Rayonnages

Inscription
Connexion

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Ombrage et un amour adolescent


Image



Présentation de la Fanfic:
Cette fanfic se situe dans l'univers de Harry Potter tel qu'on le connait, et plus précisément dans la trame temporelle du cinquième tome: HP et l'Ordre du Phénix. Il ne s'agit pas ici de complètement réécrire l'histoire, mais plutôt d'y insérer mon propre personnage, et de donner un point de vue sur la situation un peu différent que celui que nous connaissons tous. Les évènements seront donc généralement dans le même ordre chronologique, avec des petites déviances dans l'histoire qui ne changeront pas l'intrigue principale, mais donneront plutôt un peu de place à des intrigues connexes qui sont normalement mises de côté pour se concentrer sur le trio Harry-Ron-Hermione. J'ai choisi de me concentrer sur les jumeaux Weasley, et plus particulièrement sur Fred, parce que je trouve que ce sont deux personnages absolument géniaux qui méritent d'être un peu plus au centre de l'histoire ^^

Je suis absoooolument ouverte aux critiques, parce que personne n'est parfait et que je laisse parfois mon imagination s'emballer et dévier un peu trop! C'est donc à vous, chers lecteurs, de me remettre dans le droit chemin!

Je vous souhaite beaucoup de plaisir, et une excellente lecture :)


Couleurs des personnages dans les dialogues:
Kaeyann Hirondella
Fred Weasley
Georges Weasley
Harry Potter
Ronald Weasley
Hermione Granger
Ginny Weasley
Neville Londubat
Dolores Ombrage
Liana
(personnage inventé de toutes pièces pour tenir compagnie à Kaeyann en première année)
Les élèves de Serpentard en général
Les élèves de Poufsouffle en général
Les élèves de Serdaigle en général


Dernière modification par Kaeyann Hirondella le 8 juin 2014, 17 h 42, modifié 2 fois.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 1
La Cérémonie



L’eau ruisselait de sa robe de sorcier et créait une petite flaque glacée à ses pieds. Le hall où le Professeur McGonagall les avait menés était tellement silencieux qu’on pouvait presque entendre les élèves frissonner. Kaeyann était transie de froid, ses vêtements et ses cheveux n’avaient pas eu le temps de sécher, mais au moins la traversée du lac dans une minuscule barque qui avançait trop lentement sous la pluie torrentielle lui avait fait oublier à quel point elle redoutait la cérémonie de répartition. Quand on vint les chercher, cependant, son angoisse la prit à la gorge à nouveau.

Elle enroula ses poings dans l’étoffe trempée et souleva le bas de sa robe. Elle était déjà paniquée à l’idée de se retrouver seule sur l’estrade, juchée sur son petit tabouret, à attendre la décision du Choixpeau magique dans le silence angoissant de la Grande Salle uniquement troublé par les commentaires que les autres élèves chuchoteraient à son sujet, il n’était pas question qu’elle se couvre de ridicule en trébuchant dans sa robe trop grande en plus. La jeune fille suivit la file d’élèves qui avançait à petits pas, et pénétra dans la Grande Salle en retenant un petit cri ébahi. Ses sœurs lui avaient décrit en détails la beauté unique du plafond magique, mais c’était beaucoup plus impressionnant de le voir de ses yeux, et de marcher sous le ciel d’encre constellé d’étoiles scintillantes, alors qu’autour d’elle les murmures excités continuaient sous la lueur des torches. Les nouveaux étudiants furent appelés un à un, puis le tour de Kaeyann arriva enfin. Elle déglutit lentement, et s’avança vers le tabouret que le Professeur McGonagall lui désignait. Elle s’y installa, et laissa son regard se promener sur les visages qui étaient tournés vers elle. Elle reconnut ses sœurs, les jumelles Maella et Faewenn, parmi les Poufsouffles, et quelques uns des élèves de première année qu’elle avait rencontré dans le train.

Sur sa tête, le Choixpeau hésitait. Il devait sentir que, tout comme sa soeur ainée Janaella, la seule Gryffondor de la famille, elle était spontanée, expressive et téméraire, mais elle était aussi curieuse et intelligente, en plus d’être dotée d'une mémoire assez impressionnante, tout comme Valaerianne, qui était allée chez Serdaigle . Son amour des livres n'avait d'égal que sa passion pour le grand air, et son goût prononcé pour les tâches concrètes comme s'occuper des animaux de la véritable ménagerie magique de la famille lui laissait croire qu'elle serait également la bienvenue parmi les Poufsouffles. Il devait être extrêmement confus, car il hésitait depuis plusieurs minutes, déjà, et la foule commençait à s’impatienter. Puis, un seul mot, prononcé avec conviction, rompit le silence plein d’anticipation. Ce mot était :


«Gryffondor!»

Un véritable rugissement monta de la table rouge, en même temps que des applaudissements et des cris de joie. Kaeyann sauta en bas du tabouret et courut presque pour aller s’asseoir à la table des Gryffons. Ses pas résonnaient sur le plancher de marbre, et les têtes se tournaient à son passage. Certains visages qu'elle croisait étaient éclairés de grands sourires, elle ressentait la chaleur qu'ils lui transmettaient, alors que d'autres étaient marqués par l'ennui, surtout à la table de Verts, car aucun élève n'y avait été envoyé depuis le début de la cérémonie. Une fois arrivée au bout de la table de Gryffondor, elle se glissa sur le banc, à côté d’un grand garçon aux cheveux roux qui entoura ses épaules de son bras et la secoua gentiment.

«Bienvenue parmi nous!» lui dit-il.

Kaeyann leva les yeux vers lui et ouvrit la bouche pour parler, mais aucun son ne sortit. Elle eut un petit rire niais qui ressemblait plus à un gloussement, et elle sentit ses joues s’empourprer alors que le garçon se présentait.


«Je m’appelle Fred Weasley, et lui, c’est mon frère Georges.»

La jeune fille détacha son regard vert des pupilles noisettes de Fred un court instant, fit un petit signe de tête en direction du frère jumeau de ce-dernier, puis se tourna à nouveau vers Fred, un sourire niais lui étirant toujours le visage. La cérémonie de répartition continua, et le silence se fit à nouveau dans la salle, mais le cœur de la jeune fille battait si fort entre ses côtes qu’elle dut plaquer ses deux mains sur sa poitrine, de peur que toute l’école ne l’entende.
Dernière modification par Kaeyann Hirondella le 8 juin 2014, 5 h 49, modifié 3 fois.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 2
Une nuit de velours


«Les premières années, par ici!» lança une grande jeune fille aux longs cheveux bruns aussi emmêlés que les siens.

Kaeyann se leva et se sépara à contre cœur de Fred, qui s'éloigna avec son frère et un jeune garçon portant d'épais dreadlocks. La jeune fille le regarda emprunter le grand escalier de marbre d'un pas joyeux et décontracté, et elle se força à ne pas courir à sa suite et à rester dans la file d'élèves de son âge. Hermione - c'était le nom de la préfète aux cheveux brousailleux - les emmena vers la salle commune des Gryffondor en leur parlant du château, des professeurs, des cours et de tout ce à quoi ils pouvaient s'attendre durant leurs années d'étude à Poudlard. Kaeyann écoutait d'une oreille distraite, sachant pertinemment que toutes ces informations lui seraient incroyablement utiles pour éviter de se mettre les pieds dans les plats, éternelle maladroite qu'elle était, mais c'était plus fort qu'elle. Fred s'éloignait, avec ses larges épaules et sa taille fine, et elle était incapable de cesser de le regarder, même s'il atteignait maintenant le palier suivant et disparaitrait bientôt de son champ de vision.

Il avait été si adorable avec elle durant le reste de la cérémonie, et puis le repas. Pendant le discours du Professeur Dumbledore, il avait même fait une blague à voix basse, et elle s'en voulait à présent d'avoir été si occupée à prendre des photographies mentales de son petit nez en trompette constellé de taches de rousseur qu'elle n'avait pas vraiment comprit la remarque et avait simplement rit avec tout le monde. Et plus tard, quand cette horrible bonne femme vêtue de peluche rose avait insisté pour faire un discours étrange, parlant de tous les changements que le ministère comptait faire, Kaeyann avait été incapable de se concentrer, car Fred s'était penché vers elle pour lui glisser à l'oreille:


«Elle peut changer le contenu des cours si elle veut, tant qu'elle ne décide pas d'ajouter des nœuds de velours et des fanfreluches à nos uniformes.»

Kaeyann avait rougit de la tête aux pieds, et avait à peine mangé par la suite, car elle avait l'estomac tout retourné. Elle avait alors décidé de garder cette petite blague dans son cœur, comme un secret qu'ils partageaient. Mais à présent qu’Hermionne leur expliquait le fonctionnement du tableau de la Grosse Dame, qui gardait l'entrée de leur salle commune, Kaeyann était de plus en plus consciente de la différence d'âge qu'il existait entre eux. Fred, son frère et leur ami entamaient leur septième année d'étude, tandis que la jeune fille avait tout juste onze ans.

«C’est génial, hein?» lui demanda une jeune fille de son âge qui avec des cheveux d’un blond presque blanc et d’immenses yeux gris.

Kaeyann reconnut la jeune fille qui avait failli passer au travers une marche escamotable, et qui avait eu besoin de l’aide de trois personnes pour se sortir du trou. Elle semblait se porter à merveille à présent, et sa mésaventure dans l’escalier de paraissait pas ternir l’image qu’elle avait du château. Bien entendu, Kaeyann aussi était très impressionnée par le décor dans lequel elle allait évoluer durant les sept prochaines années, mais elle avait entendu tellement d’histoires sur Poudlard qu’elle s’en était déjà fait une image assez détaillée et ne se laissait pas émerveiller aussi facilement. Elle s’avança jusqu’à l’un des fauteuils aux épais coussins rouges qui trônaient près du feu et s’y laissa tomber. En face d’elle, la préfète Hermione, et un garçon aux cheveux roux portant lui aussi le badge de préfet en firent de même et se mirent à discuter. Non loin d’eux se tenait un autre élève plus âgé, qui devait avoir au moins quinze ans, et que Kaeyann reconnut tout de suite. C’était Harry Potter, elle le savait. En fait…il était difficile de l’ignorer lorsqu’on venait d’une famille de sorciers. D'autant plus que sa famille semblait être une des rares qui appuyait sa version des faits.

Kaeyann fit de son mieux pour ne pas le dévisager, et elle plongea son regard dans les flammes qui ronflaient dans la cheminée pour ne pas avoir l'air d'écouter la conversation que tenaient les deux préfets. De toute façon, elle ne comprenait qu'à moitié ce qu'ils disaient. Hermione semblait très irritée, par rapport à cette bonne femme vêtue d'un cardigan rose pelucheux, mais Kaeyann ne voyait pas exactement pourquoi. Elle ne savait de la situation extérieure que ce que ses parents laissaient entendre, et ils lui avaient assuré qu'elle serait en sécurité à Poudlard, même si Vous-Savez-Qui était de retour. Elle n'avait pas à se soucier du reste, car après tout, elle n'avait que onze ans.

Elle décida donc d'aller se mettre au lit, car sa première journée de cours serait assurément épuisante, et elle désirait faire bonne impression. De toute façon, Fred était à présent entouré d'amis qui le soustrayaient à son regard, elle ne pourrait pas l'approcher ce soir. La jeune fille monta se coucher et se glissa dans son lit aux couvertures de velours rouge en soupirant de bonheur. Elle ne tira pas les rideaux de son baldaquin, car elle aimait voir l'ombre des arbres se dessiner sur ses pieds dans la faible lueur de la lune. Demain serait une autre journée et, pour l'instant, elle n'avait qu'une envie: fermer les yeux et rêver à son beau rouquin au sourire malicieux.


Dernière modification par Kaeyann Hirondella le 8 juin 2014, 5 h 49, modifié 2 fois.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 3
Un déjeuner plein de soleil


Kaeyann descendit à la Grande Salle très tôt, le premier jour d’école. Elle espérait pouvoir croiser ses sœurs avant le début des cours, et elle savait qu’elle n’aurait pas beaucoup l’occasion de le faire en dehors des heures de repas. Quand elle passa devant les quatre longues tables de la salle, cependant, elle ne trouva pas les jumelles à celle des Jaunes, et se contenta d’aller s’asseoir avec les autres Gryffondor matinaux. Son cœur fit un bond dans sa poitrine quand elle aperçu Fred Weasley, qui croquait dans une pomme avec appétit tout en griffonnant sur un bout de parchemin posé devant lui. La jeune fille prit place en face du rouquin et lui adressa un petit sourire timide.

«Bonjour, Fred.»

Le garçon leva la tête vers elle et reconnut la jeune fille qu’il avait accueillie la veille. Un sourire éclaira son visage, et il dit :

«Bon matin, Kaeyann, c’est ça? Tu es douée, tu ne t’es même pas trompée de jumeau, et avec une journée d’entrainement seulement! Je suis impressionné.»

Il posa une main sur son cœur et baissa la tête, comme s’il était véritablement touché par cette attention. Kaeyann rougit et se servit un bol de gruau pour se donner une certaine contenance. Pendant ce temps, Goerge avait rejoint son frère et posa une assiette débordante de viennoiseries devant lui.

«Qu’est-ce qui t’impressionne autant, mon cher Fred?» demanda-t-il.

«Cette jeune demoiselle, qui sait nous reconnaitre mieux que notre propre mère. Et merci pour la chocolatine.» ajouta Fred en chipant une pâtisserie sur le dessus de l’assiette de son jumeau.

«C’est vrai? Tu as réalisé un tel exploit aussi rapidement?»

Kaeyann sourit. Elle ne savait pas trop si les deux garçons se moquaient d’elle ou s’ils étaient véritablement impressionnés, mais elle décida de jouer le jeu.

«Bien entendu que je sais vous différencier. C’est même très facile. Il suffit de se rappeler que Fred est le plus charmant des deux, et le tour est joué.»

«T’as entendu ça, Goergie? Je suis le plus charmant des deux!»

«Ce n’est pas juste» protesta Georges. «Nous n’avons pas encore fait connaissance comme il se doit. Un croissant amandine?»

Kaeyann rigola et tendit la main vers la viennoiserie que lui offrait le garçon. Il pouvait dire ce qu’il voulait, Fred et lui ne se ressemblaient pas du tout, et jamais elle ne changerait d’avis. Fred était le plus beau, le plus gentil, et le plus merveilleux des deux. Alors qu’elle dégustait son petit croissant fourré en laissant fondre sur sa langue la riche pâte d’amandes qu’il contenait, Fred se pencha vers elle au-dessus de la table et lui demanda d’où elle venait.

«Je suis née en Chine, pendant un voyage d’affaire de mon père. J’ai grandi au Canada, et maintenant j’habite en banlieue de Londres. Je suis la cadette de la famille Hirondella. Mes deux sœurs sont jumelles, elles sont en septième année d’étude ici. C’est pour ça que je vous distingue aussi facilement, j’ai appris à avoir l’œil.»

«Attends, tu es la petite sœur de Maella et Faewenn?» demanda Georges en s’étouffant presque dans sa brioche.

«Vous les connaissez?»

Fred et Georges échangèrent un regard complice, lourd de sens. Bien sur qu’ils les connaissaient. Elles comptaient parmi les plus jolies filles de l’école, étaient brillantes, et jumelles par surcroit. Jamais deux jeunes hommes aussi curieux et charmeurs que les jumeaux Weasley n’auraient laissé passer une occasion de faire leur connaissance…approfondie. Kaeyann regretta aussitôt d’avoir mentionné ses sœurs. Désormais, elle ne serait plus aux yeux de Fred que la petite sœur des jumelles, la version miniature de Maella et Faewenn, le modèle le plus récent de la famille Hirondella. Si au moins elle avait pu avoir une fraction de leur beauté! Elle se sentait à l’étroit dans son petit corps de fillette, et elle bouillait de colère à chaque fois qu’elle constatait qu’il tardait à grandir. Elle avait beau être grande pour son âge, ses grands yeux verts aux reflets gris trahissaient son innocence et sa candeur. Elle ne savait que trop bien qu’elle ne serait jamais une beauté ténébreuse comme l’ainée de sa famille, Jaenella.

Kaeyann fut tirée de ses sombres pensées par le Professeur McGonnagall, qui arriva à leur hauteur et leur distribua leurs horaires pour le semestre. La jeune fille se plongea dans l’analyse du sien, mais elle n’eut pas de grandes surprises. Elle savait déjà le nom de chaque enseignant, et la matière qu’il ou elle enseignait, et comme elle n’était qu’en première année, elle n’avait eu à faire aucun choix de cours et se retrouvait donc avec seulement les matières de base. La jeune fille but distraitement une gorgée de son jus de citrouille en tentant de mémoriser le local de chacune de ses classes, puis Fred la fit sursauter en posant son index sur la toute première case de sa grille horaire.


«Tu as Ombrage à ta première période, nous on ne l’a pas avant mercredi. Je me demande à quoi vont ressembler ses cours…»

«Si tu veux… je peux te retrouver après le cours et te raconter comment ça s’est passé.» suggéra la jeune fille.

«T’endends ça, Goerges? Elle est pleine d’initiative, comme je les aime! C’est parfait, petite hirondelle, je viendrai t’attendre à la porte de ta classe, et tu me diras tout. Bon, allons-y, les perturbations en cours de potions ne vont pas se faire toutes seules.»

Fred et Georges s’éloignèrent de leur pas nonchalant, leur sac négligemment jeté sur l’épaule et leurs livres coincés sous le bras. Kaeyann poussa un long soupir presque plaintif, car elle avait le cœur gonflé comme un ballon d’hélium qui menaçait de s’envoler de sa poitrine à tout moment. Elle était sa petite hirondelle, il allait la retrouver après son cours! Peut-être le garçon ne voyait-il dans ses mots que des paroles gentilles, encourageantes, qui avaient simplement pour but de mettre un sourire sur le visage d’une petite fille qui vivait dans l’ombre de ses sœurs, mais pour Kaeyann, ces quelques mots avaient suffit à lui donner des papillons dans l’estomac et des fourmis dans les jambes. Fred Weasley l’avait transformée en insectarium vivant, et il l’ignorait. À ce moment précis, plus rien d'autre n'avait d'importance pour elle que ce sourire qu'il lui avait offert comme cadeau de bienvenue. Peu lui importait désormais que Vous-Savez-Qui soit de retour, que le Ministère refuse de le croire, que le nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal qu'on leur avait envoyé ressemblât à un énorme crapaud rose et moutonneux. En ce matin de septembre, tout semblait briller d'une lumière chaude et pleine d'espoir, en tout cas aux yeux de Kaeyann, dont le cœur enfantin apprenait à connaitre l'amour pour la toute première fois.
Dernière modification par Kaeyann Hirondella le 8 juin 2014, 5 h 50, modifié 1 fois.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 4
Un premier cours Ombragé


Kaeyann trouva sa classe de Défense Contre les Forces du Mal avec facilité. En fait, il suffisait de trouver la porte décorée avec le plus de mauvais goût, et ça y était. Jamais elle n’avait cru possible de faire tenir autant de dentelles et de décorations inutiles sur une seule poignée de porte, mais il fallait admettre que le Professeur Ombrage avait su relever le défi. La salle en tant que telle était un peu plus sobre, quoique différente de ce à quoi la jeune fille s’était attendue en écoutant le récit de ses sœurs, qui parlaient de créatures étranges dans des aquariums, de mannequins d’entraînements et de différents artefacts servant à détecter la magie noire… Non, en entrant dans la classe, Kaeyann fut surtout frappée par sa propreté exceptionnelle et par la rigidité de la posture d’Ombrage. La petite femme était cette fois vêtue d’un chandail à col roulé d’un rose pâle écœurant, recouvert d’un cache-cœur pelucheux, le tout assortit à une jupe droite descendant jusqu’à mi-mollet, rose aussi. Pour couronner le tout, le Professeur Ombrage avec enduit ses lèvres de crapaud d’un rouge à lèvres à la couleur oscillant entre le rose foncé et le pourpre, qui jurait horriblement avec son teint de pêche et ses joues couvertes de fard incarnat.

Le Professeur Ombrage fit signe aux élèves qui entraient dans sa classe à petits pas prudents de s’asseoir, et ne mit pas plus d’une minute pour intercepter la première baguette magique qu’un étudiant avait sortie de sa poche.


«Vous n’aurez pas besoin de ceci, mon très cher.»

Elle adressa au jeune garçon un sourire mièvre en toussotant joyeusement, comme pour appuyer ses dires avec de la bonne humeur feinte. Kaeyann renonça donc à tirer sa propre baguette de la poche de sa robe et s’installa au troisième rang, juste derrière la jeune fille aux cheveux blonds qu’elle avait rencontrée la veille et dont elle avait déjà oublié le prénom. Sous le regard attendri d’Ombrage, les élèves sortirent leurs exemplaires de Théorie des stratégies de défense magique et le posèrent devant eux avec réticence.

«Bien. Tout d’abord, j’aimerais vous souhaiter à tous la bienvenue dans cette classe de Défense Contre les Forces du Mal, tout en vous assurant que vous allez passer une année formidable avec moi. En effet, vous suivrez en ma compagnie des cours palpitants ET sécuritaires, dont le contenu a été élaboré et approuvé par le Ministère de la Magie. J’ai également le plaisir de vous annoncer qu’à la fin de cette année scolaire, vous serez tous devenus des sorciers éduqués et responsables, puisque je m’engage personnellement à remplir vos charmantes petites têtes de chérubins de tout le savoir dont je dispose, et dont le Ministère souhaite que vous fassiez l’acquisition. Nous allons donc commencer par lire ensemble le premier chapitre du manuel que vous vous êtes procurés, Théorie des stratégies de défense magique

Le Professeur Ombrage balaya la classe du regard, son petit sourire infantilisant toujours plaqué sur le visage, et Kaeyann sentit un malaise grandir en elle. La jeune fille avait beau ne pas être au courant de toute la situation, ne pas connaitre le détail des avancées de Vous-Savez-Qui dans sa quête de pouvoir, elle en savait assez pour savoir que l’heure était grave, et que si ses parents l’avaient envoyée à Poudlard plutôt que de la garder près d’eux, c’était pour qu’elle devienne une sorcière capable de se défendre, et peut-être un jour, de se battre. Elle savait bien que ce n’était pas toutes les familles qui croyaient les dires de Harry Potter, et elle était consciente que de le croire revenait à accepter cette menace, à vivre avec la peur, mais c’était toujours mieux que de rester là les bras croisés à attendre la mort. Kaeyann comprenait enfin l’irritation de sa préfète, et les regards inquiets que les étudiants plus âgés s’étaient échangés en apprenant que le Ministère allait maintenant se mêler de l’éducation des jeunes sorciers.

«Donc, mes petits anges, ouvrez votre manuel à la page quatre, car nous allons nous attaquer au premier chapitre. N’hésitez pas à noter vos questions sur un parchemin, et à me les faire parvenir à la fin de la classe, je me ferai un plaisir d’y répondre. Toutefois, je ne tolèrerai pas que l’on m’interrompe.»

Nouveau toussotement ridicule. Il y eut ensuite un bruit de froissement, car tous les étudiants avaient obéi et ouvert leur livre en silence. Kaeyann en fit de même, mais elle promena son regard sur les visages de ses camarades et fut soulagée d’y reconnaitre les mêmes points d’interrogations qu’elle avait elle-même dans les yeux. Soudain, un jeune garçon assis de l’autre côté de la classe leva une main timide comme un drapeau blanc, et le Professeur Ombrage se tourna vers lui dans un petit bond qui aurait pu être comique si elle n’avait pas arborée une expression de profonde déception.

«Oui, mon petit? Y a-t-il un problème?» demanda-t-elle avec son propre manuel ouvert entre les mains.

«Je…» commença le garçon avec une voix enrouée, comme si sa conviction venait de trébucher dans sa gorge. «Je me demandais simplement… Enfin… Si on allait aussi apprendre à se battre en duel, et tout ça.»

«Se battre?» rétorqua le Professeur Ombrage, avec le sourcil haussé, aussi confuse que si l’élève lui avait demandé s’il pouvait apprendre à transformer un caillou en dragon pour son tout premier cours. «Mais pourquoi donc voudriez-vous faire une chose pareille?»

Le petit garçon jetait à présent des regards angoissés de tous les côtés, comme s’il espérait que quelqu’un vienne le sauver du cauchemar dans lequel il s’était lui-même enfoncé. Il se racla doucement la gorge et répondit d’un ton hésitant :

«Et ben heu… Pour… Pour combattre Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom…»

Contrairement à toutes attentes, le Professeur Ombrage ne se mit pas en colère, elle éclata plutôt d’un petit rire aigu qui sonnait faux, puis elle sourit à l’étudiant téméraire.

«Je crains, mon pauvre petit, que vous n’ayez une imagination un peu trop fertile. Le Ministère de la Magie ne croit pas un seul instant qu’il vous faille apprendre à vous battre. Ces histoires abracadabrantes que vous avez peut-être entendues ne sont que des racontars qui ont été inventés de toutes pièces, simplement pour effrayer les petits enfants comme vous. Il n’y a absolument pas de raison de s’inquiéter. C’est donc pourquoi le Ministère a jugé pertinent de prendre en main l’éducation de la jeunesse anglaise une bonne fois pour toute, afin que vous n’ayez plus à étudier dans un environnement aussi désorganisé et mal informé. Donc. Page quatre, premier chapitre.»

Kaeyann vit que le garçon avait ouvert la bouche pour poser une autre question, mais le Professeur Ombrage avait commencé sa lecture et n’était clairement plus encline à tolérer le moindre commentaire de plus. De toute façon, la jeune fille sentait trop bien que la prochaine phrase de l’élève aurait débuté par quelque chose comme : «Oui, mais ma mère dit que…», et ce n’était jamais bon de commencer un argument de cette façon, même si c’était vrai.

Le reste du cours se déroula donc tout à fait comme le Professeur Ombrage l’avait souhaité : le seul son qui brisait le silence était sa voix haut-perchée qui lisait sans faillir et ne s’arrêtait que pour lui laisser le temps d’englober toute sa classe d’un seul regard se voulant chaleureux. De temps à autre, on entendait le léger grattement d’une plume, mais Kaeyann doutait que qui que ce soit prenne véritablement en note ses questions pour les poser plus tard. Il était en effet beaucoup plus probable que, tout comme elle, certains élèves se soient mis à gribouiller de petits dessins pour tromper leur ennui et tâcher de rester éveillé. Plus personne n’osa lever la main et, lorsque le cours prit fin, ils avaient tout juste terminé le premier chapitre. Les élèves se levèrent dans un raclement de chaises caractéristique, et alors qu’on entendait déjà les pas de centaines d’étudiants parcourant les corridors des étages supérieurs et dévalant les escaliers, le Professeur Ombrage retint sa classe un instant pour leur annoncer que leur premier devoir consistait à relire le chapitre en entier et à le recopier ligne par ligne.


«Bien entendu, je n’attends pas de vous que vous en fassiez l’analyse ou le commentaire» ajouta-t-elle avec un sourire. «Vous n’êtes après tout qu’en première année, et vous ne savez rien qui puisse être plus important que ce que Wilbert Eskivdur écrit avec tant de justesse.»

*Alors comme premier devoir, on fait tous de la copie, si je comprends bien…* rageait Kaeyann en suivant ses camarades hors de la classe. En fait, tout le monde bougonnait à voix plus ou moins haute, car il était vrai que ce genre d’exercice était généralement réservé aux retenues. Pour un premier cours, en tout cas, ça ne présageait rien de bon.

Plongée dans ses sombres pensées, Kaeyann en oublia presque la promesse de Fred, et elle ne le vit pas fendre la foule pour se glisser jusqu’à elle et passer son bras autour de ses épaules.

Dernière modification par Kaeyann Hirondella le 8 juin 2014, 5 h 50, modifié 1 fois.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 5
Des bonbons, une dispute


«Comment va ma petite presque rouquine préférée?»

Kaeyann se tourna vivement au son de cette voix qu'elle avait appris à chérir extrêmement rapidement. Fred lui souriait, de ce sourire qui lui creusait de petits plis sur le nez comme s'il grognait. La jeune fille sentit ses entrailles fondre doucement, alors qu'elle faisait quelques pas avec le garçon. Elle s'efforça de rassembler ses pensées, et se rappela qu'elle avait promis de tout lui raconter, ce qu'elle fit. Tandis qu'elle relatait l'intervention de l'élève timide, et qu'elle expliquait à quel point le déni et la conduite froide et méchante du Professeur Ombrage l'avaient révoltée, Fred continuait de regarder droit devant lui, le regard soudainement très dur.

«Je vois.» dit-il enfin. «Bon, ne pensons plus à ça, pour l'instant. Que dirais-tu de venir assister à la toute première séance de présentation des produits Weasley, plus tard dans la journée?»

Fred s’était arrêté devant le grand escalier de marbre, et il semblait que c’était à cet endroit que leurs chemins allaient une fois de plus se séparer. Kaeyann savait qu’elle devait maintenant descendre au sous-sol pour assister à son tout premier cours de potions, mais elle n’avait qu’une envie : continuer sa conversation en tête à tête avec le plus beau des jumeaux. De plus, elle s’était vraiment attendue à ce que Fred veuille parler plus en détail d’Ombrage et des méthodes qu’elle avait appliquées avec ses premières années, et elle était déçue qu’il semble vouloir garder ses pensées pour lui-même. Aussi insista-t-elle faiblement:

«Mais...Et Ombrage qui...»

«Ne t'en fais pas, d'accord? Il est trop tôt pour tirer des conclusions sur la situation. Pour l’instant… elle n’est qu’une vieille chipie avec une face de crapaud, il ne faut plus penser à elle. Alors, ça te dis?»

Kaeyann était bouche bée. Fred avait balayé ses pires craintes en quelques mots à peine, et il était passé de la concentration extrême à la joie de vivre évidente en une fraction de seconde, rien que pour ménager ses émotions à elle. Bien entendu qu’elle avait envie d’assister à une démonstration! Elle ignorait totalement de quoi il parlait, mais elle aurait dit oui à n’importe quoi venant de lui. La jeune fille hocha donc la tête avec un grand sourire s’étirant entre ses deux oreilles, et Fred tapa dans ses mains.

«Excellent! Rejoins-moi dans la Salle Commune, après ton dernier cours de la journée.»

Kaeyann regarda le jeune homme s’éloigner de son pas léger et se dirigea à contrecœur vers le sous-sol froid et humide, pour son double cours de potion en compagnie des Serdaigles. Le Professeur Rogue ne fit son entrée dans la classe qu’une fois tous les élèves assis, et lorsqu’il le fit, le silence retomba aussi sèchement que la lame d’une guillotine. Le maitre des potions expliqua à quoi il s’attendait d’eux au cours de leur première année (en gros : à rien) et dicta d’un ton sec et sans réplique les règles de sa classe. Kaeyann nota mentalement qu’elle avait intérêt à se tenir à carreau, car ce n’était définitivement pas dans ce local que ses maladresses lui seraient pardonnées. Surtout pas si elle avait un cours tout de suite après celui des Gryffondors de dernière année, et que Fred et Georges mettaient la patience de Rogue à rude épreuve juste pour le mettre dans de mauvaises dispositions avant qu’elle n’arrive.

Le reste de sa journée se passa sans encombres, et elle n’eut aucun incident majeur à se faire pardonner, ce qui – en ce qui la concernait – était un résultat tout à fait satisfaisant. Tout de même, quand elle regagna enfin la tour des Gryffondors et qu’elle franchit le trou menant à la salle commune, elle était exténuée. Comme son dernier cours de la journée s’était déroulé dans les serres de botanique, elle était parmi les dernières à être rentrée, et elle fut surprise de découvrir une petite foule massée autour d’un fauteuil, près d’une fenêtre. Dépassant d’une tête presque tous les élèves rassemblés autour d’eux, les frères Weasley souriaient à leur auditoire en faisant passer parmi les élèves quelque chose qui devait être fascinant, si on en jugeait les exclamations admiratives qui fusaient de toutes parts.

Kaeyann s’approcha et joua du coude pour se faufiler jusqu’au premier rang. Bien vite, c’est elle qui se retrouva en possession d’une boite pleine de ce qui ressemblait à des bonbons tout ce qu’il y avait de plus normaux. La jeune fille ne put résister à leurs emballages colorés et en choisit un, qu’elle extirpa de son écrin avec un regard gourmand. Elle passa ensuite la boite à l’élève qui se trouvait à sa gauche et leva les yeux vers les jumeaux, qui continuaient d’encourager les plus jeunes à se servir. Soudain, Fred aperçut Kaeyann dans la foule et lui fit un clin d’œil, comme s’il lui promettait une belle surprise.


«Mesdames et Messieurs» s’exclama Georges une fois qu’assez d’étudiants eurent mis la mains sur une praline, «vous êtes sur le point d’assister à la toute première démonstrations de produits de la toute nouvelle gamme de produits de farces et attrapes des frères Weasley!»

«Grâce à ces bonbons dont la recette est top secrète» enchaîna Fred, «vous pourrez vous échapper de vos cours les plus ennuyeux, simplement en croquant dans l’une des nombreuses saveurs de pralines disponibles dans nos toutes nouvelles Boites à Flemme!»

«Et maintenant, nous aurions besoin d’un volontaire!»

Georges se pencha vers un élève qui s’était dressé sur la pointe des pieds, la main levée, mais Fred fut plus rapide et il tira doucement Kaeyann vers lui. La jeune fille tenait toujours sa friandise dans son poing serré, et son cœur s’était à nouveau mis à se débattre au contact de la peau du garçon sur son poignet. Fred plaça Kaeyann devant lui, bien en évidence face au demi-cercle d’élèves qui retenaient leur souffle, curieux. Georges se tourna alors vers elle et lui demanda avec un grand sourire de montrer à tout le monde la sucrerie qu’elle avait choisie. Quand il vit la couleur violette de l’emballage, il sourit.

«Mademoiselle Hirondella a choisi un Petit Four Tourndeloeil, et va à présent nous faire la démonstration de ses effets! Mais avant, j’aimerais vous rappeler à tous que nous sommes des professionnels, et que nos produits sont certifiés sans danger! Sans plus attendre, roulement de tambour je vous prie!»

L’ami des jumeaux aux dreadlocks, que Kaeyann n’avait même pas remarqué, s’exécuta immédiatement, emplissant le silence plein d’anticipation d’un roulement de tambour très réaliste. Kaeyann chercha l’approbation de Fred du regard, et quand elle vit le sourire que celui-ci lui adressait, elle goba le petit four d’un seul coup, son hésitation s’étant envolée. Aussitôt, elle entendit un léger bourdonnement dans ses oreilles et sentit sa tête se vider complètement alors que l’obscurité tombait autour d’elle. Quand elle ouvrit les yeux, un drôle de spectacle s’offrait à elle.

La jeune gryffone constata d’abord qu’elle était allongée sur le sol, et que des pieds s’agitaient dans tous les sens autour d’elle. Ensuite, elle s’aperçut que quelqu’un était agenouillé près d’elle, et qu’elle n’avait mal nulle part. Elle n’était donc pas tombée, quelqu’un l’avait assistée dans sa lente glissade vers l’inconscience…et le plancher. Et finalement, quand son ouïe se replaça convenablement dans ses oreilles, elle remarqua que les voix qui fusaient de tous les côtés n’étaient plus enjouées et plaisantes comme elles l’étaient avant qu’elle ne perde connaissance, mais plutôt colériques, et que l’une d’entre elles était particulièrement aigüe et impérieuse.


«Je me fiche bien de savoir si elle se réveille rapidement ou pas, Georges, ces produits sont dangereux! Et je ne vais certainement pas tolérer que vous en fassiez la vente sous mon nez!»

«Hermione» répliqua Georges, qui était debout près des mollets de Kaeyann, «Les Farces pour Sorciers Facéticieux sont sécuritaires, je te l’assure. Elles ne servent qu’à faire… des farces.»

«Regarde, elle se porte à merveille» intervint Fred, beaucoup plus près de sa tête. (Kaeyann comprit que c’était lui qui s’était accroupit près d’elle, et elle ressentit une bouffée de chaleur en le voyant ainsi, le genou au sol pour elle.) «Les Petits-Fours Tourndeloeil, et tous les autres produits de la Boite à Flemme d’ailleurs, provoquent un effet spectaculaire, autrement les professeurs ne laisseraient pas les élèves sortir de classe. Mais leurs effets s'estompent tout de suite après et ne laissent aucunes séquelles.»

«Ça m’est égal! Je ne vais pas vous laisser encourager les élèves les plus jeunes et les plus influençables à sécher leurs cours!»

Dans tout ce brouhaha, personne ne sembla remarquer que Kaeyann essayait de se relever. La jeune fille se redressa sur ses coudes et entreprit de replacer ses cheveux, coinçant les mèches les plus rebelles derrière ses oreilles pour dégager son visage. Fred lui glissa finalement une main sous le bras pour l'aider à se lever, mais il n'avait pas détourné son regard de la préfète, qui continuait de s'égosiller malgré les sourires confiants des jumeaux. Quand elle sembla s'être calmée, elle se tourna vers le grand garçon aux cheveux roux avec lequel Kaeyann l'avait vue parler la veille, et se mit à lui crier dessus aussi.

«Ron! Ne reste pas là sans rien dire! Tu es préfet, et ils doivent t'écouter!»

Voyant que le dénommé Ron ne levait pas le petit doigt, Hermione arracha la Boite à Flemme des mains de l'élève qui la tenait toujours, et ordonna à tout le monde de monter se coucher. Kaeyann obtempéra, ne souhaitant pour rien au monde se voir attribuer une retenue à sa toute première journée de cours, et elle grimpa les escaliers menant aux dortoirs avec les autres premières années. Une fois dans la chambre des filles de son âge, la jeune fille plaqua son oreille contre la porte, bientôt imitée par toutes ses camarades. Les échos d'une violente dispute leurs parvenaient depuis la Salle Commune.

«Tu n'es qu'un lâche, Ronald Weasley!»
«Laisse-moi en dehors de ça!»
«Certainement pas! C'est ta responsabilité de préfet!»
«Arrête, Hermione, on ne fait rien de mal!»
«Attendez que je vous fasse expulser!»
«Tu ne ferais pas ça! Penses à tous les points que tu ferais perdre à Gryffondor!»
«Que JE ferais perdre? Tu ne manques pas de culot!»
«Hermione, je t'en supplie, calme-toi...»


Kaeyann ne connaissait pas cette dernière voix, elle déduit donc que c'était celle de Harry Potter, qui était finalement intervenu. Au moins, songeait-elle avec bonne humeur, elle pouvait encore entendre un sourire dans les voix de Fred et Georges, comme s'ils se moquaient éperdument de la situation... ce qui était plutôt attirant.

«Je me calmerai quand ces deux-là cesseront d'essayer de corrompre la jeunesse Gryffone!»
«Tout de suite, les grands mots.»
«Je confisque cette boite! Et je confisquerai tout ce que je trouverai! Le Professeur Mcgonagall sera mise au courant, et je peux vous garantir qu'elle sera d'accord avec moi!»
«Hermione, je...»
«Toi, tais-toi! Si tu ne veux pas agir, je le ferai!»


Il y eut un grand bruit, suivit d'un raclement, comme si quelqu'un venait de pousser une personne contre une table, puis des bruis de pas dans l'escalier se firent entendre. Arrivée au premier palier, Hermione donna un grand coup dans la porte et hurla:

«Et maintenant, on dort, là-dedans! Que je n'aie pas à redescendre!»

Kaeyann fit un bond en arrière et se précipita à l'abri de ses couvertures, comme les autres élèves de son dortoir. Elle se promit intérieurement d'éviter à tout prix de croiser la route de cette préfète sévère et bruyante, ce qui s'avérerait certainement difficile compte tenu du fait qu'elle venait de déclarer la guerre à Fred et Georges, et que Kaeyann souhaitait passer le plus clair de son temps avec eux...

Dernière modification par Kaeyann Hirondella le 30 janvier 2015, 2 h 34, modifié 2 fois.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 6
Panique en botanique


Le lendemain matin, Kaeyann se leva à l'aurore et se prépara avec le plus grand soin. Elle se brossa les cheveux avec énergie pour transformer sa tignasse ébouriffée en longue cascade presque soyeuse (il lui tardait tant de maîtriser suffisamment de sortilèges mineurs pour améliorer sa toilette tout en ménageant ses efforts!), débarbouilla son visage avec de l'eau fraiche pour effacer toute trace de son sommeil agité, et s'assura que sa tenue était impeccable avant de sortir du dortoir. Une fois dans la Grande Salle, cependant, elle fut déçue de constater que les jumeaux ne s'y trouvaient pas. S'efforçant d'afficher un air décontracté, elle se dirigea vers la table des Rouges et Or et prit place devant un énorme plat de crêpes. Au fond, c'était peut-être mieux ainsi. Sans témoins, elle n'avait pas à faire semblant d'être une jeune fille bien éduquée qui mangeait des portions raisonnables, sans faire de dégâts, et qui buvait son jus de citrouille dans une coupe en levant le petit doigt. La jeune fille remplit son assiette de crêpes, de saucisses, de fruits et de fèves au lard, sentant ses glandes salivaires s'activer devant un tel spectacle.

Tout en engloutissant son petit-déjeuner, la jeune fille tira de son sac la grille horaire que lui avait remise Mcgonagall la veille et continua de l'étudier. Son horaire de la journée était très semblable à celui de son premier jour, si ce n'était qu'elle avait sortilèges au lieu de Défense Contre les Forces du Mal. Elle laissa échapper un long soupir de soulagement, car avec toute l'agitation de la veille au soir, son devoir lui avait complètement échappé, et le Professeur Ombrage ne semblait pas du genre tolérante, loin de là. Comme la veille, donc, Kaeyann terminerait sa journée en classe de botanique. Elle était plutôt contente, car le professeur Chourave lui avait parue très sympathique, et elle avait hâte d'entrer dans le vif du sujet. Certes, ce n'était peut-être pas la matière la plus utile - du moins aux yeux de la jeune fille - mais c'était très plaisant de passer un peu de temps dehors, alors que le soleil commençait tout juste à baisser à l'horizon. Elle en était là dans ses réflexions quand un grand jeune homme au visage rond lui demanda si la place qui lui faisait face était prise. Kaeyann releva la tête vers lui et répondit à son sourire, avant de répondre que la place était libre.


«Alors» demanda le garçon «tu te sens mieux?»

Kaeyann haussa le sourcil, ne voyant vraiment pas de quoi il parlait. Elle se sentait très bien, et ne se souvenait pas de la dernière fois qu'elle s'était sentie...mal. Aussi, elle demanda au garçon de répéter sa question, certaine que c'était elle qui avait mal compris.

«Tu te sens bien? Après la démonstration d'hier? C'était vraiment impressionnant de te voir tomber aussi soudainement dans les pommes. Je sais bien que Fred et Georges savent ce qu'ils font, mais ils vont parfois un peu trop loin et ce n'est pas agréable de voir d'aussi jeunes victimes servir de cobayes.»

Ainsi donc, ce garçon avait assisté à la séance de présentation lui aussi, et Kaeyann ne l'avait tout bonnement pas remarqué, tout comme elle ne l'avait pas remarqué l'ami des jumeaux. En fait... elle se rendait compte qu'elle n'avait remarqué qu'une seule et unique personne dans la foule... Devinez qui.

«Oui, oui» assura Kaeyann. «Je me sens en pleine forme. C'était vraiment de la belle magie, réussir un effet pareil sans causer aucune séquelle.»

Le garçon hocha la tête en souriant, puis lui tendit la main par-dessus la table.

«Neville Londubat.»

«Kaeyann Hirondella, enchantée.»

La jeune fille était très flattée que l'on se présente à elle de manière aussi formelle, car ainsi elle ne se sentait plus comme une enfant, mais bien comme la jeune femme qu'elle souhaitait devenir. Elle continua donc de discuter avec Neville, et celui-ci s'avéra être une interlocuteur très intéressant. Il savait plein de choses sur l'école, et sur Harry Potter, que Kaeyann imaginait toujours comme un extraterrestre, à force d'entendre autant d'histoires incroyables à son sujet.

«Hier» expliquait Neville «il a tenu tête à Ombrage devant toute la classe, parce qu'elle l'a traité de menteur quand il a parlé du retour de...Tu-Sais-Qui.»

«Moi je le crois» répondit Kaeyann sur un air de défi, comme si l'opinion politique de ses parents avait quelque chose à voir avec sa valeur à elle. «Je crois que c'est vrai qu'Il est de retour, et qu'il faudra un jour l'affronter. Et ce jour-là, le Ministère se mordra les doigts d'avoir traité l'Élu de menteur.»

Un petit ricanement monta sur la droite de la jeune fille, qui se retourna. L'élève aux cheveux blonds (définitivement, Kaeyann allait bien devoir apprendre son nom un jour!) était là, et elle avait manifestement écouté leur conversation. Elle se pencha vers les deux autres Gryffons, et sa crinière presque blanche glissa doucement sur ses épaules.

«Si tu crois que le Ministère discrédite Harry Potter parce qu'ils ne croient pas que Vous-Savez-Qui est de retour, tu as tout faux. Ils nient la vérité parce qu'ils ne veulent pas créer de panique généralisée, et parce que Fudge a peur de perdre son poste si tout le monde continue à mettre le Professeur Dumbledore sur un piédestal. Le jour ou la guerre éclatera, ils seront bien obligés de se ranger derrière l'Élu, comme tu dis, et alors ils prétendront l'avoir soutenu depuis le début, comme nous.»

«Tu parles d'un soutien» répliqua Kaeyann. «Hier, quand ce pauvre garçon a essayé de parler de la situation avec Ombrage, tu n'as pas levé le petit doigt pour lui faire part de ton opinion, pourtant si... arrêtée.»

«Manque de courage.» dit simplement la jeune fille.

«Qu'est-ce que tu fais chez les Gryffondors, alors?»

«J'ai une sacrée force de caractère.»

Kaeyann trouvait surtout que la blondinette aimait donner son avis à tout le monde, mais qu'elle était bien moins prête à agir qu'elle ne le prétendait. Quoi qu'il en soit, l'heure du premier cours était presque arrivée, aussi les trois Gryffons se levèrent de table, comme presque tous les élèves présents dans la Grande Salle, et se dirigèrent vers l'escalier de marbre. Neville prit congé, visiblement soulagé de ne pas rester en compagnie de la petite blonde qui se croyait plus savante que tout le monde.

Toute la journée, les deux premières années se suivirent entre les cours, et Kaeyann dut même faire équipe avec Liana (c'était son nom) en cours de métamorphose, si bien qu'elles eurent énormément de temps pour discuter. Il s'avéra que Liana venait elle aussi d'une grande famille de sorciers, qu'elle avait grandi entourée de frères et sœurs qui parlaient tous plus fort les uns que les autres, et qu'elle avait donc appris à manifester sa présence de façon claire et impérative. Kaeyann devait admettre que la jeune fille n'était pas méchante, mais son besoin perpétuel de donner son opinion sur absolument tout devenait vite étourdissant. La jeune gryffone avait l'impression d'être prise dans une tornade de mots sans fin, et la journée passa à toute vitesse sans qu'elle ne s'en aperçoive. Soudainement, il était presque seize heures, et Kaeyann se tenait devant un pot rempli de terre argileuse dans laquelle elle était sensée planter des graines de bubobulb, qu’ils entretiendraient ensuite pendant une partie de l’année, jusqu’à ce qu’ils deviennent assez gros pour que les élèves de quatrième année puisse récolter leur sève, ou plutôt…leur pus. Liana était en train de donner son opinion (quelle surprise!) au sujet des actions concrètes que devraient prendre les enseignants de Poudlard pour mieux préparer les élèves à affronter la magie noire, et Kaeyann se dit que la blondinette était bien jeune pour vouloir restructurer le programme scolaire l'une des plus réputées écoles de sorcellerie du monde.

Liana parlait en agitant son sécateur un peu aléatoirement, et Kaeyann se félicita d’avoir pensé à mettre ses lunettes de protection quand sa coéquipière fit un grand mouvement de bras pour illustrer son propos du moment, ratant de peu l’arcade sourcilière de la rouquine. Mais le pire était à venir. En effet, Liana tira sa baguette de sa poche, en expliquant qu'elle connaissait un sortilège permettant de faire germer leurs pousses de Bubobulb plus rapidement. Kaeyann n'eut même pas le temps de protester que déjà la petite blonde enfonçait le bout de sa baguette dans la terre, directement à l'endroit ou Kaeyann venait d'enfouir une graine. Liana prononça une formule magique d'une voix déterminée, mais l'effet qu'elle produisit sembla la surprendre au plus haut point. Au lieu de germer, la graine de Bubobulb se mit à crépiter, de plus en plus fort. Puis, une petite détonation se fit entendre, et une quantité impressionnante de pus se mit à jaillir du pot de terre, éclaboussant les instruments de travail des deux jeunes filles ainsi que les tabliers que le Professeur Chourave leur avait fait enfiler. Non contente de simplement exploser, la toute petite graine continuait de projeter des étincelles et des gouttelettes jaunâtres dans tous les sens, avant de carrément s'enflammer. Kaeyann voulut recouvrir la graine de terre, pour étouffer le feu, mais cela s'avéra être le cadet de ses soucis, puisque le pus brulant qui avait été catapulté hors du pot avait embrasé le parchemin sur lequel la jeune fille prenait ses ntoes depuis le début du cours. Liana poussa un petit cri aigu et plongea sous la table, tandis que le feu se propageait à leur poste de travail, sautant de feuille en feuille, et atteignant finalement le sac de velours contenant toutes les graines de Bubobulb qu'elles devaient encore planter. L'effet fut immédiat: une gigantesque explosion de pus bouillonnant retentit dans la serre, et des projectiles en feu furent propulsés d'un côté à l'autre de la salle. Le Professeur Chourave, sa baguette à la main, tentait par tous les moyens d'épargner les élèves et les plantes, éteignant un incendie à la fois. C'était le chaos total, les étudiants criaient, couraient, se protégeait le visage de leurs mains alors que des graines continuaient de se consumer en crépitant bruyamment.

Quand, enfin, ils purent sortir de sous les tables, les élèves se regardèrent entre eux pour tenter de trouver le coupable. Le Professeur Chourave, qui n'avait pas vu le début de l'incident, se laissa guider par les traces de brûlures encore bien visibles sur les tables, et remonta jusqu'à Kaeyann et sa partenaire. Liana gardait la tête baissée et, cette fois, elle était muette comme une tombe.


«Et bien et bien et bien...» soupira la professeure de botanique. «Je crois que nous avons trouvé notre gaffeuse pour cette année. Les accidents arrivent, je vous rassure. Et par chance, la dernière fois que j'ai rencontré un véritable maladroit, il s'est avéré être l'un des étudiants les plus brillants qu'il m'ait été donné d'avoir dans mes cours. Espérons que vous serez ma Neville Londubat féminine et que tout finira pour le mieux. Pour le moment, promettez-moi simplement que vous ne tenterez plus de sortilèges expérimentaux dans ma classe...»

Quand elles sortirent de la serre numéro un, Liana n'avait toujours pas desserré les lèvres, et Kaeyann fut prise d'un élan d'affection pour elle. Oui, la jeune fille parlait beaucoup trop, et oui, elle avait bien faillit tous les faire cramer, mais c'était venu d'une bonne intention. Kaeyann pouvait comprendre qu'une personne vivant dans l'ombre de ses frères et sœurs aie besoin de faire ses preuves, et bien que Liana soit légèrement étourdie et agaçante, elle voulait vraiment bien faire. Et puis, une personne qui donnait son opinion avec autant de passion et de conviction serait certainement une alliée loyale et farouche. Après un épisode comme celui-là, en tout cas, elle se montrerait certainement plus humble, ce qui ne pouvait que faire du bien. Kaeyann posa sa main sur l'épaule de son amie, comme pour lui dire que ce n'était rien, et les deux jeunes filles commencèrent à grimper les marches menant à leur Salle Commune.

C'était surprenant, tout de même, de voir combien un début d'incendie et des projections de pus pouvaient pousser deux personnes à se lier d'amitié...

Dernière modification par Kaeyann Hirondella le 8 juin 2014, 5 h 51, modifié 1 fois.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 7
De nouveaux visages


Lorsque Liana et Kaeyann passèrent par le trou menant à la salle commune de Gryffons en remerciant la Grosse Dame au passage, elles ne se doutaient pas qu'elles s'apprêtaient à interrompre une nouvelle prise de bec entre Hermione Granger et son collègue préfet. Ni que cette dispute s'annonçait plus violente encore que celle de la veille. Les deux nouvelles amies se glissèrent jusqu'à deux fauteuils isolés, près d'une fenêtre, soucieuses de mettre le plus de distance possible entre elles et les accusations qui volaient dans tous les sens, heurtant au passage l'orgueil de tous les partis.

«Qu'importe, qu'ils soient tes frères, à la fin? Tu n'arrêtes pas de t'inventer des excuses parce que tu as peur d'eux, voilà tout!»

*Des frères?* pensa Kaeyann, surprise. Ainsi donc, ce grand rouquin dégingandé avec autant d'aplomb qu'une patate était le petit frère des jumeaux les plus cools et les plus ambitieux de toute l'école? Voilà qui était étonnant. Kaeyann se pencha vers Liana pour lui faire la remarque, mais avant que celle-ci n'ait pu répondre, un voix douce, mais déterminée, lui glissa à l'oreille:

«Et oui, c'est bien dommage. Les jumeaux ont hérité de la perspicacité et du sens des affaires, et moi, de la beauté éclatante et de la force de caractère. Il ne restait plus pour Ron que... la gentillesse et la loyauté.»

Kaeyann se tourna vers la jeune fille qui venait de parler. Elle était rousse, elle aussi, et on voyait à la façon qu'elle avait de se tenir, en équilibre sur l'accoudoir du fauteuil de Kaeyann, qu'elle n'était pas du genre à se laisser intimider ou à accepter de se faire dire quoi faire. Malgré l'énergie différente qui se dégageait d'elle, la ressemblance physique était frappante, et l'identité de la jeune fille ne faisait aucun doute. Elle était Ginny Weasley, la cadette de la famille de rouquins. La première année avait souvent entendu son père parler de cette famille de sorciers qui, comme la leur, avait des racines et des ramifications très profondes et nombreuses dans le monde de la sorcellerie. Comme Ginny ne semblait pas particulièrement intéressée à se lancer dans une discussion retraçant son arbre généalogique, Kaeyann suivit son exemple et se concentra à nouveau sur le conflit qui faisait rage.

«Quand vas-tu enfin accepter que tes responsabilités de préfet priment sur ta relation avec eux?»

«Et toi? Quand vas-tu comprendre que ça n'a rien à voir avec eux! Je trouve simplement qu'il n'y a pas de quoi en faire toute une histoire. C'est même très bien, s'ils arrivent à faire un peu d'argent. Et pour les première années, aussi, c'est bien, d'avoir des modèles de...»

«Des modèles? Des modèles de quoi, je te prie?»

«D'ambition! Ils arrivent à faire des trucs vraiment bien, si tu prenais simplement la peine d'écouter leur point de vue!»

«Je n'arrive pas à croire que tu les encourage en plus! Que tu ne fasses rien était déjà scandalisant, mais que tu valorises les expériences dangereuses qu'ils font subir à des élèves plus jeunes et complètement innocents, c'est honteux!»


Hermione s'interrompit dans ce qui semblait être une profonde inspiration destinée à lui permettre une nouvelle salve d'insultes, car un petit tapotement résonnait contre le carreau de la fenêtre la plus près. Kaeyann, Liana, Ginny, Hermione, Ron, ainsi que tous les Gryffons présents dans la salle commune, se retournèrent vers ce coin de la pièce. Une petite lueur tremblotante décrivait des figures complexes devant la vitre, et lorsqu'un élève tendit la main pour entrouvrir la fenêtre, elle se glissa à l'intérieur de la salle dans un sifflement. Puis, faisant sursauter tout le monde, la lueur émit un bruit de craquement et éclata en une explosion de projectiles colorés. Hermione laissa échapper un grognement de rage, alors que le pétard continuait de tournoyer au-dessus de leurs têtes sans émettre la moindre flammèche. La jeune fille s'avança vers la fenêtre à grands pas et s'y pencha. Malgré la lumière faiblissante du coucher de soleil, l'identité des coupables ne faisait aucun doute: deux têtes rousses étaient tournées vers la tour de Gryffondor. Fred et Georges clamèrent avec joie, depuis le parc en contrebas:

«Les Feuxfous Fuseboom! En vente très bientôt!»

«Cette fois, ils vont trop loin.»

Hermione fit claquer la fenêtre en la refermant brutalement, et quitta la salle commune à grands pas. Ron Weasley et Harry Potter la suivirent du regard, mais ne firent même pas mine de vouloir se lever. Tout le monde retourna à ses affaires, tandis que les derniers éclats de lumière colorée du pétard disparaissaient dans un nuage de fumée. Kaeyann promena son regard sur les visages concentrés des autres Gryffons. Les plus jeunes, elles les connaissaient, car ils étaient dans ses classes, aussi s'intéressa-t-elle plus en profondeur aux étudiants plus âgés. Deux garçons, qui semblaient avoir l'âge de Ginny et qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, discutaient à voix basse, les yeux rivés sur Harry Potter, brillants d'admiration.

«Les frères Crivey» souffla Ginny à l'oreille de Kaeyann, qui avait dut les fixer plus intensément qu'elle ne l'avait cru. «Collin a mon âge, Dennis et un peu plus jeune. Et là-bas..» ajouta la rouquine en désignant un jeune homme à la peau noire et son ami aux cheveux ébouriffés, assis près du feu, non loin de Harry Potter (l'ébouriffé jetait d'ailleurs à ce dernier des regards noirs très éloquents),«ce sont Dean Thomas et Seamus Finnigan. Ils sont dans la même année que mon frère.»

Kaeyann continua d'écouter Ginny, qui lui apprenait le nom de ses camarades Gryffondor, puis elle posa à nouveau le regard sur Harry Potter, qui semblait légèrement abattu, assis dans son fauteuil. La jeune fille se souvint alors de ce que Neville lui avait raconté à propos de leur premier cours avec Ombrage, et elle décida d'aller lui apporter son soutien, et celui de sa famille. Ne serait-ce que pour lui remonter un peu le moral... Elle alla donc s'asseoir en face de lui, sur le canapé dont Ron Weasley occupait un côté. Elle se pencha vers le garçon à la cicatrice, et lui dit avec un sourire:

«Salut. Je m'appelle Kaeyann Hirondella. Neville m'a raconté ce que tu avais fait durant ton cours avec Ombrage, et je voulais te dire que moi je te crois. Et toute ma famille aussi. Nous sommes avec toi, et avec Dumbledore, peu importe ce que la Gazette peut bien raconter sur toi. C'est vraiment génial que tu aies tenu tête à cette vieille grenouille devant tout le monde.»

Harry leva la tête vers cette petite fille qui venait de l'aborder avec autant de franchise, et sourit faiblement. De son côté, le jeune garçon ébouriffé continuait de lancer des éclairs dans leur direction avec ses yeux, la mine plus désapprobatrice que jamais. Harry soupira, puis répondit:

«C'est très gentil, merci. Malheureusement, ce n'est pas tout le monde qui partage ton avis. Et même ceux qui me croient n'approuvent pas toujours mes...frasques...avec l'autorité.»

Kaeyann haussa le sourcil, pour manifester son incompréhension. Harry expliqua donc que le capitaine de l'équipe de Quidditch de Gryffondor, une demoiselle du nom d'Angelina Jonhson, l'avait vertement réprimandé durant l'heure du déjeuner.

«Ombrage m'a filé une retenue ce vendredi, je ne pourrai pas assister aux essais pour le poste de gardien de but. Elle était vraiment en colère...»

«Ah oui, mes soeurs m'ont parlé de tes prouesses sur le terrain. Il parait que tu es vraiment un attrapeur incroyable.»

Harry sourit, puis haussa les épaules.

«Tu joues? Tu pourrais peut-être me remplacer...Angelina serait bien contente d'avoir une attrapeuse qui ne se met pas constamment la direction à dos. Et puis tu connais déjà les jumeaux, je suis certain qu'ils t'encourageraient, si tu faisais les essais.»

Kaeyann sentit sa peau s'enflammer à cette information. Les jumeaux jouaient au Quiddtich... Peut-être pouvait-elle suivre le conseil de Harry et se rendre aux essais le vendredi? Après tout, elle était plutôt douée. Et même si elle était en première année, elle pouvait peut-être arriver à se tailler une place dans l'équipe. Ils avaient bien fait une exception pour Harry, non? Elle ne perdait rien à tenter sa chance... et elle pourrait ainsi passer un peu plus de temps en compagnie d'un certain fabriquant de pétards...
Dernière modification par Kaeyann Hirondella le 8 juin 2014, 5 h 51, modifié 1 fois.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 8
Du Quidditch, et encore des bonbons


La première semaine de Kaeyann à Poudlard se déroula sans autre incident majeur. Le Professeur Chourave avait réellement pardonné Liana d'avoir mis le feu à la moitié de sa serre, et la jeune fille tâcha de se montrer plus discrète durant ses cours. Aucune autre dispute n'éclata dans la salle commune des Rouges et Or, pour la simple et bonne raison que les jumeaux avaient trouvé de nouveaux endroits pour continuer la vente de leurs produits magiques. Tant qu'Hermione ne les voyait pas tester leurs nouvelles saveurs de bonbons sur des élèves, elle n'avait pas grand chose à leur reprocher, et lorsqu'ils venaient s'installer dans le petit salon, elle se contentait de les fusiller du regard, tout en tricotant d'étranges bonnets de laine qui ressemblaient à d'étranges triangles plutôt informes dotés de trous de chaque côté. Même les cours de Défense Contre les Forces du Mal se passaient relativement bien. Tout le monde gardait le silence, et écoutait sans se plaindre le Professeur Ombrage qui lisait sans faille chapitre après chapitre, et chaque étudiant remettait sa copie dudit chapitre lors du cours suivant. Aucune protestation: aucun problème. Tout le monde semblait l'avoir bien compris, et les choses semblaient se placer.

Pour Kaeyann, en tout cas, le temps semblait passer avec une lenteur effarante. Elle attendait avec tant de hâte que vendredi arrive finalement, et qu'elle puisse aller admirer le talent de batteur de son cher Fred, que chaque seconde qui la séparait de ce moment lui paraissait durer une éternité. Le garçon avait certes continué de l'accompagner à la plupart de ses cours, discutant avec elle sur ce ton enjoué et légèrement protecteur qu'il avait adopté dès le premier soir, mais ce n'était jamais assez pour la jeune fille. Elle avait envie de l'écouter parler toute la journée, et de passer chacun de ses petits moments libres à ses côtés. Malheureusement pour elle, le jeune homme semblait n'être jamais seul bien longtemps. Il y avait bien entendu son frère qui, étant son partenaire d'affaires, l'accompagnait généralement partout, mais les jumeaux étaient en plus constamment entourés d'élèves voulant se procurer une boite à flemme (qui s'envolaient comme des petits pains chauds, soit dit en passant), mais également - et Kaeyann avait particulièrement du mal avec ce détail - de hordes de jeunes filles qui semblaient plus intéressées par la notoriété des garçons et leur notable prospérité que par les farces et attrapes qu'ils offraient.


«Je ne vois toujours pas ce que tu espères prouver en allant aux essais.»

«Et moi, je ne vois pas pourquoi tu m'accompagnes si tu détestes à ce point le Quidditch.»

«Ce n'est pas comme si tu avais la moindre chance» continua Liana sans relever le commentaire de son amie. «Les premières années n'ont même pas le droit d'avoir leur propre balai, tu vas devoir jouer sur un de vieux bouts de bois de l'école. Si tu es prise.»

Kaeyann ne dit rien. Elle savait que ses chances de faire l'équipe étaient minces, très minces même. Harry n'avait écopé que d'une seule retenue, il serait de retour pour le début de la saison, et l'équipe n'aurait alors pas besoin d'un attrapeur. Et, Kaeyann avait beau être grande pour son âge, elle n'avait pas non plus le physique d'une gardienne de but. N'empêche, c'était là une occasion en or de passer presque deux heures en compagnie de l'homme de sa vie, elle n'allait pas la laisser passer. Même si elle n'était pas prise, elle tenait à montrer à Fred toute son énergie, sa combativité et son talent. Se démarquer des autres filles, en tout cas.

En arrivant sur le terrain, Kaeyann laissa Liana s'éloigner vers les gradins et se dirigea droit vers le petit groupe d'élèves qui se tenait en rang plus ou moins ordonné. La jeune fille alla se placer au bout de la file et observa la grande fille à la peau sombre et aux épais cheveux bouclés qui allait et venait entre les candidats en faisant des commentaires à voix basse. Lorsqu'elle vint se planter devant Kaeyann, elle sembla réprimer un sourire, et demanda:


«Et toi, t'as quel âge au juste?»

«J'ai onze ans, et je sais que je suis petite. C'est Harry qui m'a proposé d'être sa remplaçante, comme attrapeuse.»

Angelina réfléchit un instant. Elle pesait manifestement le pour et le contre, et Kaeyann espérait simplement que la Capitaine lui laisserait la chance de montrer ce dont elle était capable.

«Mouais. C'est vrai que tu as beaucoup plus un physique d'attrapeuse. Et que Harry a tendance à s'attirer toutes sortes de problèmes. Il a frappé fort cette année, il a commencé plus tôt que d'habitude encore. C'est bon. On va faire les essais pour les gardiens d'abord, et ensuite on verra si tu as ce qu'il faut pour être remplaçante.»

Kaeyann rayonnait. Elle alla s'asseoir sur le banc, au pied des gradins, et regarda les élèves qui tentaient tour à tour de garder les buts face aux trois attrapeuses de Gryffondor. De l'autre côté du terrain, les jumeaux Weasley volaient en cercles en faisant tournoyer leurs battes, attendant qu'Angelina ait retranché certains candidats et qu'elle sollicite leurs services pour des tests plus... intenses. Concentrée qu'elle était à suivre lle batteur du regard, elle ne remarqua pas tout de suite que Ginny s'était glissée près d'elle sur le banc.

«Toi aussi, tu veux être attrapeuse?»

«Oh, je... Oui, j'aimerais bien. En tout cas je veux tenter ma chance. Harry m'a dit que Fred et Georges plaideraient peut-être en ma faveur, parce qu'on s'entend bien, mais si leur propre sœur est candidate, je n'ai aucune chance.»

«Bah, tu sais. Mes frères ne m'ont jamais beaucoup encouragée pour quoi que ce soit. Mais Harry a raison, s'il y a quelqu'un qui peut influencer l'opinion d'Angelina, c'est bien Fred.»

«Comment ça?» demanda Kaeyann en espérant que sa voix ne trahissait pas sa soudaine inquiétude.

«Et bien, Fred l'a invitée au bal de Noël, l'an dernier. Je pense qu'Angelina en pince pour lui, parce qu'elle a dit oui, même si elle pouvait avoir qui elle voulait. Y compris un des beaux jeunes hommes venus de Durmstrang...»

Kaeyann déglutit difficilement. Elle savait qu'elle avait de la compétition, et que même ses propres sœurs avaient flirté avec les jumeaux, mais elle ne pensait pas qu'elle aurait à rivaliser avec l'une des filles les plus influentes de sa maison, qui était brillante, magnifique et aussi diamétralement opposée physiquement de Kaeyann. Avec sa peau claire, son visage constellé de taches de rousseur et ses yeux pâles, la jeune fille n'était certainement pas au goût de Fred. Passablement démoralisée, Kaeyann pensa même laisser tomber les essais, et ainsi éviter de se rendre ridicule devant tout le monde. Seule la présence à ses côtés de Ginny, qui commentait avec justesse la performance des différents candidats, rappelait à Kaeyann qu'elle était en public et qu'elle devait au moins s'efforcer d'afficher une mine sereine, si elle ne voulait pas attirer l'attention sur son chagrin naissant.

«Je suis chargé de vous remettre ceci.» dit un jeune garçon de l'âge de Kaeyann en s'avançant vers Ginny et elle. «De la part de monsieur Weasley.»

«Monsieur Weasley? Ils se font appeler "Monsieur", maintenant? Et ils font faire leurs commissions par des premières années, en plus de les employer comme cobayes?»

Ginny tendit la main, et le garçon y laissa tomber un petit bonbon enveloppé dans un papier jaune criard. Kaeyann, elle, reçut un petit chocolat rond et dodu décoré d'une spirale de chocolat blanc. La jeune fille vint pour le porter à ses lèvres, mais Ginny fit claquer sa langue de désapprobation.

«Avec mes frères, il faut toujours se méfier.»

«Je suis certaine qu'ils ne me joueraient pas un vilain tour, juste avant mes essais.»

Kaeyann croqua son chocolat à belles dents. Elle dégusta cette petite sucrerie, et leva le pouce à l'intention de Fred, qui la regardait en souriant, alors qu'Angelina tentait d'expliquer comment les prochaines étapes de sélection allaient se dérouler. Encouragée par les petits bruits de satisfaction que Kaeyann laissait échapper en savourant son chocolat, Ginny se laissa tenter et avala elle aussi son bonbon. Elle le regretta aussitôt, car un épais duvet de plumes couleur citron venait de pousser subitement sur son dos. Bientôt, elle fut complètement couverte de plumes, des pieds à la tête, et elle se mit à hurler de rage alors que ses frères - ainsi que tous les joueurs de l'équipe, les candidats et les spectateurs - se tordaient de rire. Apparemment, ils n'avaient aucun mal à jouer un vilain tour à leur sœur, juste avant ses essais. Ginny se rua vers eux pour leur balancer à chacun une claque, mais les jumeaux décollèrent d'un coup de pied et se mirent rapidement hors de portée. Kaeyann avait retrouvé le sourire. D'accord, elle n'était peut-être exactement le genre de fille que prisait Fred, mais il l'aimait assez pour lui donner le petit coup de pouce dont elle avait besoin, en plus de la faire rire un bon coup.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 9
Une petite fête, de grands projets


«Et la voici, mesdames et messieurs! La superbe, la trépidante, la pétaradante.... Kaeyann Hirondella!»

Kaeyann fit son entrée dans la salle commune des Gryffondors sous un tonnerre d'applaudissements, qu'elle ne croyait pas du tout mériter. D'accord, elle ne s'était pas trop mal débrouillée durant les essais pour le poste d'attrapeur (elle avait nettement dominé les autres concurrents), mais elle savait bien que sans l'intervention des jumeaux pour se débarrasser de leur sœur momentanément, Angelina n'aurait sans doute jamais remarqué ses prouesses face au grand talent dont Ginny était assurément dotée. Toujours était-il que l'équipe des Rouges et Or était maintenant dotée d'une jeune attrapeuse rousse qui comptait bien tout donner, juchée sur l'un des balais rabougris qu'elle dénicherait dans l'armoire de l'école. Kaeyann était aux anges, alors que Fred et Georges la reposaient finalement, après lui avoir fait monter sept étages, assise sur leurs épaules.

«Allons, les garçons, ce n'étaient que des essais. Attendez que je mette les pieds sur le terrain pour un vrai match avant de vanter mes exploits.»

Liana, qui suivait la glorieuse procession de près, avait décidé de participer à la fête, même si elle continuait de clamer haut et fort qu’elle n’aimait pas le Quidditch. Elle semblait néanmoins très fière de se tenir aux côtés de plusieurs joueurs de l’équipe, et de pouvoir dire à tout le monde qu’elle était l’amie de la toute nouvelle attrapeuse remplaçante de Gryffondor. Cette espèce de fascination pour la popularité aurait pu alarmer Kaeyann, mais cette dernière sentait bien que sa nouvelle amie était honnêtement fière d’elle, mais que son amour de la célébrité était plus facile à démontrer comme émotion. En tout cas, quand Kaeyann posa le pied à terre, la blondinette fut la première à lui attraper le bras pour l’attirer vers elle dans une joyeuse accolade. L’atmosphère festive qui régnait dans la pièce contamina rapidement tout le monde, et bientôt même Hermione et Ron (qui étaient assis l’un à côté de l’autre sans se parler, probablement parce qu’ils venaient de se disputer à nouveau) semblèrent se détendre. La petite fiesta se poursuivit jusqu’aux petites heures de la nuit, ce qui laissa croire à Kaeyann que les Gryffons n’avaient vraiment pas besoin d’une raison importante pour s’amuser.

Le seul étudiant qui ne semblait pas participer à la bonne humeur collective, était le jeune ébouriffé que Ginny lui avait présenté comme étant Seamus Finnigan. À plusieurs reprises, Kaeyann le surprit en train de jeter des regards sombres à l’assemblée, et plus particulièrement à Harry, et à maugréer dans son coin. Même Dean Thomas, qui était pourtant s’était montré très gentil envers Kaeyann, commençait à aborder la même tête d’enterrement que son ami. Mal à l’aise, la rouquine se détourna, et concentra son attention sur la discussion animée qu’entretenaient les jumeaux Weasley et Hermione, debout près de la cheminée. Au grand étonnement de Kaeyann, ceux-ci n’étaient même pas en train de se disputer au sujet des Farces pour Sorciers Facétieux, ils étaient en train de comparer leur expérience respective dans la classe d’Ombrage.


«Et ce n’est pas tout, en plus de nous infliger ses méthodes rétrogrades et complètement obsolètes, elle tyrannise l’ensemble des élèves, et menace les enseignants!»

«Les enseignants, vraiment?»

«Oui, vous auriez du voir comment elle a traité le Professeur Flitwick, tout à l’heure! J’ai cru qu’il allait lui jeter un sort pour la faire taire!»

«En tout cas, si elle commence à surveiller même les professeurs et à leur dire comment faire leur travail, la grogne va continuer à monter.»

«Si seulement Rogue pouvait empoisonner son jus de citrouille...»

Kaeyann pouffa de rire, ce qui trahit sa présence. Les trois Gryffons se tournèrent vers elle d'un même mouvement, puis Hermione fit signe d'approcher à la jeune fille. Celle-ci obéit, et se glissa entre Georges et la préfète, se retrouvant ainsi face à Fred. Hermione lui demanda alors ce qu'elle avait pensé de ses cours avec Ombrage, durant la première semaine. Kaeyann hésita. Bien entendu, elle avait détesté les trois heures pénibles qu'elle avait dut passer dans la classe aux fanfreluches, mais elle avait très envie d'impressionner ses ainés en formulant une phrase plus intelligente et complète que "c'était vraiment nul".

«Honnêtement, je trouve qu'elle emploie des méthodes...arriérées. Et je pense que si elle continue à tenter de faire taire les étudiants qui savent que la situation actuelle est précaire, voire critique, et qu'il faudra bientôt se battre, elle va bien vite se tirer dans le pied et se mettre toute l'école à dos. Et alors le Ministère n'aura qu'à bien se tenir.»

Et pan! Une belle opinion d'adulte, pleine de détermination et de synonymes intelligents. Fred, Georges et Hermione hochèrent la tête, approbateurs, puis la préfère reprit la parole.

«Kaeyann a raison. Il nous faut un plan.»

«Un plan? Un plan pour quoi, Hermione? Renverser le gouvernement?»

«Bien sur que non. Mais on ne peut pas rester sans rien faire...»

«Ça c'est certain. Je suis venue à Poudlard pour apprendre à faire de la magie, et maintenant on me l'interdit. La situation est grave, je ne veux pas me retrouver seule devant un Mangemort, et me sentir sans défense. Si au moins je savais me battre...comme Harry»

Hermione hocha solennellement la tête, songeuse. Elle quitta prestement le petit cercle qu'ils formaient et alla s'asseoir plus près des flammes, le regard soudainement perdu au loin, comme si elle était plongée dans une réflexion intense. Kaeyann la suivit du regard, puis laissa échapper un long bâillement bien malgré elle. Fred posa la main sur son épaule et la pressa gentiment.

«Je pense que notre petite vedette de Quidditch a eu une longue journée. Tu ferais mieux d'aller te mettre au lit. Moi aussi je monte, d'ailleurs.»

Kaeyann hocha la tête, rassurée par le ton encourageant de Fred, et par son absence de condescendance. Encore une fois, la jeune fille était charmée par le fait qu'il ne s'adressait pas à elle comme si elle était une enfant, mais comme une égale. Les deux amis fendirent la foule de plus en plus affable pour se diriger vers les escaliers menant aux dortoirs, et alors que Kaeyann allait poser le pied sur la première marche, Fred la retint doucement par le coude.

«Dis, tu te souviens de la première journée de cours, je t'avais demandé de me faire un compte-rendu de ton cours avec Ombrage?»

Kaeyann hocha la tête.

«Penses-tu que tu pourrais continuer de me tenir au courant de ce qui se passe, avec les première années? Je crois sincèrement que tu ferais une espionne toute désignée, puisque tu n'as pas ta langue dans ta poche et que tu comprends vraiment ce qui se passe.»

La jeune hocha à nouveau la tête, les yeux remplis d'étoiles. Fred lui faisait confiance, il s'en remettait à son jugement et accordait de l'importance à ses opinions. C'était plus qu'elle n'aurait jamais osé en demander. Lorsqu'elle se glissa dans ses couvertures ce soir là, elle se sentit remplie d'un intense sentiment d'accomplissement. Non, elle ne serait pas simplement "la petite sœur des autres". Elle était Kaeyann, une jeune Gryffone avec des idées, des espoirs, des craintes, et elle comptait. Elle était l'amie de Fred, et petit à petit, elle se rapprocherait de lui et de son cœur, quitte à s'y tailler une toute petite place, rien que pour s'y blottir.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 10
L'impression d'être au cœur d'une tornade


Durant les semaines qui suivirent, Kaeyann se retrouva avec plus de travail sur les bras qu'elle n'en avait jamais eu. Entre les cours, qui demandaient toute son attention, ses devoirs, qui occupaient bien souvent la majeure partie de ses soirées, les entraînements de Quidditch qui - bien qu'elle ne soit que remplaçante - l'accaparaient durant ses rares temps libres et la laissaient épuisée et couverte d'ecchymoses, et enfin les longues discussions animées qui se déroulaient auprès du feu dans la Salle Commune des Gryffondors, aussitôt la nuit tombée, et pendant lesquelles les élèves plus âgés de la maison donnaient leur avis sur les méthodes d'Ombrage et les décisions du Ministère de la Magie, la jeune fille n'avait plus un seul moment à elle...

Bien entendu, elle ne se lassait pas de passer du temps avec Fred, et si cela impliquait de suivre tant bien que mal une discussion dont les enjeux la dépassaient en partie, elle était prête à le faire même au détriment de son sommeil. En effet, la jeune fille avait pris l'habitude de lire la Gazette du Sorcier chaque soir, sous ses couvertures, à la lumière de sa baguette magique. De cette manière, elle se tenait au courant des dernières nouvelles dans le monde de la Magie, et pouvait en discuter le matin venu, alors que les jumeaux, leur frère Ronald, Harry Potter et Hermione Granger prenaient leur petit déjeuner penchés les uns vers les autres en se chuchotant leurs inquiétudes et leurs prévisions pour l'avenir de Poudlard. Il fallait dire que depuis le premier épisode de rébellion qui avait eut lieu dès la première semaine de cours (et qui avait fait manquer à Harry deux entraînements supplémentaires), Ombrage avait mit les choses au clair pour tout le monde: pas de magie à Poudlard, et pas de discussion. Partout dans les couloirs, on entendait les élèves murmurer, les professeurs se lançaient des regards entendus, et seul Rusard semblait s'amuser de la situation. Et pour cause: le concierge avait été chargé de placarder des affiches partout dans l'école, affiches qui décrétaient entre autres qu'Ombrage, fraichement nommée Grande Inquisitrice de Poudlard, pourrait désormais soumettre les enseignants à des évaluations très sévères qui réévalueraient la nécessité de leur présence au sein de l'école et du nouveau programme d'enseignement réformé mis en place par le Ministère.

Cette nouvelle avait soulevé dans l'école une vague de colère sourde, qui continuait de gronder alors que les décrets se multipliaient et que l'insatisfaction devenait généralisée. Enfin... pas complètement généralisée. Fred avait rapidement fait remarquer à Kaeyann que les sourires satisfaits qu'affichaient les Serpentards n'étaient pas prêts de s'effacer, car apparemment le gouvernement tout entier était infesté de sorciers ayant autrefois soutenu Vous-Savez-Qui et ses partisans Mangemorts, qui s'étaient depuis repentis et avaient repris leurs fonctions au sein du Ministère. Des fonctions clés, laissait entendre le garçon. Et à présent, tous les enfants de ces sorciers malveillants portaient des robes vertes et des badges argents, et arboraient des airs de petits princes en arpentant les couloirs. L'un d'entre eux, un garçon aux cheveux d'un blond luisant, donnait tout particulièrement la chair de poule à Kaeyann, et elle savait pour avoir entendu parler de lui qu'il s'agissait de Drago Malefoy, le fils de Lucius Malefoy, au sujet duquel ses parents à elle n'avaient pas grand chose de bien à raconter...

Ainsi se déroulait donc la vie depuis quelques temps... Les cours étaient exigeants, mais ce n'était rien comparé aux leçons ennuyeuses et excessivement inutiles que donnait Ombrage et qui faisaient bouillir le sang dans les veines de la jeune fille, tant elles ne servaient qu'à abrutir les élèves et à les garder dans l'ignorance. Angelina était toujours aussi stressée quand le sujet du Quidditch venait sur le tapis, et la première année se félicitait alors de n'être qu'une remplaçante, Seamus Finnigan continuait de lancer des regards de travers à Harry, chaque fois que les deux garçons se trouvaient dans la même pièce, Liana suivait Kaeyann comme son ombre, se coulant dans les discussions sans y participer réellement, se contentant d'observer tour à tour les interlocuteurs en souriant pour elle-même sans raison, la situation était toujours tendue entre Hermione et les jumeaux, mais tous semblaient d'accord pour conserver le cessez le feu tant que la situation avec Ombrage resterait aussi problématique, et Kaeyann et bien.. Kaeyann sentait que sa tête allait exploser tant il y avait d'informations à retenir, de nouveaux développements à lire entre les lignes des articles de la Gazette du Sorcier, et de propos hargneux qu'elle avait envie de jeter à la figure de leur soit disant Grande Inquisitrice. Elle avait l'impression qu'une tornade ravageait tout autour d'elle, et que bientôt, elle y serait prise à son tour et quelle ne pourrait alors plus rien contrôler dans sa vie.


«Hé oh, Kaeyann, ça va?»

La jeune fille cligna des paupières et se tourna vers Fred, qui avait l'air inquiet et s'était penché vers elle.

«Tu es certaine que tout va bien?»

Kaeyann hocha la tête et s'efforça de plaquer un sourire sur ses lèvres. Elle était incroyablement épuisée, et elle avait l'impression que son cerveau était fait de compote. La jeune fille se força néanmoins de reporter toute son attention sur ce que Fred lui montrait et de ne rien laisser paraitre de sa lassitude passagère.

Le garçon étalait devant elle une sélection de petits papiers colorés, aux reflets brillants. Certains étaient rayés, d'autres portaient des pois de toutes les couleurs, des zig-zags ou encore des carreaux. Kaeyann se concentra un moment pour se rappeler ce qu'elle était sensée être en train de faire, et un seul regard vers l'expression concentrée de son cher Fred lui rafraichit la mémoire. Le garçon lui avait demandé son avis de fille, pour l'aider à développer une gamme de produits farceurs destinés à une clientèle féminine. Elle tapota donc du bout du doigt le papier qu'elle jugeait le plus approprié pour une friandise destinée à faire pousser les cheveux rapidement, tout en leur donnant une couleur aussi vive qu'aléatoire.


«Tout va à merveille, oui.» répondit finalement la jeune gryffonne. «Je suis simplement un peu fatiguée, avec tous les devoirs à faire, et le Quidditch...»

«Je sais ce que tu veux dire.» dit Fred en lui passant un bras autour des épaules pour la secouer gentiment. «Les devoirs, c'est le pire bouffeur de temps qui existe.»

«C'est pour ça qu'on a décidé de ne plus les faire.» renchérit Georges, assis en face de son frère, sans quitter son ouvrage des yeux.

Kaeyann sourit, et tendit la main vers le bol remplit de pralines colorées que les deux frères emballaient avec dextérité dans des petits carrés de papier à confiserie.


«Tu comptes quand même venir à Pré-au-Lard tout à l'heure?» s'enquit Fred.

La première année leva à nouveau les yeux vers lui, ne sachant pas bien quoi répondre. Elle avait été on ne peut plus flattée quand Hermione l'avait invitée à se joindre à eux pour une réunion clandestine au village sorcier qui se trouvait non loin de l'école, car elle avait sentit qu'elle faisait bel et bien partie de la bande, mais elle n'avait rien répondu sur le coup pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait pas le droit de s'y rendre, car elle n'avait pas encore atteint sa troisième année. Elle haussa donc les épaules et baissa les yeux vers la friandise qu'elle emballait, puis répondit:


«Tu sais bien que je n'ai pas le droit d'aller à Pré-au-Lard, Fred... Je suis... Et ben je suis en première année...»

Ah! Comme il lui coutait de rappeler son âge au garçon qui faisait battre son coeur! Elle parvenait à faire fi de cette différence importante, la plupart du temps, à occulter le fait que six ans les séparaient, mais il fallait bien se rendre à l'évidence: Fred était en septième année, et elle n'avait même pas encore terminé sa première année d'études à Poudlard. Honteuse, la jeune fille garda le silence, jusqu'à ce que le garçon lui chatouille doucement les côtes. Quand elle osa enfin lever la tête vers lui, il la gratifia d'un clin d'oeil.

«Ça, c'est ce qu'on va voir.»

Kaeyann sentit la bouffée de chaleur familière inonder ses entrailles et elle se permit même un petit sourire, tandis que ses joues se coloraient immédiatement de rouge.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 11
Des cachotteries en cours de route


«C'est excitant, tout ça, tu ne trouves pas? Tellement mystérieux...»

Neville hocha la tête et sourit à Kaeyann et Liana. Il marchait avec les épaules un peu voutées d'un jeune homme qui hésite à montrer sa véritable force de caractère, et cela lui donnait un air sympathique. Lorsqu'elle avait quitté la Grande Salle pour aller chercher son sac et sa cape plus chaude dans son dortoir, Kaeyann était tombée sur son amie, en grande discussion avec le garçon. Elle avait d'abord hésité à leur dire où elle se rendait, ne sachant pas trop si Hermione apprécierait qu'elle invite des participants surprise à sa réunion secrète, mais il s'était avéré que Neville était au courant, et qu'il venait justement d'inviter la jeune fille à venir avec lui. Ils étaient donc redescendus tous ensemble jusqu'au troisième étage, et avait marché le long du couloir pour s'arrêter devant une statue représentant une sorcière borgne. Les jumeaux Weasley les y attendaient et, devant l'air émerveillé qu'affichèrent les deux premières années lorsque la sculpture se déplaça et révéla un passage secret, ils ne purent s'empêcher de rigoler.

«Bienvenue à bord du Pré-au-Lard Express!»

Les cinq Gryffons se glissèrent derrière la sorcière de pierre et entamèrent leur lente progression dans le couloir sombre au sol de terre battue. Le plafond était bas, si bien que les garçons devaient tous se pencher et avancer courbés. Kaeyann et Liana marchaient entre Neville et les jumeaux, et la Canadienne sentait que son amie, pourtant si bavarde en temps normal, était à présent aussi fébrile qu'elle. Elles étaient après tout en train de violer directement l'un des règlements les plus catégoriques de Poudlard. Après "pas d'élèves dans la Forêt Interdite", "pas d'élèves de première ou de deuxième année à Pré-au-Lard" était en effet la règle la plus claire de l'école, et - maintenant que Kaeyann y pensait - probablement la plus souvent enfreinte. S'il suffisait en effet de connaitre un mot de passe (qui ne devait pas changer très souvent) pour pouvoir sortir de l'enceinte du château sans se faire prendre, il fallait s'attendre à ce que tous les élèves se passent le mot et se mettent à emprunter le passage fréquemment.

Au bout d'une dizaine de minutes de marche silencieuse, les cinq compères s'arrêtèrent sous une espèce de trappe, et Fred posa un index sur ses lèvres pour indiquer à ses amis qu'il fallait être très discret. Dans un chuchotement, il expliqua
:

«Je vais monter en premier, avec Kaeyann. Neville suivra avec Liana, et Georges refermera la trappe derrière nous. Il faudra être rapides et subtils, ne pas laisser paraître que nous n'avons rien à faire là.»

Tout le monde approuva d'un signe de tête, et les duos se formèrent rapidement. Fred souleva lentement le panneau de bois, révélant petit à petit le plancher d'une sorte d'entrepôt. Lorsqu'elle émergea à la suite du jeune homme, Kaeyann constata qu'elle se trouvait dans la cave d'un magasin de bonbons, qu'elle soupçonnait d'être Honeydukes. Le septième année guida Kaeyann jusqu'au magasin à proprement parler, traversa nonchelement la foule d'élèves massés devant les différentes vitrines et sortir de la boutique, mine de rien. Personne n'avait même levé la tête vers eux, et ils étaient maintenant dans la rue, où Kaeyann pouvait rabattre son capuchon sur sa tête et cacher sa chevelure caractéristique. Quelques instants plus tard, Neville et Liana les rejoignait, puis Georges sortait à son tour du magasin en sifflotant un air joyeux. Ils se mirent ensuite en marche, s'éloignant du centre du village et de l'animation qui régnait le long des artères principales. Alors que les garçons prenaient la tête, portés par leurs grandes foulées vives, Kaeyann et Liana se rapprochèrent naturellement pour papoter un peu. Liana, que Kaeyann n'avait jamais vue aussi silencieuse, se pencha vers elle avec un air de conspiratrice.

«Tu le trouves comment, Neville?» demanda-t-elle dans un souffle.

Kaeyann se tourna vers son amie, surprise.


«Et ben quoi?» demanda cette dernière, haussant les épaules. «Il est vraiment canon! Un peu maladroit, mais adorable comme tout, non?»

La rouquine ne savait pas bien répondre, aussi se contenta-t-elle de hocher lentement la tête.

«Bah, oui, j'imagine. Mais... Il est en cinquième année, tu sais.»

«Et alors? Ça ne t'empêche pas d'être amoureuse de Fred, toi! Et il est septième, c'est pire.»

Kaeyann ouvrit la bouche et écarquilla les yeux de stupeur, enfonçant ses ongles dans le poignet de la blondinette pour lui intimer le silence. Apparemment, l'air absent qu'affichait Liana lorsqu'elle se mêlait à leurs conversations n'était qu'une façade, qui camouflait en fait le vif intérêt qu'elle portait aux relations en train de se tisser au sein du groupe. Kaeyann jeta un rapide coup d'oeil vers Fred, qui n'avait pas ralenti l'allure et qui ne semblait pas l'avoir entendue, et elle se tourna vers son amie, qui affichait à présent un sourire resplendissant. Elle était clairement fière d'elle, et Kaeyann savait qu'elle n'arriverait jamais à nier les sentiments qu'elle venait d'exposer.

«Je ne suis pas... amoureuse. Il me plait, c'est tout.»

Le haussement de sourcil que son amie lui adressa pour toute réponse l'agaça fortement.

«Tout ce que je te demande, c'est de garder ça pour toi, d'accord?»

Avant que Liana ne puisse répondre, Georges se retourna vers elles et leur annonça:

«On est arrivés, mesdemoiselles! Arrêtez vos petites cachotteries!»

Fred et Neville pouffèrent en suivant le garçon vers une bâtisse un peu glauque, qui se dressait légèrement à l'écart de la route. Une vieille enseigne à moitié arrachée indiquait qu'il s'agissait de La Tête de Sanglier, une auberge que Kaeyann n'aurait jamais eut envie de visiter, si ce n'avait été de l'invitation de Hermione. Les cinq gryffons passèrent la porte en faisant grincer le bois du parquet et tinter un clochette fêlée, et se retrouvèrent face à un bar miteux, derrière lequel le propriétaire essuyait des verres avec un torchon qui avait vu de meilleurs jours. L'homme était grand, bâtit, et son sourire jauni n'inspirait pas confiance, aussi la jeune fille fut-elle soulagée lorsqu'il leva un index taché de graisse pour leur désigner un coin de la pièce, où les attendaient Hermione et certains de ses invités...

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 12
Dans le plus grand secret


La préfète de Gryffondor ne s'était sans doute pas attendue à attirer une foule aussi importante, et c'était probablement ce qui expliquait son air légèrement affolé. Hermione, que Kaeyann n'avait toujours vue que bien préparée en toutes circonstances, se tordait maintenant les doigts et posant alternativement son regard sur l'un ou l'autre de ses invités, et semblait se demander ce qu'elle faisait là. Fred, Georges, Neville, Liana et Kaeyann étaient maintenant attablés dans cette auberge miteuse depuis une quinzaine de minutes, et de nouveaux étudiants continuaient d'arriver à un rythme constant, ce qui semblait rendre la préfète Rouge encore plus nerveuse. À ses côtés, le petit frère des jumeaux restait assis en silence, trop occupé à contempler ses genoux pour intercepter les regards enjôleurs que lançait un garçon brun que Kaeyann ne connaissait pas à sa soeur. Et, enfin, à la gauche de la jeune fille, se tenait Harry Potter. Lui aussi semblait nerveux, et l'expression de reproche qu'il adressait à son amie chaque fois qu'une personne de plus venait grossir le groupe indiquait qu'il ne s'était pas non plus attendu à faire face à autant de gens en même temps. Au final, ils étaient trente. Trente élèves, de tous les âges et venant de maisons différentes. Sans grande surprise, seule Serpentard n'était pas représentée autour des petites tables bancales. Kaeyann ne connaissait que certains d'entre eux, et personne ne faisait vraiment attention à Liana et elle, car elles semblaient soudainement minuscules entre tous ces étudiants de quatrième, cinquième, sixième et même septième année.

Le silence se fit au bout d'un petit moment, et Hermione se leva en se raclant la gorge. Kaeyann était fébrile, elle sentait que quelque chose d'important allait se passer, et sa préfète avait été si évasive en l'invitant à cette réunion qu'elle ne savait pas du tout à quoi s'attendre.


«Et bien...» commença Hermione. «Bonjour tout le monde, et merci d'être venus en si grand nombre.»

De faibles hochements de tête accueillirent ses remerciements. Elle se tourna rapidement vers Harry, avant de poursuivre.

«Voilà, je vous ai invités aujourd'hui parce que tout comme vous je trouve les méthodes d'enseignement d'Ombrage complètement ridicules. Et comme le Ministère ne semble pas vouloir nous laisser apprendre quoi que ce soit cette année, j'ai pensé qu'il était peut-être temps que nous prenions les choses en main.»

«Qu'est-ce que tu veux dire?» demanda Lee Jordan, l'ami de Fred et Georges qui était arrivé peu après eux et s'était glissé à leur table en cachant un gros sac qui gigotait étrangement sous sa cape.

«Je veux dire....Apprendre à nous défendre. Faire de la vraie magie, au lieu de se contenter de lire de la théorie sans fin qui nous laisse complètement démunis face à une vraie situation. En fait.. C'est Kaeyann qui m'en a donné l'idée.»

La préfète désigna la Canadienne de la main, et tous se tournèrent vers elle, alors que son visage prenait une teinte bourgogne. Fred se pencha vers elle pour la prendre par les épaules, l'empêchant ainsi de se soustraire aux regards curieux qui la remarquaient pour la première fois. Il lui fit un petit clin d'oeil, ce qui acheva de la transformer en tomate ambulante, et reporta son attention sur Hermione, qui reprenait déjà.

«Elle m'a dit un jour qu'elle était venue à Poudlard pour apprendre à faire de la magie, mais qu'au rythme où allaient les choses avec Ombrage, elle ne serait jamais en mesure de se défendre contre quoi que ce soit, et encore moins... contre un Mangemort.»

«Et pourquoi est-ce qu'on aurait à se défendre contre un Mangemort?» demanda un grand garçon blond au nez en trompette que Kaeyann ne connaissait pas, mais qui portait un badge jaune sur sa robe de sorcier.

«Parce que Voldemort est revenu, gros mollusque arriéré.» répondit Georges, suscitant des réactions complètement différentes d'un élève à l'autre.

Certains rigolèrent, sans que Kaeyann puisse deviner s'ils riaient de l'insulte ou encore de l'absurdité de cette éventualité, d'autres ouvrèrent grand leurs yeux et se figèrent, comme si on venait de leur verser un seau d'eau glacée dans le dos, et d'autres encore baissèrent la tête et se mirent à fixer le sol, les épaules soudainement voutées. Hermione hésitait à reprendre, ce fut le garçon blond qui rompit le silence, comme si la réplique de Georges ne l'avait pas dérangé le moins du monde.


«Qu'est-ce qui nous prouve que Vous-Savez-Qui est de retour, hein? Simplement parce que lui le dit, ça ne veut pas dire que c'est vrai. On ne sait pas ce qui est vraiment arrivé à Cedric Diggory, il est le seul qui était avec lui.»

«Qu'est-ce que tu insinues, Smith?» s'emporta Ginny Weasley. «Que Harry nous a tous menti, qu'il a menti à Dumbledore? Que c'est lui qui est responsable pour la... Pour ce qui est arrivé à Cedric? Hein?»

Une jeune fille aux yeux en amande et aux longs cheveux noirs enfouit son visage dans son foulard bleu et bronze et émit un petit sanglot. Kaeyann trouvait que la situation était en train de prendre une drôle de tournure, elle se tourna vers Liana, qui avait le regard fixé sur Harry. Ce dernier finit par se lever, interrompant la dispute qui était en train d'éclater.

«Si vous êtes venus ici pour savoir ce qui s'est passé ce soir là, vous pouvez partir tout de suite, je n'ai rien à vous dire. Voldemort à tué Cedric. Il est revenu, et il va continuer de tuer. Les petits curieux malsains qui ne veulent que les détails horribles de cette nuit-là, ceux qui veulent apprendre comment Voldermort a assassiné un garçon gentil et plein de talent, déguerpissez. Vous me rendez malade.»

Il se rassit. Hermione reprit la parole, cette fois d'une voix qui vibrait de détermination.

«Alors voilà, ce que nous proposons, c'est de former un club, un genre... d'association, pour apprendre à utiliser la magie, apprendre à se défendre.»

«Et qui serait notre professeur?» demanda une jeune fille au badge jaune. «Aucun enseignant de Poudlard ne voudra enfreindre les décrets du Ministère...»

Des murmures approbateurs s'élevèrent du cercle d'étudiants.

«Harry sera notre professeur.», expliqua la préfète rouge en désignant son ami. «Il a vécu plus de situations dangereuses que nous en vivrons surement dans notre vie entière. Et il s'en est toujours sorti avec talent. Il peut nous enseigner des sortilèges bien plus avancés que ce que nous avons vu jusqu'à présent. D'autant plus... que notre formation en Défense Contre les Forces du Mal a été plutôt... Et bien disons qu'il y a quelques lacunes auxquelles il nous faudra remédier. Harry saura le faire.»

Kaeyann se rendit compte qu'elle hochait la tête, imitée par plusieurs élèves, et pas seulement ceux de Gryffondor. Elle repensait à tout ce que ses soeurs lui avaient raconté: un troll, et puis un affrontement avec Voldemort, en première année. Un basilic, en deuxième. Et puis un meurtrier fou échappé d'Azkaban l'année suivante, sans parler des détraqueurs qui avaient envahis le terrain de l'école. Et enfin, le Tournoi des Trois sorciers, avec un dragon, des Êtres de l'eau et un labyrinthe renfermant dieu sait quelles créatures horripilantes...Et encore, Voldemort. Kaeyann avait toujours pensé que ses soeurs lui racontaient n'importe quoi, que toutes ces choses n'avaient pas vraiment eu lieu, ou alors qu'elles en avaient exagéré les détails. Mais depuis son arrivée à Poudlard, la jeune fille avait plus d'une fois surpris des conversations, dans les couloirs ou à la bibliothèque. Bien des détails demeuraient flous, et de grands pans de l'histoire avaient été remplacés par des rumeurs toutes plus extravagantes les unes que les autres, mais le fond restait le même: Harry Potter avait frôlé la mort un nombre incalculable de fois, et s'en était toujours sorti pratiquement indemne. Il y avait de quoi susciter l'admiration. Alors pourquoi ce blondinet au nez en trompette lui parlait-il de cette manière? Et qu'avait cette jeune fille asiatique, avec toutes ces larmes et ces petits sanglots étouffés?

La conversation reprit rapidement, entre Hermione, Ron, et les autres Gryffons qui s'empressaient d'ajouter anecdote sur anecdote, et certains étudiants plus réticents que le projet effrayait toujours. Kaeyann crut entendre les mots B.U.S.E., décrets, et retenue, et elle comprit que les élèves craignaient d'être attrapés par Ombrage plus que tout. Au final, ce fut Fred qui trancha.


«Bon, écoutez. Georges et moi n'avons pas toute la journée, alors mettons les choses au clair. Vous êtes venus ici parce que vous croyez à l'idée de Hermione, que vous voulez apprendre à vous battre, et que vous savez que Harry est le meilleur professeur possible. On a jamais dit que ce serait une promenade de santé! Il va falloir se cacher, et mentir, et enfreindre un bon nombre de règlements. Alors maintenant, si vous vous dégonflez parce que vous avez plus peur d'Ombrage que d'une mort certaine dans d'atroces souffrances quand Voldemort ou ses Mangemorts vous tomberont dessus, et bien partez maintenant. Sinon, taisez-vous et laissez parler Hermione, qu'on en finisse.»

Et le silence retomba. Plusieurs étudiants hochèrent la tête, comme pour dire: "bien dit!", et Hermione remercia le garçon d'un signe de tête soulagé. Elle expliqua ensuite que les réunions auraient lieu environ une fois par semaine, et qu'elle se chargerait de trouver un lieu adéquat pour qu'ils puissent tous s'entrainer à jeter des maléfices sans être surveillés constamment.

«L'important, pour l'instant, ce serait que vous écriviez tous votre nom sur cette liste..» conclut-elle, soudainement plus hésitante, alors qu'elle sortait de son sac un long morceau de parchemin et une plume. «Pour... pour savoir qui était présent à cette première réunion. Et que nous nous engagions à ne pas.. Et bien à ne pas aller crier sur tous les toits que nous défions le Ministère en nous entraînant clandestinement à l'intérieur même de l'école disons.»

Nouveaux hochements de tête approbateurs. Fred tendit alors la main vers le parchemin et signa, tout de suite imité par son frère, leur ami Lee, Neville, et ainsi de suite. Lorsque le parchemin eut fait le tour du cercle et qu'il revint à Kaeyann, la jeune fille sentit une bouffée de fierté, à l'idée que tous ces gens qui avaient apposé leur signature sur cette liste étaient réunis à cause d'un simple commentaire qu'elle avait émis, et qui avait fait germé une idée géniale dans la tête de Hermione. La jeune fille prit le parchemin, dont la texture lui parut plus lisse et douce qu'à l'accoutumée, ce qu'elle mit sur le compte de l'émotion, et signa d'un mouvement ample et fluide.

«Parfait!» s'enthousiasma Hermione, avant d'annoncer que c'était tout pour aujourd'hui, et qu'elle les contacterait lorsque viendrait le temps de se réunir à nouveau.

Les élèves se levèrent et sortirent de l'auberge en petits groupes. Kaeyann mit son sac sur ses épaules et s'approcha de Liana, s'apprêtant à partir, mais Fred lui fit un petit signe de la tête qui piqua sa curiosité. Elle laissa donc son amie partir la première, ce qu'elle sembla accepter sans problème et quand Kaeyann aperçut Neville, qui marchait seul dehors, elle comprit pourquoi et s'approcha des jumeaux.


«Ça te dirait de venir faire quelques emplettes avec nous? On a des petites courses à faire, pour Farces pour Sorciers Facétitieux. Je te ferai visiter Pré-au-Lard en même temps.»

Kaeyann hocha vivement la tête, ne sachant plus bien si elle avait envie de fondre ou de s'embraser.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 13
Petits achats et grands projets


«Là, c'est Zonko, le magasin de farces et attrapes. Notre principal fournisseur de matières...facétieuses.» expliqua Georges.

«Ouais, le propriétaire s'est toujours montré très enthousiaste à l'idée d'aider deux jeunes hommes débrouillards comme nous à mettre leur entreprise sur pied.» ajouta Fred en entraînant Kaeyann vers la porte de l'établissement.

La jeune fille fit quelques pas dans la boutique, complètement émerveillée par tous les objets étranges qui flottaient, sifflaient, bourdonnaient, rampaient, sautillaient, criaient ou explosaient. Certains appareils aux formes hétéroclites changeaient de couleur, d'autre de forme ou de taille, tandis que d'autres soufflaient des bulles et que d'autres encore grognaient si on s'en approchait de trop près. Jamais la jeune fille n'avait vu de pareilles merveilles. Tout était drôle, insensé, extravagant, elle avait envie de toucher à tout, et pourtant elle n'osait même pas sortir ses mains de ses poches, de peur de briser quelque chose ou encore... de se faire attaquer. Elle pouvait voir pourquoi les jumeaux aimaient passer leur temps ici: leur ligne de produits répondait exactement aux besoins de la clientèle qui fréquentait la boutique, ils pouvaient donc s'inspirer, et demander conseil au propriétaire si serviable, qui savait combien il était plaisant de faire de bonnes farces.


«Il nous donne des conseils pour se lancer en affaires, et nous on lui rapporte les dernières nouvelles de Poudlard, ce que les élèves demandent, quels produits marchent le mieux, etc... Dès que nous auront assez de produits pour lancer officiellement notre ligne, on signera un partenariat de distribution avec lui.»

Kaeyann hochait la tête, impressionnée. Elle savait que Fred et Georges étaient sérieux (ironiquement), lorsqu'ils parlaient des Farces pour Sorciers Facétieux, mais jamais elle n'avait cru qu'ils avaient bel et bien un plan pour l'avenir.

«Que pense votre famille de tout ça?» demanda-t-elle tout à fait innocemment, ne s'attendant pas du tout à ce que les deux jumeaux éclatent de rire comme ils le firent.

«Notre famille? Et bien voyons voir... Nos parents sont simplement contents de voir que nous sommes devenus de braves garçons car nous n'écopons plus d'autant de retenues qu'avant.»

«Ce qui est techniquement faux, nous en méritons toujours autant, mais nous sommes devenus assez futés pour ne plus se faire prendre.»

«Notre frère ainé est en mission secrète pour Gringotts, et le suivant travaille avec des dragons, ce qui est tellement dangereux que notre mère se soucie peu de nous tant qu'eux restent en vie.»

«Percy travaille au Ministère, c'est donc lui, maintenant, le fils terrible qui fait honte à toute la famille. Et puis Ronald est le préfet le moins sévère de toute l'histoire de Poudlard.»

«Celui que nous prenons le moins au sérieux, en tout cas. On n'a jamais eu beaucoup de respect pour toutes ces histoires de règlement, mais maintenant que c'est lui qui est sensé le faire appliquer, c'en est risible.»

Kaeyann pouffa, couvrant sa bouche de sa main pour essayer de contrôler son fou rire et se donner un air plus mature, mais c'était peine perdue, car tout ce que disaient les jumeaux la faisait mourir de rire. Et puis, quand Fred était dans les parages, elle avait une nette propension à sourire béatement et à rire toute seule de toute façon.

«Et Ginny? Et puis Harry et Hermione? Ils sont bien au courant de vos activités?»

Fred haussa les épaules, et Georges enfonça ses mains dans ses poches en souriant.

«Ginny est la seule qui sache vraiment ce que nous trafiquons dans notre chambre durant les vacances. C'est elle la petite futée de la famille en fin de compte. Tu me fais un peu penser à elle, en fait.»

Fred se tourna vers son frère, une drôle d'expression lui passant sur le visage, aussi furtive que brève.

«Mais bien entendu, tu n'es pas notre soeur... Tu es toi.»

Ne sachant pas trop quoi répondre à ce dernier commentaire, et encore moins quoi en penser, la jeune fille s'approcha d'un comptoir qui présentait des friandises en tout point semblables à celles que les élèves ramenaient souvent de chez Honeydukes, mais elle se doutait bien que leur saveurs ou encore leurs effets secondaires devaient être très différents.

«Quant à Harry et Hermione..» poursuivit Fred en pesant sur ses mots, comme pour signifier à son frère que la conversation ne devait plus s'orienter vers le sujet de leur impossible parenté, «lui nous a fourni les fonds pour démarrer notre entreprise pour de bon, et elle a simplement peur que nos inventions soient dangereuses pour les élèves.»

«Ce qu'elles ne sont absolument pas, quand on suit les instructions»

Kaeyann sourit aux frères Weasley.

«Et donc... Quelle est la prochaine étape de votre projet d'expansion, qu'on s'y mette?»

«Georgie, je t'ai déjà dit que je l'adorait, cette petite?»

Fred et Georges entreprirent alors d'expliquer à Kaeyann leurs plus récentes innovations, et la raison de leur présence dans la boutique ce jour-là. En effet, les deux jeunes hommes avaient commandé un important chargement d'une poudre péruvienne capable de produire un nuage d'obscurité épaisse, et qu'ils comptaient ensorceler pour décupler ses propriétés et les rendre imperméables aux contre-sorts les plus fréquents. Par la même occasion, ils souhaitaient se réapprovisionner en lacets-gélatine, de longs cordons de toutes les couleurs dont on pouvait se servir pour attacher ses chaussures, mais dont la consistance caoutchouteuse créait à coup sur un look hilarant.

«Nous avons une idée géniale pour mettre à profit ces longues ficelles, crois-moi.» indiqua Fred. «Il nous faudra travailler très fort et faire preuve de beaucoup de persévérance, mais nos talents en magie donneront des résultats incroyables, j'en suis certain.»

Kaeyann hocha la tête, elle n'en doutait pas une seule seconde, et elle avait bien hâte que Fred lui explique plus en détail leur projet. Les trois Gryffons continuèrent donc leur visite de la boutique, et par la suite de tout Pré-au-Lard, et rentrèrent au château avec les poches pleines de bidules loufoques. Alors qu'ils émergeaient de derrière la statue de la sorcière borgne, Fred se pencha vers Kaeyann.

«Dis-moi, petite Hirondelle, comment as-tu trouvé ta journée aujourd'hui? Et plus largement, aimes-tu toujours passer du temps avec nous, et nous aider à développer nos produits?»

La jeune fille répondit vivement qu'elle adorait passer du temps avec eux, et qu'elle en apprenait plus en leur compagnie qu'en classe. Et puis, avec tout ce qui se passait avec Ombrage, elle voulait se tenir au courant, et ses discussions avec Fred l'aidaient à mieux comprendre ce qui se passait.

«Bien! Parce que j'ai très envie de te nommer Assistante Facétieuse! Je pense que tu as le potentiel nécessaire pour devenir un maillon important de notre compagnie, mais je dois d'abord m'en assurer, avec cette simple question: as-tu remarqué quelque chose d'anormal avec le parchemin que nous a fait signer Hermione tout à l'heure?»

«Et bien...»

Maintenant qu'elle y pensait, Kaeyann se rappelait avoir trouvé le parchemin étrangement lisse sous ses doigts. Elle n'en avait pas fait de cas sur le moment, mais le fait que Fred lui pose la question piquait vraiment sa curiosité.

«J'ai trouvé qu'il n'était pas comme d'habitude. Je veux dire... il m'a paru anormalement lisse. Normalement, on sent bien le grain du papier, mais là, on avait presque l'impression qu'il y avait une fine couche invisible entre nos doigts et le parchemin qui nous empêchait de vraiment le toucher.»

«Et qu'est-ce que cela te laisse penser?...»

«Il était ensorcelé, tu crois?»

Une large sourire s'étira sur le visage du garçon.

«Mais pourquoi Hermione aurait-elle enchanté un simple bout de parchemin pour nous le faire signer?»

«Je pense qu'elle a trouvé un moyen de nous empêcher de parler... Comment, je n'en suis pas encore certain, mais je suis presque sur que c'était un sortilège destiné à nous forcer à garder le silence. C'est le genre de trucage qu'il te faut apprendre à reconnaitre,ma chère, non seulement pour connaitre du succès dans le domaine des farces et attrapes, mais pour t'éviter des ennuis, partout où la vie te mènera. Pour l'instant, en tout cas, je suis satisfait. Tu es bel et bien qualifiée pour faire partie de Weasley - Farces pour Sorciers Facétieux! Tous les trois, nous allons accomplir de grandes choses!»

Georges se tourna vers son frère, un petit sourire amusé au coin des lèvres. Kaeyann ne comprenait pas bien ce que cette promotion signifiait pour elle, mais elle savait simplement qu'elle n'avait jamais été plus fébrile et plus heureuse de sa vie!

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

 Fanfic  Ombrage et un amour adolescent

Chapitre 14
Un décret de trop


«Alors, une Boîte à Flemme édition limitée "sanguinolente", deux paquets de Feuxfous Fuseboom, une plume en sucre avec fuites sur demande, et Papillottes Papotantes...Ça fait vingt-huit gallions.»

Kaeyann déposa les pièces dans la petite bourse rouge que Fred et Georges lui avaient offerte et sourit au grand Serdaigle blond qui glissait ses achats dans son sac. Elle s'en tirait vraiment bien: elle avait fait plus de ventes en une semaine que les deux frères avaient parié qu'elle ne ferait en un mois. Elle s'était d'abord contenté d'approcher des premières années, durant les pauses, au détour d'un couloir, car elle avait extrêmement peur de se faire prendre, mais à présent que le mot s'était donné que la petite Hirondella travaillait avec les jumeaux, on venait la voir dans tous ses temps libres pour acquérir des produits de Farces pour Sorciers Facétieux, car les Weasley commençaient à être trop sollicités, et cela attirait l'attention. Cet élève de sixième année ne l'aurait jamais approchée auparavant, et voilà qu'il l'appelait Madame, lui disait s'il-vous-plait et merci, alors qu'elle notait son nom sur un carnet de commandes et lui préparait un reçu, sur un bout de parchemin que les jumeaux étaient parvenus à ensorcelés en imitant le sortilège de Hermione, après quelques jours de travail.

«Ta commande sera prête d'ici quelques jours, je te contacterai quand le moment sera venu et nous nous rencontrerons ici.»

La jeune fille adorait parler comme une espèce d'agente secrète, ce qu'elle était presque devenue en acceptant de travailler avec Fred et Georges. Au lieu d'avancer en regardant ses pieds et en essayant de ne pas se faire écraser par les élèves plus grands qui déambulaient dans les couloirs comme s'ils leur appartenaient, elle marchait maintenant la tête haute, pour attraper les regards que lui lançaient les clients potentiels. Une seconde, pas intéressé. Deux secondes, elle s'arrêtait pour retourner l’œillade. Trois secondes sans ciller, puis un hochement de tête, bingo. C'était une commande. Elle se glissait alors jusqu'à une statue et faisait mine de lire son histoire gravée dans la pierre, ou encore se penchait à la fenêtre pour admirer le paysage, et attendait que le client s'approche pour lui souffler sa commande à l'oreille. Elle notait, calculait, et encaissait, puis disparaissait. Voilà comment elle revenait tous les soirs dans la salle commune avec une bourse bien pleine, et comment elle gagnait le respect des jumeaux, qui s'enthousiasmaient chaque jour un peu plus de ses progrès.

«C'est du talent à l'état brut!» s'exclamait Fred.

«On va faire une fortune, tous les trois!» approuvait Georges, qui ne semblait plus avoir la moindre réticence.

«Kaeyann, je ne sais pas comment tu fais, mais entre les ventes que tu conclues, les nouvelles idées que tu apportes, et ton sourire adorable... je ne sais pas ce que j'aime le plus!»

Kaeyann riait, et rougissait, puis les trois gryffons remballaient leurs affaires et se penchaient sur leurs manuels de cours, car Hermione surgissait dans la Salle Commune, l’œil aux aguets. Les premiers temps, la préfète n'avait pas du tout approuvé le fait que la Canadienne passe autant de temps avec les Weasley, mais lorsque Fred avait expliqué qu'ils l'aidaient avec ses devoirs, et parlaient de Quidditch, et que la jeune fille avait constaté que les enseignants de Kaeyann n'avaient rien à lui reprocher, qu'elle la voyait constamment en train d'étudier, et qu'elle se montrait toujours polie et modeste...Elle avait bien du abdiquer.

«Tant que je ne vous vois plus en train de faire des démonstrations de produits dans le château!» avait imposé la préfète comme condition.

Les trois sorciers facétieux avaient tenu à respecter cette restriction: ils n'avaient plus jamais été vus en train de vendre des produits...par Hermione! De toute façon, avec Ombrage qui rôdait sans cesse dans les couloirs, et l'humeur hargneuse dont les professeurs faisaient preuve depuis qu'elle avait commencé à les mettre à l'épreuve, il devenait difficile de s'afficher. Le plus récent décret de la "Grande Inquisitrice" avait interdit les produits des jumeaux, de toute façon, en plus d'enlever aux élèves le droit de se réunir, alors il fallait faire preuve de beaucoup d'ingéniosité et de débrouillardise pour continuer de faire marcher leur affaire. À eux trois en tout cas, ils s'en sortaient à merveille.

Kaeyann rangea son carnet de commandes dans son sac à dos, juste sous son manuel théorique de la Défense contre les Forces du Mal, et descendit dans la Grande Salle. Alors qu'elle atteignait finalement le bas de l'escalier, elle s'aperçut que le Hall était rempli d'élèves très agités, qui se pressaient vers le mur où étaient placardés les décrets du Ministère. La jeune fille s'approcha lentement, ne pouvant bien entendu rien voir à cause de sa petite taille, et elle entendit qu'on l'appelait. C'était Fred, qui lui faisait signe de venir depuis l'autre côté du Hall. Lorsqu'elle le rejoignit, elle remarqua que son frère et Angelina Johnson étaient en grande conversation avec le Professeur McGonagall. Enfin... conversation était un grand mot: ils hurlaient et gesticulaient plus qu'ils ne parlaient vraiment.


«Qu'est-ce qui se passe?» demanda Kaeyann.

«Un nouveau décret de notre chère Ministre.»

«Les autres décrets n'ont pas mis l'école dans un tel état, qu'est-ce c'est cette fois-ci?»

«Interdit de jouer au Quidditch.»

«Quoi? Mais pourquoi plus de Quidditch, soudainement?»

Fred tourna la tête, alors que son petit frère, Harry et Hermione arrivaient eux aussi dans le Hall.

«D'après moi, c'est surtout pour punir Harry. Il parait qu'il lui a encore tenu tête pendant un cours...»

«Alors... qu'est-ce que ça implique pour nous?»

«Et bien d'abord, qu'on ne touchera pas à un balai avant longtemps.» répondit Fred avec un demi sourire. «Et ensuite...et bien je pense que nous aurons des nouvelles de Hermione et de son club de défense plus tôt que prévu. Ça, c'était un décret de trop pour Poudlard...»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦