Poudlard Express

Inscription
Connexion

Le compartiment ouvert

Lorsque le préfet des Serpentard lui confirma son lieu d'origine, Edward étudia Wilson plus précisément, comme s'il forçait sa mémoire à se rappeler de ce visage. Rien n'y faisait. Il resta encore quelques secondes à scruter le garçon, plongé dans ses pensées puis, se rappelant la présentation du garçon, répondit toujours avec calme.

« Edward. Première année. Et... j'habite dans les alentours de Cutteslowe and Sunnymead Park. »

Le bruit du train sembla se faire plus bruyant encore alors que le nouveau n'ajoutait rien de plus à la conversation. Droit au but et rien d'autre, voilà comment il avait l'habitude d'interagir avec les autres. Eduqué selon les règles de l'efficacité, il ne pouvait pas parler pour parler. En ce qui concernait Wilson, l'échange paraissait être clos pour l'heure. Du coin de l'oeil, on pouvait remarquer la curiosité grandissante des compagnons de voyage qui, malgré qu'ils fassent mine de continuer leurs affaires, tendaient l'oreille, peut-être dans l'espoir d'entendre quelque chose d'intéressant. C'était mal connaître Edward qui ne déblatérait jamais avec d'autres personnes. Il leur envoya un regard équivoque, leur montrant qu'il n'était pas dupe de leur petites machinations puis reporta une nouvelle fois son attention vers le préfet. Nul doute qu'avec cette position, il avait d'autres choses à régler que de s'attarder plus longtemps ici.

« Sinon, oui, tout se passe bien ici. » , dit-il avec une certaine maladresse. Il n'y avait aucune bonne formulation pour saluer quelqu'un alors il était parti sur une question que le préfet avait posé et qu'il avait ignoré jusque là.

Soulignant le salut par le geste, il rouvrit le livre qu'il avait commencé à lire avant l'intervention du Serpentard et chercha des yeux la ligne sur laquelle il s'était arrêté. Cela lui demanda un effort de six secondes. Lorsqu'il trouva enfin ce qu'il cherchait, il replongea sans plus tarder dans sa lecture. Tout l'échange qu'il venait d'avoir semblait disparaître des préoccupation du garçon. Autant dire, il aurait été incapable de dire si le préfet était encore là, à discuter avec d'autre ou s'il était maintenant parti. Le silence semblait avoir retrouvé sa place dans le compartiment, seulement perturbé par des pages tournées ou encore le bruit d'une plume grattant furieusement un parchemin jauni.

Reducio
FIN DE MA PRESENCE SUR LE SUJET
(Merci Wilson pour la participation !)

Le compartiment ouvert

« j'habite dans les alentours de Cutteslowe and Sunnymead Park. »

Oh mais c’est juste à côté ça ! Wilson et Edward sont voisins. Des voisins à Poudlard ! Wilson ne l’aurait jamais cru avant. Il a bien fait de s’arrêter à ce moment-là dans ce compartiment, il ne l’aurait pas su autrement. Se disant qu’il était temps de laisser tranquille le petit groupe de premières années, Wilson se dit qu’il allait continuer d’avancer, pour essayer de trouver des Serpentard. Adressant un dernier sourire à Edward, Wilson regarda les autres premières années du compartiments, ils n’avaient rien dit jusqu’à maintenant. Edward répondit à la première question de Wilson, celle qu’il avait posé pour introduire la conversation et ne pas mettre mal à l’aise les autres. Hochant la tête de haut en bas, Wilson répondit à la hâte, sur le départ :

« Dac ! Je vous laisse, bon voyage ! »

Faisant un léger signe de la main, il quitta le compartiment en prenant bien soin de refermer la porte et continua son avancer dans le wagon. A ce moment, rien ne peut dire si cette rencontre a été bénéfique ou pas pour le duo. Rien ne peut prouver qu’une amitié était en train de naître, mais ce qui est sur, c’est que Wilson se sentira moins seul, l’été prochain.

Le préfet continuera à se balader dans les couloirs du train s’arrêtant cinq minutes à l’un ou l’autre compartiment mais jamais bien longtemps. Bien qu’il eut envie de se poser et regarder le paysage, il se contenta de le voir un petit peu quand en passant dans les compartiments. Ils s’approchaient tous de Poudlard et rien ne pouvait rendre malheureux Wilson a se moment précis, pas même les élèves un peu trop turbulent de certains compartiments.


Reducio
Fin du RP pour moi
Merci Edward :D

4ème année RP - seagreen
"En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins."

Le compartiment ouvert

Mila et sa famille passent les portes de King's cross. Cette gare était impressionnante mais Mila savait qu'elle ne prenait pas le train des moldus. Elle avait la boule au ventre. Elle entrait en première année à Poudlard. Elle était l'aînée et serait donc seule dans la foulée d'élèves dans cette grande école.

En chemin vers le mur séparant les voies 9 et 10, Mila s'imaginait déjà être à Poudlard. Il était tôt le matin et la journée serait longue avant d'entrer dans la forteresse mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se projeter. Elle allait tout quitter jusqu'à Noël. Elle ne verrait plus ses parents ni son frère et sa soeur.

Figée devant le mur en tenant son chariot contenant sa valise et la cage de son rat, son père la sors de ses rêveries. Il est temps d'y aller. Aidée par son père, Mila traversa le mur pour arriver sur la voie 9 3/4. Comme elle le pensais, le quai était plein à craquer. Elle ne voyait personne qu'elle connaissait mais Mila se dit qu'il y a tellement de personnes qu'elle aurait probablement du mal à reconnaître n'importe qui.

Le sifflet annonça le départ imminent. Mila salua ses parents, pris ses bagages et monta à bord du train. À l'intérieur, tous les compartiments étaient pleins sauf un. Doucement, elle rangea ses choses et pris son livre sur le cours de Défense contre les forces du mal et commença à le lire. Elle voulait déjà tout savoir et avait tellement hâte de commencer ses cours demain.

Derrière son livre, elle entend une voix timide lui demander:


- Euh... excuses-moi. Est-e que je peu m'installer avec toi? Les autres wagons sont tous pleins.

Sans regarder, Mila lui répondit:

- Bien sûr!

Le compartiment ouvert

1er septembre 2042 - Poudlard Express


Libbie avait dit au revoir à ses parents avec le cœur serré. Elle était inquiète…elle se demandait si elle allait se faire des amis, si elle allait s’en sortir à Poudlard et si ses parents seraient fier d’elle. Beaucoup de questions tournoyaient dans sa tête. Mais le sifflement du train prêt à partir la ramena à la réalité. *Bon, aller Libbie, tu peux le faire* pensa-t-elle. Avec sa valise en main, Libbie déambula quelques minutes dans le train à la recherche d’un wagon libre. Le train était bondé et très bruyant. La jeune socière n’était pas habituée à être entourée d’autant de monde. Elle s’arrêta devant un wagon vide et s'installa.

Libbie s’installa côté fenêtre et mit sa valise dans le compartiment au dessus d’elle. Elle jetta un dernière coup d’œil à ses parents qui la regardaient en faisaient des signes de la main. Sa mère était aggripée au bras de son père comme si c’était la fin du monde. Libbie leur adressa un large sourire et le train démarra. * Pas de panique Libbie ça va aller* souffla-t-elle. La jeune sorcière entendit le train siffler une dernière fois avant de démarrer dans un grand bruit. Elle avait pris un de ces livres de cours achetés au chemin de traverse pour se distraire pendant le voyage. L’Histoire de Poudlard de Garius Tomkink. En apprendre plus sur ce monde et cette école l'aiderait sûrement à se détendre.

Libbie Moore

Le compartiment ouvert

Shana était entrée dans le Poudlart express vers les derniers après être entrée dans la gare de King's Cross se qui fit qu'elle eu beaucoup de mal à trouver un compartiment vide. Elle avait prit un certain temps avant de réussir à se détacher de sa famille qui allait énormément lui manquer. Elle s'aventura dans le train valise dans la main droite à la recherche d'un compartiment de libre et après de longues minutes, elle en trouva un dans lequel elle entra et rangea ses affaires. Puis elle s'installe du côté fenêtre et observa les parents sur le quai faire des signes à leurs enfants certains étaient encore à l'extérieur mais quand le sifflement du train retentit tous de dépêcha d'entrer à l'intérieur.

Le train démarra dans un bruit assourdissant après un dernier sifflement annonçant le départ et Shana regarda le quai disparaître ainsi que les parents faisant des signes à leurs enfants jusqu'à qu'il ne reste que des petits points. Elle sortit alors un de ses livres de cours acheté sur le chemin de traverse pour se divertir durant le trajet. Passionnées de créatures magiques, elle choisit un livre qu'elle avait déjà commencée "Vie et habitat des animaux fantastiques" De Newt Scamander posa sa tête contre la vitre et commença à lire en espérant que le trajet se déroule plus rapidement.

Jo’ Family.

"Pour se relever, il faut tomber"

Le compartiment ouvert

Elisa fit un sourire crispé à son oncle qui observa d'un air froid les alentours.
- Ah, la la ! s'énerva-t-il. Que de Moldus ! J'espère que ce ne sera pas comme ça en fin d'année, sinon...
Elisa leva les yeux au ciel. Son oncle ne sortait presque jamais de chez lui et il détestait les Moldus depuis son enfance. Et à cause de ça, il était devenu un vieux loup aigri et ronchon. Soudain les yeux de Elisa s'illuminèrent en voyant les arrêts 9 et 10. Elle marcha rapidement et traversa magiquement le mur en souriant. Son oncle l'a suivi avec mauvaise humeur. Il grogna quand un rouquin le bouscula et celui-ci commença à balbutier des excuses, mais en vain, l'oncle de Elisa et elle-même avaient déjà disparus.
- Aucunes politesses, ces sales gosses ! Vivement que ta scolarité finisse, trésor !
- Il faudrait d'abord qu'elle commence, non ?
se moqua gentiment Elisa en regardant autour d'elle, excitée. Dépêche-toi, Charles, je vais manquer le train !
Charles grogna encore plus et posa un baiser sur la tempe de sa nièce avant de lui faire un vague signe de la main et de disparaitre. Elle leva les yeux et soupira avant de regarder son ticket. Elle monta dans la train et commença à chercher un compartiment de libre. Elle en trouva finalement un vide (ce qui est très rare) et posa ses affaires. Elle fouilla dans sa poche et en sortit une vieille Chocogrenouille que sa tante lui avait donné. Elle ouvrit le paquet et la grenouille en chocolat en sortit avant de sauter par la fenêtre.
- Hé ! s'écria-t-elle. Reviens !
Elle soupira et tâta de nouveau ses poches à la recherche de Gallions. Elle en trouva un et sortit avant de voir que le chariot de Madame Réglisse s'éloignait de son compartiment alors qu'elle n'était même pas entré pour proposer quelque chose. Elle trottina afin de retrouver le vieille dame et prit une souris en sucre. A son retour, la porte de son compartiment était ouverte et ses nouveau collants étaient déchirés. "Heureusement qu'il m'en reste deux paires", pensa la jeune fille, soucieuse de ce qui était arrivé à ses affaires. Elle fouilla sa valise mais rien d'autre n'avait été abimé. Elle essaya d'ouvrir la fenêtre mais celle-ci resta insensible à la force de la jeune fille. Elisa finit par s'allonger sur la banquette pour faire la sieste mais un rat sortit d'en dessus et Elisa poussa un cri de surprise. Elle regarda ses mains et grommela avant de s'endormir.
- Pff... C'est pas possible, j'ai vraiment la poisse...

"Man muss noch chaos in sich haben
um einen tanzenden stern gebaren zu können."
"Il faut avoir le chaos en nous-même pour donner naissance à une étoile qui danse."

Le compartiment ouvert

Ça y est, Ladonna Percy se trouvait sur la voie 9¾, ses achats dans son charriot et sa baguette magique a la main qu'elle ne pouvait dorénavant plus quitter.
Elle se tenait debout, en empoignant fermement ses achats et en attendant patiemment le train qui arriverait a onze heures exactement, d'après l'expérience de ses parents.
Elle regarda sa montre : dix heure cinquante neuf.
"Bien, le train ne devrait plus tarder" pensa t'elle.
Au même moment où cette pensée traversa l'esprit de la jeune fille, une magnifique locomotive rouge venait de faire son entrée sur la voie.
Ladonna n'avait jamais vu quelque chose de semblable a cela. Le train était d'un rouge vif et avait l'air ancien, ce qui lui donnait encore plus de charme.
En plus, il était... Pile a l'heure !
Sans réfléchir davantage, elle dit au revoir a ses parents en les serrant des ses bras, et entra dans le train accompagnée de ses fournitures scolaires, en quête d'une bonne place.
Quelques minutes plus tard, elle trouva un wagon parfait pour elle. Et puis, la vue qui s'offrait a elle était tout simplement magnifique !
Alors c'est ainsi qu'elle décida de s'y installer, avec son livre "Le pays des contes" a la main. Une fois assise sur le siège, elle se permit de rêver tout en regardant le paysage.
Mais une question tourmentait l'esprit de la jeune fille. Elle se demandait "Et si tout ça n'était qu'un rêve ?"
Quoiqu'il en soit, pour elle, c'était le plus beau des rêves.

After all this time ? Always.
Griffes et crocs, Griffes et Coeur, Gryff'Vainqueurs !

Le compartiment ouvert

Excitation et appréhension, voici ce qui habitait le jeune garçon de onze ans. Du ces yeux bleus, il voyait Londres s'éloigner au fur et à mesure. Laissant le quai devenir minuscule ainsi que ses parents qui l'avaient accompagné en ce jour si particuliers. Un événement pour la famille, le fils unique qui allait débuter sa formation magique dans l'enceinte de la mythique Académie.

Silencieux, Nathanaël observait les autres élèves de différents âges. Il espérait pouvoir rencontrer de nouvelles personnes avant d'être assigné dans une maison. Quoique peut-être ne s'entendrait-il bien qu'avec les gens au même blason que le sien ?

Peu habitué à être loin de ses parents, le garçon se demandait comment il se débrouillerait à l'école de Poudlard. Lui qui avait soif d'apprendre les sortilèges et la métamorphose, et s'il était mauvais dans ces matières ? Quelle déception cela serait. Une angoisse commença à prendre place, remplaçant petit à petit l'excitation. Jusqu'à présent, aucun doute ne s'était immiscé mais voilà que c'était le cas à présent. Attendant ce moment depuis qu'il avait entendu les fabuleuses histoires de sa mère, Nathanaël ne rêvait plus que d'apprendre à utiliser sa baguette pour transformer et enchanter. Et lorsque sa baguette l'avait choisie, il avait supplié sa mère de lui apprendre quelques tours rapides. Mais cette dernière avait été strictes sur le sujet : il fallait un professeur compétent. Et par conséquent, attendre la rentrée. Lettre reçue, l'apprenti sorcier la gardait précieusement. La relisant plusieurs fois par semaine. D'ailleurs, il l'avait prise avec lui. Dans sa valise, quelque part.

Le rythme du train se stabilisant, Nathanaël sentit ses paupières devenir lourdes. Mais il luttait pour voir les paysages qui défileraient devant lui. Et pour éventuellement rencontrer de nouvelles personnes. Mais l'appel du sommeil était trop fort. Se positionnant plus ou moins confortablement, du moins comme le permettait le compartiment où il s'était installé pour le trajet. Il se laissa aller, écoutant son corps qui réclamait un temps de repos.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, la journée était déjà bien avancée, quelques rayons de soleil éclaircissaient le ciel qui se préparait à revêtir le manteau sombre de la Nuit qui n'allait pas tarder à arriver. Cela annonçait que Poudlard ne devait plus être loin. Sa mère lui avait dit que l'arrivée se faisait en début de soirée. Les inquiétudes refirent surface mais cette fois-ci, le jeune garçon en laissa pas faire. Souhaitant profiter de cette scolarité pour apprendre, hors de question pour lui de douter de lui. Il se convainquit qu'il était prêt même s'il ne reconnaîtrait probablement jamais qu'au fond de lui, quelques doutes persistaient.

Le compartiment ouvert

Théa balaya le wagon du regard, et repéra tout de suite le jeune garçon qui semblait déjà s'endormir sur la banquette. La place à ses côtés était libre, et les autres élèves semblaient plongés dans leur lecture ou dans des conversations qui ne la concerneraient sans doute pas, aussi prit-elle rapidement la décision d'aller s'assoire à côté de lui.
Elle prit soin de ne pas le réveiller. En s'installant discrètement, elle espérait ainsi pouvoir passer le voyage jusqu'à Poudlard sans encombre, avec ses seules pensées comme occupation.

Son père avait serré sa main dans la sienne avant de partir :
"Peu importe la maison qui te sera attribuée, ce sont tes choix qui déterminent la personne que tu deviendras, d'accord ? Et ouvre-toi aux autres, promis ?"
Elle avait hoché la tête en souriant légèrement. Si son père s'était toujours inquiété de l'intégration de sa fille dans la société moldue, cette inquiétude avait triplé concernant son intégration dans la célèbre école de sorciers.
"Le principal, ce sont les liens que tu te feras, les amis que tu vas rencontrer. On ne peut pas toujours être seule."
De nouveau, elle avait hoché la tête. La grosse main de son père vint lui ébouriffer les cheveux tandis que le départ était déjà sifflé. Elle grimpa rapidement et fit un dernier aurevoir à ses parents, avant de s'engouffrer complètement dans le train.

Son regard pensif se déposa, sans y songer, sur le visage de l'élève endormi à côté d'elle. Il avait l'air d'un premier année, lui aussi. Peut-être seraient-ils dans la même maison ?
Elle ne tarda pas à somnoler à son tour, les bras croisés sur ses genoux et la tête vaguement penchée, avec un très léger sourire aux lèvres.
L'aventure allait bientôt commencer !

P. Johnson