Clans et clubs

Inscription
Connexion

 Théâtre  Réunion de Famille

CLUB DE THÉÂTRE
(IMPROVISATION)
Image
Distribution : Mad Mal (Directrice de Serpentard), Ysalyne Benett (Directrice de Serdaigle), Alice Huet (Directrice de Gryffondor) et Anabelle Franck (Directrice de Poufsouffle)
Les directeurs de maison ont subi un sortilège de confusion, juste avant le dernier conseil de classe où ils sont censés réaliser un compte-rendu de l'année. Chacun tente de défendre au mieux sa maison.
TOUR I
06.06.18

Le thème que vous avez toutes les quatre choisi s'annonce très prometteur. Tandis qu'une large table ronde entourée de chaises en bois est installée au milieu de la scène par les membres du club, l'elfe des effets spéciaux fait voler des bannières aux couleurs des quatre maisons de Poudlard, afin de les fixer le long du mur du fond. Quelques accessoires ornent la table : chandeliers, plumes, encres, des tas de parchemins... L'éclairage s'assombrit légèrement pour laisser penser que la scène se déroule en fin de journée. Il ne manque plus que les professeures pour parfaire ce schéma...

Ordre d'apparition :
1. Mad Mal
2. Ysalyne Benett
3. Alice Huet
4. Anabelle Franck

Accessoires disponibles :
- Grandes robes de sorciers (Directrices)
- Baguette (Directrice de Serdaigle)
- Bague à l'annulaire, petits talons (Directrice de Serdaigle)
- Bièraubeurre (Directrice de Gryffondor)

Contraintes :
La première contrainte était donnée dans le thème : vous ne pouvez pas jouer le directeur de votre Maison. Ainsi, dans ce tour, vous devrez chacune réaliser une action ou dire une phrase pour indiquer au public quel rôle vous jouez.
Dernière modification par Elian Kernac'h le 21 juin 2018, 23 h 46, modifié 1 fois.

« Il y a souvent plus de choses naufragées au fond d'une âme qu'au fond de la mer. » - Victor Hugo
Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé.

 Théâtre  Réunion de Famille

Petit à petit, la scène était décorée et prenait ainsi par la même occasion vie. Chaque machiniste et technicien mettait sa main à la pâte pour parvenir enfin à un décor satisfaisant et, après quelques minutes d'installation, le tout était prêt grâce au beau et efficace travail d'équipe mis en place. Une large table ronde en bois trônait au milieu de la pièce aménagée autour de laquelle se plaçaient diverses chaises qui étaient au nombre approximatif de six. Les quatre bannières représentant les maisons de Poudlard y étaient dressées et c'était alors que Mad était invitée à entrer sur scène. Elle devait trouver une personnage à jouer, là maintenant tout de suite, sans temps de réflexion. Elle n'avait pas prévu de devoir être la première à poser un pied sur la scène. Elle réfléchit donc alors et, après avoir défini furtivement son personnage dans sa tête lança en arrivant devant le public un :

ANGBOR
Hmpf... Ces abrutis doivent encore être en retard...
Sont pas malins, on voit qui gère les Serpys ici...


Elle se dodelinait d'une manière parfaitement ridicule mais avait surtout décidé de se faire rire elle même aujourd'hui avec ce spectacle, avant de faire rire les spectateurs et n'éprouvait donc aucune gêne ou honte. Elle était là pour elle. Elle se portait donc comme un homme caverneux qui vivait au creux des montagnes -dans le cliché-, à voir ses bras ballants, son dos courbé et sa mâchoire avancée, et avait une dégaine parfaitement relâchée. Elle tournait alors autour de la table qui avait été disposée, comme si elle l'inspectait et la découvrait la première fois, puis s'avachit sur une chaise. Sa tenue avait pourtant de quoi surprendre au vu de son comportement : une robe de sorcier toute propre et bien taillée. Non, vraiment, il fallait changer cela. Elle dégrafa donc la robe, la retira par la tête et la posa sur la table, la poussant jusqu'à la faire glisser puis tomber jusqu'au bord. Le tissu s'écroulait ainsi sur le sol lisse. Elle s'observa alors et put se rappeler grâce à cela qu'elle avait enfilé en dessous une tee-shirt ample gris taupe ainsi qu'un short assez court noir. Bon, le short était clairement trop moulant pour un personnage tel que celui là et trop propre, mais elle souhaitait éviter de le raccourcir. Quoique, tout dépendait de la manière.

ANGBOR
Mais chuis pas à l'aise dans ce truc tout serré là... Je suis boudiné, c'est pas possible...
Personne aurait une lame ?


Au dernier moment, elle avait reviré et avait pris la décision de faire participer les spectateurs, vers qui elle avait ainsi relevé sa tête, puisque cela pourrait lui être fort utile à sa prestation. Ainsi, elle n'hésiterait pas à déchirer son habit de toutes parts si lame on lui fournissait, s'investissant alors pleinement dans son improvisation. En attendant, le tour était aux autres comédiens de rentrer sur scène, et il fallait avouer que l'impatience trépignait en la Deuxième Année qui avait hâte de découvrir les autres personnages. 

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

 Théâtre  Réunion de Famille

Dans les coulisses avec Mad, Alice et Anabelle, Ysalyne attendait avec impatience de pouvoir entrer sur scène. Elle se souvenait très bien de l'audition qu'elle avait passé en première année pour faire partie du club théâtre de l'école mais n'avait malheureusement jamais pu jouer sur scène à cause de... à cause de ce qu'il s'était passé. Mais aujourd'hui, elle allait enfin pouvoir s'essayer à quelque chose qu'elle avait toujours voulu tenter : monter sur les planches. Et pas pour n'importe quel exercice, non, celui de l'improvisation.

La jeune Benett se concentrait autant qu'elle le pouvait sur sa respiration. Elle savait que l'improvisation était un pan du théâtre très compliqué à maîtriser et si une partie d'elle-même craignait affreusement de se ridiculiser devant le public, une autre avait tout aussi affreusement hâte d'enfin débuter leur scène. Et puis la situation était vraiment bien : un repas entre les directeurs de maisons. Pour le moment, elle croisait fortement pour pouvoir interpréter une directrice de Serdaigle, mais elle n'était que la deuxième à passer, Mad monterait avant elle et donc, choisirait la première le personne qu'elle voudrait faire. Et comme leur consigne pour ce premier tour était de ne pas choisir leur propre maison, il y avait des chances pour que la Gryffondor choisisse Serdaigle.

Lorsqu'il fut temps pour Mad de monter sur scène, Ysalyne s'approcha autant que faire se peut pour pouvoir l'observer en action et guetter la réaction des spectateurs, sans pour autant qu'elle ne fut visible d'eux. Serpentard. Mad avait choisi d'endosser le rôle d'un directeur de Serpentard. Ysalyne sentie son cœur se gonflé de joie. Elle n'avait aucune idée quant à quelle sorte de directrice elle présenterait, mais pouvoir faire partie de la maison Serdaigle, même rien que pour une improvisation, lui fit avoir une pensée pour ses parents. Une courte pensée néanmoins, car son tour arriva.

Sans réfléchir, sa longue robe noire de sorcière enfilée, baguette à la main et bague énorme à l'annulaire gauche, elle se redressa de toute sa hauteur, bascula ses épaules en arrière pour se donner plus de grandeur encore, et entra sur scène d'un pas lent mais digne. Elle l'avait décidé en une fraction de seconde, elle se ferait on ne peut plus cliché et deviendrait, pour le temps de leur représentation, un archétype de Serdaigle s'exprimant avec un langage très noble. Tant pis, elle n'avait pas d'autre idée, et de toute façon, elle était déjà sur scène alors... Et puis cela trancherait avec le langage très familier que Mad avait choisi pour son directeur de Serpentard.

ROSELYNE SYLVIA HASTINGS

Ah, mon ami, vous voilà donc déjà arrivé ? Je vous prie hardiment de m'excusez de ce léger retard, mais une petite affaire est survenue entre deux de mes élèves alors que je me préparais à vous rejoindre – rassurez-vous mon ami, une simple mésentente sans grande importance – et la tour de Serdaigle est bien loin d'ici.


Ysalyne termina son entrée en se planta gracieusement devant le directeur de Serpentard et acheva sa tirade d'une légère inclination vers son ''collègue'' qu'était Mad. Mais elle s'efforçait du mieux qu'elle pouvait de voir cet homme qui lui semblait vouté, ventripotent et très familier plutôt que la jeune Gryffondor.

Puis, elle se redressa, balaya le public du regard pour la première fois, se retint de frissonner, et se força à garder son rôle.

ROSELYNE SYLVIA HASTINGS

Mais je n'aperçois point nos chers collègues. Ne sont-ils donc toujours pas arrivés ? Elle rit doucement, poliment, en se tournant vers le directeur de Serpentard. Ne suis-je donc point tant en retard que cela ?


Elle avait déjà beaucoup parlé et décida de s'arrêter là pour le moment. Après tout, sa question n'appelait pas vraiment de réponse. Ysalyne – Roselyne – se détourna donc de son collègue et alla s'asseoir le plus noblement qu'elle le pu sur l'un des quatre chaises qui entourait la table ronde sur scène, en un trois-quart public qu'elle espérait le plus naturel possible.

*en baisse de régime pendant l'été mais passerai quasiment tous les jours quand même*
Non, ça ne m'énerve pas mais... C'est Ysalyne avec deux Y, bandes de trolls analphabètes !
Deuxième année RP

 Théâtre  Réunion de Famille

L'impatience... L'envie mais la peur et le stress également. Alice joignit les mains et bougea les pieds pour se rassurer. Pas de texte seulement de l'impro, elle pouvait inventer ce qu’elle voulait, elle ne pouvait pas se tromper. Simplement bégayer, devenir rouge tomate, ne plus être capable de parler, devenir encore plus rouge et s’effondrer sur la scène... Simplement... Non ! La fillette secoua la tête, comme pour chasser un mauvais souvenir de sa tête et entreprit de penser à autre chose. Elle observa le décor et remarqua que tout était en place : la table avec ses multiples fournitures dessus, l’éclairage tamisée... Elle et ses camarades étaient vêtus de grandes robes de sorciers, celles-ci avaient beaucoup fait rire Alice la première fois qu'elle avait essayé son costume. Ce tissu était beaucoup trop grand pour elle !

La première à rentrer sur scène fut Mad qui choisit d'interpréter la directrice de Serpentard. Celle-ci semblait très à l'aise, notamment avec son corps. Décidée elle interpréta si bien son rôle aux yeux de la brunette que celle-ci sentit la pression remonter...

Ysalyne monta sur le plateau à son tour, Alice ne la connaissait pas vraiment mais elle savait que ce n'était pas une petite nouvelle. Elle regarda celle-ci faire son interprétation de directrice de Serdaigle et en vint à se demander si elle réussirait à ne pas paraître pitoyable devant le public.

C'était à son tour... La Poufsouffle prit une grande inspiration et, saisit d'une soudaine intuition, fouilla dans une malle avec des accessoires où elle y dénicha une fausse tasse de Bièrraubeurre. Elle remplit celle-ci grâce au contenu d'une bouteille, remplie d'un liquide pétillant qui avait la couleur du jus de pomme.

Elle choisit -même si elle n'avait pas vraiment le choix- d'interpréter la directrice des Gryffons et entra sur scène.

Première pensée : que faire ? Comment agir ? Elle chercha à se rappeler de comment agissait les rouges... Fiers, arrogants, inconscients même, mais aussi courageux, braves et déterminés. Un personnage commença à se former dans sa tête... Oui, une certaine Saiseri Taylor, directrice de Gryffondor et professeur de défense contre les forces du mal pour faire bien cliché. La trentaine, avec un air supérieur, aimant boire et surtout audacieuse et qui exprimait clairement ses émotions. La fillette ne savait pas trop si elle arriverait à jouer un rôle pareil, ça ne collait tellement pas avec elle. Mais elle voulait essayer, se prouver qu'elle en était capable !
SAISERI TAYLOR

" Bien le bonsoir chers... collègues. Je ne suis pas en retard ? Parfait. Cette réunion est franchement inutile si vous voulez mon avis. Ca va encore finir en dispute pour savoir qu'elle est la meilleure maison alors que tout le monde sait que c'est la noble et courageuse maison de Gryffondor. "


Alice - Saiseri s'avança vers le centre et s'assit sur l'une des chaises présentes, entre Mad - Angbor et Ysalyne - Roselyne. Elle jeta par trois fois un coup d’œil vers sa chaise puis les spectateurs puis poussa la chaise sans personne dessus afin de se retrouver parfaitement au centre. Voilà qui était mieux !

SAISERI TAYLOR (se parlant à elle même)

" C'est pas vrai qu'il manque encore cette bonne à rien de directrice de Poufsouffle ! Dire que je vais devoir passer la soirée avec elle, l'hautaine et l'inintéressante Miss Serdaigle et l’insupportable Mister Serpentard... Ah ce bourrin, il n'a pas intérêt à commencer à m'agacer. Quoi que c'est trop tard, sa simple présence m'insupporte ! "


Alice - Saiseri tourna la tête de droite à gauche, une moue étonnée sur le visage.

SAISERI TAYLOR (moqueuse)

" Oh j'ai parlé à voix haute ? Excusez-moi ce n'était pas voulu. Bref, je propose qu'on attendre notre chère collègue... "


Ce disant, elle prit la tasse représentant la Bièrraubeurre et en avala une grande gorgée.

D'un seul coup elle se sentait plus à l'aise, l'effet impro peut-être ? Elle attendit Anabelle et les réponses de ses camarades afin de pouvoir continuer. Cette pièce lui plaisait, elle s'était rarement sentit aussi enthousiaste !

Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
RNA des Pouffys et gardienne des frelons
"Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé"

 Théâtre  Réunion de Famille

Anabelle était dans les coulisses avec Mad, Ysalyne et Alice. Elles avaient toute les mêmes robe noire de sorcier.
La jeune fille était assise sur une chaise, elle était stréssée. Elle avait intégrer ce club par envie bien sur elle adorait le théâtre mais selon sa mère, elle serait moins stréssée et se sentirait mieux en général.
Soudain les trois coups de théâtre arrivèrent et la pièce pouvait commencer. Anabelle allait entrer la dernière, elle prendrait la maison restante, ce n'était pas dérangeant même si elle esperait tomber sur Serpentard.
Mad entra en scene, et choisit Serpentard. Ah zut, pas grave. Puis Ysalyne choisit Serdaigle et Alice Gryffondor. Pendant que Alice jouait, elle mit des biscuits dans une assiette et souffla un bon coup. Elle avait peur de buter sur les mots, de tomber ou pire de ne pas savoir quoi dire et de creer un blanc.
C'était à son tour, elle vida ses esprits, désormais c'était une Poufsouffle, elle s'avança, toute souriante. Elle avait choisit un nom qui sonnait doux pour mieux incarner les Poufsouffles. Lina Mengott.
Ca faisait assez cliché mais...

Lina Mengott

Bonjour mes très chèrs collègues! Comme je suis heureuse de vous revoir comment allez vous depuis la dernière fois? Ça me parait tellement loin! Ah oui, je suis désolée de mon retard mais je me suis permise de vous rapporter quelques douceurs des cuisines, comme elles ne sont pas loin des Poufsouffles, j'y est fait un petit tour.

Elle posa l'assiette au centre de la table et pris place à coté d'Ysalyne tout en essayant de ne pas être dos au public.

Lina Mengott

Je suis vraiment très heureuse de participer à ce genre de réunion avec vous. J'aime beaucoup votre compagnie elle est très agréable. Tenez prenez des biscuits vous n'y avait pas encore touchez. Ils sont delicieux.


Elle prit un biscuit et le mangea.
Finalement ça se passait plutôt bien, sa mère avait raison, elle se sentait mieux. Elle était contente de faire du théâtre.
Dernière modification par Anabelle Franck le 29 juillet 2018, 20 h 57, modifié 3 fois.

Baisse de presence du 8 au 16 et absente du 17 au 24 je repondrais au RP a mon retour
Je suis une poupée maléfique kawaï et un
corbeau et vive les sucreries!
J'aime les cacahuète,la tarte au citron et Guizmo des Gremlins

 Théâtre  Réunion de Famille

TOUR II
24.06.18

Les quatre sorcières ont fait leur entrée sur scène, chacune bien à leur façon. Le choix de Mad se porte sur un directeur de Serpentard assez bourru, et le public de la petite salle n'ose même pas répondre à l'invitation, drôlement fasciné. A l'opposé de cette proposition théâtrale, la directrice de Serdaigle incarnée par Ysalyne apparaît comme étant noble et bien plus délicate que son collègue. De son côté, Alice choisit d’interpréter une directrice Gryffondor, et celle-ci semble éprouver quelques réserves sur les capacités de ses collègues à garder leur impartialité lors de ce genre de réunion. Anabelle rentre ainsi en dernière sur scène pour interpréter la directrice de Poufsouffle, apportant une assiette de biscuit bienvenue dans ce climat tendu. La réunion peut enfin commencer.

Ordre d'apparition :
1. Mad Mal
2. Ysalyne Benett
3. Alice Huet
4. Anabelle Franck

Accessoires disponibles :
- Grandes robes de sorciers (Directrices)
- Baguette (Directrice de Serdaigle)
- Bague à l'annulaire, petits talons (Directrice de Serdaigle)
- Bièraubeurre (Directrice de Gryffondor)

Contraintes :
Le personnage de Mad devra menacer verbalement l'une de ses collègues. Le personnage d'Ysalyne devra réaliser l'éloge d'un(e) élève chouchou de sa maison. Le personnage d'Alice devra faire semblant de s'étouffer dans sa Bièraubeurre. Le personnage d'Anabelle devra s'asseoir sur la table.

« Il y a souvent plus de choses naufragées au fond d'une âme qu'au fond de la mer. » - Victor Hugo
Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé.

 Théâtre  Réunion de Famille

Navrée du retard

Ce fut alors à Ysalyne-Roselyne de pénétrer sur la scène et elle présenta une carrure droite et sophistiquée, épaules basculées et menton relevé, pour se déplacer dédaigneusement jusqu'à Angbor qui la dévisagea. Elle arriva ensuite face à lui et baragouina des paroles prononcées avec toute la grâce qu'elle pouvait y placer, ennuyant déjà le vieil homme qui se fichait pas mal de tout ce qu'elle pourrait bien raconter. A vrai dire, les deux personnages contrastaient énormément, que ce soit par leurs postures, leurs languages et façons de s'exprimer, ou encore leurs manières -leurs tenues ne tarderaient pas non plus à s'ajouter à cette liste selon la future réaction des spectateurs- et rien que ces différences étaient déjà amusantes. La jeune fille était donc persuadée qu'elle prendrait plaisir à improviser en compagnie d'Ysalyne et il fallait espérer que les autres participants jouent eux aussi le jeu. 

Le personnage de la Serpentard s'inclina alors avec respect devant son collègue -qui s'en moquait toujours autant, précisons le-, puis se releva pour embrasser du regard l'assemblée de gens qui les observaient. Un petit frisson trahit la légère gêne de la jeune fille avant qu'elle ne se mette à continuer à parler, parlant apparemment de son retard. Pour tout dire, s'il avait fallu que Angbor réponde à son intervention, qu'il n'avait que partiellement écouté, il lui aurait probablement signifié son désintérêt quant à ce propos, mais il se tut, préférant regarder l'arrivée d'un autre personnage.

En effet, ce fut ensuite Alice qui posa un pied sur la scène et un fragment de seconde, le doute s'empara d'elle. Il fut quasiment imperceptible mais la Gryffonne ne put s'empêcher de le remarquer. A vrai dire, elle ne connaissait pas si bien la Poufsouffle que cela et elle nota dans un coin de son esprit qu'il faudrait y remédier, plus tard peut être. Pour l'instant, elle se concentrait sur ce pourquoi elle était là : l'improvisation. Elle observa donc la femme qu'elle interprétait s'avancer d'une démarche ferme sur la passerelle et rejoindre les deux Directeurs de Maison déjà assis. Elle commença elle aussi à parler -Angbor était de l'avis que se taire ne leur aurait pas fait de mal, à tous-, tasse de Bièraubeurre à la main, et focalisa assez vite le quarantenaire, ce qui l'agaça rapidement. Cependant, toujours pas décidé à agir, il continua à écouter ses palabres incessantes selon lesquelles la professeure avait l'air parfaitement idiote. M'enfin, ce n'était pas pour changer non plus.

Il décida donc de détourner son attention d'elle pour observer plutôt la sortie des coulisses d'Anabelle, arrivant sur la scène. Elle avait, serrée contre elle, une petite assiette qui semblait de porcelaine avec ses motifs peints bleutés sur les bords et remplie de gâteaux bruns, et avançait assez timidement. Aucun doute elle incarnait bien une frêle Directrice de Poufsouffle -elle n'en avait de toute manière pas eu le choix. Il fallait le dire, la Deuxième Année était assez déçue d'être la seule des quatre filles à avoir choisi de se placer dans la peau d'un homme, mais elle voyait donc en ces choix une occasion de davantage s'éclater -dans un sens propre, comme figuré, il faudrait voir par la suite le résultat- sur cette scène. 

Ce qui désabusa aussi Mad -et son personnage par la même occasion- fut que toutes les quatre parlèrent en arrivant et Angbor fut très amer de voir qu'aucune ne savait se taire. Décidément, elles avaient donc vraiment décidé de partir dans des paroles hypocrites et vides de sens plutôt que de s'exprimer pour dire des choses qui avaient un sens, dans le but de transmettre un véritable message. Tant pis, elles comprendraient bien que cela n'était pas pour plaire à l'homme bourru.

Voyant que tout le monde était enfin installé, ce dernier pensa donc qu'il était temps désormais qu'il se mette à s'exprimer -après toutes les interventions inutiles des autres professeures- et, regardant tout d'abord les trois individues attablées, il entama :

ANGBOR
Et que ça parlote, et que ça parlote...C'est pas extrêmement intéressant ce que vous racontez.


Angbor marqua une pause, dévisagea Saiseri avant de lui adresser, la pointant presque du doigt :

ANGBOR
Et toi, le Mister Serpentard te fait transmettre que tu as intérêt à tenir tranquille, pour le bien être de tes élèves en cours de Soin aux Créatures Magiques.


Le vieil homme lui lança un regard dans laquelle la menace planait, histoire de bien lui faire comprendre qu'elle allait devoir se tenir à carreaux, avant de remarquer la large bague dotée d'une pierre énorme et bleutée au doigt de la Directrice de Serdaigle. Le public n'avait pas daigné lui fournir une lame, il se débrouillerait de lui même, tant pis. Le quarantenaire se leva donc de sa chaise, bringuebalant, et se déplaça jusqu'à Roselyne pour lui prendre et même arracher l'anneau de la main. Il retourna ensuite sur son siège en commençant à limer son short avec le métal. 

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

 Théâtre  Réunion de Famille

L'arrivée de Alice dans le rôle de la directrice de Gryffondor pédante, puis celle de Annabelle dans celui de la directrice de Poufsouffle bien trop gentille pour son propre bien la fit légèrement tiquer. En fait, Ysalyne réalisait qu'elles avaient toutes les quatre décidé d’interpréter des rôles qui correspondaient aux stéréotypes de chaque maison, avec également Mad en Serpentard bougon et caverneux et elle-même en Serdaigle érudite et à l'attitude limite coincée.

Il fallait y remédier, et vite. Ysalyne luttait contre la prolifération de ces clichés, elle ne pouvait tout de même pas en devenir un ambulant, même au théâtre !

Mad-Angbor se mit alors à leur indiquer très clairement et avec la grâce qui caractérisait ce personnage que leurs petits discours les lui brisait de façon assez nette. Puis, il se tourna vers Alice-Saiseri et la pointa d'un doigt très menaçant avant de lui laisser entendre que si elle continuait de se vanter autant, les élèves de Gryffondor auraient du soucis à se faire pendant les cours de Soins aux Créatures magiques. Ah, Mad avait donc décidé que ce serait la matière attribuée à son personnage. Ysalyne en fut contente, elle n'avait pas cédé à la facilité et à l'appel de la salle des potions dans les sombres cachots.

Sachant pertinemment que Roselyne ne serait jamais resté de marbre devant une telle assertion, elle étouffa volontairement une protestation puis pinça les lèvres. Avec à l'esprit d'encore trouver quelque chose qui serait à l'opposé de cette image de femme bien éduquée qu'elle mettait en place... Oh ! Elle avait une idée !

Elle supposait que Mad-Angbor avait terminé de parlé, Ysalyne-Roselyne s'apprêtait à le sermonner de façon virulente sur son attitude quand elle le vit d'approcher d'elle de sa démarche pachydermique... et lui arracher sa bague de la main gauche ! Cette fois-ci, c'est Ysalyne, et non Roselyne, qui écarquilla les yeux, une seconde trop surprise par ce geste pour rester en osmose avec son personnage, mais elle se reprit vite pour ne pas manquer de gâcher leur improvisation et sauta ses ses pieds dans un geste de protestation violente.

ROSELYNE SYLVIA HASTINGS


Comment osez-vous ? Elle exagéra son écarquillement des yeux pour laisser entendre qu'il avait été prémédité, et laissa tomber sa posture droite et digne au profit d'une plus voutée, dû à l'énervement. Vous, sale petit doxy barbu et et boiteux, comment osez-vous vous emparer de la bague de feu mon arrière-grand-mère pour... pour limer cet habit digne d'un paysan analphabète et roulé dans la boue, un soir de fête du village arrosée de piquette ?

En toute honnêteté, elle ignorait d'où lui venaient tout ces mots, mais ce serait donc les insultes à rallonges qui casseraient un peu son personnage. Ce ne serait sûrement pas assez, mais c'était un début. Et au moins, ne perdait-elle quand même pas l'essence de son personnage. Puis, elle se tourna vers Annabelle-Lina, directrice si douce de la maison Poufsouffle, et souffla un grand coup.

ROSELYNE SYLVIA HASTINGS


Veuillez m'excusez mon amie, je vous avait promis de ne point m'échauffer contre ce malotru sorti tout droit d'un marécage boueux, nauséabond et remplit de cloportes. Roselyne soupira de nouveau comme pour se clamer et reprit une posture droite avant de se tourner vers le public et de s'adresser dans une dernière phrase à Mad-Angbor, sans même la peine de lui adresser un regard. En parlant de votre cours, monsieur – Ysalyne-Roselyne insista bien sur le monsieur pour le faire devenir presque risible – il serait, je pense, à propos que vous cessiez de martyrisé la jeune miss Amarylia Spencer, qui a dans votre matière la pire moyenne qu'elle ai jamais eu. Cette enfant est un petit ange tombé du ciel, un don pour le monde magique. Elle ira loin, très loin, deviendra, je le pense, l'une des plus grande sorcière de notre temps. Aussi, si vous pouviez arrêter de l'enfoncer plus bas que terre chaque fois qu'elle pose la main sur l'une de vos créatures, je vous en serais éternellement reconnaissante !

De même, Ysalyne-Roselyne appuya bien comme il fallait les deux derniers mots, emplis d'ironie. Puis, elle se tourna vers Alice-Saiseri et la gratifia d'un sourire presque hypocrite et d'une petite inclination de la tête.

ROSELYNE SYLVIA HASTINGS


Et bien entendu, la miss Serdaigle hautaine et inintéressante que je suis est également ravie de vous voir. Enfin, dans un dernier mouvement, Ysalyne-Roselyne refit face au public et croisa les main devant elle, en laissant pendre ses bras. Bien. Puisque nous sommes enfin tous arrivé et que les salutations ont été faites, je propose que nous débutions cette réunion que, je n'en doute point, nous souhaitons tous expéditive.

Sa dernière phrase achevée, Ysalyne-Roselyne se rassit aux côté de Annabelle-Lina et se mit à picorer un biscuit du bout des lèvres, attendant la suite. Mais un détail lui revint et elle tendit la main, sèche, vers Mad-Angbor.

ROSELYNE SYLVIA HASTINGS


Ma bague, je vous prie.

*en baisse de régime pendant l'été mais passerai quasiment tous les jours quand même*
Non, ça ne m'énerve pas mais... C'est Ysalyne avec deux Y, bandes de trolls analphabètes !
Deuxième année RP

 Théâtre  Réunion de Famille

Anabelle, une élève qu'Alice ne connaissait pas, entra à son tour sur scène et déclama son texte dans la peau d'une gourmande directrice de Poufsouffle... Alice soupira en voyant son interprétation, tout dans son rôle faisait cliché d'un bon petit Poufsouffle rondouillard et la jeune fille ne comprenait pas pourquoi on ne voyait jamais plus que ça en eux... Elle sorti cette idée de son esprit, pour continuer à jouer Saiseri.

Alice - Saiseri leva les yeux au ciel au moment ou Anabelle - Lina évoquait une certaine compagnie agréable en eux et tout esprit lucide aurait fait de même. Elle se tourna vers le public en haussant un sourcil, signe qu'elle trouvait la directrice des jaunes bien trop naïve à son goût, puis récupéra sa bièraubeurre qu’elle avait posté sur la table.

Pour contraster avec sa gentille camarde - collègue, Mad - Angbor attendit qu'elles aient fini de parler avant de leur lancer une pique acérée. Alice réfléchit à la manière dont Saiseri pour interpréter ça et décida de faire un personnage sensible qui camouflerait ça en ayant l'air hautaine. Et c'est exactement l'air qu'elle prit pour réagir à ses propos avant de le dévisager quelques secondes et de lever les yeux au ciel. Il se posa avant de reprendre, indignant le personnage qu’interprétait la fillette. Une idée germa dans sa tête d'Alice et c'est ainsi que Saiseri, en buvant une gorgée de sa bièraubeurre, commença à s'étouffer avec. Elle devint toute rouge en retenant sa respiration l'espace de quelques secondes, commença à tousser de plus en plus fort puis se calma et tapota doucement son cœur, comme si elle venait de vivre quelque chose de traumatisant...

Ce fut ensuite au tour d'Ysalyne - Roselyne qui réussit à surprendre la fillette par ses longues et piquantes répliques. Elle donnait une toute autre dimension à son personnage en l'approfondissant ainsi et Alice devinait sans mal que Saiseri aurait approuvé pas mal de ses propos... jusqu'à la partie qui la concernait évidement. 

Alors qu'elle pensant l'intervention d'Ysalyne - Roselyne finit, celle-ci prononça une dernière phrase, suite à quoi Alice compris que c'était à son tour d'intervenir.

Elle commença par s'approcher de sa collègue en jaune et prit l'un de ses gâteaux sans se poser de questions avant de le mettre dans sa bouche et de prendre le temps de bien le mastiquer.

SAISERI TAYLOR

Merci, on aurait pu faire mieux mais on aurait pu trouver pire aussi... Je leurs mettrais un acceptable, enchaina t-elle avant d'en fourrer un autre dans sa bouche.

Saiseri tourna ensuite un regard mi-indignée - mi énervée vers Angbor... La directrice de maison ne pouvait pas laisser passer une pareille menace.

SAISERI TAYLOR


Je n'y crois pas ! Comment pouvez-vous dire une chose pareille ? Vous êtes un rustre, un malotru comme l'a si bien dit ma collègue ! Déjà que les Gryffons ne vont qu'à reculons à votre cours... Elle marqua une pause pour reprendre son souffle et en profita pour se lever. Elle abbatit sa main droite sur la table et pointa son index gauche, accusateur, vers le directeur de Serpentard. Si jamais cela arrivait, je vous préviens que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir afin que vous soyez déchu de votre rôle ! Vous voilà prévenu.


La femme se rassit, lançant à son collègue à dernier regard méprisant puis se tourna vers la directrice de Serdaigle en haussant les sourcils.

SAISERI TAYLOR

Ce n'est pas partagé, on vous entend déjà beaucoup trop. Mais je suis d'accord pour commencer cette réunion. Quel est le premier thème à aborder déjà ?

Alice n'avait pas oublié la consigne d'avoir subit un sortilège de confusion mas au delà de ça, elle n'avait aucune idée de comment se passait ce genre de réunion... Elle se posa et tourna son regard vers Anabelle, à son tour.

Désolé pour ce léger retard...

Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
RNA des Pouffys et gardienne des frelons
"Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé"

 Théâtre  Réunion de Famille

Anabelle toussota avant de prendre un biscuit en écoutant ses camarades. Puis après qu'Alice se soit étouffée dans sa bierraubeurre et lui ait fait un petit signe de la tête, Anabelle-Lina sut que c'était à son
tour de parler.
En y repensant, la jeune fille se dit que son personnage était peut-être trop cliché mais elle n'avait pas trop réfléchis, mais ce qui était fait était fait et elle devrait continuer à jouer un personnage gentil et gourmand. Elle regarda Saiseri puis lui dit,

Lina Mengott:

Mon dieu, vous allez bien Saiseri ?

Et, attendez, quoi ? Acceptable, seulement ? Si vous continuez comme ça, je ne vous apporterez plus de gâteaux. Et soyez un peu plus aimable, je vous pris.

Elle croisa les bras et remarqua que c'était la plus petite des quatre, en âge comme en taille. Bon, ce n'étais pas si grave mais ça l'embêtait un peu. Et au mon dieu ! Elle vit une araignée par terre ! Elle monta sur la table et s'y assis.

Lina Mengott

Je suis désolée mais il y a une araignée énorme par terre, là près de ma chaise, c'est ma plus grande phobie, je n'ai pas trop réfléchis.

Elle sourit un peu timidement, toussota et repris la phrase de Saiseri

Lina Mengott

Hum. Oui reprenons la réunion abordons le premier thème.

Baisse de presence du 8 au 16 et absente du 17 au 24 je repondrais au RP a mon retour
Je suis une poupée maléfique kawaï et un
corbeau et vive les sucreries!
J'aime les cacahuète,la tarte au citron et Guizmo des Gremlins

 Théâtre  Réunion de Famille

TOUR III
29.07.18

Angbor, le directeur de la Maison Serpentard, est décidé à prendre ses aises en fendant son short, quitte à s'emparer sans ménagement du bien de la directrice des Serdaigle, une bague ancestrale. Cette action ne manque de provoquer de l'agacement chez cette dernière, qui en profite pour exprimer son antipathie pour le personnage de Mad, l'esprit échauffé. La directrice de la Maison Gryffondor n'est pas en reste devant les propos de son collègue, mais les gâteaux de la directrice de Poufsouffle semblent apaiser quelque peu les esprits même si celle-ci a dû faire face à son arachnophobie. Le premier thème de la réunion est choisi malgré cette ambiance un peu malsaine.

Ordre d'apparition :
1. Mad Mal
2. Ysalyne Benett
3. Alice Huet
4. Anabelle Franck

Accessoires disponibles :
- Grandes robes de sorciers (Directrices)
- Baguette (Directrice de Serdaigle)
- Bague à l'annulaire, petits talons (Directrice de Serdaigle)
- Bièraubeurre (Directrice de Gryffondor)

Contraintes :
Le personnage de Mad faire tomber la bague au sol. Le personnage d'Ysalyne devra faire une énumération d'étudiants de Serpentard ayant une moyenne de Piètre. Le personnage d'Alice devra mentionner le prochain grand événement de Poudlard. Le personnage d'Anabelle devra donner la recette de ses gâteaux.

« Il y a souvent plus de choses naufragées au fond d'une âme qu'au fond de la mer. » - Victor Hugo
Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé.