Poudlard Express

Inscription
Connexion

En avant  privé Ennis O'Belt 

Septembre 2043

Il y a quelques semaines, Jack avait reçu une drôle de lettre. Ca parlait d'une école de magie, de sorciers, de matériel scolaire... Il n'avait rien compris, et avait même rigoler devant ce qu'il pensait être, une bonne blague. Il se demandait bien qui, dans ses proches, avait autant d'imagination!

Tout d'abord, il n'y avait pas prêter attention, continuant à vaquer à ses occupation d'élèves de primaires. Enchainant les bonnes notes, un excellent comportement et les heures de bénévolat, il se préparait à son entrée au collège privé de la région.

La famille de Jack était riche et célèbre. Il était donc soumis à toute sorte de pression sociale mais tout cela lui avait finalement rendu service. Jack n'était pas timide, osait se présenter, savait parler devant des foules et des caméras. Le seul hic était que Jack ne pouvais ni avoir d'amis, ni penser par lui même et encore moins donner son avis. Sa vie était épiée de toute part et réglée comme du papier à musique. Il devait se contenter d'en jouer la mélodie que l'on avait écrite pour lui. Il se sentait spectateur de sa propre vie.

Aussi, ca matin, il était tout exciter. Avant hier, il avait commencer à prendre conscience de sa future nouvelle vie. Un serviteur de la maison Cooper lui avait apporter un tas d'affaire scolaire toute plus bizarre les une que les autres. Il avait d'abord cru que ses parents poussait la blague un peu loin avant de se rendre compte qu'aucun d'eux ne faisait jamais aucune blague. De plus, après réflexion, personne ne lui avait plus reparlé du collège privé, ni ne l'avait visité. Rien de rien...

Maintenant qu'il se tenait dans le superbe train rouge, il comprenait... De nouvelles possibilitées s'ouvraient à lui.
Dernière modification par Jack Cooper le 7 octobre 2018, 15 h 25, modifié 2 fois.

La vérité blesse, mais le mensonge tue...

En avant  privé Ennis O'Belt 

L'arrivée de Jack à la gare s'était faite en toute discrétion. Ses parents avaient détournés l'attention des journalistes pour que Jack puisse arriver sans être suivi, non pas pour sa tranquillité, mais simplement pour ne pas entacher la réputation de la famille. On l'avait alors déposer à la gare seulement quelques minutes avant le départ, puis le chauffeur avait détalé en trombe, laissant Jack se débrouiller pour trouver le bon quai. Intelligent et attentif comme il l'était il avait simplement suivis les instructions et repérer des camarades à suivre.

La veille, Jack avait entendu ses parents parler de lui.

"- Que dirais les journalistes s'il entendaient parler de ce que Jack est devenu?".

Sur le coup Jack n'avait relever, mais à présent il se rendait compte de la portée de ces paroles. En effet, que dirait les journalistes? Rien si Jack s'en tenait à ses habitudes: être parfait. Et il devait commencer dès maintenant dans ce train!

A peine les marches franchies, il compris que cela ne serait pas chose aisée. Quant bien même le décor fut fabuleux et lui coupa le souffle, Jack remarqua instantanément que personne ne s'intéressait à lui. Il avait l'habitude des regards retournés vers lui dès qu'il franchissait une porte, dès qu'il se déplaçait, ou dès qu'il ouvrait la bouche. On était soit subjugué par lui soit on le détestait mais personne ne restait de marbre devant lui. Sauf ici...

La vérité blesse, mais le mensonge tue...

En avant  privé Ennis O'Belt 

Jack était là, à l'entrée du premier compartiment, au milieu du passage en somme. En regardant à gauche et à droite, il se rendit compte tout d'abord, qu'il était l'un des plus jeunes et plus petits des élèves présents. Ensuite il remarqua des groupes d'élèves, assis ensemble, entre amis. Ils rigolaient, s'échangeaient des trucs, discutaient entre eux, se montraient des choses diverses et variés dont Jack ignorait totalement l'utilité et même l'existance.

Jack se rappela alors soudainement que lui n'avait pas d'amis. il n'en avait jamais eu, sa mère lui avait interdit.

"- Ne fais jamais confiance à personne. ne parle jamais de notre maison, de notre quotidien, de ta vie à quiconque."

Alors dans ces conditions comment se faire des amis? Personne de ses camarades scolaires ou du voisinage n'était jamais entrés à la maison. De la même manière, il n'était jamais allé chez aucun de ses camarades, refusant systématiquement toutes les invitations, qui avait d'ailleurs finies par ne plus arriver.

Une élève qui souhaitait entrer dans ce compartiment bouscula Jack, ce qui le ramena à la réalité et le sortie de ses pensées. Sans s'excuser, l'élève partie rejoindre un groupe de filles qui gloussaient non loin.

Après s'être ressaissit, Jack décida de se comporter comme à son habitude. Il se dirigea alors vers le fond du compartiment, le sourire aux lèvres adressant des saluts à tous ses camarades. Mais sans qu'il puisse l'expliquer, aucun ne lui répondit, chacun se contentant de l'ignorer, de le regarder de travers, de se retourner sur son passage, ou pire de glousser voir de rire franchement. Ici il n'était personne, un inconnu parmi tant d'autre. La notoriété de sa famille n'avait pas passée les frontières du monde des sorciers. En même temps, lui même n'avait jamais entendu parler d'eux!

Un peu décontenancer, Jack n'ayant pas l'habitude de ce type de réaction, et ne sachant que faire, se rendit dans le troisième compartiment, le seul dans lequel Jack trouva un ensemble de siège vide pour s'installer.

La vérité blesse, mais le mensonge tue...

En avant  privé Ennis O'Belt 

1er SEPTEMBRE 2043
Comme l'année passée, Madame O'Belt avait déposé ses deux derniers enfants encore scolarisés à Poudlard sur la voie 9 3/4 un quart d'heure avant le départ du train. Les trois sorciers, portaient des tenues tout à fait classique pour ce monde. Des tenues qui auraient fait tiquer n'importe quel moldu. Contrairement à l'année passée, ils n'avaient pas fait leur courses de rentrée la veille, ils étaient donc parti du domaine familial par cheminette vers le Ministère irlandais puis avaient transités par portoloin jusqu'au Ministère anglais. La cheminette les avaient à nouveau transportés, mais cette fois-ci jusqu'à la gare. L'enchaînement rapide des transports ajouté à une nuit courte d'excitation faisait d'Ennis une jeune fille fatiguée mais très heureuse de reprendre le chemin de Poudlard. Les vacances avaient été tendues.

Les "au revoir" avaient été particulièrement sobres puis la mère de famille était repartie comme ils étaient venus. Sa mère ayant disparue dans les flammes vertes les deux O'Belt prirent le parti de monter leurs affaires. Les valises furent rapidement calées dans les filets d'un compartiments. Ils viendraient les chercher plus tard puisque chacun avait son sac de cours sur l'épaule avec de quoi tenir tout le trajet avec leurs amis respectifs. Mais encore fallait-il les trouver. Ils se séparèrent en redescendant sur le quai.

Ennis chercha ses amis pendant de nombreuses minutes mais la cohue l'empêcha de les identifier clairement. Ses épaules s'affaissèrent, déçue. Elle ne savait pas envoyer des notes enchantées pour qu'ils se retrouvent dans le train, et encore moins créer un patronus. Il faudrait pratiquer la méthode ancienne: déambuler dans le train.

Lorsque le sifflet sonna une première fois, indiquant que le train démarrerait dans les 5 minutes, l'irlandaise grimpa dans le wagon en doublant un petit blond. A son allure, un né-moldu qui se demandait certainement ce qu'il faisait là. Elle le regarda à peine et s'engouffra dans le wagon dans l'espoir de croiser Clément ou Nausicaä. Dans le premier, celui où elle avait posé ses affaires, ses frères et ses amis étaient confortablement installés, elle les salua, indiqua à son frère qu'elle viendrait passer sa tenue d'école plus tard et passa au suivant. Dans le second, des septièmes années, elle les salua et s'excusa pour repartir aussi sec. Le troisième compartiment, central dans le wagon était vide. Puis des filles plus âgées qui riaient. Alors qu'elle se dirigeait vers le dernier, elle croisa le petit blond de tout à l'heure, il entrait dans le compartiment vide. Il avait l'air étrange. Le dernier compartiment contenait un méli-mélo de deuxièmes et troisièmes années. Ennis les questionna, personne n'avait vu les deux rouges et ors. Elle ressortit et poursuivit son manège dans le wagon suivant. Toujours pas de meilleurs amis. Comme elle était en queue de train, elle rebroussa chemin. Où pouvaient-ils bien être? Avec sa chance, ils étaient à la tête du véhicule...

Une vingtaine de minutes après avoir croisé le né-moldu blond dans le couloir du wagon, Ennis passa devant le compartiment où il s'était installé. La porte était entre-ouverte, elle s'arrêta quelques secondes, il les avait peut être aperçu après tout. Elle gratta la vitre pour annoncer sa présence puis entra dans le compartiment. Le garçon y était seul, perdu dans ses pensées:
- "
Salut, je suis Ennis O'Belt. Je cherche deux de mes amis, une fille aux cheveux blancs - Nausicaä - et un garçon brun - Clément. Tu ne les aurais pas aperçus par hasard?

Ennis O'Belt - 4ème année RP
Jo' family - color=#741B47

En avant  privé Ennis O'Belt 

Jack s'était installé côté couloir, dans le sens de la marche, pour voir arriver les autres élèves et les saluer, ou, en tout cas, leur sourire. Un grand nombre de personnes étaient passées ce qui n'était pas pour rassurer le jeune garçon. D'autant plus que peu avait fait attention à lui, et presque aucun ne lui avait sourit en retour. Il avait essayer de les compter, mais une fois à 100, il avait compris que c'était impossible, d'autant plus, il en était presque sûr, certains étaient passés et repassés, et Jack les avaient comptabilisés à l'aller et au retour avant de comprendre son erreur. Il en soupçonnait certains d'être passé volontairement plusieurs fois devant lui, un "grand" avait même tenter de lui faire perdre le fils de son décompte qu'il tenait à voix basse mais malgré tout audible.

"- 42 - 72 - 39 - 97"

Perdu dans ses pensées, le blondinet entendit soudain une voix, puis des mots, qui le tirèrent de ses songes.

"- Tu ne les aurais pas aperçus par hasard?"

Bien sûr, il n'avait pas entendu le début de la phrase, et avant de faire répéter la jeune fille qui semblait bien plus âgée que lui, il s'assura d'un coup d'œil rapide dans l'allée qu'elle s'adressait bien à lui. Le compartiment étant vide, pas de doute. Il se présenta alors.

"- Bonjour, je suis Jack Cooper, excusez moi, je n'ai pas bien entendue votre demande"

*Bonjour l'entrée fracassante* pensa-t-il... *C'est la seule personne qui ne m'ignore pas et je ne l'ai même pas écoutée*

La vérité blesse, mais le mensonge tue...

En avant  privé Ennis O'Belt 

Apparemment, Ennis avait tiré le garçon d'une intense réflexion puisqu'il y regarda à deux fois avant de comprendre qu'elle s'adressait à lui. Elle eut une mimique mi-amusée, mi-agacée. Mais il n'y était pour rien si elle ne trouvait pas ses deux énergumènes de meilleurs amis. Il se présenta comme étant Jack Cooper. Un prénom et un nom assez familiers en Angleterre. Le vouvoiement étonna par contre l'irlandaise. Il était rare que les né-moldus l'utilise aussi naturellement que le jeune sorcier en face d'elle. Et même parmi les jeunes sorciers élevés traditionnellement, il n'était pas utilisé fréquemment,, encore moins dans un rassemblement de jeunes comme pouvaient l'être le Poudlard Express. Mais pour ne pas trop le brusquer, elle décida de reprendre ce qu'elle avait précédemment énoncé:
- "Je me suis présentée - Ennis O'Belt. Et je me demandais si deux de mes amis n'étaient pas passés par là."

La châtain entra dans le compartiment et pris place en face du blond. Une fois assise, elle l'observa un peu plus. Il devait être un peu plus grand qu'elle, ses vêtements, bien que typiquement moldus, semblaient être de bonne facture. Elle ne put s'empêcher de jeter un œil sur sa robe de sorcière et son chemisier et sa jupe. La qualité du tissu était indéniable aussi. Quelque part ils devaient se ressembler, même venant de deux cultures différentes. Elle formula donc dans sa tête ce qu'elle voulait lui dire pour s'affranchir des politesses.
- "D'expérience, le vouvoiement n'est pas toujours bien perçu par les autres élèves, même si le milieu d'où l'on vient l'exige." Elle lui sourit: "Mis à part avec nos professeurs bien sûr".

Elle observa alors la réaction de Jack. Elle se demandait vraiment pourquoi il s'était sentit obligé de la vouvoyer. Etait-ce une pure habitude où avait-il pressenti un milieu social aisé voire traditionnel?

Ennis O'Belt - 4ème année RP
Jo' family - color=#741B47

En avant  privé Ennis O'Belt 

Une fois tiré de ses pensées, Jack fit l'effort de se concentrer afin d'entendre les paroles de la fille devant lui. Une fois qu'elle se fut à nouveau présentée elle réitéra sa demande * Ennis O'belt, je dois retenir* pensa Jack.

La petite brune dévisageait Jack et celui ci se demanda si elle l'avait reconnu. Ce qui était fort possible puisque lui et sa famille passait aux infos au moins une fois par semaine. Mais lorsque elle lui adressa à nouveau la parole, il comprit que non, et ses espoirs s'envolèrent. *C'est dans une secte qu'on m'envoie ou quoi? Ils ont l'air d'ignorer tout des gens normaux* pensa t il.

Sa camarade venait de faire une remarque sur l'utilisation du vouvoiement dans le train. Jack ne savait s'il se sentait outré d'être presque moqué ou s'il se sentait soulagé de pouvoir mettre de côté son éducation vieillotte et contraignante.

- Pardonnez-moi, heu... excuse moi. En effet dans ma famille le vouvoiement est obligatoire et d'usage avec tous les membres, Père et Mère inclus. De même que dans mon ancien établissement scolaire, les élèves se doivent de se vouvoyer également, sans quoi ils sont lourdement sanctionnés."

Le garçonnet dévisagea à son tour sa camarade, les yeux froncés, s'attendant d'ors et déjà à des éclats de rire. Même s'il en avait l'habitude, notamment lorsqu'il devait se confronter à des personnes autre que ceux de son cadre habituel, Jack décida que s'il la fillette se mettait à rire, il changerait de place immédiatement afin de transmettre son mécontentement. Il ne pouvait se permettre de se quereller avant même d'être arrivé dans son nouvel établissement scolaire, bien que celui ci n'augurait déjà rien de bon.

La vérité blesse, mais le mensonge tue...

En avant  privé Ennis O'Belt 

Des motions différentes passèrent sur le visage du garçon au fur et à mesure de leur discussion. Enfin discussion, de leurs quelques mots échangés. Les siens évoquaient un fait qu'elle ignorait chez les moldus. Elle pensait que seule la famille royale d'Angleterre appliquait encore de tels principes, enfin, pour le peu qu'elle savait de cette famille - autant dire pas grand chose. Ennis était vraiment étonnée, elle ne s'y attendait pas. Usuellement, les nés-moldus étaient les plus familiers et les nés-sorciers pouvaient leur paraître vieillots dans leur manière, surtout quand ils étaient éduqués de manière traditionnelle. Pour éviter tout quiproquo sur le vouvoiement ou le tutoiement, elle choisi de faire des phrases impersonnelles. Meilleur moyen de ne pas se faire avoir.

- "Pour être honnête, Père et Mère sont également intransigeant sur ce point. Les seules personnes que je me risquais à tutoyer étaient - avant d'entrer à Poudlard - mes frères. Et uniquement lorsque nous étions seuls." Elle le laissa assimiler l'information. Elle le comprenait tout à fait sauf sur l'école. "Je n'allais pas à l'école avant, nous avions un précepteur". Précepteur qui ne lui laissa pas que des bons souvenirs. Même si le plus souvent le pauvre n'y pouvait pas grand chose. Les tensions venaient le plus souvent de la mère de famille. La fillette ne comprenait toujours pas comment la rendre fière.

Cela existait-il chez les moldus aussi? Devait-elle lui préciser que la plupart des élèves n'avait pas reçu une éducation semblable? Elle hésita un moment, observant la fenêtre pour prendre le temps d'y réfléchir. Elle ne voulait pas le vexer en appuyant sur son ascendance. Non, ce n'était pas une bonne idée. Il fallait qu'elle laisse la discussion se poursuivre sans trop anticiper. Son visage se tourna à nouveau vers Jack car elle sentit qu'il allait lui répondre. Peut être se trompait-elle. Mais continuer à regarder le paysage quelques secondes de plus serait impoli. Et les règles de bienséance étaient bien trop ancrées en elle maintenant pour qu'elle n'y fasse pas attention.

Ennis O'Belt - 4ème année RP
Jo' family - color=#741B47

En avant  privé Ennis O'Belt 

*Ouah, un percepteur, encore pire qu'à la maison* Jack se sentit tout à coup désolé pour la jeune fille qui venait d'évoquer devant lui des souvenirs visiblement désagréable.

Malgré cela, le blondinet se sentit soulager, l'école dans laquelle il allait, dite "de magie", ce à quoi il ne croyait absolument pas, semblait être une école haute gamme comme il en avait l'habitude. La présence à ses côté d'une élève d'un rang social au moins aussi élevé que celui de sa famille ne pouvait être un hasard. Elle était probablement sa tutrice ou quelque chose de ce genre afin qu'il s'intègre parfaitement bien. Il comprit soudain que "de magie" signifiait surement "école privé très très chère pour élèves sélectionnés".

Il se sentit bête d'avoir cru un seul instant, que en effet, la magie pouvait exister. D'ailleurs qu'aurait il été faire dans ce genre d'établissement! Aucun membre de sa famille n'avait de pouvoir magique, et encore moins lui! Il y avait bien sur eu des événements perturbants autour de lui mais rien que la science ne puisse expliquer.

Soulagé et le sourire aux lèvres il expliqua son histoire personnelle à sa camarade qui semblait gênée .

"- Je viens d'une école privée, destinée à la future élite de la nation. Tous mes camarades sont issus de famille très haut placée, tel que membres du gouvernement, scientifiques reconnus mondialement, ingénieur à l'armée etc... C'est une école aux méthodes très dures mais efficaces. Nos familles sont constamment épiés par les journaliste et les caméras, les enfants ne sont pas épargnés, et cette école donne d'excellents résultats pour l'image familiale. Mais je ne t'apprends rien, je viens de comprendre que nous allions dans le même type d'établissement".

Heureux de retourner dans un cadre familier, Jack se laissa choir au fond de son siège. Il fallait profiter de se moment de repos et de tranquillité avant de retourner à vie scolaire stricte.

La vérité blesse, mais le mensonge tue...

En avant  privé Ennis O'Belt 

Ennis tenta de faire bonne figure après le petit speech de Jack. Le blond venait d'utiliser des termes qu'elle n'avait que peu voire jamais entendu. École Privée? Ingénieur? Caméra? Armée? Autant de mots qu'elle appréhendait très mal. Et pourquoi avait-elle l'impression que quelque chose clochait?

Heureusement pour elle, près de treize ans de cours de maintien et de bienséance lui permettaient de ne pas laisser paraître d'émotion qui ferait une mauvaise impression. Elle hocha la tête à la fin de son explication car, même si des détails lui échappaient, elle avait compris le sens. Il avait été dans une école où il avait eu des professeurs stricts et venait d'une famille où filer droit devait primer sur moment de détente. L'essentiel était là.

Alors que le garçon se laissait tomber plus profondément dans son siège, Ennis préféra garder un maintien droit. Elle ne savait pas pourquoi elle en ressentait le besoin alors que le garçon se détendait visiblement:
- "C'est vrai que Poudlard est une école qui tire les étudiants vers le haut. Mais je ne la qualifierait pas de dure. Nos professeurs sont les meilleurs dans leurs domaines respectifs, exigeants mais justes". Et c'était la stricte vérité

Elle l'observa à nouveau. Ils semblaient si proches dans leurs éducations mais si différents en même temps. Leurs postures naturelles et le tons qu'ils employaient criaient un statut social affirmé. Mais leurs tenues bien que d'une étonnante qualité s'opposaient au possible et cela n'avait rien à voir avec le fait qu'il soit un garçon et la châtain une fille. Elle portait sa robe de sorcier par dessus sa robe. Il portait sa tenue moldue. Sa baguette dépassait de sa poche - prête à être brandie - alors de ce qu'elle voyait il ne l'avait pas sur lui:
- "Ça sera ta première année ici?" Elle se doutait depuis le début que oui puisqu'elle ne l'avait jamais vu dans sa classe mais il lui fallait une confirmation.

Ennis O'Belt - 4ème année RP
Jo' family - color=#741B47

En avant  privé Ennis O'Belt 

Reprenant soudain conscience de la présence de fillette à ses côtés, Jack se raidit. Alors que personne ne lui adressait la parole il entendait déjà les * Monsieur, veuillez vous tenir convenablement*, et le garçon se redressa instantanément. Il entreprit de s'excuser:

"- Merci de bien vouloir excusez ma tenue, heu, excuse moi... j'ai toujours l'impression d'être à la maison. Mais, en effet, c'est ma première année."

Jack fut soudainement attiré par la tenue, un poil excentrique, de la petite brune face à lui. Son regard alternait entre ses propres vêtements et ceux de sa camarade. Il ne comprenait pas son choix. Il était clair que, dans leurs école, régnerait bienséance, discipline et ordre. Il pensait donc tout naturellement qu'un uniforme, tel que celui qu'il portait, à savoir un pantalon à pince noir assorti d'une chemise blanche et d'une cravate également noire, serait de mise.

jack n'avait pas fait lui même ses achats pour la rentrée, et il ignorait donc tout du matériel qu'il avait regarder vite fait avant de jeter le tout dans un coin. Il imaginait déjà une journée d'intégration déguisement en pseudo sorcier et magicien avant d'attaquer les cours plus difficile les uns que les autres: maths, histoire, politique, maintien ou encore communication et élocution... Il avait d'ailleurs bien rit devant "la baguette magique", celle qu'il avait prit pour un vieux bout de bois n'avait pas connu meilleur sort que le reste du matériel: jeter dans une valise et embarqué à la gare. Puis soudain, le déclic.

"- Ma valise! J'ai laissé ma valise à la gare!"

La vérité blesse, mais le mensonge tue...

En avant  privé Ennis O'Belt 

La confusion se peignit sur le visage d'Ennis. Comment pouvait-on oublier sa valise sur le quai au juste? Quelque soit l'école, on ne partait pas sans ses affaires? Mais comme elle ne l'avait pas vu avec un sac ça voulait dire qu'il était partir comme ça? Au moins, ses vêtements, même si on les savaient moldus - la coupe différait un peu chez les sorciers - pourraient passer pour un uniforme. Mais sans cape, livres, parchemins et plumes comment allait-il faire? Mais il devait avoir sa baguette avec lui, Dans une poche de derrière peut être. Ce n'était pas judicieux mais beaucoup de moldus le faisaient.
- "Mais tu as ta baguette n'est-ce pas?". Elle inspira. "Je veux dire, tu l'as sur toi?"

Restait le problème de sa valise oublié. Elle n'avait jamais entendu parler d'une chose pareil. Quelqu'un l'aura sûrement remarqué et aurait prévenu l'école. Ou alors, quelques elfes de Poudlard étaient dans le train et vérifiaient le quai. La châtain n'en avait pas la moindre idée et ne savait que dire au première année. Lui dire qu'il la trouverait sans faute une fois dans son dortoir étant prendre le risque de lui mentir et n'avancerait de toute façon en rien. Elle mit son cerveau en branle et dit soudainement:
- "Il faudrait demander en tête de train au machiniste s'il sait ce qu'il faut faire".

Espérons qu'il ne soit pas timide et qu'il ose y aller, sinon, elle en serait quitte pour l'accompagner et perdrait du temps pour retrouver ses amis.

Ennis O'Belt - 4ème année RP
Jo' family - color=#741B47

En avant  privé Ennis O'Belt 

La jeunette face à Jack semblait soudainement paniqué. Pourtant Jack ne comprenait pas pourquoi. Il n'avait pas fait exprès d'oublier sa valise, simplement il n'avait jamais eu besoin de porter quoi que ce soit, ni même de penser à emmener tel ou tel chose, il y avait toujours quelqu'un, grassement payé soit, pour le faire à sa place. Par habitude Jack n'avait alors même pas pris la peine de surveiller sa valise, ni même de l'emmener à bord du train.

A présent c'était trop tard. Cela suffirait-il a le faire immédiatement renvoyé? Cette pensée ravi Jack, lui redonnant le sourire.

Lorsque la petite brune s'interrogea, paniqué sur la présence de sa baguette auprès de Jack. Le sourire aux lèvres, il indiqua que non.

"- Heu non, ma baguette est dans une ou l'autre de mes valises, je n'ai pas vraiment fait attention à ça."

Le p'tit gars ne comptait pas faire d'effort afin de résoudre son problème qu'il considérait plutôt comme une bénédiction. Il était hors de question de déranger le machiniste, ne serait ce que par fierté, il serait d'emblée catégoriser comme le gamin sans tête, attirant, avant même d'être arrivé, les moqueries de ses futurs camarades. Et puis, en imaginant que le train puisse s'arrêter, ou faire quelque chose pour la livrer à domicile, cela mettrait à mal le plan de Jack, à savoir rentré le plus vite possible chez lui, avec les personnes normales.

Aussi afin que sa jeune camarade ne prenne pas les devants, il décida de lui changer les idées en lui reparlant de ses amis égarés.

"- Ne t'en fais pas je m'en occupe, vas plutôt rejoindre tes amis, ils doivent t'attendre"

La vérité blesse, mais le mensonge tue...

En avant  privé Ennis O'Belt 

Ennis, toujours assise très droit sur la banquette retint de justesse un regard effrayé et une réflexion cinglante. Mais quel imbécile il faisait celui-là? Une baguette n'était pas faite pour rester dans un bagage mais pour être toujours à portée de main du sorcier... Elle l'observa, il ne semblait pas paniqué le moins du monde par cet oubli conjugué à celui de ses valises. Il semblait même satisfait, mais qui était cet énergumène. Habituellement, les nés-moldus étaient fascinés ou effrayés par la Magie pas indifférent.

Le garçon profita de cet instant d'analyse pour habillement, lui faire savoir qu'il se débrouillerait seul et qu'elle pouvait prendre congé. Habillement mais pas courtoisement comme le voulait le minimum de savoir-vivre qu'elle pensait qu'il détenait. L'incompréhension fit alors place à l'agacement. Les traits de la jeune irlandaise se durcir et celle-ci se leva pour rejoindre la porte du compartiment: "Je pensais sincèrement que tu avais plus de savoir vivre malgré ton ascendance." Elle fit une courte pause pour le regarder de haut en bas. "Je suis déçue de m'être trompée." Nouvelle pause. "Pour une fois qu'un né-moldu était éduqué". La déception passa tout de même dans sa voix, bien malgré elle.

Elle fit quelques pas pour rejoindre la porte et au moment de sortir elle lui dit sur un ton neutre: "Attends toi quand même à ce que tes affaires t'attendent à Poudlard. Notre école est pleine de surprise." Elle avait insisté sur le notre pour bien lui faire comprendre qu'il n'avait vraisemblablement pas le choix: "Sur ce je te laisse, je dois effectivement retrouver mes amis". Elle sortit alors de la pièce exiguë, laissant le garçon seul et reparti à la recherche de Clément et Nausicaä.

RP terminé pour moi. Merci pour ce moment

Ennis O'Belt - 4ème année RP
Jo' family - color=#741B47