Poudlard Express

Inscription
Connexion

Une rencontre impromptue  Fini   avec Nathan Brior 

Hugo
Sa mère
Son père

Devant l’immensité du train, Hugo se sentait perdu. Accompagné de ses parents, il était plutôt anxieux.
Sa mère tente du mieux qu’elle le peut de le rassurer:
« Ça n’est rien mon chéri, on te reverra à Noël et tu n’aura plus envie de revenir..
Je sais bien mais je suis partagé là.

Il vas valoir y aller jeune. Le train vas bientôt partir.
Je sais Papa, quand il faut y aller, il faut y aller, ...

Et le jeune garçon embrassa ses parents avec fougue, car il ne les reverrait qu’en décembre, et s’engouffra dans les portes du train qui commençaient à peine à se refermer.

Il fallait maintenant choisir un wagon dans lequel il trouverait un ami pour les prochaines années à venir...

C’est un peu perdu qu’il voulu entrer dans un wagon où se trouvait un garçon blond. Mais la porte était bloquée de l'intérieur, même peut-être par magie. N’en n’ayant pas spécialement partiqué de la magie quand il était jeune, Hugo fut surpris par la résistance de la porte.
Ce fut une question qui apparut dans sa conscience qui le fit sortir de la semi-stupeur dans laquelle il était. Mais que faisait un de ses camarades dans un wagon fermé ? C’est en y réfléchissant un peu qu’il obtînt sa réponse. Le jeune garçon blond dormait et d’autres avaient fermé la porte par magie pour lui faire une blague, désolant, ...
L’anxiété faisait maintenant place à une curiosité encore plus grande. Hugo ouvrit un petit manuel de sorts simples que sa mère lui avait confectionné pour lui faciliter ses débuts dans l’école. Ce fut en feuilletant quelque page qu’il trouva le contre-sort.

Alohomora dit-il doucement.

Il put enfin ouvrir la porte et se glisser à l’intérieur à pas de chat pour ne pas réveillé le garçon.
Sa rencontre allait être intéressante, ...
Dernière modification par Hugo Rolanbri le 18 octobre 2018, 15 h 23, modifié 4 fois.

« Mon cœur n’est pas comme le soleil, il est sombre et froid. Mais aussi scintillant que la Lune. »
« Je me suis bercé d’illusion. Ce fut bien, un temps. Mais j’ai fini par sombrer»
code couleur : angel

Une rencontre impromptue  Fini   avec Nathan Brior 

Nathan observait le Poudlard Express avec un mélange d’intérêt et de fascination. Ses parents lui avaient énormément raconté leur vie à Poudlard, mais ils lui avaient laissé la surprise de la découverte en ne décrivant jamais les lieux. Même si il en avait été déçu au début, ça valait le coup, songea-t'il. Le Poudlard Express était vraiment magnifique avec ses locomotives d'un rouge éclatant et la fumée que laissait échapper la grande cheminée noire. Il leva un sourire éclatant vers ses parents qui le regardait avec un air fier sur le visage. C'est un tableau assez étrange, car les Brior laissaient rarement percer leurs émotions en public.

-Alors Nathan, content d'enfin aller à Poudlard? Tu vas assurer. s'exclama son père avec confiance.

Et il lui ébouriffa les cheveux en souriant discrètement. Hydrus Brior était connu pour son impassibilité, et même si ce moment était important, il ne voulait faire croire au autre qu'il gâtait son fils. Nathan le comprit aussitôt et parla d'un air agacé.

-Père, mes cheveux sont assez décoiffés comme ça... Mais il reprit d'un joyeusement. Mais oui, ça va être fantastique! Ne vous inquiétez pas, je serai le meilleur de la maison Serpentard. déclara-t'il sérieusement.

Puis sa mère regarda sa montre.

-Tu vas être en retard Nathan. Bon voyage, et envois-nous une lettre pour nous dire qui tu as rencontré et dans quel maison seras-tu.

-Je serai à Serpentard mère, j'en suis certain. Il lui embrassa la joue rapidement. Prenez soin de vous.

Il s’apprêta à aller vers son père quand Jena Brior le retenu par le bras. Nathan leva la tête vers elle et aperçu un de ses rares sourires sur les lèvres.

-Tu pourrais aller à Gryffondor aussi, dit-elle avec un petit sourire malicieux.

Nathan eu un instant d'hésitation, puis étreignit rapidement sa mère. Même si il y avait une étiquette, il ne reverrait ses parents qu'en décembre...

-Jamais de la vie! s'exclama-t'il en riant.

Puis il alla embrasser son père, prit sa malle décorée des armoiries des Brior et marcha vers le train en adressant à ses parents un dernier signe de main. Écartant la pensée que Liam et Théo, ses deux meilleurs amis d'enfance, auraient dû être avec lui, il escalada les marches avec sa valise en essayant de ne pas montrer sa difficulté et finit par se retourner. Ses parents étaient déjà partis, ils avaient une grosse réunion, mais il aurait aimé qu'ils restent un peu plus... Le jeune Brior secoua la tête et s'engagea dans le couloir. Il regarda sa montre de collection. Le train allait partir dans 5 minutes. Il avait le temps de trouver un wagon. Il déambula un peu d'un air sûr de lui, croisant plein d'élèves, et entra dans le premier wagon vide. Il s'installa et sortit un livre en attendant que le train parte.

Sans s'en rendre compte, il s'endormit. Ce fut le cliquetis caractérisant une serrure qui se débloque qui le réveilla. Il émergea avec lenteur jusqu'à qu'il vit une silhouette devant lui. Complétement réveillé, il bondit et sortit sa baguette de sa poche et la pointa sur le garçon en fasse de lui, malgré le fait qu'il ne connaissait seulement un sort d'attaque. C'est un jeune homme de son age, mais il était totalement différent de lui. Il avait les cheveux bruns sombres bien coiffés (Nathan passa la main dans ces cheveux avec un maigre espoir de les recoiffés en voyant ceux de son compagnon), presque noirs, des yeux marrons avec des lunettes et un air embêté collé au visage. Il abaissa doucement sa baguette et fronça les sourcils.

-Enchanté, Nathan Brior. Mais la porte était fermée?

Il ne l'avait portant pas fermée à clé quand il s'était installé, il en était sûr.

Il faut vivre, puis il faut mourir. Le reste, c'est ton problème.
2ème année RP

Une rencontre impromptue  Fini   avec Nathan Brior 

Presque rouge tomate d’avoir réveillé Nathan, Hugo tenta de rattraper la situation en continuant la conversation :

Je, je m’appelle Hugo Rolanbri dit-il d’une voix qu’il s’efforcait un peu plus assurée.
J’ai vu que tu étais seul dans ce wagon et comme tu m’avais l’air tout à fait sympathique, eh bien, j’ai décidé d’ouvrier la porte. enchaîna-t-il précipitamment.

Je ne voulais pas te réveiller mais d’au élèves ont pris un malin plaisir à bloquer ta porte avec un sort. Comme ma mère est plutôt astucieuse, elle m’a fabriqué un carnet dans lequel elle a écrit tous les sorts et comment les utiliser. Du coup, j’ai pensé à y jeter un coup d’oeil et me voilà entré dans ton wagon.

Il ne savait pas trop pourquoi il disait tout ça, mais au fil de ses paroles, il prenait de l’assurance et commençait à trouver Nathan Brior très amical, même si celui-ci n’avait pas dit un mot pendant qu’Hugo racontait son aventure. Nathan était blond, et avait un air qui le rendait fier sans tout autant le rendre arrogant, une qualité qu’Hugo appréciait par dessus tout..
Il vu tout de suite que lorsqu’il avait parlé du carnet de sa mère, Nathan avait eu l’ai intrigué. Peut-être voulait-il en savoir plus ? Hugo pris le risque, minime, de continuer la conversation, bien commencée vers ce sujet.

Tu avais l’air curieux en voyant mon carnet, tu veux voir ce qu’il y a dedans ?

Et la réponse ne se fit pas attendre ...

« Mon cœur n’est pas comme le soleil, il est sombre et froid. Mais aussi scintillant que la Lune. »
« Je me suis bercé d’illusion. Ce fut bien, un temps. Mais j’ai fini par sombrer»
code couleur : angel

Une rencontre impromptue  Fini   avec Nathan Brior 

Le garçon devint rouge tomate en voyant qu'il l'avait réveillé, et Nathan hésita à avoir un rictus. Si il voulait avoir des amis, il lui faudrait faire des efforts... Alors il garda son sourire moqueur pour lui et écouta sa réponse.

-Je.. Je m'appelle Hugo Rolanbri, dit-il d'une voix peu assurée. J’ai vu que tu étais seul dans ce wagon et comme tu m’avais l’air tout à fait sympathique, eh bien, j’ai décidé d’ouvrier la porte. enchaîna-t-il précipitamment. J’ai vu que tu étais seul dans ce wagon et comme tu m’avais l’air tout à fait sympathique, eh bien, j’ai décidé d’ouvrier la porte. enchaîna-t-il précipitamment.

Là, Nathan ne put empêcher un petit sourire amusé d'apparaitre sur ses lèvres. Comment pouvait-il avoir l'air sympathique si il dormait? Mais le sourire fondit bien vite quand il comprit que des élèves lui avaient joué un tour. Comment avaient-ils pu faire ça, à lui, un Brior! Ils ne le connaissaient sans doute pas, c'était affligeant... Il sentit la colère monter en lui, mais son visage resta impassible, il eu seulement un froncement de sourcil. Il allait leur faire regretter... Restait plus qu'à les trouver, mais souvent les petits malins de ce genre étaient vite reconnaissable... Il eu un petit soupir. La rentrée commençait bien...

Puis intérieurement il retrouva le sourire et son visage devint moins sérieux. Il allait tout de même aller à Poudlard et dans la noble maison de Serpentard! Il chassa la petite voix qui lui chuchotait avec amusement qu'il avait quelques caractéristiques de Serdaigle et regarda avec intérêt le livre qu'Hugo tenait dans sa main. Le jeune garçon brun en avait parlé, c'était un livre qui contenait quelques sorts écrit par la mère de ce dernier. Nathan regrettait de ne pas avoir eu cette idée, c'était toujours agréable de stupéfier la galerie avec des sorts qu'il connaissait déjà. Voyant l’intérêt du jeune blond, Hugo, dans un élan courageux, prit la parole.

-Tu avais l'air curieux en voyant mon carnet, tu veux voir ce qu'il y a dedans?

Nathan se dit que si il voulait devenir ami avec lui, il fallait être un peu plus expressif... Alors un sourire sincère vient égailler son visage et il tendit la main.

-Avec joie! Merci! Tu arrives à tous les faire? Au fait, à quelle maison voudrais-tu être? Quel est le cours auquel tu as le plus hâte d’assister? Et merci pour tout à l'heure. Je connais Alohomora, mais on ne sait jamais...

Il n'aimait pas vraiment remercier les gens. C'était montrer qu'il avait une dette envers eux, et les dettes n'étaient jamais bonnes. Mais dans ce cas là, c'était nécessaire. Et maintenant qu'il était lancé sur Poudlard, il était vraiment curieux, et très content de se faire un nouvel ami.

Il faut vivre, puis il faut mourir. Le reste, c'est ton problème.
2ème année RP

Une rencontre impromptue  Fini   avec Nathan Brior 

Nathan se dit que si il voulait devenir ami avec lui, il fallait être un peu plus expressif... Alors un sourire sincère vient égailler son visage et il tendit la main.

-Avec joie! Merci! Tu arrives à tous les faire? Au fait, à quelle maison voudrais-tu être? Quel est le cours auquel tu as le plus hâte d’assister? Et merci pour tout à l'heure. Je connais Alohomora, mais on ne sait jamais...

Il n'aimait pas vraiment remercier les gens. C'était montrer qu'il avait une dette envers eux, et les dettes n'étaient jamais bonnes. Mais dans ce cas là, c'était nécessaire. Et maintenant qu'il était lancé sur Poudlard, il était vraiment curieux, et très content de se faire un nouvel ami.

Hugo avait vu juste, Nathan était intéressé par son carnet ! Il le regarda feuilleter son carnet et dis en même temps :

C’est vrai qu’ils sont tous utiles, je n’ai pas encore pu tous les apprendre mais ça vas venir. Affirma-t-il.
Sinon, j’aimerais bien tomber à Poufsouffle ou Serpentard, mais mes parents ne m’ont pas donnés trop d’indices pour que je n’ai pas de préjugés, c’est une bonne chose, car il faut être ouvert à tout.


Mais Hugo savait quand même, au fond de lui, qu’il préférait sincèrement Poufsouffle pour la loyauté dont il faisait part, la sincérité et surtout, il voulait prouver que Poufsouffle n’était pas la maison où tombaient les moins que rien, ceux qui ne pouvaient aller à aucune maison. De l’autre côté, il y avait Serpentard, la maison des rusés, il savait qu’il s’y sentirait bien, il avait toujours aimé les serpents et les buts que l’on atteignaient. Et aussi, encore une fois, prouver, comme tant d’autres, que ceux qui allaient à Serpentard pouvaient également avoir un grand avenir. Il serait indécis face au Choixpeau, et seul celui-ci lui indiquera la marche à suivre.

Je pense que je vais adorer sortilège, vol et métamorphose. Ces cours résument à peu près tout ce que j’aime.

Et c’était vrai, les sortilèges étaient une des rares choses qu’Hugo pouvait se prévaloir de réussir à la perfection, il avait ça dans les veines. Pour le vol, c’était un peu plus compliqué car là, il ne s’agissait pas d’appliquer à la perfection un sort préalablement donné, mais de suivre son instinct et se dépasser physiquement. Et ça, Hugo adorait. La métamorphose était sensiblement similaire aux sortilèges, ce qui n’enlevait pas l’excitation qu’allait ressentir Hugo avant d’entrer à son premier cours.

Au fait, si jamais tu as des lunettes et que tu les casses, tu pourra toujours essayer le sort « occulus reparo », c’est un sort simple. Et toi, tu veux être dans quelle maison, quels sont tes cours préférés, et, connais tu la légende du « Black Crow »? dit-il avec un sourire énigmatique.

« Mon cœur n’est pas comme le soleil, il est sombre et froid. Mais aussi scintillant que la Lune. »
« Je me suis bercé d’illusion. Ce fut bien, un temps. Mais j’ai fini par sombrer»
code couleur : angel

Une rencontre impromptue  Fini   avec Nathan Brior 

Hugo lui passa son carnet en souriant, et Nathan le feuilleta, vraiment intéressé, tout en écoutant d'une oreille son nouvel ami.

-C’est vrai qu’ils sont tous utiles, je n’ai pas encore pu tous les apprendre mais ça vas venir. Affirma-t-il.
Sinon, j’aimerais bien tomber à Poufsouffle ou Serpentard, mais mes parents ne m’ont pas donnés trop d’indices pour que je n’ai pas de préjugés, c’est une bonne chose, car il faut être ouvert à tout. Je pense que je vais adorer sortilège, vol et métamorphose. Ces cours résument à peu près tout ce que j’aime.

C'était vrai que les sortilèges inscrits dans le petit carnet semblaient tous important pour le quotidien. Le sortilège Récurvite pour nettoyer, Lumos pour faire de la lumière... Malgré lui, Nathan fut jaloux du garçon en face de lui, bien qu'il ne le montra pas. Hugo avait réussi à faire un sortilège dont il n'avait jamais entendu parler, d'après ce qu'il avait compris, du premier coup! Lui avait dû s'entraîner des jours en cachette pour réussir ce seul sortilège avec sa toute nouvelle baguette! Curieusement, un sentiment de respect qu'il n'avait jamais eu envers des enfants de son âge monta en lui. Ce garçon devait être très fort en sortilèges! Il espérait l'avoir avec lui à Serpentard, ce serait du gâchis si il allait dans une autre maison. Le petit doute habituel monta en lui, mais il le refoula immédiatement. Il irait à Serpentard, point. Se réintéressant à son nouvel ami, il leva la tête de son livre. Alors comme ça il aimait le vol, comme lui. Nathan avait vraiment hâte de voler, plus que tout. Ça lui manquait, et il voulait vraiment intégrer l'équipe de Quidditch de sa maison. Hugo aimait les sortilèges, rien d'étonnant. La métamorphose un peu plus, mais après tout, ce cours ressemblait pas mal aux sortilèges.

Nathan referma la dernière page du carnet avec regret et se promit de demander à Hugo quand ils seraient à Poudlard si il pouvait le lui emprunter quelques temps. Il voulait vraiment apprendre ces sortilèges, tant pis pour les cours. Hugo reprit la parole.

-Au fait, si jamais tu as des lunettes et que tu les casses, tu pourra toujours essayer le sort « occulus reparo », c’est un sort simple. Et toi, tu veux être dans quelle maison, quels sont tes cours préférés, et, connais tu la légende du « Black Crow »? dit-il avec un sourire énigmatique.

Nathan n'avait jamais eu besoin de lunettes (sa vue était parfaite), mais il avait effectivement vu le sort Occulus Reparo dans le carnet, et se doutait que le jeune homme en face de lui l'avait utilisé plusieurs fois, pensa-t'il en regardant la monture qui surmontait son nez. Le jeune Brior hésita un peu avant de rapporter autant d'informations sur lui à un presque inconnu, puis il se rappela de sa précédente promesse et parla.

-Moi je serai à Serpentard, c'est sûr. C'est la meilleure maison en plus, celle des rusés, des déterminés et des ambitieux. Et moi j'ai vraiment hâte de commencer l'astronomie, j'adore regarder les étoiles et l'Espace. Le cours de potion a l'air super aussi, la patience, l'attention et le savoir que ça nécessite est impressionnant.

Se rendant compte que Hugo et lui était encore debout, il s'assit en adressant un sourire à son nouvel ami et rangea son livre qui était encore sur le siège. Passant une main dans ses cheveux pour se recoiffer, il reprit.

-Non, je ne connais pas du tout la légende du "Black Crow". Quesque c'est?

Il était vraiment intéressé. Nathan refoula la pointe d'agacement à l'idée qu'Hugo connaissait encore une chose de plus que lui et ouvrit son sac pour en sortir quelques sucreries. Il les regarda, hésita puis regarda son nouvel ami. Il n'avait jamais partagé ses biens avec quelqu'un d'autre que ses parents et Liam et Théo. Puis, haussant les épaules, il prit une chocogrenouille et la mit dans sa bouche. Le jeune Brior en tendit une à Hugo.

-Tu en veux? Il regarda la carte qu'il avait eu avec sa confiserie. Oh non! Encore Ron Weasley! C'est la cinquième que j'ai!

Il observa un instant le visage souriant du jeune héros - plus tout jeune à présent - et refoula une petite grimace de dégout. Même si il lui portait un grand respect, il savait que les Weasley étaient des Traitres à leur sang. Même si ça ne lui posait pas vraiment de problème, il savait que c'était un déshonneur pour les Sang - Purs. Puis, haussant une nouvelle fois les épaules en se disant que Ronald Weasley avait tout de même battu le Seigneur des Ténèbres, il mit la carte dans son sac et finit par lancer le chocogrenouille à Hugo, tout en attendant sa réponse.

Il faut vivre, puis il faut mourir. Le reste, c'est ton problème.
2ème année RP

Une rencontre impromptue  Fini   avec Nathan Brior 

En voyant l’invitation de Nathan, Hugo s’assit à côté du jeune homme. Il goûta à la chocogrenouille que son ami lui tendait. Et il eu la surprise de tomber sur quelqu’un qu’il n’avait jamais eu et qu’il avait toujours eu envie d’avoir. C’était Dumbledore. Sous ses lunettes en demi-lune, l’image du vieil homme observait Hugo d’un air mystérieux. Décidément, lorsqu’il pensait à cet homme, cela l’interrogeait sur la vie. Étrange, mais absorbant. Il fallu un certain temps à Hugo, qui lui paru une éternité, pour que son esprit qui s’était égaré puisse enfin revenir dans son corps.

« Dumbledore me fait ce coup là à chaque fois, il suffit que je pense à lui pour que mon esprit vogue dans les nuages. C’est bizarre. » dit-il.

Il pris le temps de se remémorer ce que lui avait dit et redit son père : la légende du Black Crow. C’était devenu une tradition, tous les troisièmes mercredis, tous les deux mois, son père et lui se répétaient inlassablement cette histoire, transmise de générations en générations. Et il replongea dans ses souvenirs...


Reducio
C’était il y a longtemps, Hugo ne pouvait plus se rappeler si c’était à ses cinq ou quatre ans. Son père lui avait promis de l’emmener. C’était le matin, très tôt, Dan, le père d’Hugo, vint réveiller son fils.

« L’aube ne s’est pas encore levée, on peut y aller. »

Hugo, endormit, ne parvint pas à se lever directement, c’est pourquoi son père le pressa.

« Aller, on vas arriver en retard et tu ne pourra pas participer à la cérémonie ! »

Lorsqu’il pu enfin émerger du sommeil dans lequel il était plongé, l’excitation pris le dessus et Hugo se leva d’un bond pour s’habiller. Il ne mis pas trente secondes pour mettre un pantalon et un pull bien chaud par dessus un T-shirt trop large pour le jeune garçon. Son père le pris avec lui et ils marchèrent longuement dans la forêt qui était adjacente à la maison des Rolanbri. Le jour n’étant toujours pas levé, père et fils ne s’arrêtèrent que pour boire.

Enfin, Dan se stoppa à l’entrée d’une étrange clairière. Celle-ci avait la particularité d’être carrée, en son centre se dressait un menhir dont le socle s’élargissait au niveau du sol. Cette étrange sculpture donna à Hugo le sentiment d’être face à un chapeau pointu. Son père le prit par dessous les bras et installa son fils sur le « Chapeau ». Ainsi, Hugo entendit pour la première fois la légende du Black Crow, par la bouche de son père.


Reducio
Il y a bien longtemps, vivait ici une vielle sorcière, celle-ci avait cinq fils, le premier se nommait Blatil, le second Orak, le troisième Jonah, le quatrième Rougip et finalement, le dernier s’appelait Drago. Blatil ne valait rien, c’était une brute écervelée qui ne pensait qu’à cogner. Orak quand à lui ne frappait personne, mais prenait un malin plaisir à détourner les seuls sous qu,obtenait sa mère. Jonah était très bon en sortilèges, surtout aux impériums dont Rougip était le cobaye, celui-ci n’étant d’ailleurs intéressé que par les filles et ce qu’il pouvait en tirer. Enfin, Drago, le cadet, avait toutes les défauts de ses frères, sauf que le jeune homme avait une qualité qui lui permettait de réguler ses défauts. Il savait frapper quand il le fallait, il était malin mais ne faisait aucun coup bas, il exécutait les sort ménagers pour aider sa mère de façon parfaite et savait reconnaître l’amour sans en abuser.

Ainsi présentés, les cinq frères eurent des existences tourmentées par les déboires de l’un ou de l’autre. Seul Drago savait se tenir à l’écart des disputes qui éclataient souvent dans la maison. Ce qui permettait à Drago de rester si calme et patient, c’était son imagination débordante de créativité. Il s’imaginait vivre dans un monde où il pourrait parler avec les oiseaux ou encore un monde où il n’aurait pas de frères pour l’embêter.

Ses aînés en avaient marre, de toutes ces idioties, le monde n’était pas fait pour tourner dans le sens de Drago. Ça ne pouvait plus durer ainsi. Et pour la première fois, ils décidèrent de se liguer contre leur cadet. Grand mal leur en pris. Car ce qu’il se passa ensuite fut très étrange : Drago fut au courant de ce que manigançaient ses frères grâce à un rêve. Il sût ce qu’il allait lui arriver et d’une manière très étrange, un sort prit forme dans sa tête.

Le jour terrible arriva, les quatre frères encerclèrent leur jeune frère, et se mirent à lui jeter toutes sorte de sortilèges simples ou impardonnables. Mais ils n’eurent jamais l’occasion par la suite de savoir si ils avaient gagné. Lorsque la mère vint sur les lieux, elle ne trouva que quatre baguettes, celle de Drago avait disparu. Et à la place, trônait mystérieusement une plume noire dont la provenance n’était pas à douter. C’était celle d’un corbeau, noir. La mère, rongée par le chagrin, éleva un menhir de pierre en souvenir de ses fils et y dessina la plume.



« C’est cette pierre ? » interrogea Hugo.

« Il n’y a pas de doutes, répondît son père, viens voir. »

Père et fils firent le tour du menhir et, à la grande stupéfaction d’Hugo, une plume d’un noir obscur était effectivement dessinée, avec une telle précision que son dessin resta dans la mémoire d’Hugo à jamais.

Dan, heureux d’avoir appris quelque chose à son fils lui promis de revenir l’année prochaine et à nouveau, lui conter cette étrange histoire
.


Hugo raconta avec le plus de précision son histoire à Nathan. Devant le regard du garçon, il sut que son histoire le captivait.


Ah ! Nous sommes arrivés à Poudlard !

Fin de ce RP

« Mon cœur n’est pas comme le soleil, il est sombre et froid. Mais aussi scintillant que la Lune. »
« Je me suis bercé d’illusion. Ce fut bien, un temps. Mais j’ai fini par sombrer»
code couleur : angel