'en aille à cause des regards ...

"Tu as l'air de bien connaître l'école, tu es en quelle année ? Deuxième ?", elle reprend, comme si elle espérait.

Peut-être qu'elle a peur d'être nulle de ne pas savoir se diriger dans l'école alors que cela fait déjà quelques temps que l'on a commencé les cours. Je continue d'avancer, et me décide à lui répondre - enfin :

"Mia. Je m'appelle Mia", je dis, tout en marchant. "Et je suis en Première année, tout comme toi. Pour ce qui est de connaître l'école, je t'avoue que j'ai encore un peu de mal"

Je retiens un "tout comme toi" qui pourrait la mettre mal à l'aise et continue :

"Je connais quelques chemins particuliers, mais pour aller en cours, je suis obligée de suivre les autres... Ce n'est pas tout à fait évident, je t'avoue."

Et je rigole.


"Tu es Née Moldu, à ce que j'ai cru comprendre ?", je lui demande enfin.

Mais avant qu'elle puisse répondre quoi que ce soit, je la tire d'un coup sec et m'élance. Ouf ! En ayant jeté un œil à ma droite, j'avais remarqué que les Escaliers étaient enfin revenus, et je nous ai sauvé : ils étaient à deux doigts de partir. Ils tournent donc et je m'excuse :

"Si je t'avais prévenu, nous n'aurions jamais eu le temps d'y arriver", je lui dis en baissant les yeux.

~ Même le plus petit du serpent a du venin ~
“Les familles, l’été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l’espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.”

La France et la finesse de sa langue  PV: Mia 

Je la bombarde de question pendant qu'on prend le chemin de la Bibliothèque. La pauvre, je dois être super chiante. Elle a à peine la possibilité d'en placer une.
Alors qu'on discute, je remarque que la Serpentarde est mal à l'aise, je tourne les yeux et vois deux de mes aînés nous foudroyer du regard. Ma seule réponse fut celle digne d'une gamine : Je leur ai tiré la langue. Oui, je ne rigole pas, je leur ai tiré la langue l'air de dire « Je m'en fous de votre avis, les pétasses ! »

Je reprend la discussion l'air de rien en lui demandant sa classe. Elle finit d'ailleurs par me parler, je pensais qu'elle allait garder le silence tout le long du voyage. Donc Première Année tout comme moi, c'est gentil de sa part d'essayer de me remonter le moral en me disant qu'elle a des problèmes d'orientation aussi.


- Quelle idée d'ensorceler les escaliers aussi, c'est comme si les Fondateurs avaient voulu rendre la vie dure aux élèves !

Elle a deviné mes origines donc, ce n'est pas étonnant. Il est très facile de voir que je n'y connais rien quand il s'agit du monde de la magie. Tout ce que je sais, je l'ai appris dans les livres. J'ai été tellement curieuse de ce monde que j'ai lu plusieurs livres sur Poudlard et l'Histoire de la magie au Chemin de Traverse. C'est là que j'ai appris l'Histoire de Poudlard et l'esprit que l'on assigne aux maisons ainsi que les rancunes entre elles.

- Oui, je suis une fille de Moldus, même mon grand frère est moldu…

Je soupire au souvenir de mon frère, on a toujours été inséparable. Il nous arrivait encore, parfois, de dormir ensemble les nuits d'orage. Il sait que j'ai peur du tonnerre, alors il venait dans ma chambre et me murmurer des paroles rassurantes jusqu'à ce que je dorme. Joshua me manque…
Je pense à ça sans regarder devant moi, c'est pour ça que je pousse un cri quand Mia me tire d'un coup sec et qu'on décolle. Je tremble encore un peu une fois sur les marches.


- Tu… As bien fait… J'ai juste eu un peu peur.

Je souffle un grand coup pour faire partir toute cette peur, qu'est-ce que j'ai flippé ! Bon Dieu, faut pas qu'elle me fasse ça tout les jours.
Je relève la tête et lui souris.


- Merci Mia !

Je me redresse et lui fait signe qu'on peut continuer à avancer, ce n'est pas tout les jours qu'on saute sur des escaliers en marche !

► Griffes et crocs, griffes et coeurs, Gryff vainqueurs ! ◄
Ma baguette : 29,6 cm, bois d'érable, plume de chouette
Code couleur : #8B008B

La France et la finesse de sa langue  PV: Mia 

Sujet clos (délais de 6 mois dépassé) - Si vous souhaitez réouvrir ce sujet, envoyez un hibou à la préfecture ou à un membre du corps professoral.

"Deviens ce que tu es."
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté."
Code Couleur : #6FD0FD
~ Serpy du mois (décembre 2016, juin 2017) ~
~ RNA ~