Poudlard Express

Inscription
Connexion

Le wagon des préfets

Le wagon des préfets est un lieu de RPG commun, accessible uniquement aux préfets.
Traditionnellement, c'est dans ce wagon, placé en tête du train, que les préfets reçoivent les instructions des préfets-en-chef.

« Si je voulais essayer de définir d'une manière quelconque l'expression singulière de leurs regards, je dirais que jamais je ne vis d'yeux brillant plus énergiquement de l'horreur de l'ennui et du désir immortel de se sentir vivre. »

Le wagon des préfets

Elina était arrivée tôt à la gare, mais il y avait déjà foule sur le quai. Plutôt que de s'attarder parmi les élèves tirant leur valise, les parents leur hurlant d'ultimes recommandations pour l'année, les premières années quittant à contrecoeur le nid familial alors que d'autres tentaient de sauter dans le Poudlard Express en s'extrayant aux étreintes de leur familles, la Poufsouffle décida d'aller prendre place dans le wagon des préfets. Avoir accès à ce wagon était parfois bien pratique, surtout pour trouver facilement de la place. Bien que pour l'instant, le train semblait totalement vide.

Tirant sa valise derrière elle jusqu'au wagon en question, elle en ouvrit la porte pour le trouver vide. Apparemment, ses collègues n'étaient pas encore arrivés, ou tout simplement pas encore montés dans le train. Quelques minutes plus tard, Elina avait rangé sa valise dans un des emplacements réservés à cet effet et prenait place sur l'une des banquettes, non loin d'une des vitres qui lui permettrait d'admirer le paysage durant le voyage. Elle espérait que tous ses collègues ne décideraient pas d'opter pour les autres wagons la laissant seule une bonne partie du trajet. Elle pourrait toujours se balader dans le train une fois celui-ci parti si personne ne venait lui tenir compagnie. Sur le quais, les scènes d'adieu continuaient de se dérouler sans qu'elle y accorde vraiment d'importance, les voyant sans les regarder. Elle n'attendait qu'une chose, entendre le sifflet de la locomotive et sentir le train se mettre en mouvement et prendre de la vitesse. Ses parents l'avaient déposés à la gare de King Cross, mais n'avaient pas pu s'attarder davantage. Plus rien ne la retenait donc sur le quai de gare. En croyant entendre du bruit dans le couloir, elle se redressa sur son siège pour tenter d'apercevoir le nouvel arrivant, espérant que celui-ci se dirigeait vers le wagon des préfets.

Reducio
Dans ce RP je considère qu'Elina entre en cinquième année étant donné qu'elle était en quatrième année pour le Tournoi des trois sorciers.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Le wagon des préfets

[HRP : Wilson entre en 2ème année pour soucis de cohérence avec le RP d'Elina]

Aujourd'hui, c'était un grand jour. C'était sa rentrée à Poudlard. Pas la première fois, il connaissait l'envers du décor pour l'avoir fait l'année dernière. C'était la deuxième fois qu'il entrait à Poudlard et il faut dire qu'il avait une pression de malade sur les épaules. En effet pendant les vacances, il avait reçu un hibou dans sa petite maison de moldus lui indiquant qu'il avait été choisit pour être le nouveau préfet de Serpentard cette année. Wilson ne s'attendait pas du tout à avoir cet insigne à porter sur sa poitrine durant l'année et il n'est pas du tout préparé à assumer ce rôle. Cependant, le poste étant si prestigieux, il ne peut se résoudre à rendre son insigne, il sera donc préfet cette année.

Après avoir dit au revoir à sa famille moldu qu'il pourra que contacter par hibou pendant un an, Wilson monta dans le Poudlardexpress en trainant sa lourde valise et la cage de Meov, son hibou. Il entreprit de chercher un compartiment vide pendant plusieurs minutes avant de se rappeler que les préfets ont un compartiment réservés à l'avant du train. Oui il était rentré dans le cercle très fermé des préfets et devait obligatoirement se rendre dans ce compartiment, du moins c'est ce qu'il imagine en tant que néo-préfet. Faisant des coucou en voyant des gens qu'il connaissait en passant devant les autres compartiment, il remonta l'allée jusqu'en haut et toqua au carreau du prestigieux compartiment avant d'entrer.

A l'intérieur, tout était identique des autres compartiment. Il n'y avait pas de supplément. Wilson se retrouva face à l'une de ses collègues et non des moindres, puisqu'il s'agissait d'Elina Montmort, préfète de la maison Poufsouffle et préfète-en-chef de Poudlard. Wilson lui avait jamais vraiment parler l'année dernière mais il se souvient qu'elle avait été championne de Poudlard lors du tournoi des trois sorciers et avait subit les évènements que tout le monde sait. Le néo-préfet s'installa en face de sa chef et semblait un peu timide. Il pensait que ses autres collègues seraient là, en particulier son binôme de maison, mais apparement ils n'étaient pas encore arrivé.


« Bonjour Chef' ! Passez de bonnes vacances ? » dit-il avec le sourire.

Se blottissant contre la fenêtre du compartiment, il regarda le décor de dehors et le paysage défilé.

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

Le wagon des préfets

Au vu du boucan qui venait du couloir et des légères secousses que subissait le wagon, les élèves avaient finalement décidé de délaisser leurs familles sur le quai de gare et de prendre place à bord du train. Depuis le wagon des préfets, Elina pouvait entendre le murmure des conversations. Visiblement les jeunes sorcier surexcités ne faisaient pas le moindre effort pour conserver un niveau sonore conventionnel. Finalement, la porte du compartiment s'ouvrir pour laisser entrer un jeune Serpentard. Serpentard qu'elle reconnu comme étant le jeune Capitaine de l'équipe de Quidditch de sa maison ; Wilson Kingson, très certainement nouvellement promu au poste de préfet. Le deuxième année vint s'asseoir en face d'Elina et resta silencieux dans un premier temps avant de finalement entamer la conversation avec le sourire :

« Bonjour Chef' ! Passez de bonnes vacances ? »

La première réaction de la Poufsouffle fut de hausser les sourcils de surprise. C'était la première fois qu'on l'appelait de cette manière bien qu'elle ait déjà été Préfète-en-Chef l'année précédente. Cela la fit sourire. Le train se mit en marche avant qu'elle n'ait eu le temps de répondre.

« Bonjour Wilson. Félicitation pour ton nouveau poste. Mes vacances se sont plutôt bien passées. Et les tiennes ? »


Elina regarda la gare et Londres s'éloigner jusqu'à disparaître. Cette fois-ci, elle pouvait vraiment considérer qu'une nouvelle année commençait. D'ici quelques heures, elle retrouverait les château et la salle commune accueillante des Poufsouffles. Cette année pas de Tournoi, pas de ligue, pas de coup d'état en vu... Peut-être cette année serait-elle plus calme que les précédentes? Ou peut-être n'avait elle simplement pas connaissance des détails importants. Elle allait devoir se concentrer tout particulièrement en métamorphoses et en SaCM si elle voulait continuer la formation pour devenir Animagus. La première étape s'était bien passée, mais cela ne garantissait en rien la suite.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Le wagon des préfets

Se blottissant contre la fenêtre du wagon, il regarda le paysage défiler. La ville de Londres s'ouvrait sous ses yeux puis très vite arrivèrent les champs de culture moldus. Ayant entamé la conversation avec la préfète de Poufsouffle, que Wilson connaissait puisqu'elle était la championne de Poudlard l'année dernière, il écouta Elina répondre à son début de conversation. Elle le félicita pour son nouveau poste et continua la conversation en l'interrogeant elle-aussi sur ses vacances.

Les vacances de Wilson étaient passés très très vite. Profitant de sa famille au maximum, il avait pu se reposer tout d'abord, puis sa famille avait été passer une semaine à la mer où il avait beaucoup embêter et jouer avec son grand frère et sa petite sœur. A la maison, il était tout le temps sur les écrans, pour profiter au maximum, étant donné que le monde magique n'est pas doté de télévision, de PC ou de téléphone portable. Il se souvient encore de la tête de son grand frère, John, quand il lui a dit qu'il y avait aucun moyens de recharger son portable... C'est vrai que l'année dernière, en début d'année, Wilson avait eut du mal, mais on finit par s'habituer.


« Super ! »

Maintenant qu'il y pense, Wilson se souvient des nombreuses parties de Fifa 41 avec son frère... des parties qui allaient parfois jusqu'au bout de la nuit. Le football restera une grande passion pour Wilson même s'il rate des matchs, qu'il a du quitter l'équipe de sa commune et qu'il peut jouer à Fifa que deux mois par ans.

Profitant de l'absence des autres préfets, et étant donc seul dans le compartiment avec Elina, Wilson en profita pour revenir sur les faits de l'année scolaire précédente. Évidement, il ne voulait pas raviver des mauvais souvenirs, alors il ne savait pas trop comment s'y prendre, mais il essayait tout de même. Il n'avait pas eut l’occasion de poser la question l'année dernière puisqu'il ne connaissait pas beaucoup Elina, mais là l'occasion était trop grande pour se retenir de la poser.


« Ça fait quoi de... d'avoir été la championne de Poudlard et de gagner le tournoi ? »

N'empêche, elle doit être bien riche aujourd'hui. La chance qu'elle a !

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

Le wagon des préfets

Quand Elina retourna sa question à Wilson, celui-ci détourna son regard du paysage qui défilait et répondit de manière enthousiaste :

« Super ! »


Visiblement les choses s'étaient bien passées de son côté. Même si les vacances d'Elina avaient été agréables elles aussi, le début avait été plutôt difficile. Pour être exacte, elle aurait peut être dû dire ''tendu''. Sa mère avait été bien décidée à lui faire passer l'envie de se « mêler volontairement à des situations dangereuses » selon ses propres mots. Il avait fallut un certains temps pour qu'Isabella considère que sa fille avait bien intégré la chose et qu'elle se décide à relâcher la pression. Quand sa mère était de cette humeur, personne n'osait s'opposer a elle. Quelqu'un qui n'y avait jamais été confronté ne pouvait pas imaginer à quel point elle pouvait se révéler terrifiante. Quoiqu'il en soit, elle avait fini par se calmer comme toujours et les vacances avaient continuées de manière plus paisible. Bien que tous les membres de la famille se soient bien gardé de la contrarier à nouveaux. Elina eut un petit soupir à cette pensée. Elle fut ramenée de ces pensées par la question de Wilson.

« Ça fait quoi de... d'avoir été la championne de Poudlard et de gagner le tournoi ? »


Elina pris le temps de réfléchir à la question. Au final, le réel bénéfice qu'elle avait tiré du Tournoi, c'était d'avoir rencontrés des personnes qui sortaient de l'ordinaire. Qu'il s'agisse de Marie, Filip, Ekaterina ou même Jonas, malgré l'antipathie qu'il lui avait inspiré une bonne partie de l'année.

« Je dirais que c'était surtout une très grosse pression. Quant au fait d'avoir gagné le Tournoi, étant donné la manière dont la troisième tâche c'est déroulé, je pense que tous le monde avait perdu de vu cet objectif. Je crois que je n'ai toujours pas vraiment réalisé... »


Le soulagement que tout le monde soit sain et sauf à la fin de cette tâche avait surpassé sans mal la fierté d'avoir remporté le Tournoi des trois sorcier. Si elle avait bien retenu une chose de la troisième tâche, c'est le sentiment de terreur qu'elle avait ressentit face a Stanislav Stoyanov et le fait que les sorciers comptent beaucoup trop sur leur baguette. Au final, c'était l'expérience acquise au cours des différentes tâches qui comptait vraiment. Négocier avec une Acromentule n'était pas le genre d'activité que l'on avait souvent l'occasion de pratiquer. Et a vrai dire, c'était tant mieux.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Le wagon des préfets

Tout se déroulait bien pour la deuxième rentrée du petit Wilson. Il partageait son compartiment avec la gagnante du tournoi des trois sorciers de l'année dernière et il pouvait poser toutes les questions qu'il n'avait jamais osé posé l'année précédente, par respect. N'empêche, que là aussi cela peut être vu comme un manque de respect. Mais les événements sont passés, cela devrait être mieux. Elina prit du temps à répondre mais Wilson avait tout le temps qu'il voulait : de toute façon les deux préfets étaient coincé dans ce train jusqu'à son arrivée à Pré-au-lard. Wilson écouta la réponse de son interlocutrice avec de l'admiration encore et toujours.

Une pression dit-elle, c'est sûr à n'en pas douter. Wilson se souvient qu'il avait d'abord été déçu de ne pas pouvoir mettre son nom dans la coupe, mais avec les épreuves qu'il a assister qu'en temps que spectateurs, il sait qu'il aurait abandonné dès la première. Mais quand on est champion représentant l'école, c'est impossible d'abandonner, toute l'école veux ta victoire.

Wilson tendit un sourire à Elina lui faisant comprendre qu'il avait reçu sa réponse et regarda à travers la fenêtre. Les champs et les villages passaient à toute vitesse, le soleil était à présent un peu plus haut que tout à l'heure lorsque le train était partit de Londres. Le temps n'avait rien d'automnal. La journée avait avancé mais ils étaient loin d'être arrivé. Wilson jeta un coup d’œil à ses jambes, il était encore habillés en jean et T-Shirt, il savait qu'il devait se changer avant d'arriver à Poudlard mais pour le moment il n'avait pas le courage de le faire et puis bon devant une fille... voilà quoi.

Sa grosse valise près de lui, Wilson commença à l'ouvrir, et sortir quelques affaires qui le dérangeait. Quel bordel là-dedans ! Il y avait ses livres, ses vieilles plume a moitié abîmé, des bottes en plastique qu'il avait prit pour les temps maussades... ses robes de sorciers achetés d'occasion grâce à la bourse que lui avait donné Poudlard l'année dernière... Il cherchait de quoi s’alimenter. Depuis l'année dernière, il était friand de crapaud au chocolat, les chocogrenouilles comme ils les appellent les sorciers. Mais il semblait avoir tout mangés puisqu'il ne trouva rien du tout. Laissant échappé un soupir, il adressa un regarde désespoir à Elina quand son paquet de baguette réglisse tomba de sa valise. C'était son jour de chance apparemment. Il prit le paquet, l'ouvrit, et prit deux baguettes :


« Tu en veux une ? »
dit-il en lui tendant déjà l'une d'elle.

De son autre main, il essaya de refermer sa valise mais constatent qu'il n'était pas très doué pour fermer une valise d'une main, il abandonna vite pour prendre sa baguette la croquée. Le bon goût de la réglisse dans sa bouche, c'était bon...

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

Le wagon des préfets

Cette fois, le trajet dans le Poudlard Express s'annonçait calme. Mais c'était toujours le cas au moins au début. Cela ne l'avait pas empêchée de croiser une Acromentule dans le dernier wagon l'année précédente ! Mais cette rencontre peu agréable lui avait finalement réussit puisqu'elle avait retrouvé cette même Acromentule lors de la deuxième tâche du tournoi. Sans pour autant qu'elles soient en bons termes, cela lui avait permis de négocier. Elle était consciente que cela n'avait pas beaucoup plu aux Durmstrang qui préféraient la manière forte, mais il aurait été stupide de gaspiller son énergie dans un combat inutile. Etant la plus jeune, elle avait eu tout intérêt a fonctionner a l'économie. Et il faut croire que cela lui avait finalement bien réussit. Le Tournoi avait laissé bon nombre de questions sans réponses qui continuait de venir la hanter de temps a autre. Peut-être finirait elle par les obtenir.

Elle fut détournée de ses pensées par Wilson qui bataillait ferme avec sa valise. Elle ne savait pas ce qu'il cherchait, mais le désordre qui régnait dans la malle ne facilitait pas sa quête. Elina imagina avec amusement la réaction qu'aurait eu sa mère devant un tel désordre. Il venait de renoncer quand un paquet de friandise s'échappa de la valise encore ouverte. Le Serpentard ouvrit le paquet et lui proposa l'une des baguettes réglisse qu'il contenait.


« Tu en veux une ? »


Elina remercia Wilson et pris la baguette réglisse. Elle croqua dans la fausse baguette et savoura le goût de la réglisse, cela faisait longtemps qu'elle n'en avait pas mangé. Wilson semblait rencontrer quelques difficultés pour refermer sa valise. Le voyant abandonner la bataille, la Poufsouffle lui demanda :

« Tu as besoin d'aide pour ta valise ? »

Reducio
Navrée de ce retard. :wise:

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Le wagon des préfets

Wilson était en train de montrer à quel point un garçon pouvait ne pas être doué. Une baguette à réglisse d’une main, sa valise dans l’autre, Wilson tentait désespérément de la refermer. Quelle idée d’avoir voulu manger de la réglisse maintenant aussi. Elina lui proposa gentiment de l’aider mais Wilson lui répondit d’un non de la tête. Il voulait se débrouiller. Ça l’occupe pour le voyage parce que faut dire que parler, c’est bien mais à force… voilà quoi. Étalant tout dans le compartiment, Wilson ne savait plus quoi faire. C’était un vrai dépotoir. Heureusement qu’il y avait encore quelques heures de transport parce que robes de sorciers, jeans, t-shirt, tout était étalés au sol. Wilson en profita pour laisser une robe de sorcier de sortie pour être prêt pour sortir du train, et entreprit de ranger le reste.

« Fais pas attention au bordel, hein ! » dit-il à Elina en se sentant rougir.

Quel belle image d’un garçon organisé donnait-il à sa préfète-en-chef. Ça promet pour le reste de l’année. Enfonçant tout dans sa valise, il se mit à genou dessus pour la refermer, sans craindre de casser quelque chose de fragile comme les fioles de Potions ou sa balance en cuivre. Tant pis, fallait qu’il referme cette valise. Au bout de quelques minutes d’intense efforts aux yeux d’Elina, Wilson finit par fermer définitivement sa valise. Enfin !

Se laissant tomber sur le canapé du train, il souffla un bon coup. Puis, il décida d’aller faire un tour dans le train pour aller dire bonjour à ses connaissances et partir à la recherche de sa collègue préfète de Serpentard par la même occasion. C’est bête mais il ne sait pas avec qui il va faire équipe durant l’année. Laissant sa valise dans le wagon des préfets, il dit à Elina :


« J’vais faire un petit tour, j’laisse ma valise ici. Ne t’en occupes pas, si tu veux partir et que je suis pas revenu, part et laisse ma valise là… t’façon tu l’as vu, y a rien à voler là-dedans ! »

Il adressa un sourire à la Poufsouffle et quitta le compartiment, à la recherche d’Arthur, Joy, Antony et les autres… ainsi que sa mystérieuse collègue préfète.

Reducio
Fin du RP pour moi, merci beaucoup :)

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

Le wagon des préfets

Elina regarda Wilson se débattre avec sa valise. Celui-ci ayant refusé son aide, elle ne pouvait pas faire grand chose d'autre. Est-ce que son orgueil serait blessé si elle intervenait quand même ? Sa méthode pour ranger manquait un peu d'efficacité et la préfète-en-chef devait lutter contre des pulsions maniaques.

« Fais pas attention au bordel, hein ! »

Le jeune préfet avait pris une couleur carmin. Elina le regardait tenter de fermer sa valise de force après y avoir tout remis en vrac. S'il n'y avait pas déjà eu de la casse a cause de la chute des divers objets sur le plancher du wagon, il y en aurait très probablement maintenant ! Il fallut plusieurs minutes a Wilson pour fermer sa valise. Celui-ci s'était mis a forcer avec le genoux sur sa malheureuse valise. C'était un spectacle plutôt gênant pour Elina qui ne pouvait s'empêcher de penser que cela aurait pris moins de temps de ranger les choses correctement. A vouloir aller trop vite, il avait perdu encore plus de temps. C'était souvent ce qui arrivait a cause d'un manque de sang froid. Enfin victorieux de son combat acharné contre sa valise, il s'affala sans grâce sur l'une des banquettes du wagon. Quand il eut retrouvé son souffle et un teint retourné à la normale, il se décida a aller faire le tour du train.

« J’vais faire un petit tour, j’laisse ma valise ici. Ne t’en occupes pas, si tu veux partir et que je suis pas revenu, part et laisse ma valise là… t’façon tu l’as vu, y a rien à voler là-dedans ! »

Elina se contenta d'acquiescer. De toute manière, il n'y avait jamais eu de vol durant les trajets en Poudlard express a sa connaissance. Il ne manquerait plus qu'elle soit tenue en otage par une valise. Valise qui avait d'ailleurs un peu souffert de son combat acharné contre son propriétaire... Wilson était un peu brouillon, mais il semblait être quelqu'un d'assez sympathique. Si il n'appliquait pas ses méthodes de rangement a son travail de préfet, il devrait très bien s'en sortir. Le Serpentard ayant quitté le wagon, celui-ci retrouva tout son calme. Elina retourna donc a sa contemplation du paysage défilant sous ses yeux. Le train la rendait légèrement atone. Elle allait donc conserver son énergie pour le moment où les préfets regagneraient leur wagon pour les instruction de début d'année.

Reducio
Fin de ce RP. Merci et désolée pour l'attente.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Le wagon des préfets

Je fait ce rp avec James Silvershade, en revanche, tout préfet(e) est la bienvenue !

C'était la rentrée, enfin. Peu d'adolescents attendent la rentrée avec impatience, mais Peter lui si. Ces vacances avaient étés affreuses. Du moins le dernier mois qu'il avait passés avec son père. Le premier mois, il était allé chez sa cousine Melody Nemesis, mais il était rentré chez lui, à Londres pour pouvoir assister à la coupe d'Europe de Quidditch. Melody et ses parents partant en voyage aux Etats-Unis ne pouvaient l'accompagner. Il avait donc du partir là bas avec son père. Seule consolation, Lexie les avaient accompagnés ce qui avait rendu la chose moins désagréable. Bien que Peter aimait penser de mauvaises choses à propos de son père, il savait aussi au fond de lui, qu'il avait tout de même été heureux d'avoir passé un peu de temps avec lui.

Après tout, si Peter avait autant de rancœur envers son paternel, c'est parce qu'il jugeait que celui ci ne passait pas assez de temps avec lui, alors maintenant qu'ils s'étaient vu pendant un mois, le jeune garçon n'avait théoriquement plus aucunes raisons d'en vouloirs à son père. Mais c'était plus fort que lui, il avait toujours ce sentiment affligeant qui se rapprochait presque de la haine. Quoi qu'il en soit, Peter et Phillus Speculus se trouvaient tout les deux sur le quai de la voie 93/4. Le brun tenait fermement sa valise par la main droite et regardait impatiemment son père afin que les deux se disent au revoir. Celui ci esquissait un grand sourire et se frottait les mains.


-Alors fils, c'est la rentrée ! Ça y est !


Peter sans dire un mot acquiesça. Son père toujours aussi enthousiaste se baissa au niveau de son fils et posa une main sur son épaule. Comme par réflexe, le brun fit un mouvement d"épaule pour dégager la main de Phillius. Ce dernier paru blesser, mais fit comme si de rien n'était. Il avait toujours le sourire, mais celui était désormais beaucoup plus bancal.

-Tu ne te tromperas pas de wagon ! Tu es préfet maintenant ! Je suis très fier de toi.

Cela toucha le jeune garçon, mais il ne laissa rien paraître. Il savait qu'il n'arriverait pas à montrer des signes de gentillesse envers son père, même en essayant. Mais il ne voulait pas être méchant à se point c'est pourquoi il répondit d'un ton neutre.

-Merci père.


Le visage de Phillius se durcit.


-Ne m’appelle pas père, tu sais que je n'aime pas ça. Je sais bien que les Nemesis t'ont donner l'habitude d'employer ce genre de termes mais nous sommes des Speculus. Alors appelle moi Papa.

Cela agaça Peter, si il ne pouvait même plus utiliser les mots qu'il voulait, cela n'allait plus du tout aller. Il marmonna alors un "Je dois y aller". Ensuite il hésita quelques instants avant de tout de même enlacer son père durant quelques secondes avant de dire "A plus tard". Il se dépêcha de monter dans le train afin d'échapper à son père. Il se dirigea vers le Wagon des préfets, ressentant une petite fierté. Il était le premier. Ce n'était pas étonnant vu à quelle vitesse il s'était enfui du quai. Il s'assit alors sur un siège, posa son coude contre le rebord de la fenêtre avant de faire reposer sa tête au creux de sa main. Par la fenêtre il vit son père regarder le train d'une mine triste avant de tourner les talons et partir.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Le wagon des préfets

James avait passé ses vacances dans trois pays, même si le deuxième ne comptait pas vraiment étant donné qu’il y était resté cinq jours. Son mois de juillet avait été consacré au Mexique. Il était resté avec la population sorcière locale et s’était fait deux trois amis. Puis il était revenu en Ecosse, au manoir, pour pouvoir assister à la finale de la coupe d’Europe de Quidditch. Il y était allé avec son frère, Thomas, et sa sœur, Elena. Lors du mois d’août, la famille Silvershade était partie dans leur maison des Hamptons, à New York, histoire de changer de quotidien. Le Poufsouffle était rentré au Royaume-Uni cinq jours avant la rentrée. Comme il s’y attendait, il avait reçu son insigne de préfet pour l’année dans une enveloppe contenant aussi sa liste de fournitures. Puis il avait mis dans sa valise-malle exactement toutes les affaires qu’il avait dans son armoire en chêne noir. Il avait acheté une nouvelle robe de sorcier sur le Chemin de Traverse car celle de l’année précédente ne lui seyait plus.

Le premier septembre arriva bien trop vite à son goût. Les grandes vacances étaient passées plutôt vite pour James. Il fallait quand même avouer qu’il avait hâte de retrouver ses amis - du moins le peu qu’il en avait. Sa Troisième Année débutait par un tout nouveau changement : le préfet de Poufsouffle allait devoir abandonner deux matières pour en choisir deux autres. Bien qu’il avait réfléchi une partie de ses vacances, le garçon ne savait que faire. Il avait encore une journée de train pour se décider, après tout.
Les enfants d’Alan qui allaient encore à Poudlard se rendirent à la gare par Portoloin. Ils avaient pensé à ne pas apparaître comme ça, au milieu des moldus, mais dans un endroit bien caché des yeux indiscrets.
James quitta rapidement sa famille après quelques embrassades et était heureux d’un certain côté de ne pas se trouver dans la même cabine que son frère et sa sœur. Non pas qu’il ne les aimait pas, mais qu’il n’avait tout simplement pas envie d’être avec eux pour le voyage. À Poudlard, il ne les voyait jamais, pourquoi cela changerait alors qu’ils s’y rendaient ? L’été avait suffi.

Le jeune garçon de treize ans courut vers le mur qui donnait sur la plateforme neuf trois-quarts. Il le traversa sans problème et entendit le sifflement du Poudlard Express. Le train était d’un rouge vif avec des lignes noires, et il portait un numéro inscrit en blanc sur la cheminée avant : 5972.
James grimpa dans un wagon tiré au sort, et se dirigea vers celui des préfets. Un jeune Serdaigle que le Poufsouffle connaissait bien était déjà installé. Peter Speculus était le nouveau préfet des bleus et bronze.

« Peter ! Tu es préfet cette année ! Félicitations à toi ! »

Le Poufsouffle lui adressa un sourire avant d’installer Raov, son hibou, sur le porte-bagages en-dessous du quel il allait s’asseoir. Il essaya de monter sa valise-malle avec sa force mais n’y songea plus lorsqu’il sentit son poids.
Sortant sa baguette magique, James prononça une formule qu’il connaissait bien et qu’il avait appris à maîtriser en cours de Sortilèges en Première Année.

« Wingardium leviosa ! »

La valise se souleva alors lentement vers le plafond, et James la déposa près de Raov.

Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys

Le wagon des préfets

Quand Peter vit arriver James cela lui fit chaud au cœur, revoir des gens qu'il connaissait et avait appris à aimer était tout ce qu'il demandait. James était le préfet de Poufsouffle, il était préfet depuis l'année précédente déjà, Peter lui allait commencé cette année même. Il était content et un peu fier de devenir préfet, il s'imaginait déjà pouvoir faire de grandes ballades nocturne sans risque de réprimandes. Pouvoir admirer les étoiles depuis la tour d'astronomie sans risque de se retrouver dans le bureau de Rusard. Il se souvînt alors de sa première sortie illégale des dortoirs la nuit, lorsqu'il était tombé sur les jumelles Ame, et moins réjouissant sur Miss Peters. Il se rappela aussi des retenues qui suivirent.
Ces souvenirs ne faisait qu'amplifier la joie que le garçon avait de retourner à Poudlard. James félicita Peter. Satisfait mais essayant de rester modeste, le Serdaigle esquissa un sourire puis prononça un petit "merci" à peine audible.

James après avoir essayer de monter sa valise à la seule force de ses mains dû se résigner à utiliser la magie, Peter lui s'était contenté de la poser à côté de lui. Urmiqor quant à lui avait été placé dans la soute. Quel nom stupide Urmiqor. Quand le Serdaigle avait acheter le hibou il avait déjà un nom, mais il pensait de plus en plus à le changer.

Dans le wagon rentraient d'autres préfets, Peter en connaissait peu, il en reconnu que quelques uns, cette brute de Kingson par exemple. Il vit par la même occasion qu'il y avait eu beaucoup de changements, ainsi son ami Audric n'était plus préfet, dommage, cela aurait pu permettre aux deux garçons de plus souvent se voir.
L'embarcadère se vidait et le train se remplissait. Bientôt il n'y avait plus sur le quai que des parents attristés, mouchoir à la main, qui faisait des grands signes à la prunelle de leurs yeux. Du côté du train il y avait des enfants fous de joie qui se penchait à la fenêtre pour crier quelques derniers mots à leurs parents. Puis le sifflet du train retentit, et le monstre de métal se mit en marche tout doucement, gagnant de la vitesse petit à petit et laissant derrière lui un quai maintenant vide.

Une fois que l'allure du train fut stable, Peter se détourna de la fenêtre et se tourna vers James. Il avait grandit pendant les vacances. Il était maintenant assurément plus grand que Peter qui lui avait du prendre 2 cm à tout cassé. Après il fallait dire que le Poufsouffle avait un an de plus que le Serdaigle, donc c'était normal après tout. Le nouveau préfet de Serdaigle engagea la conversation:


-Alors... tes vacances se sont bien passées?

Simple, un peu bateau, mais parfait pour commencer l'année !

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?