Poudlard Express

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Le compartiment ouvert

Lorsque le préfet des Serpentard lui confirma son lieu d'origine, Edward étudia Wilson plus précisément, comme s'il forçait sa mémoire à se rappeler de ce visage. Rien n'y faisait. Il resta encore quelques secondes à scruter le garçon, plongé dans ses pensées puis, se rappelant la présentation du garçon, répondit toujours avec calme.

« Edward. Première année. Et... j'habite dans les alentours de Cutteslowe and Sunnymead Park. »

Le bruit du train sembla se faire plus bruyant encore alors que le nouveau n'ajoutait rien de plus à la conversation. Droit au but et rien d'autre, voilà comment il avait l'habitude d'interagir avec les autres. Eduqué selon les règles de l'efficacité, il ne pouvait pas parler pour parler. En ce qui concernait Wilson, l'échange paraissait être clos pour l'heure. Du coin de l'oeil, on pouvait remarquer la curiosité grandissante des compagnons de voyage qui, malgré qu'ils fassent mine de continuer leurs affaires, tendaient l'oreille, peut-être dans l'espoir d'entendre quelque chose d'intéressant. C'était mal connaître Edward qui ne déblatérait jamais avec d'autres personnes. Il leur envoya un regard équivoque, leur montrant qu'il n'était pas dupe de leur petites machinations puis reporta une nouvelle fois son attention vers le préfet. Nul doute qu'avec cette position, il avait d'autres choses à régler que de s'attarder plus longtemps ici.

« Sinon, oui, tout se passe bien ici. » , dit-il avec une certaine maladresse. Il n'y avait aucune bonne formulation pour saluer quelqu'un alors il était parti sur une question que le préfet avait posé et qu'il avait ignoré jusque là.

Soulignant le salut par le geste, il rouvrit le livre qu'il avait commencé à lire avant l'intervention du Serpentard et chercha des yeux la ligne sur laquelle il s'était arrêté. Cela lui demanda un effort de six secondes. Lorsqu'il trouva enfin ce qu'il cherchait, il replongea sans plus tarder dans sa lecture. Tout l'échange qu'il venait d'avoir semblait disparaître des préoccupation du garçon. Autant dire, il aurait été incapable de dire si le préfet était encore là, à discuter avec d'autre ou s'il était maintenant parti. Le silence semblait avoir retrouvé sa place dans le compartiment, seulement perturbé par des pages tournées ou encore le bruit d'une plume grattant furieusement un parchemin jauni.

Reducio
FIN DE MA PRESENCE SUR LE SUJET
(Merci Wilson pour la participation !)

Le compartiment ouvert

« j'habite dans les alentours de Cutteslowe and Sunnymead Park. »

Oh mais c’est juste à côté ça ! Wilson et Edward sont voisins. Des voisins à Poudlard ! Wilson ne l’aurait jamais cru avant. Il a bien fait de s’arrêter à ce moment-là dans ce compartiment, il ne l’aurait pas su autrement. Se disant qu’il était temps de laisser tranquille le petit groupe de premières années, Wilson se dit qu’il allait continuer d’avancer, pour essayer de trouver des Serpentard. Adressant un dernier sourire à Edward, Wilson regarda les autres premières années du compartiments, ils n’avaient rien dit jusqu’à maintenant. Edward répondit à la première question de Wilson, celle qu’il avait posé pour introduire la conversation et ne pas mettre mal à l’aise les autres. Hochant la tête de haut en bas, Wilson répondit à la hâte, sur le départ :

« Dac ! Je vous laisse, bon voyage ! »

Faisant un léger signe de la main, il quitta le compartiment en prenant bien soin de refermer la porte et continua son avancer dans le wagon. A ce moment, rien ne peut dire si cette rencontre a été bénéfique ou pas pour le duo. Rien ne peut prouver qu’une amitié était en train de naître, mais ce qui est sur, c’est que Wilson se sentira moins seul, l’été prochain.

Le préfet continuera à se balader dans les couloirs du train s’arrêtant cinq minutes à l’un ou l’autre compartiment mais jamais bien longtemps. Bien qu’il eut envie de se poser et regarder le paysage, il se contenta de le voir un petit peu quand en passant dans les compartiments. Ils s’approchaient tous de Poudlard et rien ne pouvait rendre malheureux Wilson a se moment précis, pas même les élèves un peu trop turbulent de certains compartiments.


Reducio
Fin du RP pour moi
Merci Edward :D

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

Le compartiment ouvert

Mila et sa famille passent les portes de King's cross. Cette gare était impressionnante mais Mila savait qu'elle ne prenait pas le train des moldus. Elle avait la boule au ventre. Elle entrait en première année à Poudlard. Elle était l'aînée et serait donc seule dans la foulée d'élèves dans cette grande école.

En chemin vers le mur séparant les voies 9 et 10, Mila s'imaginait déjà être à Poudlard. Il était tôt le matin et la journée serait longue avant d'entrer dans la forteresse mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se projeter. Elle allait tout quitter jusqu'à Noël. Elle ne verrait plus ses parents ni son frère et sa soeur.

Figée devant le mur en tenant son chariot contenant sa valise et la cage de son rat, son père la sors de ses rêveries. Il est temps d'y aller. Aidée par son père, Mila traversa le mur pour arriver sur la voie 9 3/4. Comme elle le pensais, le quai était plein à craquer. Elle ne voyait personne qu'elle connaissait mais Mila se dit qu'il y a tellement de personnes qu'elle aurait probablement du mal à reconnaître n'importe qui.

Le sifflet annonça le départ imminent. Mila salua ses parents, pris ses bagages et monta à bord du train. À l'intérieur, tous les compartiments étaient pleins sauf un. Doucement, elle rangea ses choses et pris son livre sur le cours de Défense contre les forces du mal et commença à le lire. Elle voulait déjà tout savoir et avait tellement hâte de commencer ses cours demain.

Derrière son livre, elle entend une voix timide lui demander:


- Euh... excuses-moi. Est-e que je peu m'installer avec toi? Les autres wagons sont tous pleins.

Sans regarder, Mila lui répondit:

- Bien sûr!

Le compartiment ouvert

1er septembre 2042 - Poudlard Express


Libbie avait dit au revoir à ses parents avec le cœur serré. Elle était inquiète…elle se demandait si elle allait se faire des amis, si elle allait s’en sortir à Poudlard et si ses parents seraient fier d’elle. Beaucoup de questions tournoyaient dans sa tête. Mais le sifflement du train prêt à partir la ramena à la réalité. *Bon, aller Libbie, tu peux le faire* pensa-t-elle. Avec sa valise en main, Libbie déambula quelques minutes dans le train à la recherche d’un wagon libre. Le train était bondé et très bruyant. La jeune socière n’était pas habituée à être entourée d’autant de monde. Elle s’arrêta devant un wagon vide et s'installa.

Libbie s’installa côté fenêtre et mit sa valise dans le compartiment au dessus d’elle. Elle jetta un dernière coup d’œil à ses parents qui la regardaient en faisaient des signes de la main. Sa mère était aggripée au bras de son père comme si c’était la fin du monde. Libbie leur adressa un large sourire et le train démarra. * Pas de panique Libbie ça va aller* souffla-t-elle. La jeune sorcière entendit le train siffler une dernière fois avant de démarrer dans un grand bruit. Elle avait pris un de ces livres de cours achetés au chemin de traverse pour se distraire pendant le voyage. L’Histoire de Poudlard de Garius Tomkink. En apprendre plus sur ce monde et cette école l'aiderait sûrement à se détendre.

Libbie Moore
  Retour   Répondre